AccueilAccueil  Tumblr Aesien  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce qu'il y a de nouveau

La vidéo

Les Prédefs attendus


Partagez | 
 

 Credne Cerd → « It's very rude of him, she said, to come and spoil the fun ! »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
THE UNSEELIE BLACK-SMITH ∭ Néné, l'Omnivore qui dévore tout, même ta main.

Blodwyn E. Tyronoe

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 10/09/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 6823
› L'AVATAR : elizabeth olsen
› LES CREDITS : kiaran + cassie-railly
› LA COULEUR RP : white

THE UNSEELIE BLACK-SMITH ∭  Néné, l'Omnivore qui dévore tout, même ta main.

MessageSujet: Credne Cerd → « It's very rude of him, she said, to come and spoil the fun ! »   Jeu 10 Sep - 3:41
Elizabeth Olsen. > Unseelie

Blodwyn E. Tyronoe

« I would probably end up doing something stupid. »



› Nom & Surnom : Blodwyn E. Tyronoe alias Credne Cerd.
› Âge : 3000 longues années.
› Métier / Occupation : Forgeronne pour les Unseelies.
› Caractère : Forte – Garçon manqué – Caractérielle – Brusque – Déstabilisante – Lunatique – Sans-gêne – Franche – Impatiente – Passionnée – Téméraire – Chaleureuse – Curieuse.
› Type de Fey : Sidhe de la Maison Balor.



Résumé du Personnage



Le caractère de Credne s’est construit tout entier sur son enfance et sa vie chez les Gobelins. Il ne faut pas s’attendre de sa part aux réactions habituelles dictées par la société Fey, et la pire des erreurs à faire avec elle serait d’essayer de la changer. Oui, elle a son passé en horreur, et oui, elle aurait tout donné pour grandir à la Cour Unseelie, mais elle est ce qu’elle est désormais et cela rendrait encore plus injuste, encore plus inutile l’enfer qu’elle a vécu. Au moins, ces années ont fait d’elle ce qu’elle est et elle fait tout pour en être fière. Autant le dire tout de suite, elle n’est pas facile à vivre.
Elle n’aime pas trop évoquer son enfance et entretient un lien assez particulier avec les Gobelins. Elle les connait bien mieux que la plupart des Sidhes, les comprend mieux, connait parfaitement leurs façons d’être et leur société et a une sensation de dualité des fois par rapport à tout ça. Elle hait cette impression mais se sent parfois moins à l’aise à la Cour qu’avec les Gobelins, quand bien même elle ne les aime pas.
Elle a eu le temps pourtant de s’intégrer au monde des Feys, et plus particulièrement des Sidhes. Qui aurait cru que la petite larbine qu’elle était serait un jour idolâtrée comme une déesse ? Pas elle en tout cas. Elle n’en a pas pour autant conçu de l’orgueil, ce n’est pas son genre. Elle adore ce qu’elle fait, son savoir-faire et a toujours trouvé que les artisans étaient les hommes les plus malins et les plus sympathiques. Il y a pire, comme adorateurs. Elle-même a plutôt bien tourné : elle est bonne dans ce qu’elle fait, est devenue célèbre autant dans son métier qu’à l’épée, appartient à la Maison Balor qui fait tant trembler et surtout, a su s’entourer d’amies chères. Mais il restera toujours en elle une petite part un peu sauvage et décalée. C’est peut-être pour cela qu’elle a choisi la Cour Unseelie. Plus jamais on ne l’obligera à faire quoi que ce soit, alors la Cour de la Lumière, très peu pour elle. En plus là-bas, elle en est sûre, on ne peut pas se pinter à toute heure sans se faire regarder de travers. Et ici, si on la regarde de travers, elle peut cogner, personne ne dira rien, c’est ça, sa conception des Ténèbres.




Particularités & Apparence



› Particularités : Elle porte sur elle beaucoup de bijoux, mais pas de ceux qui brillent et tintent délicatement au moindre geste. Ce sont des bagues, des colliers, des bracelets aux poignets et aux chevilles, aux bras et aux cuisses, de simples tiges de laiton ou de Métal féérique enroulés sur son corps et sans fioritures, sans décorations, pas travaillés, bruts. Ratés, pourraient dire certains. Elle porte aussi souvent sur sa peau des traces de brûlure. Elle guérit rapidement, évidemment, mais comme elle ne cesse de travailler son Métal, elle n’y fait même plus attention. Pas très féminine, donc, mais cela aussi, ça lui est toujours passé au-dessus, on peut même dire qu’elle possède un genre de naïveté par rapport à ça. A côté de ses deux meilleures amies, elle a l’air d’un petit cochon et elle le sait, mais elle ne voit pas où est le problème, c’est ça, le truc.
Elle se balade toujours avec quelques outils sur elle, et c’est bien pratique aussi pour cogner sur des gens, on sait jamais.
Elle déteste qu’on lui donne des ordres, c’est fini ce temps-là. Elle n’aime pas aussi qu’on lui fasse la leçon ou un sermon. Elle n’a pas trop de savoir-vivre, pour dire franchement, mais ça va, elle le vit très bien.

