AccueilAccueil  Tumblr Aesien  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce qu'il y a de nouveau

La vidéo

Les Prédefs attendus


Partagez | 
 

 Des jeux politiques. Ft Lucan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Des jeux politiques. Ft Lucan.    Mar 10 Mai - 5:13
Political animal
Nuada+Man

Être Roi, c'était avoir des hausses de tension constamment, s'arracher les cheveux à longueur de journée. Entre les Unseelies qui croyaient pouvoir faire n'importe quoi et les Sidhes libertaires qui perdaient tout l'essence de leur sang, il y avait de quoi devenir complètement timbré. Il comprenait que trop bien comment Lizabeth avait géré ces problèmes : la torture était efficace. Et c'était exactement ce qu'il était entrain de faire. A genoux au sol, une Sidhe au vue de ses longs cheveux bruns qui tombaient au sol, ébourriffés. Sa tenue avait sûrement été belle en d'autres circonstances. La salle était sombre, dans les bas-fond du Sithin et d'autres personnes se tenaient présentes. Un homme aux yeux d'acier qui regardait, inquisiteur, sa propre enfant tenir ses bras ensanglantés. Une mère qui tentait de garder ses larmes loin de son visage et d'autres Sidhes sûrement affiliés à la demoiselle. Son crime ? Celui d'avoir eu des rapports avec un Seelie. Un crime aux yeux de Nuada car ce n'était pas parce que la royauté avait changé que les lois n'allaient plus être en vigueur. Lizabeth avait déjà fait les pires atrocités pour des manquements aussi simples à ses règles. Nuada commençait pourtant à lui ressembler.

Ses mains tenaient des lames fines et aiguisées, ses cheveux d'un noir de jais restaient attachés en tresse dans son dos, parcourus de longues mèches argentées de plus en plus présentes. Il semblerait même qu'en quelques mois, il risquait de perdre la noirceur de sa chevelure pour acquérir l'immaculée blanche pourtant rare aux Feys. Sa tenue n'avait rien de royale, il portait un gilet simple mais noir, rattaché par des lanières de cuir en tout côté et ses bottes armurés de Métal Féerique étaient très remarquables par leur potentiel destructeur. D'ailleurs, il avait posé son pied contre l'épaule diaphane de la Fey quand elle s'était mise à embrasser le sol qu'il foulait de ses pas. Un mouvement de l'arrière et la pauvre créature vola littéralement à l'autre bout de la pièce. Un craquement sonore à la réception, elle s'était brisée le dos sous la force de l'impact. « Aucune excuse. » Et la revoilà qui pleurait. Elle pleurait parce qu'elle avait mal, elle pleurait parce qu'elle avait peur, elle pleurait parce que personne ne l'aidait, elle pleurait parce qu'elle regrettait. « En quoi cette règle est-elle si compliquée.. ? » demanda t-il avec une froideur qui aurait pu geler Ellan Vannin dans son entier. Il tourna son regard tricolore en direction du père de la Sidhe. «  Réponds. »

Le père écarta les yeux, comme s'il était surpris de voir que le monarque s'adressait à lui. « .. Elle n'est pas compliquée Votre Altesse, elle est très simple. » Nuada haussa les épaules et avança en direction de la jeune femme, balançant ses lames sur le côté pour l'attraper à la gorge et la soulever. « Regarde moi traînée. » Elle le regarda immédiatement. « Appartenir à une Cour, c'est appartenir à une famille. On ne trahit pas sa famille, pas impunément. Que croyais-tu ? Que cela resterait impuni ? Que je ne le saurais pas.. ? Je sais tout. Crois-moi. » Elle remonta ses mains à celle du Roi, mais il referma un peu plus sa prise. « Je.. mérite.. » Il tendit l'oreille. « La mort.. la mort. » Il la lâcha purement et simplement. «  Non. Dés ce soir, je t'exile des Unseelies, ne pose plus les pieds sur ce Territoire. Un Garde t'accompagnera à la frontière. »

En parlant de Garde, en voilà un qui venait d'entrer dans la pièce après le verdict énoncé à voix haute. Il fit un signe de la tête à Nuada qui se détourna de la jeune femme pour s'arrêter devant les parents. « Vous l'aidez, je vous exile à votre tour. » Le père et la mère secouèrent la tête. «  Notre allégeance va aux Unseelies. Nous n'avons plus de fille. » Nuada hocha la tête et fit signe à la famille de sortir de la pièce, puis il en sortit à son tour tandis qu'on lui passait un chiffon afin qu'il puisse essuyer le sang qui l'entâchait. Remontant donc l'escalier, il sortit par une porte annexe pour rejoindre une autre salle. Cette dernière n'était pas officielle, rien de grandiloquent, juste une table, quelques chaises et des boissons. Un endroit feutré et calme. C'était ici que l'attendait son rendez-vous : Man.

Avec son épée dans son dos, comme toujours, il se dirigea vers l'élémentaire et lui tendit une main nettoyée. Pas de sang sur cette dernière. « Je suis heureux de voir que tu as pu te libérer Lucan. » Il ne l'appelait pas par son ancien nom, il ne voulait pas qu'on l'appelle par le sien, c'était une politesse d'en faire de même avec les autres. Ses traits étaient tirés, il était déjà épuisé de ce qui lui était tombé dessus. Il aurait tout donné pour que quelqu'un d'autre ne prenne sa place. Être Capitaine des Gardes lui avait suffit pendant deux mille ans.. mais être Roi, c'était un fardeau dont il se passerait fort bien. « Tu souhaites quelque chose à boire avant que nous commencions ? » Il lui montrait les boissons et attendit sa réponse. Dans tous les cas, il se servit un verre d'un liquide vert clair et servirait donc le verre pour Man si nécessaire avant de marmonner. « J'ai déjà enfermé trois Unseelies pour manquement aux règles. Deviennent-ils tous fous ? » Il se demandait d'ailleurs. Il avala cul sec le liquide et se laissa tomber dans un des sièges en soupirant. «  J'ai besoin de toi. J'ai un service à te demander. »  



Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: Des jeux politiques. Ft Lucan.    Mar 10 Mai - 22:18
Des jeux politiques
ft. Cian & Lucan.
Un Sithin en vie, voilà bien quelque chose que Man n’avait plus vu de ses yeux depuis plusieurs années. Il aurait très bien pu en appeler à ces souvenirs qui ne le quittaient jamais et qu’il portait en lui comme une chape de culpabilité et de regret, mais aujourd’hui était une occasion spéciale, et puis… Le Sithin vivait ! Il avait pu avoir un avant-goût de cette sensation lors du couronnement, quand Cian s’était assis sur le trône Unseelie. Il n’avait pas encore remis les pieds à la Cour depuis, jusqu’à présent du moins. Entrer en ces lieux avait été facile, familier, quelque chose qu’il avait fait des millions de fois par le passé, ce passage du dehors au-dedans, à travers l’espace, le temps et la magie même. Il avait retrouvé cette sensation avec nostalgie et excitation à la fois. Marcher le long des couloirs mouvants, débiteur du Sithin, à sa merci, cela aussi lui avait manqué. Au final, on parvenait toujours là où on voulait aller, et comme le disaient les Humains, quand bien même ils n’auraient jamais imaginé que cela s’applique aux Sithins, ce n’était pas la destination qui comptait mais le voyage. Le Sithin seul décidait des portes, des arches, des couloirs et des pièces qu’il fallait traverser. Au gré de ses humeurs, au gré aussi du visiteur, probablement. Man avait interprété comme un bon signe le fait de n’avoir pas eu trop de difficultés à arriver dans la salle où le roi l’avait convié. Cela voulait dire qu’il était, malgré tout, le bienvenu, du moins l’imaginait-il. Bien sûr, il était habité par quelque appréhension. Mais il ne pouvait nier également que tout cela lui avait manqué. Et que Cian veuille le voir pour lui parler en ami ou en roi, peu lui importait, car ces deux possibilités le comblaient. Il aimait la liberté que lui offraient les océans, mais malgré tout, il revenait toujours au cœur de la Faërie, là où tout se jouait, dans le Sithin. Parce qu’il était dual, difficile à retenir mais difficile aussi à écarter, définitivement un amoureux de politique et de diplomatie quand bien même il s’était plusieurs fois brûlé les ailes. Il était probablement un incorrigible accro.

