AccueilAccueil  Tumblr Aesien  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce qu'il y a de nouveau

La vidéo

Les Prédefs attendus


Partagez | 
 

 Saíréann J. Mac Cárthaigh - "Zeus le vaste ciel, en plein éther, en pleins nuages".

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
THE THUNDER TWIN ∭ Nom de Zeus ! Tara, Taratata elle est tarée !

Saíréann J. Mac Cárthaigh

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 17/02/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1102
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Non
› L'AVATAR : Amber Heard
› LES CREDITS : Blondie - Topito
› LA COULEUR RP : DarkSlateblue

THE THUNDER TWIN ∭ Nom de Zeus ! Tara, Taratata elle est tarée !

MessageSujet: Saíréann J. Mac Cárthaigh - "Zeus le vaste ciel, en plein éther, en pleins nuages".   Mer 17 Fév - 1:27
Amber Heard > Seelie

Saíréann J. Mac Cárthaigh

« Zeus, le maître des dieux, vous fait dire que ceux qui ne voient que l'amour dans le monde sont aussi bêtes que ceux qui ne le voient pas.»



› Nom prénom & Surnom : Saíréann Jules Mac Cárthaigh, Taranis, Zeus, Jupiter
› Âge : Environs 4000 ans.
› Métier / Occupation : Rentière. Protectrice du Sithin Seelie.
› Caractère :  Explosive - Colérique - Susceptible - Désaxée - Surprenante - Fidèle - A la folie des grandeurs de manière sporadique - Nostalgique - Féminine - Mégalomane - - Vaniteuse - Possessive - Belliqueuse - Guerrière - Attachée à sa famille - Surprotectrice - Autoritaire - Égoïste - Fantasque - Énergique - Hautaine - Intrépide - Passionnée.
› Type de Fey : Sidhe
› Maison : Maison Eiluned


Résumé du Personnage



Taranis est le dieu du Ciel antique, celtique et gaulois qui régnait sur l’Europe occidentale au côté de sa sœur Essus. Elle a fait ses premières armes durant la guerre contre les Fomoires alors qu’elle était à peine en âge de procréer. Quelque temps après cette bataille, rêvant de gloire et de célérité, elle se rendit en Grèce où elle créa tout un panthéon autour de sa personne. Elle imagina alors le personnage de Zeus, Dieu du ciel et de la foudre et se fait, à l’instar de son équivalent gaulois, passer pour un homme. Tyrannique, elle ne laissera aucune feys se faire déifié sur ses terres, si elles n’ont pas un lien avec elle. Quelques siècles plus tard, elle devient également Jupiter, le roi des dieux romains. La période gréco-romaine fut la plus heureuse de son existence. Ce fut aussi l’époque où elle donna naissance à ses premiers enfants, dont Héraclès qui vit encore aujourd’hui. Avec le christianisme, Taranis perd tout. Sa folie des grandeurs se transforme en folie au sens propre. Colérique, nostalgique, désaxée, despotique : voici quelques adjectifs qui qualifient la Taranis que vous pourrez croisé au coin d’une rue.

Vers le Ve siècle, elle met au monde une enfant qu’elle a conçue avec Myrrdin, son grand amour maudit. Elle la nomma Séideán. Cette dernière se fait aujourd’hui appeler Iseabail. Taranis, par égoïsme, n’informa jamais Myrrdin qu’ils avaient eu un enfant ensemble.

Avec rage et fureur, elle participa à la guerre contre les humains, prête à découdre avec ce peuple ignare pour qui elle avait abandonné une partie de ses pouvoirs.  Après le conflit, elle décide de s’impliquait un peu plus à la cour et devient chef de la garde royal d’Orel. Elle prendra également part à la guerre contre les Unseelies. Sa sœur Essus manquera de la tuer ce qui la traumatisera. Pour ses bons et loyaux services Orel la nomme Protectrice du Sithin des Seelies. Poste qu’elle occupe toujours aujourd’hui. Taranis a beaucoup d’ennemis et peu d’amis alors qu’elle est pourtant quelqu’un de fidèle et loyal. Il est vrai que sa folie fait fuir le plus grand nombre. Sa proportion à prendre les hommes pour ses jouets est également un fait agaçant.




Particularités & Apparence



› Particularités :
- En tant que Dieu du Ciel et de la Foudre, Taranis a été l’objet d’un très gros culte en Europe occidentale. Fatiguée de la barbarie celtique et gauloise, elle décide de partir en Grèce et devient le Zeus et le Jupiter de la Mythologie gréco-romaine, construisant son propre panthéon en glorifiant son nom.
- Orgueilleuse, ce trait de caractère mua progressivement en outrecuidance pendant la guerre contre les Fomoires jusqu’à devenir de la mégalomanie pendant la période gréco-romaine. Sa psyché a été entachée à la fois par sa célérité et sa déchéance. Elle est donc atteinte d’un syndrome mental qui lui donne des désirs excessifs de puissance et de gloire. Elle pense avoir toujours raison et que ses décisions sont toujours les meilleures.
- Extrêmement colériques, certains se sont demandé si l’expression « s’attirer les foudres de quelqu’un » ne venait pas de Taranis. Elle aurait peut-être même inspiré les colères d’Héra et les Furies romaines. Lors de ses excès de colère, il vaut mieux se tenir éloigné d’elle et ne pas croiser son chemin. Elle peut devenir une véritable menace pour votre santé mentale et physique. Les colères de Taranis peuvent également être plus subtiles. Vous vous demandez comment. Et bien, elle ne vous menacera pas directement, mais projettera de tuer ou d’assassiner l’un de vos proches.
- Taranis est très attaché à Essus, sa sœur, même si elles se disputent tout le temps. Essus est le seul être immuable de son existence et le pylône de marbre qui a su la soutenir à travers les siècles. Elle est également l’ancre qui lui permet de rester connecté à ce monde qui ne cesse d’évoluer.
- En faite, la famille de manière générale est très importante pour Taranis. Elle n’a jamais maltraité un de ses enfants, et c’est même occupé d’eux qu’ils soient feys ou changelins. Elle a toujours rêvé d’avoir une famille unie et soudée afin de faire face aux changements de leurs mondes.
- Taranis est volage et parfois frivole. Elle aime le plaisir de la chair et ne s’en est jamais caché. Ce n’est pas pour rien que son alter ego divin grec était un connu comme un coureur de jupons.  
- Elle est cependant fidèle et loyale envers les personnes qui gagnent son estime et à qui elle prête son allégeance. Lorsqu’on lui confit une tâche, elle met un point d’honneur à ce que cela soit fait à la perfection.
- Taranis a une cicatrice au bas du dos qui a été faite par Essus. Sa nature de feys aurait dû la guérir complètement et ne pas laisser de trace. Consciemment ou pas - allée savoir - Taranis a fait en sorte que la cicatrice ne disparaisse pas. C'est un souvenir funeste qui lui rappelle à quel point les deux soeurs ont failli mal tourner.
- Autrefois, Taranis possédait une main du Ciel. Ce pouvoir lui permettait d’agir sur différent facteur qui avait pour source le ciel. Elle pouvait déclencher des petites averses ou des orages électriques dévastateurs. Après tout, elle était le Dieu du Ciel et de la Foudre, pas seulement de la Foudre. C’est cette capacité qu’elle a abandonnée dans le chaudron de Dagda. Elle considère que ce pouvoir était une partie intégrante de sa personnalité, et s’en séparer n’a pas arrangé sa folie. Elle ferait n’importe quoi pour récupérer cette main de Pouvoir.
- Taranis possède deux armes jumelles qui lui ont été offertes lors de la guerre contre les Fomoires. Il s’agit de deux cladios celtes fabriqués par le forgeron royal de l’époque. La première a été baptisée Spéir Deargach : la Colère du ciel. La seconde a été baptisée Dóiteáin ó neamh: Le feu du ciel. Durant la période gréco-romaine, cette dernière a été rebaptisée en Κεραυνό του Δία (keravnó tou Día), qui peut être traduit par Tonnerre de Zeus (vous pensez que l’expression vient d’où ?) ou Foudre de Zeus. Les épées ne pouvaient être maniées que par Taranis, car elle reconnaissait son Glamour. Chacune des épées répondait aussi à ses capacités affiliées. Spéir Deargach était liée à sa main du Ciel et Dóiteáin ó neamh à celle de la Foudre. Aujourd'hui, elles n'ont plus de pouvoir. Ce sont des simples épées qui lui rappel sa gloire d'antan.  
- Elle a accumulée une fortune colossale en Grèce et a ensuite investie dans les domaines porteurs à toutes les époques. Il fallait quand même qu'elle garde un style de vis après avoir été le Dieu du Ciel.

