AccueilAccueil  Tumblr Aesien  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce qu'il y a de nouveau

La vidéo

Les Prédefs attendus


Partagez | 
 

 “ mémoire d'outre-tombe. ” ∞ (SCATHACH)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: “ mémoire d'outre-tombe. ” ∞ (SCATHACH)   Sam 19 Mar - 21:30
mémoire d'outre-tombe

ft. scáthach && morrigan

A la faveur d'une nuit fraiche et affranchit des dangers, elle était là. Le jupon froissé, le voile sanguin en parti terreux, elle était assise au bord du trou qu'elle avait elle-même creusée, face à cette pierre tombale où était gravé une épitaphe qui l'avait frappé la première fois où elle l'avait lu. A la regarder, elle et sa longue chevelure de feu nouée à divers endroits afin d'en épargner la longueur au sol du jardin des ténèbres.. Elle et sa posture voutée, couvant un objet, elle semblait s'être extraite de cette tombe profanée qui gravitait à ses pieds, qui la narguait avec simplicité. Morrigan n'était plus le spectre, elle retrouvait les morceaux du puzzle oublié depuis une éternité. Elle renaissait tel un phénix, tel un phénix qui se muait en corbeau de jais et de sang.

Son trésor entre ses doigts, elle l’étreignait fortement tandis qu'elle ne ressentait aucune force jaillir de l'objet. Il était inanimé, comme aurait pu l'être tout objet. Il était inanimé, et Morrigan soupirait tandis qu'elle finissait par s'arracher souplement de son trou. Elle s'arrachait à sa propre mort, tout à fait symboliquement, le regard d'or et d'émeraude détaillant longuement cet objet que les ombres dissimulaient. Pourquoi ne réagissait-il pas ? Non, elle. Elle avait toujours préféré le féminin, malgré le symbole masculin qu'elle véhiculait de manière intrinsèque. Elle avait toujours été une femme dans l'âme. Et où était cette âme d'ailleurs ? Son absence l'avait-elle tuée ? Enterrée aussi métaphoriquement que physiquement. Ses doigts s'agrippaient aux détails, déléguaient la terre, cherchaient à retrouver l'éclat des millénaires passés, et pourtant, elle avait l'impression que c'était peine perdue.

Fermant les yeux un instant, Morrigan s'avançait de quelques pas pour s'éloigner de sa tombe, un regard coulait en biais en direction du trou béant avant de finalement se reporter sur l'objet mort, noir de crasse, ou simplement noir parce qu'il l'avait toujours été. Le levant afin de le faire apparaitre aux rayons lunaires, la reine Unseelie dévoilait la garde d'une arme antique. Ses détails laissaient présager de son ancienneté, et pour cause.. Elle était aussi vieille que sa propriétaire. Elle avait subi l'oubli, comme sa propriétaire en étant laissée dans un cercueil. Elle avait dû mourir comme la Sidhe.. Et encore, son sort aurait pu être plus abjecte encore si Nuada ne l'avait pas préservé dans une tombe.

« Je suis désolée. » Qu'elle murmurait à l'arme, du bout des lèvres tandis qu'elle resserrait les doigts de sa main droite autour de la garde, ils se crispaient. Cette main appelait le pouvoir tandis que sa chair se déchirait sur le simple appel de la Morrigan. Le sang jaillissait de plaies oubliées sur son bras droit, souillant à peine le rouge rubis de sa robe. Sa peau s'éclairait tel un crépuscule habité de lucioles alors qu'elle accueillait le sang coulant hors de ses veines. Chaque goute venait à couvrir la garde de l'arme qui absorbait avidement le fluide vital.

Elle avait soif. Soif de vie, parce qu'elle avait connu la mort pendant trop longtemps. En réponse à son abandon, Morrigan payait le prix du sang sans rechigner, jusqu'à ressente l'étincelle de vie créer un soubresaut au fond de ses entrailles. Un battement de cœur, c'était un peu comme un battement de cœur. Le Sang de la Reine Fantôme cessait de couler, les plaies séchaient sans pour autant se refermer et ..