› Apparence Féerique : Elle est grande, un mètre quatre-vingt au moins. Ses cheveux longs et raides sont d’un rouge flamboyant et deviennent blancs sur trente centimètres de pointes. Sa peau autrefois si pâle s’est légèrement hâlée avec le temps et sa vie en plein air – pas bronzée non plus, il ne faut pas abuser, mais un léger hâle doré à peine visible, qui ferait hurler d’horreur n’importe quel Sidhe de la Cour Seelie, à n’en pas douter. Sa stature, enfin, sans être athlétique, est moins fine que la moyenne. Elle forge des armes, se bat avec et n’a absolument pas conscience de son propre physique. D’ailleurs, son glamour est plutôt simpliste, son apparence peu travaillée.
Ses yeux feys sont à son image : flamboyants dans tous les sens du terme. Ses pupilles sombres sont entourées d’un premier anneau rouge sombre, puis d’un cercle ambré et enfin d’un dernier anneau orangé, et ses yeux sont mouchetés d’or, de sorte qu’on dirait souvent qu’ils sont en feu.  

Pouvoir



Pouvoir de la Main Métallurgique :
Palier 1 elle peut créer du Métal Féerique qui permet de créer des armes dangereuses auxquelles les Feys ne sont pas allergiques. Elle peut aussi créer de l'or.
Palier 2 elle peut façonner le Métal Féerique brut qu'elle a créé, pour  en faire des armes ou encore des armures, des bijoux, des parures, des pièces de la vie courante, etc.
Palier 3 elle peut insuffler une vie propre aux objets qu'elle créé : ces derniers reconnaîtront leur propriétaire et apparaîtront et disparaîtront selon la volonté du possesseur.
Palier 4 Credne peut insuffler un pouvoir de type « Pouvoir de la Main » dans un objet en Métal Féerique. Ce pouvoir de la Main ne peut avoir qu'un seul palier et une seule propriété.


Histoire




› Une enfant
Les ténèbres, j’y suis habituée. C'est comme ça qu'ils vivent, alors c'est comme ça que je vis. C’est facile de les comprendre. Ils sont tous plus laids et méchants les uns que les autres, mais ils ne sont pas bêtes. Il y en a d’autres comme moi, des enfants, qui pensent que parce qu’ils sont moches, ils sont bêtes, mais ils ne sont pas bêtes. Et les sous-estimer, c’est une erreur. J’en ai vu plein, des enfants, se faire emmener et ne plus revenir. Depuis que je suis arrivée ici, ça m’est arrivé de porter un plat à mon Maître et d’y voir dépasser un bras ou une jambe d’enfant. Ils nous mangent, donc. Cela, je le sais. Qu’est-ce que j’ai appris d’autre ? L’information est une arme. Je ne sais pas d’où je viens, je me souviens vaguement de mes parents et de mes frères, et je ne sais plus comment je suis arrivée là mais j’y suis, au fond de ces cavernes puantes, sombres, humides et glaciales. Je n’en sortirai probablement jamais, alors je ne vais même pas essayer. Je vais servir mon Maître, si bien et si férocement qu’il ne pourra plus se passer de moi. Que lorsqu’il aura faim, son regard passera sur moi sans me voir. Là, il appelle. Les autres tremblent, ils ne veulent pas y aller. Ils ne comprennent rien à rien. J’y vais, moi. Oh dieux, qu’il est repoussant… Il est assez grand et j’ai compris que selon les standards de son peuple, il est censé être attirant. Des tas de mochetés femelles lui tournent autour, je ne les aime pas, elles me frappent quand je passe à côté d’elles, me pincent, me tirent les cheveux. Il y en a une qui revient souvent, elle m’attrape et me garde sous son bras comme si j’étais un animal de compagnie, et ça les fait tous rire, enfin, rire… On dirait qu’ils essayent de vomir, mais c’est comme ça qu’ils rient, ça aussi je l’ai compris. J’ai appris à ne plus avoir peur de certains de leurs cris ou de leurs gestes, à baisser les yeux quand il le fallait, à m’éclipser d’une pièce quand ça sent le roussi, à reconnaître les plus forts des plus faibles et les plus malins des plus mortels.
Mon Maître en a tués plein qui étaient arrivés après moi.

