AccueilAccueil  Tumblr Aesien  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce qu'il y a de nouveau

La vidéo

Les Prédefs attendus


Partagez | 
 

 « Fanatisme versus réalité sur fond de whisky. » ∮ TOMAS & NARCISSE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
COMPTE PNG the legendary mother.

La Déesse Mère Danu

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 10/09/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 20
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Le Haut Roi David.
› L'AVATAR : La Déesse Mère.
› LES CREDITS : Avatar : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : N/a.

COMPTE PNG ∮ the legendary mother.

MessageSujet: « Fanatisme versus réalité sur fond de whisky. » ∮ TOMAS & NARCISSE.    Lun 8 Aoû - 17:38
Fanatisme versus réalité sur fond de whisky.

« Baston générale ! »


La volonté de Danu

Après un séjour dans le sacro-saint Carrosse, puis une escapade en bateau, vous voilà à Dublin.
Vous aviez envie de prendre l'air ? D'échapper à Ellan Vannin ? Ou de voir où en étaient les humains ? De découvrir leur univers ? Eh bien, le voilà, il vous accueille, avec tout son fer, sa pollution, son hostilité (presque-)ambiante (Bah oui, les Irlandais sont nos amis). Pensez bien à vous fondre dans la masse, surtout, parce que dans le cas contraire, la situation risque de rapidement se compliquer..

.. Quoique de toute manière, elle en vient à dégénérer tout de même.  Vous êtes dans un bar pour boire un coup alors qu’une bagarre éclate, provoquée par des humains avec une allure plutôt étrange. Des oreilles pointues, des lentilles de contact colorées et un teint qui se veut parfait.. Ils veulent se faire passer pour des Feys.
Évidemment, la confusion soulève l’indignation dans un contexte déjà compliqué puisqu’il s’agit d’une bagarre qui a l’air de vouloir tourner à la baston générale.  Dans le tumulte, des partisans Feys se font insulter par des humains bien moins tolérants (ou juste bourrés) et inversement..
Et vous, alors ? Qu’allez-vous faire ?



HRP : ce qu'il faut savoir

Votre personnage est en véritable balade de santé ! Voilà les petites choses à savoir :

Votre personnage est conscient qu'en dehors de l'Angleterre et de l'Irlande, les humains sont hostiles aux feys : autant essayer de garder quelques alliés, non ?
Vous êtes seuls maîtres à bord : A vous de jouer les personnages non joueurs, de déterminer quand commence et quand s'arrête le rp, ect.
Amusez-vous bien !  Happy




tour de jeu : Tomas › Narcisse

Revenir en haut Aller en bas
DRUIDE natural witchcraft.

Tomas O'Dochartaigh

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 06/12/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 2207
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Liam O'Halloran
› L'AVATAR : Ian Bohen
› LES CREDITS : Tumblr
› LA COULEUR RP : PowderBlue

DRUIDE ∭  natural witchcraft.

MessageSujet: Re: « Fanatisme versus réalité sur fond de whisky. » ∮ TOMAS & NARCISSE.    Mar 9 Aoû - 10:42
Fanatisme versus réalité sur fond de whisky.
ft. Narcisse & Tomas
Le jour où j'ai posé mes valises à Ellan Vannin, je m'étais plus ou moins dit que je ne remettrai les pieds à Dublin. Une réflexion un peu absurde étant donné que personne n'est contraint à rester sur l'île, encore moins les mortels. Quelle que soit l'idée que je m'étais mise en tête, je ne m'attendais pas du tout à revenir à la capitale d'Irlande pour une raison aussi... légale : après m'être fait convoquer, via courrier officiel, par une instance judiciaire irlandaise, parce que le connard qui me sert de père s'était mis en tête de me forcer à reprendre l'entreprise familiale, faute d'un autre descendant.
A quel moment a-t-il oublié qu'on vivait dans un pays libre et que j'avais 39 ans, aucune idée ! Toujours est-il que je me suis retrouvé dans l'étrange Carrosse Fey, puis dans un bateau désespérément lent - mais qui m'a permis de me détendre un peu, vu que j'adore la mer - direction le cabinet de l'avocat de mon paternel. Inutile de préciser qu'il ne m'a fallu que quelques phrases hurlées au nez de mon géniteur, sous le regard blasé de l'avocat qui savait très bien que ça ne mènerait à rien, pour me sortir de cette situation stupide.
Et après ça, j'ai eu besoin d'un verre.
Ou de deux.
Voire trois.
C'est pourquoi je me retrouve dans un bar choisi complètement au hasard, le plus loin possible du célèbre quartier du Temple Bar. Je l'ai juste voulu planqué dans un coin sombre parce que je ne me sentais pas d'humeur pour un bar plein de touristes en quête de musique festive. Bien m'en a pris parce que j'ai finalement atterri dans un taudis puant la bière et la transpiration. Voilà. Exactement ce dont j'avais besoin pour noyer dans l'alcool mes humeurs assassines.