Et Morrigan, réalisait qu'elle n'était plus seule. Plissant les yeux, elle pivotait sur ses hauts talons afin de porter son attention sur la silhouette qui se présentait à elle. La main cramponnée à son arme inanimée, elle toisait de ses prunelles tricolores la Sidhe qui lui faisait face. Elle avait cette allure qui faisait d'elle une jeune femme, alors que les temps pouvaient être trompeurs. Elle avait cette allure qui lui rappelait les temps oubliés.. Instinctivement, Morrigan s’y retrouvait et elle détestait cela. Après coup, la Reine Fantôme se souvenait d'Elle : Elle l'avait vu à la fête du feu, puis au couronnement. Danu lui était même venue en aide et.. La Guerrière avait tout fait pour défendre les siens.  Ce qui était tout à son honneur.

Sur l'instant, la Morrigan avait l'impression d'être prise sur le fait. Devant sa tombe, avec sa propre arme, elle avait envie de pester.. Mais la bienséance ancrée dans ses veines lui permettait de calmer ses humeurs, sans pourtant éteindre le feu qui brulait dans ses prunelles. « Que faites-vous là ? » Qu'elle lâchait finalement avec calme à l'adresse de Scáthach. Ses traits ne traduisaient aucune humeur particulière tandis qu'elle s'écartait de sa tombe fraichement éventrée au cœur du Jardin des Ténèbres.



Merci de ne pas réutiliser ce code ♥



the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
SHADOW GIRL ∭ Scato, faut pas la faire chier. La sexy guerrière qui te met le feu.

Skye R. O’Sidheach

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/08/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1892
› L'AVATAR : Deborah Ann Woll
› LES CREDITS : Tumblr & Ellaenys
› LA COULEUR RP : #276b70

SHADOW GIRL ∭  Scato, faut pas la faire chier. La sexy guerrière qui te met le feu.

MessageSujet: Re: “ mémoire d'outre-tombe. ” ∞ (SCATHACH)   Mar 29 Mar - 1:33
Mémoire D'Outre-Tombe

La vie des cours reprenait son cours, sans mauvais jeu de mots. Pour beaucoup, c'était comme si tout revenait à la normalité, mais encore fallait-il qu'il y est définition préalable de ce qu'était la normalité, de ce qui la constituait, et de ce qui la définissait, de façon primaire et basique. Mais quoi qu'il en soit, la vie des cours reprenait son cour, et les habitudes regagnaient le cœur de chacun. Les courtisans se réjouissaient de pouvoir à nouveau jouer à leurs petits jeux de séduction et de conquête de confiance et de puissance. Les guerriers devraient sans doute moins se réjouir de tout cela, mais, au final, tel n'était pas le cas. Skye devait bien avouer que de voir Cian monter sur le trône ne lui déplaisait pas du tout, mais elle n'était pas crédule et naïve au point de croire que les ennuis étaient dorénavant derrière eux, et que leur nouveau monarque représentait la moindre garantie de sûreté éternelle ... David, ou qui que ce soit qui l'ait contrôlé, avait quand même mis la zone lors des couronnements, et cela, il ne fallait pas l'oublier. Alors, l'Ombre restait sur le pied de guerre, au sens propre comme au sens figuré. Et elle aussi, elle devait bien renouer avec ses vieilles habitudes. Et cela ne passait pas exactement par passer sa vie au Sithin ... Elle n'était pas forcément comme eux tous, les Unseelies. Au regard du temps, elle ne les avait rejoins que depuis un peu plus d'un siècle. Et elle ne s'était sentie réellement Sidhe que lorsque plusieurs décennies de sa vie initiale s'étaient déjà écoulées, alors que, jusque là, elle avait grandi sur l'Ile de Skye. Alors, sans cesse être entourée des siens, et sans cesse sentir la vie fourmiller autour d'elle, ce n'était pas son quotidien perpétuel. Elle avait parfois besoin de s'isoler, ou de renouer avec la Nature, le grand air, l'extérieur, la faune et la flore, aussi. En cela, élever des chevaux et gérer un haras, depuis son arrivée sur Man, c'était une bonne chose, pour elle, comme une bulle hors du temps et de l'espace, un endroit à elle où elle s'établissait lorsqu'elle fuyait pour quelques temps ses appartements au Sithin. De toute façon, jamais elle ne pouvait être éternellement seule. Elle avait besoin d'être au contact des siens, malgré tout, et de par cet emploi qu'elle avait choisi d'exercer depuis son arrivée sur l'Ile, elle était souvent amenée à fournir des montures aux Unseelies. Et puis, cela lui permettait de pouvoir monter à cheval quand elle le voulait, de changer de monture, de se promener, juste comme ça. Cependant, jamais elle ne foulait le sol des Jardins des Ténèbres autrement qu'avec les deux pieds à terre : question de respect, de son propre point de vue ...