Maintenant, il m’appelle plus souvent que les autres. Je suis presque sûre qu’il ne me tuera pas, sauf sur un coup de tête, évidemment. Des fois il s’emporte et attrape le premier enfant par le bras qui lui passe à portée de main. Les murs de sa caverne sont tachés du sang des Sidhes qu’il a tués en les lançant dessus. Il est grand, et il est fort. Sa peau et grise et vérolée de trous et de bosses, et il a des tas de cicatrices. C’est un grand guerrier. Il me dégoûte, mais les autres Gobelins le savent, à présent. Ils n’ont plus le droit de me manger, je suis mieux qu’une esclave, je suis un objet précieux. Et oui, c’est mieux. Les autres m’envient, mais je m’en fiche. Des fois, mon Maître veut savoir lequel d’entre eux sera le plus délicieux, et j’en pointe un du doigt, comme ça. Mieux vaut eux que moi. De toute façon, je mourrai ici. Il n’y a pas de Sidhe adulte, dans ces cavernes. Mon Maître m’apprécie comme on apprécie une de ses possessions, mais il se débarrassera de moi bientôt. Avec de la chance, je serai trop grande et trop âgée pour être mangée, et il me tuera tout simplement.

Il m’emmène partout et je n’aime pas ça. Chez lui, je suis tranquille, mais ailleurs, dès qu’il a les yeux tournés, ses amis me frappent, me mordent ou me menacent. Des fois, il les voit faire, mais ça le fait rire, et des fois, il s’énerve. Des fois, c’est contre moi qu’il s’énerve, comme si c’était ma faute. Il m’a encore cassé le bras hier, et les autres enfants ne se sont même pas occupés de moi. Je m’en fiche, je guéris vite, et moi au moins je ne finirai pas dans une marmite. Et puis quand mon Maître me fait du mal, ensuite, il essaye de se faire pardonner. Je le déteste encore plus quand il fait ça, mais je ne dis rien. Il me montre des choses et leurs armes et leurs armures me fascinent. Il m’a déjà emmenée plusieurs fois dans leurs forges et je n’en ai pas perdu une miette. Si j’avais pu vivre assez longtemps, j’aurais bien voulu battre le fer moi aussi. Enfin, battre autre chose. Le fer, ce n’est pas une option, mais il doit y avoir autre chose, les Gobelins battent des tas d’autres choses. J’ai récupéré quelques chemises ayant appartenu à des enfants qui ont été emmenés et avec un bout de charbon, je dessine dessus, je m’imagine avoir ma propre forge et ce que je ferai avec, je dessine des armures, des épées, des gardes, des Gobelins, et ensuite je leur passe une lame au travers du corps. Et puis je jette la chemise au feu.


› Un homme
Il est tellement grand que ça me fait mal au cou de le regarder. Je crois qu’il est presque aussi grand que le roi des Gobelins. En tout cas, il est beaucoup plus grand que mon Maître, c’est peut-être pour ça qu’il l’a tué aussi facilement. Il y a eu des cris, il y a eu des bruits de course et des bruits de lames qui heurtent le fermoir de leurs fourreaux en jaillissant au clair. Les autres enfants ont couru dans tous les sens et moi je suis restée là à regarder. Tout le monde est mort. Tout le monde dans le coin, en tout cas. Sauf moi. Quand il a eu fini de massacrer les gens, il m’a vue, plantée au milieu des cadavres, recouverte de jus de Gobelins. Alors c’était comme ça que j’allais mourir ? Pas dévorée, par brisée comme une poupée, mais simplement effleurée par ce Fey gigantesque aux yeux abyssaux ?

Eh bien maintenant, ma main disparaît dans la sienne alors que nous marchons tous les deux hors des cavernes. Il n’a rien dit, et moi non plus, parce que cela fait bien longtemps que je n’ai plus parlé à haute voix. J’ai envie de lui demander s’il a besoin de quelque chose – de l’eau, de la nourriture, des habits propres ? C’est tout ce que je sais faire. Mon regard se fixe sur les habits du Fey. Non, pas tout. Je suis sûre que j’ai un autre talent. Il est là, dans ma tête, il n’attend qu’une chose, que je le libère. Mais pas tout de suite. Je peux encore mourir. Qui c’est, celui-là, après tout ? Ça se fait, ça, de débarquer, de massacrer et de repartir ?

