AccueilAccueil  Tumblr Aesien  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce qu'il y a de nouveau

La vidéo

Les Prédefs attendus


Partagez | 
 

 With arms wide open under the sunlight [Eoghan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: With arms wide open under the sunlight [Eoghan]   Jeu 10 Déc - 23:03
With arms wide open under the sunlight
ft. Eoghan & Man.

Difficile de penser à la Faërie avec un ciel si bleu et une mer si brillante que les deux se confondaient presque sous le regard. Avec un soleil si agréable que chacun de ses rayons était une caresse pour la peau. Assis à la proue du petit bateau, Manannàn Mac Lir battait doucement des jambes dans le vide au-dessus de l’eau, laissant les embruns fouetter sa peau nue avec délice. Les mains appuyées en arrière, le visage levé vers le ciel, les yeux fermés, il profitait de ces précieux moments de totale communion avec son environnement naturel préféré. Le bateau fendait les vagues, ses voiles gonflées par le vent qui glissait sur ses épaules et ses joues, juste assez pour qu’il n’ait pas trop chaud. Torse nu, vêtu simplement d’un pantalon de toile coupé aux genoux, ses cheveux de différentes teintes de bleu soulevés par la brise et battant sa nuque, il pouvait sentir littéralement le monde qui les portait, Eoghan et lui, en-dessous de la surface. Il captait chaque voix dissonante venue du fond des flots, chaque onde de choc provoquée par l’eau heurtant la coque en bois du bateau, sa respiration calée sur le rythme des vagues et les sens emplis de sel, d’écume et du bruissement de la mer à perte de vue. Alors oui, dans ces conditions, il avait, pour quelques précieuses secondes, oublié de penser à ce qui devait se jouer en ce moment même à la Cour. Conscient de ce qu’il avait laissé derrière lui, de ceux qu’il avait abandonné à leur sort et des heures sombres qui se préparaient pour tous les Unseelies, et pourtant pas concerné, du moins pas tout de suite, pas alors qu’il venait à peine d’émerger de la cale en ce matin lumineux. Il inspira à fond, remplissant ses poumons de l’air marin, et pour la millième fois comme à chaque fois, il se demanda ce qu’il lui avait bien pris de s’enfermer à la Cour pendant des décennies alors qu’il était si heureux ici.

On ne pouvait lutter contre sa nature, et Man était né de la mer elle-même, en quelque sorte, ou du moins c’est le premier souvenir qu’il gardait de son apparition dans ce monde vide de la présence ses parents, d’hypothétiques parents qu’il n’avait jamais vu, dont il n’avait jamais entendu parler et dont il n’avait jamais eu besoin. Il était une créature d’eau et de sel et il ne pouvait pas se passer de ce genre de pèlerinage sous peine de dépérir. Mais il ne pouvait pas se mentir, il était aussi une créature politique, il vivait également pour la stratégie, la diplomatie et la science, pour voir son peuple prendre les bonnes directions et pour conseiller de son mieux ceux sur qui la dure charge de roi ou de reine avait échu. De cela non plus, il ne pouvait se passer, et jusqu’à présent, il avait toujours eu l’impression d’avoir trouvé un équilibre entre ces moments de solitude loin de toute terre environnante et ces moments de sociabilité intense, d’étiquette, de complot et de guerre. Mais ce qui venait d’arriver à la Cour des Ténèbres était en quelque sorte de trop. Après l’assassinat de Morrigan, déjà, il avait subitement disparu de la Cour, abandonnant ses responsabilités, brisant ses promesses et laissant derrière lui autant de personnes que de devoirs. Eh bien, il n’avait rien fait moins que répéter sa propre histoire, cette fois encore.

Il ouvrit les yeux, fixant la ligne d’horizon légèrement courbée face à lui. Ce monde était si vaste, pourquoi aller s’enfermer dans des palais résonnant des chuchotis des uns et des autres ? Il eut un pincement au cœur en songeant à sa reine morte, assassinée, qu’il avait abandonné à la charge de son vieil allié et ami. Puis lui vint la pensée qu’ici, dans le monde des humains, personne d’autre ne s’aventurerait, c’était une oasis de calme, de paix et de magie, un refuge à ciel ouvert offert par Danu elle-même, et il sentit sa conscience s’apaiser. Non pas qu’il était en tort, mais ici, c’était plus facile de fuir, de se laisser gagner par d’autres choses que des considérations terre à terre. Il se tordit le cou pour regarder par-dessus son épaule, cherchant Eoghan du regard. Le bateau n’était pas immense, et il y avait peu d’endroit où il pouvait se cacher, si l’envie l’en avait pris. Encore une décision prise sur un coup de tête dû au choc. Croiser un inconnu, reconnaître en lui un amoureux de la mer et un frère de solitude, et lui proposer de le suivre dans sa retraite marine. Parfois, les choses étaient simples et nul n’était besoin de les compliquer. Depuis qu’ils dépassé les îles d’Aran, Man pouvait distinguer chez Eoghan ce qu’il avait été fut un temps, car cette liberté dont ils jouissaient soudain les renvoyaient à leur nature la plus pure, la plus atavique. Man savait que les Feys étaient depuis longtemps sur une pente descendante. La magie faiblissait, les Tuatha avaient déchu et les Cours se déchiraient. Mais ici, tout cela ne comptait plus et ce qu’il ressentait venait littéralement du fond des âges.

Eoghan finit par apparaître de derrière un gréement et Man le salua d’un geste avant de pointer le doigt devant lui, dans la direction de la proue. Une bande de terre s’y dessinait petit à petit. La terre était partout, sous forme parfois de bandes solides inhabitées de quelques mètres de large seulement, mais lui aurait pu naviguer dans ces eaux à l’infini. Man braqua son regard d’un bleu sombre et intense sur son nouveau compagnon.

« Cela fait quelques jours seulement que nous naviguons, et je n’ai même pas pensé à te demander si tu avais le mal de mer. Je dois t’avouer que pour un être ayant tes origines, tu supportes étonnamment bien de te trouver perdu au milieu d’une vaste étendue d’eau. »

Mais les apparences, après tout, n’étaient qu’apparences, et plus encore chez les Feys, ils étaient tous bien placés pour le savoir.




 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
THE CAIT SITH ∭ Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

Boyd E. Lowry

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 11/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 3162
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Q. Silvester Cavanaugh.
› L'AVATAR : Ewan McGregor.
› LES CREDITS : avatar by writerinafoxhole & gif from tumblr.
› LA COULEUR RP : hazel green (#617c58).

