AccueilAccueil  Tumblr Aesien  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce qu'il y a de nouveau

La vidéo

Les Prédefs attendus


Partagez | 
 

 Mother and Son, act One.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CHANGELIN NOCKER modern myth.

Sláine A. Rodhlann

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 15/04/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 204
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Leith O. Martain
› L'AVATAR : Dominic Cooper
› LES CREDITS : Lizard, Ellaenys et Tumblr
› LA COULEUR RP : SandyBrown

CHANGELIN NOCKER ∭  modern myth.

MessageSujet: Mother and Son, act One.   Ven 23 Sep - 19:04
Mother and Son, act One.
ft. Sláine A. Rodhlann &  Deliora C. Sorensen.

Quelle horrible ambiance sur cette île... Depuis Beltaine on pouvait sentir les Feys tendus comme des strings, peu importait les Cours, même la plupart des Nockers étaient concernés. En même temps, si tout ceux ayant participé aux festivités s'étaient retrouvés coincés dans un rêve et avaient ressenti leur propre mort dans les moindres détails tout comme moi, sûr que ça n'aidait pas trop niveau moral. Mais bon c'était il y a des mois tout ça, il était peut-être temps de passer à autre chose les gens! Regardez, moi, dans le songe: tous les membres arrachés par des vilains toutous, la lame de Claiomh Solais dans le front, je n'en faisais pas tout un fromage pour autant que je sache. L'eau avait coulé sous les ponts depuis et maintenant dans la réalité vraie de la vie véritable, ça allait plutôt pas mal! Certes, durant les premières semaines après cette curieuse soirée j'arrivais encore à imaginer assez vivement la douleur pourtant fictive de tout ce bordel, et mes nuits ont souvent été habitées par cette charmante vision de mon buste sanguinolent dans diverses situations toutes aussi stupides les unes que les autres. Evidemment, le traumatisme que nous avions subi avait sans doute une raison précise. Peut-être le rêve était-il un avertissement pour la Faerie ou que sais-je, en réalité j'avais cessé de m'en soucier il y avait belle lurette déjà. Je préférais laisser aux aspirants héros des deux Cours et autres âmes aventureuses le loisir de déchiffrer ce mystère.

Car pour l'instant j'aspirais à d'autres choses. La détente pour commencer? J'en avais assez de voir toutes ces mines renfrognées et inquiètes, j'avais besoin de changer d'air. Bien-sûr, sur une île appartenant entièrement à la Faerie ou presque, ce n'était pas vraiment évident. Heureusement pour moi il y avait des endroits bien moins peuplés de Feys que d'autres, comme Douglas! Avec ses boutiques, ses établissements, ses humains... Sous elfitude. Rhaa bon sang, même ça c'était complètement déprimant en fait. Il existait des moments comme celui-là où je me demandais si je n'aurais pas mieux fait de rester sur le continent, mais la raison me revenait généralement bien vite pour me rappeler la chasse aux sorcières qui s'y déroulait depuis un petit temps. Certes avec mes talents je pouvais aisément passer inaperçu, mais les ressources nécessaires au maintien de mon anonymat dans le vaste monde moderne m'ôteraient bien vite toute sorte d'enthousiasme et finiraient sûrement par m'épuiser au bout de quelques mois. Bref, le genre de perspective qui ne m'engageait guère. Puis franchement, devoir jeter en permanence un oeil par dessus mon épaule à chaque coin de rue, très peu pour moi.
Mais alors que toutes ces tergiversations inutiles n'inspiraient en moi que déprime et découragement, un message des plus bienvenus me parvint. Clare, ma petite fan personnelle rien qu'à moi, me demandait un rendez-vous en soirée. Pour quelle raison je m'en contrefichais, la simple perspective de revoir sa sympathique frimousse et passer un dîner en sa charmante compagnie suffit à égayer ma journée. J'acceptai donc avec joie, lui indiquant ma présence à La Bouchée Verte aux alentours de vingt et une heures. J'aimais beaucoup ce restaurant, bien placé, de haut standing, un patron bedonnant et facilement amadouable (trop facilement même, merci encore foutue elfitude), j'y avais toujours une table prête pour moi, ce malgré l'imposante liste d'attente de l'établissement. Après tout, on était le plus grand manipulateur que la Faerie ait porté ou on ne l'était pas.