Je lève de nouveau le visage vers lui. Sa peau est pâle, comme la mienne, ses yeux sont comme deux trous sans fond, ses cheveux sont si longs… Je porte ma main libre à ma chevelure crasseuse, emmêlée, dont j’avais même oublié l’existence jusqu’à aujourd’hui. Puis je la pose sur ma joue, avant de descendre jusqu’à ma gorge. Et je le regarde encore. Il est comme un tableau vivant. Mes iris suivent chaque courbe de son visage et c’est presque aussi passionnant que regarder une forge fonctionner. Il n’a encore rien dit. Est-ce qu’il va me tuer ? Il pourrait au moins me dire ça. Je ne sais rien de lui, c’est frustrant, je dois tout recommencer, je suis impuissante à nouveau, et voilà qu’il me tire vers des mondes inconnus, et soudain je panique. Les cavernes, c’est chez moi, c’est ce que je connais, là-bas je suis armée, malgré les apparences. Soudain c’est l’air libre, la lumière du soleil, une terre inconnue, hostile. Je retire ma main de la sienne et presse mes deux paumes contre mes yeux. Ça brûle ! Et ça pique ! Il fait chaud, ou froid, je ne sais pas, et mes lèvres ont un goût de sel. J’écarte doucement mes mains de mes yeux et je les lèves devant mon visage pour les observer. Je ne suis pas pâle, je suis transparente, en fait. Entourée de landes dont les couleurs se ravivent soudain dans mon souvenir, comme une explosion, une vie d’avant. Qu’est-ce que je vais faire, maintenant ? C’est bien gentil, tout ça, mais je suis qui, je fais quoi ? Je lève de nouveau le regard vers le grand Fey. Il me regarde aussi. Il ne bouge pas, mais moi je sais, je le vois. Il sourit. À moi.


› Une déesse
Des statues, oui oui. Bon, d’accord, ils pensent que je suis un homme, mais ils m’aiment quand même. Moi aussi je les aime, d’ailleurs, ce qui tombe plutôt bien. Il y en a certaines,  de ces statues, qui sont vraiment ressemblantes. À part le fait que je ne suis pas un homme, je veux dire. Ce geste du bras, cette impression de mouvement : le même que quand je frappe le métal. Ou ma chope contre le comptoir, ça marche aussi. Quand je me retourne et que je vois le chemin que j’ai parcouru, j’en suis fière. Il y a eu des moments où tout ce que je pouvais faire, c’était me rouler en boule sous mon lit ou dans un placard, parce que l’étroitesse et le noir me manquaient et que je n’arrivais pas à dormir sans. Mais ça a fini par passer, ça et tout le reste. Je ne serai jamais la Sidhe que mes parents auraient voulu que je sois, mais je suis celle que je veux être. Je suis forgeronne, et je suis la meilleure. Je suis tellement douée que les humains m’ont élevée au rang de déesse. Je forge des armes et des pièces d’armures, des écrous et des vis, des chaînes et des bijoux. J’ai créé le Métal féérique et rien que pour ça, c’est moi qui devrais être reine. Mais je ne veux pas, cela dit. Je suis libre de faire ce que je veux et j’ai déjà vécu cent vies. Retrouver mes frères, puis les perdre à nouveau. Vivre en recluse avant de m’ouvrir petit à petit au monde. Réaliser mon rêve d’enfant et prendre enfin ma revanche sur les Gobelins en battant le Métal qui parfois s’enfonce dans leur chair. Devenir une déesse et marcher au milieu des hommes en riant de leur erreur quand ils prient leur dieu forgeron, mais appréciant aussi ces âmes d’artisans aussi pures et droites que les lames qu’ils battent.

Cenn m’a lâché la main et m’a jetée dans ce monde que j’ai cru hostile, alors qu’en vérité, je me suis retrouvée, je me suis créée, comme sortie d'une forge, pleine et entière. Où est-ce qu’il est, celui-là ? Je l’aime, et il ne le sait même pas, parce que je ne le lui ai pas dit, il ne faut pas rêver, et il ne faut pas non plus compter sur lui pour qu’il le devine. Oh, l’amour, ça ne veut rien dire du tout, il ne faudrait pas s’imaginer n’importe quoi. Je sais exactement ce qui se cache derrière sa légende, un grand type qui ne savait pas parler à la gamine que j’étais et qui m’a ramenée chez les miens. Il m’a lâché la main, m’a poussée en avant, et maintenant, où est-ce qu’il est, ce lâche, ce pleutre, cet imbécile malheureux ? Je lui ai même forgé une armure rien que pour lui, unique dans ce monde, et qui le restera jusqu’au jour de ma mort. Et pour me remercier, il disparaît. Eh bien, il ne peut pas mourir, n’est-ce pas ? En tout cas le jour où il se présente à nouveau devant moi, on pourra faire le test, qu'il compte sur moi.

