AccueilAccueil  Tumblr Aesien  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce qu'il y a de nouveau

La vidéo

Les Prédefs attendus


Partagez | 
 

 En vie. ∞ (NUADA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: En vie. ∞ (NUADA)   Jeu 6 Aoû 2015 - 19:09
Distillons nos haines et buvons à nos souvenirs.
ft. nuada && morrigan
Dans les ombres. Si longtemps. Morrigan était restée si longtemps parmi les ombres que chaque parcelle de son être en avait presque oublié la sensation agréable que provoquait la Faërie. Des millénaires plus tard, elle avait décidé de rompre son exil afin de retrouver les siens, parce que les humains n'étaient plus aussi enclins à les accueillir, elle et sa fille, parmi eux. Seulement, une question ne cessait de l'animer : Où résidait le véritable danger ? Parmi les humains qui ne pouvaient tolérer l'existence des Feys, ou parmi les Feys qui étaient persuadés de sa mort depuis une éternité ? L'ombre du jugement amer de Dagda planait encore dans l'esprit de l'ancienne Reine déchue. Elle se souvenait encore avec colère de son acte immonde. Si Danu n'était pas intervenue, Morrigan ne serait plus de ce monde, ni d'aucun autre, selon elle.

Mourir n'était pas une fin en soi.
Ce petit adage parfaitement humain avait le don de faire sourire laconiquement la Morrigan. Parce qu'elle avait toujours considéré la mort telle une fin tragique qu'elle pouvait éviter, jusqu'à ce qu'elle la frappe de plein fouet. Alors, la Grande Faucheuse lui était apparu, froide, implacable et finalement inévitable.

Et puis, il y avait eu ce réveil.
Ce réveil qui avait traduit le basculement silencieux qu'avait connu sa destinée. Mère d'un enfant qu'elle ne pouvait présenter aux siens, elle n'avait pu que fuir, pour ne provoquer aucune foudre ou questionnement. Ce dont avait été certaine la Rousse était que Danu n'avait pas apprécié le geste de son fils, et qu'en temps voulu, les choses allaient se payer, que ce soit au travers d'un drame ou simplement d'une punition divinement maternelle.
Esquissant alors un sourire rouge à cette pensée brulante et brutale, la Morrigan portait son regard tricolore sur cette pierre tombale gravée à son nom. Un sentiment de tristesse mêlé à l'essence même du regret l'animait. Ils avaient tous été si grands, et à présent, ils n'étaient tous que des fous enfermés sur un bout de terre. Leur existence se justifiait par leur présence, mais leur présence ne justifiait pas véritablement leur existence selon la population éphémère. C'était triste. C'était dramatique. Et la pensée selon laquelle elle n'aurait pas dû être là pour voir tout cela lui effleurait l'esprit avant de s'échapper tout autant fugacement. Parce qu'elle aimait être en vie.. Elle aimait le fait d'être de retour parmi les siens.

Fermant les yeux un instant, la Sidhe redressait le menton afin d'oublier durant un instant la tombe. Sa Tombe. Revenir vivre dans un Sithin, réintégrer la Faërie l'enivrait encore par instant. Elle avait la sensation de retrouver le confort d'une demeure perdue depuis une éternité, et dans le fond, c'était bien cela. Et même si parfois la tête lui tournait, cela ne l'empêchait pas de se satisfaire de sa présence parmi les feys.

Le regard illuminé se dévoilait de nouveau pour embrasser les lieux avant d'apprécier d'une œillade interrogative le monument. Une question ne cessait de tourner en son for intérieur : Qui avait fait ériger une tombe en son nom ? Dans son esprit, Morrigan avait toujours été certaine que l'oubli avait frappé celle qu'elle avait été et que ces vestiges avaient été balayés par les âges. Finalement, il s'avérait que cela n'était pas totalement exact.

Un Sidhe ne l'avait pas oublié.
Un seul. Dans cet univers de pure magie.
Glissant une main sur sa robe d'un rouge sanguin, elle pliait les genoux afin de se placer à hauteur d'une fleur qui avait été posé là. Se saisissant de cette dernière, elle la menait à son nez afin d'en humer le parfum. Cette fleur n'était qu'un geste anodin, peut-être même n'était-ce que le fruit du hasard, porté par le vent, et pourtant, cela provoquait un sourire sur ses lèvres peintes d'une couleur sanguine. Finalement redressée avec sa trouvaille emprisonnée entre le pouce et l'index de sa main droite, elle reculait d'un pas avant de se figer. Elle n'était plus seule.

Basculant le regard sur le côté, Naemesys apprivoisait d'une œillade la silhouette qui se découpait dans le décor crépusculaire. Des millénaires étaient passés, et pourtant.. Et pourtant.. Il demeurait le même. Sans l'ombre d'un doute, elle était capable de reconnaitre l’essence de son plus grand péché : Nuada. Son cœur se serrait, son âme s'embrasait pour un simple regard alors que son instinct appelait à la fuite. Et pourtant, ses talons restaient ancrés dans ce sol meuble. Inspirant profondément, la Morrigane savait que le temps des ombres était terminé.
Elle ne pouvait plus fuir. Surement pas lui. Il n'était pas son ennemi.. Bien au contraire.

Pivotant sur ses hauts talons, une main tenait encore cette fleur tandis qu'une seconde ramenait un pan de sa robe sur le côté afin qu'elle puisse faire un pas de côté, laissant alors apparaitre la tombe portant son nom.

« Il n'y a bien que toi qui ait pu empêcher mon souvenir de sombrer dans l'oubli. » Qu'elle lâchait dans un murmure tandis que son visage s'inclinait sensiblement afin de saluer Nuada.





the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: En vie. ∞ (NUADA)   Jeu 6 Aoû 2015 - 20:40
You're my mystery
Nuada+Morrigan

Les rayons du soleil mourant à l'horizon donnaient une couleur presque sinistre aux Jardins des Ténèbres. Quand il était revenu dans ce havre de paix de la Faërie, il avait vu les souvenirs refluer comme des vagues écumeuses ignorant les rochers sur leur passage. Lui qui avait tant gardé ses souffrances enfermées au fin fond de son âme, n'avait pas réussi à garder la tête haute. Son monde, leur monde, se mourait, lentement mais sûrement. Les années s'écoulaient et le Peuple Fey ne se renouvelait pas. Il ne restait encore que des vieilles créatures encore rongées par le passé, devenant folles et attendant qu'on leur donne la mort pour enfin être libérées. Il aurait pu être de celles-là, il aurait pu se perdre dans la folie mais il s'était accroché à ses souvenirs. Sa Mère de Déesse et son sourire, la complicité qu'il avait eu avec ses frères enfant, le sourire et la joie sur le visage d'un peuple uni et grand. Toute cette beauté s'était évaporée avec le temps, et il ne restait plus qu'un simple refuge pour ne pas connaître la totale extinction.

Il lui arrivait de se promener sur l'île, des heures durant, cherchant encore les traces d'un Glamour aujourd'hui trop faible. Il allait auprès de l'arbre sacré pour prier sa Mère afin qu'elle les aide même s'il se doutait qu'ils ne le méritaient pas. L'espoir, un mot qui résonnait dans son crâne mais qui semblait de plus en plus proche de l'écho. Et, tandis qu'il se préparait à faire son rituel quotidien, il se remémorait des souvenirs douloureux. Des disputes, des guerres, du sang, de la mort, de la souffrance, de l'humiliation. Il ne trouvait réconfort que dans les actes qu'il continuait religieusement : se lever le matin, veiller sur le Sithin, veiller sur les Unseelies pour sa Reine défunte et finir sa journée sur la tombe d'un fantôme qui n'avait jamais vraiment quitté ses pensées.

Il ne se souvenait plus de son visage, un flou dans un océan de brume, mais il ne pouvait oublier l'odeur qu'elle avait ou encore sa chevelure flamboyante. Si, à l'époque, on lui avait demandé quels sentiments il éprouvait à son égard, il n'aurait su quoi répondre. Ce fut au moment où il serra son corps ensanglanté dans ses bras qu'il avait finalement compris le sens de ses actes envers elle. Son frère l'avait fait tuer, un acte qu'il ne pourrait jamais pardonner.. d'autant plus qu'elle portait son enfant. Morrigan n'avait jamais voulu lui avouer cette vérité, tournant autour du pot comme les Feys le faisaient toujours, ignorant les questions, détournant les yeux. Il avait donc su qu'elle portait son enfant et non pas celui de son frère. Et, ce jour rouge, il n'avait pas perdu une personne mais deux.

C'était sans doute la culpabilité qui avait créé ces rituels auxquels il s'était adonné si longtemps. S'il avait pu faire quelque chose, il s'était enfuit avec elle, s'il s'était dressé face à Dagda, peut-être qu'elle serait toujours là. Alors, qu'importe le lieux où il vivait, qu'importe l'endroit où le Sithin faisait s'élever son pouvoir, il dressait une tombe pour elle. Un endroit où il pouvait se recueillir, un lieu où il ne l'oublierait jamais. Il était arrivé plus d'une fois que Lizabeth détruise son lieu de recueillement par colère, par jalousie, par crise d'hystérie, mais il le reconstruisait incessamment pour venir y apporter une fleur tous les jours à la même heure. Voilà la raison de sa présence au Jardin des Ténèbres, voilà pourquoi il bravait la douleur de voir le pouvoir des Feys mourir à petit feu. Ici, il pouvait être lui-même. Le Glamour était inutile, il n'y avait aucun humain dans ces lieux et il n'aimait pas se couvrir d'artifice ridicule pour paraître normal aux yeux d'un peuple qui avait fait souffrir le sien.

Ses longs cheveux bleu nuit étaient tressés fortement et attachés par des lanières de cuir à différents endroits. Quelques mèches argentées rejoignaient leur consœurs dans ce carcan. Il n'entendait pas le bruit de ses pas : le sol presque mort ne craquelait plus et ses chaussures de cuir remontant à ses genoux ne portaient pas de semelles assez dures pour émettre le moindre son. Sa peau blanche jurait fortement avec sa tenue noire : un pantalon, un débardeur et une longue veste de cuir d'où sortaient une multitude de ceintures aux boucles d'argent qui cliquetaient à chacun de ses pas. Dans sa main droite, portant encore les stigmates d'argent de son passé, il tenait cette ultime fleur qu'il amenait sur la tombe de Morrigan. Il venait simplement se recueillir ainsi, tous les jours, sans jamais en louper un seul et ce, depuis une éternité.

L'endroit qu'il avait choisi pour la tombe était quelque peu excentré sans doute pour que personne ne le trouve. Il devait jouer des coudes entre les arbres morts pour réussir à l'atteindre et il ne s'attendait sûrement pas à ce que quelqu'un l'ait déniché. La tête légèrement baissée, il avala la dernière distance et s'arrêta net. Relevant ses yeux tricolores, il les écarta quand la silhouette sanguine fit un pas de côté pour que son champ de vision puisse atteindre le nom qu'il avait lui-même gravé sur la tombe. Il y eut un temps mort, quelques secondes de flottement où ses muscles s'étaient contractés au point de lui faire mal. Il pensait être sous l'effet d'une quelconque hallucination, cela ne pouvait être que cela. Elle était morte. Il l'avait vu. Il l'avait porté dans ses bras. Elle avait disparu de la surface de la Terre. Elle avait rejoint sa Mère. Alors comment ? Comment pouvait-elle se tenir là ? Comment pouvait-elle lui parler ? « Qui êtes vous ? » Refusant catégoriquement de croire que Morrigan était revenue d'entre les morts, il se concentra sur la partie la plus plausible : une mauvaise blague. Il avait déjà rencontré des Feys capables de créer des choses irréelles. Peut-être que quelqu'un se cachait quelque part, savait à qui appartenait cette tombe et se jouait de lui.

Automatiquement, ses yeux glissèrent d'un point à l'autre, d'un arbre à un autre, d'une ombre à une autre. Il ne s'arrêta qu'au moment où il en revint à la silhouette sanguine. « Ce n'est pas drôle. » Son ton était sans équivoque, si froid et si dénué du moindre sentiment. Il n'avait pas été ainsi à l'époque où ils s'étaient connus, de l'eau avait coulé sous les ponts. Il n'était plus ce guerrier fier de ce qu'il était, il n'était plus ce Sidhe plein de vie. Il avait perdu et il s'en était pris trop dans la gueule pour risquer de s'ouvrir comme il le faisait avant. La fleur qu'il tenait, quant à elle, avait trouvé un point de chute à ses pieds, un symbole qui avait atteint le sol et non point la tombe. Un symbole qu'il fixait dans les mains de la Sidhe défunte. « J'aimerais que vous cessiez cette mascarade, je ne l'apprécie vraiment pas. »



Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: En vie. ∞ (NUADA)   Jeu 6 Aoû 2015 - 23:20
Distillons nos haines et buvons à nos souvenirs.
ft. nuada && morrigan
Sans ironie aucune, la Morrigane voyait en ce Crépuscule l'orée d'une nuit parfaite à leurs retrouvailles. Sa tombe était le symbole funeste de leur tragique destinée ainsi que de leur avenir incertain, resté au point mort durant une éternité. Les ombres dissimulaient au mieux leur péché, leur secret si bien gardé. Le symptôme lancinant du Grand Amour avait été leur perte, et encore aujourd'hui, l'ancienne Déesse en ressentait les affres alors qu'elle observait ce Sidhe. Si le temps s'était écoulé, il semblait qu'il n'avait affecté ses traits que sensiblement au regard de la Rousse. Il était toujours aussi séduisant, mortellement puissant. Sa carrure parlait pour lui. Son regard bien que plus dur était le déclencheur du fruit interdit qu'elle avait savouré dans ses bras. Il était ce qu'elle n'avait jamais réussi à oublier, il demeurait à jamais celui qui avait animé ses entrailles, lui donnant cet enfant qu'elle n'avait eu de cesse de chérir.

