AccueilAccueil  Tumblr Aesien  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce qu'il y a de nouveau

La vidéo

Les Prédefs attendus


Partagez | 
 

 Manannàn Mac Lir - The pale water which goes away along paths of silence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Manannàn Mac Lir - The pale water which goes away along paths of silence   Dim 1 Nov - 19:59
AARON TAYLOR-JOHNSON > Unseelie

Lucan M. O'Daibhead

« For whatever we lose, like a you or a me, it's always our self we find in the sea. »



› Nom & Surnom : Lucan M. O'Daibhead aka Manannàn Mac Lir.
› Âge : 5 000 ans et des poussières.
› Métier / Occupation : Garde-côte, au sens littéral du terme : il veille sur les côtes Unseelies de l'île (c'est pas payé mais c'est pas grave, il fait ça pour le plaisir).
› Caractère : Calme - Humble - Réfléchi - Pragmatique - Doux - Tacticien - Observateur - Digne - Charismatique - Troublant - Fort.
› Type de Fey : Élémentaire d'eau Maison Leanhaun (espion).



Résumé du Personnage



Lucan s’appelait autrefois Manannàn Mac Lir, et est un Élémentaire d’eau. Il n’a aucun souvenir de ses parents, ne sait même pas s’il en possède : il est né en un temps où la Nature était tangible et personnifiée par de nombreux êtres vivants, peut-être après tout est-il né de l’océan lui-même. Il ignore donc quelles sont ses origines mais cela n’a jamais pesé sur son existence.

Il fait partie des Feys les plus puissants qui aient foulé cette terre et pour cette raison, il a été élevé au rang de dieu des mers et de la métamorphose, contre sa volonté. Totalement dépourvu d’ambition, il n’a jamais souhaité devenir un dieu et a refusé en ce temps-là d’avoir un culte dédié à sa personne. Ce léger flou artistique a fait qu’en tant que déité, on lui a attribué un grand nombre de fonctions, de noms et autres faits divers.

Doux et réfléchi, pragmatique et fin observateur de son monde et de ceux qui le font et le défont, il est un conseiller de choix pour quiconque souhaite s’élever dans la société Fey. Cependant, il distribue ses conseils avec parcimonie et, s’il a toujours pris soin de ne pas s’impliquer dans la politique et les intrigues de cour, n’en possède pas moins ses propres convictions et ses propres valeurs. On l’a donc vu se tenir aux côtés de certaines grandes figures de la Faërie quand d’autres, qu’il a considérés comme indigne ou dangereux, se sont vus claquer la porte au nez quand ils ont tenté de s’attirer ses faveurs. Il cherche toujours à maintenir l’équilibre entre ce dont ont besoin les Feys et sa propre implication dans leurs affaires, tout en faisant attention à sa propre personne, évidemment : les jeux de cour peuvent en effet s’avérer dangereux.

Pour ces mêmes raisons, il ne s’est pas tenu sur les champs de bataille au gré des différentes guerres qui ont traversé l’histoire de son peuple, si ce n’est ponctuellement, pour des raisons personnelles et non pas pour le bien d’un camp ou d’un autre. Malgré sa force et l’étendue de ses pouvoirs, ou peut-être à cause d’elles, il s’est toujours senti plus à l’aise dans l’ombre des décideurs qu’en première ligne. Il a d’ailleurs longtemps conseillé la reine Lizabeth, et a par exemple toujours refusé de faire partie de sa garde, toujours très attaché à son libre-arbitre.

Il ne faut pas croire que parce qu'il est de nature humble, il ne s'emporte jamais. Son humeur est changeante et difficile à saisir, comme tenter de retenir de l'eau entre ses doigts. Ses colères sont rares, mais semblables à des tempêtes. Sa nature aussi calme que l'eau d'un lac abrite malgré tout son lot de petits raz-de-marée. Cela se passe simplement plus souvent sous la surface de ses yeux qu'à l'extérieur, car il sait se contenir, du moins la plupart du temps. Son caractère d'apparence facile pousse également certains à le croire accommodant, mais ce serait une erreur de le croire naïf ou incapable de faire preuve de dureté. Il n'a pas traversé les cinq mille dernières années sans prendre son lot de décisions parfois impitoyables, et par ailleurs, il n'y pas de plus puissantes convictions que les valeurs politiques.

Il aime fondamentalement les Feys, quels qu’ils soient, et a souffert de les avoir vu s’engager dans tant de conflits, extérieurs ou civils. Il respecte les protocoles dictés par la société quant aux Feys supérieurs, mais plus parce qu’il est quelqu’un de poli et de gentil que par attachement à la tradition, et il ne considère pas les autres comme des êtres inférieurs. Il s’inquiète pour l’avenir des Feys, mais n’est ni pessimiste ni amer quant au passé et ce qu’ils ont perdu, au contraire : à l’instar de l’eau si changeante, il aime le mouvement, et son grand âge ne l’empêche pas d’appeler le changement de ses vœux.

