AccueilAccueil  Tumblr Aesien  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce qu'il y a de nouveau

La vidéo

Les Prédefs attendus


Partagez | 
 

 Come on, come on, turn the radio on.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
KITH NOCKER born to be wild.

Daphne O'Meara

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 28/08/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 57
› L'AVATAR : Mila Kunis
› LES CREDITS : Tag ♦ Petulia (Bazzart)
› LA COULEUR RP : cadetblue

KITH NOCKER ∭  born to be wild.

MessageSujet: Come on, come on, turn the radio on.   Dim 2 Oct - 18:45
Come on, come on, turn the radio on.
   
Come on come on, turn the radio on
It's Friday night and it won't be long. Gotta do my hair, put my make-up on. It's Friday night and it won't be long. Till I hit the dance floor. Hit the dance floor! I got all I need No I ain't got cash! I ain't got cash! But I got you baby...Baby I don't need dollar bills to have fun tonight.
D'une oreille distraite Daphne écoutait la chronique météorologique de Trixie sur les intempéries qui frappaient Douglas depuis quelques jours. Rien d'étonnant à cela, l'automne s'installait doucement, entrainant avec lui les feuilles rougeâtres, les trombes de pluie, et un air marin vif et froid. Les automnes secs et ensoleillés que la Fey avait connus aux Etats-Unis était bien loin et elle avait du mal à se faire à ce climat qu'elle subissait maintenant depuis deux ans, depuis son emménagement à Ellan Vannin en compagnie de Sorsha. Tandis que Trixie avait repris sa place au micro, Daphne tentait d'arranger du mieux qu'elle pouvait le minuscule studio qui leur servait de siège pour Nevermore Radio. La Kith Corbeau était fière de ce qu'elle avait accompli, malgré le fait que ses pouvoirs ne lui permettaient toujours pas d'émettre ou de retransmettre les paroles de Trixie plus loin que la ville de Douglas. Toutefois, elle ne baissait pas les bras, et continuait d'espérer le jour où elle serait capable d'émettre dans toute l'île, et plus loin encore. Et puis, mine de rien, elle commençait doucement à se forger une petite communauté de fidèles qui activaient chaque jour leurs récepteurs pour suivre les chroniques des deux Feys. Et celle qui serait retransmise aujourd'hui allait faire sensation !

En installant un large bouquet de lys et de jacinthes, la jeune femme se demanda s'il l'avait reconnue. Ils n'avaient absolument pas parlé de l'époque où ils avaient tous deux fréquenté la Cour Seelie. Enfin, fréquenté... Lui l'avait fréquenté, et Daphne s'était contentée de l'admirer de loin, après qu'on lui ait bien fait comprendre que ce n'était pas son monde et qu'elle devrait toujours ramper devant les Sidhes. Enfin bref, ce n'était pas le sujet. Toujours était-il qu'ils n'en avaient pas parlé. Daphne était à peu près sûre qu'il n'avait pas reconnu en elle la jeune fille qui était maladroitement allée lui parler, avec des yeux remplis d'admiration, 650 ans auparavant. Lorsqu'elle l'avait invitée à un rendez-vous, en vue d'une émission en son honneur, elle s'était demandée s'il allait accepter ou encore une fois lui rire au nez, mais il avait répondu positivement et lui avait même servi le sourire étincelant dont il avait le secret. Daphne leva les yeux au ciel et jeta un coup d’œil autour d’elle. Elle avait dressé une table joliment ornée, recouverte de divers mets qui lui avait coutés la peau des fesses, installé en évidence une bouteille de champagne et son seau à glaçon. La pièce n’avait jamais été aussi propre et elle avait même acheté une nouvelle chaise pour qu’il puisse jouer tranquillement tandis qu’elle le retransmettrait assisse sur le canapé. Elle allait faire sensation, c’était certain. Après tout, tout le monde ne recevait pas Kane O’Ceallaigh ! Bon, après, il ne peut-être plus jamais revenir après l’interview qu’elle prévoyait de lui faire subir, mais elle aviserait plus tard.


Il lui restait une trentaine de minutes. Trixie assurerait l’intérim jusqu’à ce que Kane et elle soient installés et qu’elle reprenne l’antenne. Plus que 30 minutes. Nerveusement, elle tendit la main vers les plateaux d’argent recouverts de viennoiseries avant de se souvenir que cela serait du plus mauvais effet lors de l’arrivée de son invité. La mort dans l’âme, elle traversa donc le studio pour se faire chauffer un thé et pendant que l’eau chauffait, en profita pour se doucher, sauta dans la robe qu’elle avait empruntée à Sorsha le matin même, secoua la masse de plumes qui lui servait de chevelure avant de s’admirer dans le miroir d’un air satisfait. Oui, cette petite robe noire était exactement ce qu’il fallait, soulignant les courbes de son corps et faisant ressortir sa peau dorée. Elle allait lui laisser un souvenir impérissable à ce mufle qui avait refusé de lui adresser la parole 650 ans plus tôt ! La sonnerie de la porte retentit, mettant fin aux réflexions de la jeune Kith. « J’arrive, j’arrive ! » cria-t-elle de la salle de bain en s’élançant à toute vitesse vers la porte d’entrée. Trixie dans l’autre pièce commentait le chiffre d’affaire des commerçants du coin avec beaucoup de soin.