En attendant, Niou et Luchta sont là. Je n’aurais pas cru pouvoir me lier d’amitié avec quiconque, pas après avoir envoyé des compatriotes Sidhes à la mort en les désignant du doigt. Mais ces filles-là sont tout ce que j’ai, elles sont les piliers de mon nouvel univers. Niou était une gamine et le jour où j’ai décidé de la prendre sous mon aile et d’en faire mon élève, je me suis sentie moi-même enfin adulte. Luchta s’est moquée de moi et se moque encore, d’après elle, ça n’est pas près d’arriver. En tout cas, je suis un professeur fantastique, je n’ai pas peur de le dire, parce que c’est vrai. Niou est tellement douée qu’elle aurait pu me dépasser, si ce n’était pas moi. Déjà, elle aussi a ses propres statues – de femme. On saura toujours faire la différence entre une épée forgée par moi et une épée forgée par elle, mais quant à savoir laquelle des deux brisera l’autre… La mienne, évidemment. Et Luchta rit, et rit, et rit.

Elle ne rit plus, maintenant, enfin, moins souvent qu’avant. Ce choix, je l’ai fait en toute conscience. Niou aussi. En ne prenant pas partie, Luchta aussi a choisi. Oh, et puis ce n’est pas un drame. On vit chacune dans une tour différente, et Niou doit s’ennuyer à en crever avec ces serrés du bas du dos, mais tant pis pour elle. Moi, je n’aurais pas pu. Ce n’est pas que je me sens une quelconque affiliation Unseelie, c’était un choix par défaut, mais assumé, pleinement déterminé, et voilà. Je suis une déesse, je suis une guerrière admirée et respectée, je suis Unseelie, je suis Sidhe et, je le sais, je le vois des fois dans le miroir, j’ai du feu dans les yeux et du sang gobelin sur les lèvres. Tout va très bien pour moi, merci.


› 1875
Les humains doivent connaître notre existence. Je ne vois pas l’intérêt, ni même en quoi cela fera une différence. Ils nous connaissent déjà, nous sommes leurs dieux. Que deviendrons-nous une fois démasqués, une fois qu’ils comprendront que nous pouvons saigner ? Oh bon, peut-être qu’ils tailleront mes statues avec un peu plus de fesses et de poitrine pour mieux me ressembler. Ce serait un moindre mal, non ? De toute façon, ce n’est pas comme si on avait le choix. On ne vit pas en démocratie. Tout ce que je veux, c’est continuer à forger. Alors oui, je veux bien abandonner de mon pouvoir dans le Chaudron, même si d’autres ne sont pas d’accord, même si d’autres peut-être ne le feront pas. Cela ne voudra pas dire que nous serons plus proches des hommes. Je comprends le calcul, mais à mon sens, ils n’en seront pas moins effrayés par nous. Qu’un dieu se déleste de son épée, est-il moins dangereux pour un homme ? Je ne pense pas. Oh, allez, tout ça m’est égal, en vérité.


› 1982
J’ai appris que le silence est d’or et peut sauver une vie durant mon enfance. Tant mieux, sinon j’aurais bien fait une petite danse en chantonnant « je vous l’avais dit ». Les hommes ont eu peur, et ils ont fait comme toujours quand ils ont peur, ils ont attaqué. Ah, la guerre. Toujours, la guerre. Je ne me plains pas, ça fait tourner ma boutique et continue d’alimenter ma légende. Il faut bien que j’essaye les armes et les armures que je créé… Même si je suis plus souvent à mes forges que sur le champ de bataille. Ils sont morts par milliers, ces idiots. Je les aime bien, pourtant. Alors la reddition du Haut Roi, je l’ai plutôt bien prise. C’était idiot, ce conflit, ça n’avait pas de sens, ça n'aurait pas eu de fin. Et puis il y avait des Gobelins partout, payés par les Sidhes pour aller se casser les ongles à leur place. J’en avais marre, de tout ça. J’en avais marre aussi de voir ce qu’est devenu le monde humain. Ils ne se servent plus du fer, plus pour de nobles causes. J’ai suivi le mouvement à l’autre bout de la Terre, mais c’est partout pareil. Ils ont oublié ce qu’ils furent et ce que nous étions pour eux, ils ne veulent plus que nous voir comme des mortels, mais c’est stupide. Je ne me sens pas à ma place là-bas, ma terre me manque, elle est pleine de fer, de sable, d’eau et de pierre. Je veux revoir l’Europe, je veux même revoir mes cavernes. Qu’est-ce qu’il faut qu’on fasse pour que tout redevienne comme avant, tuer quelqu’un ?!


› 2001
Oups ? J’aurais mieux fait de me taire, on dirait.

J'en ai vus mourir, des Sidhes, mais elle, c'était notre reine. C'est sa Cour qui m'a accueillie et les règles imposées par elle qui ont régi ma vie, qui en ont fait cette existence que j'aime. Cela m'attriste, cela m'énerve. Repartir à la guerre aussi, mais encore une fois, ce n'est pas moi qui décide. Pas moi qui me suis battue non plus. J'imagine que ça a fini par arriver : je suis vieille, et tout ça me fatigue. Et je pleure ma reine.