Ne pas être seule, en ces lieux, ne l'étonnait guère. Après tout, les Jardins étaient libre d'accès, et nul n'avait forcément besoin d'avoir une raison solide pour s'y rendre. Pour Skye, par exemple, il s'agissait presque d'un passage obligé, s'apparentant quelque peu à un rituel. Cela était moins le cas aujourd'hui, cependant, car de récents évènements avaient fait que les choses avaient changé. Pour elle, Mórrígan avait toujours été nimbée de cette aura de prestige et de grandeur, quelque chose qui forçait et imposait le respect. Pour un être comme elle, pour qui l'existence de certains des siens en tant que divinité était déjà sur le déclin à l'instant de sa naissance, si ce n'est de son entrée à la Haute-Cour, il y avait une réelle part de mythe et de mystère. Quelqu'un qui, de lui-même, attirait le regard et fascinait quelque peu. Le nom de Mórrígan avait été sur bien des lèvres lorsque Skye avait pour la première fois quitté Skye pour s'aventurer vers ce monde qu'elle ne connaissait pas et qui ne la connaissait, et auquel elle appartenait, pourtant. Elle ne l'avait jamais vue, de son vivant. A peine avait-elle pu l'apercevoir, parce qu'à l'époque, Mórrígan était Reine, et Skye n'était rien du tout. Et, rapidement, trop rapidement, Mórrígan n'était plus. Elle avait bien sûr quelque peu perduré dans les mémoires, plus que cela, même, mais sa réelle présence, palpable et avérée, avait cessé d'être, elle. Et trop rapidement, aussi, à mesure que Skye s'était faite un nom, qu'elle avait cependant mis de côté pendant quelques temps, s'étant quelque peu perdue en chemin et laissée corrompre par ses démons intérieurs et par cette noirceur qui l'avait envahi de décennies en décennies. Un nom qu'elle n'acceptait de recouvrir que depuis très récemment. Mais elle s'était bel et bien fait un nom, et une réputation, et puis on avait finalement eu tôt fait de mélanger et mêler leurs destinées et leurs faits d'armes respectifs, à Mórrígan et à elle. Ce qui l'avait passablement énervée. D'une part, parce que c'était comme si on lui refusait le droit d'exister par elle-même, de se créer une place, une place qu'elle estimait mériter, car obtenue par elle-même, par son travail, ses qualités, à la sueur de son front et de ses larmes, à la force de son sang, aussi. Elle n'avait pas été de ces chanceux nés au sein de familles déjà réputées et respectées, quoi que ses parents n'étaient pas d'illustres inconnus. Mais puisqu'elle était illégitime, bâtarde non reconnue, elle était partie de rien. Partie de rien, et aujourd'hui devenue celle qu'elle était ... Et puis, d'une autre part, elle avait aussi été furieuse et ulcérée de voir que l'on osait détériorer l'image et le souvenir de Mórrígan, en y introduisant de la confusion et de la méprise. Scáthach n'avait jamais été une déesse, et ses exploits étaient les siens propres. Elle ne s'aviserait cependant jamais de se réclamer être l'héritière de qui que ce soit, ou bien encore d'être l'égale de Mórrígan. Oui, Mórrígan, cet être qu'elle avait tant respecté, bien plus que quiconque d'ailleurs, par bien des aspects. Mórrígan qu'elle pensait avoir rejoint Tír na nÓg depuis longtemps, et qui se révélait être bel et bien vivante ... Scáthach n'avait pas cherché à la retrouver, et elle ne l'avait pas traquée jusqu'ici, et pourtant, Danu semblait avoir décidé qu'il était temps pour elles de se rencontrer ...
    « Ces lieux ont pour moins un certain attrait d'apaisement et d'introspection personnel. Je ne cherchais nullement à vous surprendre, ma Reine. » Elle avait lâché la bride de Dorchadas à son entrée dans les Jardins, sans s'en faire le moins du monde pour lui. Le connaissant, il n'hésiterait pas à mordre quiconque s'approchait de lui. Le combientième était-ce, déjà, qu'elle appelait ainsi ? ... Elle avait perdu le compte, sans nul doute. Quoi qu'il en était, son attention ne se focalisait donc que sur son interlocutrice, sur elle et elle seule. « On me connait sous le nom de Skye O’Sidheach, et plus anciennement, de Scáthach. J'appartiens à la Maison Balor, après avoir servi le Haut-Roi David. » Il lui apparaissait poli de se présenter, d'autant plus que Mórrígan ne pouvait la connaître, n'est-ce pas ? En tout cas, elle faisait volontairement l'impasse sur sa décennie à la Cour Seelie, clairement ... « J'ose espérer ne pas vous importuner par ma présence ... »