› Apparence Féerique/Vampirique : Beauté lumineuse, mais quelque peu sauvage, tout dans l’allure de Taranis, inspire la noblesse : un visage pâle, des traits altiers, un port de tête royal, une démarche impérieuse et gracieuse. Orgueilleuse de sa beauté, elle l’a souvent utilisé à des fins personnelles. Elle est grande, comme la majorité de feys, mesurant un mètre quatre-vingt-douze. Cette silhouette élancée est celle d’une farouche guerrière qui cache sous sa peau diaphane une musculature fine et harmonieuse. Visualiser les anciennes représentations de Zeus : telle est la blancheur et la perfection de la peau de Taranis. Ce magnifique albâtre est aussi délicat que la plus pure de soie. Son visage ovale est illuminé par des yeux qui brillent, telles des pierres précieuses trichroïte merveilleuses. Ils rappellent les beautés du ciel orageux. Au centre, près de la pupille on retrouve un gris profond, symbolisant la couleur des nuages tempétueux. Le reste de l’iris est d’un bleu cobalt plus intense et plus flamboyant que les minéraux synthétiques de la dynastie Yuan. Un halo doré tel de l’or en fusion encercle le tout et évoque à certains la couleur du Tonnerre qu’elle provoque. Ses cheveux sont extrêmement longs. Fins et scintillants, ils sont semblables à des fils d’or et d’argent mélangés.

Pouvoir



Pouvoir de la Main de Foudre :
› Palier 1 : Taranis est capable de lancer des éclairs de petite taille depuis la paume de sa main de pouvoir. Ces éclairs provoquent des chocs électriques. Ils peuvent assommer une personne si elle est humaine et étourdirent les êtres surnaturels.
› Palier 2 : Taranis est capable de lancer des éclairs de moyennes tailles depuis la paume de sa main de pouvoir. Ces éclairs provoquent un foudroiement moyennement intense qui peut entrainer une paralysie transitoire, des pertes de connaissance ou des microcomas selon la nature de la cible. Au niveau de la peau, le foudroiement laisse apparaître des brûlures superficielles caractérisées par un aspect en feuille de fougère qu’on nomme figure de Lichtenberg sur tous les sujets.
› Palier 3 : Taranis est capable créer et lancer une Foudre en Boule. C’est une sphère pouvant aller jusqu’à cinquante centimètres de diamètre. Cette boule peut provoquer un foudroiement important causant des arrêts cardiaques momentanés ou définitifs selon la nature de la cible ainsi que des brulures graves. Ces boules créent également des effets thermoélectriques et électromagnétiques importants. Les effets électromagnétiques sont des impulsions électriques parasites très puissantes qui peuvent causer la défaisance de matérielles électroniques sensibles s’il est éloigné et la destruction totale si la boule touche quelque chose de proche.
› Palier 4 : Taranis est capable de créer et de lancer des grands éclaires. Ces éclairs provoquent un foudroiement très important pouvant faire éclater les capillaires sanguins, endommager l’ensemble des vascularisés cérébral, causer des arrêts cardiaques, vaporiser le sang des personnes les moins résistantes à cause de la température. Les dommages du foudroiement peuvent être irréversibles et les effets thermoélectriques et électromagnétiques peuvent générer des petites incendies.

Par nature, la foudre retourne toujours à la terre. Ainsi, lorsque la - foudre de Taranis frappe la terre, les charges électriques se dissipent dans le sol. Selon la nature du sol, le potentiel de conduction est plus ou moins important. Plus la tension est grande, plus le courant causer par la foudre peut circuler dans les membres inférieurs à partir de la terre. Ce phénomène aujourd’hui bien connu des humains a été appelé « tension de pas ». Beaucoup de vaches sont mortes de cette manière dans des près sans avoir été touchée directement par la foudre. Les dégâts de cette « tension de pas » sont similaires à ceux causés par les différents paliers avec peut-être des dommages plus important si le sol est humide et mouillé. L’eau étant un très bon conducteur électrique. Cette « tension de pas » peut être orienter comme les éclaires des autres palliés.


Histoire



« Les mythes constituent la mémoire de l’humanité », mais quelque part en chemin, elle a oublié que ses mythes et donc ce qui constitue son humanité, émanaient de nous. Leur humanité, c’était nous : les feys. Leur humanité, c’était moi.

L’histoire qui va être contée ici est épique et merveilleuse. C’est celle d’une magnifique, majestueuse, éblouissante, puissante et redoutable personne : moi ! Elle raconte mes amours, mes folies, mes joies et mes peines. Alors si cela ne vous intéresse pas. Passez votre chemin !

› Il y a environ -2000 ans : Je fais partie de la troisième génération de créatures surnaturelles que les mortels ont prise pour des divinités. Je ne suis donc pas le fruit de la Déesse mère. Vous voulez savoir comment je suis venue au monde, n’est-ce pas ? Dites-vous que si l’origine de Zeus, dont je suis la personnification, fut relatée comme atroce – rappelons qu’il avait pour père Cronos, un dévoreur d’enfant invétéré - c’est que l’histoire de ma propre naissance ne fut la plus heureuse du cosmos. C’est certainement pour cette raison que, malgré nos divergences, j’ai un amour fort et puissant pour l’être qui m’a aidée à traverser l’existence au début ma vie : ma chère Essus.

