AccueilAccueil  Tumblr Aesien  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce qu'il y a de nouveau

La vidéo

Les Prédefs attendus


Partagez | 
 

 Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SIDHE SEELIE noble's blood.

C. Kane Ó'Ceallaigh

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 04/02/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1494
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Keagan Rafferty
› L'AVATAR : Alex Pettyfer
› LES CREDITS : Devil
› LA COULEUR RP : Goldenrod

SIDHE SEELIE ∭  noble's blood.

MessageSujet: Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.   Lun 15 Fév - 19:09
Comment regretter la désertion du sithin dans ces conditions ? Depuis qu'il s'était installé au coeur du domaine Fiona, il ne s'était pas écoulé une seule journée d'ennui et c'était un constat plaisant. Banquets, beuveries, veillées, récitals, déclamations, expositions, festins, cocktails, garden parties, brunchs, soirées costumées et autres réunions à thème, voir même quelques orgies pour bien terminer les soirées. De quoi vous faire oublier la menace des mortels, l'arrivée des vampires et la mort des sithins. De quoi vous faire oublier à peu près tout ce qui ne ressemblait pas à une coupe d'hydromel bien remplie.

Ici bas, l'instant présent n'avait ni de début ni de fin, et le temps qui s'égraine n'avait pas ses entrées. C'était comme une immortelle journée de fête, un vortex d'or et de lumière où les affres extérieurs n'avaient plus leur emprise.
Du moins n'avaient-ils plus leur emprise sur les esprits puisque ceux-ci s'accaparaient d'autres priorités. Les humains se seraient-ils mis en tête d'attaquer dès demain qu'ils auraient fini calcinés comme les autres bien sûr. Ce à quoi un Seelie de la maison Fiona vous répliquait 'raison de plus'. S'ils devaient mourir demain, mieux valait mourir en sirotant un quelconque nectar, les oreilles baignées de musique et les yeux éblouis de lumière et de beauté.

Cela étant dit, l'oisiveté était bien plus fatigante qu'il n'y paraissait, et il y avait donc certains moments de latence au milieu de toute cette farandole cacophonique. C'était le cas cette après-midi là - où était-ce le matin ?
Après avoir passé des heures à rire, à chanter et à danser dans l'une des grandes pelouses aménagées du domaine, Kane et sa clique s'en étaient retirés pour profiter de quelques heures d'un calme tout relatif. On entendait toujours au loin des exclamations, des bruits de couverts ou de la musique étant donné qu'il vivait dans le centre névralgique du domaine et que son humble petite demeure était imbriquée aux autres. Pourtant à l'intérieur du loft même, l’atmosphère était somnolente.

On en trouvait deux vautrées sur le divan, un autre qui ronflait doucement sur un tas de coussins, un autre qui s'enfumait d'opiacé assit sur le rebord de la fenêtre, et une paire de nymphes nues allongées sur le lit dans le fond de la spacieuse pièce. Kane quant à lui, engoncé dans un grand pouf confortable, grattait rêveusement sa lyre préférée, l'oeil contemplatif et serein.
Mais plus pour longtemps car vaguement, il lui sembla entendre son nom scandé quelque part depuis l'extérieur. Prêtant l'oreille un instant au bruit qui parvenaient depuis la fenêtre ouverte, il cru d'abord que son imagination lui jouait des tours, jusqu'à ce que l'appel ne soit réitéré.

-Kane !

Cette fois, il n'était plus le seul à l'avoir entendu, son ami Connor avait également relevé la tête. Puis quelques pas précipités sur du gravier précédèrent l'apparition du visage de Nicodem à la fenêtre.

-Kane, te voilà ! Rah, je savais bien que mon intuition était la bonne, c'est un vrai bazar ici, haha ! qu'il constata avec amusement en lorgnant à l'intérieur.
-Qu'y a-t-il ? Questionna distraitement Kane pour qui ce genre d'irruption n'avait plus de secret depuis bien longtemps.
-Je suis venu te prévenir ! En revenant de ma balade, j'ai croisé l'escorte de ton père, il se dirige par ici. J'ignore ce qu'il vient faire, je n'ai certes pas pris le temps de le lui demander, mais je doute qu'il investisse le domaine sans même venir saluer son fiston !

Branle-bas de combat.

-Fichtre ! jura l'Apollon en se relevant sans grande grâce, considérant rapidement tous les mollusques qui végétaient autour de lui, mais également les vêtements jetés de ci de là, les verres vides ou moins vides qui ponctuaient la plus part des surfaces, et tous les autres signes d'excès trop extravagants pour être partagés avec le pater.

-Réagissez bon sang, cessez de m'observer comme cela ! Doriane, Marion, tirez moi ce lit comme il faut et pour l'amour de Danu, habillez-vous et déguerpissez ! Daphne, cache moi les verres et les bouteilles dans les armoires, ordonna Kane avant de donner un petit coup de pied à celui qui ronflait encore sur les coussins : debout marmotte !

En deux temps trois mouvements, le musicien avait expulsé tout le monde, dissimulé ce qui devait l'être dans les commodes et sous les divans, puis allumé une bougie au parfum de rose. Au moment même où les coups retentissait à sa porte, il passait une grande veste de velours rouge par-dessus sa chemise blanche avant de prendre la pause sur l'un des fauteuils.

-Entrez ! Lança-t-il d'un ton tout à fait badin, innocent et délicieux.

Il agrippa vite une partition qui traînait encore sur une table basse et mima qu'il était entrain de la lire avec grande attention lorsque Dagda fit irruption dans la pièce.

-Père ! lança le Sidhe en s'armant du plus chaleureux des sourires. Je ne m'attendais pas à une visite de cette qualité. Que me vaut l'honneur ? questionna-t-il en se levant pour aller à l'encontre de son géniteur.




 
the way that it should
I’m holding on to many things passed
To anything that's gonna change my memories back
I’m holding on to everyone good
To everything that's ever been the way that it should→  code : ellaenys.  
Revenir en haut Aller en bas
THE SEELIE SILLY KING ∭ Dada, le serial father de la faërie.

E. Dagda Mac Lochlain

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 18/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 809
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Le trompeur Loki.
› L'AVATAR : Tom Hiddleston
› LES CREDITS : Eden Memories - Tumblr
› LA COULEUR RP : #F6E497

THE SEELIE SILLY KING ∭ Dada, le serial father de la faërie.