Nous étions donc à l'heure indiquée, le soleil nous avait quitté depuis presque une petite heure déjà et les dernières brises d'un été un peu mitigé venaient gentiment parcourir les allées de Douglas. Ma table était située près de la fenêtre, j'aimais avoir vue sur la place. Pouvoir me distraire avec l'activité extérieure pour ne pas sombrer dans l'ennui c'était presque impératif, bien que ce soir ça n'allait sûrement pas s'avérer nécessaire, pensais-je. Affublé d'un trois pièces du meilleur tailleur humain d'Ellan Vannin (je n'étais pas un grand fan de la mode Fey, au cas où il était nécessaire de le souligner) il ne manquait plus que ma charmante compagne du soir. Maiiiiis à mon plus grand désarroi, la belle créature qui vint se poser devant moi n'était pas la pétillante détective. Elle était brune, plus grande, plus sérieuse aussi, et définitivement pas ma chère Clarinette. Déception.
- Vous... N'êtes clairement pas mon rencard." lui lançais-je en continuant de la détailler du regard. "Moi en revanche, il semblerait que je sois bel et bien ce que vous êtes venu chercher, vu l'insistance dans vos prunelles." Je me levai alors pour décaler une chaise. "Mais pardonnez mon impolitesse, je vous en prie, prenez place. Vous verrez je ne mords pas... Contrairement à vous."
Car Glamour ou pas, elle ne pouvait pas masquer ces ténèbres qui teignaient son aura, indiquant clairement son appartenance au camp d'Unad, généralement connu pour ses habitudes alimentaires somme toute... Particulières. Je ne m'en offusquais pas que du contraire, ça m'était bien égal, le petit sourire accompagnant ma remarque soulignant cet état de fait. Pas d'animosité donc, une simple constatation. En attendant une question me taraudait, est-ce que Clare m'avait piégée ou l'arrivée de cette inconnue n'était-elle que le fruit du hasard? Une interrogation qui allait devoir attendre, car après tout il y avait un ordre pour toute chose. Ainsi demandais-je d'abord, après m'être à nouveau installé:
- Un peu de vin pour commencer? Ou êtes-vous juste là pour discuter?"
Je fis signe au patron qu'il pouvait nous apporter une bouteille. Dans l'éventualité où mon vis-à-vis n'en prenait pas, moi je n'allais pas me priver pour autant...    

             



True Lies

“You better take a good look cause I'm full of shit
With every bit of my heart I've tried to believe in it
You can dress it all up, you can try to pretend
But you can't change anything in the end.”  ©️ code : Ellaenys. // quote : Trent Reznor.  
Revenir en haut Aller en bas
DRUCHII corrupted soul.

Deliora C. Sorensen

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 02/09/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 23

DRUCHII ∭  corrupted soul.

MessageSujet: Re: Mother and Son, act One.   Lun 17 Oct - 13:47
Deliora se frotta les mains pour les réchauffer. Elle ressentait le froid se promener dans le moindre grain de sa peau. La température était relativement clémente malgré tout. C’était bien plus l’appréhension que le climat qui la faisait s’agiter. D’une mauvaise foi qui dépassait cependant l’entendement, elle ne l’aurait jamais admis. Elle se voulait forte, faisait des pieds et des mains pour toujours renvoyer une image sûre d’elle. Aujourd’hui pourtant le masque était un peu difficile à trouver. Elle l’avait retrouvé. Elle allait pouvoir discuter avec lui. Son coeur tressaillait. On disait qu’un Daoi Sith ne savait pas s’aimer mais il avait un grand sens de la famille. On leur prêtait toujours mille et une superstitions, certaines très justes, mais personne ne les connaissait. D’un autre côté, qui aurait voulu aller étudier ce peuple ? Les Daois ne l’auraient de toute manière pas intégré dans leur société. Ils se toléraient entre eux mais détestaient ce qui était étranger. Lugh était un étranger pour Deliora à cet instant mais ces beaux principes qui la berçait n’avait pas d’importance pour elle. Comment annoncer à cet homme qu’elle était sa mère ? En serait-il intéressé ? Il ne s’attendait même pas à la voir ce soir-là. Elle avait préféré faire cela ainsi plutôt que de le prévenir. L’élément de surprise les mettait tous les deux un peu à égalité. Elle se sentait moins mal à l’aise de savoir qu’elle ne serait pas la seule à l’être. Ses doigts blancs se frottèrent une fois de plus avant qu’elle décide d’avancer pour se diriger vers la table qu’on lui avait indiqué. Sa main se posa délicatement sur le rebord de la chaise en face de la sienne. Elle ne parla pas dans un premier instant, se contentant de l’observer comme si c’était la première fois qu’elle le voyait.