Une fois dans la salle, il se planta devant un des murs pour en observer la texture, le mouvement, la vie intrinsèque. Le Sithin était une œuvre d’art en lui-même. Il existait à l’image de son souverain, et pour l’heure, Man se disait que les choses n’étaient pas si mal engagées. Ne sachant quel était le motif de la convocation de Cian, l’Élémentaire s’était vêtu sobrement, de teintes bleu foncé et brunes, et avait rassemblé ses cheveux courts sur sa nuque, y glissant une baguette pour cheveux en argent gravé qu’il appréciait tant, quand bien même il s’agissait d’un accessoire qu’un Humain aurait qualifié de féminin. Son regard turquoise et mouvant se promenait sur la salle plongée dans le silence, même si son ouïe captait, de façon étouffée, les sons qui accompagnaient la vie dans le Sithin. Quand la porte s’ouvrit dans son dos, il se retourna et afficha un sourire en voyant Cian pénétrer dans la pièce. Il se saisit de la main qu’il lui tendait, la serrant en retour, ses yeux observant sans détours les traits fatigués du roi. Peut-être qu’inconsciemment, il y cherchait les signes qu’il avait fini par voir chez Lizabeth, mais trop tard. La couronne était connue pour épuiser et finalement perdre ceux qui la ceignaient. Les choses seraient-elles différentes cette fois ? Devait-il essayer à nouveau de s’en mêler, en tentant d’apprendre de ses erreurs passées ? Il ne dit rien, laissant le roi prendre la parole en premier. Il était évident que ce tête à tête serait informel, de sorte que Man se détendit quelque peu.

Il répondit par l’affirmative à la proposition de son ami et se retrouva bientôt debout, son verre à la main, face à la table où Cian s’était assis, ou plutôt laissé tomber. Ses paroles arrachèrent un haussement de sourcils à l’Élémentaire.

« Cela fait longtemps que les Unseelies n’ont pas eu de roi, tempéra-t-il, fidèle à lui-même, avant d’ajouter aussitôt, trop conscient de l’humeur de son ami : Pas une excuse, j’en ai conscience, mais l’ébauche d’une explication. Non pas que cela importe. »

Connaître le problème, c’était déjà, après tout, le résoudre à moitié. Les Feys étaient des créatures millénaires, ou bien était-ce simplement que lui, Man, était désormais si vieux que cela se voyait quand il se comparait à d’autres ? Il ne voyait pas son peuple évoluer en quelques années, à la différence des mortels, et le savait hiératique, difficile à sortir de son inertie même, parfois, attaché au us et coutumes, enfin… Surtout les plus Sidhes d’entre eux, probablement. Mais il se disait que la vie revenant dans le Sithin, Danu se faisant ressentir à nouveau, deux rois se trouvant à nouveau couronnés, les choses reprendraient leur cour normal, et sinon, quoi de mieux pour repérer rapidement et facilement les clous qui dépassent ? Il se pencha, posant ses avant-bras sur le dossier d’une chaise.

« Si tu as besoin de moi, je suis là. Tu es mon roi, et si c’est un service que tu me demandes et non pas un ordre que tu me donnes, tu es aussi mon ami. Au nom de ces deux concepts, tu peux me demander ce que tu veux. »

D’autant plus que Man se sentait redevable à Cian, pour beaucoup de raisons, toutes ayant trait au passé. Quand bien même le passé était le passé, plus que jamais à présent que Cian était roi.



 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: Des jeux politiques. Ft Lucan.    Mer 18 Mai - 23:38
Political animal
Nuada+Man

Il était en effet logique de penser que Nuada risquait de finir comme Lizabeth.. après tout, il avait été constamment avec elle durant deux mille ans et, même s'il connaissait le poids de la couronne, il n'était pas à l'abri d'une folie passagère amenée par la fatigue ou les responsabilités. Mais pour l'heure, Nuada tenait bon. Soit, il était épuisé de donner de son sang au Sithin et de gérer les problèmes des Unseelies mais il le faisait de bon cœur. Il aimait sa Cour autant que l'on pouvait aimer un père ou une mère, elle faisait partie de lui et il ne l'abandonnerait jamais. Cependant, les jeux politiques n'étaient pas son truc.. il n'était pas idiot et savait y faire mais cela l'ennuyait profondément. Il s'endormait durant les réunions et se faisait tirer les bretelles par les Seigneurs Nobles qui lui rappelaient ô combien sa concentration était requise. Que du bon.. ou pas. Ainsi, quand il était loin de toutes ces préoccupations, il pouvait se détendre un peu. Cela n'arrivait qu'une fois ou deux dans la journée, mais il appréciait ces moments. Lucan, il le connaissait depuis un moment et lui faisait confiance, il pouvait donc rester lui-même, râler si nécessaire sans que l'élémentaire ne le juge d'aucune manière.

Alors, après avoir servi les verres, il se laissa donc tomber dans le siège et releva ses pieds munis de bottes en cuir sur la table devant lui. Une posture très peu royale mais personne n'était là pour le voir et il n'en avait rien à faire. « Bien sûr, deux mille ans sous le joug de Lizabeth et en une dizaine d'années c'est l'anarchie ? Je peine à le croire. » Il voulait bien accepter le fait que Lizabeth avait été une Reine très pénible qui avait eu un penchant certain pour les tortures non justifiées mais elle avait toujours aimé son peuple et cela n'avait pas été un sacerdoce d'avoir été sous son règne. Mh. Peut-être que Nuada avait vécu trop près d'elle pour s'en rendre compte, il n'en savait rien mais ce n'était pas la question qui l'avait fait mander Lucan. «  Mais ce sont des problèmes qui ont des solutions. » Drastiques mais pourtant mises en place par Nuada. Il n'aimait pas voir le chaos, après tout, il était un guerrier, un stratège et ne supportait pas que les choses débordent des jolies cases déjà instaurées.

Posant son verre vide de côté, il passa une main sur son visage et porta son regard tricolore sur l'élémentaire. «  Tu sais très bien que je ne te donnerai pas d'ordres, tu as parfaitement le droit de refuser ce que je te demande.. » Par les Ténèbres qui dévoraient Tout, il détestait de voir les personnes de son entourage lui rappeler qu'il était Roi. C'était comme s'il ne pouvait plus entendre de négation de la bouche des autres. Il était évident que peu de personnes pouvaient se narguer de refuser les doléances du Roi en place, mais Lucan en faisait parti. A cet instant, il ne portait pas de couronne et personne n'était présent pour lui rappeler qu'il était important de se tenir bien droit pour marquer le respect. « Donc.. J'ai discuté avec Dagda. » Cette phrase était suivie d'un soupir qui montrait à quel point cela avait été compliqué. « Après les événements du couronnement, j'ai pensé – avec les Seigneurs des Maisons Nobles – qu'il était judicieux d'avoir un entretien avec le Roi des Seelies. » Tout le monde savait qu'ils étaient frères et pourtant, aucune émotion ne transparaissait à ce sujet. Il continuait son explication. « Des menaces extérieures planent un peu trop sur les Cours et le Roi David semble lié à cette menace. Pire encore, une partie de la Meute Sauvage semble être sous le contrôle d'un sombre inconnu. » Il ne lui apprenait rien pour l'heure. « En ce qui concerne la Meute Sauvage et plus particulièrement leurs cousins Sluaghs, j'ai proposé à Dagda d'aller discuter avec le Roi des Sluaghs dans le but de recueillir des informations si tant est qu'il en détient. » Balançant sa main dans les airs, il finissait : « Je n'ai aucun Ambassadeur, et tu serais parfait pour ce rôle. Je te fais assez confiance pour prendre des décisions justes et dans l'intérêt des Unseelies.. j'aimerai que tu ailles à ce rendez-vous avec Dagda. Et si cela te convient, de garder ce poste pour les négociations avec les Seelies.. tu te doutes que mon épée me démange quand je me retrouve dans la même pièce que ces coincés. »

Une fois encore, Lucan pouvait refuser la responsabilité que lui donnait Nuada, ce n'était en aucun cas un ordre.. mais le Sidhe n'avait trouvé personne d'autre en qui il avait assez confiance pour mener des négociations à bien. Il ne pouvait pas être partout à la fois et il avait besoin d'une épaule sur laquelle s'appuyer dans des moments difficiles. De connaissance, Lucan était quelqu'un de posé et de très diplomate. Il savait y faire avec les mots et savait jauger ses interlocuteurs : des qualités toutes requises pour la place qu'il lui offrait.



Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: Des jeux politiques. Ft Lucan.    Sam 21 Mai - 12:23
Des jeux politiques
ft. Cian & Lucan.
En cela, le roi avait raison : tout problème avait une solution, voire plusieurs. C’était là son rôle, choisir la solution qui lui paraissait la plus efficace, quand bien même elle allait à l’encontre de ce que le peuple aurait voulu. Être roi signifiait être souvent à contre-courant de la masse parce que la masse ne savait pas toujours ce qui était bon pour elle… du point de vue du roi. Ces questions-là n’étaient pas anodines et c’était là le cœur du concept et souvent le cœur du problème également. Dans cet équilibre résidait ce qui faisait la réussite d’un règne ou sa transformation en autre chose, qui débouchait alors sur des moments pas toujours glorieux tels qu’ils en avaient déjà connus au fil de leur Histoire. Man abaissa brièvement les paupières en guise de réponse, d’acceptation. Il n’était pas venu pour donner au roi sa version personnelle du parfait petit manuel du monarque, un livre qui n’existait pas, qui plus est. Ce n’était pas pour rien que lui-même ne serait jamais roi, au-delà des questions de sang et de rang. Il aimait être présent mais rester en retrait, aimait observer et conseiller sans pour autant participer activement aux choses, du moins le pensait-il. Mais par le passé, il avait toujours fini par donner plus à la politique que ce qu’il avait voulu, et avec les effets qu’on savait… Il sourit cependant quand Cian lui assura que jamais il ne lui donnerait d’ordre. Il était certes très différent de Lizabeth, en vérité, quand il le regardait ainsi. Tous deux si tôt épuisés par leur charge, mais elle en avait profité au-delà de ce qui aurait dû lui être permis alors que lui ne semblait que s’en tenir à ses simples devoirs, aussi pesants soient-ils. Elle s’en amusait, à sa façon tordue, lui semblait garder cette distance qui rendait la couronne peu plaisante à porter sur sa tête. Il aurait voulu lui répondre, lui dire qu’il se devait de lui donner des ordres comme à n’importe qui d’autre. Que faire une concession, même pour lui, c’était ouvrir la porte à d’autres concessions. Mais il reconnaissait également le caractère important de ce que son roi venait de lui dire. Il s’attendait à tout sauf à ça et seule cette constatation se grava dans l’esprit de l’Élémentaire : il semblait que les années et les épreuves n’avaient pas détruit leur amitié, après tout.

Man finit par s’asseoir à la table, face à Cian, conscient de l’importance de cette entrevue et de la gravité qu’elle semblait prendre. Bien lui en prit, car la suite de leur conversation allait s’annoncer rude. La simple mention du roi Seelie, pour commencer, attira l’attention de Man sur le roi comme un radar. Dagda ? Son dégout ne se vit pas sur son visage, il avait eu cinq mille ans donc la quasi-totalité à jouer dans la cour politique pour perfectionner son visage neutre, mais il n’en pensait pas moins et savait que Cian, plus que quiconque, pouvait le deviner. D’ailleurs, quelle abnégation à sa charge cela représentait-il pour lui de « discuter » avec son frère quand on savait les crimes dont ce dernier s’était rendu coupable, particulièrement auprès de Cian ? Bien sûr qu’il était judicieux de garder contact avec le roi Seelie, ne serait-ce que pour délimiter les contours et surtout les frontières imperméables de cette relation. Voilà bien une conséquence de leur couronnement qu’eux-mêmes n’avaient peut-être pas vraiment anticipée, du moins au début. Mais il était clair que ces derniers temps, le Songe se portait mal et la Déesse leur envoyait de si nombreux signes qu’il leur était impossible de les ignorer. Une menace qui ne concernait pas seulement une Cour ou l’autre, et ignorer ce fait, s’obstiner à ne pas vouloir en parler, même avec l’ennemi Seelie, aurait été d’une vanité et d’une dangerosité sans nom. Ce dont Cian lui parlait, Man en avait parfaitement connaissance, ayant pu en témoigner pas plus tard que lors du couronnement de son ami. Et à mesure que le roi parlait, l’Élémentaire devinait ce qui se profilait et quelle était la nature de la demande du roi. Il sut aussi, dans une certaine mesure, pourquoi Cian lui avait assuré qu’il ne pourrait lui ordonner quoi que ce soit. Le premier réflexe de Man fut le silence et la réflexion. Sa première pensée ne fut non pas tournée vers l’avenir mais vers le passé. Il effleura doucement l’antique table de bois du bout des doigts, avant de relever les yeux vers le roi.

« Te souviens-tu de la dernière fois où le monarque du Sithin a demandé mon conseil ? »

C’était une pure question rhétorique, évidemment. Lizabeth lui avait demandé de devenir son conseiller et il avait accepté. Et à aucun moment il n’avait pu freiner la descente infernale de la reine dans la folie, ou si peu, quand parfois, elle avait accepté d’en gommer les contours et de se montrer à peine plus sage dans sa cruauté. Et au final, il n’avait pas pu non plus empêcher sa mort, quand bien même c’était bien là la seule chose réellement royale, en accord avec sa charge, qu’elle avait accomplie. Cela, en revanche, était bien moins connu. Man n’était pas du genre à craindre que l’Histoire se répète. D’un point de vue général, il était pour que les choses bougent, avancent, surtout chez son peuple si ancien, si prompt à s’arc-bouter sur ses acquis et ses traditions, à s’abriter derrière les siècles passés pour refuser de changer quand bien même sa survie était en jeu. Mais d’un point de vue plus personnel, il n’avait pas d’autre choix que de s’interroger : était-ce là la décision la plus judicieuse que Cian puisse prendre, le choisir comme Ambassadeur ? Objectivement, c’était probablement le cas. Loin d’être orgueilleux, Man se savait être l’homme de la situation parce qu’il était totalement dénué d’ambition. Et il savait également quels serpents se lovaient au cœur même de la Cour du roi, prêts à mordre si seulement il leur en laissait l’occasion. Man pouvait nommer plusieurs de ces ambitieux qui, s’ils étaient envoyés auprès du roi des Sluaghs avec Dagda, se verraient ainsi conférer le pouvoir de grandement mettre en danger la position de Cian.

« Cependant, si toi, parmi tous, tu me fais cette proposition, je ne peux que l’accepter. Je souhaite t’aider et je souhaite aider notre peuple. Dagda… » Un sourire passa sur son visage, bref et ironique. « … est quelqu’un que je peux gérer et supporter au nom de notre sauvegarde. Et je mentirais si je prétendais ne pas vouloir en savoir plus sur les actions du roi des Sluaghs depuis quelque temps. »

N’était-ce pas ironique, comme situation ? Il avait promis à Elatha qu’il reviendrait bientôt, d’une façon ou d’une autre, graviter dans son Univers, s’était promis, après avoir parlé à sa fille, que les Sluaghs seraient pour lui une porte d’entrée à son besoin d’agir, de faire quelque chose… Et voilà que Cian lui offrait la possibilité d’aller dans le royaume de la Meute Sauvage tout en lui imposant les limites dont il avait besoin tant, ces derniers temps, il se sentait si peu lui-même, si plein de colère et d’envie de vengeance. En tant qu’Ambassadeur, il se devrait de mettre de côté tout cela, ses sentiments personnels, à l’image de son roi qui avait rencontré son frère et avait dû lutter à chaque seconde contre son instinct et ce que lui hurlait son cœur et son bras armé.