MessageSujet: Re: Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.   Jeu 25 Fév - 21:14
Depuis qu’on avait décidé de lui mettre une couronne sur la tête, tout un tas d’obligations lui étaient tombées dessus. Il avait été Haut Roi et au fond, avait rêvé de cette couronne avant même de fouler le sol irlandais, ce n’était pas les décisions d’un roi qui lui faisait peur, au contraire, il ne se sentait l’âme que pour cela. C’était ce à quoi il aspirait, ce à quoi il était bon. Pour le reste, le désastre de son mariage le prouvait, il n’était pas doué pour tout le reste. Peut-être pour aimer ses enfants mais quel genre de d’être pouvait ne pas aimer ses enfants ? Dagda avait donc lorgné cette couronne avec envie et n’en craignait pas les responsabilités mais il avait oublié ce que c’était d’être roi.
Tout ce qui allait avec la couronne. Comme une fichue escorte de gardes royaux tous en pied en cap, armés jusqu’au dent face à la menace des sluags et des vampires, qui ne le lâchait plus d’une semelle dès qu’il quittait la petite maison qu’il occupait, plus pour longtemps, avec sa druide. Il avait voulu jouer les solitaires jusque là évitant de foutre les pieds au Sithin et plus encore à la maison à laquelle il appartenait, plus de peur de se retrouver confronté à ses erreurs passées qu’autre chose jusqu’à ce que l’annonce soit faite.
En vérité, il avait été surpris. Il avait conseillé Orel et ses conseils avaient menés au désastre. La colère et l’aigreur le guidait à ce moment là, il avait volontairement mal conseiller le jeune roi, volontairement aiguiller sa folie, voulant le retourner contre son père mais au lieu de ça, il s’en était prit à Lizbeth. Dire que les choses lui avait échappé était un doux euphémisme. Tout n’avait été que de mal en pis. A partir du moment où il avait céder cette couronne à David. Alors qu’on le choisisse lui, après ses terribles erreurs, cela l’avait totalement pris par surprise. Il s’était attendu à ce qu’un des seigneurs soit choisi mais non. C’était lui. L’ancien Haut Roi. Il n’en avait cru ses oreilles. Mais quand il avait vu la garde royale à sa porte le lendemain, il avait dû se rendre à l’évidence.
Cela le gênait de se déplacer ainsi. Bonjour la discrétion. Lui qui voulait apprendre la nouvelle en personne à son fils aîné, le voilà qu’il était annoncé et de très loin par le cliquetis des armures luisantes. Il n’était plus habitué à tout cet apparat. Et ce qui le frustrait le plus dans tout ça c’est qu’il ne voyait pas comment il allait pouvoir continuer à chercher le chaudron. Les nobles ne le laisserait plus aller fouiner partout comme un espèce de détective privé amateur, une sorte d’Indiana Jones un peu foiré. Au lieu de ça, il devait souscrire à l’étiquette, se vêtir de lumière et sourire. Comme si le navire ne menaçait pas de chavirer à chaque instant.
D’accord, d’accord, sa nomination ne devrait pas l’angoisser autant, il avait déjà fait ça, et savait exactement ce qu’il fallait faire. C’était comme le vélo non ? Comme le dessin ? On perdait jamais tout à fait la main. C’était juste une question d’entrainement. Sauf qu’il était convaincu que n’importe quel psy de chez les humains auraient pu le diagnostiquer bon pour les fous. On ne prenait pas un roi qui était bon à enfermer, si ? Il était convaincu que non. Bon sang, maintenant il commençait à paniquer. Il inspira et expira doucement. Si ça ne le dérangeait pas outre mesure de faire ses crises de panique ou de dépression devant sa druide, parce que Nimue n’était pas sa fille, et qu’elle s’occupait de lui comme une infirmière, en revanche montrer ces signes de faiblesses devant les gardes était déjà pas top, mais devant son fils serait une catastrophe. Dagda ne voulait pas affoler Aengus. De toute façon, toute cette angoisse allait finir par disparaître ? Une fois que la couronne serait sur sa tête, il n’aurait plus le choix.
Parvenant devant la demeure de son fils, il senti les odeurs de bouffe, les notes de musiques lui parvenir, avait cru voir des silhouettes à demi dénudé se rhabiller en croyant filer en douce, aussi un immense sourire était venu sur ses lèvres. Son fils savait quand à lui comment faire disparaître l’inquiétude et l’angoisse. Il avait toujours su comment s’amuser. Dagda lui avait perdu la main. Peut-être qu’il devrait faire un stage auprès d’Aengus ? L’idée le fit sourire. Et cela suffit, à éloigner les alarmes et les sirènes, pour le moment du moins.
Quand la porte s’ouvrit, il pu faire à son fils un sourire qui avait l’air à peu près vraisemblable. « Oh je t’en prie, ne puis-je donc vouloir voir mon fils sans que cela ressemble à une visite diplomatique ? » Il fit un signe aux gardes afin qu’ils restent devant la porte. Pas encore habitué à leur présence, il voulait avoir un minimum d’intimité avec son fils. « Tu m’as l’air d’avoir passé du bon temps la nuit dernière. » fit remarquer Dagda en reniflant l’air. Partout où il posait le regard, les signes de cet amusement lui sautait aux yeux. Une lueur d’envie brilla un bref instant, mais disparue bien vite. « Offre moi donc quelque chose à boire, et débarrasse donc deux siège, il faut que je te parle de quelque chose. »


Mad King

“ Life’s but a walking shadow, a poor player
That struts and frets his hour upon the stage
And then is heard no more. It is a tale
Told by an idiot, full of sound and fury,
Signifying nothing.”  ©️ code : Ellaenys. // quote : Shakespeare.  
Revenir en haut Aller en bas
SIDHE SEELIE noble's blood.

C. Kane Ó'Ceallaigh

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 04/02/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1494
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Keagan Rafferty
› L'AVATAR : Alex Pettyfer
› LES CREDITS : Devil
› LA COULEUR RP : Goldenrod

SIDHE SEELIE ∭  noble's blood.

MessageSujet: Re: Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.   Jeu 10 Mar - 13:15
Qui aurait pu dire que ces deux-là avaient un quelconque lien de sang ? L'un n'était que beauté froide et nocturne, vêtu de sombre et de sombre chevelure, droit et fier, noble et digne. Et l'autre n'était que beauté irradiante et solaire, blond comme les blés et drapé d'écarlate, souple et volubile, rieur et tactile. Pourtant l'on admettait à l'automne et l'hiver d'engendrer le printemps et l'été, ce qui résumait bien les choses vis-à-vis de leur parenté. Ils ne se ressemblaient pas mais se complétaient en tout point, et de toute façon ce n'était là qu'apparence et allure. En dedans, les choses étaient bien plus subtiles, bien plus difficiles à définir... D'ailleurs Kane ne perdait pas de temps à cela, définir les choses. Il préférait boire un verre, jouer un peu de musique ou embrasser quelqu'un de beau. C'était bien moins risqué, d'expérience il savait cela.

-Cette nuit, et toutes celles d'avant, répliqua donc le fils de son éternel ton léger, tout en dévoilant ses dents immaculées d'un large sourire entendu.

En Fiona très assumé, il ne dissimulait jamais son amour du plaisir des sens et de toute façon, c'était là tout ce que l'on attendait de lui au fond. Qu'il se prélasse sans la moindre ambition, qu'il soit le plus joli des papiers-peints, le plus ravissant des vases à fleur qu'on n'ait jamais vu de toute son éternité. Soit.

Se détournant de son noble géniteur, il accéda à sa requête, débarrassant rapidement le divan carmin des quelques frusques qui s'y trouvaient encore. Tandis que Dagda prenait place, Kane s'activa a leur trouver deux verres propres, qu'il rempli de l'un de ses meilleurs crus d'hydromel, une bouteille qu'il ne gardait que pour les invités de marque. Le temps de ces quelques gestes, il s'interrogea vaguement sur le sujet qui motivait cette visite paternelle. Il eut bien quelques idées mais préférait les coeurs nets aux spéculations. Revenant vers Dagda, il lui tendit la coupe avant de prendre place à son tour, les bras étendus sur le dossier, les jambes croisées, le sourire chaleureux et confiant.

Pourtant en dedans, il ressentait un petit pincement étrange, comme s'il redoutait la suite. Ce qu'il ne laissa bien entendu pas du tout paraître, relançant la discussion avec bonne humeur.

-Je suis toute ouïe ! ... Sauf si c'est mon consentement pour un remariage que tu es venu chercher, alors la réponse est non ! qu'il blagua avant d'échapper un rire cristallin et léger.





 
the way that it should
I’m holding on to many things passed
To anything that's gonna change my memories back
I’m holding on to everyone good
To everything that's ever been the way that it should→  code : ellaenys.  
Revenir en haut Aller en bas
THE SEELIE SILLY KING ∭ Dada, le serial father de la faërie.

E. Dagda Mac Lochlain

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 18/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 809
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Le trompeur Loki.
› L'AVATAR : Tom Hiddleston
› LES CREDITS : Eden Memories - Tumblr
› LA COULEUR RP : #F6E497

THE SEELIE SILLY KING ∭ Dada, le serial father de la faërie.

