AccueilAccueil  Tumblr Aesien  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce qu'il y a de nouveau

La vidéo

Les Prédefs attendus


Partagez | 
 

 I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   Lun 25 Avr - 19:56
I feel like staying here by the ocean
ft. Boyd & Lucan.

D’un point de vue purement égoïste et quelque peu pragmatique, Man n’allait pas se plaindre, lui, d’avoir vu son vieil ami débarquer sur Ellan Vannin. Nonobstant les raisons qui l’avaient poussé à venir s’installer ici, les boulets qu’il traînait peut-être à son pied ou dans ses valises, les problèmes qu’il amenait dans son sillage ou qu’il savait trouver sur l’île, Boyd était bel et bien là et Man en était ravi. Comment ne pas l’être quand cela signifiait retrouver un ami ? Le temps était si long pour les gens comme eux… Les au revoir devenaient des adieux, les à bientôt se transformaient en siècles de séparation, le moindre voyage s’étirait sur des décennies, tout simplement parce qu’ils le pouvaient, parce qu’ils avaient le temps. Parce que leur vie ne pouvait être remplie que parce qu’ils avaient déjà, que tous, autant qu’ils étaient, recherchaient plus, toujours plus, au travers du voyage, des rencontres, des relations. Et si certains prenaient racine au risque de se transformer en arbre millénaire, d’autres, comme Boyd, comme Man, partait sur les routes, allaient à droite et à gauche et ne retrouvaient leurs proches souvent qu’au gré de hasard bienheureux, poussés par le vent ou la Déesse elle-même. En l’occurrence, il était bien sûr aujourd’hui beaucoup plus simple de retrouver un membre de sa famille ou un ami : Ellan Vannin était la dernière terre des Feys, la seule, désormais, et ne brillait pas par son immensité. Il était donc normal, alors que l’île attirait les Feys comme la lumière d’une bougie les papillons de nuit, que tous viennent ici, peu importaient leurs raisons, et qu’ils finissent par se croiser et se retrouver. Néanmoins, nombre d’entre eux se trouvaient encore parmi les Humains, ne se sentant nullement l’obligation ou le besoin de rejoindre la Faërie. Boyd aurait pu faire ce choix-là, il n’aurait pas été paradoxal compte tenu de sa personnalité et de ses décisions passées. Mais il était venu. Peut-être à reculons, peut-être pour des raisons obscures même à lui-même, peut-être au contraire dans un but très précis. Dans tout cela, Man ne retenait que la chance que le destin lui offrait de retrouver à nouveau son vieil ami alors que tant de temps et d’espace les avaient séparés.

Il afficha un sourire presque attendri en réponse au commentaire de Boyd sur la façon dont Cian les avait sauvés lors du couronnement. Lui aussi l’avait vu en action, bien souvent, avant cela, mais il n’était pas roi alors. Il excellait déjà dans sa partie, malgré les contraintes, le carcan étroit que lui imposait Lizabeth. Un léger soupir s’échappa de ses lèvres.

« Le sacrifice est inhérent à la fonction de roi, avant même de parler d’attaques ou d’ennemis. Mais ce sacrifice n’aura de sens que s’il n’en meurt pas. »

C’était probablement pire, dans un sens, puisque la majorité des gens préféraient mourir que souffrir, mais il n’y avait pas que cela à la fonction de roi, il n’y avait pas que la souffrance, la récompense était à la hauteur de ce qu’il fallait donner en échange. Tout était une question de tempérament, dans l’absolu. Lizabeth avait été heureuse. Cian en était-il capable ? L’avenir le dirait. Il croisa le regard de Boyd avec la même lueur amusée dans les yeux que lui. Et voilà qu’à présent il parlait des Unseelies comme de gens à qui il tenait… Man voyait dans son attitude plus un réflexe né de son incapacité à rester inactif face au danger. La salle aurait-elle été pleine de ses amis et de sa famille que l’Élémentaire aurait compris que son ami donne autant de lui pour les sauver, mais des inconnus ? Des inconnus Unseelies ? Il faut croire que le Cait Sith ne pouvait simplement pas supporter la souffrance des autres, du moins pas sans tenter tout ce qu’il pouvait pour y mettre un terme. Ce qui prouvait bien qu’il avait besoin de quelqu’un à ses côtés pour l’assommer. Sinon, parce que la majorité des gens étaient pareils, ce ne serait qu’un festival de sacrifices dans tous les sens, la course au sacrifice, à celui qui mourait le plus vite pour sauver tous les autres. Tel le vieil homme qu’il était probablement, Man songeait qu’il fallait savoir raison garder. Les propos joyeux de son ami le tirèrent de ses pensées et il afficha un sourire quelque peu béat, comme toujours dès que sa fille apparaissait dans une conversation.