Au travers de son regard mystiquement animé, la Morrigane se trahissait. Elle laissait transparaitre cet attachement qu'elle voilait derrière un drapé de fierté. Le menton haut, la silhouette Fey déchirant le décor funeste, elle brillait sous ce soleil couchant tandis qu'un pas était avorté aux premières paroles prononcées par Nuada. Qui était-elle ? Il le savait. Il connaissait son nom, comme peu pouvait le connaitre à présent. Et pourtant.. Et pourtant, il la poussait au mot, à verbaliser l'essence même d'une identité qu'elle s'était acharnée à effacer. Parce qu'elle n'était plus la même depuis qu'elle avait cédé une partie de ses pouvoirs. Sa divinité s'était éteinte, et aujourd'hui, elle estimait qu'il ne lui restait qu'un fragment terne et insipide de ce qu'elle fût jadis. Elle flamboyait d'une lumière sanguine qui n'était qu'une part infime de ce qu'elle aurait souhaité demeurer. Eloignée de toute considération de pouvoir, la Morrigane aurait voulut demeurer la Déesse qu'elle fût, simplement parce que cela représentait son identité, son être. Et aujourd'hui, elle se sentait incomplète.

Incomplète.
Et pourtant, la présence de Nuada venait à combler un vide, de manière si instinctive que cela en était déchirant. Retenant un soupir d'entre ses lèvres, parce qu'elle ne devait pas oublier de respirer, elle penchait sensiblement le visage sur le côté avant de se décider à briser son moment de silence. « Mon image se serait-elle effacée au détriment de mon souvenir ? Ne me force pas à prononcer un nom qui m'a été arraché avec une partie de mon être, il y a de cela bien longtemps. Ne me force pas à me proclamer en tant que Reine Fantôme. Seulement.. Si tu ne m'as pas oublié, je t'autorise à souffler mon nom, quitte à ce que cela me heurte. » Qu'elle proclamait sereinement, dissimulant au mieux son mal, tandis que son avancée reprenait afin qu'elle puisse s'arrêter à une distance raisonnable de Nuada.

Ses prunelles tricolores s'échappaient du confort de celle du Sidhe tandis qu'elle en venait à observer cette fleur échouée au sol. Jumelle plus fraiche, marque de l'attachement de Nuada, c'était un végétal qu'elle prenait à parti de ramasser en se penchant afin de l'observer et le faire rejoindre son homologue logé dans sa seconde main. Redressant par la suite le menton, la Morrigan observait longuement le Sidhe tandis que ses sourcils se fronçaient. Une farce ? Pensait-il véritablement qu'elle n'était qu'une farce. Clémente, elle réalisait que sa mort aurait dû être définitive, alors.. Elle ne parvenait pas véritablement à s'offusquer.

« Je ne suis pas une illusion, ou une image fabriquée par un Sidhe à l'humour douteux. Après tout, qui se rappellerait encore de moi, aujourd'hui ? » Qu'elle lâchait avec dépit tandis que son visage signait à la négative. Son attention glissait sur les traits durcit de Nuada tandis qu'elle prenait le partie de reprendre paisiblement. « Morrigan, voilà qui je suis. » Son nom sonnait tel un écho douloureux, un écho qui lui coutait. Mais ne lui devait-elle pas au moins cela après autant de temps ? Bien sûr que si. La Reine Fantôme en était certaine tandis qu'elle tentait une dernière approche, d'un pas encore, afin de faire face au Unseelie. A cette distance, elle pouvait le toucher, elle avait envie de le toucher, mais elle ne pouvait se le permettre. Elle ne devait se le permettre. « Je suis vraiment là, Nuada. Pardonne-moi, ou du moins, n'en vient pas à me haïr de ne pas avoir demeuré morte. » A ses paroles se joignait un ultime geste, un mouvement tandis que sa main se relevait, incertaine, et venait à peine effleurer la joue du Sidhe. Son geste avorté, elle avait conscience qu'elle se permettait déjà bien plus qu'elle n'aurait dû faire. Ainsi, sa main libre retombait, lentement, retournant contre la soie de sa robe sanguine.






the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: En vie. ∞ (NUADA)   Ven 7 Aoû 2015 - 0:58
You're my mystery
Nuada+Morrigan

Aux yeux du Sidhe, tout cela n'était qu'une illusion, un véritable mensonge. Il l'avait perdu et c'était cruel de jouer ainsi avec ses nerfs après autant d'années. Il ne voulait pas y croire, il ne pouvait pas y croire. Elle pouvait avoir l'air réelle, parfaite dans ses atours, si ressemblante même dans le son de sa voix qu'il ne pouvait tout simplement pas accepter cette réalité dans laquelle elle venait de le plonger. Sa mâchoire se serra au même rythme que ses poings dont les phalanges blanchissaient sous la pression. Pourtant et malgré son déni, il ressentait le Glamour émaner d'elle, il ressentait ce faible pouvoir qui lui ressemblait. Cette inspiration qu'elle créait chez ceux qui faisaient de la guerre leur quotidien. Mais il réprimait chaque sensation, chaque parcelle de réalité qu'elle pouvait lui envoyer. Et, alors qu'elle faisait un pas dans sa direction, son pied droit eu une réaction instinctive en allant de l'arrière. Les yeux plissés, il n'osa regarder ailleurs sous le flux des contradictions qui battaient son crâne. Il voulait qu'elle soit en face de lui comme il ne le voulait pas.

« Comment ? » Les mots qu'elle avait prononcé semblaient commencer à le toucher, peut-être parce qu'il la reconnaissait vraiment à cet instant. Le ton qu'elle prenait, la manière dont elle formait ses phrases et il voulait bien avouer que le regard qu'elle posait sur lui était étrangement familier. Il avait donc posé cette question, simple et pourtant parfaitement ouverte. Il était perdu et ses sourcils froncés le prouvaient. Comment pouvait-elle être en vie alors qu'il avait vu son cadavre ? Comment avait-elle osé lui faire croire sa disparition et le laisser ainsi dans le deuil durant tout ce temps ? Comment avait-elle pu ? Il ne comprenait pas. Ni le choix qu'elle avait fait, ni la raison de sa présence face à lui à cet instant. Si elle s'était planquée autant de temps, pourquoi avait-elle décidée de venir le voir ce soir là, à cette heure précise ?

« Non. Non. » Cian n'arrivait pas à remettre ses pensées dans l'ordre, et ses mains remontèrent à son crâne un long moment, soutenant ces souvenirs lourds qui n'avaient à cet instant plus aucun sens. Sa peau s'éclairait, émettant une lueur que les Feys connaissaient que trop bien, provoquant attirance et fascination à la fois, créée par des émotions positives puissantes. Oui, il était heureux de la voir en vie - si cela était bien réel - mais en même temps, il ressentait une colère fulgurante et une déception qui pouvait aisément se ressentir. Sa peau passait d'une lueur vive à la normalité en peu de temps jusqu'à ce que tout se stabilise et qu'il avale goulûment l'air qu'il respirait en fermant les yeux. « Ne m'appelle pas comme ça. » De nouveau, le regard tricolore du Sidhe vint se poser sur Morrigan avec la ferme intention de lui montrer qu'il n'appréciait pas. Il ne la haïssait pas pour ne pas avoir succombé à l'assassin de Dagda, cela aurait été de la folie, mais il lui en voulait de n'avoir jamais essayé de prendre contact avec lui.

« Comment as-tu pu ? Toutes ces années, et tu débarques ici comme une fleur en espérant que je ne te haïsse pas ? » Son franc parler était toujours le même, ce qui lui avait causé pas mal de soucis durant ces derniers siècles, mais il n'avait pas changé pour le plaisir des autres. « C'est impossible. » Son regard se détourna de Morrigan pour se porter sur la stèle qui portait son nom. Il lui avait parlé durant des années, il avait pleuré sa mort, il avait fait son deuil, il lui avait dit aurevoir depuis un moment déjà. Le choc avait du mal à passer, il ne savait pas quoi lui dire ou comment réagir mis à part en restant sur la défensive. Soit, il aurait pu être ravi, la prendre dans ses bras et se libérer du fardeau qu'il portait mais il ne le pouvait pas. « Je t'ai fais une tombe dans chaque Sithin. J'ai respecté ta mémoire des milliers d'années durant et je me suis reproché ta mort et.. tu es en vie ? Tu.. »

Lançant une main dans les airs pour l'empêcher de le toucher, le Sidhe tourna les talons.. non pas pour partir mais pour faire les cents pas. En quelques secondes, il avait déjà marqué le sol de ses allées et venues incessantes. Sa manière à lui de réfléchir, sa manière à lui de former une barrière autour de son être pour ne pas complètement perdre la tête. Il avait envie de la secouer, de la frapper mais il ne le pouvait pas. Subitement, il s'arrêta pour lui faire face une nouvelle fois. « Pourquoi tu n'es pas revenue pour me dire que tu étais en vie ? Et.. ne donne pas Dagda comme excuse, c'en est pas une. » Son frère avait toutes les tares du monde mais il n'avait pas les yeux derrière la tête, elle aurait pu revenir pour soulager sa peine même si c'était pour mieux repartir par la suite. Et en y repensant, il s'imagina toutes les choses qu'il n'aurait pas fait si elle était venue vers lui : rejoindre le Haut Roi David, finir comme faire-valoir à Lizabeth et ensuite comme punching ball. Toutes ces choses se seraient passées autrement si elle était venue juste une seconde lui dire qu'elle était en vie mais qu'elle ne pouvait pas rester au Sithin. Les choses auraient pu être si différentes. « Pourquoi tu es ici Morrigan ? »



Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: En vie. ∞ (NUADA)   Ven 7 Aoû 2015 - 23:47
Distillons nos haines et buvons à nos souvenirs.
ft. nuada && morrigan
Dans un monde où la magie était une maitresse implacable, il s'avérait que l'impossible pouvait parfois se révéler possible. Seulement, même pour ces êtres impossibles qu'incarnaient les feys, il arrivait que cela soit difficile à concevoir. Parce que, comme l'avait pensé la Morrigan durant bien longtemps, la mort était inéluctable. Elle avait une saveur d'indéfectible, d'implacable et surtout de fin. Alors, il était évident que de revoir la Reine Fantôme était une chose qui pouvait ébahir les plus anciens. Reine Fantôme.. Diable que ce titre semblait ironique, à bien y réfléchir. Auparavant, il était l'un des titres qu'elle s'était octroyée en tant que Déesse Guerrière, inspiratrice durant les batailles sanglantes. Cependant, aujourd'hui, cela ressemblait d'avantage à un titre acquis par le biais de la fatalité. Elle était un fantôme parmi les Sidhes. Elle n'était qu'un souvenir, alors qu'elle demeurait bel et bien réelle.

Son retour avait été à la fois salvateur tout en étant d'une difficulté toute particulière. Car, si pour le cas de sa fille, l'univers de la Faërie relevait de la découverte, en ce qui la concernait, cela était d'avantage une redécouverte. Le monde qu'elle avait connu et côtoyé, aimé et détesté, se révélait à présent dégradé. Les êtres suprêmes qu'ils étaient n'étaient plus que des ébauches de ce qu'ils furent jadis. Evidemment, lorsqu'on était éternel, il était évident que le cycle de la vie était tout particulier, composé d'un nombre infini de renouveaux, pourtant.. Cela ne s'avérait pas plus simple avec le temps. On n'apprenait pas à perdre. A se détacher. A haïr plus aisément, ou même à oublier. En matière d'oubli, la Morrigan constatait que Nuada était un exemple parfait de mémoire vive. Il avait cultivé son souvenir sans jamais se résoudre à l'effacer et cela la touchait.

Cela la touchait si fortement que son cœur lui faisait mal à en crever. Mais cela n'était rien à côté de la réaction du Sidhe qui se plaçait sur la défensive. Pouvait-elle l'en blâmer ? Bien sûr que non. Cela était compréhensible. Elle ne pouvait lui en vouloir pour son regard, ses réactions ou même les paroles qu'il pouvait lui adresser. Frappée d'une sagesse que le temps lui avait octroyé, l'ancienne Déesse demeurait sereine en observait longuement Nuada. Sa première question tombait alors.. Comment ? Comment. C'était une question compliquée, une question qu'elle avait souvent imaginé sans pour autant trouver de réponse parfaite. Inspirant profondément, elle fermait les yeux durant quelques secondes avant de finalement ressentir le pouvoir du Guerrier frapper sa peau. Sa joie appelait sa joie. Sa lumière embrasait la sienne dans un souffle tandis qu'elle était prise à contrepied par cette réaction en reportant son regard sur son ancien Amant. Les prunelles tricolores analysant longuement les traits de Cian, elle finissait par lui offrir une ébauche de réponse.