J’avais vécu paisiblement quelques décennies auprès de ma sœur et de ma famille, lorsque la guerre contre les Fomoires éclata sur nos terres ancestrales. Nourrie par des rêves de gloire, de célérité et de pouvoir, j’avais une obsession : prendre part à ce conflit. À peine en âge d’enfanter, je foulais le champ de bataille afin de protéger mon peuple. Les membres de ma maison ne sont pas connus pour être de guerrier de légende, mais pour la maitrise de leurs Pouvoirs de la Main. Il se dit également que nous sommes friands de manigances, de fomentations de secret de complots. Tout cela est vrai, mais j’ai montré que nous étions des belligérants farouches. On a bien essayé de me dissuader, mais avec mon opiniâtreté, tenter de me retenir revenait à entreprendre d’incliner l’axe de rotation de la Terre à l’horizontale. J’étais jeune, mais j’ai fait mes premières armes sur ce champ de bataille. Je suis devenue à la fois agile et habile dans la manipulation de mes capacités innées et dans le maniement des armes.

La victoire arrachée à ces créatures ténébreuses, je retournais auprès des miens. La formidable feys se transforma une déesse, ou plutôt, un dieu aux yeux des hommes. Il était difficile pour les communs des mortelles d’imaginer une femme déchirer le ciel d’un simple geste. Avec mes mains de Foudre et du Ciel, je m’imposais comme le Dieu du Ciel, de la Foudre et du tonnerre des tribus gauloises. Avec Essus nous étions les divinités attitrées de l’Europe occidentale. D’une certaine manière, nous avons régné sur ces territoires pendant de nombreux siècles.

› Départ pour le Sud - Longtemps, je me suis complu dans cette déification bestiale de ma personne.  Vénérée par ces hommes et ces femmes pleines de vitalités, mais animées par une rare barbarie, je rêvais secrètement d’être adulée par une civilisation de guerrier philosophe qui me dresserait des temples plus haut que la cime des arbres centenaires ; et non des huttes aux murs en bois et aux toits de chaume dans ces oppidums gaulois.

Une des choses qui me distinguait de ma sœur et qui fut la source de certaines de nos disputes était nos relations avec nos fidèles. Essus avait les humains presque en horreur, pensant qu’ils n’étaient que du bétail. Contrairement à ma sœur, je ne sais pourquoi, à cette époque, j’éprouvais une certaine affection pour ces créatures. Beaucoup de feys rechignaient à se cacher sous les traits d’un de ces êtres. Pour ma part, j’aimais me faufiler dans la peau d’un humain. Je me fondais facilement parmi la population. Au départ, je ne pensais pas me faire passer pour un homme, mais comme je vous le disais précédemment, ce peuple avait une si basse opinion de la femme qu’il m’était plus aisé d’endosser le rôle du mâle, plutôt que de la femelle afin de me faire adorer d’eux. Cette misogynie primaire m’a infiniment agacée et c’est certainement pour cela que je n’ai pas toujours été tendre avec eux.

Obnubilée par mes rêves, j’étais rendue indifférente aux sorts des Gaulois et je décidais donc de m’en aller vers la Grèce. Je débarquais en Crète. C’est sur cette île que je ressuscitais sous le trait de Zeus, Dieu du Ciel et de la Foudre, Dieu suprême de la mythologie grecque. J’édifiais ma divine demeure sur la cime de la plus haute montagne de la Grèce : l’Olympe. Le Dieu du Ciel logeait dans les nuages. Poétique, n’est-ce pas ?  Étant une des premières feys de mon temps à parcourir ces terres, j’ai modelé tout un panthéon autour de ma personne. Toutes feys qui vivaient et tentées de se faire déifier sur ces terres se devaient d’avoir un lien avec moi. Elle pouvait se joindre à moi et demeurer dans le domaine que j’avais créé. Bon d’accord ! Ils ont également, un peu, participé à l’édification de l’Olympe … Mais c’est mon histoire ! Pas la leur !

Je vais vous dire quelque chose : ce fut certainement la période de ma vie qui me rendit le plus heureuse. Vous vous demandez, quels sont les éléments du mythe qui sont réels ? Et bien, j’ai été très volage, mais je n’ai pas eu autant d’enfantelets qu’on le pense. J’ai eu des coups de foudre - et c’est le cas de le dire – pour des mortels. Je vous ai annoncé, à juste titre, que j’aimais me fondre parmi eux. J’ai engendré des changelins. Aujourd’hui disparu, chacun d’entre eux reste gravé dans ma mémoire.  

Le premier de mes enfants feys, fit ma gloire. Il ne s’agit pas du bellissime et lumineux Apollon.  Fruit d’un amour passager avec le chef des Kith-lion, je lui donnais naissance à Thèbes. Les Grecques l’ont adoré  sous le nom d’Héraclès, les Romains sous celui d’Hercule. Je le nommais Nuallan : le guerrier au char, ce qui devint une de ses plus célèbres représentations. Pendant tout notre temps en Grèce, il fut à mes côtés et on lui conféra un nom grec lié à la femme fantasque dont on m’avait affublée.

De nombreuses feys vinrent peupler la Méditerranée, mais je n’avais pas l’intention de leur laisser la direction du nouveau panthéon que j’avais commencé à ériger. Je me souviens de l’arrivée des certains d’entre eux comme Aengus, le fils chéri du roi Dagda. Il arriva la queue entre les jambes. Renié par le père, il n’était plus rien. Alors je lui proposais de redevenir quelqu’un. Tel son père à la Main de Lumière, il devait renaitre comme le dieu « brillant ». S’il voulait se transformer en un être exceptionnel ici, il devait cependant se garder de marcher sur mes plates-bandes.

C’est Aengus qui fut également le déclencheur de ma colère contre Fial. J’étais au centre de son monde, somptueuse et magnifique. Et puis, je me suis fait voler ma place par cette fausse vierge. Quelle aberration ! Fial, cette feys pure ? Fial, cette niaise ! Fial et sa candeur putride ! Lorsque quelque chose n’allait pas, il fallait que mes foudres la touchent ; rien de mieux qu’une soi-disant ingénue pour passer ses nerfs. Aujourd’hui encore, la voir me donne des envies de meurtre… Son visage m’exaspère. Sa voix m’irrite. Son parfum m’écoeure. Croyez moi, si je la recroise, je prendrais un malin plaisir à la rendre tellement folle qu’elle s’arrachera elle même ses cheveux, brin par brin.  

› Vers l’an 0, selon le calendrier judéocrétin : C’est à ce moment que tout commençait à se dégrader dans ma vie. J’avais réussi à me hisser à la plus haute des places. Dieu des dieux, je menais une existence paisible. De loin, j’entendis le drame : Dagda n’était plus. Vive le roi David. À vrai dire, j’étais bien à cent lieues de tout cela et tout ce qui m’importait à ce moment-là, c’était moi, mon culte et moi.

Dieu gréco-romain lumineux, je ne pouvais que me ranger du côté de la cour de Lumière. Je devins une fervente Seelie. Durant les décennies précédentes, je ne croisais que rarement Essus. Si nos retrouvailles étaient toujours chaleureuses, nous ne pouvions nous séparer sans des crises de colères et de larmes. Lorsqu’Essus préféra les Unseelies aux Seelies, nous eûmes une de nos plus grandes disputes. Je ne voulais plus la voir : traitresse ! Pour couronner le tout, quelques années plus tard, mon empire s’effondrerait.