Ses yeux perçants avaient de quoi mettre mal à l’aise et montrer sa véritable nature. Aussi ne fut-elle que médiocrement surprise de voir qu’elle avait été percé à jour. Il avait toujours été excessivement difficile pour elle de s’intégrer dans cet univers de faux semblant. Elle avait trop de caractère et trop d’envie de s’imposer pour faire l’effort d’être plus discrète. Ainsi, elle dénotait toujours dans l’environnement mais c’était bien par choix. Il lui semble avenant et beau garçon. Elle dirait bien qu’il ressemble à son père mais elle a depuis bien longtemps effacé les traits du visage de ce passe-temps.  Le Fey n’avait servi à l’époque qu’à la mettre enceinte. Il avait en ce sens parfaitement bien jouer son rôle. La stratège prit place toujours sans avoir prononcé un seul mot. Elle avait pour règle d’or de ne s’exprimer que si elle se trouvait parfaitement en contrôle de la situation ou au moins de ses émotions. Son coeur battait étrangement comme il ne l’avait pas fait depuis longtemps. Elle balaya ses interrogations en ce qui concernait Lugh et croisa ses jambes. Ses mains se posèrent sur le fauteuil dans une allure souveraine. Elle donnait ainsi une impression presque princière alors qu’en vérité elle se retenait de ne pas éclater les accoudoirs pour se détendre. Un sourire pâle et cotonneux se glissa à la commissure de ses lèvres alors qu’après une incroyable gymanstique mentale, elle ouvrait pour la première fois la bouche.

“ Bonsoir Lugh. Il s’avère que je suis celle qui a souhaité te rencontrer. On s’est simplement arrangé pour que ce soit le cas.” Elle ne parvenait pas à s’ôter sa froideur coutumière et son attitude altière. Ils étaient tous deux bien trop ancrés dans sa nature. Lorsqu’elle sentait ne serait-ce qu’une infime parcelle de panique l’envahir elle les utilisait comme un dernier bouclier. Elle se trouvait cérémonieuse et n’arrivait pas à simple dire  Lugh, je suis ta mère. “ J’imagine que tu auras par la suite plus d’une question mais pour commencer à répondre à celle-ci, je prendrais un verre de vin blanc. Je te laisse le soin de choisir celui qui te plaira. Il s’avère que je serais celle qui paiera l’addition ce soir.” Ces mots donnaient l’impression qu’elle allait lui faire une proposition pour le moins malsaine. Son glamour lui conférait-il un air de femme d’âge mûre qui se cherche un jeune pour s’amuser ? Cette question la fit rire sous cape. “Lugh” reprit-elle d’une voix légèrement rauque.” Tu as sans doute déjà entendu parler de moi. J’ai de multiples noms, Eithne, Anne, Deliora mais qu’importe, je suis la stratège de la reine Alfyse. Tu l’ignores mais nous avons plusieurs choses en commun.” Elle ne pouvait pas décemment lui annoncer de but en blanc tout cela. Pourtant elle brûlait de le faire. Ses lèvres étaient incandescentes comme après un baiser farouche. Elles voulaient la trahir et donner sa véritable identité. Néanmoins, elle se fit force pour commencer par le préambule qu’elle avait prévu. Quand on était trop impétueux et impatient, on se retrouvait à perdre la bataille. “ Comme tu as pu le remarquer, je suis une Daoi Sith, sache qu’une fois que tu auras entendu ce que je vais te dire, il n’y aura pas de retours en arrière. Je suis prête à m’en aller sans faire de vagues si tu décides de ne pas entendre mon histoire. Toutefois, si tu l’entends, il sera trop tard. Préfères-tu privilégier ta tranquillité ou assouvir ta curiosité ? Je sais que tu te poses de multiples questions depuis longtemps. Je suis en mesure de répondre à la plus importante de toutes.” Elle ménageait ses effets, ça l’aidait à garder sa tête sur les épaules. Ses yeux ne quittaient pas ceux du glamour qui se trouvait en face d’elle. Elle regardait toujours les autres dans les yeux, question d’habitude. Elle sent qu’il va vouloir en savoir plus. Elle ne pourrait pas dire avec certitude pourquoi mais elle a la sensation qu’il ne laissera pas passer cette occasion. Elle ne l’aurait jamais fait à sa place. Elle espérait qu’il lui ressemblait un peu sur ce point.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
CHANGELIN NOCKER modern myth.