Et pendant quelques temps, ça fonctionne. La bière est bonne et corsée, pile comme je l'aime, pile comme je la veux quand mes dents commencent à grincer d'énervement. Je commence juste à me détendre, en regardant la foule de soiffards se déshydrater comme moi à grands renforts de pintes, quand bien évidemment, tout part en sucette.

- Par Danu... Pas ce soir...

C'est bien ma veine...
Parce que la rixe n'est pas une rixe ordinaire. Nooooon, bien sûr que non ! Il a fallu que je choisisse le même bar que cette bande d'idiots déguisés en feys. J'ai beau n'être qu'un mortel, mon sang de Druide sait reconnaître un fey quand il en croise un. Et ces crétins déguisés en Legolas ne sont certainement pas des enfants de Danu. Ce qu'ils veulent, je l'ignore. Mais il faut croire que le sang s'échauffe puisque ça commence à brailler dans tous les coins.
Serrant ma pinte contre mon torse, j'hésite. Intervenir, ne pas intervenir ? J'en suis à jauger l'ambiance générale quand mon regard tombe sur une haute silhouette blonde, reconnaissable entre 1000. Même si je ne l'ai vue qu'en de très rares occasions, difficile d'oublier Narcisse.
Elle est sublime.
Et bon sang, elle me fiche une trouille bleue !



 
Don't mess with magic.
" The power of Thought, the magic of the Mind! "→  code : ellaenys. // quote : Lord Byron
Revenir en haut Aller en bas
THE BLOODY TWIN ∭ Nom d'un petit Essus Suisse, elle va te saigner !

Narcisse K. Ó'Maiolrain

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 25/03/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4773
› L'AVATAR : Charllize Theron
› LES CREDITS : Ellaenys + tumblr
› LA COULEUR RP : Lightblue

THE BLOODY TWIN ∭ Nom d'un petit Essus Suisse, elle va te saigner !

MessageSujet: Re: « Fanatisme versus réalité sur fond de whisky. » ∮ TOMAS & NARCISSE.    Dim 28 Aoû - 12:56
    Dublin.
    Pourquoi? Et pourquoi pas?

    Après le fiasco au bureau de détectives, je n'avais d'autre choix que celui de quitter l'île. Ne serait qu'une journée. Une heure. Un vulgaire instant. Revenir sur mes pas n'était pas dans mes cordes. Encore moins dans mes plans. Peu importe la gifle, je me devais de rester droite. Fière. Imperturbable. Certes, j'aurais pu me moquer de tout cela. M'arrêter net. Faire demi-retour. Retourner dans la pièce qui a signé l'acte même de notre rupture. Prendre l’origine du problème à la source. Si pas à la gorge. Serez juste assez fort que pour lui arracher les mots de ma seule salvation. Que pour la jeter à mes pieds jusqu'à ce qu'elle m'implore son pardon. La voir une fois encore lutter contre la chute inévitable de ces perles salines tout contre la luisance même de son épiderme imparfait. Mais à quoi bon? Le mal était fait. Le contrat avait été signé. Si pas de mon sang, au moins de ma personne. Ma si jolie crinière tout à coup écourtée de ces si précieux centimètres. Vulgaire calcul. Temps indéniable qui passe, mais oublie d'effacer. Ça finirait par repousser. C'est un fait. Alors pourquoi les regretter?

    De toute façon, il est là un mot que j'ai volontairement rayé de mon vocabulaire. REGRET. Il rime avec pitié. Avec dommage. Avec Clare.
    ...