La glorieuse période polythéiste allait bientôt être révolue... Advint alors un martyr cloué sur une croix, un barbu qui ressuscite. J’ai parié une fois avec quelqu’un que Jésus était une Feys qui se cachait avec un petit groupe quelque part et qui profitait de l’adoration qu’on lui portait pour ne pas se soumettre à nos lois. Il nous a tous bien dupés ! Mon panthéon fut bientôt composé non de dieux dorés, mais de dieux païens. Que je hais ce mot ! Certains disent que j’étais dérangée dans l’antiquité. Le bas moyen-âge m’a fêlé. Le haut moyen-âge m’a détraquée. La Renaissance m’a désaxée. Et tout ce qui a suivi après m’a rendue totalement folle… Surtout de rage. J’ai tout perdu ! Tout ! À cause d’un barbu qui tend l’autre joue quand on le frappe !

Je suis rentrée à la cour, comme beaucoup de feys à cette époque. Je me suis ennuyée pendant un temps, n’arrivant pas à me remettre de cet infâme christianisme. Je dus me reprendre. Je décidais de parcourir encore une fois le monde. C’est pendant cette période que ma route a croisé celle de Myrrdin. Pendant plus de deux siècles, j’avais cru connaître ce qu’était l’Amour. Je pensais l’avoir rencontré à de maints reprises, que ce fût dans les bras d’un homme, d’une femme ou dans les yeux de mes enfants. Je n’aurai jamais pensé tomber amoureuse au point de m’oublier, ne serait-ce qu’un peu, dans une histoire. Car pour aimer jusqu’à l’autodestruction, il faut, à un moment, oublier son égo. J’ai aimé et haïs Myrrdin. J’ai croisé de nombreuses fois sa route au cours des décennies, des siècles qui ont suivi.

› Vers 300 a.p ce satané J-C : Quand on est immortel il faut parfois se trouver des passe-temps. C’est à peu près à cette époque que je tomber sur cette demi-fey aux ailes tatouées. Quelle originalité ! Je me devais d’aller au-devant d’un tel être et d’imposer sur lui ma gouverne. Nicca était un gentil garçon. Si doux, si dévoué ! Je raffolais de ces petites ailes ! J’étais prête à raconter n’importe quoi pour voir son minois s’émerveiller. Il voulait devenir garde de notre Maison. Soyons clairs, j’ai fait de Nicca ce qu’il est aujourd’hui, et ça il semble l’oublier !! Il est MA chose ! Sans moi il ne valait pas mieux qu’une statut, un vulgaire objet de décoration. Un jour, il me fit l’affront de me dire un simple mot : « Non ». Hébétée par son insolence, je ne sus que répondre. Ce jour-là, mon orgueil fut comme brisé en deux. Un barbu m’avait enlevé mes fidèles et maintenant, un moins que rien se refusait à moi ! Il faisait bien d’éviter de croiser mon chemin. Nos routes se sont également séparées pendant une période : quand on est en guerre, on ne prend pas toujours le temps de se détendre en punissant les êtres inférieurs pour leurs outrages. C’est bien dommage, mais c’est comme ça. Grâce à moi, ce demi-feys est garde de ma Maison, je ne vais pas le laisser s’en tirer si facilement ! Je lui ferais comprendre ce que c’est que d’être redevable à Taranis !

› En 412 a.p cet idiot de J-C : Myrrdin… Un jour que je le croisais de nouveau, cet amour autodestructeur bourgeonna dans l’endroit le plus intime de mon anatomie. Je portais le fruit de cet amour damné. Je me souviens de sa venue au monde. Jamais enfanté n’eut été plus douloureux. Tout dans cet enfant allait me rappeler chaque jour mon grand amour. Tout dans ce visage allait me donner envie de l’aimer et de le détester. J’y retrouvais un peu de moi bien sûr, mais elle lui ressemblait tellement plus…

Cet être débarqua avec fracas dans ma vie. Je décidais alors de la baptiser Séideán : la rafale. Aujourd’hui, ma fille ne porte plus ce nom. Elle se fait appeler Iseabail. Si vous voulez mon avis : ce nom est affreux. Mais elle est adulte non ? Elle se rendra compte un jour que j’avais fait un bien meilleur choix ! D’ailleurs, la concernant, j’estime que j’ai toujours fait le meilleur choix et personne n’arrivera à me faire dire le contraire. Oui : je n’ai jamais dit à Myrrdin que nous avions eu un enfant. Et alors ? C’était une décision égoïste et je l’assume entièrement. Qui osera me dire que j’ai eu tort ? J’ai souffert des heures pour mettre au monde cet être, j’en dispose à ma guise ! Et puis à quoi bon ? Qu’aurait fait Myrrdin avec un enfant dans les bras ? Nuallan n’étant pas à mes côtés durant cette période, j’ai reporté un peu de l’amour que j’avais pour lui sur Séideán.

Les siècles qui ont suivi m’ont donné l’occasion de recroiser la route de Myrrdin, mais également de ma sœur. Avec le temps, je commençais à ne pas voir graver le mot « trahison » sur son front quand je la rencontrais. Nous nous querellions toujours autant. Peut-être que le temps de nos réconciliations était à chaque fois un peu plus long.

› En 1945 ap J-C : Pour Essus, Clare est une erreur, une honte ! Et après c’est moi qu’on qualifie de folle ! Dès que j’ai aperçu le visage poupin de Clare, j’ai su que je l’aimerai comme ma propre fille. Elle avait autant de place dans mon cœur que Séideán et Nuallan. Je n’ai jamais eu peur d’Essus et j’étais prête à tout pour protéger cette enfant. Peut-être me rappelait-elle les miens... Peu importe. La naissance de Clare apporta encore un peu plus de joie dans ma vie. Ce n’était pas chose aisée depuis l’avènement du christianisme et la séparation entre les Seelies et les Unseelies.

Certains doivent penser que je préfère Clare à ma propre enfant : Séideán. Ceux qui disent cela ou le pensent même un peu, sont des crétins ! Séideán m’évoque des moments douloureux de ma longue vie, mais elle est ma chair et mon sang mêlé à celui de Myrrdin l’être que j’ai le plus follement aimé dans ma vie ! J’aime Séideán de la manière que j’aime son père : follement et de manière ravageuse. Le visage de Clare à l’instar de celui de Nuallan, me rappelle ma gloire passée : ma grandeur.

› En 1875 Non ! Non ! Et non ! Je n’étais pas d’accord ! Pourquoi renoncer à une partie de ce que je suis ? Pour qui ? Ces humains qui croient à la vie éternelle… APRÈS LA MORT ! Je devrais vivre tout le reste de mon existence en sachant pertinemment que j’ai abandonné une part de mon être et ça pour des fourmis qui vivotent 50 à 80 ans à tout casser ! Sornettes ! J’ai souffert par trois fois cette demande de notre roi « Adoré »… J’ai cédé ma main du Ciel… Moi Taranis. Moi Zeus… J’étais le dieu consacrer de ce domaine et maintenant. Qui serais-je après ça ? J’ai tellement enragé que j’ai cru tomber malade !!  

Voir Nuallan et Séideán perdre également une partie d’eux-mêmes eut aussi de l’effet sur ma personne.

Maudits soient ces humains ! Ils auraient dû continuer à nous craindre ! Je n’avais jamais été cruelle avec eux, contrairement à Essus, mais depuis de ce jour, j’ai décidé qu’ils connaîtraient tous mon courroux.