Très à l’écoute de la nature et particulièrement de l’eau des mers et des rivières, Man, devenu Lucan, passe beaucoup de temps à se promener le long des côtes d’Ellan Vannin, dédiant son temps à veiller sur elles. La façon dont la nature s’épanouit dans la Faërie est un des premiers signes que quelque chose va mal ou bien.

Il prétend aimer sa vie tranquille mais ne pourra jamais se couper de ce qui se trame à la cour, où il se rend régulièrement et librement, parfois très longtemps, en simple spectateur, évidemment. Il a conscience que son peuple ne peut survivre sans leaders car malgré leur grand âge, les Feys seront toujours passionnés et immatures. Les candidats vont bientôt se presser et de grands bouleversements sont à prévoir, il le sait. Il soupçonne déjà qui tentera sa chance et avec quelles conséquences et dans cette partie d’échecs géante, il sait quels seront les pions les plus importants à avancer.

Sa fille fait sa fierté depuis le jour de sa naissance et rien n’y pourra jamais changer. Elle n’a jamais posé de questions à propos de sa mère et lui ne lui en a jamais parlé. Tous les deux ont toujours vécu en harmonie et ne demandent rien de plus. Il l’a toujours laissée faire ce qu’elle voulait et faire ses propres choix sans l’influencer, et elle n’a jusque-là rien commis d’irréparable !




Particularités & Apparence



› Particularités :  
› Dieu malgré lui ancien dieu des mers et de la métamorphose, ce sont sa force et son intelligence naturelles qui l'ont propulsé dans ce rôle sans que lui-même ait jamais voulu ça.

› Absence de culte en guise de résistance passive, il a refusé d'avoir un culte, de sorte qu'on lui a attribué énormément de rôles, de visages, de noms et d'étiquettes, du dieu des océans au dieu du monde souterrain en passant par le dieu protecteur des marins ou au contraire le dieu facétieux responsable des naufrages, sans parler de ceux qui l'ont carrément pris pour Poséidon. En attendant, ce n'est jamais lui directement à qui l'on a voué un culte et c'est très bien ainsi.

› La femme et l'enfant Il a une fille, Niam, une sirène qu'il a eue avec une Sidhe après mille ans d'existence. Il ne s'agissait pas d'amour, mais pas de haine non plus. Elle n'a pas souhaité garder sa fille, trop effrayée par les conséquences d'une enfant sur sa vie et sa réputation, et a demandé à Man de partir et de l'emmener avec lui, décision qu'il a accepté.

› Étiquette et espionnage il fait partie de la maison Balor mais espionne pour son compte la maison Leanhaun, dont il se réclame donc. La raison est politique et source de rumeurs persistantes : le maître de Leanhaun aurait des accointances avec la Cour de la Lumière depuis un moment déjà.

› La reine Lizabeth Il a été son conseiller privilégié pendant des années malgré son désir de ne pas s'impliquer dans la politique de la Cour, mais à l'époque il a estimé ne pas avoir le choix au vu de la situation politique. Il avait beaucoup d'affection pour elle. De par la qualité de ses conseils et son refus de se mettre lui-même en avant, on le surnommait dans les Cours le « Faiseur de rois ».

› Le puits de science spectateur de l'histoire Fey plus souvent qu'acteur, il en connait toutes les ramifications, est un passionné de livres, de politique et de débats sans fin. Il est de très bon conseil sur beaucoup de choses, particulièrement les intrigues de cours, de par sa capacité à anticiper les conséquences de chaque décision et sa connaissance des Feys des deux Cours. Il aime également les échecs, pour les mêmes raisons ou presque !

› Sous l'océan ♫ il possède plusieurs bateaux, il est écolo sur terre comme en mer et disparaît souvent sans prévenir, parfois pendant des jours, pour le plaisir de passer quelques nuits dehors à la belle étoile, sur une plage ou même dans l'eau. Il n’a aucune problème non plus à passer des heures perché sur un rocher ou assis sur la plage à jouer de la guitare ou à glander, tout simplement. Son côté vieux papy s'exprime pleinement quand il va jardiner dans son petit potager personnel : il lui arrive même de parler à ses fleurs et à ses légumes.

› Apparence Féerique : Man est grand, élancé mais porte malgré tout sa force légendaire au travers de son apparence. Il n'y a rien de fragile chez lui, quand bien même sa peau est pâle et presque bleutée de la douce lumière qu'il dégage.