« Elle est née en un temps où les choses étaient plus simples pour tout le monde. »

Encore que… La mère de sa fille l’avait bien abandonnée parce qu’elle trouvait, au contraire, la situation beaucoup trop compliquée. Mais pour Man, tout cela avait toujours été d’une simplicité enfantine. Il avait aimé sa relation avec Fand, avait été ébahie par l’apparition d’Erina et l’avait emmenée avec lui après avoir dit adieu à Fand sans se retourner.

« Aussi banal que ce soit à dire, elle est ma plus belle réussite. Vous vous entendriez bien tous les deux, elle ne tient pas en place, toujours en voyage, toujours à vouloir découvrir de nouvelles choses. C’est une surprise pour moi de l’avoir retrouvée ici, mais je la soupçonne de déjà préparer son prochain voyage. »

Il avait toujours laissé Erina faire ce qu’elle voulait et aller où elle le souhaitait. Son sourire se flétrit un peu alors que les paroles de la Vampire explosaient de nouveau dans ses oreilles et que sa conversation avec sa fille lui revenait à l’esprit. Avait-il encore le droit de parler d’Erina comme un père, après l’avoir ainsi abandonnée à son sort, ignorant des tourments qu’elle subissait ? Lors du couronnement, Boyd avait fait pour elle ce que Man n’avait pas fait ces deux cents dernières années : protéger Erina. Cette seule pensée l’emplissait de rage, de honte, mais aussi de reconnaissance envers le Kith.




 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
THE CAIT SITH ∭ Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

Boyd E. Lowry

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 11/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 3162
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Q. Silvester Cavanaugh.
› L'AVATAR : Ewan McGregor.
› LES CREDITS : avatar by writerinafoxhole & gif from tumblr.
› LA COULEUR RP : hazel green (#617c58).

THE CAIT SITH ∭  Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

MessageSujet: Re: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   Jeu 22 Sep - 12:53
a cat seeking peace by the ocean

I feel like staying here by the ocean

ft. Lucan & Eoghan


Boyd considérait avoir perdu assez de monde dans sa vie pour croire qu'il pouvait au minimum donner un peu de sa personne quand la situation tournait au rouge comme cela avait été le cas lors du couronnement. Unseelie, Seelie, Fey, Humains... Cette pensée le faisait doucement rigoler, car à ce moment précis cette idée était plus improbable, il y a quelque jours, il n'aurait pas été prêt à affirmer qu'il serait incapable de laisser des Sidhe Unseelie mourir, au contraire, si sa mémoire ne lui faisait pas défaut, il avait tenu un tout autre discours auprès d'Elatha. Le naturel qui revenait au galop, l'instinct, que ce soit de survie ou tout simplement celui qui lui crier que ce n'était que le début et peut-être les Feys n'étaient pas les seuls dans le collimateur de David et cet étranger. Lucan avait certainement raison, il était tout de même mieux de rester en vie que de mourir pour les autres et quelques part, Boyd n'avait pas envie de mourir, il avait plutôt envie de voir les choses aller dans le bon sens, quitte à passer par un moment de trouble.

Il changea tout de même de sujet, cela faisait bien assez de confidence pour une journée et il commençait à questionner son état mental, sentant bien que sa colère et son scepticisme qui l'avaient animé en la présence d'Elatha, étaient aussi forts que les sentiments d'optimisme et le soulagement qu'il ressentait avec celle de Lucan.

« Ah vraiment ? » S'esclaffait le Cait Sith, cherchant dans sa mémoire un moment où les choses étaient réellement simples, car il se souvenait à peine de son enfance et adolescence, puis il y a eu la division des cours et à partir de là, rien n'avait été simple, ni chez les Feys, ni chez les hommes. Et avant, il y avait eu la guerre entre les Feys et les Daoi-Siths, alors sa fille devait avoir au moins quatre millénaires derrière elle. Néanmoins, dans la voix du père qu'était l'élémentaire, elle restait cette enfant, cette fille, cette jeune femme, mais certainement pas une Fey qui avait autant de bagage que lui. D'ailleurs, ce dernier devait donc être encore plus vieux que ce que Boyd avait imaginé par le passé. Une lueur intriguée s'alluma dans le regard vert bouteille du Caith Sith, regardant Lucan avec une certaine tendresse à peine masquée hochant la tête avec entrain. « Je ne suis donc pas le seul a vouloir m'échapper à peine arrivé. » Car même si l'île existait depuis déjà deux ans, cela ne représentait pas grand-chose dans la vie des êtres immortels qu'ils étaient. Pas plus qu'une soirée qui a tourné au drame, s’ils trouvent la solution et la créature derrière tout cela, peut-être qu’ils mettront cela derrière eux. Boyd avait la foi que les Feys continueraient à veiller sur la terre, des créatures faites pour rester, peut-être pas tous, mais assez pour raconter cette histoire comme un épisode prompt au changement.