MessageSujet: Re: Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.   Jeu 17 Mar - 19:25
Au regard jeté rapidement sur les lieux, Dagda ne doutait pas du fait que son fils ait passé du bon temps. Son existence n’avait connu après tout que la chaleur de l’été et sa frivolité. Il ne connaissait la rigueur de l’hiver ni la mélancolie de l’automne. Et au fond, il ne souhaitait pas que son fils connaisse tout cela. Il avait trop éprouvé l’obscurité pour la souhaiter à quiconque, plus encore à son fils qu’il aimait tendrement. Chaque fois que son regard se portait sur cet être de lumière, il éprouvait un mélange de fierté, d’amour implacable, de tendresse et d’affection éternelle. Même quand son fils avait tenté de lui voler la couronne, il n’avait pu lui en vouloir. Bien sûr, il avait dû l’exiler, son statut de Haut Roi l’y contraignait, mais il savait que son fils rebondirait, qu’il trouverait un autre endroit pour se créer un autre palais des plaisirs sans fin et sans limite. Aengus était un être dont la vie était dédié au plaisir sous toutes ses formes. Il possédait la légèreté et la frivolité de son père sans sa gravité. Peut-être avait-il prit le meilleur. Mais une chose était certaine. Aengus était un enfant de l’amour. Sa mère avait été une des nombreuses maîtresses de Dagda. Ils s’aimaient simplement. Sans songer à l’avenir, sans songer aux conséquences, mais quand elle tomba enceinte, elle se mit à craindre pour sa vie. Dagda savait qu’elle lui avait confié son fils sachant qu’il aurait de sérieuses chances de lui succéder. Dagda en aurait été ravi, mais les choses n’avaient pas tourné ainsi. Peu importait. Dagda aimait tendrement son fils. Et cet amour lui assurait une protection éternelle, car l’ancien dieu du temps, n’avait de limite temporelle dans ses promesses ni dans ses sentiments.

Face à son fils, Dagda avait l’impression d’être un sombre trouble fête. Il avait accepté ce statut difficilement au début, et n’avait certes pas fait preuve d’une grande autorité avec son premier enfant. Ce dernier avait par conséquent un caractère composé autour de l’incapacité de son père à lui témoigner la moindre autorité. Dagda reconnaissait volontiers son erreur, pourtant, il ne pouvait s’empêcher d’estimer que au moins Aengus avait été libre de s’épanouir comme il le souhaitait. Mais, il devait faire preuve d’autorité de temps en temps. Cela le désolait. Il aurait préféré fumer de l’herbe en compagnie de son fils et discuter de tout et de rien avec une légereté inimitable, mais il lui était impossible de faire ainsi. Dagda avait perdu sa frivolité il y a bien longtemps déjà. Aengus n’avait probablement pas de souvenir de cette époque là, il était encore trop jeune. Le prochain roi prit place sur l’un des divans promptement débarrassé par son fils. Une fois assis, un verre ne tarda guère à venir trouver son chemin jusqu’à sa main. Il sourit et fit un petit salut d’un mouvement de tête signifiant merci à son aîné. A la remarque de son premier enfant, il sourit. Un remariage ? Quel idée ! Il avait suffisamment souffert de celui qu’il avait eu avec Morrigan. La mort de cette dernière avait été particulièrement atroce, et totalement de sa faute. Il s’en voulait encore pour cet acte, et sa culpabilité l’avait indéniablement amené aux portes de la folie et permit à l’obscurité d’habiter son âme. Il aurait pu sombrer dans de mornes pensées sans la présence solaire de son fils. Mais en face de son souriant enfant impossible de tomber dans la dépression. Peut-être devrait-il songer à lui trouver un rôle à la cour pour le contraindre à être à ses côtés. Il avait besoin de lui. Mais sans doute pas comme l’espérait son fils.

« Je reconnais bien là ton humour, mon fils. » fit-il en souriant bien qu’un tic nerveux agita son expression. Il sentait les ténèbres se serrer contre son cœur et dû lutter pour ne pas les laisser gagner. Il était dans le temple de la lumière après tout. Son fils avait le pouvoir de le libérer de tout cela. Un bref instant, mais c’est tout ce qu’il demandait. « Non, je suis venu te voir parce que les maisons nobles m’ont choisi pour être le nouveau roi. » Il lâcha sa bombe en observant les dégâts. Mais il n’était pas mesquin à ce point là. Son but n’était pas d’éveillé la jalousie de son fils. Il n’avait pas voulu ce titre ni même espérer. Il croyait que l’échec de Orel l’avait fait persona non grata mais visiblement, non. « J’en suis le premier étonné, mais la décision est prise, et j’ai accepté. » Il n’y avait pas de retour en arrière possible. L’époque était trop sombre pour qu’il laisse ce fardeau à quelqu’un d’autre. Surtout pas à son fils. Il ne voulait pas qu’il lui arrive quoi que ce soit.


Mad King

“ Life’s but a walking shadow, a poor player
That struts and frets his hour upon the stage
And then is heard no more. It is a tale
Told by an idiot, full of sound and fury,
Signifying nothing.”  ©️ code : Ellaenys. // quote : Shakespeare.  
Revenir en haut Aller en bas
SIDHE SEELIE noble's blood.

C. Kane Ó'Ceallaigh

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 04/02/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1494
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Keagan Rafferty
› L'AVATAR : Alex Pettyfer
› LES CREDITS : Devil
› LA COULEUR RP : Goldenrod

SIDHE SEELIE ∭  noble's blood.

MessageSujet: Re: Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.   Dim 20 Mar - 13:28
Kane souriait encore à la petite note d'insolence qu'il s'était tout juste permise lorsque son père en vint au fait des raisons de sa venue. Voilà qui, s'il en était besoin, venait confirmer cette rumeur humaine qui prêtait aux Feys une franchise déconcertante. Si déconcertante que même lui, que l'on ne pouvait pas rendre plus Fey qu'il ne l'était déjà, s'en trouvait parfaitement déconcerté, et ce n'était pas rien de le dire.
C'était un sentiment détestable et déroutant d'ailleurs, lorsque l'on y était pas réellement habitué. Brutal et piquant comme une gifle. Et lui qui avait pour religion consacrée de ne jamais perdre de sa superbe s'en retrouvait pantois et tout prostré de silence. Sans même le sentir, le sourire précédent s'était lentement mit à fondre, jusqu'à ce que les traits délicats n'affichent plus qu'une neutralité un peu grave.

Il déglutit et remarqua la sécheresse de sa gorge et l'accélération notable de son rythme cardiaque. Autant de détails qui trahissaient non seulement la surprise, mais aussi et surtout le vertige qui ne tarderait plus à prendre possession de ses sens. Car la nouvelle n'était pas anodine, que cela soit vis-à-vis de son père, vis-à-vis des Seelies, ou vis-à-vis de lui-même... C'était une nouvelle qui venait soudainement changer toute la donne, une nouvelle dont l'impact serait majeur, si majeur qu'il était encore impossible d'en mesurer l'ampleur réel, tant dans la vie personnelle de sa famille qu'au niveau politique et général.

De toute façon, avant de pouvoir analyser tout cela, il allait falloir qu'il encaisse ce qui venait de lui être projeté au visage. Ses regrets, ses plus cuisants échecs, toute l'amertume et l'aigreur de l'humiliation, cette infâme culpabilité corrosive, les vieilles jalousies, et l'impression accablante d'avoir à jamais raté le coche du Destin.
C'était à la fois ironique et cruel. Tant de temps s'était écoulé, tant de siècles et plusieurs vies, plusieurs guerres. Et pourtant les voilà qui se retrouvaient exactement au même point, comme si l'unique chemin possible était celui qui tourne en rond. Comme les planètes, comme les soleils et comme les galaxies.