Ce qui attire l’œil en premier cependant quand on le regarde, ce sont ses cheveux. Ils semblent littéralement agités de courants marins, sombres aux racines et s'éclaircissant à mesure qu'ils cascadent sur sa nuque, comme de l'eau en mouvement. Il les porte plutôt courts, pour les standards Feys, et a toujours apprécié y mettre des attributs souvent considérés comme féminins, comme des barrettes pour ne pas les avoir dans les yeux, et même souvent des clips idiots qu'il partageait avec sa fille quand elle était enfant pour la faire rire.

Ses yeux sont déstabilisants : bleus, clairs, tantôt quasi transparents, tantôt aussi sombre qu'une mer une nuit de tempête,, ils sont un bon indice de son humeur du moment.

Enfin, mais cela attire peu l'attention car Man s'en cache, ses pieds et ses mains sont dotés d'une membrane reliant ses doigts et ses orteils, une singularité qu'il doit à sa nature mais qu'il dissimule malgré tout, avec du Glamour ou des gants.

Pouvoir



Pouvoir de la Main Océanique :
Pallier 1 il peut créer ou modifier des courants océaniques dans une zone d'eau limitée, de sorte qu'il peut se déplacer aisément dans et sous l'eau, ou bien faire se déplacer une personne ou un objet.
Pallier 2 il  peut utiliser une source d'eau à sa portée pour la manipuler à sa guise : en faire une arme, un bouclier, une bulle d'eau pour noyer - pas jusqu'à la mort, mais jusqu'à évanouissement - une personne. L'utilisation de ce pouvoir l'épuise et il ne peut l'utiliser qu'une fois par toutes les vingt-quatre heures.
Pallier 3 il peut, grâce à l’eau, apaiser les maux du corps ou de l’esprit, par exemple calmer une brûlure, arrêter le sang d’une plaie légère, anesthésier une douleur pour une blessure physique, et plonger dans une légère transe, calmer les angoisses ou encore induire une légère hypnose pour les blessures de l’âme.
Pallier 4 il peut déplacer de plus grandes masses d'eau que pour le pallier 2, repousser les rives d’un lac, forcer le cours d'une rivière à s'inverser sur plusieurs dizaines de mètres ou déclencher de petits tsunamis pour arroser ses champs de patates, une seule fois par vingt-quatre heures.


Histoire



”Out of the pathway of light,
out of the misty sea
rising as a seal arises from the waves,
a Shape comes, dark and shining,
coming as it were from deeps in which the stars were born
in the time before time.”



Ce n’est pas dans le ventre de sa mère qu’il ouvre les yeux et prend conscience de lui-même et de ce qui l’entoure, mais dans le ventre du monde lui-même. C’est en tout cas son tout premier souvenir. Il ne pèse rien, flotte dans cette eau caressante, à quelques mètres en dessous de la surface. Les rayons du soleil plongent dans l’eau et viennent chatouiller ses iris bleus et c’est bien la seule partie de son corps qui lui semble tangible. Pour le reste, il pourrait aussi bien être l’océan lui-même que cela ne l’étonnerait pas. Est-il seulement humain d’apparence ? A-t-il seulement deux bras, deux jambes, ou bien n’est-il qu’une des milliards créatures qui nagent dans ce monde sous la surface ? Peut-être reste-t-il là des siècles, tant le temps ne lui semble pas avoir d’importance, figé comme lui entre ciel et terre, flottant paresseusement dans un océan qui est et sera à tout jamais le prolongement de son être. Plus tard, il se posera la question, par curiosité plus que par besoin : a-t-il une mère, a-t-il un père ? Il connait peu de Feys plus âgés que lui et personne ne sait mieux que lui d’où il vient. Tant pis. L’existence n’est qu’un cycle, sans début ni fin, un cercle de vie à l’instar de l’eau elle-même, et il en fait partie, et cela lui suffit.




”Then fathers of all races
trembled in their caves
and the dragon shivered
that had cowed them in their primal dawn.”


Les années passent et il a le temps de se définir et de trouver une place dans le monde. Il se trouve que son monde, la Faërie, sait parfaitement ce qu’il est et où est sa place. Élémentaire. Sidhes. Kiths, Changelins, Demi-Fey, Sinistres, Gobelins, Sluaghs. Humains. Ceux-là sont les plus étranges, on ne sait pas encore trop s’ils sont des animaux comme ceux qui s’ébattent dans la nature autour d’eux ou s’ils sont véritablement doués de conscience. Quoi qu’il en soit, pendant que les Humains balbutient leurs premières fois – leur première ville, leur première société, leur première république, bientôt leur premier alphabet, les Feys, eux, se sont déjà menés plusieurs guerres. Le parallèle, cependant, est simple à faire : ce qui rapproche les Humains des Feys, c’est bien la guerre. Manannàn Mac Lir, c’est son nom, évolue dans son monde comme un poisson dans l’eau, dans tous les sens du terme grâce à ses pouvoirs de métamorphose.. Simplement heureux de vivre, sur la terre comme dans la mer, il a observé, appris et retenu tout ce que sont les Feys et le monde dans lequel ils vivent et qui pour l’heure n’appartient qu’à eux. Il n’a qu’affection pour son peuple et en lui, le conflit est permanent entre son désir de rester spectateur de son évolution et celui d’intervenir. Il est passionnant de se mêler des intrigues politiques de leur société, et vital également : il en va de leur survie. Déjà, c’est une question de survie, et l’avenir lui donnera raison. Alors il s’emporte parfois dans des salles de conseils où s’affrontent tout ce que le monde Fey a de plus puissant et de plus ambitieux, et dans ces moments-là, des pluies torrentielles s’abattent sur la Faërie et les mers se déchaînent. Et puis il recule d’un pas dans le jeu politique et mène sa danse avec habileté, et alors les éléments se calment. Il est encore jeune, après tout : mille ans à peine. La raison attend bel et bien le nombre des années.