    J'ignore bien pourquoi la dernière image de son visage m'obnubile à ce point. Pendant près de cinq décennies même l'ombre de son pseudonyme n'a pas eu l'audace de venir me déranger. Jamais n'ais-je eu sa visite ne serait-ce qu'en rêve. Mes songes sont restés vierge de sa souillure. Oh non que j'avais commencé à l'oublier. Il aurait été bien mal me connaître. Cela ne pouvait se faire sans son seul consentement. Celui-là même qu'elle a fini par m'accorder. Il n'y a même pas quarante-huit heures de cela. Il aurait dû me libérer. Délivrer. Désormais nous ne sommes même plus liées. Alors pourquoi, de nous deux, j'ai la pénible impression qu'elle est seule à pouvoir en profiter? Est-ce que je lui manque déjà? Seulement? Un jour? Jamais? Est-ce que les conséquences à venir de ses actes passés vont finir par la préoccuper? Est qu'est-ce que ça peut bien me faire? Pourquoi est-ce que je n'arrive pas à décrocher?!
    Diantre, ça va faire deux jours que je n'arrive même pas à en dormir! J'aurais carrément mieux fait de lui trancher la gorge. Clair. Net. Précis. Aucun regret. Aucun scrupule. Après tout, n'est-ce pas à travers cette même pensée que tout a jadis commencé?

    Je ferme les yeux et inspire profondément. Cette seule action a le chiche de m'achever. L'air ici est tellement pollué que je manque d'étouffer. Si pas de suffoquer. Je prends sur moi. J'avale un des nombreux vices de la plèvre des petites gens. Je reprends ma posture impériale. Le dos droit. Les épaules fières. De par ma nature fey je dépasse de loin la plupart des énergumènes qui m'entourent. Je vois par-dessus leurs têtes de linotte. Pour me regarder, eux n'ont d'autre choix que de redresser le menton. D'admirer de si bas mon indéniable supériorité. Bien. Cela au moins règle quelconque problème de hiérarchie.

    Je reprends mon chemin. Où je vais? Qui sait ...

    Fait est que je finis par bifurquer. Que je me détache du grand boulevard. Que je m'immisce dans plus petit. Plus étroit. Plus sale aussi. Mais je préfère de loin la vermine animale à celle plus cannibale. L'image ainsi recréé m'amuse. J'accorde même une fine ligne s'éprendre de ma bouche autrement stoïque. Si l'air frais et vigorifiant de la mer ne peut rien pour moi, autant laisser les relents d'un égout prendre la relève. Le temps d'une journée. Une heure. Loin du Sithin. Loin de mes souvenirs.

    Je choisis un bar au hasard. Ou si peu. Inutile d'insister, je ne cafterai pas. Mes doigts gantés n'ont même pas à pousser le battant dégoûtant. Un homme s'apprête à sortir. Il m'évite de justesse. Se montre même quelque peu chevalier. Une petite courbette pour m'inciter à rentrer. Je n'ai jamais aimé l'effet de l'elfitude sur ces sujets. Trop facile. Trop dégradant. Pour nous je sous-entends. Ces insectes n'ont jamais que le rang qu'ils méritent.

    Je pénètre cet endroit peu ragoûtant. Il fera parfaitement l'affaire pour me rappeler pourquoi exactement je ne viens jamais me perdre dans les affres de la communauté.
    La foule s'ouvre à ma seule approche. Selon les dires d'un certain livre religion, Moïse avait exactement le même effet sur les vagues marines. Aurait-il été une fey du passé? La réponse à cette question, croyez bien que je la connais.

    Tout à coup mon Glamour est comme par attiré par une odeur. Par une couleur. Intriguée, je scrute la population locale qui semble vouloir en venir aux mains. Je n'y prête qu'une attention médiocre. Plus par obligation que par réelle envie ou encore conviction. Mes prunelles tricolores finissent par le trouver. Par s'y agripper. A cet homme qui me regarde. A ses iris qui semblent comme hypnotisés. Je m'apprête à ... mais à quoi exactement? De toute façon, cela n'importe plus. Mon regard part, lentement, vers le bas. Une substance liquide et légèrement mousseuse dégouline librement sur moi. Depuis mon torse en chute libre sous l'effet d'une gravité assurée. Je tente de garder mon calme. De relativiser. Je l'entends déglutir. Peser le pour et le contre d'une telle maladresse. Je devine son avant-bras en suspens entre nos deux corps immobiles. Sa main un peu tremblante. Agir, certes. Mais comment? Réagir ou fuir ... au final, là est bien la seule question.

    Et c'est là que se produit l'impensable. L'impardonnable. Stress. Angoisse. Alcool. Allez savoir. Il se met à rire. De bon cœur. A voix déployée. La tête renversée vers l'arrière. Je n'ai aucun besoin de voir pour savoir. Je le devine aisément. Je le sens. Tout comme mes phalanges qui se referment dans la paume de mes mains. Tout comme mes ongles qui s'enfoncent dans le tissu de cuir. Tout comme mon Glamour qui commence à pulser au rythme de mon pouvoir affamé.


>> Il n'aurait vraiment pas dû faire cela ...