« J’irai voir le roi des Sluaghs aux côtés de Dagda, si tu veux bien m’en dire plus sur la politique que tu souhaites adopter à ce sujet. Quant à garder ce poste… Permets-moi de réserver ma réponse pour après cette entrevue en territoire sombre. La sagesse voudrait que tu considères cette mission comme une mise à l’épreuve de ma personne. »

Et de nouveau, un sourire naquit sur ses lèvres. La sagesse, oui, car en tout cas, la volonté était là, l’envie était là, son roi lui rendait ce qui lui avait manqué depuis le jour même de la mort de Lizabeth.



 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: Des jeux politiques. Ft Lucan.    Mar 14 Juin - 18:51
Political animal
Nuada+Man

Nuada ne connaissait que trop bien les intrigues de cours même s'il ne s'était jamais vraiment penché sur la question. Il avait vu ces rapaces tourner autour de Lizabeth pendant deux millénaires et il n'avait vu personne de confiance lui murmurer de bons conseils. Il y avait eu des exceptions, bien entendu, comme Lucan pour n'en nommer qu'un seul. La demande était mise sur la table sans trop de procédés, car il fallait se rendre à l'évidence : Nuada ne pourrait jamais être partout à la fois et il ne le souhaitait pas du tout. Les coups dans le dos et les traîtres étaient partout, et à présent qu'il était sur le trône, il avait conscience de son manque de confiance. Ainsi, il se devait de porter son attention sur ceux qui avaient été là pour lui, pour leur ancienne reine mais surtout pour les Unseelies. Ces êtres étaient rares, Nuada ne voulait pas les éloigner du pouvoir, cela aurait été complètement stupide. Alors, à la question rhétorique de Lucan, le Sidhe ne lâcha qu'un bref soupir en fermant les yeux. Les temps avaient changé, à vrai dire, la couronne avait changé de tête aussi. Nuada était bien placé pour savoir que Lisabeth avait été trop accrochée à son pouvoir au point de refuser d'avoir un héritier, de torturer ceux qui ne le méritaient pas pour son plaisir et surtout, d'en faire qu'à sa tête. Elle avait été butée, dénigrant tous les conseils qui lui étaient arrivés à l'oreille. L'élémentaire ne pouvait aucunement comparer l'ancienne reine et le nouveau roi. Nuada avait vu ce que le pouvoir pouvait faire à un être et il ne comptait pas se laisser prendre au piège. Soit, il n'aimait pas qu'on le conseil, cela faisait parti de son caractère, mais il ne faisait jamais la sourde oreille à une remarque intelligente. De plus, il n'était pas à sa place parce qu'il l'avait voulu mais parce qu'il n'avait pas eu le choix. A la création des cours, il aurait dû être le compagnon de Lizabeth après sa période en tant que Consort, mais elle n'avait fait que le reléguer à une place sans importance.

«  Je ne suis pas Lizabeth.. » Il fallait que les choses soient claires sur ce point. « Je ne suis pas sur le trône pour m’enivrer d'un pouvoir inutile. De plus, la politique m'ennuie au plus haut point.. non pas que je n'y comprends rien mais cela ne m'intéresse pas. Quant à la descente aux enfers de notre précédente reine, si elle me touche, elle sera freinée par ma femme. » Morrigan n'était pas seulement une reine pour faire bonne figure. Elle le conseillait, elle lui murmurait à l'oreille et elle lui était essentielle pour garder la tête sur les épaules. Dans un sens, Nuada essayait de rassurer Lucan sur l'avenir des Unseelies. Il ne comptait pas se laisser entraîner par la folie : ses deux frères en avaient fait les frais alors qu'il avait su garder la tête froide. Pourquoi ? Sans doute parce qu'il s'était battu chaque minute de sa vie pour obtenir ce qu'il avait... on ne lui avait jamais rien donné gratuitement. « J'ai conscience que ce que je te demande mérite réflexion et j'ai aussi conscience que tu ais besoin d''être sûr que le passé ne se réitérera pas. » Soupirant, il s'étalait dans son fauteuil en levant les yeux au plafond. « Si je deviens fou, ma femme me tapera sur la tête avec ma propre épée... et m'enfermera sûrement dans les tréfonds du Sithin pour me remettre les idées en place. L'avantage, c'est que je l'aime assez pour me laisser faire. »

Il esquissa un sourire avant de reposer son attention sur Lucan. « Merci. » Pour accepter le rendez-vous avec Dagda.. car Nuada ne pouvait décidément pas rester face à son frère très longtemps. Il avait la fâcheuse manie d'avoir envie de lui arracher la tête avec les dents. Il y avait bien plus que de la haine entre les deux frères, il y avait aussi de la méfiance et de la déception. Quant à la politique à adopter, il en avait déjà parlé avec les Seigneurs Nobles qui lui avaient donné leur avis. Inspirant un grand coup, il reprit la parole. « Les Sluaghs ont été nos alliés durant des millénaires. Lizabeth a longtemps travaillé pour qu'ils soient de notre côté, c'est pour cette raison que l'île a été divisée telle qu'elle est. A la mort de Lizabeth, les Seigneurs Nobles ont donné le Territoire des Ténèbres aux Sluaghs. Malheureusement, depuis le retour des Vampires, leur allégeance a changé.. ils ne sont plus vraiment nos alliés.. En vérité, nous n'avons pas pris contact avec le Roi des Sluaghs pour discuter de nouvelles prérogatives. » Il semblait ennuyé pendant une seconde, son visage brusquement épuisé. « Le découpage géographique des forces du Songe n'est pas en notre faveur : Si les Sluaghs s'allient aux Seelies, nous serons coincés par le nord et par l'ouest. Je ne sais pas ce qui se trame dans la tête de Dagda mais je me méfie de lui. Il est donc important de garder un pacte de non-agression avec les Sluaghs.. » Plissant le nez il se pencha de l'avant. « Les Seigneurs Nobles ne m'ont parlé que des Sluaghs, mais ils ont oublié que ces derniers se sont alliés aux Vampires. Autant je ne les aime pas du tout, autant les avoir dans la poche ne serait pas non plus un luxe. Il faut montrer que les Unseelies sont ouverts à toutes propositions. Essaie de savoir ce qu'il en est des Sluaghs, et si le Roi accepte un pacte de non-agression, nous en aurons un avec les Vampires de manière indirecte. » Il finit alors son explication sur un autre détail. « Il faut aussi savoir si le Roi des Sluaghs sait quelque chose sur le changement de comportement de la Meute Sauvage. Il n'a aucun contrôle sur cette dernière, mais il est lié aux Sluaghs qui sont liés à la Meute. Je n'ai pas besoin de te faire un dessin sur le sujet.. mais je pense qu'il a des informations quant aux événements récents. »

Nuada avait conscience que la donne avait changé et qu'il ne pouvait plus se permettre de faire la fine bouche. Il était hors de question de s'allier aux Seelies et il savait qu'il ne pouvait pas non plus le faire avec les Vampires et les Sluaghs.. mais commencer par des discussions dans la neutralité était une très bonne chose. A terme, cela ne pouvait être que bénéfique. «  Tu pourras me donner ta réponse quand tu le souhaites, ne te presse pas. Et rappel toi que je ne t'en voudrais pas si tu refusais. »



Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: Des jeux politiques. Ft Lucan.    Mar 21 Juin - 22:40
Des jeux politiques
ft. Cian & Lucan.
L’affirmation, brève, directe, résonna entre eux comme un écho. Man ne pouvait qu’être d’accord. Non, Cian n’était pas Lizabeth. Il aurait bien voulu ajouter que personne ne pourrait être comme elle, mais il était bien placé pour savoir que ce n’était pas le cas. Les Unseelies ne sauraient jamais leur chance le jour où la Déesse avait désigné Cian pour porter leur couronne. Ou plutôt si, ils le sauraient… Nul n’avait oublié le règne précédent. Et pourtant, et peut-être aurait-il dû s’en sentir coupable, mais Man appréciait aujourd’hui encore la femme qu’avait été Lizabeth. Oh, il ne se faisait pas d’illusions. En tant que reine, si ce n’est en rendant son dernier souffle, elle n’avait rien fait pour sa Cour. Du moins lui avait-elle permis de survivre quelques années de plus. Mais tout en connaissant ses défauts, en ayant vu de ses yeux ses travers, en ayant géré ses torts, en connaissant sa folie, l’Élémentaire ne pouvait pas détester la reine, ni à l’époque, encore moins aujourd’hui. Ce que les gens savaient, ce qu’ils ignoraient, la façon dont ils jugeaient aujourd’hui Lizabeth… Et Cian, bien sûr, ne faisait pas exception. Lui plus que les autres avait été en première ligne, et aujourd’hui, il occupait carrément sa place. Et cependant, Man savait que tous deux n’auraient jamais tout à fait la même opinion de la reine, et il s’agissait de plus d’un sujet délicat pour Man, susceptible de les diviser. Cependant, les paroles qui suivirent ne purent qu’amener un sourire sur ses lèvres. Mais qui aimait la politique, au fond ? Oh, bon, tous les ambitieux, les mégalomanes et peut-être aussi un peu les sages. Dans quelle mesure Man possédait ces deux dernières relatives qualités, il n’aurait su dire, mais s’il y avait bien quelque chose qu’il n’était pas, c’était ambitieux. Pour lui, la politique était un jeu, un jeu pervers, il fallait bien en être conscient. En politique, il fallait avant tout savoir manipuler les sensibilités et les personnalités, manier le verbe avec brio et ne pas craindre des dégâts que l’on causait sur sa route. Que personne ne soit dupe : un politique n’était pas quelqu’un de sympathique. Ni quelqu’un de très fiable, s’il n’était pas plus qu’ambitieux et mégalomane. Assis face à son roi, l’Élémentaire hocha la tête dans sa direction, reconnaissant par là qu’il n’était certes pas comme Lizabeth, et que Naemesys ne lui laisserait pas le temps d’être atteint par la folie inhérente à sa fonction. Man pouvait se vanter de connaître assez la reine pour savoir que le roi disait vrai. Ces quelques mots légers prononcés par un mari parlant de sa femme étaient une douce symphonie aux oreilles de l’Élémentaire. Une fois encore, comme si souvent déjà, il se permit de remercier Danu pour avoir ramené Naemesys sur cette Terre.

Il était temps cependant d’entrer dans le vif du sujet, et Man se pencha en avant au-dessus de la table, attentif. Il était presque amusant d’évoquer cette époque au regard de celle d’aujourd’hui. Ainsi allait l’Histoire d’un monde : les décisions d’alors prenaient une résonance toute différente, avec le recul. Nul n’ignorait que les Sluaghs avaient été les alliés plus ou moins volontaires de la Cour Unseelie. Aux yeux de Man, cette alliance n’avait rien de pérenne, et cependant, elle leur avait été vitale en plus d’une occasion. Les vies feys sauvées aux dépens des Sluaghs, eh bien… Disons que Lizabeth était loin d’être aussi idiote que certains prétendraient toujours. Mais les mots employés par Cian n’étaient pas anodins : allégeance. Il s’agissait là d’un concept puissant dont les conséquences pouvaient être difficilement mesurables. Les Sluaghs étaient, littéralement, une armée et une arme tout à la fois. Leurs origines avait fait de leur lien avec le Sithin une alliance quasi contre-nature, ou à tout le moins forcée. D’un point de vue personnel, l’Élémentaire avait, en cette seconde, bien du mal à dissocier dans son esprit les Sluaghs de la figure d’Elatha, qui ne cessait de le hanter à intervalles désormais réguliers. Et peut-être finalement aurait-il dû refuser la proposition de Cian. Mais dans cette affaire, les histoires personnelles n’entraient pas en ligne de compte, pas du tout. En fait, le roi venait d’énoncer une vérité simple quoique difficile à accepter : le roi des Sluaghs avait visiblement pris sa décision, sans même leur en parler. D’un point de vue moral, aller à sa rencontre pouvait s’avérer vain, mais d’un point de vue politique, justement, et stratégique, cette entrevue devait absolument avoir lieu. Il n’était pas question que Cian ne se rappelle pas au bon souvenir du roi des Sluaghs.

« Certains Seigneurs Nobles ne voient pas vraiment plus loin que leurs propres intérêts. Les Vampires représentent une force nouvelle dans la balance et j’imagine que nombre de nos nobles seigneurs cherchent encore un moyen d’en plus qu’un simple bien commun. »

Les menaces extérieures étaient plus spectaculaires, de sortes qu’elles étaient également plus facilement identifiables. Nul n’ignorait cependant que la Cour elle-même, jusque dans ceux qui en étaient les piliers, les plus proches du roi, se lovaient des serpents qu’il aurait été imprudent d’ignorer. Man lui-même connaissait le visage d’au moins l’un d’entre eux… et cependant, sa tâche serait désormais ailleurs. Il s’agita légèrement sur son siège, sourcils froncés.

« Tu penses que les Vampires seront ouverts à quoi que ce soit, même via les Sluaghs ? On peut toujours jouer la carte de l’ennemi commun, compte tenu de ce qui est en train de se passer hors du Songe, et ils sont les premiers concernés. Mais on sait bien ce qu’ils pensent de nous depuis bien plus longtemps que cela. »

Et le sentiment était réciproque. Que les anciens ennemis mortels deviennent de potentiels alliés par pur intérêt, même indirects, cela s’était vu et se verrait encore. Mais sa récente conversation avec Elatha ne le poussait pas à croire que les Vampires accepteraient ne serait-ce qu’un pacte de non-agression. Il se demanda s’il devait parler de cette entrevue avec le roi. Car peut-être même verraient-ils d’un mauvais œil que les Feys approchent des Sluaghs. Il s’agissait là de jouer avec plusieurs forces qui gravitaient les unes autour des autres sans pour autant s’apprécier. Peut-être qu’effectivement, s’ils arrivaient au même genre de statu quo que les humains avec leurs armes de destruction massive, auraient-ils achevé quelque chose.

« J’ai saisi ce que tu attends de moi. J’avoue qu’en apprendre plus sur la Meute Sauvage me paraît plus facile que revenir ici avec une trêve entre les Sluaghs et nous et les Vampires et nous, mais je vais rester optimiste. Dans tout cela, je crois que le plus compliqué sera de jouer des coudes avec Dagda. Ne s’attend-il pas à ce que ce soit toi qui représentes ta Cour, d’ailleurs ? »

Il porta la main son visage et se frotta rapidement le menton avant d’ajouter :

« Je ne pose pas cette question d’un point de vue personnel. J’ai largement de quoi expliquer ton absence au roi des Sluaghs, et si l’on se fiche de ce qu’en pensera Dagda, alors fi des incidents diplomatiques ! »

À moins bien sûr que Dagda lui-même décide de ne pas venir en personne pour exactement les mêmes raisons que Cian.



 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: Des jeux politiques. Ft Lucan.    Mer 6 Juil - 20:45
Political animal
Nuada+Man

Nuada n'était pas Lizabeth, et pourtant, il avait appris de nombreuses choses à ses côtés : comment diriger et surtout, ce qu'il ne fallait pas faire. Elle avait été finalement une providence quand lui même avait touché le fond après la mort de Morrigan. Il l'avait même aimé durant un temps, il avait vraiment cru qu'elle aurait pu être la femme qui panserait les plaies ouvertes par son frère. Mais il s'était fourvoyé, son cœur froid et ses envies de pouvoir l'avaient transformé en un monstre qui ne cherchait qu'à détruire tout ce qui s'approchait d'elle. Elle n'avait aimé personne, elle n'avait aimé que le sang et la souffrance. Nuada avait été l'un de ceux qui avait subis ses crises en ayant été humilié, traité en animal de foire malgré son statut de fils de Danu. Dans un sens, il lui en voulait toujours mais il l'avait toujours respecté pour ses choix. Il avait accepté sa place, il avait accepté la douleur, il avait accepté de n'être qu'un pantin au bout des fils de la reine. C'était sans doute pour cela qu'il avait extrêmement mal vécu son assassinat. Peu de personnes connaissaient ce qu'il avait fait à cet instant, son arme qu'il avait préparé et la tête d'Orel qu'il avait tranché sans concession. A ce jour, il considérait encore avoir fait le mieux pour les Unseelies.. et il devait reprendre ce que l'ancienne reine avait laissé derrière elle.