« Je suis bel et bien morte, durant.. Trois jours et trois nuits. Et puis, la Déesse Mère m'a extirpé de mon sommeille, si je puis dire. » C'était bien là la seule réponse qu'elle pouvait lui donner. La réponse la plus honnête qu'elle possédait. Rares étaient les personnes qui avaient entendu ces mots en ces millénaires passés. Parce que cela était un de ses secrets les plus importants avec l'existence de sa fille. Acquiesçant par la suite à la réaction brute de Nuada, elle acceptait simplement le fait qu'elle ne pouvait le nommé par son ancien nom. Elle respectait ce choix qu'elle avait elle-même fait. Cependant.. « Comment dois-je, à présent, t'appeler ? »

La question tombait sous le sens tandis que son expression perdait de son sublime, accablée par la culpabilité. Elle connaissait et reconnaissait la force comme la cruauté de ses actes. Elle avait conscience que sa disparition avait provoqué des douleurs, du mal. Tellement de mal. Le visage se penchant à l'oblique, elle détournait le regard de celui de Nuada, ne pouvant affronter cette haine qu'elle s'était pourtant juré d'encaisser. Seulement, venant de lui, cela était bien plus complexe, plus douloureux, plus fort.. Plus lancinant. « Je comprends. Je l'accepte. » Qu'elle susurrait entre ses lèvres peintes d'un rouge sang. Une inspiration était finalement prise tandis qu'elle préférait fermer les yeux pour accepter ses propos, cette réalité à laquelle elle n'avait pas encore été confrontée. Basculant le visage de côté, pivotant légèrement, la Morrigan observait cette tombe qui avait été dressée en son nom et finalement.. Elle revenait brusquement à Nuada afin de l'observer.

« Non. Tu n'as jamais eu à te reprocher ma mort. Dagda, dans sa folie, a toujours été le seul à blâmer. Il est l'unique Sidhe à qui j'en tienne rigueur.. Sans compter mon assassin, bien sûr. » Cela était évident pour elle. Ignorant que le Sidhe avait fait passer de vie à trépas le responsable de sa mort, la Rousse songeait à se venger, d'une manière ou d'une autre. Mais n'était-ce pas déjà trop tard ? Sûrement que si. Evidemment que si.

Rejetée.
Morrigan se voyait rejeté d'un simple geste. Et encore une fois, elle l'acceptait sereinement, non sans que cela ne porte un poids à son cœur. Sa peine était à peine voilée, un peu à l'image de cette colère que lui renvoyait le Unseelie. Et finalement.. L'ultime question qu'elle n'aurait pas voulu entendre lui parvenait : Après le comment, il s'agissait du pourquoi. Silencieuse, ses lèvres se pinçaient tandis qu'elle semblait aux prises d'un dilemme dont elle ne parvenait pas à se défaire aussi aisément. Glissant une main dans ses cheveux, elle la laissait finalement retomber, à l'image de sa détermination à conserver un secret qu'elle avait préservé durant une éternité. Le regard illuminé braqué sur celui de Nuada, elle l'observait longuement avant de se décider à lui assener le choc.. Plus ou moins ultime.

« Saoirse. Elle est ma raison. Lorsque la Déesse Danu m'a fait revenir à la vie, elle a également sauvé.. Ma fille. » Blanc. Inspirant profondément, elle reprenait aussitôt. « Enfin, je devrais plutôt dire, notre fille. » Retournant à un silence assourdissant, elle jaugeait longuement Nuada, consciente de l'immensité du choc qu'elle venait de provoquer en lui. Après tout, jadis, elle s'était refusée à lui avouer cette vérité cruelle.. Et à présent.. A présent, elle renonçait simplement à le priver de son enfant. Elle ne pouvait plus le faire. « Je ne suis pas revenue pour la protéger, mais aussi pour te protéger. Tu avais mis fin à notre relation, ce que j'ai accepté et compris.. Alors, je ne pouvais pas te forcer à l'exil, comme je l'ai été. De ce fait, je l'ai élevé, j'ai veillé sur elle comme j'aurai pu veiller sur le plus précieux de mes trésors. Elle était tout ce qui me restait, de la Faërie, de ce que nous avions été, tout simplement de nous. » Nimbée d'une fierté qui lui nouait la gorge, tout autant que les émotions qu'elle ressentait, la Morrigan tentait au mieux de s'expliquer, parce qu'elle lui devait.

De nouveau silencieuse, elle laissait une minute, peut-être d'avantage, couler avant de finalement plisser les yeux. Son nom. Dans sa bouche. C'était un souvenir qu'elle avait chéri, bien avant de renoncer à son identité primaire. « Ce nom m'est pénible. » Qu'elle murmurait avant de finalement reprendre, pensive. « Il était temps. Je crois qu'il était juste temps.. C'est bien là la seule explication que je puisse t'apporter. » Et cela était bien vrai. En dehors du fait qu'elle possédait un désir ardent de vengeance. Mais cela.. C'était une autre histoire.







the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: En vie. ∞ (NUADA)   Sam 8 Aoû 2015 - 13:47
You're my mystery
Nuada+Morrigan

Les secondes s'écoulaient et il ne pouvait qu'accepter cette nouvelle réalité. Celle en laquelle il avait cru tant d'années s'effritait pour mieux exploser, ne laissant que des morceaux de souvenirs éparses autour de lui. Incessamment, des flashes inondaient son crâne, comme si son cerveau cherchait à comprendre ce qu'il avait pu manqué. Morrigan avait l'air parfaitement réelle, non pas une blague quelconque d'un farceur, elle n'était pas une image que formait son imagination, elle était aussi réelle que lui et elle se tenait non loin de la tombe qu'il avait construit pour elle. Il remettait en question ce qu'il avait vu, ce qu'il avait fait, cherchant la faille qui aurait pu expliquer cette situation mais sans succès. Ses yeux s'abaissèrent à ses pieds, ses paupières se fermant pour garder son sang froid. Il jonglait entre la colère et la joie, de quoi rendre cinglé le plus sage des Feys. Sa lumière finissait par s'éteindre complètement, sa peau gardait cette couleur lunaire qu'il avait toujours eu - même en plein soleil. Mécaniquement, il venait replacer une mèche argentée derrière son oreille en soupirant longuement. Son corps, son être tout entier avait besoin d'être adapté, il avait besoin de refaire surface et de pendre les choses avec philosophie.

Finalement, et après quelques secondes de vide, il releva les yeux dans les siens. Les Feys ne mentaient pas, ils ne le pouvaient pas et Cian en était bien conscient.. Ce fut pour cette raison que tous les mots qui s'échappaient des lèvres de Morrigan, aussi étranges qu'ils puissent paraitre, étaient accueillis comme une vérité absolue. La surprise ne l'aida pas à être plus loquace qu'il ne l'était quand il l'entendit parler de Danu. La Déesse Mère, celle qui l'avait mis au monde avant de disparaître pour devenir la divinité des Feys était réapparue en Morrigan. Il ne savait pas s'il devait être surpris parce qu'elle était intervenue ou parce qu'elle était tout simplement revenue parmi les siens. Pourquoi l'avoir choisi elle ? Pourquoi l'avoir sauvé ? Pourquoi avoir choisi ce moment pour se manifester ? Des questions qui allaient rester sans réponses et Cian en avait parfaitement conscience. Peut-être qu'elle n'avait pas apprécié que Dagda puisse porter la main sur la Reine Guerrière et son enfant qui n'avait pas encore vu la lumière du jour. A cette pensée, il se demanda si cet enfant était toujours en vie, s'il était mort avec sa mère et n'avait pas pu profiter de la lumière du soleil sur son visage, de l'air dans ses poumons; lui qui n'avait jamais réussis à mettre enceinte Lizabeth, il ressentait une certaine crainte à connaître les détails de la mort de Morrigan.

« Cian. Je m'appelle Cian. » Il ne semblait pas relever ce qu'elle lui avait dit sur Danu, mais la vérité était qu'il ne savait pas quoi rétorquer à cette annonce. Trop d'informations lui embrumaient les pensées, il n'arrivait même plus à se focaliser sur les éléments qu'elle mettait à sa disposition. « La Déesse t'es apparue. T'a t-elle dit pourquoi elle avait mis fin à ta mort ? » Il devait y avoir une raison mais, connaissant Danu et son parlé énigmatique, il doutait fortement qu'elle ait pu donner une explication. Finalement, les épaules du Sidhe se détendaient en s'abaissant quelque peu. Il ne ressentait presque plus la tension qui battait son plein dans ses muscles. Et, une pensée vint former un sourire sur ses lèvres changeant brutalement son expression renfermée en un masque de sadisme profond. Dagda.. quand il allait apprendre que leur Mère avait décidé de sauver celle qu'il avait voulu tuer, il risquait de devenir encore plus fou qu'il ne l'était. Cela faisait bien longtemps que Nuada ne s'était pas trouvé face à son frère, mais il adorerait voir l'expression contrite et paniquée qu'il pourrait montrer à cette annonce.

« Ton assassin est mort, je l'ai découpé en petits morceaux et je l'ai envoyé à Dagda. » Il n'avait pas pu nourrir sa colère en s'en prenant directement à son frère, alors il avait trouvé la justice en la main qui avait mis fin aux jours de la femme qu'il aimait à l'époque. Cette même femme qui se trouvait face à lui et pour qui il ne savait plus quoi ressentir. Le temps s'était écoulé et il avait réussit malgré lui à auréoler la mémoire de Morrigan, fantasmant sur ce qu'ils auraient pu accomplir ensemble si elle n'avait pas été tuée. Et voilà que la réalité avait pris le dessus sur le fantasme. Cependant, avant que Nuada ne comprenne toute l'ampleur de la situation, elle allait devoir continuer de répondre à ses questions. Il se serait attendu à n'importe quelle réponse, vraiment, mais pas celle-là; pas en ce qui concernait leur enfant. Au nom qu'elle prononçait, il eut un mouvement de sourcil prouvant son incompréhension, mais la suite l'acheva net. Le choc était double, ou peut-être même triple : leur enfant était en vie, c'était une fille et Morrigan annonçait clairement qu'il en était le père. Il avait tout essayé pour le lui faire avouer, mais douée dans ses réponses subtiles, elle avait réussit à l'embrouiller sur ce sujet.

« Une fille. J'ai une fille ? » A présent, il montrait un autre type de sourire, plus joyeux, plus fier qu'il ne l'avait montré jusqu'à présent. Il était père, elle avait mis au monde leur enfant et s'en était occupée. Il aurait pu être en colère face au choix qu'elle avait fait mais il comprenait qu'elle l'avait fait pour qu'il ne doive pas quitter la Faërie, pour protéger leur enfant et pire encore, qu'il n'ait pas à se mettre ses frères à dos. Danu avait sauvé Morrigan et leur fille, c'était une bonne nouvelle malgré qu'il ait toujours du mal à avaler la distance qu'elle avait placé entre eux. « Est-elle ici ? » Il voulait la rencontrer, il voulait voir son visage, lui dire qui il était, être le père qu'il aurait dû être. Qu'importe ce que pouvait penser Dagda, il n'avait plus le moindre pouvoir sur quiconque depuis la mort d'Orel. Et, même s'il voulait prendre le trône des Seelies, Nuada et Dian se mettraient sur son chemin. « A ton tour de me donner le nom par lequel je dois t'appeler aujourd'hui. Ce que nous avons été a disparu depuis longtemps, je suis bien placé pour comprendre. » Comme elle l'avait compris en retour. Et, enfin, quand elle le lui donna, il le murmura lentement pour le mémoriser ou par besoin de savoir qu'il n'était pas entrain de rêver mais qu'il était bien en compagnie de celle qu'il avait cru morte. « Je suppose que tu as survécu toutes ces années dans le monde des humains et que.. Saoirse a été ton ancre comme tu as été le sien. » Tout le monde savait que les Feys étaient emprunts de chagrin quand ils n'avaient plus aucun contact avec le Glamour d'un autre; c'était donc la logique qui parlait selon lui. Il ne pouvait pas comprendre, peut-être parce qu'il ne pourrait jamais faire parti des humains pour la simple raison qu'il a toujours été rattaché à la Cour des Unseelies. « J'aurais pu faire de toi la Reine des Unseelies.. Lizabeth n'était pas à ta hauteur. » Un franc parler digne des Feys, surtout de sa part même s'il employait un ton extrêmement respectueux quand il prononçait le nom de sa défunte Reine.



Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: En vie. ∞ (NUADA)   Dim 9 Aoû 2015 - 1:02
Distillons nos haines et buvons à nos souvenirs.
ft. nuada && morrigan
La vérité était enfin mise à nue, et la réalité pouvait reprendre ses droits. Etrangement, la Morrigan se sentait revivre pour la première fois depuis une éternité. Parce qu'elle était reconnue par une mémoire vive de l'ancien temps, parce qu'elle était reconnue par lui. Elle n'était plus un souvenir, une histoire oubliée ou simplement la Reine Fantôme. Elle redevenait partiellement celle qu'elle avait été jadis, certes, c'était sans la force qui l'avait toujours caractérisé.. Mais cela ne voulait pas dire que son identité n'en était pas moins arrachée de son sommeil. Un sourire léger glissait sur ses lèvres, illuminant subtilement ses traits tandis qu'elle se permettait d'observer Nuada. Le décor n'était pas le même, ils n'étaient plus les mêmes, et pourtant, pendant une fraction de seconde, elle se sentait revivre. Inspirant profondément afin de s'arracher à contre cœur à sa contemplation, elle reposait métaphoriquement les pieds sur terre.