THE CAIT SITH ∭  Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

MessageSujet: Re: With arms wide open under the sunlight [Eoghan]   Ven 11 Déc - 9:21
with arms wide open under the sunlight
ft. Lucan & Eoghan

« Partir en mer ? J'adorais ! » Cela avait été la réponse plus qu'enthousiaste que Boyd avait donné à Man lorsque ce dernier, un Fey élémentaire qu'il croisa par hasard, lui proposa de se joindre à lui dans sa fuite en pleine mer. Le Cait Sith n'avait même pas réfléchi, lorsqu'il y a un déclic avec une personne, chose rare ces dernières années, il était trop bête de refuser une telle attaque en amitié. Lucan lui offrait une aventure, mais aussi la possibilité de naviguer une fois de plus sur ses eaux qui pouvaient être aussi calmes qu'un lac avant que ne vienne la plus terrible des tempêtes.

L'océan, s'était un amour particulier, beaucoup plus sain que celui qui le lier à son art premier qui était l'écriture, mais aussi beaucoup plus simple. Il était né sur une île après tout, entouré d'eau et les traditions maritimes étaient autant ancrer dans les veines des Écossais que pouvait l'être les traditions celtes. Le rapport à la nature, les quatre éléments, on ne pouvait pas ôter ou ignorer l'eau, même lorsqu'on était un animal prompt à détester l'eau et vivre sur terre. Le Kith avait longtemps vécu en bord de mer et lorsqu'il décida de rejoindre le reste de l'Europe se fut par la mer qu'il avait dû faire le voyager. Il avait toujours aimait cela, à bord des bateaux les chats étaient plutôt populaires, on comptait sur eux surtout pour se débarrasser des rats qui pouvaient attaquer les provisions. Non, malgré les superstitions, les tempêtes et les voyages difficiles, Boyd continuait à avoir un attachement particulier pour la mer. Il n'avait jamais pu l'expliquer, car ses origines étaient pur Cait Sith et sa main de pouvoir était loin, très loin de l'élément aquatique. Et pourtant, le moment où les terres venaient chuter contre la roche ou s'affalait sur le sable, l'immensité de bleu s'ouvrait à lui avec pour seule barrière cet horizon qui ne disparaissait que lorsqu'une nouvelle étendue de terre apparaissait au loin, sans oublier le vent et les vagues semblaient lui murmurer des paroles rassurantes et encourageantes.

L'appel du large.

Les deux créatures s'étaient croisées dans un pub du port où Lucan avait son bateau amarré, Boyd venait de passer quelques jours dans les environs en quête d'inspiration pour son prochain livre, fêtant silencieusement le chaos dans lequel se trouvait la communauté des Feys. Ils ont beaucoup parlé ce soir-là, de la mer surtout et ce fut assez pour que Lucan prenne l'initiative de l'invité à bord de son bateau. Il n'avait pas eu besoin de le demander deux fois, ce fut d'une simplicité déconcertante et le sentiment de liberté qui s'était enflammé dans l'esprit du Cait Sith ne cessait de grandir au fil du temps. Combien de Fey avait-il croisé avec cette simplicité, mais aussi cette folie de partir en mer. Oh, il avait bien conscience que s'il était en quête d'une aventure et de liberté qu'il avait choisi de rejoindre l'élémentaire. Il avait aussi compris que pour son hôte s'était une fuite, de quoi, de qui, il avait une idée, mais il n'avait pas attaqué le sujet parce que parfois, faut laisser l'autre voler un peu de temps pour lui et depuis qu'ils étaient en mer le Lucan du pub avait disparu que ce soit dans les fonds marins ou enlever par les vents, Boyd voyait bien la distinction, surtout que cette métamorphose s'étendait à lui. Il n'avait pas aussi peu dormi depuis ces derniers jours, ni autant apprécier la compagnie d'un Fey et cela relevait d'un exploit. Le Kith ne voulait rien manquer, ni le lever du soleil, ni lorsque celui-ci disparaissait dans l'étendue bleue marine. Rien n'était comparable à la beauté d'un levé de soleil sur l'horizon océanique, peut-être la déesse Danu pourrait rivaliser, mais s'était bien la seule, même la Sidhe la plus parfaite n'avait l'éclat que l'océan renvoyait lorsque les premiers rayons caressaient les vagues. Boyd était bel et bien amoureux de la mer, s'en était même troublant, en tout cas, c'est ainsi que l'auteur imaginait les sensations que quelqu'un d'amoureux pouvait ressentir. Il en avait rencontré des personnes amoureuses et la manière dont ils parlaient de leur bien-aimé était similaire à la manière dont il décrivait l'océan.

Il avait donc quitté la cabine très tôt dans la matinée, avant que l'aube n'apparaisse, afin d'observer le soleil se lever une fois de plus sur la mer. Il ne voulait pas déranger son camarade qui avait dû en voir bien assez, Boyd doutait qu'il puisse s'en lasser. Dès que le ciel se para de son bleu clair et éclatant, l'auteur était retourné pour se reposer, entendant son camarade se lever et à son tour respirer l'air matinal. Le Kith s'endormit, pour se réveiller un peu plus tard et rejoindre son compagnon sur le pont. Un ronronnement résonnait dans sa gorge, saluant Lucan d'un signe de la main alors qu'il le rejoignait sur la proue, les mains dans les poches de son pantacourt, la chemise qu'il avait attrapée avant de sortir sur le dos, mais qu'il n'avait pas pris soin de boutonner, les yeux vert bouteille plongeant dans le bleu océan de l'élémentaire un léger rire s'échappant de ses lèvres, détournant la tête un instant pour regarder la mer, tenant en équilibre malgré les mouvements de leur bateau bercé par les vagues.

« Le mal de mer aurait été mon plus grand malheur. » Confia le Kith, posant son regard de nouveau vers Lucan. « J'ai longtemps considéré la possibilité d’attendre au bord de l'eau assez longtemps pour qu’une créature des océans vienne m'attraper et m'emporter dans les profondeurs des océans pour toujours… Être perdu au milieu de l'océan, c'est leur faciliter la tâche, je n'ai plus qu'à plonger dans leur bras. »

Il s'installa aux côtés du Fey.

« Si j'avais eu le mal de mer, tu n'aurais pas de compagnon pour partager tes aventures et t'accompagner dans ta fuite. »





seeking the antidote for
the emptiness of existence
It's a dangerous business, going out your door. You step onto the road, and if you don't keep your feet, there's no knowing where you might be swept off to..J.R.R. TOLKIEN

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: With arms wide open under the sunlight [Eoghan]   Ven 11 Déc - 22:39
With arms wide open under the sunlight
ft. Eoghan & Man.