Mais des changements devaient s'opérer. Lui qui n'avait jamais eu envie d'une couronne sur la tête devait à présent montrer qu'il pouvait être un bon roi : juste et bon pour des Unseelies qui avaient vécu dans la terreur durant des millénaires. Mais au fond, lui aussi avait ses mauvais côtés : intransigeant, il ne comprenait pas le pardon, ou la zone grise de compréhension somme toute très humaine. Pragmatique et manichéen, il ne voyait que les deux côtés de la pièce sans leur ensemble. Il n'y avait qu'eux et leurs ennemis, potentiellement quelques alliés en qui il n'avait pas la moindre confiance. Son devoir, il en faisait une qualité et son entourage le savait aussi bien que lui. «  Les Vampires nous détestent. J'en ai moi-même tué des milliers sans compter Balor. » Secouant la tête, Nuada observait le vide un instant. « Je ne me leurre pas. Je sais qu'une discussion est impossible mais il faut tout de même essayer. »

Se mordillant les lèvres, il retenait un soupire. Lucan était logique, il était intelligent et Nuada n'était pas là pour lui mentir, ce n'était pas dans l'intérêt commun et en qualité de Fey, il ne pouvait tout simplement pas. « Non. Ils ne seront ouverts à rien. C'est un peu comme espérer que les Seelies et Unseelies s'entendent.. Et plus encore, le mal est ancré depuis bien plus longtemps encore. » Alors pourquoi envoyer Man ? « Mais je serais un bien mauvais souverain si je n'essayais pas. On ne sait jamais.. après tout, les temps on changé et cela fait des millénaires que nous n'avons pas été en guerre contre eux. » Nuada détestait les Vampires, il ne pouvait pas les avoir dans une même pièce sans avoir l'épée qui le démange. C'était comme avec les Seelies, quelque chose de physique et aussi de spirituel. Le blanc et le noir ne pouvaient pas se mélanger à ses yeux. «  Je ne sais pas s'ils attendent une pseudo revanche ou s'ils ont oublié leur exil. Nous avons tout de même essayé de les exterminer.. pour des raisons qui nous regardaient, et je doute que ce genre de fait puisse s'oublier ainsi. De nombreux Vampires ont connu cette époque et sont encore en vie aujourd'hui.. bien qu'aucun n'aurait dû s'échapper du champ de bataille. »

Eux, en tant qu'Unseelies, devaient être plus intelligents que les autres. Ils étaient fondamentalement plus ouverts, plus compréhensifs et pouvaient accepter n'importe qui en leur sein. Cette philosophie, Lizabeth l'avait créé en se mêlant aux Sluaghs et aux Gobelins. Nuada n'allait sûrement pas cracher dessus.. et s'il devait se mettre à genoux devant l'élu Vampirique ou le roi des Gobelins, il le ferait sans rechigner. « J'ai déjà signalé à Dagda que j'enverrai un émissaire.. je lui ai laissé le choix et il a préféré se déplacer lui-même. Mais le Roi des Sluaghs et moi.. » Nuada émit une grimace embêtée. « .. ça n'a jamais été le grand amour. Il a toujours essayé de mettre Lizabeth dans son lit et elle me prenait à partie constamment. J'étais stupide et je refusais catégoriquement qu'il puisse la toucher. Je ne pensais pas que cela pouvait avoir la moindre répercussion dans le futur. De plus, j'ai été envoyé le tuer par Lizabeth une fois afin qu'elle puisse récupérer les Sluaghs. C'est la seule mission que je n'ai pas pu mener à bien.. Il est entouré de trois sorcières psychopathes qui voient tout. » Secouant la tête, Nuada reprenait en grognant presque. « Depuis, nous avons quelques petits soucis pour se parler. » Sans déconner. «  Ne t'inquiète pas, il saura exactement pourquoi je ne suis pas là.. Cependant, il est un bon roi, il est Sidhe et il a les Seelies en horreur. Il saura prendre les bonnes décisions qui ne m'impliquent pas forcément. »



Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: Des jeux politiques. Ft Lucan.    Jeu 14 Juil - 20:44
Des jeux politiques
ft. Cian & Lucan.
Essayer, c’était un bon plan, pour Man. Tout à fait sa philosophie de vie. Au moins par ses actes Cian démontrait-il sa volonté de véritablement œuvrer pour le bien des Unseelies. Cette expédition était peut-être vouée à l’échec, il s’agissait peut-être d’un coup d’épée dans l’eau, mais malgré tout, il fallait essayer, c’était un devoir, assorti d’un peu d’espoir, certes. Nombre des pairs du roi à la Cour n’aurait pas tenté ne serait-ce qu’un dixième de ce que Cian était en train d’évoquer. Et Man se sentait autant honoré que satisfait, finalement, de cette situation. À bien des égards, il avait l’impression de renouer avec une part de lui-même qu’il avait laissée en sourdine ces dernières années, depuis la mort de Lizabeth, en fait. Sur la question des Vampires, il ne se faisait aucune illusion, à l’image de Cian lui-même, mais pour de nombreuses raisons, diplomatiques, d’apparence, de pouvoir, il leur fallait malgré tout tenter leur chance. Quant à la comparaison entre les Vampires et les Seelies, elle amena un sourire sur les lèvres de l’Élémentaire. Il aurait bien eu du mal, pour sa part, à déterminer vers qui allait sa colère la plus intense. Sa vision des choses se faisait au cas par cas au-delà des tensions de base. Peut-être était-ce parce que certains Seelies avaient été des proches, voire des amis, qu’il se sentait capable d’y penser sans perdre la tête, sauf quand il s’agissait de Dagda, et depuis quelque temps, de son fils. Alors qu’il ne pouvait pas se souvenir d’une seule bonne relation parmi les Vampires, et que cela n’allait pas s’arranger au fil du temps. Il se demanda brièvement si, en allant au devant des Vampires pour tester la température, il allait se retrouver confronté à Elatha elle-même. Il n’avait aucune idée de quel était son véritable rôle dans leur petite communauté.

On avait tendance à sous-estimer les conséquences à long terme d’une guerre. Les Vampires en étaient la preuve. Un conflit armé allait plus loin que la simple somme des morts et des blessés que chaque camp devait enterrer ou gérer. Le propre du vainqueur et de réécrire l’Histoire, mais cela n’empêcherait jamais les vaincus d’oublier ce qu’ils avaient vécu, d’autant plus qu’ils devenaient alors les seuls gardiens de la vérité. Si la guerre contre les Fomoires était entrée dans la légende tant elle remontait à loin, il était peu probable que ceux qui avaient survécu s’en souviennent encore, et surtout, en conçoivent de la haine à l’égard des Feys. Les immortels ont la mémoire longue, c’est bien connu. Alors oui, il y avait peu de chance que la petite délégation de Man ne soit pas accueillie à bras ouverts. Malgré tout, Man pouvait déjà penser à quelques leviers sur lesquels jouer. Il verrait bien ce qui comptait le plus pour ses interlocuteurs, une haine ancienne et somme toute naturelle, et une rage nouvelle, dirigée vers les Humains, si faciles à détester, si faciles à tuer, mais si nombreux et finalement personnifiant un danger bien plus immédiat pour les Vampires que n’importe quel Sidhe se baladant sur leurs terres. Cela supposait bien sûr que son vis-à-vis vampirique soit capable de réflexion et de raison. Il verrait bien une fois sur place.