› En 1980 Je l’avais dit, je l’avais pressenti. Sacrifié ce que nous étions pour une ridicule Utopie ! Enfin, le temps était venu ! J’avais juré un siècle auparavant de détruire les humains après avoir sacrifié ma main de pouvoir. Soyons réalistes ! Cela pouvait-il réellement fonctionner ? Peu importe. Que pouvais-je faire d’autre que de prendre de nouveau les armes ? Dès que j’ai senti le vent tourné, j’ai mis Séideán en sécurité, loin de l’Europe. Nuallan se bâtit à mes côtés. Ce combat me permit de retrouver Essus. Seelies et Unseelies se battaient côte à côte pour défendre leur honneur, leur droit à l’existence. Cela me rappela le bon vieux temps. Nos jeunes années...

› En 1982 Beaucoup disaient que David avait été sage en rendant les armes. Vous voulez mon avis ? Il a été lâche ! Et maintenant, il disparaît en nous laissant... Ces minuscules créatures sont encore plus arrogantes que dans l’antiquité. Allez en Enfers !

C’est avec le cœur lourd, que je gagnais les États-Unis. Afin de panser mes blessures, je m’impliquais un peu plus auprès des miens et de la Cour. Je partageais la vision d’Orel. Selon moi, nos malheurs, surtout les miens, avaient commencé après la séparation des deux cours. Je devenais garde royale du Roi : d’abord pour me rapprocher du pouvoir, puis pour ne pas m’empâter dans un coin. Quelque chose me disait que la prochaine guerre serait terrible et je voulais être préparée physiquement et psychologiquement à cette nouvelle menace. Orel me nomma lui-même chef de la Garde Royale. Il savait que j’avais l’étoffe d’un leader. N’avais-je pas érigé mon propre panthéon ? N’avais-je pas fait craindre les autres feys qui ne soumettaient pas à ma vision lorsque j’étais en Grèce ? Ne partageais-je pas sa vision ? J’étais la plus indiquée pour être à ses côtés.

› En 2001 Encore une fois... Ne l’avais-je pas pressentie ? Ne l’avais-je pas dit que la guerre qui suivrait celle contre les humains serait plus terrible encore que la précédente ? Je pensais également que la Reine Unseelie était machiavélique, mais son assassinat fut une énorme erreur. Je pris les armes, prête à défendre mes convictions et la Cour de Lumière. Face à moi je retrouvais une Essus sanguinaire. Nous nous sommes battus. Oui, la cicatrice que j’ai au bas de mon dos est là pour témoigner de la soif de sang de ma sœur : la soif de mon sang. En tant que feys, j’aurai pu guérir totalement cette plaie, mais quelque chose en moi voulait se souvenir de cette mésaventure. Ce jour-là, j’ai crus mourir, non à cause de mes blessures, mais à cause de lien entre nous qui venait d’être brisé à jamais. Essus ne me tua pas. Je n’aurais pas eu la force de la faire également si j’avais été à sa place.

Blessée, je ne participais pas à la fin de la guerre et me remettais de mes blessures aux palais. Pour mes bons et loyaux services, Orel me fit une place au chaud en tant que Protectrice du Sithin Seelies.

C’est à peu près à cette époque que je découvris quelle perle était Brigit. Bien sûr, j’avais déjà entendu parler de la fey et nous nous étions croisées aux fils des siècles, sans vraiment prendre le temps de nous connaître. Je soignais les plaies faites par ma propre sœur, alors que Brigit pleurait les siennes. D’une certaine manière, je comprenais sa peine. Si Essus n’était pas morte, elle n’en demeurait pas moins loin de moi. Je pensais à cette époque ne jamais pouvoir surmonter ce qu’elle m’avait fait. J’avais également perdu une sœur. Je voyais en Brigit une amie, une confidente, ou simplement quelqu’un qui pouvait me comprendre. Nous sommes à la fois si similaires et tellement différentes. Le côté artistique qu’elle possède et que je n’ai jamais eu m’intrigue chez elle. Brigit est devenu ma Muse : celle qui m’inspire à devenir meilleure… Bon, soyons honnêtes, ça ne marche pas vraiment. Oui. Elle m’aide, mais n’efface pas 3500 ans de folies des grandeurs avec l’amitié une artiste meurtrie par cette bécasse de Destiné.

› En 2014 : La guerre terminée, les humains nous chassèrent de nouveau. Cette fois, nous n’allons plus nous laisser balader ! Par Zeus ! Par Moi ! Nous étions là avant les hommes, et nous serons là après que leur faible race se soit éteinte. Nous reprendrons nos terres, de grès ou de force ! Le nouveau Sithin Seelie fut installé et je prenais à cœur la protection de ce nouveau havre de lumière. Quelques mois après, Orel s’effondre… Ma colère éclata ma peine.  J'étais fatigué. J’avais besoin de vacances !

› Début 2015 : Après avoir lancé mes ordres pour la Défense du Sihtin, je voguais vers l’Irlande voisine. C’est là que mes yeux se sont posaient sur ce petit Druide. Oh Astor ! Mon bel Astor. Le fait qu’il manie le même élément que celle affiliée à ma main de pouvoir n’est qu’une coïncidence. Ses pouvoirs ne m’intéressent pas… pas à ce niveau en tout cas. Ce qui me captive est bien plus charnel, plus physique. Depuis quand n’ai-je pas eu de jouet ? Je devais reprendre ma fonction, et je savais que Astor serait un bon divertissement. Je suis une feys, une Sidhe ; je ne mens pas, je manipule. Alors pour l’avoir, j’ai arrangé la vérité. Je pouvais lui prêter main-forte, s’il voulait. Après tout n’étais-je pas Taranis, Dieu celtique et gaulois du Ciel ? N’étais-je pas Zeus et Jupiter en personne ? Qui mieux que moi, pouvait lui enseigner les secrets de l’électricité ? Ce qui me plait le plus chez Astor c’est cette naïveté qui lui fit croire que je l’aiderais sans contrepartie. À défaut de faire de lui un prestigieux Druide, je lui aurais au moins appris à ne pas faire confiance au premier venu !

› Mi-2015 : Maintenant c’était au tour de Clare ! Je la trouvais facilement. J’aurai pu me présenter à ma nièce et l’avertir que mon courroux allait s’abattre. Mais je savais qu’elle avait fui Essus pour cette raison. Elle n’aurait pas cédé. Non. Il me fallait quelque chose de plus subtil que mes grands coups de Tonnerre cette fois-ci. Il me fallait…son ex-mari ! J’approchais alors le Kith et menaçais, non de le tuer, cela n’aurait certainement servi à rien, mais de tuer Clare. Après tout, je voulais que ma famille soit de nouveau réunie et si elle ne rentrait pas, elle n’en ferait plus partie. Cela m’était alors égal de la savoir en vie ! Je lui laissais jusqu’à la fin de l’année pour me ramener Clare. S’il décidait de venir avec elle, c’était son problème. Mais il n’avait pas intérêt à ouvrir sa bouche, il sait pertinemment que je suis prête à ôter la vie de Clare et à faire feu de tous « ses » bois de cerf pour calmer ma tristesse.  