La main sur la poignée, Daphne s’arrêta net. Où étaient ces fichus chaussures par le Haut-Roi ? Elle ne pouvait décemment pas ouvrir à Kane pieds nus ! Comme une furie, elle fit le tour de l’appartement, sa robe moulante remontée sur ses cuisses devant l’air ahuri de Trixie qui continuait son émission imperturbable. « Ah, les voilà ! Mais comment ai-je pu vous oublier sous le canapé mes bébés d’amour ? C’est Trixie qui vous a poussées là, hein ? » sussurra-t-elle en nouant les brises de ses chaussures à hauts talons autour de ses chevilles. La sonnette retentit une nouvelle fois et Daphne retraversa l’appartement une nouvelle fois, cette fois-ci avec 12 centimètres de plus, et ouvrit la porte avec le sourire le plus séduisant dont elle était capable. « Bienvenue Kane » minauda-t-elle en posant un genou à terre, remarquant avec délice sa peau dorée qui s’offrait à la vue du Fey. On ne se refaisait pas, que voulez-vous !
black pumpkin


Open here I flung the shutter, when, with many a flirt and flutter, In there stepped a stately Raven of the saintly days of yore; Not the least obeisance made he; not a minute stopped or stayed he; But, with mien of lord or lady, perched above my chamber door— Perched upon a bust of Pallas just above my chamber door— Perched, and sat, and nothing more.
♦️ The Raven
Revenir en haut Aller en bas
SIDHE SEELIE noble's blood.

C. Kane Ó'Ceallaigh

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 04/02/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1494
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Keagan Rafferty
› L'AVATAR : Alex Pettyfer
› LES CREDITS : Devil
› LA COULEUR RP : Goldenrod

SIDHE SEELIE ∭  noble's blood.

MessageSujet: Re: Come on, come on, turn the radio on.   Lun 10 Oct - 21:31
C'était principalement pour l'image qu'il avait accepté de jouer. Une simple histoire de réputation à tenir, tant la sienne que celle de sa cours, surtout maintenant qu'il savait cette réputation plus ou moins fallacieuse. Il l'avait appris à ses dépens, ou plutôt, on le lui avait ultimement prouvé tout récemment : même la plus pure des lumières possédait toujours sa part d'ombre.
Prendre conscience de cette réalité fondamentale de la vie pouvait peut-être paraître banal pour certains, surtout après quatre milles longues années d'existence. Peut-être en effet, était-il quelque peu tardif au regard de la majorité, mais il était ici question d'un être à part, qui ignorait tout de la banalité et des majorités, et qui n'y avait jamais vécu. Le Sidhe s'était obstinément voué à la lumière, à la beauté, et à l'amour, il s'était destiné tout entier au développement des arts, à l'incarnation même de ce que la perfection avait de Divin, sans se soucier de rien d'autre.
Non pas qu'il fut aveugle à tout ce qui existait autour, plutôt qu'il avait fait le choix de ne jamais y accorder trop d'attention. Aujourd'hui pourtant, les choses étaient différentes. S'éblouir de lumière était devenu inutile, car l'ombre était devenue si évidente que même lui ne trouvait plus d’œillère assez grandes... Il était obligé de prendre l'ombre en compte à présent, et si au début, il avait longuement hésité sur la marche à suivre et le comportement à adopter, il avait finalement opté pour ce qu'il savait faire de mieux : Briller très fort pour compenser la noirceur.
C'est donc exactement cela qu'il était venu faire, en réel expert : Briller.

Ca, et peut-être bien faire de l'oeil à la Kith assez sexy qui l'avait invité. Son nom ne lui disait absolument rien, mais le sourire qu'elle lui avait servi l'avait interpellé. Elle ressemblait à quelqu'un qu'il avait un jour connu, mais il ignorait qui et quand. C'était un peu idiot en soi de se soumettre à une telle tentation car il était hors de question de se faire prendre à fricoter avec une impure Nocker maintenant, mais c'était plus fort que lui, gourmand capricieux qu'il était. Quoi qu'il en soit, il n'y avait aucune loi qui lui interdise de venir jouer de la musique dans son émission et de partager son art avec le petit peuple.