    Je sais qu'il ne m'écoute même pas. Peu importe. Ce n'est pas à lui que l'avertissement s'adresse.
    A toi de choisir petit druide.
    Lui ou moi.
    Lui ou toi.
    Personnellement, je n'ai plus rien à perdre.
    Mais qu'en est-il de toi?



ESSUS
EZUS
ZEUS
Revenir en haut Aller en bas
DRUIDE natural witchcraft.

Tomas O'Dochartaigh

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 06/12/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 2207
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Liam O'Halloran
› L'AVATAR : Ian Bohen
› LES CREDITS : Tumblr
› LA COULEUR RP : PowderBlue

DRUIDE ∭  natural witchcraft.

MessageSujet: Re: « Fanatisme versus réalité sur fond de whisky. » ∮ TOMAS & NARCISSE.    Dim 11 Sep - 15:43
Fanatisme versus réalité sur fond de whisky.
ft. Narcisse & Tomas
Je n'ai jamais été un pilier de comptoir. Comme tous les irlandais, j'ai été élevé en aimant les saveurs amères et presque fumées du whisky, et en me désaltérant à la bière bien fraîche, mais les bars ? Une fois sorti de mes folles années de jeunesse, je les ai désertés sans aucun regret. Exactement pour ce qui est en train de se passer ce soir : mettez ensemble quelques idiots alcoolisés et ça dégénère forcément. J'ai conscience que certains conflits peuvent être utiles et qu'il est parfois très intéressant d'en tirer les ficelles. Diviser pour mieux régner, ce genre de choses. Mais une bagarre dans un pub ? Il n'y a rien à gagner, rien à en tirer. Encore moins quand l'origine de la discorde se trouve ancrée si profondément dans les racines de notre terre. L'incompréhension, la peur, la jalousie. Voilà ce qui alimente les rancœurs entre ceux qui aiment les Feys et ceux qui les haïssent. Ajoutez par dessus une alcoolémie trop élevée et l'issue est inévitable. Et sale. Rien de bon ne sort d'une opposition qu'on pourrait qualifier de raciste.

Et maintenant qu'un des pochtrons vient de renverser sa pinte sur le décolleté d'une des Sidhes les plus puissantes de la Féerie, je ne vois pas comment les choses pourraient bien se finir ! Je la dévisage, oubliant pendant quelques secondes la bagarre ridicule qui continue autour de moi, m'attendant presque à ce qu'elle désintègre le malotru sur place. M'attendant, seulement, parce que je n'ai strictement aucune idée de quelle peut bien être sa main de pouvoir ! Pour autant que j'en sache, elle est peut-être seulement capable de faire pousser plus vite la laine sur le dos d'un mouton ! Mais on ne se promène pas avec une assurance pareille quand on n'est pas un tantinet sûr de ses capacités.
Il n'aurait pas dû faire ça.
C'est le moins que l'on puisse dire ! Se trouver sur sa route aurait déjà semblé hasardeux, alors souiller sa robe et lui rire au nez ? C'est bien téméraire ! Ou suicidaire, j'hésite encore.

J'hésite aussi sur la conduite à tenir. Et dire que j'étais venu là pour simplement boire un verre et oublier, temporairement, ma déception familiale ! Me voilà pris entre le désir de ne pas m'impliquer et celui de défendre les miens. Je ne suis pas Fey, mais j'appartiens à la Féerie. Et voir ces idiots travestis en prendre plein la poire sous le seul prétexte qu'ils sont soit pro-Fey, soit pris d'Elfitude, ça m'agace.
Alors je me lève et m'avance d'un pas décidé vers la grande blonde.

- Ma Dame, loin de moi l'idée de défendre cet abruti mais peut-être que vous pourriez rester discrète quant à vos dons particuliers ?


Nul besoin d'alimenter plus encore la discorde.
Mais d'un autre côté... Ces hommes déguisés n'arrangent pas vraiment la réputation des enfants de Danu, à se prétendre Feys. Ai-je réellement envie de les défendre ?

- Oh et puis zut...  

Au diable la bonne tenue ! Je renverse le reste de ma pinte sur la tête du mal élevé qui a suivi notre bref échange d'un regard flou.

- Tu ne pouvais pas plus mal tomber mon pauvre garçon...

Et d'un claquement des doigts de ma main droite, j'aspire toute la vapeur d'eau présente dans la pièce. Objectif blizzard : déclenché !



 
Don't mess with magic.
" The power of Thought, the magic of the Mind! "→  code : ellaenys. // quote : Lord Byron
Revenir en haut Aller en bas
THE BLOODY TWIN ∭ Nom d'un petit Essus Suisse, elle va te saigner !