”Do you not see before you
in that inner land beyond your eyes
the whirling shapes take form; forbidden things,
forgotten realms and half-remembered gods,
where the future and the past all lie
frozen images beneath an empty sky.”


Lui qui n’a jamais cherché à être dans la lumière se plaît dans le rôle qu’il exerce auprès des grands de la Cour, il a l’impression d’avoir une vie facile. Si on l’approche pour le convaincre de déposer tel ou tel roi, il rit et refuse, s’agace et s’énerve si l’importun insiste. Son influence est grande mais rares sont ses rivaux car il n’est pas perçu comme une menace, ce qui lui convient tout à fait. Il a trouvé là-bas quelques ennemis mais aussi des amis précieux. Ogma est de ceux-là, aussi érudit et tranquille que lui. Man jouit d’une liberté que ne possède pas son ami, il ne la recherche même pas, trop occupé qu’il est à plaire à son père adoptif. Leurs conversations sont célèbres et souvent anthologique, ont parfois duré plusieurs jours et nuits d’affilé. Man respecte Ogma et lui souhaite la félicité. Morrigan est tout l’inverse d’Ogma, la Némésis intellectuelle de Man, qui le pousse dans des retranchements où personne n’est jamais parvenu à l’envoyer. Elle est le feu et il est l’eau, mais elle le force à sortir de sa routine morale et sociale et il apprécie sa compagnie plus que celle de quiconque, parce qu’elle le défie et le secoue à la fois. Quant aux femmes qui l’approchent en quête de pouvoir, elles sont évidemment déçues, mais il ne ment pas sur ce qu’il est. Fand ne cherche rien d’autre que le repos auprès de lui. Qu’elle est pesante, la vie de Sidhe. Man n’a rien à prouver ni de place à protéger. Fand est une es nombreuses princesses qui hantent les pas des dirigeants Sidhes. Il lui offre une parenthèse et des moments de calme à l’orée de la mer et au doux bruit du ressac. Ils ne s’affichent pas à la Cour, se croisent en se jetant des regards en coin comme deux adolescents, font semblant de se rencontrer pour la première fois à chaque fois qu’ils se rencontrent, plusieurs fois par jour parfois, et ils s’amusent comme des fous. Elle tient aux apparences et lui à la simplicité. Plus tard, bien plus tard, elle tombera amoureuse de celui qui partagera sa vie puis la blessera à jamais. Mais il n’est pas cet homme, et quand elle découvre sa grossesse, c’est elle qui décide, et lui qui accepte : elle ne veut pas garder l’enfant. Elle l’aime, probablement, mais elle est comme un oiseau soudain forcée de rester à terre, elle a trop à perdre. Alors quand Niam naît, il l’emmène avec lui et disparaît plusieurs décennies. Elle est plus que jamais sa fille et tous deux vivent en parfaite harmonie, jusqu’à ce qu’elle prenne le large seule. Il la regarde partir, empli de fierté, et retourne à la Faërie, auprès des plus grands : les choses s’apprêtent à changer.



”Little Manannan, son of Lieirr
Who blessed our land,
Bless us and our boat, well going out
And better coming in with living and dead in the boat.”