› Octobre 2015 : Mes vacances ont été trop courtes ! Écourtés par ces maudits Unseelies ! Encore eux ! Voilà ce qui arrive quand on pactise avec ces satanés Fomoires, ces immondes Sluaghs ! Ils ont fait tomber notre barrière… et maintenant ? Qu’ils soient tous enfermés à Avalon ! Répugnante créature ! Je me souviens qu’à la même période, Astor réclamait sa liberté. Imaginez ma colère ! Non. Vous ne pouvez concevoir à quel point, elle fut forte. Je n’eus pas besoin de le toucher pour lui faire peur. Oh ! il pouvait partir quand il voulait ! Je me trouverais bien un autre druide dans cette masse qui nous envahit ! Je me réservais cependant le droit de mettre un terme à la vie de sa mère ! Est-ce que je l’aurai fait ? Bien sûr. Et il le savait pertinemment.  

Je m’étais un peu ramollie ces derniers temps, mais le moment était venu. Il fallait que je reprenne la destinée de ceux qui m’appartiennent, en main ! Si certains avaient pensé que le courroux de Zeus s’était adouci avec les siècles à cause de l’Amour et de la loyauté, c’est qu’il me connaisse très mal. Rien n’est plus fort que ma colère. Rien n’est plus redoutable que ma fierté ! Rien n’est plus dangereux que ma vésanie !

› Aujourd’hui : Je suis égale à moi-même. Je reste la tempétueuse Taranis, prête à tout pour faire appliquer ses règles. Il y a pourtant quelque chose sur laquelle j’ai cédé. Je revois Essus. Loin de la cour des Seelies et des Unseelies. Nos retrouvailles furent intimes. Pas que j’ai besoin d’elle… bon d’accord ! Oui. J’aime ma famille, mais elle me rend folle ! Comment ça je le suis déjà ?


Et vous alors ?



› Pseudo : Nana
› Âge: 23 ans
› Crédit des images : Shiya - On Chloehunt Tumblr
› Comment je suis arrivé(e) sur le forum ? Grâce à votre cher Dagda. C'est le MAL ! Le MAL je vous dis !  Surprised
› J'ai lu le règlement, je l'accepte et je signe par mon pseudo  : J'ai lu le règlement, je l'accepte. Signé par Nana
› Un petit mot à ajouter ?   Je suis ravie d'être ici  

Revenir en haut Aller en bas
THE THUNDER TWIN ∭ Nom de Zeus ! Tara, Taratata elle est tarée !

Saíréann J. Mac Cárthaigh

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 17/02/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1102
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Non
› L'AVATAR : Amber Heard
› LES CREDITS : Blondie - Topito
› LA COULEUR RP : DarkSlateblue

THE THUNDER TWIN ∭ Nom de Zeus ! Tara, Taratata elle est tarée !

MessageSujet: Re: Saíréann J. Mac Cárthaigh - "Zeus le vaste ciel, en plein éther, en pleins nuages".   Mer 17 Fév - 1:33
Le Test Rp

Votre arrivée à Ellan Vannin




Le vent hurle dans mes oreilles. Les microgouttelettes de pluie et du crachin marin s’écrasent sur mon visage, ruissèlent le long de ma peau et meurent sur le pont du bateau. La mer est démontée. Elle chahute le bateau qui est parti de Belfast cet après-midi. J’observe l’horizon tacheté de rouge, d’ocre et de mauve. Le crépuscule verra Moi, Taranis, faire ses premiers pas sur les nouvelles terres de son peuple. Elle me verra prendre ma revanche sur le monde des hommes.

Je ferme les yeux et respire l’air marin à pleins poumons. Je savoure l’aigre-douceur de l’atmosphère. Mes paupières se soulèvent et contemplent les falaises noires de l’île du Man. Je n’y distingue aucune nouveauté. Je n’avais pas visité cette petite île depuis des siècles. La mer avait tout juste érodé les parois de schistes. À peine quelques édifices humains ont poussé. Rien. Comparé à leurs énormes villes américaines d’acier, de verre et de goudron. Cette terre, nous la rebaptiserons Ellan Vannin, son nom d’antan, et elle deviendra en notre havre de paix, un abri inviolable, un refuge pour les sans-abris que nous sommes devenues. Ce qui c'est passé auparavant me dégoute ! M’horripile ! Ma main accroche le bois du navire que nous avons choisi pour faire la traversé. Un bateau sans trop de ferraille… Dans mon emportement, je fissure la barrière contre laquelle je m’appuie, métaphore de la fêlure de mon âme et de mon cœur après la guerre contre les Unseelies. Après cette bataille avec ma soeur : Essus.

Après un peu plus de deux heures de navigation, nous jetons l’ancre. Je fais partie de ceux qui viennent en reconnaissance. Nous sommes les envahisseurs. Je revis promptement mon débarquement en Crète. Je refoulais le ponton d’une terre à conquérir. D’autres feys mandatés par le roi m’accompagnent. Tous ont un visage grave. Même s’ils utilisent leur Glamour pour paraître humains, je distingue les stigmates de la guerre contre les Unseelies dans leurs yeux, comme si les dons de guérisons que nous avait offerts la Déesse mère ne pouvaient suffire à soigner le traumatisme que nous venions de subir. Il fait nuit. Le vent chantonne maintenant à mes oreilles, comme s’il me souhaitait la bienvenue. Notre petit groupe s’avance dans les rues pavées de la ville et nous nous séparons pour mieux inspecter les lieux. En passant devant certains édifices, j’ai l’impression de faire des allergies. Satanées ferrailles !

Je déambule dans les ruelles animées. Il y a les des couples, des familles, des jeunes filles qui vont boire un verre entre amies après une dure journée de labeur. Une d’entre elles, qui rient aux éclats, me bouscule. « Excusez moi mademoiselle ! », « Faites attention » répliqué-je sèchement. J’ai été tellement sèche, qu’elle ne doit pas être habituée à tant de rudesse dans ce petit paradis retiré de tout, qu'elle bafouille : « Oui … désolée. Bonne soirée ». Je ne réponds pas et continu mon chemin, observant les devantures et toutes cette joie qui allaient bientôt être la notre.