› 2015
Ça ne va pas mieux. Enfin pas sur tous les plans. Nous voilà enfin à l’abri du monde des hommes, coupés de leur technologie et des étranges créatures qu’ils sont devenus. Ceux qui restent sont nos esclaves, ersatz des adorateurs d’antan, et nous sommes leurs maîtres, à mille lieues des dieux que nous fument. Tout ça fleure bon le déclin, et c’était bien ça le problème, ce qui avait fait péter un plomb à Orel. Chacun sa tour, donc, et chacun chez soi. J’ai retrouvé l’Irlande, et mes forges brûlent toujours, c’est tout ce que je souhaite. Niou est loin de moi et elle me manque, surtout qu’à présent, on n’a plus de statues à comparer. Luchta joue sur les deux tableaux, cette traitresse, que j’aime, que j'adore. Il n’y a plus ni dieux ni rois, seuls restent les Feys, nous. Moi, Blodwyn. Oui, c'est moi, ça. Ellan Vannin. Je ne sais pas combien de temps le statu quo va durer, mais il ne durera pas, c’est toujours comme ça. Profitons-en un maximum avant que quelqu’un ne viennent tuer une reine, massacrer des enfants ou n’invente une nouvelle offense sacrée qui nous jettera à nouveau sur les routes. Tant que je suis moi, je serai chez moi, et c’est tout ce qui compte à mes yeux.
 


Et vous alors ?



› Pseudo : j'en ai toujours pas.
› Âge: le même que mon perso.
› Crédit des images : Shiya pour le vava, tumblr pour les gifs.
› Comment je suis arrivé(e) sur le forum ? : la question n'est pas comment mais pourquoi : parce que je suis faible. Et sinon, je stalke ventouse suis Blood et Rose au gré de leurs forums, en fait, comme un gros parasite.
› J'ai lu le règlement, je l'accepte et je signe par mon pseudo : mais j'en ai pas, je vous dis  Crying or Very sad .
› Un petit mot à ajouter ? : le boulet est dans la place ! (à propos de ça, je sais pas si c'est normal que les deux rectangles "fiche technique" et "fiche féérique" ne soient plus face à face... j'ai peut-être fait une conneriiiiiie...)

Revenir en haut Aller en bas
THE UNSEELIE BLACK-SMITH ∭ Néné, l'Omnivore qui dévore tout, même ta main.

Blodwyn E. Tyronoe

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 10/09/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 6823
› L'AVATAR : elizabeth olsen
› LES CREDITS : kiaran + cassie-railly
› LA COULEUR RP : white

THE UNSEELIE BLACK-SMITH ∭  Néné, l'Omnivore qui dévore tout, même ta main.

MessageSujet: Re: Credne Cerd → « It's very rude of him, she said, to come and spoil the fun ! »   Jeu 10 Sep - 10:23
Test Rp



Oh, cette terre, ces lignes qui petit à petit sortaient de la brume à mesure que le bateau se rapprochait d’elle… Je me sentais comme une gamine humaine, sautillant sur place en attendant que le marchand de glaces ait fini de préparer la mienne. Cramponnée à la rambarde du pont, penchée au-dessus des flots sombres et remuants, je ne pouvais plus détacher mes yeux d’elle. L’Irlande. Enfin. Je me souvenais encore du sentiment de perte que j’avais ressenti en la quittant, mais je me rappelle aussi ma certitude : un jour, je la reverrai. Et là voilà. Je la connaissais par cœur, j’aurais pu en dessiner les contours les yeux fermés, ses vals, ses lacs, ses collines et ses forêts. Ses cavernes aussi, évidemment. J’étais totalement euphorique, et cette sensation d’exploser de l’intérieur grandissait à mesure que la terre se rapprochait. Je l’aimais tellement, ce pays. C’était, après tout, la terre natale de tous les Feys, et personne ne peut se laisser déraciner sans garder une part de son foyer dans son âme, bien enraciné. Et aujourd’hui, me voilà, nous voilà tous, à fouler à nouveau la terre de nos origines. Cette seule sensation suffisait presque à effacer tout le reste, l’enchaînement d’événements qui nous avaient conduits ici à nouveau. Notre existence révélée, la guerre, puis l’exil, et la guerre encore, la mort, également, si difficile à croire parmi nous et pourtant si familière…