On le dit fort, sage, humble, peut-être l’un des meilleurs d’entre tous, et bien sûr, il réfute, mais ce qui est dit se répète à l’infini et parvient jusqu’aux espoirs des hommes : le voilà devenu dieu, bien involontairement. Il voit les autres brandir leur culte comme Zeus ses éclairs et ne comprend pas ce qui lui arrive. Lui ne veut pas d’adorateurs, il veut que chacun se sente chez lui partout où l’eau s’infiltre et non pas qu’une poignée d’élus s’arroge le droits de l’aduler. En tant que dieu, il n’y met pas du sien. Il se dit qu’ainsi, son culte tombera dans l’oubli rapidement, mais c’est l’inverse qui se produit : plus il se fait discret, moins il se montre, et plus on le voit partout en même temps. Les hommes ont trop besoin d’idoles pour se soucier de savoir si elles existent vraiment ou pas, et voilà qu’on lui prête quantité de miracles et de catastrophes et que la moindre pluie qui tombe ou se fait attendre est de son fait. Il va parmi les hommes pour tenter de comprendre, car après tout il est curieux, et on apprend plus de ses erreurs, même involontaires, que de n’importe quoi d’autres. D’ailleurs, il ne va pas se mentir, il lui arrive souvent de commettre quelque parjure et de faire s’élever les lacs ou s’abaisser les marées, de remplir les bateaux de poissons ou d’assécher une montagne, il est, après tout, un être de chair et de sang. Ainsi se nourrit son culte et puisqu’il n’y peut rien, il finit par l’accepter. C’est cependant sans regret qu’il voit finalement disparaître cette couronne inconfortable, quand les dieux de la Faërie redeviennent ce qu’ils ont toujours été : de simples Feys.



”Immune from the caprice of Time,
imprisoned for all eternity in the sublime
inescapable ecstasy of knowledge, knowing
all things beautiful
but marred that I know pain?”


Morrigan est morte et pour Manannàn Mac Lir, c’est plus qu’une tragédie. Il voit dans cet acte odieux la folie et la violence et il souffre de savoir que ces deux poisons coulent dans les veines d’un Roi. Personnellement, il en est si affecté qu’il ressent le besoin de s’isoler, de s’éloigner des hautes sphères de la Cour. Leur monde fait montre parfois d’une telle cruauté qu’il en devient difficile à supporter pour lui. Ce meurtre assumé qui ne fait que souligner la folie de Dagda est pour Man le signe qu'il doit se retirer, au moins quelque temps, de la vie politique. Ce quelque chose de pourri au royaume du Danemark prouve que le moment est encore loin où les Feys retrouveront de leur splendeur, et en attendant, il regarde le monde changer comme on suit en spectateur le court d'une rivière des yeux, mouvement en avant inexorable et libre de toute entrave.


”Shall you wonder if your gods grow angry,
if in torment they seem insane ?”


Il sait les défauts d’Orel et ceux de Lizabeth. Il les connait tous les deux, les a fréquentés, les a conseillés. L’heure du choix venue, c’est Lizabeth et la Cour Unseelie qu’il choisit. Ses raisons lui sont propres, il les sait fous tous les deux, chacun à sa façon, mais c’est aux Ténèbres que son cœur incline, parce que les Ténèbres ne sont en vérité pas que ténèbres. S’il accepte de conseiller Lizabeth, c’est parce qu’il sait que les Feys, désormais divisés, vivent des temps complexes et ont besoin d’être guidés. Si cela n’avait tenu qu’à lui, ni Orel ni Lizabeth n’auraient accédé à leurs trônes respectifs, mais justement, cela ne tient pas qu’à lui et pas question de se porter volontaire. La reine est difficile, et traite ses sujets avec violence. Il faut faire preuve de tact et de patience avec elle. Il désapprouve la façon dont elle traite ses Gardes et le lui dit souvent, comme une rengaine. Peut-être qu’elle punirait quiconque lui parlerait comme il le fait, mais son statut à la Cour est spécial et elle lui pardonne ses accès d’honnêteté, l’important pour lui et de bien formuler ses propos. Elle maintient cependant la cohésion parmi les Unseelies malgré ses défauts. Il voit en elle du potentiel et se rêve à penser au jour où elle sera plus calme, plus raisonnée.


”Forgive them.
The earth they cast in careless rage
is stuff of Paradise !”


Ils ont déchu, tous, avec le temps, car le temps, comme l’eau, érode tout plus sûrement que n’importe quoi d’autre. Puisqu’il le connait depuis plusieurs milliers d’années, Man sait que le monde a changé et qu’il change encore en cette seconde même. De quoi ont-ils peurs, ceux qui arc-boutent sur leurs acquis, leurs Mains de pouvoir, le fantôme de leur héritage déjà disparu ? En cette année 1875, le Haut-Roi prend l’une des meilleures décisions qui soient aux yeux du spectateur qu’est Man. Peut-être même est-il en partie responsable. Ils ont eu le pouvoir, sont devenus des dieux, et voyez où cela les a menés ? Les guerres menées par des déités sont encore pires que les guerres menées par des Feys, plus de morts, plus de conséquences, à quoi bon ? C’est une perte, oui, c’est la fin d’une ère au travers de laquelle tous doivent sacrifier un peu d’eux-mêmes. Man le fait sans hésiter et abandonne au Chaudron sa Main de Métamorphose. Il n’en est pas moins malheureux car il se coupe ainsi du monde sous la mer, du moins ne prendra-t-il plus jamais l’apparence de leurs habitants, mais c’est aussi pour les sauver tous d’une destruction plus qu’hypothétique désormais qu’il le fait, et d’autres avec lui. C’est un moment important pour tous les Feys et qui restera gravé dans leurs livres d’histoire, qui se transmettra de bouche à oreille et de génération en génération, ce moment où les Feys se sont dépouillés d’une partie de leur puissance en échange de leur survie immédiate, et peut-être que leurs enfants y trouveront à redire, mais déjà, ils n’auront plus l’impression d’avoir perdu quelque chose, eux qui n’auront jamais connu ce temps-là. C’est ainsi qu’un monde avance.