Lucan n’était pas sûr qu’à la place d’Eoghan, il aurait fait le même choix. Se faire aborder par un inconnu dans un pub n’était pas rare, encore moins par ces temps troublés où les gens avaient besoin de parler, de débattre et d’inventer un futur qui semblait pour l’heure bien ombrageux. C’était sur un coup de tête qu’il avait proposé au Kith, et il présumait que c’était sur un coup de tête que le Kith avait accepté. Man aurait aussi bien pu être un criminel notoire et avoir prévu d’attirer Eoghan en pleine mer pour l’égorger et lui piquer son or. Ou quelque chose dans ce goût-là… Mais il faut croire qu’ils avaient tous deux connu cet instant de grâce, ces quelques secondes d’osmose pendant lesquelles chacun avait reconnu chez l’autre ce qu’il avait lui-même en tête. Pour Lucan, il s’agissait clairement de s’éloigner de la Cour, du corps de la reine emmailloté dans un linceul de lin transparent et recouvert de pétales de primevères et des problèmes en cascade qui allaient forcément découler de cet assassinat. Il avait besoin de se ressourcer, de se souvenir pourquoi il s’était battu à chaque fois qu’il s’était battu, de se remémorer les raisons qui l’avait fait donner de son temps et son énergie pour son peuple, un peuple qui semblait incapable de vivre en paix plus de quelques décennies. Il en allait de sa santé mentale et physique, et c’était aussi la seule condition à son retour, car il avait déjà prévu de revenir un jour, bien sûr, et d’assumer toutes les responsabilités qu’il venait d’abandonner, de regagner la confiance de tous les gens qu’il avait laissé. Pour Eoghan, eh bien… Il se disait qu’ils avaient tout le temps de se parler, d’apprendre à se connaître, et un jour peut-être saurait-il ce que le Kith avait laissé à terre, qui lui pesait au point qu’il accepte la proposition complètement folle d’un inconnu total.

Il accueillit son compagnon de fortune d’un sourire et rit de sa réponse, parce qu’il n’avait pas tout à fait tort : là-dessous se trouvait un monde dix fois plus vaste et mille fois plus peuplé que la terre ferme, Faërie et terres des Humains confondues. Et il y avait certes quelques créatures qu’on aurait pu qualifier de cauchemar, qui hantaient les fonds marins, là où la lumière ne passait plus, où les températures tombaient largement en-dessous de ce qu’un Humain pouvait supporter. Fut un temps où, à l’instar du Kith, il pouvait changer d’apparence, et passait des heures à nager avec les habitants sous la mer, plus heureux avec parfois qu’avec ses pairs sur la terre. Il avait dû sacrifier ce don au Chaudron à la demande de David, et même si cela lui avait brisé le cœur, il n’avait pas hésité une seconde tant la décision du Haut-Roi lui semblait être la bonne. Aujourd’hui, il pouvait encore passer des heures sous la surface de l’eau, mais les créatures de la mer ne le reconnaissaient plus vraiment comme un frère, plus comme une entité supérieure mais étrangère.

« Tu es écrivain alors ? Si tu y arrives, tu peux prendre la plume ici, je n’imagine pas d’endroit plus inspirant que celui-là. »

Il embrassa l’immensité qui les entourait de ses deux bras écartés. Il laissa échapper un rire léger et quelque peu douloureux cependant. Quel drame ce serait pour lui si même ici, les soucis le rattrapaient et donnaient à ce qu’il adorait le plus en ce monde un goût amer ? Il ne pouvait pas laisser faire ça.

« J’avoue que ma décision de prendre le large n’est pas innocente. Et toi, as-tu pris le temps de saluer tes proches et de les prévenir de ton départ ? »

Ou bien n’étaient-ils que deux gamins agissant sur le moment au gré de leurs envies ? Cela avait l’air bien innocent, dis comme ça. Et ce n’était que justice qu’ils se soient tombés dessus par hasard et qu’ils aient décidé de partir ensemble. Peut-être était-ce le souhait de la déesse, tout simplement, et peut-être était-ce elle encore qui faisait souffler le vent dans les voiles du bateau pour leur permettre cette fuite en avant.

 



 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
THE CAIT SITH ∭ Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

Boyd E. Lowry

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 11/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 3162
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Q. Silvester Cavanaugh.
› L'AVATAR : Ewan McGregor.
› LES CREDITS : avatar by writerinafoxhole & gif from tumblr.
› LA COULEUR RP : hazel green (#617c58).

THE CAIT SITH ∭  Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

MessageSujet: Re: With arms wide open under the sunlight [Eoghan]   Sam 12 Déc - 2:49
with arms wide open under the sunlight
ft. Lucan & Eoghan

Quand on accepte l'offre d'un inconnu, les autres peuvent vous prendre pour des inconscients. Boyd n'avait pas listé toutes les possibilités, les risques ou sous-entendus qu'une telle offre pouvait masquer, en vérité, il avait répondu spontanément et il n'avait pas de regret, pour le moment. Alors si Lucan avait de noires attentions, il ne pourrait que s'en prendre à lui-même d'avoir baissé sa garde au nom d'un voyage en pleine mer. Et encore, partir après avoir était envie par un sentiment de paix, de force et de liberté ce n'était pas une mort terrible, pourvu qu'elle soit rapide. Un bel inconnu vous propose de partir en mer, c'est difficile de refuser, surtout lorsqu'on était épris de l'élément sur lequel on s'apprêtait à naviguer. Une décision sur un coup de tête, en plus au départ, il soupçonnait que l'élémentaire le fasse marcher, mais il en avait été rien et peut-être que s'était la meilleure décision qu'il eut prise d'instinct. Il croisait les doigts pour que ce soit le cas jusqu'au bout de leur aventure, même cette bouffée d'optimisme était inhabituelle chez lui. Il y avait eu une connexion, un déclic et au fil de leur conversation, il y avait une évidence qu'ils s'étaient, tous les deux, retrouvés dans leurs paroles. Les propos de l'un avaient fait écho sur l'autre, qu'il s'agisse de leurs malheurs ou leur solitude, ils avaient su rester évasifs sur le sujet, peut-être qu'une fois en tête-à-tête, il pourrait prendre un peu de la sagesse de l'autre et remettre leurs idées en place. Oui, pourquoi ne pas prendre un risque, s'échapper le temps d'une traversée, d'une aventure, d'une découverte. Simplement voler un peu de temps, après tout, ce n'est pas ce qu'il manquait lorsqu'on était un Fey.

« J'écris oui. » Confirmait Boyd regardant sa main un instant notant quelque tache d'encre encore présente sur le bout de ses doigts. « Et l'océan m'inspire bien plus que des histoires, mais je vais me contenter d'un petit journal de bord. Si je me plonge réellement dans l'écriture, j'oublierai de profiter de ce que l'océan nous offre et je ne veux rien manquer. J'aurai tout le temps d'écrire une fois de retour sur la terre. » Et il n'était pas pressé de fouler de nouveau la terre, sauf peut-être pour le fruit d'une découverte ou profiter d'une plage déserte, car s'il ne souhaitait pas retourner à la civilisation se prélasser sur le sable doré et plonger dans les eaux bleu marine, voilà un autre niveau de bien-être. Il ne laisserait rien se mettre en travers de son chemin, ni de celui de son hôte d'ailleurs.