Kane fit d'ailleurs la moue en voyant l'immeuble que lui désignait l'adresse. C'était étroit, petit, et désespérément modeste bien qu'assez propret. Quelque peu allergique à la médiocrité, il mit aussitôt de côté ses à-priori, pénétrant dans le bâtiment pour atteindre le bon studio. Cela fait, il fit signe à l'un de ses humains de sonner à la porte, avant d'émettre un petit soupir dépité.

Oui parce que, forcément, il était complètement hors de question qu'il porte lui-même ses instruments sur tout le trajet qui le séparait du centre de Douglas. Il s'était fait conduire et avait embarqué quelques larbins mortels pour le côté pratique de la chose. Seulement trois, rien de trop poussé bien entendu. Le premier portait une encombrante mallette noire où était rangée sa harpe, la seconde une caissette de bois riche où se trouvait sa lyre et sa flûte, et le dernier, un étui de cuir où dormait sa cithare. Kane fit d'ailleurs signe aux trois de se reculer un peu car malgré la voix entendue à l'intérieur, personne ne venait leur ouvrir cette fichue porte et il se chargea lui-même du second coup de sonnette.

Heureusement pour elle, la jeune Kith était trop jolie pour qu'il juge nécessaire d'émettre la moindre remarque lorsqu'on lui ouvrit enfin la porte, et sa révérence immédiate assoupli aussitôt son expression, sa petite moue contrariée se muant en demi-sourire satisfait. Sans attendre qu'elle l'y invite explicitement, il pénétra dans l'appartement, sa clique dans le sillage à qui il fit rapidement signe de déposer leurs fardeaux non loin de l'entrée.  

-Merci à toi de m'avoir invité, qu'il répliquait dans le même temps, le ton contrit et courtois.

Son premier réflexe fut bien entendu d'observer le décors. Les clichés qui étaient accrochés aux murs, le choix des fleurs, les matériaux des meubles, la couleur des coussins et les motifs de la nappe, tant de détails qui attiraient irrémédiablement son oeil d'artiste et révélait bien des choses sur l'hôte. Il fut aussitôt convaincue qu'elle avait du goût, et du respect pour elle-même, deux valeurs qu'il estimait. A sa manière.

-Quel charmant petit intérieur, commenta-t-il, ses yeux s'attardant déjà sur la rouquine qui semblait animer l'une ou l'autre émission en direct. Et quel accueille ... ronronna presque le Sidhe en se tournant vers les mets et les boissons. Puis-je ? questionna-t-il en se servant déjà.

En tout les cas, la demoiselle semblait fort bien éduquée et consciente de la qualité de son invité, c'était un très bon point pour elle. Se tournant vers les trois mortels qui attendaient là bras ballants, il émit un faible soupir.

-Allons donc les amis, ne restez pas plantés là l’œil hagard, venez donc prendre une douceur et filez m'attendre en bas.

Il attendit qu'ils aient quitté l'endroit avec chacun un gâteau en main pour se tourner vers la Kith et lui adresser un regard interrogateur, l'invitant à lui dévoiler ce qu'elle avait prévu pour la suite des événements.




 
the way that it should
I’m holding on to many things passed
To anything that's gonna change my memories back
I’m holding on to everyone good
To everything that's ever been the way that it should→  code : ellaenys.  
Revenir en haut Aller en bas
KITH NOCKER born to be wild.

Daphne O'Meara

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 28/08/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 57
› L'AVATAR : Mila Kunis
› LES CREDITS : Tag ♦ Petulia (Bazzart)
› LA COULEUR RP : cadetblue

KITH NOCKER ∭  born to be wild.

MessageSujet: Re: Come on, come on, turn the radio on.   Dim 16 Oct - 22:17
Come on, come on, turn the radio on.
   
Come on come on, turn the radio on
It's Friday night and it won't be long. Gotta do my hair, put my make-up on. It's Friday night and it won't be long. Till I hit the dance floor. Hit the dance floor! I got all I need No I ain't got cash! I ain't got cash! But I got you baby...Baby I don't need dollar bills to have fun tonight.


Daphne se redressa prestement tandis que Kane pénétrait déjà dans l'appartement et le jaugeait du regard. Celui de la Kith allait de l'un à l'autre sans savoir où se poser: elle était soudaine paniquée par la venue de cet être hors du commun. Cela faisait remonter bien trop d'émotions en elle, bien trop de chagrin et d’auto-apitoiement qu'elle chassa de ses pensées. Il était aussi beau que d'habitude. Apollon. Elle avait du mal à détourner son regard de son opulente chevelure dorée et se demande comment les humaines pouvaient résister à ce sourire charmeur. Bien qu'étant un être magique, Daphne sentait déjà le ronronnement familier dans son estomac, signe qu'elle appréciait la vue qui s'offrait à elle.