Son nom ainsi prononcé, elle se prenait à l'associer à la couleur d'un de cercle concentrique niché au sein de ses iris, et cela avait le mérite de faire renaitre ce sourire timide sur ses lèvres alors qu'elle se plaisait à murmurer un.. « Cian.. » Dans un souffle achevé, elle finissait par acquiescer du chef tandis qu'elle reprenait tout simplement. « Tu portes très bien cette nouvelle identité. Il me fait penser à tes yeux. » Honnête, sans la brutalité qui pouvait l'accompagner, elle ne faisait que prononcer le fond de ses pensées. Ses paroles dépassaient quasiment ce qui était niché en son esprit tandis qu'elle finissait par laisser de côté cette remarque afin de se focaliser sur la question posée. Prenant un instant, elle se remémorait cette instant difficile de son existence.

A son réveil, le souffle lui avait manqué. Elle se souvenait avoir été désorientée, perdue dans un brouillard que sa conscience avait eu du mal à chasser. Mourir, cela avait été une expérience aussi traumatisante que fascinante, cependant, elle ne se hasardait que trop rarement à se rappeler cet épisode de son existence. « Mh.. Je.. » Les sourcils froncés, elle inspirait profondément avant de reprendre dans un murmure. « Sa pensée et ses mots étaient.. Complexes à saisir, mais dans le fond, je crois que l'idée principale à en retirer s'approchait du " Ce n'est que le début ". Outre le fait qu'elle n'ait pas apprécié le geste de son fils. Un enfant est une chose sacrée.. Surtout en considérant qu'il s'agit de sa petite fille, à bien y réfléchir. » Qu'elle achevait dans un léger sourire contrit avant de finalement hausser sensiblement les épaules.

S'arrachant à ses souvenirs, la Morrigan semblait un instant confuse. Elle avait la sensation de s'être forcée à lever le voile sur un souvenir qui aurait dû rester au fin fond de sa mémoire. Enfouissant une main dans sa longue chevelure de feu, son regard se portait finalement sur le sourire de Nuada. L'étonnement perceptible, elle se hasardait à une simple question afin de saisir l'essence de ce sourire plein de haine. « Puis-je te demander à quoi est-ce que tu penses ? » Le visage se penchait légèrement sur le côté avant qu'elle ne se décide à le redresser en apprenant la fin funeste à laquelle avait été soumis son assassin. Ses prunelles s'embrasaient d'or liquide tandis qu'un sourire rouge s'imprimait sur ses lèvres révélant la fougue brutale de l'ancienne Reine Guerrière. « Si cela ne tenait qu'à moi, je lui aurais fait manger les morceaux de cet assassin. Dagda n'est qu'un lâche, il n'a pas eu le courage de m'affronter, il a osé me prendre par surprise avec un intermédiaire. La Déesse en soit témoin, ma haine à son égard ne s'est en rien apaisée. » Mauvaise. Les rancunes de la Morrigan ne s'étaient pas améliorées avec le temps. L'ancienne Déesse ressentait un besoin irrépressible de venger, d'une manière ou d'une autre. « En parlant de ton frère, je présume qu'il est sur cette île, non ? » Au moins, Nuada pouvait être certain d'une chose : La Morrigan n'était pas simplement revenue pour se venger, parce qu'elle n'était même pas certaine qu'il se trouvait là.

Laissant la rancœur aux instants les plus mortels, la Sidhe finissait par saisir l'essence du changement d'attitude de la part du Unseelie. Saoirse. C'était elle, la raison. Et son sourire, précédemment meurtrier perdait de son éclat sanguin afin de gagner une teinte plus douce. Leur fille. Elle acquiesçait à la question de Nuada. « Elle se fait appeler Naeve. Même si elle a souhaité conserver le nom que je lui avais donné en second prénom. » Le sourire s'agrandit sensiblement en voyant la réaction du Sidhe. Elle aurait tant aimé qu'il puisse être aussi heureux à la naissance de l'enfant.. La Morrigan était certaine qu'il aurait été parfait en tant que père. « Oui, elle est là. Elle était ravie d'intégrer enfin la Faërie, parce que j'ai toujours veillé à cultiver ses racines. » Elle avait fait de son mieux, tout simplement. « Tu pourras aisément la reconnaitre, elle est un subtile mélange de l'un et de l'autre, ses cheveux sont longs, roux et ses yeux sont à la fois bleu, vert et or. Dans son sang coule la guerre.. J'ai voulu la protéger de la Guerre contre les humains, et pourtant, elle m'a suivi sans m'écouter. Je crois surtout qu'elle avait pour ambition d'entre-apercevoir son père, parce qu'elle a toujours eu connaissance qu'il était un véritable Dieu Guerrier. » Pour la Morrigan, leur enfant était une merveille, elle n'avait de cesse de faire preuve d'éloge à son sujet. Lorsqu'on ne connaissait pas la Reine Fantôme en mère, cela pouvait être étonnant, et pourtant, cela était naturel pour la principale concernée. Cela était devenu sa réalité.

« Naemesys.. On me nomme Naemesys. » Qu'elle finissait par avouer concernant son identité présente. Cependant, l'éclat de son regard s'éteignait sensiblement tandis qu'un sourire se faisait plein de désillusion. « Ce que nous étions.. Oui, peut-être. » Qu'elle lâchait dans un murmure avant de détacher son regard de celui du Sidhe. Parlaient-ils de la même chose ? C'était à en douter tandis qu'elle finissait par s'éclaircir la voix en revenant porter son attention sur son Autre. « Effectivement, j'ai veillé à ce que nous ne succombions pas au désespoir durant les époques. Ce n'était pas une chose aisée mais ce ne fût pas impossible. » Etrangement, la Morrigan s'était décidée à prendre un semblant de distance métaphoriquement parlant. Sa dignité appelait la fierté tandis qu'elle finissait par.. Etonnamment éclater de rire à cette mention de trône. Levant une main pour la poser sur son front, son visage signait à la négative.

La main retombait alors que la Sidhe reconnaissait toute l'ironie de la situation. Son rire mutait alors en un sourire tandis qu'elle se décidait à répondre. « Vous ne vous êtes jamais rencontré, et pourtant, vous prononcez les mêmes paroles. Saoirse estime que je devrais porter une couronne. Il faut croire qu'elle est bien la fille de son père. » Et plus sérieusement ? Elle inspirait profondément afin de retrouver son sérieux en quelques secondes. « Qui te dit que j'aurai été à la hauteur ? J'ai été et je suis aujourd'hui, d'une manière bien plus ironique, la Reine Fantôme. J'appartiens au passé, à l'exil. J'ai commis le plus grand des péchés au nom du Grand Amour, comment est-ce que cela aurait pu faire de moi une Reine digne des Unseelies ? » Ses erreurs étaient gravées dans sa chair et lui avait couté la vie, la Morrigan avait pleinement conscience qu'elle n'était pas un idéal à suivre. « Je n'étais même pas là à la création des deux cours. » Blanc. « Connais-tu l'adage " diviser pour mieux régner " ? Eh bien, les Humains.. Ce peuple éphémère et inculte règne en maitre à présent sur un monde qui nous appartient depuis toujours puisque nous sommes divisés. Nos guerres, nous les faisons entre nous alors que nous sommes un peuple mourant. A ce rythme-là, nous n'aurons besoin de personne pour nous mener à l'extinction.. Personne. Avant la fin des temps, nous nous serons tous entretués. » L'éclat de ses prunelles aux couleurs concentriques s'embrasaient à ses paroles avant de retrouver une teinte à la normalité relative.
Enfin, elle soupirait.
Elle s'excusait.
« Je m'emporte. Pardonne-moi. »








the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: En vie. ∞ (NUADA)   Lun 10 Aoû 2015 - 0:45
You're my mystery
Nuada+Morrigan

Se retrouver face à elle avait été un challenge. Le doute avait réussit à s'immiscer dans son esprit jusqu'à s'évaporer complètement. A présent, les souvenirs de quelques moments agréables lui revenaient lentement, l'englobant complètement. Il en esquissait un sourire léger, comme s'il les revivait les uns après les autres en laissant de côté les épreuves. Il avait fait un mauvais choix en ayant une relation avec la femme de son frère selon les lois Feys mais selon les lois de son coeur, il n'avait fait que le bien, il ne s'était pas éloigné du chemin. Il ne repensait plus au fait de l'avoir repoussé ou de l'avoir harcelé pour qu'elle lui avoue certaines vérités, mais plutôt aux moments de joie et de complicité qu'ils avaient passé l'un avec l'autre dans le plus grand des secrets. Ses cheveux de feu qui glissaient sur les draps quand elle s'y extirpait pour retourner à sa propre couche, l'odeur qu'elle laissait sur l'oreiller ou les vêtements éparses faits de voiles colorés qu'elle oubliait délibérément dans ses appartements. Il en eut un moment de vide, ne regardant rien et tout à la fois et plongeant les mains dans les poches de son pantalon. C'était paradoxal d'aimer se souvenir et de le détester à la fois mais il s'y faisait, il en avait l'habitude.

L'image de Morrigan s'effaçait au profit de celui de Danu dont il ne se souvenait que peu. Il était quasi persuadé que Dagda et Dian étaient aussi incapables de donner une description complète de leur mère, comme si elle n'avait jamais existé que dans leurs rêves. La couleur de ses cheveux, ses yeux, son odeur, son toucher, tout cela était bien trop loin ou évanescent pour qu'il arrive à en donner un sens. Après tout, elle était leur Déesse avant d'être sa mère à lui et une Déesse qui avait choisit de se manifester pour aider une femme enceinte dans le besoin. Avait-elle une idée du futur des Feys pour qu'elle puisse ainsi refuser la mort d'un enfant et de la femme qu'il aimait à l'époque ? Il n'en savait rien mais il priait un bref instant pour la remercier d'avoir eu ce geste qu'il puisse être intéressé ou désintéressé.

« Je ne me souviens pas bien d'elle, mais il me semble qu'elle a toujours aimé parler en énigme. » Ses épaules s'haussaient une seconde pour ponctuer ses paroles. Il avait longtemps cru que la Déesse les avait abandonné parce qu'ils n'étaient plus dignes de l'adorer.. encore que certains l'avaient tout simplement oublié. Mais Nuada au plus profond de lui portait toujours la présence de sa mère dans un besoin de ne jamais oublier qui il était. Tout cela avait peut-être un lien avec leur extinction, mais il n'en saurait pas plus alors il ne cherchait pas à comprendre. « J'imagine la tête que fera Dagda en sachant qu'il n'a pas réussis à te tuer. » Pour tout dire, il ne savait pas si Dagda allait être choqué, outré, en colère ou ravi mais cela n'avait pas d'importance, l'imaginer suffisait amplement à le satisfaire. Il n'irait pas narguer son frère sur son échec, ce n'était pas le genre de l'ancien Dieu Guerrier. Et, penchant la tête sur le côté aux paroles de Morrigan, il reprit sereinement : « Il était Roi, il ne pouvait se permettre de lancer un duel contre toi. J'aurais fait la même chose à sa place.. »; et de continuer tout de même «.. mais cela ne veut pas dire que j'accepte son geste ou que je le défends, bien au contraire. »

A l'époque Dagda était Haut-Roi, il n'aurait jamais mis sa vie en péril pour une histoire de justice mal placée comme David ne le ferait pas aujourd'hui.. bien qu'il ne soit plus présent parmi les Feys. Combien de Nobles Sidhes avait-il vu haïr Lizabeth et tenter quelques manigances contre elle ? Combien d'entre-eux avait-elle affronter ? Aucun. C'était Nuada qui se chargeait de les égorger dans leur lit avec Terreur Mortelle. Au fond, il aurait pu être à la place de cet assassin qui n'avait rien demandé et qui avait simplement suivi les ordres de son Roi. Malheureusement, à l'époque, il avait été si brisé par le chagrin qu'il n'avait rien trouvé d'autres que le lui faire payer.. Après tout, il avait eu besoin d'un responsable et il n'avait pas pu mettre le blâme sur son frère. Foutue fratrie. « Oui. Il est sur l'île. » Il l'avait entraperçu une fois ou deux mais n'avait pas trouvé bon le saluer, pas après tout ce qu'il s'était passé entre eux. « Laisse donc le passé là où il est. Je ne pense pas que la Déesse t'a aidé pour que tu te venges de son fils. »

Elle savait qu'il avait raison sur le sujet, sans doute était-il devenu plus au fait des politiques depuis cet ancien temps. Après tout, il avait été le consort de la Reine des Unseelies un certain temps puis en tant que Capitaine de ses Gardes il avait apprit à traiter avec chaque Fey de manière très subtile.. même si personne ne l'avait beaucoup aimé. Par ailleurs, il espérait ne pas faire fuir sa fille au passage.. Il n'avait pas beaucoup d'amis et sa froideur faisait fuir plus d'une personne. « Tu lui as parlé de moi.. » Une simple constatation car il était persuadé que Morrigan avait tourné les choses d'une telle manière que leur fille n'aurait jamais eu connaissance de son existence. « J'aurais cru que tu aurais laissé ma personne aux oubliettes après ce qu'il s'était passé. » Il ne lui en aurait pas voulu du tout, s'il avait été plus fort et moins lâche, rien de tout cela ne se serait passé. Il aurait même pu lancer un duel contre Dagda pour gagner les faveurs de la Reine Fantôme. Il aurait pu la remercier mais il ne le faisait pas, non, c'était mal vu de remercier quelqu'un aux Cours.. c'était une habitude humaine que certains avaient pris, mais pas lui.