Lâchant un soupir heureux, il s'étira, le ronronnement dans sa gorge repris de plus belle alors qu'il plissait les yeux et s'il ne retenait pas, il se serait déjà allongé sur le pont, les jambes et bras ballant au-dessus de l'eau, un peu de manières, il ne pouvait plus se comporter en chat comme par le passé. Il eut un léger pincement au cœur à cette pensée, mais il lui suffisait de reposer son regard sur l'océan pour que ce genre d'ennui ne devienne qu'un détail pour le moment.

« Non. » Il répondit en riant doucement, grattant sa barbe de trois jours. « Le peu de famille qui me reste est en Irlande, je crois, mais je ne les ai pas vus depuis de nombreuses années maintenant... Et à part ma vieille voisine qui garde un œil sur ma librairie à Perth pour moi, personne ne sait où je suis parti, ni quand je reviendrai. » Et tout le monde s'en fiche, ce qu'ils savent c'est que le libraire avait tendance à parcourir le monde, parfois il revenait plus tôt qu'il ne l'avait prévu, parfois il revenait plus tard. Il partageait ses récits au plus curieux de ses clients, les autres étaient simplement heureux de retrouver leur coin de lecture habituel qui contrastait avec les grandes chaînes de librairie. Je suis un électron libre, alors accepter l'invitation d'un inconnu pour partir en mer, c'est aussi facile que de commander un verre. Un simple oui et me voici perdu sur une étendue d'eau à perte de vue. Il tourna la tête vers Lucan, ses yeux brillants de malice. « Et puis, as-tu déjà entendu parler d'un chat qui prévenait son propriétaire qu'il sortait alors que sa fenêtre est toujours ouverte ? Parce que je fonctionne depuis bien trop longtemps comme cela pour que ça change. »

Boyd ne prévenait pas de son départ, il gardait très peu de contact, il essayait de faire en sorte que son passage, ses rencontres et son départ se fassent en douceur, faire accepter ce genre de comportement ce n'est pas toujours facile, mais il n'aimait pas les au revoir, il comptait sur les uns et les autres qu'ils puissent se croiser d'une manière ou d'une autre, même lorsque les chances étaient maigres. Le Cait Sith aimait croire que tout pouvait être encore possible, il jouissait de cette liberté et il l'embrassait, plus que la plupart des siens d'ailleurs.

« Le monde ne devrait pas avoir de frontières pour des créatures comme nous et j’en profite tant que c’est encore possible. » Il tourna la tête vers l’océan de nouveau. « Tu m’as donné l’une des meilleures opportunités de le faire. » Il voyageait pour se nourrir l’esprit, peut-être aussi pour s'échapper de quelque chose, mais il n’en parlait pas vraiment, tout simplement ce n'était pas l'impression qu'il avait, de fuir.





seeking the antidote for
the emptiness of existence
It's a dangerous business, going out your door. You step onto the road, and if you don't keep your feet, there's no knowing where you might be swept off to..J.R.R. TOLKIEN

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: With arms wide open under the sunlight [Eoghan]   Dim 13 Déc - 16:08
With arms wide open under the sunlight
ft. Eoghan & Man.

Écrire, voilà bien un concept que Lucan appréciait à sa juste valeur. Qu’on le fasse par hobby, par vocation, comme métier, peu importait. De façon générale, il appréciait tout acte de création, quel qu’il soit, mais il avait un faible pour les livres, et en possédait d’ailleurs une collection impressionnante chez lui, se débrouillant toujours pour les emmener au gré de ses pérégrinations dans ce monde. Certains ouvrages  étaient extrêmement vieux, inestimables aux yeux de quiconque s’intéressait un peu à l’histoire humaine ou fey. Aux yeux de l’Élémentaire, l’écriture était la plus belle invention des hommes, et quand elle disparaîtrait, leur civilisation disparaîtrait avec elle, probablement. Ainsi, il considérait que quelqu’un comme Eoghan, qui écrivait, ou bien qui lisait, quelqu’un de cultivé, de lettré, un amoureux du papier et de l’encre, ne pouvait être un mauvais bougre. Cela avait rendu la décision de lui proposer cette petite croisière beaucoup plus facile, également. Et qui sait, s’ils devenaient amis, Lucan se ferait un plaisir de lire quelques-uns des écrits d’Eoghan, et de lui montrer en retour sa bibliothèque personnelle, qu’il fournissait en livres et en parchemins depuis près de cinq mille ans. En attendant, la tenue d’un journal de bord suffirait. Les hommes avaient de tout temps écrit sur absolument tout, et pourtant il restait encore une infinité de livres à écrire, et c’était une pensée plutôt réconfortante. Il esquissa un sourire à la vue d’Eoghan qui semblait apprécier tellement ce moment qu’il en ronronnait de plaisir. Leurs natures respectives étaient arrivées très tôt dans la conversation, de sorte que Lucan savait qu’Eoghan était un Cait Sith. Là encore, une raison d’apprécier sa compagnie : Lucan appréciait toujours les nouvelles rencontres, et plus encore quand elles lui permettaient de fréquenter une espèce en voie de disparition.

« Une librairie, vraiment ! J’adorerais venir y acheter quelques ouvrages, un de ces jours. Mais je comprends ton point de vue. Ne pas s’attirer l’inquiétude de ses proches est la plus simple des libertés. »

Quoiqu’un peu amère, également. Mais Lucan aurait été à mille lieux de donner une leçon à son compagnon de route, étant donné qu’il s’était comporté de la même façon, en un moment compliqué et alors que la Cour aurait eu plus que jamais besoin de lui. Et donc, il semblait qu’Eoghan soit un voyageur, souvent sur les routes, plus attaché à sa liberté de mouvement qu’à d’éventuelles responsabilités vis-à-vis de ses proches, une facette de sa personnalité à laquelle Lucan aurait voulu se rattacher. Lui aussi était un grand voyageur, mais il devait bien s’avouer qu’il se sentait beaucoup plus obligé envers beaucoup de monde – si ce n’était là, maintenant, aujourd’hui.