Sláine A. Rodhlann

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 15/04/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 204
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Leith O. Martain
› L'AVATAR : Dominic Cooper
› LES CREDITS : Lizard, Ellaenys et Tumblr
› LA COULEUR RP : SandyBrown

CHANGELIN NOCKER ∭  modern myth.

MessageSujet: Re: Mother and Son, act One.   Mer 19 Oct - 23:40
Mother and Son, act One.
ft. Sláine A. Rodhlann &  Deliora C. Sorensen.

Je devais bien l'avouer, je n'aimais pas être pris au dépourvu. Enfin, tout de moins dans ce genre de situation. Il y avait bien des instants où lorsque les choses ne se déroulaient pas comme prévu c'était pour le mieux, il arrivait même de tomber sur de plutôt bonnes surprises, pourtant ici je n'étais pas vraiment convaincu que ce soit le cas. Non franchement, au départ j'étais vraiment content à l'idée de passer une soirée avec Clare, sa naïveté et son caractère en général tranchaient avec le reste de la population Fey, elle était un véritable petit vent de fraîcheur pour moi sur cette île, trop pleine de tension et de faux semblants. Alors certes, la Daoi-Sith qui s'était présentée à sa place avait l'air plutôt intéressante à première vue, mais ça ne changeait rien au fait qu'elle n'était pas la blonde frimousse que j'espérais voir ce soir. Bien évidemment je restai un gentleman, l'invitai même à prendre place et passer un moment avec moi puisque visiblement c'était pour ça qu'elle était venue, bien que j'ignorais encore pourquoi. Sans doute n'allais-je pas tarder à le découvrir.

Depuis qu'elle s'était installée je l'avais observée, en détail. Le langage corporel d'une personne en disait souvent bien plus que les paroles émises par celle-ci et quand on était un manipulateur dans mon genre, je faisais évidemment attention au moindre petit détail. Déchiffrer les gens, d'abord sans prononcer un seul mot puis en échangeant quelques uns était un petit jeu que j'affectionnais tout particulièrement. Bref, point de vue premières impressions, elle semblait être une personne très fière et sûre d'elle, son air souverain cachait peut-être quelque chose, trop tôt pour le dire, mais il était évident qu'elle aimait être en position de contrôle. Pour l'instant il n'y avait pas beaucoup plus à dire, restait à voir ce qu'elle me réservait.
"On s'est arrangé" disait-elle... Intéressant. Un peu décevant aussi, je pouvais apparemment définitivement dire adieu à ma soirée avec ma détective préférée. Juste histoire de, je rétorquai rapidement:
- Vilaine petite Clarinette, me poser un lapin et un piège en même temps... Je vais devoir lui tirer les oreilles, ce ne sont pas des manières..."
Mon vis-à-vis n'avait pas quitté ses grands airs, elle continuait d'afficher une froideur presque autoritaire, renforçant encore cette sensation, ou plutôt ce besoin de contrôle. Elle continua de me tutoyer, ça ne me plaisait pas trop mais soit, pas la peine de la couper juste pour ça. Au moins elle accepta de me suivre dans ma dégustation de vin (j'articulai alors discrètement "blanc" sans voix au patron) et elle proposa même de payer l'addition. Puisque c'était si gentiment proposé, je n'allais pas lui avouer que je ne payais jamais, m'arrangeant toujours pour mettre le ou les patron(s) dans ma poche, ce restaurant ne faisant pas exception. Elle voulait payer soit, ce n'était pas mon problème. Néanmoins, son histoire de questions que j'aurais envie de lui poser par après était certainement étrange. Assumer ainsi que je ne pourrais pas réprimer mon envie de l'interroger, ce qu'elle me voulait devait être sacrément solide, du moins de son point de vue. Parce que pour l'instant au lieu de me poser des questions je préférais la laisser poursuivre.