Soit.
Il leva sa coupe en l'air comme on porte un toast, puis la menant à ses lèvres, la termina cul sec. Ce fut comme une bulle qui cède à l'intérieur de son esprit. Plop ! Et le silence pesant qui s'allongeait depuis l'annonce de Dagda se vit briser d'un rire un peu fou, mais pas feint.
Comme l'on ne pouvait guère faire plus Seelie que lui, il était obligé de reconnaître qu'il y avait aussi quelque chose de cocasse là-dedans. C'était pathétique et déconcertant, mais c'est ce qui rendait la chose si amusante. Il fallait avoir le sens de l'humour pour manier correctement l'ironie, et comme l'avait fait remarqué son père, Kane ne manquait pas d'humour, même lorsqu'il était la victime de la plus vilaine farce qui existe.

-Je t'avoue humblement que je ne l'avais pas vu venir, finit par soupirer Kane sans dépeindre de son sourire. Des félicitations s'imposent.

Mais elles allaient devoir attendre un peu tout de même car d'autres choses se devaient d'être dites entre eux, et le plus rapidement serait le mieux.
Déjà, quelques angoisses sournoises venaient poindre au fond de ses tripes et il ne pouvait se résoudre à porter ce poids plus de quelques minutes.

La dernière fois que Dagda avait été Roi, il avait tenté de lui usurper le trône, et avait échoué, le menant à l'exil. Si Dagda l'avait rappelé à ses côtés près de mille ans plus tard, c'est parce qu'il avait abandonné son trône. Dès lors, si le Roi reprenait son trône, l'exilé se devait-il de reprendre son exil ... ?

-Est-ce que tu es venu me demander de partir ?

Il ne souriait plus du tout à présent, ni s'osait fixer son géniteur dans les yeux. Il observait le fond de son verre vide sans le voir, le coeur serré dans l'attente d'une réponse.




 
the way that it should
I’m holding on to many things passed
To anything that's gonna change my memories back
I’m holding on to everyone good
To everything that's ever been the way that it should→  code : ellaenys.  
Revenir en haut Aller en bas
THE SEELIE SILLY KING ∭ Dada, le serial father de la faërie.

E. Dagda Mac Lochlain

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 18/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 809
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Le trompeur Loki.
› L'AVATAR : Tom Hiddleston
› LES CREDITS : Eden Memories - Tumblr
› LA COULEUR RP : #F6E497

THE SEELIE SILLY KING ∭ Dada, le serial father de la faërie.

MessageSujet: Re: Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.   Mer 30 Mar - 19:36
Impartial, parfois froid quand il tenait son rôle de Haut Roi, mais jamais il n’avait été cruel. Pourtant dans les faits, balancer la nouvelle ainsi, de manière aussi sèche, sans aucun préparatif, c’était peut-être bien de la cruauté. Dagda n’avait cependant pas voulu blessé son fils. Mais celui-ci avait par le passé tenter de lui voler le trône. L’ambition qui l’animait alors semblait avoir disparue. De l’eau avait coulé sous les ponts, et l’ancien Haut Roi ne conservait aucune rancune vis à vis de son fils. Il lui avait pardonné cet écart d’autant qu’il avait été puni pour cela. Même s’il avait trouvé matière à transformer son exil en un honorable et mémorable voyage en Grèce, trouvant le moyen d’y devenir un Dieu, il n’en demeurait pas moins qu’il avait respecté la volonté de son père, le roi. En vérité, il croyait en la bonne volonté et la loyauté de son fils, en son amour qu’il percevait dans son regard, mais s’il devait être roi, il lui fallait agir comme tel, comme un politicien, comme un homme d’état. Lâcher la bombe et en observer les effets, c’était la seule manière de s’assurer la réaction de son fils, de s’assurer qu’il n’avait aucune raison de douter de lui. En ces temps obscurs qui s’annonçait, il ne pouvait se payer le luxe de douter de son fils. Il avait besoin de lui à ses côtés. Il espérait que Aengus comprendrait.

Scrutant le visage de son fils, il y chercha le moindre signe avant coureur d’une possible trahison. Comme si tu avais perçu quoi que ce soit à l’époque. Peut-être n’avait-il jamais été en mesure de comprendre son fils. Encore aujourd’hui, il ne comprenait ce qui avait motivé Aengus. Il n’était pas idiot, il savait que son père reviendrait, et qu’il reprendrait la couronne. Espérait-il qu’il s’en serait lassé ? Dagda n’aurait laissé son fils subir ce poids pour rien au monde. Si son fils brillait, tel un astre lumineux, c’est parce qu’il n’avait jamais connu le poids des responsabilités, que rien n’avait brisé ses rêves, qu’aucune décision difficile ne l’avait coupé des siens. Il voulait peut-être t’en soulager. Au fil des siècles, Dagda avait cherché des milliards d’excuses à l’acte de son fils. En vérité, il se refusait de l’accabler. Il l’aimait trop pour cela. Aengus était tout ce qu’il avait été et n’était plus, l’être solaire, l’espoir de la faerie, lumineux, beau. Quand il leva son verre, Dagda perçu chez son enfant une mine déconfite. La nouvelle semblait difficile à digérer. L’exercice l’épuisait. Il n’avait qu’une envie, lui confier à quel point il avait besoin de lui, au lieu de le scruter comme s’il était un potentiel ennemi. Il se refusait à considérer ainsi son fils.

Aussi à la question légitime de son fils, le prochain roi des Seelie observa son fils sans plus de jugement ni de méfiance, sans plus de scrutation interminable, avec simplement une question en suspend, une question à laquelle de tout cœur il ne souhaitait qu’une seule réponse. Tout ce qu’il voulait c’était n’avoir aucune raison de douter de Aengus, et lui offrir la place qu’il désirait à ses côtés. « Est-ce que je devrais? » demande-t-il en questionnant son fils. Si dans ses yeux se lit une supplique silencieuse, sa voix elle ne tremble pas. Il ne rejette pas ses sentiments, les mets juste en veille. Il est tout autant homme d’état que père. Mais la question demeure. Doit-il douter de son fils ?


Mad King

“ Life’s but a walking shadow, a poor player
That struts and frets his hour upon the stage
And then is heard no more. It is a tale
Told by an idiot, full of sound and fury,
Signifying nothing.”  ©️ code : Ellaenys. // quote : Shakespeare.  
Revenir en haut Aller en bas
SIDHE SEELIE noble's blood.

C. Kane Ó'Ceallaigh

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 04/02/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1494
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Keagan Rafferty
› L'AVATAR : Alex Pettyfer
› LES CREDITS : Devil
› LA COULEUR RP : Goldenrod

SIDHE SEELIE ∭  noble's blood.

MessageSujet: Re: Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.   Jeu 7 Avr - 20:13
Ce fut le silence du fils qui succéda à la question du père. Sans doute aurait-il mieux valut fournir une réponse spontanée, rassurer son géniteur du tac au tac et ponctuer le discours de jamais plus et de pour toujours. C'était en tout cas ce que Dagda aurait souhaité se voir répondre, cela il pouvait aisément le lire dans son regard et l'entendre résonner dans le silence vibrant qui planait entre eux. Pourtant, sa nature de fey lui rendait étrangère la notion du mensonge, et dans son cas, une quelconque spontanéité sur le sujet n'aurait pu être que feinte.

Encore aurait-il fallut qu'il ait lui-même connaissance de la réponse à fournir. Or ce n'était pas le cas. Il fallait donc qu'il la détermine dès à présent, à l'improviste et au pied du mur.