Narcisse K. Ó'Maiolrain

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 25/03/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4773
› L'AVATAR : Charllize Theron
› LES CREDITS : Ellaenys + tumblr
› LA COULEUR RP : Lightblue

THE BLOODY TWIN ∭ Nom d'un petit Essus Suisse, elle va te saigner !

MessageSujet: Re: « Fanatisme versus réalité sur fond de whisky. » ∮ TOMAS & NARCISSE.    Ven 7 Oct - 8:42
    La substance est poisseuse. Collante. Odorante. Nos sens naturellement plus développés m'inspirent nausées et vomissements. En rien je ne leur accorderai pourtant le plaisir d'assister à ma propre déchéance. Là encore je prends sur moi. Dans toute l'interprétation du terme. Je me sens littéralement à l'image d'une éponge géante. Le tissu qui m'enveloppe semble avaler les moindres gouttes. Se repaître du moindre mal. A croire que je suis une tortionnaire qui a omis de nourrir la bête depuis sa captivité. Je me sens trahie. Je me sens souillée.

    Le rire guttural du singe qui me fait face n'arrange rien à la donne. Sait-il seulement qui je suis? Sait-il seulement CE QUE je suis? Il me suffirait à peine de lui balancer ma main en plein visage pour le démembrer. Le décapiter. Soit sa nuque se brise. Soit la tête se décroche. S'il le veut moins sanglant, je peux toujours viser plus bas. Ça l'enverra valser à travers la pièce jusqu'à rencontrer le bar. Une colonne vertébrale qui s'encastre dans un obstacle de telle envergure, je peux vous assurer que la mélodie en vaut le détour.
    Je sens mes phalanges se crisper et se décrisper. Mes poignets chatouiller. Il suffirait de si peu. Je me rends compte que je lui cherche mille et une excuses pour ne pas exploser. Pour ne pas me laisser aller à la facilité. Mais pourquoi donc? Jusqu'à présent cela ne m'a jamais rapporté rien de bon. Je prends sur moi. J'encaisse. J'avale. Et quelle satisfaction puis-je bien en tirer? Quelle vertu cela peut-il bien me rapporter? Pourquoi s'obstiner à cacher encore et toujours notre essence véritable? Pourquoi nier ce que tous ici savent déjà? Simple question de déduction logique. D'un brin de calcul mental. Humm ... il est vrai que le public ne s'y prête pas nécessairement. La capacité de leur boite crânienne doit est proportionnellement liée au degré d'alcoolémie dans leur sang. Paix à leur quotient intellectuel ...

    La tentation est bel et bien présente. Omniprésente. La tension monte. Il n'a de cesse de s'esclaffer. Cela semble même être contagieux à l'encontre de ses confrères au moins autant éméchés. Mais que fait-il? Que fait sa main libre sur mon avant-bras? Quel est cet étrange langage qu'il m'accorde? Pourquoi s'évertue-t-il à se rapprocher encore là où la fuite s'avère être l'option de survie la plus plausible? Tient-il donc si peu à sa futilité de vie? De fait, si je venais à la lui ôter - serait-ce là un geste de compassion? Si oui, suis-je seulement prête à le lui concéder?

    La question n'a nul temps de trouver interlocuteur capable d'y répondre. Le prince charmant du pauvre bougre arrive en galopant. Ou plutôt en zigzaguant entre la foule. J'aurais cru qu'il prendrait ma défense à moi. Il n'en est rien. Il emploie un ton courtois et tente de flatter un égo qui ne m'appartient pas. Enfin ... je présume. Son charabia est aussi incompréhensible que les gloussements de ce dindon humain. Je hausse un sourcil à son encontre, le prévenant ainsi du danger réel qu'il encourt. Qu'il s'estime donc veinard de m'accrocher un tel avantage. Bien peu peuvent se vanter de telles louanges.

    J'ignore s'il s'agit là de l'élément déclencheur, mais fait est d'admettre que cela fonctionne. Au revoir l'étiquette. Adieu ces principes moraux sans queue ni tête. Bye bye le protocole, hello la rébellion. Et c'est sous un regard amusé que j'observe tout son art de la diversion à l'œuvre. Avec une lenteur délicieusement calculé, il vient déverser le contenu de son verre à même le crâne de ce petit opportun. Son rire cesse aussitôt d'emplir la pièce. Ne reste dans son sillage qu'une bouche ouverte en forme de O et son outrance face à un tel coup de maître. Ses amis, du moins je les suppose appartenir à cette appellation, restent eux aussi interdits. Cela ne dure et perdure qu'un instant, l'hilarité générale faisait vite fit des mœurs premiers. Mon champion, appelons un chat un chat, reprend ma réplique quasi mot pour mot. Ensuite s'opère la magie. Je penche à peine ma tête vers le côté. Ainsi donc monsieur n'avait autre envie que celle de me devancer. Vil petit canard que tu fais. Clamer ainsi pour toi et toi seul l'incompréhension du public.