”Your heritage - behold it -
proclaims how the gods are wise :
every flower that blows upon the hills
shames a star that delights the skies of Heaven.”


La vie en harmonie avec les Humains tant désirée par le Haut-Roi a fait long feu. Les échos de la guerre ont de nouveau rattrapé les Feys. Voilà que les braves pêcheurs et cueilleurs d’autrefois se sont transformés en armées. Ils ont pour eux le nombre, mais cela signifie seulement qu’ils mourront par millions si cette guerre continue.  C’est un temps de souffrance pour Man, mais c’en est un autre pour le Haut-Roi. Comme le reflet de l’ancien dieu des mers, il prend la seule décision possible et se rend au nom de son peuple tout entier. Les hurlements de rage s’élèvent, car cette guerre, les Feys l’auraient gagnée, et le prix à payer pour l’adversaire ne les intéresse probablement pas. Man, lui, est soulagé, et n’en ressent que plus de respect et d’amour pour David. La folie d’un homme, finalement, a débouché sur quelque chose de positif, quand Dagda a été évincé. Le temps de l’exil est donc venu mais pour Man, c’est un temps de liberté. Lui qui ne sent finalement aucune allégeance malgré tous les serments qu’il a fait, à Lizabeth, à la maison Balor, à sa fille et à ses amis, il appelle de plus en plus à la solitude. Lizabeth, justement, est de plus en plus difficile à contrôler. Il avait cru qu’un jour elle grandirait, mais ce jour n’a pas le temps d’arriver. Le moment où elle accueille Eithne à la Cour Unseelie est un signe du malheur à venir. Là encore, il n’est pas d’accord : il connait le lien qui unit Orel et Eithne, connait la belle Sidhe et le chaos qu’elle laisse dans son sillage, même sans en être forcément responsable. Mais la reine reste sourde à ses appels. Il sent que son temps est venu, qu’il n’a plus rien à faire à la Cour, que ce fut une tentative ratée de placer à leur tête une personne de valeur. Et pourtant il reste, jusqu’à l’issue tragique. Il n’a pas honte de le dire, il pleure longtemps la mort de sa reine. Il la considérait comme une enfant, et une femme en devenir, mais elle n’en a pas eu le temps. Et il part. Ces temps-là sont sombres, mais en cinq mille ans, il en a vues, des guerres, il en a vus, des assassinats, il en a vus, des espoirs tués dans l’œuf. La vie n’est qu’un éternel recommencement, et Ellan Vannin représente à ses yeux ce recommencement. Là-bas, de nouveaux Sithins se sont élevés, d’anciens amis se sont regroupés, mais les trônes sont vacants et des Sidhes qu’il connaît bien, personnellement ou de réputation, sont déjà en embuscade, comme Eithne ou Dagda, un duo plus effrayant encore que Lizabeth et Orel en leur temps. Bientôt, il le sait, il devra à nouveau se plonger dans les intrigues de cour et avancer ses pions le plus subtilement possible, dans l’intérêt de leur terre, la seule qu’il leur reste, désormais.

 


Et vous alors ?



› Pseudo : non ;o;
› Âge: 5 000 ans (au moins)
› Crédit des images : tumblr (gifs).
› Comment je suis arrivé(e) sur le forum ? j'y suis déjà !
› J'ai lu le règlement, je l'accepte et je signe par mon pseudo : Lucan M. O’Daibhead
› Un petit mot à ajouter ?   il paraît que je suis plus douée pour jouer des persos sympas alors voilà, j'espère que c'est vrai !