Tranquillement, il fit quelques pas en direction de Morrigan aussi silencieux qu'un animal en chasse et il s'arrêta face à elle pour l'observer un long moment. Peut-être que son regard était un poil sévère, peut-être même qu'il se permettait de la juger quelque peu mais elle avait vécu loin.. trop loin des Feys pour avoir la moindre idée du mal que son propre peuple portait en lui. « A l'époque, tu aurais fait une merveilleuse Reine. Tu es juste et censée, Lizabeth était.. lunatique. » Il ne comptait pas insulter sa mémoire. « Les temps ont changé, aujourd'hui, tu n'en as plus l'étoffe et tu viens de m'en donner la preuve. Ne juge pas un combat que tu as vu de loin, ne juge pas un monde que tu as déserté pour, soit de nobles raisons, mais tout de même. » Le voilà qui soupirait en baissant une nouvelle fois les yeux. Il savait que la guerre entre les Cours était une idiotie mais s'il devait la recommencer, il serait le premier à couper les têtes des Seelies. « Peut-être que nous nous entre-tuerons, mais je ne laisserais jamais la Cour Dorée serrer la main de la Cour Enténébrée, jamais. Les assassinats, les messes basses, la supériorité qu'ils pensent avoir sur les Unseelies.. Tout cela suffit largement à ce que je les haïsse. Les humains règnent parce que, comme tout insecte, ils se reproduisent trop vite. Ils nous ont chassé pensant que nous avons tiré avantage de leurs femmes. Ils nous ont traité comme des animaux. » A son tour, ses yeux s'éclairaient d'une lueur sanglante. Il avait été là quand David avait décidé de baisser les armes pour demander la paix aux humains et il avait été là quand ce groupe de politiciens avaient décidé de les exclure s'ils n'abandonnaient pas leur propre culture. Cian détestait les humains comme il détestait les Seelies. Le lancer sur ce sujet n'était pas une très bonne idée. « Tu as le droit de dire ce que tu penses, mais je t'en prie, n'émet pas de jugement des actes de tes paires quand tu ne connais pas la moitié de l'histoire. »



Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: En vie. ∞ (NUADA)   Mar 11 Aoû 2015 - 22:20
Distillons nos haines et buvons à nos souvenirs.
ft. nuada && morrigan
Les souvenirs à fleur de peau éveillaient les sourires tout comme les peines. Il n'existait aucune demi-mesure aux ressentis qu'engendraient leur passé commun. Ils s'étaient aimés envers et contre tout, envers leur monde, et contre l'alliance qui avait été apposée au doigt de Morrgan. Ils s'étaient unit alors qu'ils n'auraient pas dû. Ils n'auraient pas dû.. Mais qui, en ce pauvre monde, pouvait les juger ? Qui pouvait les blâmer d'avoir été frappé par l'impossible, le plus précieux et le plus rare des sentiments.

Morrigan, sans Nuada, aurait pu être une épouse parfaite. Enfermée dans sa froideur, sa colère envers son mari, jurant qu'il n'aurait plus jamais le droit de la toucher, comme elle lui promit jadis. Et pourtant, il avait fallu qu'elle rencontre le Roi Guerrier, et cela avait tout changé. Tout court-circuité.. Non pas en un regard, ni un touché, mais plutôt avec des paroles, des instants et un respect qu'il leur revenait mutuellement. Encore aujourd'hui, l'ancienne Déesse s'estimait heureuse d'avoir rencontré le Sidhe, parce qu'il lui avait fait vivre ce que quiconque avait pu lui faire vivre, surtout pas Dagda.

S'extirpant alors de ses pensées, la Morrigan reportait son regard sur Nuada. Esquissant un brin de sourire, elle acquiesçait silencieusement tout en choisissant de demeurer muette sur le caractère énigmatique de sa mère. Etrangement, la Sidhe s'était trouvée plutôt bien placé pour connaitre les habitudes de la Déesse Mère.. Cependant, cela, elle ne pouvait le partager aussi simplement avec son ancien Amant. Alors.. Alors, le silence s'était imposé sur le sujet, jusqu'à ce que ce dernier ne glisse vers un sujet plus épineux, l'ancien époux de la Morrigan. Cette dernière plissait sensiblement les yeux avant de finalement pencher le visage sur le côté. « Qui sait ? Il sera peut-être ravi de retrouver sa très chère épouse. » Qu'elle lâchait finalement, un brin d'ironie barrant son timbre sans qu'elle ne cherche à le dissimuler.

Son expression gagnait en dureté lorsque le sujet de l'ancien roi s'étendait, encore et encore, en direction d'une pente glissante. L'humeur de la Morrigan tanguait dangereusement, prête à vaciller dans un trou noir de rancune et de colère tandis que son regard triplement coloré s'illuminait d'or. « Mh, je vois. » Etait sa seule réponse tandis que ses prunelles traduisaient des paroles bien moins simplistes. Demeurant silencieuse pendant un instant encore, elle finissait par siffler avec mécontentement un nouveau flot de paroles, échoué là par un élan de spontanéité. « Et dis-moi, a-t-il fait assassiner, une autre de ses multiples trainées ? Ah.. Je présume que non, puisqu'elles ne refusaient pas d'écarter les cuisses sur son passage. » La Morrigan ne savait pas ce qui la mettait le plus en colère : Le passé ou simplement de se rendre compte que Nuada comprenait le geste de son frère, faute de l'accepter ou de le défendre.

Réprimant une furieuse envie de frapper dans la première chose qui se trouvait sur son chemin, elle canalisait sa colère afin de l'enfermer derrière un rempart de sérénité tandis que son regard s'apaisait progressivement jusqu'à s'illuminer brièvement sous la déclaration de Nuada. « Je ne veux pas que ton frère meurt, Nu.. Cian.» C'était presque rassurant, non ? « Je veux qu'il souffre. » La vengeance était un plat qui se mangeait froid, et autant dire que Morrigan avait une bonne cargaison de surgelés en réserve. Inspirant tranquillement, elle esquissait un sourire d'un calme étonnant.

Encore une fois, elle préférait ne pas parler au nom de la Déesse et de ses choix, de leur raison ou de ses potentiels plans futurs. Cela aurait été présomptueux de sa part. Cependant, Morrigan était quasi-certaine qu'en l'éveillant à la mort, Danu avait été consciente de la colère séculaire qui animerait la Déesse Guerrière. Enfin.. Pour l'heure, la principale intéressée laissait de côté ces pensées afin de laisser glisser une expression emprunte de sincérité sur ses traits. Elle acquiesçait, de surcroit. « Oui, je lui ai parlé de toi. Et non, je n'ai pas éludé le sujet. Je n'en ai éludé aucun, à vrai dire. Mais.. Pourquoi aurais-je laissé ta personne aux oubliettes ? » Définitivement, la rancœur de la Morrigan n'était pas tournée vers Nuada.

.. Du moins, jusqu'à ce qu'il parle de cette histoire de couronne qui faisait perdre son sourire à la Sidhe. S'armant d'une expression placide, elle observait longuement son vis-à-vis tandis qu'elle encaissait une seconde cause d'énervement en peu de temps. Les yeux se plissaient, ne laissant apparaitre que deux fentes dorées lumineuses avant qu'elle ne reprenne une expression plus égale. S'avançant d'un pas vers Cian, elle s'arrêtait sous son nez. « J'ai cédé une partie de mes pouvoirs tout comme toi, j'ai fait le choix de rallier les Unseelies, visiblement comme toi. J'ai bataillé durant deux guerres, que ce soit contre les humains ou contre les Seelies. J'étais éloignée pour une.. Noble cause, j'étais un fantôme, mais je n'ai jamais abandonné les Sidhes. Alors.. Pardonne-moi si je trouve ton jugement un peu trop hâtif à mon sujet, mais.. » Blanc. Elle finissait par hocher de la tête. « Oui, je le trouve un peu trop hâtif. Mais je ne peux t'en blâmer, parce que j'ai fait le choix de disparaitre des mémoires, mais.. » Elle se détournait d'un pas en retenant un soupir avant de laisser échapper d'entre ses lèvres. « Bref. »

Ce retour à la Faërie avait eu le don de mettre ses nerfs facilement à vif, en plus d'élimer sa patience. Mais heureusement qu'elle était sereine. Heureusement qu'elle se contrôlait au mieux. Effectuant quelques pas, elle finissait par s'appuyer contre un arbre en observant d'une œillade pensive sa tombe. « Nous sommes d'accord sur le fait que les humains sont des insectes, que nous sommes supérieurs et que ce que nous avons subi était une chose injuste mais alors.. Pourquoi mourrons-nous ? » Le regard se relevait vers Nuada qu'elle observait longuement, ses prunelles trahissant une inquiétude qui était aussi compréhensible qu'étonnante de la part d'une exilée. « Pourquoi mourrons-nous, si nous sommes si bien ? Ne penses-tu pas, sincèrement, que nous avons fait quelque chose qui n'allait pas pour que Danu nous punisses par son abandon ? »

Morrigan avait conscience que sa question était une question stérile, à la réponse qui ne pourrait que frapper l'égo des Sidhes. Fermant les yeux un moment, son visage finissait par signer à la négative tandis qu'elle ne faisait que réagir aux propos du Unseelie. « L'histoire, je la connais. Je l'ai vécue.. Certes, différemment, mais je l’ai vécue. J'ai vécu le rejet brutal des humains, j'ai vécu les épisodes perpétuels d'exil. J'ai appris à haïr un peuple qui m'était jadis indifférent, j'ai appris à détester une partie des miens parce qu'ils avaient fautés. Est-ce que cela ne fait pas de moi une Unseelie à part entière ? » Une Unseelie qui ne connaissait pas seulement une partie de l'histoire, surtout.









the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: En vie. ∞ (NUADA)   Mar 11 Aoû 2015 - 23:17
You're my mystery
Nuada+Morrigan

Cian était quelqu'un qui n'hésitait pas à dire la simple vérité. Il ne connaissait pas la barrière sociale humaine qui demandait à ce que l'on englobe certains propos pour ne pas heurter les sentiments de son vis à vis. Ayant toujours vécu parmi la Faërie, il était perpétuellement sincère et cela ne le gênait pas qu'on puisse lui dire les mêmes vérités. Soit, quand on avait perdu cette habitude, c'était un peu compliqué de s'y habituer une nouvelle fois.. mais Morrigan ne pouvait pas se mettre en colère face à ses propos, surtout qu'ils étaient tous vrais. La première fois qu'il l'avait vu, il lui avait dit qu'elle était une femme brave et que son frère avait beaucoup de chances de l'avoir à ses côtés; il n'avait pas hésité à la complimenter sur sa beauté autant que de lui faire des critiques sur son caractère. Il pouvait être détestable à bien des égards mais il s'en fichait complètement. L'avis des autres n'avait pas d'importance à ses yeux, non pas qu'il se sentait supérieur à ces derniers - ce n'était absolument pas vrai - mais il considérait qu'il n'avait pas besoin des autres pour avancer.

Alors, quand elle lui lança sa tirade sur les compagnes de son frère à cette belle époque, il ne masqua aucunement sa surprise. La polygamie était quelque chose de normal chez les Feys, surtout en ce qui concernait un Haut Roi. C'était ainsi que le monde tournait : le Haut-Roi devait avoir plusieurs compagnes pour augmenter les possibilités d'avoir des enfants, beaucoup d'enfants de préférence. Soit, à leur époque, cette pratique n'avait jamais été obligatoire.. mais il ne comprenait pas pourquoi Morrigan semblait si affligée par cette situation dans laquelle elle avait été empêtrée. « C'est du sarcasme ? » Un haussement de sourcil suivit sa demande. Non, décidément, il ne comprenait pas ce qui la dérangeait autant. « Je comprends le geste qu'il a eut, celui de demander à une tierce personne d'effectuer un assassinat.. Mais je n'ai jamais dis que je comprenais le fait qu'il avait voulu te tuer. Ce sont deux choses complètement différentes. » Au final, il n'eut qu'un soupir à la suite de la discussion. A quoi bon ? Lui avait eu le temps de laisser les choses se tasser. Soit, il n'appréciait pas son frère, mais il ne le haïssait plus autant qu'avant. Pourquoi ? Parce qu'il avait fait la paix avec lui-même, il avait fait la paix avec la mort de celle qu'il aimait. Cette paix si fragile avait explosé, mais il laissait de côté ses rancœurs. A quoi bon ?

