AccueilAccueil  Tumblr Aesien  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce qu'il y a de nouveau

La vidéo

Les Prédefs attendus


Partagez | 
 

 A song of death and fire || Tana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
THE UNSEELIE BLACK-SMITH ∭ Néné, l'Omnivore qui dévore tout, même ta main.

Blodwyn E. Tyronoe

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 10/09/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 6823
› L'AVATAR : elizabeth olsen
› LES CREDITS : kiaran + cassie-railly
› LA COULEUR RP : white

THE UNSEELIE BLACK-SMITH ∭  Néné, l'Omnivore qui dévore tout, même ta main.

MessageSujet: A song of death and fire || Tana   Dim 14 Aoû - 18:24
a song of death and fire
ft. Credne Cerd & Thanatos.

Forgeronne du Sithin Unseelie, guerrière, ancienne Tuatha, Sidhe, n’en déplaise à ceux qui l’auraient croisée en cette seconde toute vêtue de cuir usé et de baudriers pour ses lames : on pouvait être tout cela et s’amuser pourtant pour un rien comme une gamine sur le chemin de terre menant au domaine de Scáthach. C’est que les circonstances étaient plutôt drôles : une île, encore, irlandaise, cette fois, et son amie, au bout du chemin, que Credne avait décidé d’aller voir. Quand on était immortel on avait tendance à ne pas vraiment entretenir ses relations parce qu’on savait qu’un jour ou l’autre on recroiserait les personnes qui font partie de sa vie. Les au revoir devenaient des adieux à l’aune d’une vie humaine tant parfois, il pouvait s’écouler des siècles entre deux retrouvailles, mais c’était ainsi qu’ils vivaient tous, dans une indolence confortable face au temps qui n’avait pas d’emprise sur eux. Credne savait que Scáthach, elle savait qu’elle possédait un haras et trépignait depuis un moment d’aller admirer ses chevaux. Elle avait adoré et admiré ses bêtes sur l’île de Skye déjà, en avait croisé plus que son compte sur les champs de bataille et ne doutait pas que la guerrière avait réitéré l’exploit ici, sur Ellan Vannin. Peut-être Scáthach accepterait-elle-même de lui vendre une de ses montures ? Et bien sûr, la forgeronne mourrait d’envie de voir leurs fers, leurs selles, leur harnachement. La vie continuait, après tout, malgré les menaces et les dangers qui pesaient sur le Songe tout entier. En d’autres temps, elle aurait peut-être même affiché ostensiblement son épée et proposé à Scáthach un duel, comme au bon vieux temps, mais ce temps-là, justement, avait fait long feu, et les chevaux de la belle l’intéressaient bien plus que l’idée de se mesurer de nouveau à l’immense guerrière qu’elle était.

En arrivant sur le domaine, elle marqua une pause pour observer les lieux : vastes terres vertes et fertiles, légèrement vallonnées par endroits, la perfection pour des cheveux. Elle en vit au loin qui galopaient en toute liberté, tandis que, plus prés d’elle, s’élevaient quelques bâtiments et plusieurs pistes et terrains de dressage et d’entraînement. Son regard accrocha aussitôt une silhouette solitaire qui se tenait au bord d’une des pistes où s’ébattaient quelques chevaux, et Credne se douta que Scáthach n’était pas là. Elle s’avança cependant, à la rencontre de cette personne – pouvait-on être de mauvaise compagnie si on aimait les cheveux au point de rester là des heures à les admirer ? Certes non… Curieuse impression de déjà vu cependant à mesure qu’elle approchait, alors que les contours de la silhouette se faisaient plus précis. De longs cheveux d’un noir de jais aux reflets bleutés, une peau nacrée qui semblait accrocher les rayons du pâle soleil irlandais… Ne serait-ce que la taille et la carrure, c’est Cenn qui aurait pu se trouver là, mais Credne savait que ce n’était pas lui et mécaniquement, elle sut alors aussitôt à qui elle avait affaire, car cette impression, elle l’avait déjà ressentie, avec plus d’intensité encore, dans des circonstances très différentes. Et puis il y avait la pointe de ses cheveux, argentée, comme les siens étaient d’un doré très pâle comme la pointe d’une flamme… Elle s’autorisa un sourire. Les retrouvailles incongrues, décidément…

Elle s’approcha d’un pas léger mais sans chercher à se cacher non plus, pour ne pas la prendre par surprise. Elle l’avait vue à l’œuvre sur un champ de bataille, savait de quoi elle était capable. Elle lui avait même sauvé la vie, probablement. Il s’agissait là de choses que l’on n’oubliait pas. Et Credne n’avait jamais oublié Tana – par quel nom se faisait-elle appeler aujourd’hui ? – tant elle avait cru voir, en la regardant faire des ravages dans le camp ennemi, Crom Cruach en personne, le dieu de la Mort. Credne voulait bien croire que ce genre de hasard existait. Mais dans ce cas précis, elle avait encore bien du mal à s’y faire. Elle arriva finalement au niveau de Thanatos, la salua d’un sourire.

— J’étais venue retrouver une vieille connaissance et je tombe finalement sur une tout autre amie. Bonjour, Thanatos.

On oubliait, quand on vivait pour toujours, il le fallait bien. Mais certains pans de sa propre histoire étaient gravés dans une âme comme dans la pierre. Un jour, comme d’autres nombreux jours, Credne se battait dans une guerre sans nom contre des ennemis sans visage, et elle le faisait parce que tel était son rôle, parce qu’ainsi l’exigeait son allégeance et parce que sa nature, surtout, l’exigeait. Guerrière depuis toujours, avant même de posséder des armes, le plaisir qu’elle tirait de la guerre n’était pas tant de passer des ennemis par le fil de m’épée que de tester ses créations sur le terrain et surtout de se défier elle-même, de mettre son talent, déjà connu dans le Songe, à l’épreuve. Et ce jour-là, comme cela lui était déjà arrivé plus d’une fois, elle s’était retrouvée en difficulté. Jusqu’à présent, elle s’en était toujours sortie, mais il arrivait toujours un jour où la chance n’était plus en votre faveur. Immortels face au temps, il fallait bien parfois que la violence cueille les Feys et les envoie à Danu. Ce jour-là pourtant n’avait pas été son heure parce que Thanatos était venue à sa rescousse. Elle lui devait peut-être les milliers d’années qu’elle venait de vivre, et ce n’était pas rien.

 


of blood and fire

Though I am old with wandering through hollow lands and hilly lands, I will find out where you have gone, and kiss your lips and take your hands ; and walk among long dappled grass, and pluck till time and times are done the silver apples of the moon, the golden apples of the sun. —texte : yeats / code : ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
SIDHE UNSEELIE noble's blood.

Lola V. Shield

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 25/07/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 172
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Saíréann J. Mac Cárthaigh
› L'AVATAR : Rooney Mara
› LES CREDITS : Eden Memories
› LA COULEUR RP : Indigo

SIDHE UNSEELIE ∭  noble's blood.

MessageSujet: Re: A song of death and fire || Tana   Mar 16 Aoû - 23:24