Test Rp


La mer, où que son regard se porte. Assis sur la rambarde du pont du bateau qui l'emmenait vers Ellan Vannin, Lucan ne pouvait faire autrement que de sourire d'une oreille à l'autre. Soudain, le poids des années s'était allégé de plusieurs millénaires. Il était comme un enfant à nouveau, heureux d'être là où il était malgré les regards étonnés dont les quelques passagers le gratifiaient à le voir perché sur le garde-fou. Heureux d'aller là où il allait également. Enfin, un foyer. L'issue heureuse d'un exil supporté les dents serrées et le regard perdu à l'horizon de toute chose. La patience est une vertu, et Lucan en avait à revendre. Il n'avait pas douté un seul instant que ce moment arriverait, et il savait aujourd'hui que cette île était une ultime chance pour son peuple. Et puis, une île ! Quelle grandiose idée. Le sourire d'enfant revint de plus belle éclairer son visage. Son sourire, et sa peau, littéralement. Son Glamour se fissurait un peu partout sous le coup de la joie qu'il ressentait et sa peau luisait doucement d'un éclat froid et bleuté qui ne la rendait que plus pâle et translucide, comme un appel à ce nouveau monde, comme pour annoncer à tous qu'il arrivait. Autour du bateau, l'eau léchait les flancs faits de bois et de métal inoffensif et semblait danser à sa seule intention. Il ferma les yeux pour écouter le bruissement de l'écume et le chant à l'unisson qui émanait du monde d'en dessous, qui lui souhaitait la bienvenue. Goûta sur ses lèvres le sel de la mer vieux de tant de millions d'années.

Lui qui se sentait chez lui partout où il y avait de l'eau devait bien avouer qu'il leur fallait à tous, malgré tout, une véritable terre. Une terre pour lui, pour sa fille, pour son peuple, pour les Sithins également. Là où la Faërie apparaissait arrivaient avec elle le meilleur et le pire de ce qu'ils étaient, il en avait conscience. Deux Sithins, deux Cours, pas de roi ni de reine, plus aucun guide pour encadrer les Feys. Il avait vécu trop longtemps et connaissait trop bien son peuple pour ne pas savoir que les conflits internes allaient reprendre de plus belle. Pour tout cela, il aurait voulu que cette traversée dure quelques siècles de plus. Inutile de se voiler la face. Il ôta un de ses gants et tendit la main vers la mer à ses pieds, effleurant les embruns projetés par le bateau. Il serait toujours temps de s'inquiéter plus tard. Les ennuis arriveraient d'eux-mêmes bien assez vite et nul n'était besoin d'aller au-devant d'eux pour leur ouvrir la porte. Et puis, ne savait-il pas exactement qui étaient ses amis et qui étaient ses ennemis ? N'avait-il pas œuvré tout au long de ces millénaires à bâtir autour de lui une solide existence, emplie d'issues de secours, de plan B, de débiteurs et surtout d'apparences ? Rien ne pouvait l'atteindre qui le jetterait à terre.

Il descendit du bateau en dernier, quittant à regret l'agréable sensation de roulis pour une terre ferme, verte et gorgée d'humidité : Ellan Vannin. Plutôt que de se diriger vers les stalles où attendent chevaux et charrettes, il longe le port jusqu’à ce que la pierre redevienne du sable, et marche sur la plage, emplissant ses poumons de l’air marin. Pourquoi hésiter ? Il ôta ses bottes et son tee-shirt et s’avança sur le sable humide, laissant les vagues lécher ses chevilles, coller son pantalon à ses tibias, puis à ses cuisses. Il abandonna son glamour et renversa la tête en arrière. La mer s’enroulait autour de lui comme pour lui souhaiter la bienvenue. Indubitablement, il était chez lui.




 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
SON OF WAR ∭ Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

Liam K. O'Halloran

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 09/10/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4175
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Tomas Ó Dochartaigh
› L'AVATAR : Dylan O'Brien
› LES CREDITS : Tumblr, essentiellement
› LA COULEUR RP : Vert Olive

SON OF WAR ∭  Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

MessageSujet: Re: Manannàn Mac Lir - The pale water which goes away along paths of silence   Dim 1 Nov - 20:00
Reeeeeeeeeeeeeeeeeeee !!

Barinthus est dans la place !

Amuse toi bien avec ce nouveau perso !



But she might hold him. That was all that mattered now. To hold him. To hold him. Not to let him go. Make him stay.  — quote : Ernest Hemingway / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: Manannàn Mac Lir - The pale water which goes away along paths of silence   Dim 1 Nov - 20:06

MAN ! L'homme ! Le seul, l'unique


Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: Manannàn Mac Lir - The pale water which goes away along paths of silence   Dim 1 Nov - 20:11
Barinthus all over again ! Cool Merci Liam !

Ouiiiii cey moi, merci Cian pour ce beau pv ! Je vais tâcher de lui faire honneur. *va drastiquement s'assagir sous ce compte*



 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Manannàn Mac Lir - The pale water which goes away along paths of silence   Dim 1 Nov - 20:15
Oh oui !!! J'aime tellement ce personnage ! Je suis contente de le voir arriver ! C'est trop bien ! heart

Re-Bienvenue et bon courage pour la fin de la rédaction.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: Manannàn Mac Lir - The pale water which goes away along paths of silence   Dim 1 Nov - 20:19
Mon keupain T'avais envie qu'on copine doublement, c'est ça, avoue ?