« C'est ta vie, tu en fais ce que tu veux. » Elle avait envie de faire souffrir Dagda ? Grand bien lui fasse, il n'allait sûrement pas s'en mêler. Il était devenu un Maître dans l'Art de contrôler les émotions primaires, il avait la fâcheuse habitude de s'énerver trop vite et trop rapidement.. Cela finissait souvent en bain de sang, alors il restait modéré.. autant que possible. Il était un Guerrier, de ceux qui acceptaient le combat dans sa plus grande simplicité : sur un champ de bataille avec une stratégie bien claire. Autrement, il tentait d'éviter le conflit, cela ne menait à rien. Au final, ce comportement, il l'avait apprivoisé durant sa longue période d’humiliations en compagnie de Lizabeth. Il n'avait jamais eu son mot à dire, il n'avait jamais pu se mettre en colère, il n'avait jamais pu se venger d'elle.. et il n'en avait jamais eu envie. Il s'était dit que tel était son rôle et qu'il devait servir sa Reine jusqu'à sa mort.. ce qu'il avait fait avec brio. Bien sûr, au fond de lui, il détestait Lizabeth.. mais la partie Sidhe en lui l'empêchait de se l'avouer. « Je ne sais pas, c'est sûrement par rapport à ton refus d'avouer que j'étais le père. »

La main lancée dans les airs prouvait que ce sujet n'avait pas d'importance. Il avait cru qu'elle l'avait oublié ce qui n'était pas si aberrant que cela à bien y regarder. Mais le mieux allait venir, oui, cette fameuse partie où elle le regardait droit dans les yeux pour lui dire qu'elle aussi avait fait partie de leur peuple durant son éloignement. D'ailleurs, il secoua la tête pour réfuter ses propos, un par un, au fur et à mesure jusqu'à ouvrir la bouche pour lui rétorquer sa vérité à lui : « Tu as vécu parmi les humains, tu n'es plus la même Sidhe qu’auparavant. Ce n'est pas une tare, ce n'est pas une bassesse que je te lance, c'est une réalité. Tu as peut-être participé, mais tu n'es pas différente des autres qui eux aussi ont participé mais qui ne comprennent toujours pas les véritables enjeux. Tu ne sais pas ce qui s'est passé chez les Unseelies parce que tu n'étais pas là. » Personne ne savait pourquoi Orel avait assassiné Lizabeth par exemple, sauf ceux qui faisaient partis des Cours à ce moment là. « Arrête de prendre mal tout ce que je te dis. Tu te défends des faits, pourquoi ? Je ne fais qu'énoncer des faits. »

Elle n'avait pas à juger ce qu'avaient fait les Unseelies ou les Seelies, elle n'avait pas été présente pour comprendre l'histoire. Pourquoi le prenait-elle ainsi ? Quant à sa question sur la raison des problèmes que leur peuple traversait, il ne l'avait pas. Il ne connaissait pas la réponse, personne ne la connaissait. « Je ne sais pas, nous ne sommes peut-être plus dignes des faveurs de la Déesse et c'est pour cela qu'elle nous a abandonné. Nos arbres se meurent, le Glamour s'éteint. » Ses yeux balayèrent cette partie du Jardin qui n'était plus que l’ersatz de ce qu'il était censé être. « Nos dirigeants deviennent fous.. et nous n'avons que trop peu de naissance. Bientôt, nous disparaîtrons. » Lui aussi était inquiet, mais il ne pouvait pas se voiler la face en lui disant que les choses allaient s'arranger parce qu'il n'en savait rien. « C'est peut-être une fatalité ou alors quelque chose ne tourne pas rond; il est plausible que nous ayons fait quelque chose pour mériter ça, mais sans savoir quoi nous ne pouvons pas l'effacer ou tout du moins l'arranger. »

Il avait déjà réfléchit à la question, il avait parcouru les années dans son crâne, cherchant un fait, un acte qui avait pu provoquer la disgrâce sur leur peuple mais il n'avait rien trouvé d'alarmant. La Guerre contre les humains ? Ils avaient commencé.. Et les Feys avaient eux-mêmes choisis de rendre les armes. La Guerre entre les Cours ? Elle avait été sanglante mais les choses s'étaient finalement tassées. Peut-être plus loin encore ? Il ne savait où remonter. Il se demandait simplement si c'était parce qu'ils avaient oublié leur origine afin de se mêler parmi les humains. Il ne pouvait faire que des suppositions. « Tu es donc ainsi revenue me voir pour me montrer qu'avoir eu le pied dans les deux mondes a été bénéfique sur ta manière de voir le monde ? » Il en avait l'impression. « Ou alors parce que tu voulais savoir si Dagda était présent pour assouvir ta vengeance ? » Cette visite n'avait pas l'air personnelle, vraiment pas. « Si ce n'est que ça, je suis déçu.. Ce n'est pas le genre de discussion que j'aurais aimé avoir avec toi, si tant est que j'aurais pu imaginer une discussion avec quelqu'un que j'ai cru mort. »



Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: En vie. ∞ (NUADA)   Mer 12 Aoû 2015 - 1:13
Distillons nos haines et buvons à nos souvenirs.
ft. nuada && morrigan
Être Fey était un art de vivre, une manière d'être. Et Morrigan le savait mieux que personne, cependant, elle avait dû s'adapter pour mieux survivre, en se fondant dans la masse sans pour autant en oublier son individualité ainsi que ses racines. Surtout ses racines. La Déesse avait toujours été fière de ce qu'elle avait été et cela n'avait pas changé au cours des siècles.

Pourtant.. Pourtant, Nuada pointait du doigt une évidence. Elle était différente. Elle avait changé et même si elle refusait de le dire ou de l'avouer, cela s'en ressentait tout autant dans son attitude tandis qu'elle discutait avec son ancien Amant. En observant ses réactions, la lassitude vint la prendre au corps alors qu'un soupir remontait du fond de ses entrailles afin de s'échapper de ses lèvres sanguines. « Oui, c'est du sarcasme. » Qu'elle lâchait finalement avant de finalement hausser un sourcil. L'histoire avec Dagda avait un sacré potentiel d'agacement chez la Sidhe, de ce fait, elle préférait chasser le sujet en demeurait silencieuse. De toute manière, il semblait que le sujet était plus ou moins clôt.

Ni l'un, ni l'autre n'avait envie de revenir sur le passé. Ni l'un, ni l'autre n'avait envie de revivre ce qui s'était jadis passé. Enfin, tout dépendait des instants passés, des instants concernés. Mais la Morrigan partait du postulat que concernant Nuada, cela englobait l'ensemble des évènements, alors, elle laissait aux souvenirs ce qui était aux souvenirs. Dans le fond, ce n'était pas plus mal en considérant le fait qu'ils avaient avancés tous les deux sur des routes différentes. Deux routes qui fondamentalement se retrouvaient en parallèle du fait de leur allégeance respective. Tout cela s'illustrait d'ailleurs avec les propos de Nuada : L'interminable périple de la Reine Fantôme chez les humains avait laissé des séquelles, c'était certain. Et lui, il mettait à jour cette idée, il l'exposait simplement, et c'était cela qui l'avait agacé. C'était ce qui la dépitait à présent tandis qu'elle retenait un soupir. « Pour l'heure, les faits m'irritent. » Au moins, on ne pouvait pas la blâmer pour son franc parlé. « Revenir au sein de la Faërie et se rendre compte que l'on n'y a plus sa place est à la fois logique et.. Pénible. » Pour ne pas dire douloureux. « La meilleure place qu'il me reste réside ici. » Qu'elle achevait en observant la tombe, qui semblait être le point de chute de ses paroles. Douloureux. La Morrigan n'aimait pas ressentir cette souffrance paradoxale. Elle se savait chez elle, tout en se sentant encore déracinée. C'était un peu telle une plante que l'on avait arraché à son milieu naturel, que l'on avait exilé avant de revenir la placer dans son habitat premier. Immanquablement, la sensation était déroutante. Encore plus lorsque le temps écoulé s'exprimait en millénaires. Cela faisait longtemps, tellement longtemps.

Se perdant dans le fil de ses pensées, la Rousse demeurait silencieuse avant de finalement en revenir à Nuada face à sa question existentielle. « Je suis certaine qu'elle n'est pas si loin. » Le murmure restait vague, un simple souffle, une réponse énigmatique tandis que la Sidhe observait le jardin, le feuillage, les ombres. Plongée dans une réflexion sans mots, elle se faisait oreille attentive aux paroles prononcées par le Dieu Guerrier sans pour autant lui offrir de réponse. Après tout, que pouvait-elle ajouter à tout cela ? Rien. Rien qui ne soit du vent, parce qu'elle n'avait pas plus la science infuse que ne pouvait l'avoir le Sidhe qui lui faisait face.

Se détachant du confort de l'arbre, elle faisait un pas en glissant une main dans sa longue chevelure de feu. Le regard tricolore s'embrasait en se reportant sur Nuada tandis qu'elle penchait le visage sur le côté. « Non. » La réponse était franche et directe. Elle n'était pas là pour se prévaloir d'un savoir qu'il n'avait pas en sa possession. « Non plus. » Le visage signait à la négative. Non, elle n'était pas là à cause de Dagda. Après tout, elle aurait pu le savoir de mille et une manières, autrement que par le biais de Nuada. « Je te l'ai dit.. Il était temps. Simplement. » C'était une réponse énigmatique qui s'accompagnait d'un sourire de la même teinte. Fronçant sensiblement les sourcils, elle finissait par s'avancer d'un nouveau pas tandis que son expression se lissait de toute contrariété ou de réflexion abstraite. « Quelle genre de discussion aurais-tu aimé avoir avec moi, alors ? »

Et elle s'avançait d'un nouveau pas dans la direction de Nuada, ses mains se joignant dans son dos. « Quelqu'un ? Je ne suis qu'un " quelqu'un " ? » Ses mains se dénouaient dans son dos tandis qu'elle levait alors ce duo de fleurs qu'elle avait conservées en main afin de venir en humer le parfum, le regard inlassablement rivé sur celui du Sidhe. Abaissant le bouquet de fortune, la Reine Fantôme s'avançait d'un pas, encore, réduisant à néant la distance qui la séparait de son ancien Amant. Son visage se penchait sensiblement, tout comme son buste alors qu'elle venait déposer ses lèvres sur la joue droite de Nuada.

Un simple et innocent baiser.
Un simple contact qui la faisait frissonner tandis que l'écho de ses souvenirs lointains se frayait un chemin dans son esprit alors qu'elle se redressait légèrement. « Ce genre de conversation te sied mieux ? » Qu'elle murmurait avec un léger sourire. Un fin sourire. Un sourire bien moins innocent que son geste.




the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: En vie. ∞ (NUADA)   Mer 12 Aoû 2015 - 22:16
You're my mystery
Nuada+Morrigan

Même si cela ne se voyait plus complètement, Cian était toujours entrain d'accepter cette mort qui n'en était pas une. La Déesse l'avait peut-être sauvé mais il avait du mal à comprendre l'idée même que son deuil et sa douleur n'avaient été qu'une illusion. Il avait vraiment souffert de cette disparition, il en avait gardé une culpabilité presque vivante, pompant son énergie jour après jour. Face à cet étrange sentiment, le Sidhe ne savait tout simplement pas comment réagir : Est-ce qu'il devait reprendre là où ils s'étaient arrêtés, est-ce qu'il devait garder une certaine distance, est-ce qu'il devait s'ouvrir de telle manière qu'elle puisse comprendre ses réactions ? Beaucoup trop de possibilités, beaucoup trop d'approximations à ses yeux. Elle semblait trouver cette situation parfaitement normale, elle avait débarqué, lui avait même dit qu'il avait une fille et qu'elle était en vie. Au fond, il était sur la défensive lui-même et il ne voulait pas se l'avouer. Il aurait aimé lui dire qu'il lui en voulait vraiment et qu'il ne voulait plus la revoir mais les mots restaient coincés dans sa gorge, incapable de les prononcer ou de les penser sans ressentir une certaine peine. Les émotions négatives, il en avait vraiment bouffé et il en avait un peu marre de les prendre en pleine face, comme s'il n'existait que pour se prendre des baffes mentales à chaque recoin de chemin. Pourquoi personne ne le laissait tranquille ? Pourquoi cela devait forcément lui tomber dessus ? Il priait la Déesse pour lui demander ce qu'il avait fait de travers pour mériter ça. Dagda avait été le pire des trois et ce dernier s'en sortait plutôt bien en comparaison à Cian. C'était le dernier de la fratrie qui avait perdu un être cher, c'était encore lui qui avait perdu une main, encore lui qui avait été vendu à Lizabeth..

« Je n'ai pas dis non plus que.. » ne finissant pas sa phrase, il ferma les yeux pour inspirer un grand bol d'air. Il sentait les effluves de ce qu'il restait de Glamour sous ses pas, et cela lui faisait un bien fou. Ce sentiment qu'il n'avait pas quand il était sur le Territoire humain. La luminosité se faisait de moins en moins présente et, au loin, le soleil s'abandonnait aux draps de la lune, transformant l'orangé des ombres en un argenté semblable à ses mèches claires. « Tu y as ta place mais elle n'est plus la même qu'avant. Comme j'y ai ma place bien qu'elle ait changé à son tour. Ton parcours est le tien mais la Faërie reste ta terre natale et tu y trouveras toujours ta place. » Il n'avait jamais voulu insinuer qu'elle n'avait rien à faire ici, il lui avait seulement dit qu'elle n'avait plus l'étoffe de la Reine qu'elle avait été avant. Forcément, le temps avait passé et les choses avaient changé; dont elle. Si elle avait pu être la Reine des Unseelies à la création des Cours, aujourd'hui elle n'était plus aussi proche des Feys qu'elle l'avait été autrefois. Il aurait pu l'expliquer dans ces termes, mais il n'avait pas envie de monopoliser la parole et puis elle semblait prendre mal tout ce qu'il lui disait donc il allait finir par se la fermer une bonne fois pour toute à cette allure.