« Je partage ta vision des choses, et j’envie ta façon de la mettre en pratique. J’avoue avoir du mal à ne pas penser à ce j’ai laissé derrière mois en partant quelques jours plus tôt, mais j’imagine que c’est inévitable. »

Il se leva soudain, s’étira sous les rayons du soleil et, avisant la bande de terre beaucoup plus proche, et devinant qu’ils naviguaient désormais dans des eaux moins profondes, ne serait-ce que parce qu’elles étaient plus claires et plus bleues que jamais, il entreprit d’affaler les voiles. Il œuvrait avec rapidité et efficacité, et une fois qu’il eut solidement attaché les voiles au mât, il alla jeter l’ancre. Le bateau immobilisé et gîtant doucement sur place, Lucan se tourna vers Eoghan.

« Si tu penses pouvoir me faire confiance, il y a quelque chose que je pourrais te montrer. Qui va nécessiter de se mouiller, évidemment. »

Il désigna les flots du menton avec un petit sourire. Puis, il déroula la petite échelle de corde jusqu’à ce qu’elle soit effleurée par le ressac, et avec un dernier regard de défit à Eoghan, sauta par-dessus la rambarde et plongea dans la mer. Cette fraction de seconde où la pesanteur de l’eau remplaçait celle de l’air était un délice, et il se laissa flotter sous la surface pendant de longues secondes, yeux fermés, avec l’impression d’être revenu à cet instant précis où il s’était éveillé à la vie de l’océan lui-même. Voilà, ici et maintenant, il pouvait définitivement se sentir seul au monde et oublier tout le reste. Puis il remonta à la surface et fit signe à Eoghan de le rejoindre.

« Est-ce que ta passion surpasse ta nature, en la matière ? Es-tu capable de plonger, toi aussi ? »

La nature était effectivement l’un des pires ennemis qu’on puisse avoir, et c’était un combat permanent, de toute une vie, que de la combattre à chaque seconde de son existence, pour trouver un bon équilibre de vie. Lucan, en toute honnêteté, ne savait pas dans quelle mesure le Kith était réticent à l’idée de se plonger tout entier dans l’eau, mais il doutait qu’on puisse à ce point aimer la mer et refuser de s’y prélasser. C’est ce qu’il espérait, en tout cas.

 



 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
THE CAIT SITH ∭ Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

Boyd E. Lowry

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 11/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 3162
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Q. Silvester Cavanaugh.
› L'AVATAR : Ewan McGregor.
› LES CREDITS : avatar by writerinafoxhole & gif from tumblr.
› LA COULEUR RP : hazel green (#617c58).

THE CAIT SITH ∭  Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

MessageSujet: Re: With arms wide open under the sunlight [Eoghan]   Mer 30 Déc - 3:52
with arms wide open under the sunlight
ft. Lucan & Eoghan

« Et tu seras le bienvenu, si tu aimes les livres, tu seras servi. » Déclara fièrement le Kith, car après tout il était fier de son établissement.

Sa librairie était un peu à l'écart des rues commerçantes de Perth, le bâtiment était à côté d'une demeure où la vieille propriétaire lui louait une chambre. C'était l'idéal, en particulier connaissant les horaires un peu spéciaux qu'il avait. À première vue, elle n'avait l'air de rien, en tout cas pas plus que les librairies qui existaient dans le quartier historique de la ville, mais une fois à l'intérieur la chaleur enivrait les clients et le fait qu'il y avait table, fauteuil installés, les plus aguerrit y rester pendant plusieurs heures, avec un thé offert par le propriétaire des lieux, toujours soucieux de leur bonne santé et bien être. Lucan, s'il aimait les livres comme Boyd aimait l'océan, il devrait y trouver son bonheur, il en était même certain. Voici une promesse de retrouvailles à laquelle il pouvait s'accrocher lorsqu'ils toucheront la terre ferme une fois de plus, en tout cas, il le prenait ainsi et il tiendrait l'élémentaire sur ses paroles, mais il n'était pas pressé de retourner sur le continent tout de suite, alors que leur voyage venait à peine de commencer.

« Je n'ai personne qui ne s'inquiète de mon côté. » Oui, tout portait à croire qu'il ne s'inquiétait pas vraiment de ce qu'il laissait derrière, mais la vérité était là, il ne laissait personne derrière, ceux auxquels il tenait étaient quelque part en Irlande, les autres en pleine guerre contre une cours adverse. Il y a un moment où il fallait assumer ses choix et celui de s'effacer et de ne pas participer à de conflits qui n'ont pas de sens était celui de Boyd. S'il devait se battre ça serait parce qu'il a des raisons propres, qui le touchent et pour lesquelles il souhaitait se battre. Que certain se sent délaissé ou considère qu'il se désolidarise, c'est peut-être vrai, mais c'était son choix et il l'assumait.

Il regardait Lucan de nouveau, levant un sourcil, qu'est-ce que Lucan avait exactement laissé derrière, il se demandait, en tout cas s'était certainement important et peut-être qu'il regrettait déjà son escapade en mer, peut-être même d'avoir embarqué un compagnon qui certainement l'oublierait et ne soucierait plus de lui dès qu'ils se quitteront. Ce qui n'était pas sûr, il avait beau être un électron libre, Boyd était loyal lorsqu'il s'agit d'amitié, et même du peu de famille qui lui restait. Il n'y a pas de doute que pour le moment rien ne l'attachait à ce genre de responsabilité, ainsi, il n'en fuyait aucune, Lucan par contre semblait le faire et d'expérience ce genre de choix avait un coût. Une discussion qu'ils auront une autre fois, car l'Élémentaire venait de se lever et le Kith fit de même devinant qu'ils allaient jeter l'ancre, il donna un coup de main pour la voile avant de le laisser gérer le reste, l'observant avec une certaine admiration. Il avait beau être à l'aise sur le bateau, il était loin d'être aussi rapide et efficace que son hôte qui lui fit part alors d'une idée, en tout cas l'intention de lui montrer quelque chose.

Confiance et se mouiller ? Il laissa échapper un éclat de rire.

« Qu'est-ce que tu me prépares ? » Demandait-il, alors que Lucan lâchait l'échelle en corde avant de se jeter à l'eau. Par réflexe Boyd recula, surpris alors que son interlocuteur disparaissait dans l’eau. Il ‘approchait de nouveau du rebord, afin de sonder l'eau attendant que l'homme sorte de l'eau. Ce dernier apparu quelque seconde plus tard pas très loin du bateau, ses cheveux plaquer en arrière, les yeux brillants et le visage illuminé qui montraient qu'il était clairement dans son élément. Debout sur le pont du bateau, le Kith se mordit la langue, il était plus tenté de le rejoindre qu'autre chose bien entendu et il ne put s'empêcher d'esquisser un sourire amusé au défi que lui lançait son compagnon. Il retira sa chemise, la laissant sur le sol et pris son élément pour plonger en boulet dans l'eau.