Je m’engouffre dans une rue plus déserte que les autres : une sorte de cloaque. Un petit groupe d’hommes sortent d’une taverne. Tous sont déjà cuits par l’alcool alors que l’heure du souper n’a pas encore sonné. « Hey ! Jolie blonde ! Je ne t’ai jamais vu dans le coin ! » m’interpelle l’un d’eux en beuglant tel un veau qu’on égorge. « Viens boire… », il s’interrompt pour lâcher un rot sonore. « … Un verre avec nous. » Je jette un regard foudroyant à l’assemblée de mâles alcoolisés. Malgré le peu de lumière prodiguée par les lampadaires de la rue, mon regard est assez appuyé pour qu’ils comprennent que je ne suis pas intéressée. Depuis 4 000 ans, je foule cette terre, et les ivrognes pensent toujours que leur haleine et sueur putride fascinent la gent féminine. « Oh ! Madame est furax ! Un petit verre, ça va te détendre. Allez ! Viens ! » Le troupeau de pochards s’approche de moi. L’un d’eux pose sa main sur mon bras. Mes lèvres s’étirent et dessinent un sourire artificieux. « Ben tu vois, t’es plus furax. Viens ! On va aller chez Wil, il a ramené du vin de France. Tu as la tête d’une nana qui aime bien le vin français toi. »  Mon bras libre remonte mollement vers le visage moite de l’homme. Mes doigts courent de son front gras jusqu’à sa joue charnue puis continuent son chemin jusqu’à son cou que je saisis brusquement. D’une main, je le soulève de terre. Sa gaité de soulard et de séducteur s’évanouit au même moment où la peur gagne ses yeux larmoyants. « Toucher des dames sans leur consentement, ce n’est pas bien ! » dis-je comme si je parle à un enfant. « Dis que tu ne le feras plus !!! » vociféré-je ensuite, hystérique, comme si une autre personnalité prend possession de mon corps. « Oui… » Articule-t-il avec peine. Les autres soulards éberlués tentent de faire un pas vers moi, mais de ma main libre je forme une Foudre en Boule. Étonnés, ils reculent :  « Une feys … » murmurent-ils, étouffés par la surprise. « Oui, qui ?! » hurlé-je encore. « Oui … Madame ». Contentée, j’envoie son corps valdinguer à quelques mètres de là. « Nous prenons possession de ces lieux. Messieurs, si j’étais vous, je resterais dans mon lit jusqu’à nouvel ordre. » La bande ramasse leur ami et déguerpit, apeurée. Ils sont trop jeunes pour avoir connu la guerre entre les humains et les feys, mais ils ont dû voir le cratère que nous avons laissé derrière nous aux États-Unis. Et à défaut, ils ont dû voir des images de notre guerre contre eux lors de leurs cours d’histoire au collège. Quelque chose me dit que je vais me plaire ici. Je continue mes  tribulations pour voir où je vais établir ma nouvelle demeure. Trop saouls, les jeunes hommes avaient cru rêver, fait un « mauvais trip » pendant les quelques jours qui ont suivi. Ils comprirent trop tard que ce n’était pas le cas. Nous étions bien là, prêt à nous installer ici contre leurs grès.

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Saíréann J. Mac Cárthaigh - "Zeus le vaste ciel, en plein éther, en pleins nuages".   Mer 17 Fév - 1:35
TARANIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIS

Bienvenue à toi Ce personnage dépote tellement, et puis bon, il paraît qu'on a un lien un peu très cool aussi Excellent choix de PV, j'ai hâte d'en lire plus et de t'accueillir au club des fous Laughing
Revenir en haut Aller en bas
THE THUNDER TWIN ∭ Nom de Zeus ! Tara, Taratata elle est tarée !

Saíréann J. Mac Cárthaigh

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 17/02/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1102
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Non
› L'AVATAR : Amber Heard
› LES CREDITS : Blondie - Topito
› LA COULEUR RP : DarkSlateblue

THE THUNDER TWIN ∭ Nom de Zeus ! Tara, Taratata elle est tarée !

MessageSujet: Re: Saíréann J. Mac Cárthaigh - "Zeus le vaste ciel, en plein éther, en pleins nuages".   Mer 17 Fév - 1:42
Mon petit Myrddin d'amouuur !

Merci pour cette accueil !
J'adore le club des fous ! J'ai ma carte de membre permanent normalement, mais je l'ai perdu y'a pas longtemps. Tu me la referas Happy


Thunderstorm

Le tonnerre grondait, les éclaires se suivaient presque sans interruption et la pluie se mit à tomber à torrent. [...] Ceux qui sont pour la liberté sans agitation sont des gens qui veulent la pluie sans orage. — quote : Mark Twain / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
THE CAIT SITH ∭ Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

Boyd E. Lowry

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 11/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 3162
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Q. Silvester Cavanaugh.
› L'AVATAR : Ewan McGregor.
› LES CREDITS : avatar by writerinafoxhole & gif from tumblr.
› LA COULEUR RP : hazel green (#617c58).

THE CAIT SITH ∭  Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

MessageSujet: Re: Saíréann J. Mac Cárthaigh - "Zeus le vaste ciel, en plein éther, en pleins nuages".   Mer 17 Fév - 2:41
Bienvenue miss ! Taranis est un super chouette pv donc j'approuve le choix moi aussi. Bon courage pour la rédaction de ta fiche.
*Dépose un cupcake de bienvenue*


seeking the antidote for
the emptiness of existence
It's a dangerous business, going out your door. You step onto the road, and if you don't keep your feet, there's no knowing where you might be swept off to..J.R.R. TOLKIEN

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: Saíréann J. Mac Cárthaigh - "Zeus le vaste ciel, en plein éther, en pleins nuages".   Mer 17 Fév - 2:57
Taranis la tarée heart Ça rime, c'est beau, ça lui va bien !
J'viens de me rendre compte que chez les Seelies, les feys ont souvent un pète au casque (Quoi ? Comment ça c'mon côté unseelie qui me rend impartiale ? )

OH D'AILLEURS, ta fille va être ravie de te voir débarquer ( Isaebail, sans balancer aucunement Happy )

J'te souhaite bon courage pour ta fichette en tout cas ! Et a très vite dans la partie Rp



the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
ULTIMATE BEAR ∭ Teddy Bear, le nounours bouffeur de dames frigo.

Keagan Rafferty

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 06/09/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 2504
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Apollon
› L'AVATAR : Jason Momoa
› LES CREDITS : BLC
› LA COULEUR RP : tomato

ULTIMATE BEAR ∭  Teddy Bear, le nounours bouffeur de dames frigo.

MessageSujet: Re: Saíréann J. Mac Cárthaigh - "Zeus le vaste ciel, en plein éther, en pleins nuages".   Mer 17 Fév - 8:35
BELLE-MAMAN !! Il me tarde de te voir en jeu, tu fais beaucoup d'heureux avec ce pv ! Happy


Pistols at dawn

This is me reaching and you wanting to run, Stand down or show down baby, let's get this done code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: Saíréann J. Mac Cárthaigh - "Zeus le vaste ciel, en plein éther, en pleins nuages".   Mer 17 Fév - 8:38
Bienvenue avec cet excellent choix de pv ! Bon courage pour la fiche !



 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
THE SEELIE SILLY KING ∭ Dada, le serial father de la faërie.

E. Dagda Mac Lochlain

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 18/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 809
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Le trompeur Loki.
› L'AVATAR : Tom Hiddleston
› LES CREDITS : Eden Memories - Tumblr
› LA COULEUR RP : #F6E497

THE SEELIE SILLY KING ∭ Dada, le serial father de la faërie.