    Je me penche un peu vers l'avant et glisse ma bouche affamée à proximité de son oreille droite. J'y susurre à sa seule attention toute la malice que ce petit manège m'inspire réellement:


>> Tricheur.

    Et sans attendre quelconque réplique, déjà je me retire. J'attrape sournoisement un de ses deux poignets et l'attire à ma suite à travers la foule en délire. Alcool et magie, ça a toujours fait bon ménage.

    Nous arrivons assez aisément jusqu'au comptoir qui fait office de bar (du moins moi j'y arrive et je suppose qu'il en fait de même vu que je ne lui accorde en rien le loisir de la liberté). Je l'oblige à prendre place à mes côtés avant de le relâcher. Je fixe mes prunelles tricolores aux siennes. Neutres. Insipides. Pauvre petit homme que tu fais.


>> Divertis-moi.

    Je souris et me penche une nouvelle fois vers lui sans jamais l'autoriser à regarder ailleurs. Du moins, pas jusqu'à ce que je le dépasse. Il est devenu comme coutume pour nous de ne parler qu'à voix basse. De fait, c'est ainsi que je poursuis lorsque mon souffle chaud vient lui brûler l'ouïe en plein effervescence.


>> Ou je me venge sur eux.

    Je n'en ai que faire de leur risible existence. Tu n'es probablement sans l'ignorer. Il m'importe bien peu que d'aucun ne vienne à y rescaper. Par contre ... qu'en penserait notre cher Roi s'il venait à apprendre qu'il n'appartenait qu'à toi de m'en empêcher?



ESSUS
EZUS
ZEUS
Revenir en haut Aller en bas
DRUIDE natural witchcraft.

Tomas O'Dochartaigh

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 06/12/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 2207
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Liam O'Halloran
› L'AVATAR : Ian Bohen
› LES CREDITS : Tumblr
› LA COULEUR RP : PowderBlue

DRUIDE ∭  natural witchcraft.

MessageSujet: Re: « Fanatisme versus réalité sur fond de whisky. » ∮ TOMAS & NARCISSE.    Dim 9 Oct - 23:18
Fanatisme versus réalité sur fond de whisky.
ft. Narcisse & Tomas
C'est probablement très dangereux de me laisser distraire par une Sidhe de sa trempe, surtout alors que je suis en train d'activer mon glamour, mais druide ou pas druide, je reste mortel. Alors quand la Sidhe commence à me susurrer un mot, un seul, dans l'oreille, ma concentration vacille et ma magie flanche, réduisant mon idée de blizzard des sommets enneigés à un pauvre petit froid vaporeux. La population des soiffards ressent certainement une baisse incompréhensible de la température et se demande probablement pourquoi ils voient soudain un peu plus flou. Mais la légère gelée se dissipera vite et ils oublieront. Peut-être est-ce même déjà le cas. Je suis trop occupé à me faire traîner jusqu'au comptoir par ma nouvelle partenaire de bar pour réellement constater les choses. Puis elle me colle de force sur un tabouret et plante son regard tricolore dans le mien. Son air blasé et hautain ne me surprend pas. Nombreux sont les Sidhes de la Cour qui me toisent, aveugles à mes iris luisant du vert des Druides ou indifférents à ce qu'ils représentent. Elle sait que le glamour coule dans mes veines, en ayant été témoin quelques instants plus tôt. Elle se dit certainement qu'elle pourrait m'écraser comme une punaise si l'envie lui en prenait. Et elle pourrait, j'en suis parfaitement conscient. Je commence presque à regretter de m'être mêlé de son altercation avec l'autre idiot ! Était-ce bien raisonnable de me mettre à portée de son courroux ? Ou de son ennui puisque c'est manifestement de cela qu'il s'agit, en réalité.
La divertir ? En voilà une idée... Pour qui me prend-elle ? Pour le bouffon du Roi Unseelie ? Navré ma Dame, mais mes talents de ménestrel sont bien piètres. A la hauteur de mes capacités à faire des pirouettes !
Mais si la vie de ces abrutis en dépend, je veux bien tenter de faire un effort. Si j'ai eu envie d'en découdre avec ces idiots pour leur rappeler que se prétendre Fey n'est pas ce qui est le plus malin par les temps qui courent, je n'ai pas forcément envie de tous les exterminer. En fait, cela irait même plutôt à l'encontre de ma nature profonde. Mais me jouer d'eux ? Pour leur rappeler leur bourde et pour "divertir" ma charmante amie ? Pourquoi pas.