Le contact avec l'eau fut assez brutal, elle était loin d'être chaude et comme l'avait souligné Lucan, sa nature animale était loin d'être ravie, mais son amour pour l'océan était plus fort. Une fois acclimaté au nouvel environnement et complètement immergé et à cours d'air, il donna un coup dans l'eau afin de remonter à la surface. Il prit une inspiration, plaquant ses cheveux en arrière et ouvrant les yeux afin de chercher du regard l'élémentaire.

« Les défis de ce genre ne sont pas très difficiles. » Admettait-il avec un sourire, nageant dans la direction de l'autre Fey. « Mais tu sais, je n'ai pas forcément envie de mourir en mer aujourd'hui, cette histoire de créature marine, c'est de l'ordre du fantasme. » Rajoutait-il avec un léger éclat de rire nerveux. Peut-être que Lucan était vraiment une sirène qui allait le traîner au fond de l'eau et en faire son quatre-heure. Toujours est-il l'élémentaire avait piqué sa curiosité, maintenant qu'il était dans l'eau, il était curieux de connaitre ce que ce dernier voulait lui montrer.






seeking the antidote for
the emptiness of existence
It's a dangerous business, going out your door. You step onto the road, and if you don't keep your feet, there's no knowing where you might be swept off to..J.R.R. TOLKIEN

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: With arms wide open under the sunlight [Eoghan]   Sam 2 Jan - 16:33
With arms wide open under the sunlight
ft. Eoghan & Man.

Les conséquences de leurs actions et de leurs décisions passées étaient là, en cette seconde : deux êtres solitaires, perdus au milieu de l’océan et qui soudainement, aussi inconnus soient-ils l’un pour l’autre, n’avaient plus qu’eux deux comme unique compagnie. Mais ce n’était pas forcément négatif, Lucan en avait conscience. Du moins cela n’allait pas à l’encontre de sa démarche actuelle, à savoir se retirer momentanément des affaires de la Cour. Il était  capable de passer de longs mois, de longues années seul, retiré dans sa demeure du moment, à lire ou à relire sa bibliothèque, à naviguer le long des côtes, à faire pousser des légumes dans son potager ou n’importe quelle autre occupation qui se pratique loin de la politique et des complots. C’était bien pour cela qu’en un sens, sa présence et celle de Boyd aujourd’hui n’avaient finalement rien d’extraordinaire pour lui, il s’agissait en quelque sorte d’une continuité, et d’une conséquence plutôt appréciable de ses choix les plus récents. Cette situation n’était donc pas si étrange qu’elle en avait l’air, et pas non plus pour Boyd, peut-être, puisqu’ils semblaient partager tant de points communs. Avec en premier lieu la façon dont ils avaient quitté la terre ferme sans un regard en arrière.

Et puisqu’ils en étaient là, autant prolonger l’utopie. Lucan avait donc sauté à l’eau sans hésiter, retrouvant avec toujours autant de plaisir, malgré les millions d’autres fois où il avait fait ça, la caresse de l’eau sur sa peau nue. C’était exactement ainsi qu’avait commencé sa vie, du plus loin qu’il se souvienne, et il espérait bien que ce serait ainsi qu’il la terminerait également. Au défi qu’il avait lancé à Eoghan, ce dernier répondit en ôtant sa chemise, et Lucan esquissa un sourire satisfait. Quelques secondes plus tard, il avait plongé, et émergeait à ses côtés, l’air tout aussi satisfait que lui. Et pourtant, il ne croyait pas si bien dire en parlant de créatures marines. De part sa nature, il n’avait rien à craindre de la mer et tout ce qu’elle abritait, même de son côté traître à cause duquel tant d’hommes perdaient encore la vie sous ses eaux. Mais il savait qu’il n’en allait pas de même pour tous, loin de là, et il savait aussi que malgré le monde moderne dans lequel ils étaient tous rentrés avec pertes et fracas à la suite des Humains, l’océan était encore un royaume ancien, méconnu et qui dissimulait son lot de créatures des plus féériques aux cauchemardesques. Il rassura son nouvel ami d’un sourire.

« Ne t’inquiète pas, si nous en croisons, nous ferons en sorte de ne pas nous attirer d’ennuis. »

Il rassembla son énergie et, avec sa main de pouvoir, commença à jouer avec les courants qui balayaient leurs jambes. Pour lui, c’était comme des lignes de force sur lesquelles il pouvait tirer, ou qu’ils pouvaient pousser à sa guise, et alors il devenait facile de déplacer ces courants comme il l’entendait, et de se déplacer lui-même, sous l’eau. Lui, ou quelqu’un d’autre.

« Et à présent, j’ai conscience qu’on ne se connait pas depuis longtemps, mais il va te falloir me faire confiance. »

Il adressa un dernier sourire à Boyd et se laissa couler de quelques mètres avant d’attirer Boyd jusqu’à lui, enroulant un courant d’eau quelque peu glaciale autour de sa jambe. Dans une zone restreinte, Lucan pouvait jouer avec les courants comme il le voulait, de sorte qu’il ne lui était pas difficile de préserver un peu d’oxygène pour lui et son camarade, et il ne faudrait que quelques secondes à Boyd pour s’en apercevoir. Bien sûr, il ne pouvait pas s’amuser à faire ça pendant des heures, mais quelques minutes suffisaient à enchanter les pupilles. Il fit signe à Boyd, s’assurant qu’il allait bien, puis les entraîna un peu plus loin sous la surface. Ici, le fond marin n’était pas très loin, de sorte que l’on pouvait voir la faune et la flore plutôt bien. La peau pâle de l’Élémentaire semblait presque briller de teintes bleutées, attirant quelques petits poissons autour de lui. La seule concession qu’il n’avait pas encore faite était la petite touche de Glamour qu’il maintenant en permanence sur ses mains et ses pieds, parce qu’on ne se débarrassait pas si facilement de milliers d’années d’une habitude bien ancrée.

Fut un temps où Manannàn Mac Lir pouvait lui-même se métamorphoser en poisson ou requin ou n’importe quoi d’autre, et alors il nageait au milieu de cette faune marine qu’il aimait tant, en toute liberté. À présent, il devait se contenter de rester un homme parmi les animaux, un spectateur, presque un intrus. De même, il ne pouvait plus communiquer avec eux comme avant. Cela lui avait brisé le cœur de rendre au Chaudron cette main de pouvoir, mais il l’avait fait sans hésiter, sachant que c’était l’unique solution possible à l’époque. Il vaqua ainsi quelques minutes, avec Boyd à sa suite, laissant quelques créatures marines l’approcher avec curiosité, qui le reconnaissaient sans plus vraiment l’identifier, retrouvant, dans une très moindre mesure, cette connexion ancienne et chérie, avant finalement de refaire surface avec son compagnon, un peu plus loin du bateau.