- Bien sûr oui Eithne, je vois... Enfin, je crois..." lui lançais-je d'un bref regard vague sur le côté. Loin de moi l'idée de la vexer (quoi que, l'idée m'avait traversé l'esprit vu ses airs altiers), mais les personnalités Daoi-Sith, ce n'était pas vraiment mon rayon. Evidemment j'avais de vagues notions de la hiérarchie de ces sombres ennemis d'antan grâce à mes discussions avec Loki donc je savais manifestement qui était Alfyse, mais de tous les prénoms que ma compagne du soir m'avait donné pour désigner son illustre personne, seul Eithne ressemblait à quelque chose que j'avais déjà entendu. En même temps j'étais Fey, ce qui pouvait bien se passer dans le camp des fans d'Unad, ça me passait un peu au dessus de la tête. Mais passons, des points communs annonça-t-elle... Encore une expression que je n'affectionnais pas vraiment. Elle voulait tout dire et son contraire, un peu comme la fameuse réplique du méchant, le fameux "on n'est pas si différents toi et moi". Je la laissai néanmoins poursuivre, histoire de découvrir le fond de sa pensée. Malheureusement, elle préféra prolonger le suspense, allant même jusqu'à me proposer d'en rester là si je le souhaitais. Tout ce teasing pour me proposer un ultimatum, madame était joueuse. Ou peut-être était-ce autre chose...

- Ma tranquillité..." Mon sourire s'élargit légèrement "Vous ne me connaissez pas très bien n'est-ce pas? J'ai bien peur d'être l'antithèse de la tranquillité, très chère." Le patron arriva alors avec sa meilleure bouteille de blanc et deux exemplaires de la carte. Je lui fis comprendre que je m'occupais du vin et qu'il pouvait aller voir ailleurs, me permettant ainsi de poursuivre. M'emparant de la bouteille je commençai alors à remplir les verres. "Laissez-moi récapituler. Vous vous êtes donné du mal pour arranger cet entretien, détenez une information qui me touche apparemment personnellement et que vous brûlez d'envie de me révéler malgré la magnifique poker face que vous arborez depuis votre arrivée..." Je posai la bouteille et amenai le verre sous mon nez, laissant les effluves gentiment titiller mes narines, avant de reprendre. "Mais afin de vous donner une fausse sensation de contrôle vous préférez m'imposer un choix... Vous ne pensez pas saisir la situation un peu à l'envers?" J'ouvris ma carte tout en poursuivant. "Car vous semblez oublier quelque chose. Clare... Vous voyez, elle n'en a pas l'air comme ça, mais elle est très bonne à son job. Elle ne laisse rien au hasard, et elle n'aurait jamais accepté de mettre en place cette rencontre sans savoir de quoi il retourne exactement... Ce qui veut dire que l'info que vous avez, à présent elle la détient également. Autrement dit, je peux très bien vous laisser en plan et aller la voir elle. Du coup, la personne devant un choix ce n'est pas moi et ça n'a d'ailleurs jamais été moi, puisque c'est vous... Vous comprenez?" Je pris alors une première gorgée de vin, concluant: "A vous de voir si vous voulez aller droit au but, ou si vous préférez vous faire griller la politesse par ma charmante détective, dans les deux cas j'obtiens l'information en question... Comme je disais, votre choix."

J'ignorais à quel niveau se situait sa fierté. Je ne savais pas si elle allait s'avérer impatiente, ou si elle tolèrerait de voir cette si précieuse information révélée par une autre. Déchiffrer quelqu'un ce n'était pas magique, ce n'était pas non plus une science exacte, je pouvais me tromper à son sujet. Mais il m'arrivait rarement de me tromper. Manipuler c'était dans ma nature et en plus de quatre mille cinq cents ans d'existence, je n'avais pas encore trouvé celui ou celle capable de me surpasser à ce petit jeu là.
En attendant sa réaction je tournai la carte dans sa direction, me permettant quelques suggestions avec le plus charmant sourire qui soit.
- Vous pouvez plonger sur n'importe quel des plats à base de saumon, le chef prépare ce poisson comme personne... Sinon l'Irish Stew est un délice, ne vous fiez pas aux origines humbles de cette spécialité, ici c'est présenté comme un met d'exception... Et par pitié, ne dites pas "une salade". C'est bien trop ennuyeux une salade et vous m'avez l'air de tout sauf une personne ennuyeuse..."        
             


Spoiler:
 


True Lies

“You better take a good look cause I'm full of shit
With every bit of my heart I've tried to believe in it
You can dress it all up, you can try to pretend
But you can't change anything in the end.”  ©️ code : Ellaenys. // quote : Trent Reznor.  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mother and Son, act One.   
Revenir en haut Aller en bas
 

Mother and Son, act One.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AES SIDHE › fáilte a thaistealaí thuirseach. :: Autumn Court : Douglas
Cúirt fhómhair
 :: 
Place Centrale
 :: La Bouchée Verte
-