« J’imagine qu’ils ont le droit d’être en colère… Quand bien même l’Histoire tient à peu de choses et que nous aurions bien pu être à leur place et eux à la notre, alors… Je verrai bien s’ils ont fini par aller de l’avant. »

Et il saurait se faire le messager de la générosité de son roi, si on pouvait parler ainsi. Il était certain qu’en la matière, Man partait avec un coup d’avance sur Dagda et la philosophie de la Cour, qu’il incarnait couronne sur la tête. L’ambassadeur Unseelie serait peut-être regardé d’un mauvais œil, mais il aurait fallu le payer cher pour être à la place du roi Seelie – ou pas le payer du tout d’ailleurs, et pas seulement parce que Man était incorruptible. Et ainsi, chacun savait où il en était avec l’autre. Dans l’absolu, Man se fichait bien de savoir ce que pensait ou ne pensait pas le roi Seelie, tant qu’il ne se mettait pas dans ses jambes une fois sur place. En revanche, c’était une autre chanson que d’évoquer le roi des Sluaghs. Quel genre de problème une telle relation entre Lizabeth et lui aurait pu déclencher, et avec quelle conséquence ? Lizabeth avait été le triste étendard de la stérilité des Feys, mais avant que la chose ne devienne une évidence, personne n’aurait pu ignorer la migraine qu’un enfant né des coucheries du roi Sluagh et de la reine Unseelie aurait donné à certains des plus grands personnages de la Cour. Au-delà de ça, lui-même n’aurait peut-être pas agi différemment que Cian. Difficile à dire. Le corollaire de la politique de Lizabeth à l’égard des Sluagh était qu’ils se posaient en alliés des Unseelies, qui de base vivaient fièrement selon des mœurs libérés, alors pourquoi pas ? Mais peu importait les mœurs et les alliances, il y avait une règle indéniable en matière de coucherie : pour une reine ou roi, toujours choisir un partenaire de plus basse extraction, quelqu’un qui ne peut avoir aucune prétention de quelque nature.

« Les cataclysmes que ta présence aux côtés de Lizabeth nous a épargnés ne cessent de me surprendre… J’espère pourtant qu’il t’a pardonné de lui avoir interdit l’accès à la couche de Lizabeth, et si ce n’est pas le cas, je compte bien lui faire remarquer que la rancune a ses limites sur ce sujet précis… »

Ça le ferait doucement rigoler que le roi des Sluagh le boude parce que Lizabeth lui avait mis un râteau par Cian interposé. Enfin, « rigoler », avec des guillemets. Il regarda son ami par en-dessous.

« Cela te paraît stupide avec le recul mais à l’époque, c’était peut-être une très bonne décision. Les choses changent, on ne peut pas lutter contre ça. De toute façon, s’il ne pas envie de négocier avec toi, il se trouvera une raison, que ce soit celle-ci ou une autre, alors pas la peine de t’en vouloir pour ça. Mais tu l’as dit toi-même, il est intelligent et il ne fait aucun doute qu’il sait exactement où se trouve son intérêt. »

Et celui de son peuple. Il jouissait d’une longévité plutôt appréciable, en tant que roi, et ce n’était pas pour ses beaux yeux. Peut-être ferait-il des difficultés, pour la forme, par fierté, mais Man s’attendait à beaucoup moins de difficultés avec lui qu’avec les Vampires. Et il apprécierait sans doute l’absence de Cian, au final.

« Je dois quand même te prévenir que de mon côté, je n’entretiens pas de bonnes relation avec une certaine Vampire, au point que cela pourrait tuer dans l’œuf toute velléité de discussion entre nous si elle était dans le coin. Même si je te fais la promesse de mettre mes problèmes personnels de côté pour mener cette quête à bien. »

Juste au cas où Cian avait un plan B pour cette délicate mission. Mais à part ce léger petit détail, il avait là toutes les informations dont il avait besoin.



 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: Des jeux politiques. Ft Lucan.    Jeu 21 Juil - 22:28
Political animal
Nuada+Man

La guerre. Un événement que voulait éviter Nuada. Il avait été un grand chef de guerre contre les Fomoires, il avait joué un rôle dans chacune des tueries qui avait impliqué des Feys.. Il avait cela dans le sang, il en avait besoin, il aimait sentir son arme se repaître du sang de ses victimes. Pourtant, il n'oubliait pas que la Guerre c'était des pertes dans les deux camps. Il refusait de voir le nombre d'Unseelies s'amoindrir une fois de plus. Ils avaient trop soufferts.. que cela soit des humains ou des Seelies. S'il espérait une véritable prospérité pour son peuple, cela allait arriver par les compromis et pas par le sang versé. Soit, ce n'était pas sa philosophie de base mais il apprenait à s'y faire et à essayer de voir des deux côtés avant de prendre une décision. Trop imprudent, il aurait pu amener les Unseelies à leur perte.. et il ne pouvait pas se permettre d'aller dans une direction sans y avoir pensé des jours durant. Mais dans tout cela, il se perdait un peu tout de même. Il n'aimait pas cette place d'inactivité qu'on lui donnait.. il ne pouvait plus partir en mission sans que les Seigneurs Nobles lui rappellent que sa mort risquerait d'affaiblir encore plus les Unseelies. Alors il restait là, dans ces murs, confiné et donnant des ordres à tour de bras en se tournant les pouces.

Se relevant de son siège, il fit quelques pas dans la pièce histoire de se dégourdir les jambes. Le droit d'être en colère, il aurait pu en rire si la discussion n'avait pas été aussi sérieuse. S'arrêtant à côté d'un siège, Nuada posa ses mains sur le dossier et le tapota de ses doigts. « Ils n'ont pas le droit d'être en colère. » Son ton avait été parfaitement catégorique. « Tu étais vivant à cette époque. Tu le sais aussi bien que moi. Ils ont attaqué, violé nos femmes tout en cherchant à nous détruire. Le seul droit que possède les Vampires et les Fomoires est celui de mourir et de souffrir durant des millénaires. » Sa phrase se terminait par un sourire parfaitement feint. « Et pourtant, il faut ravaler le passé. Sachant que pour ma part, je ne l'ai pas ravalé, je doute fortement que les Fomoires survivants aient pu le faire. C'est tout ce que je peux te dire, et c'est toutes les informations que je peux te donner. »

Si Nuada détestait vraiment les Vampires, il ne pouvait pas faire autrement.. et si une alliance de non agression devait se faire, il saurait sourire et discuter avec parfaite diplomatie sans leur arracher la tête. Mais c'était tout ce qu'il avait à dire sur les Vampires.. d'ailleurs, il lança sa main dans les airs pour passer à autre chose. Il n'avait plus l'envie de s'y attarder pour l'heure. Par contre, pour les Sluaghs, c'était une toute autre histoire. Ils avaient été alliés aux Unseelies assez longtemps pour qu'une mince couche de confiance puisse survivre. Leurs relations n'avaient pas été menées par la haine, la guerre ou un passé troublé. Non. Les Sluaghs avaient toujours été là quand les Unseelies avaient eu besoin d'eux.. après tout. « Je t'assure que je n'avais aucun contrôle sur Lizabeth. Elle n'en faisait qu'à sa tête. Elle me demandait mon avis pour me torturer, c'est tout ce qui l'importait. Au fond, Lizabeth n'avait aucune intention de donner son corps à ce qu'elle considérait comme une erreur de la nature. » Puis il secoua la tête. « Ne joue pas sur le fait qu'il n'ait pas réussis à mettre Lizabeth dans son lit, ce serait une atteinte à sa virilité et crois-moi, il aime beaucoup sa virilité. »

Il allait pouvoir avoir une idée générale du Roi des Sluaghs quand il se trouverait face à lui. Nuada avait toujours en tête l'image de ce Sidhe aux atours argentés qui se prenait pour le meilleur, le plus parfait en tout point. «  Mhmh. Je sais qu'il saura réfléchir à notre proposition et à nos demandes, il est très malin.. et manipulateur. Fais attention, il sait toujours ce qu'il veut et il fait tout pour l'obtenir. Lizabeth savait.. le prendre par les sentiments, mais je doute que l'un d'entre nous n'y arrive et je ne compte pas demander à ma femme de jouer de ses charmes pour politiser avec lui. » Man devait alors comprendre ce qu'insinuait Nuada.. Le Roi des Sluaghs, comme le Roi des Gobelins, avait un sérieux penchant pour les femmes Sidhes. Qui n'en avait pas de toutes les manières ? Quant à cette histoire avec une femme Vampire, cela fit froncer Nuada des sourcils. Il ne savait pas tout sur Man ou sur les personnes avec qui il s'entendait bien, il avait toujours été discret et considérait la vie privée de son entourage comme limite à ne pas atteindre. Mais cela n'inquiétait pas du tout Nuada.