En tout cas, j'te dis quand même REBIENVIENDUE DANS TA MAISON heart Éclate-toi bien avec cet homme des mers



the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: Manannàn Mac Lir - The pale water which goes away along paths of silence   Dim 1 Nov - 20:38
Merci Yelena ! (ilébo ton vava )

Ben oui Nae tout à fait et d'ailleurs je compte sur toi pour un autre pseudo hein !



 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
SHADOW GIRL ∭ Scato, faut pas la faire chier. La sexy guerrière qui te met le feu.

Skye R. O’Sidheach

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/08/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1892
› L'AVATAR : Deborah Ann Woll
› LES CREDITS : Tumblr & Ellaenys
› LA COULEUR RP : #276b70

SHADOW GIRL ∭  Scato, faut pas la faire chier. La sexy guerrière qui te met le feu.

MessageSujet: Re: Manannàn Mac Lir - The pale water which goes away along paths of silence   Dim 1 Nov - 23:39
Re-bienvenue toi


They'll know my name
As I walk through the flames of burning lands, my feet are torn to strands. I will not thirst. As I cross the raging sea, waves are crashing over me. They drag me down, but I will not drown. They'll know my name, after the storms are passing through. They'll know my name, when they've forgotten all about you. And I shall rise, again and again. Oh well I shall rise. Again and again.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Manannàn Mac Lir - The pale water which goes away along paths of silence   Lun 2 Nov - 3:50
OMG, rebienvenue! heart
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Manannàn Mac Lir - The pale water which goes away along paths of silence   Lun 2 Nov - 11:23
Re bienvenue

Il a l'air sympa Man
Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: Manannàn Mac Lir - The pale water which goes away along paths of silence   Lun 2 Nov - 19:47
Skye > merci toi :3

Niou > merciiiii ! heart

Cath > oui je trouvais aussi, merci !



 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
DEMI-FEY NOCKER strange fairy.

Trixie Fleurdespois

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 02/10/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 281
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Mini Sorbier
› L'AVATAR : Karen Gillan
› LES CREDITS : valingai(avatar) wild heart (codes) Taylor Swift (citations)
› LA COULEUR RP : #4eb580 (la couleur de ses ailes hihi)

DEMI-FEY NOCKER ∭  strange fairy.

MessageSujet: Re: Manannàn Mac Lir - The pale water which goes away along paths of silence   Mar 3 Nov - 19:31
Huhu coucou !

Bref bienvenue et bonne chance pour ta fiche




       

       
    ⊹ A bird may love a fish
    but where will they live?
    Say you'll remember me in your wildest dreams,  say you'll remember me standing in a nice dress staring at the sunset, red lips and rosy cheeks, say you'll see me again even if it's just pretend.

       


       
Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: Manannàn Mac Lir - The pale water which goes away along paths of silence   Mar 3 Nov - 22:59
Merci Trixie ! ^^



 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: Manannàn Mac Lir - The pale water which goes away along paths of silence   Jeu 5 Nov - 13:29
J'pensais laisser Cian s'occuper de ta fichette parce qu'il avait déjà lu la majorité mais comme il est débordé, j'ai préféré m'occuper de toi

Eh bah écoute.. Pour le coup, j'ai pas grand chose à dire, hormis que c'est parfait J'suis certaine que Man est entre de bonnes mains avec toi heart ( Remarque, j'en avais pas douté avant )
Le seul truc auquel faudra que tu penses, c'est que tu lui donnes des attributs de Sidhe ( ses yeux et ses cheveux ) alors que c'est un élémentaire, du coup pense bien que ses cheveux ne doivent pas aller plus bas que les reins surtout

VOILA ! Sinon, j'te valide avec plaisir et j'espère que tu vas bien t'éclater avec l'Homme des Mers J'te remet pas le message de validation, parce que tu connais bien la maison Haaaave fun heart



the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: Manannàn Mac Lir - The pale water which goes away along paths of silence   Jeu 5 Nov - 16:10
Oups j'me suis emballée effectivement ! J'ai édité ! *portera fièrement sa couleur Élémentaire*

Merciiiii pour la validation !



 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Manannàn Mac Lir - The pale water which goes away along paths of silence   
Revenir en haut Aller en bas
 

Manannàn Mac Lir - The pale water which goes away along paths of silence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Poukisa Rico pa pale de atik sa.
» Nèg yo ap pale anpil apre dèt ekstèn peyi a anile.
» LE YON NONM AP PALE FOK OU VEYE DJOL OU !
» Shark in the water
» Ayiti ap pale, eske n ap koute?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AES SIDHE › fáilte a thaistealaí thuirseach. :: Spring Court
Cúirt earrach
 :: Swallowing darkness :: Fiches validées
-