« J’espère que cette expérience t’aura plus. Loin de moi l’idée de te traumatiser ! Je regrette quelque peu que nous ne nous soyons pas connus avant, j'aurais pu te montrer tellement plus que cela... »

Il se renversa sur le dos, se laissant porter par les flots avec un soupir d’aise. Comment ne pas vouloir rester ici pour l’éternité ? C’était ce qu’il se disait à chaque fois, et pourtant à chaque fois il trouvait une bonne raison de s’arracher de l’océan pour retourner à sa vie sur terre.

 



 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
THE CAIT SITH ∭ Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

Boyd E. Lowry

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 11/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 3162
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Q. Silvester Cavanaugh.
› L'AVATAR : Ewan McGregor.
› LES CREDITS : avatar by writerinafoxhole & gif from tumblr.
› LA COULEUR RP : hazel green (#617c58).

THE CAIT SITH ∭  Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

MessageSujet: Re: With arms wide open under the sunlight [Eoghan]   Jeu 11 Fév - 7:17
with arms wide open under the sunlight
ft. Lucan & Eoghan

Boyd ne s'inquiétait pas, en vérité, il avait déjà relativisé qu'il aurait pu être dupé par une créature beaucoup moins attrayante que Lucan qui aura pu lui faire vivre un regain de liberté et ainsi, il pouvait mourir heureux. Comme ce n'était pas à l'ordre du jour, ce qui l'arrangeait bien, le Kith se montrait donc attentif aux paroles et action de son compagnon. Ce dernier parlait de l'océan comme s'il avait vécu dedans et que l'on avait arraché à cet environnement, peut-être que la familiarité venait tout simplement de la nature de l'élémentaire et de toute façon, il n'allait pas pouvoir lui poser la question tout de suite. Un courant marin commençait lentement à danser sous ses jambes et il n'était difficile pour lui de reconnaitre là la main de l'élémentaire. Lucan reprenait la parole pour de nouveau demander au Cait Sith de lui faire confiance et autant de la part d'un autre le Fey aurait hésiter, mais il avait suivi l'élémentaire au port, sur son bateau et maintenant dans l'eau, si c'était pour reculer maintenant c'était un peu tard et contre productif. Depuis le début, l'instinct de Boyd ne l'avait pas trompé et il hochait la tête juste avant que son compagnon disparaisse sous l'eau, il eut un moment de flottement, devait-il suivre l'élémentaire ou alors attendre un signe de la part de ce dernier. Il frissonna, un courant d'air glacé vint s'enrouler autour de ses jambes et il eu juste le temps de prendre une inspiration avant d'être entraîner sous les flots.

Dans l'eau, Boyd mit quelques secondes avant de se rendre compte que Lucan était bel et bien présent, mieux, il pouvait ouvrir les yeux sous l'eau sans trop de difficulté et respirer. Respiré sous l'eau, il n'avait pu que le faire à l'aide de bouteille ou d'un masque un tuba, Lucan lui offrait de nouveau une liberté qu'il n'aurait jamais cru pouvoir atteindre. L'envie de filer et explorer les fonds sous-marins n'était plus à débattre, même s'il avait intérêt à rester dans le sillon de son compagnon. Les yeux brillants de gratitude et d'excitation, il fit signe à l'élémentaire que tout était bon avant qu'il ne soit entraîner un peu plus profond. Le Kith n'avait jamais plongé de cette façon, il avait l'impression de redécouvrir cette sensation de nager dans ce monde. Les poissons venaient parfois curieusement s’approchait d’eux lorsqu’il s’arrêtait de nager, attirer par la peu scintillante du Fey, Boyd observait, admiratif et curieux, sentant la connexion que l’élémentaire pouvait avoir avec eux. S’il restait immobile plus longtemps, les créatures s’acclimataient, reprenant leur activité après avoir d’abord fui à leur approche. Le Kith sentait un nœud se créer dans son ventre, un mix étrange entre l’appréhension et l’excitation, il n’oublierait jamais cette sensation de bien-être, coupé du monde et ce chaos, tout semblait plus simple sous l’eau.

Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin et c'est avec un léger pincement au cœur que Lucan et Boyd émergeaient hors de l'eau à l'air libre, la brise marine les accueillants. Le Cait Sith ne put s'empêcher de lâcher un soupir d'aise, plaquant de nouveau ses cheveux en arrière, notant qu'il avaient nagé quelques mètres plus loin du bateau. Il se tournait vers Lucan, un léger éclat de rire s'échappant de ses lèvres.

« Tu rigoles, je n'ai jamais vécu une chose de pareille ! » Il n'avait pas de mots, mais le sourire jusqu'aux oreilles et le ronronnement au fond de sa gorge pouvaient parler pour lui. Néanmoins, il nota un léger regret dans la voix de son interlocuteur.

S'ils étaient connus plus tôt, lui montrer plus que ce qu’il venait de voir…

Pour être honnête, le Cait Sith aussi aurait voulu connaitre l'élémentaire plus tôt, ils avaient dû se croiser et manquer de peu, car même s'il avait passé plus de temps sur la terre ferme, il avait navigué sur tous les océans et les mers. La curiosité s'animait dans ses yeux, alors que son esprit émerveillé était encore sous l'eau, il ne savait pas exactement qui était Lucan, alors devait-il vraiment se demander ce que ce dernier était avant, lorsque les Fey étaient des créatures puissantes, avant le chaudron, avant que leur pouvoir et culte cessent, avant tout cela. C'était bien loin, trop loin pour que ça change grand-chose aujourd'hui. Boyd laissa glisser la question qui lui brûlait les lèvres pour à son tour basculé en arrière afin de se laisser flotter sur l'eau.

« Je suppose qu'on a tous beaucoup laissé dans ce chaudron... » Le commentaire lui avait échappé, même s'il le pensait ce n'était pas la peine de mettre le sujet sur la table. Le Fey pensait aussi parfois que cela avait été une erreur, le principe et les raisons étaient bonnes, ils avaient toujours eu beaucoup de pouvoir, mais ils n’étaient pas fait pour vivre au milieu des hommes, même ceux qui pouvait s’y fondre le mieux avait subit des répercussions et il doute que le conflit naissant chez les Fey aller arranger les choses. « Je me demande ce qui peut bien te ramener sur la terre ferme... Avec une main de pouvoir pareil, on ne m'aurait plus jamais vu. » Admettait-il avec un sourire, après tout, c'était ce qu'il avait fait depuis toujours, jusqu'à ce qu'on lui retire une partie de lui-même.