Assurément, une part de lui continuait à se rêver tout auréolé de gloire, couronné d'or et de gemmes, baigné de Lumière Divine dans une perpétuelle félicité de beauté et d'amour. Il avait même frôlé cette vision du doigt fut un temps, s'était senti comme embrassé par le Destin. Mais il n'y avait rien ni personne que le temps consente à épargner, même eux qui ne mourraient point. Ce que les années offraient, elles pouvaient aussi le reprendre, et plus le sable continuait de s'égrainer plus le chemin devenait sombre et escarpé. Non seulement pour lui, mais également pour tous les habitants du Songe. Il avait rêvé d'être le roi des rois à l'époque où être roi signifiait encore quelque chose. Il avait voulu plus que cela d'ailleurs. Il avait voulu devenir le roi des Dieux.
Mais les Dieux étaient morts aujourd'hui. Le temps les avait tués, ne laissant derrière qu'une bande de vieilles âmes décadentes, reléguées sur leur île de misère, et acculées par un monde moderne qui ne voulait plus d'eux. Ses souhaits les plus profonds n'avaient donc plus lieux d'être, car ils appartenaient à une époque révolue et n'étaient plus que quelques pensées ressassées lors des mauvais jours, quelques chimères moqueuses qui contrariaient parfois ses nuits.

En d'autres termes, il avait perdu l'ambition qui l'avait autrefois caractérisé. Cette faim fougueuse et inspirée qui lui avait donné des envies de sommets, des envies de grandes choses. Cette petite lumière qui, maturée comme il faut, canalisée à bon escient, aurait pu faire de lui quelqu'un, et non plus le fils de.
Force lui était de constater qu'il avait tout simplement raté le coche. Il s'était laissé conseiller par les serpents, il s'était laissé bêtement utiliser, et il avait ainsi gaspillé toutes ses chances. Au lieu de seconder son père à l'époque, au lieu de se mettre en avant et de lui prouver toutes ses innombrables valeurs, au lieu d'incarner jusque dans ses os ce que l'on espérait d'un roi afin de le devenir, il avait tout fait à l'envers, trop impatient, trop jaloux d'Ogma, trop sot.

Là était donc sa réponse. Déplaisante à souhait mais honnête. Aussi décida-t-il de ne pas faire languir plus longtemps son géniteur : il ébaucha un demi-sourire las, ses yeux de turquoise et d'or finalement dressés vers le visage noble de son père.

-Non.

Le principal étant dit, il s'autorisa quelques brèves secondes encore, afin de trouver les bons mots, lui, le poète désenchanté qui aimait tant à les manier avec art.
Tu parles.

-C'est cela que je suis aujourd'hui, expliqua l'Apollon en désignant son intérieur. Brouillon et baroque, excessif et vide tout à la fois, voilà ce qu'inspirait son chez lui. L'amuseur publique, avec pour seule ambition de passer le temps et que le temps me passe. A nouveau, il afficha un sourire tout aussi plaisant que aigre, la mine accompagnée d'un geste désinvolte.

Puis il y eut encore un temps mort avant qu'il n'ajoute, la tête baissée sur son verre vide à présent :

-Mais. J'aurai pu y arriver tu sais ? A l'époque. Je veux dire... si les choses avaient été différentes et si - si j'avais été encadrés des bonnes personnes - il eut une petite pensée pour Fial, quand bien même était-elle hors contexte avec ce sujet - ... je n'aurais pas été un mauvais roi.

Et même si la phrase avait été prononcée comme une affirmation, quelque chose d'éthéré et de subtile flottait dans l'air : l'éternelle attente de l'approbation paternelle.




 
the way that it should
I’m holding on to many things passed
To anything that's gonna change my memories back
I’m holding on to everyone good
To everything that's ever been the way that it should→  code : ellaenys.  
Revenir en haut Aller en bas
THE SEELIE SILLY KING ∭ Dada, le serial father de la faërie.

E. Dagda Mac Lochlain

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 18/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 809
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Le trompeur Loki.
› L'AVATAR : Tom Hiddleston
› LES CREDITS : Eden Memories - Tumblr
› LA COULEUR RP : #F6E497

THE SEELIE SILLY KING ∭ Dada, le serial father de la faërie.

MessageSujet: Re: Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.   Mar 19 Avr - 17:06
L’attente fut abominablement longue, interminable, et ce fut une torture d’attendre mais quand le non tomba, le soulagement le rempli d’aise si bien qu’un sourire naquis sur ses lèvres qui étaient devenue blanches à force d’être crispées, serrées l’une contre l’autre. Il n’aimait pas douter ainsi de son fils, pas plus qu’il n’aimait cette distance qu’il y avait dorénavant entre eux. Il aimait encore son fils, autant qu’avant, il l’avait toujours adoré plus que de raison, mais il devait mettre cette barrière, cette détestable distance, et cette horrible froideur entre eux, pour le bien être de cet enfant qu’il a trop gâté, trop aimé, trop adoré. L’éducation de son fils faisait parti de ses innombrables regrets. S’il avait prêté plus attention à lui, à ce qu’il devenait peut-être qu’aujourd’hui ça serait lui qui règnerait, peut-être qu’il aurait pu faire de lui un Haut Roi au moment où il avait prit sa retraite. Il regrettait tant de choses. Mais au moins pouvait-il encore agir sur l’avenir. Il ne voyait plus aucune ambition chez son fils mais après tout il n’en avait jamais vu. Dagda avait été longtemps terriblement aveugle avec Aengus. Il l’aimait trop pour réaliser que son fils était jaloux d’Ogma, jaloux de cette couronne, désireux d’être plus que le fils du haut roi. Il n’avait pas compris. Sans doute n’avait-il jamais compris réellement son fils. Ils étaient si différent l’un de l’autre. Pourtant, il voulait le comprendre, il l’aimait trop pour renoncer.

L’appartement en désordre était sa seule ambition ? Dagda essaya de ne pas afficher trop sa déception. Il espérait sincèrement que son fils avait d’autres ambitions que de s’enivrer chaque jour, baiser chaque jour, jouer et faire la fête à longueur de nuit et de journées. Il savait que ces plaisirs simples suffisait à son enfant mais cet enfant qu’il avait gâté et comblé avait aussi tenté de s’emparer de son trône. Un jour, il avait voulu plus que les fêtes superbes, les habits de brocards et d’or, plus que les défilés et les jouissances que la cour offrait. Et ce souvenir là hantait encore le jeune fey comme il en témoignait à cet instant. Dagda secoua la tête en entendant son fil évoqué cette tentative raté. « Si tu avais suivi le chemin pour me succéder, oui, tu aurais fait un bon roi. » répondit Dagda en essayant de ne pas être trop paternaliste mais sans vraiment y parvenir. Définitivement il ne sera jamais un père idéal pour son fils adoré. Il était soit trop gentil soit dur ne parvenant jamais à trouver le bon ton, le bon équilibre. « C’est autant la faute de ton impatience que celle de mon aveuglement. Je n’ai pas été un père à la hauteur de tes ambitions Aengus. Pire, je n’ai même pas vu que tu aurais voulu me suivre dans mes pas. Je pensais que la couronne ne t’intéressait pas, que tout ce qui trouvait de la valeur à tes yeux était ces fêtes sans fin. » Il secoua la tête. Allait-il répéter la même erreur encore une fois ? Aengus disait vouloir passer le reste de son existence à faire la fête mais était-ce vrai ? « Tu sais, au vu de la situation actuelle, je vais avoir besoin de personne de confiance, et surtout de personnes qui soient capables de croire qu’il y a encore un espoir. Tu incarnais quelque chose auquel les humains croyaient en Grèce, tu incarnais l’espoir, l’amour, la vie. Si j’avais besoin de toi à mes côtés, accepterais-tu de m’épauler ? » Cette fois-ci il ne serait pas aveugle, il était prêt à écouter son fils, à lui prêter une oreille, et plus encore. Ce n’était pas des paroles en l’air, ni une sorte de sécurité pour s’assurer que son fils ne le trahirait pas, de toute façon il n’aurait pu lui mentir, et il avait réellement foi en lui. Il était prêt à lui apprendre la politique s’il le voulait encore.


Mad King

“ Life’s but a walking shadow, a poor player
That struts and frets his hour upon the stage
And then is heard no more. It is a tale
Told by an idiot, full of sound and fury,
Signifying nothing.”  ©️ code : Ellaenys. // quote : Shakespeare.  
Revenir en haut Aller en bas
SIDHE SEELIE noble's blood.