Tenant toujours le bastingage à deux mains, je me penchai en arrière, renversai le visage vers le ciel et prit une grande inspiration. J’avais hâte, tellement hâte ! Je restai sur le pont tout le temps que le bateau mit à atteindre le port et à amarrer, et je fus l’une des premières à en descendre. Encore un peu et je tombais à genoux avant de me vautrer par terre, probablement sous le regard un peu dégoûté des autres Feys présents. À propos de ça, plusieurs humains s’éparpillèrent sur les quais, à la recherche de leurs maîtres, déjà plein d’attentions pour eux. J’observai cette scène, un peu perplexe. J’avais été à leur place un jour. Pas dans les mêmes circonstances, et pas dans cette mesure. Mais n’empêche, imaginer que ces mortels s’étaient retrouvés là de leur plein gré, heureux de servir des demi-dieux contre une illusion et la promesse de rester parmi les Feys…  Trop occupée à marcher sans regarder où j’allais, je butai contre un enfant humain qui rebondit contre mes jambes et tomba sur les fesses. Je baissai les yeux sur lui, indécise. Le gamin se releva en me foudroyant du regard. Il faut dire que mon Glamour n’est pas très recherché, enfin je crois. C’est en tout cas ce qu’on m’a dit et répété. Même avec son Glamour, les Sidhes sont reconnaissables, il y a quelque en eux, sous la surface, que, si l’on ne le voit pas, du moins le ressent-on. Et même les humains, inconsciemment, étaient parfois sensibles à cela. Mais pas ce gamin.

« Et les excuses, c’est pour les chiens ? »

Il haussa les épaules, bomba le torse et me lança bruyamment qu’il travaillait pour un noble Fey de la Cour Seelie, et que donc il n’avait pas à s’excuser. Là-dessus, il tourna les talons et repartis. J’éclatai de rire et continuai ma route. Ma route vers où ? Je savais exactement ce que je voulais. D’abord, rejoindre le Sithin Unseelie. Retrouver mes marques, mon foyer, mes forges, tout recommencer de zéro. Et ensuite, trouver Luchta. Sans elle, même cette terre que j’adore n’était pas tout à fait complète. Sans pouvoir m’en empêcher, je regardai à nouveau la foule des gens qui avaient débarqué, cherchant Niou, cherchant Crom Cruach. Je n’avais pas grand-monde dans ma vie, et le peu que j’avais, je l’avais mis à distance par mes choix ou perdu de vu par le fait du destin. Eh bien justement, c’était une nouvelle chance. Il était certain que nous n’arrivions pas là dans un paradis sur mesure. Mais autant rester optimiste, au moins les deux premières heures. Trouver Luchta et l’embrasser, trouver Niou et la serrer dans mes bras ou pas, trouver… Retrouver, tout simplement, ma terre et ma vie, encore une fois.



of blood and fire

Though I am old with wandering through hollow lands and hilly lands, I will find out where you have gone, and kiss your lips and take your hands ; and walk among long dappled grass, and pluck till time and times are done the silver apples of the moon, the golden apples of the sun. —texte : yeats / code : ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: Credne Cerd → « It's very rude of him, she said, to come and spoil the fun ! »   Jeu 10 Sep - 10:28
AYEEEEE ! J'peux te tomber dessus
Bienvenuuuue officiellement sur le forum Credne, ce choix de fou Faudra qu'on s'trouve un petit lien bien fun d'ailleurs
J'espère que tu t'amuseras bien avec ta super Tuatha
Hésite pas si tu as des questions aussi ! En sommes, fait comme chez toiiii



the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Credne Cerd → « It's very rude of him, she said, to come and spoil the fun ! »   Jeu 10 Sep - 10:37
Bienvenue ^^
Excellent choix de prédéfini et cet avatar
Bonne chance pour ta fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Credne Cerd → « It's very rude of him, she said, to come and spoil the fun ! »   Jeu 10 Sep - 10:40
Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Credne Cerd → « It's very rude of him, she said, to come and spoil the fun ! »   Jeu 10 Sep - 11:54
Bienvenue parmi nous & bonne chance pour la fichette
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Credne Cerd → « It's very rude of him, she said, to come and spoil the fun ! »   Jeu 10 Sep - 12:13
Bienvenue sur le forum ! On a tous hâte de lire ta fiche quand elle sera terminé et bon courage pour ça d'ailleurs Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
DEATH LORD ∭ Crom-crunch, l'homme de cro-mignon, qui fey peur (et c'est normal).

Leith O. Martain

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 02/09/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 2239
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Sláine A. Rodhlann
› L'AVATAR : Michael Fassbender
› LES CREDITS : Swan, Tumblr (Signature: Grey Wind)
› LA COULEUR RP : MediumPurple

DEATH LORD ∭ Crom-crunch, l'homme de cro-mignon, qui fey peur (et c'est normal).

MessageSujet: Re: Credne Cerd → « It's very rude of him, she said, to come and spoil the fun ! »   Jeu 10 Sep - 12:42


Credneeee!

Ahem, Bienviendue officiellement cette fois! heart
Vraiment super content de te voir débarquer (au cas où ça se verrait pas Very Happy )
Bonne chance pour la fichoune et à très vite sur le fofo!