« Ce n'est pas banal. » Le rassurait-il.

Boyd n'avait pas eu d'enfant, bien que sa nature de Fey l'avait traînait dans plusieurs couches, il n'avait jamais eu cette chance. Il n'en voulait pas non plus, peut-être que la déesse en avait bien conscience, de plus il s'était révélé être un très mauvais modèle dans sa communauté. Les Cait Sith n'étaient pas fait pour le voyage et se mêler aux autres, c'est à l'inverse qu'il avait vécu, et même entraîné deux de ses neveux à une période où les Cait Siths étaient encore chassés. Si ni l'un, ni l'autre n'avait péri sous son aile, il n'était pas certain d'avoir réellement était digne d'un tuteur, sa nièce était partie pour rentrer dans les trous typiques des Cait Siths et son neveu avait fini par rejoindre le Songe pour devenir médecin de la cours Seelie. Loin de l'objectif qu'il s'était fixé, mais au moins ils avaient fait un choix en ayant un peu vu l'extérieur, peut-être n'avait-il pas tout raté pendant cet épisode. Ce fut assez pour le vacciner d'une envie d'avoir des enfants par contre, il préférait se construire un autre type de famille, même si ce n'était qu'une chimère enfouie au profit de projet de roman et d'intérêt divers et variés.

« Être père, c'est tout un poème. » Une affirmation mesurée dont il était assez confiant pourrait enclenché un tas d'anecdotes et de crainte. Si les Cait Sith fonctionnaient comme leur nature animale, le côté parental des Feys était au cas par cas et Lucan, il devait chérir sa fille comme une perle d'une de ses huîtres perlières, l'unique joyau à ses yeux et donc quelqu'un en qui il tenait énormément. Boyd en était certain vu le comportement de l'élémentaire à l'égard de cette dernière. « Qu'elle s'en aille ou non, l'avoir à tes côtés est un moment à chérir, prendre le temps de vous parler et rattraper le temps perdu, crois-moi, généralement les enfants veulent passer du temps avec leurs parents plus qu'ils ne veuillent l'admettre. Même après des siècles de silence et de brefs échanges. » Boyd avait retrouvé Lòegaire à Ellan Vannin et depuis, le médecin Seelie ne manquait pas une occasion de venir le voir, il avait eu d'autre conversation avec certains ayant manqué de temps avec leur parent, et même lui aurait voulu en avoir un peu plus.

« D'ailleurs, ne devrais-tu pas être avec ta fille, plutôt qu'avec le gros chat râleur et sceptique que je suis ? » Il appréciait l'attention que lui portait l'élémentaire, autant que l'amitié qui les unissaient suite à un coup de cœur inopiné. Boyd n'avait pas eu d'ami aussi proche depuis au moins deux cent ans et le trouvait en la personne de l'élémentaire, aussi Unseelie et tournait vers la politique qu'il soit, le touché énormément. C'est d'ailleurs pour cela qui ramenait sa logique, en tant qu'ami, rappelait les priorités à Lucan était tout aussi important que de partager leurs états d'âme.

Spoiler:
 




seeking the antidote for
the emptiness of existence
It's a dangerous business, going out your door. You step onto the road, and if you don't keep your feet, there's no knowing where you might be swept off to..J.R.R. TOLKIEN

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   Mar 11 Oct - 19:25
I feel like staying here by the ocean
ft. Boyd & Lucan.