MessageSujet: Re: Saíréann J. Mac Cárthaigh - "Zeus le vaste ciel, en plein éther, en pleins nuages".   Mer 17 Fév - 9:05
La folie te va si bien Happy , hâte de danser dans les abîmes avec toi.
J'avoue chez les Seelies y'a comme un grain de folie (en plus ça rime XD).
Ca doit venir de la lumière, non? Ou de la folie des grandeurs... va savoir. suspect
Brefouille, bienvenue ici toi, j'suis sûre que tu vas te plaire ici. heart


Mad King

“ Life’s but a walking shadow, a poor player
That struts and frets his hour upon the stage
And then is heard no more. It is a tale
Told by an idiot, full of sound and fury,
Signifying nothing.”  ©️ code : Ellaenys. // quote : Shakespeare.  
Revenir en haut Aller en bas
SON OF WAR ∭ Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

Liam K. O'Halloran

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 09/10/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4175
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Tomas Ó Dochartaigh
› L'AVATAR : Dylan O'Brien
› LES CREDITS : Tumblr, essentiellement
› LA COULEUR RP : Vert Olive

SON OF WAR ∭  Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

MessageSujet: Re: Saíréann J. Mac Cárthaigh - "Zeus le vaste ciel, en plein éther, en pleins nuages".   Mer 17 Fév - 9:54
Bienvenue !!

Bon courage pour ta fiche !



But she might hold him. That was all that mattered now. To hold him. To hold him. Not to let him go. Make him stay.  — quote : Ernest Hemingway / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
THE THUNDER TWIN ∭ Nom de Zeus ! Tara, Taratata elle est tarée !

Saíréann J. Mac Cárthaigh

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 17/02/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1102
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Non
› L'AVATAR : Amber Heard
› LES CREDITS : Blondie - Topito
› LA COULEUR RP : DarkSlateblue

THE THUNDER TWIN ∭ Nom de Zeus ! Tara, Taratata elle est tarée !

MessageSujet: Re: Saíréann J. Mac Cárthaigh - "Zeus le vaste ciel, en plein éther, en pleins nuages".   Mer 17 Fév - 11:21
@Boyd : Merci pour cette accueil ! J'adore les cupcakes ! Comment tu le savais ? Tu m'espionnes, c'est ça ? Tu m'espionnes ??  Mais c'est gentil quand même



@Nae : Taranis la Tarée ou Taranis la Tare ça me va bien je trouve. face

C'est vrai que les Seelies donnent l'impression de vivre dans un monde de fou. ILS VIVENT A WONDERLAND !

Ma fille O.O ?? Hey, y'avait rien d'écrit dans le scenario ! suspect
Je suis maman d'un enfant pas caché ? Un vrai de vrai ?  

ISAEBAIL !!!! Vient faire des bisous à Moman !!

@Keagan : Belle maman ? Belle maman On épouse pas mes enfants sans mon consentement Naméoooo !
Avec moi par contre ?

@Lucan : Merci bien Smile Je vais tenter de pas en faire une de 50 pages de long. Je vais épargné ça aux admis d'ici.
HEIN DAGDA Razz

@Dagda : Si j'étais princesse et que mon père voulait m'épouser, j'aurai demander une robe couleur folie à ma marraine la bonne fée.

C'est vrai que ça me va bien. Bon la folie des grandeurs, c'est un peu plus bas que la schizophrénie, mais je m'adapte vite Happy

@Liam : Merci !
Revenir en haut Aller en bas
THE CAIT SITH ∭ Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

Boyd E. Lowry

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 11/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 3162
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Q. Silvester Cavanaugh.
› L'AVATAR : Ewan McGregor.
› LES CREDITS : avatar by writerinafoxhole & gif from tumblr.
› LA COULEUR RP : hazel green (#617c58).

THE CAIT SITH ∭  Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

MessageSujet: Re: Saíréann J. Mac Cárthaigh - "Zeus le vaste ciel, en plein éther, en pleins nuages".   Mer 17 Fév - 11:31
... Mais j'offre un cupcake à tout les nouveaux.
J'espionne pas, généralement je connais parce qu'il y a une histoire derrière...


seeking the antidote for
the emptiness of existence
It's a dangerous business, going out your door. You step onto the road, and if you don't keep your feet, there's no knowing where you might be swept off to..J.R.R. TOLKIEN

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Saíréann J. Mac Cárthaigh - "Zeus le vaste ciel, en plein éther, en pleins nuages".   Mer 17 Fév - 11:42
Iseabail est l'enfant cachée dont il est mention dans le PV de Taranis face Autrement dit... c'est moi le papa, chérie heart Laughing

Quelle chouette famille on va former tous les trois ! Laughing (quand t'auras pris la peine de m'informer qu'on a eu une mioche, quand même )
Revenir en haut Aller en bas
THE THUNDER TWIN ∭ Nom de Zeus ! Tara, Taratata elle est tarée !

Saíréann J. Mac Cárthaigh

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 17/02/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1102
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Non
› L'AVATAR : Amber Heard
› LES CREDITS : Blondie - Topito
› LA COULEUR RP : DarkSlateblue

THE THUNDER TWIN ∭ Nom de Zeus ! Tara, Taratata elle est tarée !

MessageSujet: Re: Saíréann J. Mac Cárthaigh - "Zeus le vaste ciel, en plein éther, en pleins nuages".   Mer 17 Fév - 11:53
@Ardal : Ouiiii j'ai vu ça. Je suis aller fouiller
Tu arrives des siècles en retard ! Comme d'habitude :p

Moi ? Je t'ai caché une telle chose ??
Tu sais après 1 600 ans, est-ce que ça vaut vraiment le coup que je t'informe ? Happy Je t'ai éviter les couches et les pleures la nuit. Tu devrais me remercier d'abord ! face


Thunderstorm

Le tonnerre grondait, les éclaires se suivaient presque sans interruption et la pluie se mit à tomber à torrent. [...] Ceux qui sont pour la liberté sans agitation sont des gens qui veulent la pluie sans orage. — quote : Mark Twain / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
THE SEELIE SILLY KING ∭ Dada, le serial father de la faërie.

E. Dagda Mac Lochlain

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 18/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 809
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Le trompeur Loki.
› L'AVATAR : Tom Hiddleston
› LES CREDITS : Eden Memories - Tumblr
› LA COULEUR RP : #F6E497

THE SEELIE SILLY KING ∭ Dada, le serial father de la faërie.

MessageSujet: Re: Saíréann J. Mac Cárthaigh - "Zeus le vaste ciel, en plein éther, en pleins nuages".   Mer 17 Fév - 11:57
Bon j'veux pas dire, mais les papas qui s'ignorent ici on en a plein, j'crois qu'il y a une mauvaise manie de cacher des trucs aux hommes chez les femmes feys, j'me demande d'où ça vient Rolling Eyes


Mad King

“ Life’s but a walking shadow, a poor player
That struts and frets his hour upon the stage
And then is heard no more. It is a tale
Told by an idiot, full of sound and fury,
Signifying nothing.”  ©️ code : Ellaenys. // quote : Shakespeare.  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Saíréann J. Mac Cárthaigh - "Zeus le vaste ciel, en plein éther, en pleins nuages".   
Revenir en haut Aller en bas
 

Saíréann J. Mac Cárthaigh - "Zeus le vaste ciel, en plein éther, en pleins nuages".

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» A la recherche de Zeus.
» Zeusadepharius "Zeus" West
» Hecate la déesse de la magie et surtout allié de Zeus
» [Vème Tournoi]16ème de finale:Ochala,Dieu Zeus VS Thanatos Dieu de la Mort
» [Console] Tonnerre de Zeus - team débutant en duo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AES SIDHE › fáilte a thaistealaí thuirseach. :: Spring Court
Cúirt earrach
 :: Swallowing darkness :: Fiches validées
-