       
Death Lives
"And when the thunder hits
It feels like every time I touch your lips
You got me feeling like I don't exist
Until I make you mine"


       
Revenir en haut Aller en bas
THE UNSEELIE BLACK-SMITH ∭ Néné, l'Omnivore qui dévore tout, même ta main.

Blodwyn E. Tyronoe

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 10/09/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 6823
› L'AVATAR : elizabeth olsen
› LES CREDITS : kiaran + cassie-railly
› LA COULEUR RP : white

THE UNSEELIE BLACK-SMITH ∭  Néné, l'Omnivore qui dévore tout, même ta main.

MessageSujet: Re: Credne Cerd → « It's very rude of him, she said, to come and spoil the fun ! »   Jeu 10 Sep - 14:03
Merci à tous pour l'accueil ! heart Vous êtes tous beaux !

Merci Nae pour ta patience et à toi aussi Leith !

Je vous dis à bientôt sur le fofo et en rp !


of blood and fire

Though I am old with wandering through hollow lands and hilly lands, I will find out where you have gone, and kiss your lips and take your hands ; and walk among long dappled grass, and pluck till time and times are done the silver apples of the moon, the golden apples of the sun. —texte : yeats / code : ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: Credne Cerd → « It's very rude of him, she said, to come and spoil the fun ! »   Jeu 10 Sep - 15:38
Moh Y'a pas d'quoi me remercier, j'ai pas fait grand chose heart ( Pis t'es sacrement canon, toi aussi )



the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
SHADOW GIRL ∭ Scato, faut pas la faire chier. La sexy guerrière qui te met le feu.

Skye R. O’Sidheach

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/08/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1892
› L'AVATAR : Deborah Ann Woll
› LES CREDITS : Tumblr & Ellaenys
› LA COULEUR RP : #276b70

SHADOW GIRL ∭  Scato, faut pas la faire chier. La sexy guerrière qui te met le feu.

MessageSujet: Re: Credne Cerd → « It's very rude of him, she said, to come and spoil the fun ! »   Jeu 10 Sep - 16:20
Bienvenue parmi nous && bonne continuation


They'll know my name
As I walk through the flames of burning lands, my feet are torn to strands. I will not thirst. As I cross the raging sea, waves are crashing over me. They drag me down, but I will not drown. They'll know my name, after the storms are passing through. They'll know my name, when they've forgotten all about you. And I shall rise, again and again. Oh well I shall rise. Again and again.

Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: Credne Cerd → « It's very rude of him, she said, to come and spoil the fun ! »   Jeu 10 Sep - 16:43

Bienvenuuuuuuuuuuuuue Bon courage pour ta fichette xD


Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
THE UNSEELIE BLACK-SMITH ∭ Néné, l'Omnivore qui dévore tout, même ta main.

Blodwyn E. Tyronoe

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 10/09/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 6823
› L'AVATAR : elizabeth olsen
› LES CREDITS : kiaran + cassie-railly
› LA COULEUR RP : white

THE UNSEELIE BLACK-SMITH ∭  Néné, l'Omnivore qui dévore tout, même ta main.

MessageSujet: Re: Credne Cerd → « It's very rude of him, she said, to come and spoil the fun ! »   Jeu 10 Sep - 20:19
Merci Skye, t'es belle !

Merci Dante ! J'adore ton prénom ! (celui de ton perso hein, n'aie pas peur, je ne suis pas présentement derrière ta fenêtre à te regarder)


of blood and fire

Though I am old with wandering through hollow lands and hilly lands, I will find out where you have gone, and kiss your lips and take your hands ; and walk among long dappled grass, and pluck till time and times are done the silver apples of the moon, the golden apples of the sun. —texte : yeats / code : ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: Credne Cerd → « It's very rude of him, she said, to come and spoil the fun ! »   Jeu 10 Sep - 20:49
Omg, si t'étais derrière la fenêtre, tu m'verrais aussi et j'risquerais de t'agresser avec une cuillère en bois



the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Credne Cerd → « It's very rude of him, she said, to come and spoil the fun ! »   Jeu 10 Sep - 21:26
MDR l'agression à la cuillère

Bienvenuuuuue
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Credne Cerd → « It's very rude of him, she said, to come and spoil the fun ! »   
Revenir en haut Aller en bas
 

Credne Cerd → « It's very rude of him, she said, to come and spoil the fun ! »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Un entrainement rude [PV Curt Blackbird]
» [Terminé - Rude an 6]A la Recherche du Chemin Perdu
» Trop de luxe ne rend pas heureux ! (Aaron/O.)
» [Rude An 6 - Terminé - Quête] Il doit y avoir erreur sur la personne
» Un nouveau départ... [Terminé - Rude An 6]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AES SIDHE › fáilte a thaistealaí thuirseach. :: Spring Court
Cúirt earrach
 :: Swallowing darkness :: Fiches validées
-