Sans regarder Boyd, Man hocha sagement la tête, comme si son ami avait énoncé là une des grandes vérités de la vie. Bien sûr qu'il n'était pas le seul. De ce point de vue-là, on pouvait probablement affirmer sans trop prendre de risques que les gens se divisaient en deux catégories : ceux qui voulaient voyager, et ceux qui ne le voulaient pas. Ceux qui ne tenaient pas en place, et ceux qui restaient ancrés à leurs racines avec acharnement. Ceux qui voyaient dans le reste du monde des tas d'opportunités - fuir quelque chose, se cacher, apprendre, rencontrer, s'adapter, se réinventer, esquiver les responsabilités, etc. - et ceux qui au contraire dépérissaient à peine s'éloignaient-ils de l'univers qu'ils s'étaient bâtis et qu'ils contrôlaient et auxquels ils étaient attachés au point de ne vouloir le quitter. Il n'y avait pas vraiment de demi-mesure en la matière. Man étaient de ceux qui avait eu le besoin de voir le monde, porté par sa curiosité, sa soif de découvrir d'autres populations, d'autres cultures, son besoin de s'éduquer, parfois son désir de disparaître. Et sa fille était comme lui. Comme Boyd. Et à l'inverse, la mère de Niam avait toujours évolué dans un monde aux frontières bien établies et qu'elle avait toujours refusé d'abandonner. Man se demandait parfois comme l'on pouvait vivre des milliers d'années sans jamais parcourir plus que quelques centaines de kilomètres, comment ne pas mourir d'ennui et de monotonie, et pourtant, les Sithins étaient plein de ces irréductibles casaniers, aussi attachés à leur immobilisme qu'à celui de leur société. Mais jamais il n'aurait pu empêcher sa fille d'aller de par le monde - alors que Fand, si elle l'avait gardée auprès d'elle, l'en aurait probablement dissuadée. Il faut croire que les enfants étaient bel et bien façonnés, dans une certaine mesure, à l'image de leurs parents.

Les paroles de Boyd, sans que ce dernier n'en ait conscience, peut-être, touchaient très exactement à ce qui minait l’Élémentaire ces derniers temps, et résonnèrent donc singulièrement dans son esprit. Ces mots s'appliquaient très exactement à Man et à Niam. Man savait que sa fille lui vouait une grande admiration. Il savait aussi qu'une telle dévotion vouait souvent les enfants à se fixer des objectifs impossibles pour atteindre ce qu'ils pensaient être la satisfaction parentale. Oui, Niam lui racontait toujours ses voyages avec une certaine fébrilité dans la voix, comme si elle attendait son approbation. Mais lui ne faisait rien peser de tel sur son enfant. Et son tort était probablement de ne l'avoir jamais dit à Niam, tant cela lui paraissait naturel, tout comme il ne lui disait pas souvent à quel point il l'aimait puisque cela coulait de source. Et en effet, ces derniers siècles, sa fille avait bel et bien gardé le silence, était partie pour bien plus longtemps que d'habitude. Et le fait que Boyd l’énonce ainsi fit de nouveau vibrer une corde douloureuse en lui. Elle avait disparu parce qu'elle était tombée entre les mains d'Elatha. Voilà quelle était l'horrible vérité. Si Man s'était un peu plus intéressée à sa fille, son supplice, au moins, aurait pu en être écourté. Et leur relation, aujourd'hui, aurait pu en être encore intacte. Une vague de rage se souleva en lui, se fracassa contre les parois de son esprit.

« Tes mots sont on ne peut plus justes. Je dois chérir ces moments à ses côtés. J'ai appris que son dernier voyage s'était... disons, mal passé. Elle a croisé la route d'une créature infâme. »

Il soupira doucement. Oui, il aurait dû être avec elle. Mais il était là. Quand on parlait de fuite...

« On souhaiterait les protéger de tout, en sachant qu'on n'en a pas le pouvoir, et que les épreuves font de toute façon partie de la vie. J'imagine que cela va au-delà de la parentalité, c'est une pensée universelle. »

C’était après tout là le sujet premier de leur conversation, avant qu’elle ne dévie sur Niam. Man esquissa un sourire et tapota l’épaule de son ami en signe d’acceptation.

« Tu as probablement raison, je devrais être avec elle, encore faut-il qu’elle me veuille à ses côtés. Alors en attendant, je tergiverse ici, sur cette place, et je profite de ta compagnie ! »

Mais il faudrait bien que ce moment cesse, que tous deux reprennent chacun leur route, jusqu’à leur prochaine rencontre, et alors il n’aurait plus aucune excuse pour repousser tous ces moments fatidiques. Il était reconnaissant à Boyd, en quelque sorte, de sa présence, qui lui changeait les idées et lui permettait aussi de s’abriter des responsabilités. Mais le Cait Sith lui-même n’était pas homme à rester ainsi en place, statique, planté dans le sable. Par la force des choses, ce moment aller passer, s’achever.




 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   
Revenir en haut Aller en bas
 

I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» A drop in the ocean ; Sutton
» Rosemary > Can you make it feel like home ?
» Sahara ▬ I feel so close to you right now, it's a force feel [DONE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AES SIDHE › fáilte a thaistealaí thuirseach. :: Autumn Court : Douglas
Cúirt fhómhair
 :: La Périphérie :: Autres
-