Concernant Danu, il eut un sourire triste, désœuvré. Pas si loin. Elle ne se rendait pas compte de ce qu'elle lui disait là. Peut-être que Danu lui était apparu mais Nuada n'avait pas revu sa mère depuis.. oh, depuis trop longtemps. Elle lui manquait comme elle ne lui manquait pas et il savait ne pas mériter un signe de sa part, il ne s'en formalisait plus vraiment. « Je te crois. » Il ne pouvait pas lui dire grand chose d'autre, évidemment qu'il la croyait mais cela ne signifiait pas qu'il pensait vraiment qu'elle veillait encore sur eux. Et, sur le coup, il ne savait vraiment pas quoi ajouter d'autre. Ses mains plongèrent dans les poches de son pantalon tandis qu'il gardait les yeux fixés sur la progression de Morrigan. Elle avait vraiment l'air d'un fantôme dans cette luminosité et il se disait que s'il clignait des yeux, elle allait finir par disparaître complètement. « Mais non, tu n'es pas qu'un quelqu'un. » Elle le savait très bien pourquoi elle posait cette question ? Pourquoi elle détournait toujours ses propos, c'était agaçant à force. Il avait l'impression de devoir continuellement s'expliquer sur ses mots. Pourtant, il  était très clair dans ce qu'il disait, qu'est-ce qui ne tournait pas rond chez elle ?

« Je ne comprends pas pourquoi tu passes ton temps à chercher la petite bête dans mes paroles. C'est chiant. » Sincère, toujours et éternellement. Mais cela pouvait au moins les ramener en arrière : il savait que Morrigan était une chiante et c'était une des raisons qui avait poussé le respect du Sidhe. Elle avait toujours aimé détourner ses phrases ce qui avait le don d'hérisser les poils de Nuada. Il lui avait souvent dit qu'elle était pénible, et avec tout le flegme dont il pouvait faire preuve quand il ne s'agaçait pas pour un rien. « Au moins on peut dire que cette partie de toi n'a pas changé. » La voilà qui s'arrêtait de se rapprocher quand elle fut assez près de lui pour poser ses lèvres sur sa joue. Un geste qui le faisait irrémédiablement rougir.. Oh cela n'avait rien à voir avec une quelconque gène mais cela faisait plus de deux millénaires qu'il n'avait pas senti les lèvres d'une femme sur sa peau.. excepté Lizabeth qui s'était amusée à le mordre une fois ou deux pour son petit plaisir personnel. Mais un baiser, doux, sans douleur, sans la moindre arrière pensée, il n'en avait pas eu depuis très longtemps.

Ce contact était chaud et froid à la fois, et il remonta une main à la joue qu'elle venait d'embrasser comme si elle avait fait une chose incroyable à ses yeux. « C'est.. Mh. » S'il était gêné par cela, qu'est-ce que ça serait si elle se permettait de toucher ses lèvres ? Peut-être partirait-il en courant, c'était une question qui demeurait ouverte pour le moment. Il finit par regarder sa main avant de reporter son attention sur Morrigan. « Ce n'est pas.. Mh. Une conversation.. » Et Nuada venait de gagner le prix de l'évidence. « Je suis désolé, cela fait 2014 ans et six mois que je n'ai pas senti les lèvres d'une femme sur ma peau et encore plus longtemps que je n'ai pas senti les tiennes. » Il avait besoin de lui expliquer sa réaction, il ne voulait pas qu'elle le prenne comme un rejet. « Je ne sais plus comment réagir à ce genre de marque d'affection. » Un nouvel éclair de tristesse passait dans ses yeux tricolores tandis qu'il esquissait un nouveau sourire. « Mais, ce n'est pas un sujet de conversation que j'affectionne tout particulièrement. » Changer de sujet donc. « Tu as trouvé un endroit où vivre ? » Bravo Nuada, un bon point pour le changement de sujet.



Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: En vie. ∞ (NUADA)   Jeu 13 Aoû 2015 - 1:51
Distillons nos haines et buvons à nos souvenirs.
ft. nuada && morrigan
Normale. Non, la situation n'avait rien de normale. Non, la Morrigan n'agissait pas comme si cette situation était une situation à laquelle elle avait l'habitude d'être confrontée. Simplement parce qu'elle avait longtemps espéré, elle avait désespérément souhaité et inévitablement envisagé de retrouver Nuada durant les millénaires qui s'étaient écoulés. Et pourtant.. Pourtant, elle n'avait pas pu se le permettre. Parce que la situation était complexe, parce qu'elle ne pouvait mettre en danger aucun des protagonistes, ce qui incluait leur fille.

Elle avait rêvé leurs retrouvailles.
Elle avait espéré ses bras.
Et finalement, la réalité était bien plus lucide que pouvait l'être l'esprit de la Sidhe. Ils ne pouvaient pas reprendre là où ils s'étaient arrêtés, parce que le passé était une chose lointaine, inaccessible, appartenant aux souvenirs, tandis qu'ils résidaient chacun dans un monde à la coloration différente. Plus terne, plus incertain.. De plus en plus lugubre. C'était leur univers, loin de l'autre, parmi une foule de plus en plus réduite de Feys.

Esquissant un bref sourire, elle observait Nuada chercher ses mots afin de démêler une situation qu'elle avait complexifié. Mais c'était sa manière d'être, de penser et d'agir.. Et en un sens, on ne pouvait la blâmer pour ses travers. Enfin, le Sidhe ne pouvait pas la blâmer pour des travers dont il avait eu connaissance jadis. Car, s'il peinait à accepter le fait qu'elle soit en vie, la principale concernée semblait avoir digéré la nouvelle depuis longtemps. A présent et malgré elle, elle ravivait des souvenirs, des attitudes partagées, tout en tentant de garder un semblant de distance entre Lui et Elle. Par principe, parce qu'ils n'étaient plus ce qu'ils avaient été.

Ils n'étaient plus.
Tout simplement.

Un peu comme elle pouvait ne plus être au sein de la Faërie. Et là résidait une grande partie du problème. Et même si Nuada la rassurait sans le vouloir, la Morrigan avait conscience que le chemin vers la résurrection allait être long. Tellement long.. Et cette simple idée lui arrachait un soupir alors qu'elle finissait par être arrêtée dans ses réflexions lorsque le Sidhe accaparait son attention. Qu'est ce qui était chiant ? Quoi ? Ah oui. Elle était chiante. En sommes, c'était une manière bien plus simpliste et synthétique de résumer les choses. Cette réflexion lui faisait esquisser un sourire à la teinte malicieuse tandis qu'elle haussait sensiblement les épaules. « Tu sais bien que c'est ma manière d'interpréter les choses. » C'était dit avec un naturel.. Désarmant. « Être chiante, c'est une chose qui s'améliore avec le temps. Un peu comme le bon vin. » Il n'était pas certain que l'amélioration dont il était question rendait service au Sidhe.. Ni à n'importe qui, réflexion faite.

Et puis finalement, elle se décidait à se rapprocher. Pour un simple baiser sur la joue, une simple esquisse.. Un rien emplit de douceur qui, sous le regard étonné de la Morrigan, déstabilisait Nuada. Gardant sa proximité, la Reine Fantôme détaillait les faits et les gestes de son Autre tandis que son regard tricolore illuminé d'or voguait lentement sur ses traits, sur sa main qu'il amenait à sa joue avant de finalement se focaliser sur la globalité de ses traits. « Tout dépend des points de vu. » Qu'elle lâchait finalement dans un murmure en penchant le visage sur le côté. Pour elle, un simple baiser pouvait être l'ébauche d'une conversation ou d'autre chose. Mais visiblement, pour Nuada, c'était.. Autre chose encore.

Lorsqu'il en venait à s'excuser et s'expliquer, Morrigan ne parvenait pas à dissimuler sa stupéfaction. « Comment ? Pourquoi ? Enfin.. En ce qui me concerne.. Oui, non.. Bref. » Il suffisait d'une fraction de seconde et d'une inspiration pour qu'elle laisse de côté cette étonnement à fleur de peau. Après tout, elle avait entendu dire qu'il avait été auprès de la Reine des Unseelies durant une éternité alors.. Oui, la question était vraiment de savoir comment la Reine avait pu laisser de côté un Sidhe tel que Nuada. Enfermée dans un torrent de pensées, la Morrigan capturait de son regard cet éclair de tristesse et finissait par lever une main afin de glisser ses doigts lentement sur la joue de Nuada. Ce sentiment qui l'envahissait n'était pas de la pitié ou même de la compassion. Elle ressentait l'écho de sa tristesse comme elle l'avait toujours fait. Lorsqu'il souffrait, elle souffrait avec lui. Lorsqu'il souriait, elle ne pouvait que lui sourire.

Se rapprochait à nouveau d'un pas, elle gardait cette main contre sa joue. Ce simple geste, cette seconde attention innocente portait la marque de la douceur tandis qu'un sourire se dessinait sur ses lèvres. Sa peau, au contact de la sienne s'illuminait d'une lumière diffuse, semblable à une infinité de lucioles alors que cette coloration se mariait à merveille avec le crépuscule qui les abritait. Détachant finalement sa main de sa joue, elle venait glisser ses doigts le long de ses bras jusqu'à venir l'étreindre. Son corps épousant le sien, elle nichait une main à sa nuque tandis que son menton se posait contre son épaule. « Pose juste tes mains à ma taille, je ne t'en demande pas d'avantage. »

Une étreinte. Une étreinte si douce qu'elle la faisait chavirer tandis que son parfum éveillait ce sentiment plein de nostalgie qu’elle avait si longtemps refoulée. La Morrigan se souvenait alors que dans ses bras, elle se sentait bien, forte, unique et pourtant.. Pourtant, ces sentiments ne pouvaient qu'appartenir au passé. La preuve en était, il changeait de sujet tandis qu'elle se cambrait légèrement afin d'observer ses traits. Ouvrant la bouche, elle se figeait en détaillant ses traits, le dessin de ses lèvres. Irrémédiablement attirée, elle avait un mouvement lent en direction de cette bouche qui l’attirait avant de finalement inspirer profondément et d'en appeler à sa raison. Le passé était le passé.

« Oui, j'ai.. Trouvé une maison sur les terres unseelies. » Qu'elle laissait échapper, le timbre brisé par sa propre ambition muselée. « Elle est charmante. » Blanc. « La maison. » Vraiment ? Apparemment. Se glissant hors de ses bras, elle reculait d'un pas avec un léger sourire. « Je suis navrée, j'ai fait preuve d'un peu trop.. D’Audace. » C'était une manière de présenter les choses. Une manière comme une autre.




the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: En vie. ∞ (NUADA)   Jeu 13 Aoû 2015 - 6:22
You're my mystery
Nuada+Morrigan

L'amour aurait pu être vu comme un sentiment surfait. Le lien, la connexion existant entre deux personnes était vu chez toutes les espèces et les Feys ne faisaient pas vraiment exceptions. Si ces êtres étaient capables de fonder une famille sans amour et être heureux, ils pouvaient aussi être détruits par ce sentiment. Le Grand Amour, non point une légende mais une réalité pour des êtres aussi volages et inconstants qu'eux. Nuada avait connu ce Grand Amour auprès de Morrigan, sinon pourquoi aurait-il bravé les règles pour rester à ses côtés aussi longtemps que possible ? Sinon, pourquoi avait-il été détruit par sa mort ? Et surtout, pourquoi aurait-il continué à placer la tombe de l'être aimé non loin de lui pour lui rendre visite tous les jours sans en manquer un seul ? Nuada l'avait aimé. Nuada l'aimait encore mais cette sensation avait été étouffée par son besoin de supporter la perte. Non. Ils ne pourraient pas reprendre là où ils s'étaient arrêtés, surtout que la dernière fois qu'ils s'étaient vus, une dispute avait éclaté. Il avait l'impression que tout son être plongeait dans le passé, comme si ses muscles possédaient encore une mémoire lointaine de ses faits et gestes. Il avait été si heureux quand il avait appris que Morrigan était enceinte et si désoeuvré quand elle refusa d'avouer qu'il en était le père. Au début, il avait cru qu'elle ne l'avait jamais aimé comme lui l'avait fait et qu'elle préférait garder la couronne plutôt que de continuer à s'ébattre avec un Guerrier qui n'aurait jamais l'étoffe d'un dirigeant. Puis, il s'était dit qu'elle l'avait protégé comme elle l'avait pu. A son tour, nombre de fois, il l'avait rejeté, contraint de supporter la culpabilité incombant la trahison double qu'ils infligeaient à Dagda. Une culpabilité qui s'était vite envolée à la mort de Morrigan pour être remplacée par une autre.