« Les Vampires ont une société patriarcale. Certaines femmes ont pu se faire leur place dans les hautes sphères, mais je ne crois pas qu'il en existe encore beaucoup aujourd'hui. Les Vampires ont une sale manie de traiter les femmes comme des vaches laitières et des poules pondeuses. L'avis d'une femme compte que peu.. » Mais.. il y avait tout de même quelques petites choses que Man devait savoir. « Cependant, si une femme fait partie des personnes qui t'accueillent, fais bien attention à ses mimiques, à ce qu'elle dit, ce qu'elle insinue et vers qui elle se tourne. Le peu de femmes qui ont réussis à se faire respecter sont des femmes de pouvoir, manipulatrices et extrêmement dangereuses. » Curieux, il reprenait. « Qui est cette Vampire, si ce n'est pas indiscret ? »



Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: Des jeux politiques. Ft Lucan.    Sam 23 Juil - 17:54
Des jeux politiques
ft. Cian & Lucan.
Man suivit tranquillement des yeux son ami quand ce dernier se leva pour faire les cent pas. Il résistait à l’envie de mettre les pieds sur la table, au point où il en était. Il se sentait dans un état de calme plutôt incongru, compte tenu de l’importance de leur conversation, et surtout, en comparaison de Cian, qui lui ne semblait pas vouloir tenir en place. C’était comme regarder un volcan entrer en éruption depuis un matelas bouée au milieu d’une piscine. Mais enfin, Man était notoirement connu pour son caractère coulant et posé, de même que le roi se distinguait par une image de dureté et d’intransigeance fort à propos compte tenu de sa toute récente fonction. L’Élémentaire hocha la tête en réponse aux propos de son ami. Oui, il était vivant. Oui, il avait vu de ses yeux, assisté aux massacres. Il avait également été là pour témoigner des massacres qui y avaient répondu. Au final, les Feys étaient sortis victorieux de cet affrontement, et ce n’était pas lui qui allait le regretter, bien évidement. Il n’était pas un utopiste, ce qui ne l’empêchait pas de ne pas tout de suite songer à la guerre en réponse à une provocation ou même à un massacre. Ce qui s’était passé à l’époque, à ses yeux, n’était pas un achèvement. Trop de Feys étaient morts pour qu’on puisse se vanter d’avoir gagné quoi que ce soit. Au-delà de ça, tout naturellement, Cian avait là une posture naturelle, que Man pouvait comprendre, mais qu’il ne pouvait s’empêcher de nuancer, non pas par pitié pour l’ennemi mais simplement parce qu’il ne se faisait aucune illusion. Pour lui, les Fomoires pouvaient être en colère. Ils avaient peut-être tendu le bâton pour se faire battre, mais n’importe qui se plaçant de leur point de vue serait aujourd’hui amer et revanchard. Il était trop simple de réduire un conflit à « qui a commencé » et « qui a raison et qui a tort ». Au final ce qui comptait, c’étaient les conséquences, et si les Feys gardaient rancune aux Fomoires pour les crimes qu’ils avaient commis, nul doute que les Fomoires, oublieux de ce détail, gardaient rancune aux Feys de leur avoir marché dessus pendant la guerre et de les avoir poussés à l’exil, coupables ou pas coupables, et cela, Cian ne pourrait jamais l’en empêcher, quel que soit son avis sur la question. En la matière, Man savait donc que la réalité des choses telles qu'elles s'étaient passées ou les points de vue des uns et des autres ne comptaient pas vraiment et nul ne pouvait lutter contre ça.

« Les coupables aussi peuvent se sentir victimes, à tort ou à raison. En ce sens, je rejoins ton avis, quand bien même mon cheminement de pensée est différent : je ne m’attends pas à ce que les Vampires nous accueillent à bras ouverts. »

Il haussa les épaules. Ce qui n’était pas vraiment une attitude à avoir en face de son roi, mais au point ils en étaient tous les deux, autant faire fi des convenances, qui d’ailleurs semblaient ne pas manquer le moins du monde à Cian. Sinon, ils auraient cette discussion de façon beaucoup plus officielle que cela. Et ils ne parleraient pas autant de Lizabeth, qui plus est. Chose rare, chez Man, ce sujet de conversation spécifique commençait à le mettre un peu mal à l’aise, compte tenu de comment les choses s’étaient terminées, des raisons qui avaient poussé la reine vers la mort et des conséquences que cette mort avaient eues, spécifiquement sur Cian. Pourtant, Man resta immobile sur son siège, les bras croisés et les yeux dans le vague.

« Je ne doute pas une seule seconde qu’elle faisait bien ce qu’elle voulait. Jusqu’à la fin, elle a fait ses propres choix… »

Jusqu’à en mourir, n’est-ce pas ? Mais comme il ne le dit pas tout haut, il y eut un silence un peu bizarre à la fin de sa phrase, qu’il meuble par un soupir. Il avait franchement hâte d’y être, à présent. Plus il en parlait avec Cian et plus il était curieux de se trouver face au roi des Sluaghs. Rien de tel qu’une bonne joute verbale et des échanges politico-diplomatiques pour égayer la journée de l’Élémentaire. Depuis le temps, il avait l’impression de rouiller, et il pouvait très bien commencer à voir cette mission somme toute capitale comme un challenge. Mieux valait cela qu’avoir la pression. Ce qu’il n’avait jamais, cela dit. Ce n’était pas son genre. D’ailleurs, il se fendit d’un rire clair et spontané en réponse aux paroles de son ami sur Naemesys.

« Je t’en prie, cependant : envoie-la si tu ne me vois pas revenir du château de Peel. On ne saurait rêver mieux comme mission de sauvetage. »

Il était peut-être en train d’insinuer que Naemesys pouvait se montrer, disons… brut de décoffrage. Mais ce n’était pas un secret, elle avait encore prouvé lors du couronnement que son tempérament de feu s’alliait avec une personnalité de guerrière. Mais bon, cela ne se faisait pas de parler dans son dos de la femme d’une ami à cet ami, surtout quand la femme en question était sa reine et l’ami en question était son roi. Il se frotta donc doucement le menton, retrouvant son sérieux. Il se permit même une grimace à écouter la description de la femme vampire selon Cian. Ah ça, on pouvait donc dire qu’avec lui, Elatha avait été traitée comme une princesse… Il ne l’aurait de toute façon jamais traitée comme ses pairs masculins, mais il se sentait toujours autant trahi.

« Elle se nomme Elatha, et elle correspond parfaitement à la description que tu viens de faire : femme de pouvoir, manipulatrice et extrêmement dangereuse. Je l’imagine mal s’asseoir à une table de négociations, cependant. Il y a donc peu de chance qu’elle se montre. Elle m’a laissé entendre qu’elle resterait spectatrice, mais a quand même évoqué un possible conflit… Quant à savoir de quoi elle parlait… »

Sans aborder les questions personnelles, évidemment. Il y avait bien eu un délire sur l’idée d’un État vampire, mais les événements récents n’allaient pas vraiment dans ce sens, pour les Fomoires… Et quant à elle, elle lui avait paru bien trop indépendante pour ce genre de petite sauterie diplomatique. Mais allons, il avait découvert quelques semaines auparavant seulement qui elle était vraiment, alors qui était-il pour juger ? Vraisemblablement pas la bonne personne. Pas elle, en tout cas, elle qui échappait à sa soi-disant légendaire clairvoyance. Il agita vaguement la main et se leva à son tour.

« Qui vivra verra. »

Citer les Humains dans le Sithin Unseelie ? Eh bien après tout, il leur arrivait de dire des choses intelligentes.



 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Des jeux politiques. Ft Lucan.    
Revenir en haut Aller en bas
 

Des jeux politiques. Ft Lucan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'agriculture doit être une des priorités des efforts de la reconstruction
» le jeux du sam... sam'dit !!
» [21/11/09] AMidi Jeux Centre Culturel Liévin !
» Projet de loi qui limiterait le nombre de partis politiques a 4 ou 5
» Haiti :Notes politiques après le seisme du 12 janvier 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AES SIDHE › fáilte a thaistealaí thuirseach. :: Winter Court : Faërie
Cúirt an gheimhridh
 :: 
Sheading Rushen
 :: Sithin Unseelie
-