C. Kane Ó'Ceallaigh

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 04/02/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1494
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Keagan Rafferty
› L'AVATAR : Alex Pettyfer
› LES CREDITS : Devil
› LA COULEUR RP : Goldenrod

SIDHE SEELIE ∭  noble's blood.

MessageSujet: Re: Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.   Lun 2 Mai - 0:53
Il se l'avouait à peine, mais l'assentiment de son père lui procura tout d'abord une vague de soulagement qui lui tira un faible soupire. Dans ses yeux de fils, la parole du Dagda faisait office de vérité toute puissante, et si son père consentait à admettre son potentiel, alors le potentiel lui-même prenait toute sa dimension. C'était la preuve irréfutable que ses actes d'autre fois n'avaient pas juste été le caprice d'un enfant trop gâté, ou les élucubrations d'un imbécile aux fréquentations nuisibles. Ses actes n'avaient été que l'expression de capacités frustrées mais tangibles, et qu'on lui reconnaissait enfin.

Malheureusement il y avait une ombre à tout cela. Il y en avait toujours une. Une pensée qui venait mettre en doute toutes ces belles conclusions qui arrangeaient bien son égo, qui venaient surtout le faire douter du jugement de son père.
Le fait est qu'il avait bel et bien été un enfant trop gâté, et il le savait car la chose lui avait nuit bien des fois dans sa vie de Fey. Après quatre milles ans, il y avait des choses sur lesquelles il devenait difficile de se mentir de manière concluante... celle-là en faisait partie. Il avait nié cette vérité des millénaires durant, mais le temps avait eut raison de ses œillères. De certaines du moins. De celles-là pour sûr.

Et par qui avait-il été ainsi choyé et sûr-choyé ?
Par son bien aimé père évidemment. Pouvait-on lui reprocher quoi que ce fût à ce sujet ? N'avait-il pas tout simplement trop bien joué son rôle, en le cantonnant à sa bulle d'or ? En le préservant systématiquement de toutes responsabilités accablantes, de toutes tâches ingrates quelles qu'elles soient ? En lui permettant de jouir de tous les plaisirs et selon ses moindres  désirs ? Contrairement à lui-même, Dagda avait toujours été un père digne de ce nom, qui ne souhaite rien de plu que le meilleur à sa descendance. Sa position de roi lui avait octroyé tous les moyens pour le faire et aucun habitant du Songe ne pouvait se vanter d'enfance plus dorée que la sienne.
Si dorée qu'il avait ignoré durant des siècles qu'il ne suffisait pas d'avoir envie de quelque chose pour l'avoir. Il n'avait apprit cela qu'au moment de son exil, de la manière forte...

Et voilà que le Dagda devenait roi à nouveau, et qu'il s'échouait ainsi sur son divan, en lui assurant qu'il possédait la graine des rois, que les échecs du passé étaient pour ainsi dire de sa faute, et pratiquement qu'il avait besoin de son aide pour régner... Sans doute que d'ici une dizaine de minutes, Fial frapperait à sa porte pour lui déclarer un amour éternelle et lui offrir son corps en gage de bonne foi, puisque les voeux les plus chers semblaient mystérieusement se réaliser aujourd'hui.

-... J'espère que tu n'es pas entrain de verser dans le paternalisme Père, et que tu ne me dis pas tout cela car tu penses que c'est ce que j'ai besoin d'entendre. Je n'ai plus mille ans tu sais ? Je suis parfaitement capable de recevoir une vérité déplaisante, avait répondu le grand blond, l'oeil un rien méfiant.

Et tout en se disant, il s'était brusquement relevé, afin de se resservir machinalement un verre.

-Je ne remet pas en doute tes paroles, radoucit ensuite Kane tout en venant distraitement se rasseoir. Je m'interroge simplement sur tes motivations... J'ai passé beaucoup de temps à essayer de résigner ce genre de désirs en moi, tu parles de vieilles portes poussiéreuses et condamnées depuis des siècles. Je veux bien les rouvrir si tu me le demande, si tu as besoin de ce qui se trouve derrière, mais... je ne veux pas réaliser ensuite que tu essayais simplement de me faire plaisir, termina-t-il, avant d'aussitôt changer d'avis et de faire un ajout : Je refuse également de faire poterie, en incarnant sagement l'amour et l'espoir dans un coin de la pièce comme un joli bouquet de fleurs. J'en ai assez de cet exercice.

Il trouvait que la fin de son discours sonnait presque comme une liste de conditions, et d'une certaine manière c'était peut-être un peu le cas. Aucune ingratitude là-dedans, que du contraire. Il avait attendu toute une éternité pour cela, finissant même par arrêter d'attendre. Il ne voulait en aucun cas se voir habiter du moindre doute, et jouir à la place de l'assurance que tout cela était bien réel.




 
the way that it should
I’m holding on to many things passed
To anything that's gonna change my memories back
I’m holding on to everyone good
To everything that's ever been the way that it should→  code : ellaenys.  
Revenir en haut Aller en bas
THE SEELIE SILLY KING ∭ Dada, le serial father de la faërie.

E. Dagda Mac Lochlain

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 18/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 809
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Le trompeur Loki.
› L'AVATAR : Tom Hiddleston
› LES CREDITS : Eden Memories - Tumblr
› LA COULEUR RP : #F6E497

THE SEELIE SILLY KING ∭ Dada, le serial father de la faërie.

MessageSujet: Re: Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.   Mar 3 Mai - 19:53
En vérité, Dagda était étonné de la sagacité de son fils. Il est vrai qu’il aurait pu lui dire tout cela pour s’assurer que son fils ne sombrerait pas à nouveau dans d’obscur penchants qui l’obligerait à nouveau à l’envoyer en exil, ou simplement lui chercher une occupation digne de ce nom, après tout, l’ancien Haut Roi avait toujours traité son fils comme s’il avait été son enfant légitime et aurait tout fait afin que la cour en fasse autant. Le futur roi était capable d’ignorer ostensiblement les traditions et les lois des cours quand il s’agissait de laisser parler son cœur. Etant seelie, son cœur le gouvernait, et lui faisait, parfois, faire de mauvais choix. Il aimait trop son fils pour réaliser qu’il l’avait gâté et ainsi sans le savoir l’avait orienté vers ce destin d’exilé, comme il avait laissé son orgueil parler quand il avait épousé Morrigan. Mais c’était sans nul doute l’amour qu’il portait à ses enfants qui l’avait empêché de mettre fin à ses jours quand plus tard, son grand amour l’abandonna. Ses enfants étaient ce qu’il avait de plus précieux à ses yeux. Et il était vrai qu’il ne pouvait laisser son fils sans occupation de crainte qu’il ne fasse à nouveau de mauvais choix. Mais il était tout aussi vrai qu’il croyait en la capacité de son fils à agir comme un prince au sens politique du terme même s’il était probablement le seul à le croire.

A la manière dont son enfant s’était levé pour se resservir sans même lui proposer un verre tout en lui parlant comme l’aurait fait un noble, avec un ton un brin trop arrogant aux yeux de Dagda qui pensait ses décisions toujours juste, défaut de haut roi visiblement, il se demanda s’il se trompait, un bref instant. Mais à mesure que son fils solaire parlait, il comprit que ce qu’essayait de dire maladroitement son héritier c’était qu’il y avait là de vieilles blessures qu’il n’était pas certain de vouloir rouvrir. Il avait clairement renoncé à ses anciennes prétentions. Mais indéniablement, son fils portait néanmoins suffisamment d’ambition dans son cœur pour annoter la proposition d’une condition. Dagda avait soulevé un sourcil en écoutant Kane. Son fils flirtait avec l’insolence sans jamais verser complètement dedans. Tout autre personne lui aurait parlé ainsi, à sa cour, sous sa future autorité, il aurait prit ses dispositions afin d’éviter que la situation se réitère avec fermeté. Car c’est ce qu’il était, avec tout le monde, ferme, sûr de lui, autoritaire quand il le fallait, main de fer dans un gant de velours mais avec son fils sa personnalité de roi s’effaçait pour laisser place à une patience infinie, une trop douce générosité, et un élan du cœur qui lui remuait toujours les trippes. Il ne pouvait dire non à son fils pas plus qu’il n’était capable de faire preuve d’autorité. Aussi laissa-t-il couler.