- Voilà une requête qui me semble difficile à satisfaire ma Dame. Vous avez dû assister à de nombreux spectacles de toutes sortes et les dons dont m'a fait grâce Danu seront certainement bien insuffisants pour égaler vos standards.

Sans vouloir la traiter de vieille peau, je suis certain qu'elle est plus ancienne que ce que mon esprit mortel peut envisager. Je ne sais ce que ses yeux ont vu, mais ils ont sans aucun doute vu beaucoup.

- J'ai envie de commencer par une petite blague désagréable qui leur rafraîchira les idées.

Un claquement de mon pouce contre mon majeur et l'intégralité des verres, chopes, pintes, pichets, bouteilles du bar se fige, glacée.

- Qu'ils essaient de renverser leurs verres sur quelqu'un désormais, ça fera un peu plus mal au crâne !

Je me sens plus comme un lutin farceur qu'un druide sage et vénérable mais qui sait réellement ce que la Dame a envie de voir. Si elle souhaite poursuivre les hostilités par des tours plus agressifs... j'aviserai !



 
Don't mess with magic.
" The power of Thought, the magic of the Mind! "→  code : ellaenys. // quote : Lord Byron
Revenir en haut Aller en bas
THE BLOODY TWIN ∭ Nom d'un petit Essus Suisse, elle va te saigner !

Narcisse K. Ó'Maiolrain

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 25/03/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4773
› L'AVATAR : Charllize Theron
› LES CREDITS : Ellaenys + tumblr
› LA COULEUR RP : Lightblue

THE BLOODY TWIN ∭ Nom d'un petit Essus Suisse, elle va te saigner !

MessageSujet: Re: « Fanatisme versus réalité sur fond de whisky. » ∮ TOMAS & NARCISSE.    Mer 19 Oct - 13:16
    Je le sais druide bien avant d'avoir posé mes doigts sur lui. Bien avant que son ridicule petit tour de magie n'échappe de son bon vouloir. Je le sens dans tout mon être. Je le perçois à travers tous les pores de ma main de pouvoir. Les individus de sa nature n'ont jamais eu de secrets pour moi. Je suis comme irrémédiablement attirée vers eux. Comme si une force invisible me poussait à chercher leur contact. Comme si une main divine les attirait, eux aussi, dans la majestueuse toile d'une veuve noire.

    Mes phalanges me démangent sous le tissu de mes gants. J'ai toujours eu grand mal à me retourner de mon amour premier. J'ai envie de le toucher. De le palper. Et, pourquoi pas, de le goûter. Quelques gouttes de son précieux sang sur le bout de mes doigts. Une lichette de carmin à peine pour contenter vulgairement mon insatiable soif de plus. Je connais les effets de la vitae humaine sur mon don. Tout comme ceux du vermeil fey. Mais qu'en est-il de la sèvre druidique? Quel dommage qu'il n'ait pas été attribué à l'élément terre. Ou quelle aubaine pour lui. Tout dépend du point de vue bien sûr.

    Mon visage tellement proche du sien. Même s'il me sait obligé de réprimer mes ardeurs en public, il me suffirait à peine de fermer les yeux pour humer ses craintes. Pour deviner ses anticipations. J'ai bien envie de me rapprocher davantage de lui. De lui faire entrevoir tout ce qui est, tout ce qui pourrait être et tout ce qui ne sera jamais. Il m'inspire outre mesure. Il m'attrape et me pousse au vice. Il m'incite à emprunter un chemin que j'ai toujours réfuté. Refoulé. L'appel de la débauche. L'incitation à la facilité.
    Se rend-il seulement compte du péché premier qu'il représente? De l'effet indésirable qu'il est susceptible de produire sur une entité telle que moi?

    Je sens vexé. Peut-être bien outré. Finalement résilié. Son corps tout entier me susurre des insanités qu'il ne doit même pas deviner. Il se dandine immobile sur un siège bien trop étroit. Bien trop inconfortable. Il a fort raison. Moi aussi j'aurais préféré de loin du véritable bois. Mais qu'à cela ne tienne. Je lui offre un semblant de répit. Je me retire lentement de mon agression primaire. Je lui propose de quoi se sustenter. Une bouffée d'air oppressante. Il n'y a pas à dire, ce lieu ne se prête assurément pas à ce genre de rencontre. Et encore ...