Leurs retrouvailles auraient pu être idylliques, parfaites. Ils auraient pu se sauter dans les bras, ils auraient presque pu en pleurer mais Nuada n'était pas ce genre d'homme : il ne montrait que peu d'émotions, brisé par les champs de bataille et les épreuves. Et puis, cela faisait si peu de temps qu'il était à nouveau libre. Les Sidhes avaient la fâcheuse manie de courir derrière tout ce qui gonflait leur libido, prétextant le manque de naissance ou le besoin de repeupler derrière quelques actions pitoyablement lubriques. Nuada n'avait jamais été bien différent.. Alors, quand il dû accepter que son corps appartenait à la Reine - même si cette dernière ne l'avait plus touché - il avait dû faire de nombreux sacrifices pour la satisfaire. Ne plus regarder la gente féminine, ne plus penser à la gente féminine. Abandonner les plaisirs, même un seul baiser, avait été extrêmement compliqué et pourtant, il l'avait fait. Remonter en selle n'était pas une mince affaire mais tout ces détails n'étaient pas arrivés aux oreilles de Morrigan et il ne comptait sûrement pas lui en parler. « J'ai perdu l'habitude. Les personnes que je côtoie ne sont pas chiantes avec moi, je suis l'ancien Capitaine des Gardes et avec le rang va le respect. » Enfin, ce n'était pas tout à fait vrai mais il y croyait. Avec Terreur Mortelle qu'il portait dans son dos, engoncée dans un fourreau stylisé, venait le respect. Quand Nuada trouvait qu'un Fey dépassait les bornes, il ne se gênait pas pour frapper.. comme si c'était un acte tout à fait normal.

Encore heureux qu'il dû abandonner comme tout le monde ses pouvoirs, parce qu'à l'époque, si son épée était on ne peut plus normale, son Pouvoir de la Main d'Absorption était une vraie plaie pour les Feys. C'était ce dernier qui l'avait fait gagner contre les Sluaghs, appelés les Fomoires à la vieille époque.. Ce fut sûrement pour cette raison qu'il décida de l'abandonner par ailleurs. Secouant la tête pour oublier ces petits détails qu'il n'avait pas envie de se remémorer, il montrait aussi que ses questions ne trouveraient pas de réponses. Comment, pourquoi, il n'avait pas envie de le lui dire. « Tu ne veux pas savoir. » Si Lizabeth était morte et enterrée depuis quelques années, Morrigan était capable de la sortir de sa tombe pour essayer de lui casser la tête si elle apprenait ce que Nuada avait dû subir à ses côtés. Autant qu'elle continue de croire qu'il avait vécu de manière presque normale ces dernières années. Laissant s'échapper un léger soupir de satisfaction au contact de sa main contre sa peau, il ne fit même pas attention à l'éclat qui s'en échappait. Lui qui avait toujours été en contact avec des Sidhes ne s'en formalisait pas vraiment, c'était une preuve de leur sang, quelque chose qui les caractérisait, mais il n'omettait pas le fait que c'était aussi le résultat d'une attraction plus que positive. Leurs ébats avaient toujours été baignés dans une lumière salvatrice et il se demanda un instant si cela lui avait manqué.. à elle, ce contact si particulier.

Il baissa les yeux pour suivre cette main qui venait glisser sur ses bras, pas de contact avec la peau, la lumière disparaissait purement et simplement. Puis, il releva le menton pour l'observer : une étreinte, simple et qui ne lui demandait pas trop de pratique. Il prit tout de même son temps avant de poser ses doigts contre le tissu de sa robe, à sa taille, sans forcément les aplatir complètement. Finalement, elle s'installait dans ses bras et il sentit un profond bien être l'envahir. Il se détendit durant quelques secondes, glissant ses doigts le long de sa taille jusqu'à atteindre son dos. Il sentait l'odeur de ses cheveux de feu mais surtout, les battements de son cœur contre son torse. Sans vraiment s'en rendre compte, il se mit à la serrer contre lui, par besoin, par habitude ou parce qu'une vague de sensations venait lui couper la respiration. Elle était réelle. Elle était faites de chair. Le contact d'une femme, le contact de Morrigan, tout cela tournoyait longtemps dans son crâne, si bien qu'il ne se rendit même pas compte qu'elle essayait de s'en échapper. Pourquoi ? Il avait eu l'impression de retrouver ses sensations d'homme durant quelques secondes trop courtes à son goût et son regret se lisait largement sur ses traits. « Tu es vraie.. »

Au fond, il n'en avait plus rien à faire de cette maison. S'il avait évité de la toucher durant tout ce temps, à présent, il prenait toute l'ampleur de sa présence face à lui et il la perçait de ses yeux tricolores. Durant un instant bref, le bleu pâle était parcouru de crépitements blancs s'échappant du cercle d'or pour en atteindre le centre. Il lui en avait fallu du temps pour laisser tomber cette barrière qu'il s'était mis par peur de la déception. Cette fois-ci, ce fut sa main qui vint au contact de la joue de la Sidhe. Il s'échappait des brumes de l'impossible pour poser les deux pieds dans la réalité. « Tu es vraiment réelle. » Il ne parlait pas à un fantôme et pourtant, il y avait cru un bon moment. Sa main libre agrippa le tissu de la robe sanguine pour l'attirer vers lui, lentement, sans faire dans la brusquerie. Soit, cela faisait longtemps qu'il n'avait pas touché une femme, mais il fallait croire que certaines choses étaient un peu comme le vélo, impossible à oublier. Preuve en était, ses lèvres qui venaient fusionner avec celles de Morrigan sans lui demander son avis et au vue de l'éclat lunaire qui s'échappait de ce contact, il était bien plus que plaisant. Si le début du baiser s'était voulu chaste, Nuada avait finis par se plonger entièrement entre les lèvres de la Sidhe durant de longues secondes avant de reculer son visage pour respirer. « Là, c'est moi qui.. » Oui, c'était lui qui devait s'excuser pour son audace mais il y avait plusieurs paramètres à prendre en compte : il acceptait que la femme qu'il avait toujours aimé était en vie et puis ça faisait longtemps aussi, le manque y était sans doute pour quelque chose.  



Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: En vie. ∞ (NUADA)   Jeu 13 Aoû 2015 - 19:00
Distillons nos haines et buvons à nos souvenirs.
ft. nuada && morrigan
Tout aurait pu être bien plus idyllique, jusqu'à leur existence même. Parce qu'après tout, leur relation était illuminée par l'astre du Grand Amour. Mais comme pouvait l'illustrer les arts : Les plus grands amours se nourrissaient de douleurs. De douleurs proportionnelles à la force de leur sentiment. C'était d'une beauté cruelle, et d'une réalité affligeante pour Nuada et Morrigan. Ils s'étaient appartenus pour mieux se perdre jusqu'à ce que la mort les sépare. Ils avaient réussi à donner naissance à un Sidhe alors que la population Feys se mourrait à petit feu. Ils avaient été capable du meilleur, ensemble, formant un duo unique de guerriers et avaient subi le pire, parce que le destin n'avait su leur offrir autre chemin.

Aujourd'hui.. Aujourd'hui, ils se retrouvaient à la faveur des ombres, à l'abri des regards inquisiteurs. Et dans le fond, si la Reine Fantôme avait espéré d'autres retrouvailles, elle n'en demeurait pas moins satisfaite qu'il y ait.. Des retrouvailles.

Un sourire esquissé sur ses lèvres carmines, son visage se penchait sur le côté tandis qu'elle semblait empreinte d'un amusement qu'elle ne prenait pas la peine de dissimuler. « Tu ne crois pas plutôt que tu fais régner la terreur en créant une zone de vide autour de toi.. » Elle mimait l'existence d'une première zone entourant Nuada. « Ainsi qu’une zone de non-agression ? » Et elle montrait cette seconde zone. « Capitaine des gardes.. Non, je suis certaine que tu fais peur, te connaissant. Et tu n'as pas l'air de t'être arrangé avec le temps. » Dans la bouche de Morrigan, il était étrange de constater que cela ne sonnait pas réellement tel un reproche. C'était une réalité qui faisait naitre intérêt, pour ne pas dire convoitise au creux de ses prunelles verdoyantes et dorées. « Il se pourrait que je prenne un malin plaisir à te faire retrouver quelques anciennes habitudes. » Et ce qu'elle ne disait pas, c'était qu'elle espérait que ce plaisir soit partagé. Quoique.. Rectification, cette pensée transparaissait aisément sur ses traits.

L'expression légère se mourait sensiblement tandis qu'un éclair doré s'insinuait au coeur de ses prunelles. Ne pas savoir.. Elle ne voulait pas savoir. Evidemment qu'elle souhaitait connaitre la vérité, mais pour l'heure, elle préférait laisser de côté ce sujet. Malgré le temps passé, Nuada la connaissait plus que bien, et cette idée mettait en lumière l'idée selon laquelle la Reine Fantôme risquait de mal réagir aux révélations de son ancien amant. Inévitablement, la Sidhe laissait son esprit voguer, titillant ses pensées et son imagination. Ce qui, au final, laissait place à des images qui la perturbaient grandement.

Ces images rapidement balayé par un simple contact, un effleurement puis une étreinte, la Morrigan perdait le fil de ses préoccupations au profit d'un instant de béatitude qui n'avait aucune commune mesure. Sourire esquissé dans ses bras, doigts effleurant sa peau, elle aurait aimé ne pas s'éloigner et pourtant.. Sa raison l'avait rappelé à la sagesse, quand bien même le Dieu Guerrier semblait enfin réaliser qu'elle était bel et bien en vie.
« Oui, je suis bien là. » Qu'elle le confortait dans son opinion en nichant son regard au creux du sien.

Un ciel constellé d'étoiles, combien de fois s'était-elle perdue dans son regard ? Elle ne s'en souvenait plus. Elle ne voulait pas s'en souvenir. Parce qu'elle ne voulait pas que tout ne soit que passé, la Morrigan était paradoxe et contradiction parce qu’elle voulait, avant tout, un avenir avec ce regard, elle voulait un après avec ces mains qui faisaient naitre frissons et ivresse du touché. Fermant à demi les yeux au contact de ses doigts contre sa joue, sa peau s'illuminait de mille et une lucioles contre l'éclat lunaire de la Sienne.

La nuit et le jour. La lune et le soleil. Le froid contre le chaud. Ils avaient toujours été complémentaires, quel que soit l'endroit et l'instant. Et cette sensation, la Morrigan la ressentait à nouveau lorsque ses lèvres fusionnaient avec celle de Nuada. Un vent brulant embrasait ses sens tandis que son esprit était calmé par une brise pleine de fraicheur. Sa peau s'éclairait plus fortement encore tandis que ses doigts se crispaient légèrement contre ses épaules afin de se hisser jusqu'à sa nuque. Se rapprochant encore, elle oubliait ses excuses, elle oubliait son audace et se perdait au cœur d'un torrent de sensations.

Lorsqu'il détachait ses lèvres, elle se décidait à ouvrir à nouveau les yeux, révélant deux prunelles d'or en fusion inondant l'émeraude iridescent de ses cercles concentriques. « Laisse tomber, je ne suis pas désolée. » Qu'elle lui murmurait dans un soupir tandis qu'une de ses mains venaient à se glisser contre sa joue, lentement. Observant son geste avant de se perdre à nouveau dans son regard, la Morrigan ne quittait plus le confort de ses bras, à tel point qu'elle venait finalement reprendre d'assaut ses lèvres. Ce baiser-là n'avait rien de chaste, d'innocent ou de bienséant. Il était aussi langoureux que passionné tandis qu'elle se nouait à Nuada. Son teint de lumière était alors rejoint par cette chevelure de feu qui s'embrasait sous le coup de l'émotion. Ainsi, l'essence même de ce qu'elle était rejaillissait de l'intérieur vers l'extérieur. Son sang Sidhe trahissait toute la force des sentiments qui avaient été jadis endormis. Et ce, jusqu'à ce qu'elle détache ses lèvres à contre cœur, le temps d'une longue inspiration. Les paupières closent, elle venait poser son front contre le sien. Silencieuse.

Ce silence durait une minute, voire peut-être deux.
Et finalement, elle se décidait à le rompre en remontant son regard sur celui de Nuada. « Il faut que je reprenne mes distances.. » Qu'elle murmurait d'une voix brisée par le souffle embrasé qu'elle ne parvenait pas encore à dominer. « Mais je n'en ressens aucunement l'envie. » Au moins, les choses étaient claires. « Je suis.. Vraiment désolée. Désolée d'être partie, d'avoir disparue et de n'être jamais revenue. » Sa main droite contre sa joue accompagnait ses paroles d'une caresse esquissée tandis qu'elle venait poser ses lèvres contre sa peau, à la frontière de ses lèvres. « Et par-dessus tout, je suis désolée de t'avoir fait subir ma mort. » Elle le regrettait tant et si fort que cela en était douloureux.





the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: En vie. ∞ (NUADA)   
Revenir en haut Aller en bas
 

En vie. ∞ (NUADA)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Nuada ¤ Au delà de la mort
» Keep your secrets in the shadows. ∞ NUADA.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AES SIDHE › fáilte a thaistealaí thuirseach. :: Winter Court : Faërie
Cúirt an gheimhridh
 :: 
Sheading Rushen
 :: Le Jardin des Ténèbres
-