À l’époque d’une simple pensée et il devenait ce chat, un peu plus gros que tous, au poil noir avec une tâche blanche, il pouvait aller n'importe où et le plus loin possible des Feys et échapper aux hommes tout aussi facilement. Sans cours, ni famille, il avait toujours eu cette liberté et le peu de connaissance qu'il avait, c'était des liens qu'il avait tissés auquel il tenait, plus ou moins, à l'exception d'un homme, mais ce dernier avait péri sur un champ de bataille. Ce genre de douleur, il n'avait plus vraiment envie de la vivre et dès qu'il pouvait fuir ou disparaître, il le faisait. Se fondre dans l'océan, dans ce décor, lui qui avait mal vécu de perdre sa faculté de se transformer en chat, que dire de l'élémentaire à qui on avait arraché la possibilité de vivre dans cette immensité bleue que l'homme peinait encore à contrôler. L’endroit idéal pour se cacher.

« En tout cas, je suis très heureux et honoré que tu es partagé cela avec moi. » Rajoutait-il enfin avant de se redresser de nouveau, les yeux toujours aussi brillants. « Un étranger en plus. » Un nouveau soupire d’aise s’échappait de ses lèvres, Lucan ne pouvait pas faire un peu plus beau cadeau à l'auteur à ce moment précis. Si le temps voulait bien s’arrêter un peu pour qu’ils profitent un peu plus de cet instant volé, ça l'aurait bien arrangé.




seeking the antidote for
the emptiness of existence
It's a dangerous business, going out your door. You step onto the road, and if you don't keep your feet, there's no knowing where you might be swept off to..J.R.R. TOLKIEN

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: With arms wide open under the sunlight [Eoghan]   Ven 12 Fév - 23:37
With arms wide open under the sunlight
ft. Eoghan & Man.

Lucan ne pouvait qu’être satisfait de la réaction de Boyd. Au fil des siècles, il avait eu l’occasion de croiser de nombreuses personnes et pas une seule n’avait le même ressenti vis-à-vis des émotions éprouvées face à l’immensité de l’océan. Il pouvait émouvoir comme il pouvait effrayer, il pouvait fasciner comme il pouvait exercer une attraction parfois fatale. Il était la source de milliers et de milliers d’histoires, de légendes et de cauchemar, il était le symbole de l’inconnu, du mystérieux et du danger. Il incitait à la détente alors qu’il n’y avait pas plus versatile que lui, il portait des images maternelles, de vie et de renouveau alors qu’il pouvait également se montrer traître jusqu’à en être cruel. Il était là depuis bien avant les Humains et bien avant les Feys et leur survivrait à tous, et il n’y avait rien que les hommes ou les immortels aient pu faire pour tenter de l’apprivoiser, de le dominer. Il abritait enfin un monde cent fois plus vaste que la terre elle-même, était le berceau de la vie et probablement aussi son plus inestimable soutien. Et quand tous brûleraient dans les flammes du chaos annoncé, il serait encore là, protégeant en son sein la future génération d’êtres vivants qui fouleraient un jour le sol bien longtemps après eux. Il avait déjà eu l’occasion de constater que Boyd éprouvait un vrai bonheur au contact de l’eau, en dépit de sa nature, il ne doutait donc pas une seconde que l’expérience lui plaise. Mais après tout, la mer était à l’origine de tant d’humeurs différentes… Cependant, son enthousiasme ne trompait pas.

L’Elémentaire en regretta presque sa petite sortie teintée de regrets. Il ne fallait pas regretter. Cette décision avait été la meilleure compte tenu de la situation à l’époque. Ils n’avaient pas d’autre choix, et c’était même sans hésiter que Lucan s’était départi de sa main de pouvoir. Il le fallait, tout simplement. Et nul n’aurait pu revenir en arrière, nul n’avait ce pouvoir, c’était se faire souffrir inutilement que de parler en ces termes. Il garda les yeux braqués vers le ciel, ses yeux aussi bleus que le ciel, justement. À entendre Boyd, lui aussi avait probablement quelques regrets, ou du moins une certaine nostalgie. Et ils étaient en fait tous dans ce cas, de façon logique. Ce n’était jamais simple de perdre quelque chose, quelque chose qui faisait partie de vous aussi sûrement qu’un bras ou une jambe. Mais c’était plus encore que cela, une véritable essence intrinsèque à soi. Un don de Danu qu’ils avaient jeté, tout simplement, en châtiment de leur orgueil et de leur nature violente. Ainsi donc, Lucan ne regrettait pas la perte de sa main en ce sens où cela avait participé à ramener la paix, mais il regrettait son absence, au quotidien. Il crut déceler dans le ton de Boyd un sentiment différent. Ils avaient tous payé un tribut et tous l’avaient vécu différemment. Il finit par émettre un rire léger et se redressa, toujours porté par les flots.

« Disons que j’ai une certaine passion pour la chose politique et le devenir de notre peuple pour me faire à chaque fois ramener sur la berge. Je ne prétendrai pas me sentir partagé parfois… Mais ici, c’est en quelque sorte le royaume de mon cœur, de mes rêves et de mes utopies, et là-bas, le règne des choses plus matérielles, plus pragmatique. »

Il se mentirait à lui-même – intérieurement – s’il prétendait ne pas adorer les choses de la Cour. Pas toutes, évidemment. Les complots, la violence, les trahisons. Les assassinats. Le sang. Non, cela le repoussait vers le large aussi sûrement que le vent. Mais il y avait le reste, la diplomatie, les débats passionnés, les parties d’échecs politiques, le sentiment de faire partie d’un tout, d’une marche en avant… L’équilibre était précaire entre toutes ces choses et parfois se brisait. Et alors, il se retrouvait là, au cœur de l’océan, à dériver…

« Je suis heureux d’avoir trouvé quelqu’un avec partager ce moment. Et je pense que l’on peut affirmer sans prendre trop de risques que nous ne sommes plus des étrangers l’un pour l’autre, après ça. »

Il se laissa submerger par une vague une dernière fois, puis partit vers le bateau d’une brasse puissante et rapide, bien plus efficace que la normale. Il atteignit l’embarcation en quelques minutes et jaillit de l’eau comme si elle avait été solide sous ses pieds. Il atterrit sur le pont et se tourna vers Boyd pour voir où il en était.

« Prends ton temps, je ne partirai pas sans toi ! »

Au cas où un doute aurait subsisté, même s’il était acquis à présent que leur relation était destinée à devenir une franche et solide amitié.

 



 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: With arms wide open under the sunlight [Eoghan]   
Revenir en haut Aller en bas
 

With arms wide open under the sunlight [Eoghan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Eyes Wide Open ~ Shawn
» keep your eyes wide open (aslan & azilis)
» Mek' pour l'open de peinture GW
» Combat arms
» Heavy in your arms [Wyatt] -TERMINÉ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AES SIDHE › fáilte a thaistealaí thuirseach. :: Autumn Court : Douglas
Cúirt fhómhair
 :: 
Les Alentours
 :: Irlande
-