    Son ton reste poli. Sa mélodie toutefois quelque peu moqueuse. Je lui concède volontiers cette risible petite victoire. Il n'a pas tort. J'ai vu tellement de choses par le passé, qu'il en faut bien plus que pour me vexer. Retour à l'envoyeur. Petit point de rappel entre les côtes. Sois un peu lucide veux-tu, petit gnome. Si j'avais voulu te réduire au silence, crois-tu vraiment que nous en serions là où nous sommes actuellement? Crois-tu vraiment que tu aurais encore une bouche pour t'en soucier? Ou ne serait-ce que des yeux pour pleurer? Ton interprétation de divertissement est quelque peu ... infantile?
    Je me redresse un peu, l'autorisant à respirer autre choix que mon infecte présence. Mon regard scrute la salle. Des points d'exclamations semblent littéralement émerger des petites têtes humaines. Des contestations aussi. A peine une interrogation. Certaines retournent leur choppe et tentent d'en secouer le contenu. D'autres s'efforcent à continuer à boire ... dans le vide. Un premier verre rencontre un mur. Un autre, une tête. Pas assez dur vraisemblablement. L'objet ne casse pas. La victime, elle, s'effondre à terre. Une belle bosse commence à montrer le bout de son nez. Je hausse un sourcil. Dubitative. Est-ce là ton interprétation du divertissement?

    Je finis par reporter mon attention sur le chevalier de ses dames. Il me rappelle vaguement Lancelot. Serait-il outré si, le temps d'une soirée, je lui empruntais son pseudo?


>> Est-ce vraiment ainsi que tu mets à contribution les dons gracieusement offerts par la Déesse Mère?

    Il pourrait prendre ma question pour une attaque frontale. Pour une menace à peine voilée. Même s'il advenait à ne pas me connaître, voire me reconnaître, il ne doit être sans ignorer l'Amour aveugle et inconditionnel que nous vouons à Danu. De fait, je laisse transparaître un léger sourire aux coins de mes lèvres. Histoire de détendre un peu l'atmosphère. Histoire de le gratifier du bénéfice du doute.


>> Et nous on se saoule à quoi du coup ?

    Je glisse mes doigts gantés autour d’un verre déposé en toute discrétion par un barman avenant à notre portée. Sans jamais relâcher ce petit bout d’homme du regard, je retourne le verre d vin sur le comptoir. Le choix de la boisson est certes cliché, mais je suis d’humeur à pardonner. Qu’il profite donc de cet instant de répit. Il est bien rare que je me contente de si peu.


>> Plus sérieusement …

    Je laisse cette futilité humaine à ce qu’elle est et ramène déjà ma main à moi. Ou plus précisément à lui. Un peu d’ambiguïté n’a jamais tué personne. De plus, sa nature profonde a sur moi un étrange effet d’attirance malsaine. Comme un relent de Saint Graal. Mais gardons cela pour nous voulez-vous. Il est des vérités qu’il est bon à cacher. Tout comme il est bon de garder certaines cartes dans notre manche. En attendant une meilleure opportunité. Ou tout simplement pour éterniser un instant de plus le simple fait de languir après la suite.


>> … j’ai bien envie de découvrir la magie de ton sang.

    Sans demander mon reste, je viens effleurer du bout de l’index sa veine jugulaire.
    Je connais les vertus (la bonne blague) du carmin humain sur ma main de pouvoir. Tout comme les propositions que peuvent lui valoir une offrande fey. Mais toi petit druide … quel part de mon moi profond es-tu seulement enclin à titiller ?



ESSUS
EZUS
ZEUS
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « Fanatisme versus réalité sur fond de whisky. » ∮ TOMAS & NARCISSE.    
Revenir en haut Aller en bas
 

« Fanatisme versus réalité sur fond de whisky. » ∮ TOMAS & NARCISSE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LE DIX COUPS DU PRESIDENT ?POLITIQUE PAS ! FOND ,FORME ,STYLE PAS!
» A l'eau ! Fuite à fond de cale !
» Fond d'écran.
» . la vie ne vaut pas d'être vécue si on ne la vie pas à fond .
» Torg: le jeu de rôle de la guerre des réalités

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AES SIDHE › fáilte a thaistealaí thuirseach. :: Autumn Court : Douglas
Cúirt fhómhair
 :: 
Les Alentours
 :: Irlande
-