La remarque qu'il fit sur son studio effaça une seconde le sourire qui s'étalait sur son visage avant qu'elle n'en réinscrive un nouveau, imperturbable. C'était petit, désuet, ancien, cela ne payait pas de mine, mais elle se l'était forgé à la force de ses mains et pour cela, elle n'avait eu ni l'aide de la Cour, ni de sa famille. Elle ne devait ça qu'à elle-même et en tirait une certaine fierté. Contrairement à lui, personne ne l'avait poussée et cajolait quand elle s'était cassée les dents sur ses entreprises et c'était une grande fierté. Quand on veut, on peut, elle se l'était toujours répété. Kane semblait sous le charme et elle tenta de se détendre, laissant la petit clique qui accompagnait le musicien déposer les malles. Elle n'était presque pas vexée par le fait qu'il ne l'avait apparemment pas reconnue. Bon, soyons honnêtes, à l'époque, elle n'était qu'une petite souris grise et effacée, rien en comparaison de la Fey qu'elle était aujourd'hui. Et puis, cette fois-ci, elle allait laisser un souvenir impérissable dans son esprit...

« Je vous en prie. Il est tout naturel de se plier en quatre lorsque l'on reçoit un invité de marque tel que vous Kane » susurra-t-elle en reprenant son rôle d'hôtesse attentionnée. Elle ne prit même pas la peine de lui répondre lorsqu'il se dirigea vers le buffet qu'elle avait passé des heures à choisir. Hormis les fruits exotiques et les pâtisseries en tout genre, elle avait aussi réalisé quelques tartes et cakes, ne sachant vraiment ce qu'il convenait d'offrir à son invité.

Après qu'il eut congédié ses accompagnants, Kane se tourna vers elle avec un regard interrogateur. Avec un sourire charmeur, Daphne repoussa une plume qui barrait son front et s'approcha du buffet. Il ne fallait pas qu'elle mange, non, non, non. Si elle commençait, elle allait tout vider se connaissant... Et c'était vraiment pas attirant une fille qui se goinfre durant un rendez-vous professionnel ! Gracieusement, elle se mit à genoux pour sortir de sous la table une bouteille de champagne. « Tout d'abord, permettez-moi de vous offrir quelque chose à boire. Celui-ci m'a été directement envoyé d'amis français, je suis sûre qu'il est excellent ». Si seulement Sorsha avait pu passer rapidement pour mettre un peu de son don dans le champagne, elle se serait sentie moins nerveuse, et surtout, elle aurait arraché bien plus d'informations à son invité.

D'un geste habile, elle fit sauter le bouchon de la bouteille, glissa une coupe en-dessous du flot qui se déversait et en remplit une seconde qu'elle tendit à Kane. « A notre émission ! » dit-elle en le fixant de ses yeux gris et violets. Ils trinquèrent en silence avant qu'elle ne lui expose son plan. « Mon employée Trixie va finir son émission dans quelques minutes. Nous commencerons ensuite nos deux heures d'émission que nous achèverons à 20h. J'ai pensé qu'après une courte introduction, vous nous feriez la joie de jouer pour une durée que vous pourrez choisir. S’ensuivra ensuite une interview avec quelques questions que j'ai préparées au préalable. Vous pouvez décider des durées des deux parties, ainsi que des pauses que vous avez besoin de faire. Cela vous convient-il? » lui demanda-t-elle en souriant. « Je peux effectuer toutes les modifications que vous souhaitez. Considérez que je suis à votre service et à celui de votre art» ajouta-t-elle l'air de rien en buvant une nouvelle gorgée de champagne.

black pumpkin


Open here I flung the shutter, when, with many a flirt and flutter, In there stepped a stately Raven of the saintly days of yore; Not the least obeisance made he; not a minute stopped or stayed he; But, with mien of lord or lady, perched above my chamber door— Perched upon a bust of Pallas just above my chamber door— Perched, and sat, and nothing more.
♦️ The Raven
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Come on, come on, turn the radio on.   
Revenir en haut Aller en bas
 

Come on, come on, turn the radio on.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Radio Minustah disponible sur Internet sur "minustah.or
» UNE PROVOCATION DE RADIO METROPOLE
» Raymond Piquion Pitit Kay animateur original de la radio Capoise est parti
» Anons (Entrevue avec Amaral Duclona - Radio Optimum)
» Le Sénat menacé d’autodissolution [Radio Kiskeya]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AES SIDHE › fáilte a thaistealaí thuirseach. :: Autumn Court : Douglas
Cúirt fhómhair
 :: 
Place Centrale
 :: Autres
-