« Dois-je comprendre que ma proposition t’intéresse ? fit-il avec un air légèrement amusé. Mieux valait rire de l’audace de son fils que d’en pleurer, n’est-ce pas ? Avec cette attitude, il n’était guère étonnant que Kane eut été tenté de lui usurper la haute couronne. En vérité, je m’inquiète effectivement pour toi, fils, mais cela ne m’empêche nullement de croire en tes capacités. Mes sujets ont été éprouvé par la guerre, subi un exil, et sont encore sous la menace constante des humains, vivent dans la peur de ce que pourraient leur faire les vampires s’ils sortaient de leur cachette. Je peux les diriger, régner comme je le faisais, mais j’ai besoin de les inspirer, de leur redonner foi, et surtout la force d’affronter ce qui les attend. Et je crois que pour cela, tu as tous les talents requis pour me venir en aide. Dis moi si je me trompe. »


Mad King

“ Life’s but a walking shadow, a poor player
That struts and frets his hour upon the stage
And then is heard no more. It is a tale
Told by an idiot, full of sound and fury,
Signifying nothing.”  ©️ code : Ellaenys. // quote : Shakespeare.  
Revenir en haut Aller en bas
SIDHE SEELIE noble's blood.

C. Kane Ó'Ceallaigh

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 04/02/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1494
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Keagan Rafferty
› L'AVATAR : Alex Pettyfer
› LES CREDITS : Devil
› LA COULEUR RP : Goldenrod

SIDHE SEELIE ∭  noble's blood.

MessageSujet: Re: Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.   Dim 8 Mai - 22:27
Evidemment que la proposition l'intéressait...
Mais elle l'intimidait tout autant, et malgré l’incommensurable ego qu'il se traînait depuis presque toujours, la vie et ses aléas avaient creusés des failles dans son armure d'or, comme l'eau creuse lentement son lit dans la terre. Il faisait une différence claire entre ce qu'il avait été autrefois, et ce qu'il était aujourd'hui. Le temps ne l'avait pas épargné malgré son air juvénile, et il ignorait si ce qu'il avait perdu en chemin était définitif ou s'il y avait encore une chance de raviver quoi que ce soit. Le simple fait que son père lui affirme avoir foi en ses capacités mettait en lumière son propre manque de confiance. Il se sentait plutôt comme l'une de ces vieilles rock star avec qui il avait copiné aux Etats-Unis, un has been sur le retour, incapable de passer à autre chose, soit par fierté soit par aveuglement. Ce n'était pas ce qu'il avait envie d'être pourtant. Ce quotidien lui pesait au point de ne même plus chercher à en sortir et de se laisser écraser par lui.

On aurait pu croire que dans un tel état d'esprit, l'hésitation n'était pas de mise lorsqu'on venait à vous avec une porte de sortie toute désignée. Alors pourquoi cette retenue ? Cette pression qui l'empêchait de répondre un oui franc sans tergiverser ?
La peur de ne pas être à la hauteur, s'entendit-il répondre mentalement.

Voilà des siècles entiers qu'il n'avait plus eut la moindre responsabilités a assumer, la moindre position d'influence pour personne. il craignait de ne plus savoir comment faire et d'avoir l'air d'un parfait incompétent. Sa réputation n'avait certainement pas besoin d'être plus enlaidie qu'elle ne l'était déjà... Le regard des autres avait toujours beaucoup d'importance pour lui, et comme il avait bien conscience de l'image qu'il renvoyait aux gens, il préférait ne pas aggraver les choses en se ridiculisant. Dans certain cas, le ridicule était en effet mortel, contrairement aux rumeurs qui affirmaient le contraire.

-J'ai eu les talents oui,... confirma Kane à son père, tout en formulant tout de même la chose au passé.

Et c'était vrai d'ailleurs. Il n'était pas simplement chanteur ou poète, il était tout d'abord orateur, qui maniait les mots et se laissait manier par eux, et il n'avait jamais connu plus grande félicité que lorsqu'il avait jadis captivés les foules de sa simple voix, sans même user de sa Main de Pouvoir. L'idée de pouvoir utiliser ce talent à des fins glorieuses l'emplissait d'un sentiment avide qu'il avait presque oublié.

-J'imagine que je n'ai pas tout perdu, si ce n'est le standing, reprit le fils d'un ton emprunt de cynisme, juste avant que son expression ne change, maintenant teintée d'un peu de doute et d'un brin de culpabilité tandis qu'il lorgnait en direction de son père, sans pour autant le regarder dans les yeux : ... je crois... que j'ai un peu peur que mon manque de crédibilité n’entache la tienne si les nobles te voient me confier la moindre charge un tant soit peu sérieuse. Tu sais comment ils sont, je ne veux pas que tu te complique la tâche, je ne veux pas non plus que tu t'attire les ressentiments de qui que ce soit même si... c'est vrai que j'aimerai avoir quelque chose à faire qui ait - je ne sais pas, un petit peu plus de sens, je suppose ? Fut un temps ou j'aurai littéralement tué pour t'entendre me proposer quelque chose de ce genre - d'ailleurs je l'ai fais, sourit-il, presque amusé par ce lent retournement de situation.

Il se souvenait encore du temps où son but dans la vie était d'attirer l'attention du Dagda. Il avait organisé un nombre incalculable de tournois de tire à l'arc, de grandes chasses, quelques sauvetages héroïques et autre intervention Divine qui lui avaient valu une place en tant que Tuatha et son propre culte chez le peuple celte. Cela n'avait pourtant jamais été suffisant et il n'était jamais parvenu à s’immiscer dans les affaires sérieuses du royaume. Il était désarmant de constater à quel point les choses se mettraient en place de manière impromptue, près de 3000 ans plus tard, après tant d'épisodes à cette saga...

-Il n'y a rien que j'aimerai plus que de pouvoir t'épauler comme je le peux dans tes charges, c'est juste... qu'ils seront nombreux à devoir être convaincu par cette idée, et que la chose ne m'enchante pas comme tu t'en doutes, avoua l'éphèbe, sa superbe momentanément au placard.




 
the way that it should
I’m holding on to many things passed
To anything that's gonna change my memories back
I’m holding on to everyone good
To everything that's ever been the way that it should→  code : ellaenys.  
Revenir en haut Aller en bas
THE SEELIE SILLY KING ∭ Dada, le serial father de la faërie.

E. Dagda Mac Lochlain

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 18/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 809
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Le trompeur Loki.
› L'AVATAR : Tom Hiddleston
› LES CREDITS : Eden Memories - Tumblr
› LA COULEUR RP : #F6E497

THE SEELIE SILLY KING ∭ Dada, le serial father de la faërie.

MessageSujet: Re: Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.   Sam 14 Mai - 0:09
L’humilité de son fils l’étonnait. Peut-être l’image qu’il en avait était-elle faussée par toutes ces fêtes, cette insouciance qu’il enviait autant qu’elle le courrouçait. Son fils s’était taillé une réputation d’homme sans la moindre prétention de responsabilité, pire, les fuyant. Entre les enfants abandonnés partout dans le monde, et son comportement de fey ne sachant rien faire d’autre que festoyer et s’amuser, il était certain que son père était sans doute le seul à croire en ses capacités à l’aider. Pourtant, Aengus avait hérité de lui, de son charme indéniable qui était plus manifeste encore chez son fils parce qu’il avait hérité de la chaleur de sa mère, de sa douceur, de son innocence aussi, cette inconscience qu’il possédait avait été celle de sa mère auparavant. Cette sidhe qui s’amusait de tout, d’un rien, riait à la moindre plaisanterie du son haut roi, mais qui était simplement terrorisée par la reine fantôme. Il ne pouvait s’empêcher de la voir en son fils. Curieusement, il ne lui en avait jamais voulu d’avoir abandonner leur enfant à ses soins. Il savait qu’elle avait agit au mieux avec son caractère et il était mieux placé que quiconque pour savoir qu’on ne pouvait se débarrasser totalement de ses défauts.
En vérité, il ne pensait pas être digne, pas plus que son fils. Quand il avait appris qu’ils l’avaient choisi, il en avait été le premier surpris. Les nobles avaient sans doute perdu la tête en agissant ainsi avait été sa première pensée et il continuait à le croire. Il doutait même de sa capacité à rester totalement sain d’esprit. C’était aussi pour cela qu’il avait besoin de son fils mais il ignorait s’il pouvait lui faire confiance sur ce point là. Au moindre signe de folie dévastatrice, est-ce qu’il n’en profiterait pas pour prendre le pouvoir et le reléguer au statut si particulier qui était celui des fous, c’est à dire position de pithie, de visionnaire, adoré pour leurs visions, mais mis à l’écart de toute décision, de toute responsabilité. Il ne pouvait s’empêcher d’être terrorisé à cette idée tout en sachant qu’il serait plus sage de renoncer au pouvoir, et de céder dès maintenant la couronne à un autre. S’il avait peur de faire confiance à son propre fils, en qui pourrait-il se confier ? Anava avait besoin d’être libre, il devait cesser de se reposer sur elle à chaque fois que sa raison fichait le camp. Mais de cela, il ne pouvait encore en parler à son fils. Lui aussi marchait sur un terrain incertain.
« Tu n’es pas le seul à t’être trompé, fils, tu n’es pas le seul à avoir un blason à redorer. Nous avons tous fauté à un certain niveau. Même les ministres, même les maisons nobles, ils ont laissé Orel nous mettre dans cette guerre. Certains auraient aimé m’en attribuer la responsabilité, mais nous avons tous participé ou pire, laissé faire. » Il se leva en regardant son fils droit dans les yeux. « Je peux t’aider si tu le veux, à leur prouver ta valeur. J’ai toujours voulu que t’enseigner ce que je sais, t’apprendre les ficelles du métier, mais tu ne semblais pas t’y intéressé. J’ai été aveugle, fils, mais maintenant j’ai les yeux grands ouverts. Et je me fiche bien de ce que pensent les autres, tu es mon fils, tu dois être à mes côtés. »


Mad King

“ Life’s but a walking shadow, a poor player
That struts and frets his hour upon the stage
And then is heard no more. It is a tale
Told by an idiot, full of sound and fury,
Signifying nothing.”  ©️ code : Ellaenys. // quote : Shakespeare.  
Revenir en haut Aller en bas
SIDHE SEELIE noble's blood.

C. Kane Ó'Ceallaigh

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 04/02/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1494
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Keagan Rafferty
› L'AVATAR : Alex Pettyfer
› LES CREDITS : Devil
› LA COULEUR RP : Goldenrod

SIDHE SEELIE ∭  noble's blood.

MessageSujet: Re: Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.   Lun 30 Mai - 21:44
Le roi en devenir s'était finalement relevé, solennel, déployant sa haute silhouette drapée de charisme. Suivant le mouvement du regard, le fils dressait à présent le menton pour observer le père et boire du même coup ses paroles. Dans sa poitrine, son coeur palpitait plus fort que d'habitude et ses poumons semblaient chercher l'air alors qu'il respirait pourtant plus profondément qu'à la normale. Ce n'étaient jamais que les affects physiques de l'incrédulité et du soulagement, mêlé à cette adoration fébrile que lui avait toujours inspiré son géniteur. Comment ne pas l'aimer alors que de son propre chef, il se présentait à lui dans le seul but de le libérer de quelques antiques démons qui l'avaient presque hantés de tout temps ? Il se sentait comme délivré d'un poids, d'une culpabilité semblable à une écharde qui se coince, s'infecte lentement et plonge toujours plus profondément sous la peau. Et faisant place à tout cela s'éveillait en lui un tout nouveau sentiment, encore tout faiblard et ébloui, à l'image d'un bébé qui vient de naître. C'était pourtant un sentiment tout simple, celui que l'on ressent lorsqu'on réalise que le future à possiblement de grandes choses à offrir. Celui qui fait trépigner d'impatience, celui qui habille le coeur et pousse à rêver de demain, celui des perspectives d'avenir et des soupirs d'envie. Un sentiment parfaitement commun qui ne l'avait pourtant plus habité depuis ce qui lui semblait être des siècles, ce qui était très certainement le cas en vérité.

Une bouffée de gratitude avait allumé son regard d'or et d'azur, et il en ressentait presque quelques vertiges lorsqu'il songeait aux millénaires qui s'étaient écoulés dans l'attente de ce moment. Non seulement celui-ci arrivait soudainement mais il avait aussi le goût de la simplicité. Tant de griefs passés, tant d'épiques aventures et de tragédies romanesque au cours des âges, tant de chapitres à cette histoire déjà, et voilà que le nœud se dénouait juste comme ça, au milieu d'une après-midi d'ennuie, sans qu'il n'ait eut le moindre effort à fournir ni la moindre bataille à livrer pour faire amande du passé. A son âge, il s'était cru immunisé à toute surprise mais le Destin que lui avait tracé Danu arrivait encore à le prendre au dépourvu, et il bénissait cette idée car elle était bien plus excitante que ce quotidien qu'il menait depuis quelques décennies.

Tu es mon fils, lui disait Dagda, et les mots sonnaient comme la preuve irréfutable de sa valeur et la promesse merveilleuse d'incroyables sommets.
Lorsque la voix du pater se fut tue, d'abord il y eu une brève latence, le temps sans doute que Kane sorte du brouillard magique où les mots l'avaient menés. Puis quelques battements de paupières plus tard et il se dressait à son tour, posant une main sur le coude de son père avec la délicatesse d'une plume. Moins formel que le Dagda, moins auguste également, il n'avait jamais été de ceux qui se mettent une main sur le coeur et jurent sur l'honneur, la poitrine toute gonflée de dignité. Il n'avait jamais rien eut du soldat dans le comportement, et sa fidélité, il l'exprimait à sa manière, sans jamais renier la sensibilité affûté qui était sienne, ni les élans du coeur.

-Et ma place est à tes côté, reprit-il donc, un sourire tendre étirant légèrement ses lèvres. Ce fut toujours le cas d'ailleurs, mais je suppose qu'il faut tout d'abord se perdre si l'on veut découvrir quel est le chemin qu'il convient d'emprunter. Il s'interrompit d'un bref soupir puis reprit : Tu sais, rien ne m'a jamais rendu plus fier que d'être issu de toi. Mon père.

La main qu'il avait posé le long de son bras remonta plus vivement pour venir saisir doucement l'épaule en une légère pression d'encouragement.

-Mon Roi.


FIN.



 
the way that it should
I’m holding on to many things passed
To anything that's gonna change my memories back
I’m holding on to everyone good
To everything that's ever been the way that it should→  code : ellaenys.  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.   
Revenir en haut Aller en bas
 

Sur quelque arbre que ton père soit monté, si tu ne peux grimper, mets au moins la main sur le tronc.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Zombieland !
» Un lien c'est quelque chose d'unique, qu'il soit positif ou négatif. Alors, vous en voulez un avec moi ?
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» Tommy Yugurei serpentard de père en fils [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AES SIDHE › fáilte a thaistealaí thuirseach. :: Winter Court : Faërie
Cúirt an gheimhridh
 :: Sheading Ayre :: Domaine Fiona
-