They'll know my name
As I walk through the flames of burning lands, my feet are torn to strands. I will not thirst. As I cross the raging sea, waves are crashing over me. They drag me down, but I will not drown. They'll know my name, after the storms are passing through. They'll know my name, when they've forgotten all about you. And I shall rise, again and again. Oh well I shall rise. Again and again.

Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: “ mémoire d'outre-tombe. ” ∞ (SCATHACH)   Lun 4 Avr - 3:04
mémoire d'outre-tombe

ft. scáthach && morrigan

Si le jardin des ténèbres était un lieu de passage comme un autre au sein du Sithin Unseelie, il n'en demeurait pas moins que le recoin choisit par la Morrigan lui avait semblé relativement isolé. Surement était-ce dû au fait que c'était à cet exact endroit que siégeait sa tombe désormais profanée. Jetant d'ailleurs un regard à cette dernière, d'une œillade oblique, elle finissait par remonter le menton et toute son attention sur Scáthach, l'observant avec minutie alors qu'elle s'excusait à demi-mot. La providence était une drôle de chose, surtout pour la Reine Fantôme.

S'écartant de quelques pas, à nouveau, de la sépulture, elle demeurait silencieuse. Elle était la première à reconnaitre les bienfaits de ces jardins, bien que l'omniprésence de son passé eût le don de titiller ses humeurs. Elle n'aimait pas se rappeler ce temps passé en exil. Elle n'aimait pas rappeler à son souvenir ce que son absence avait causé comme conséquence sur son Grand Amour. Elle n'aimait que peu de choses concernant les deux millénaires passés. La seule fierté qu'elle en retirait portait le nom d'un de ses enfants. Après tout, elle avait réussi à faire d'elle une Sidhe malgré leur éloignement de la Faërie. Et encore aujourd'hui, la Morrigan espérait que la proximité de leur peuple consoliderait les bases d'un enseignement qu'elle avait prodigué avec soin et ténacité. Elle l'espérait réellement.

S'arrachant enfin à son mutisme, la Reine Unseelie laissait au passé ce qui méritait de l'être tandis qu'elle se décidait à reprendre avec ce calme nécessaire. « Je n'en doute pas. »
Elle parlait un peu des jardins, un peu de la surprise. Dans le fond, Morrigan ne voulait pas s'étendre sur l'un ou l'autre des éléments, simplement parce que cela allait la mener sur la pente glissante des raisons de sa présence. Et naturellement secrète, voire réservée, elle ne se permettait pas de telle confidence. Surement était-ce dû à son éducation de Sidhe, ou à son passif et son présent de Reine, elle n'en savait rien. Tout ce qui était certain était que cette facette de son tempérament était solidement ancrée en elle.

Laissant Scáthach se présenter à elle, Morrigan constatait que la Sidhe ne souffrait d'aucun complexe quant à son nom premier. Elle ne souffrait d'aucune pudeur inhérente à la puissance perdue de leur peuple, et cela, dans le fond, l'interpelait. Fronçant sensiblement les sourcils, elle finissait par saluer poliment la Unseelie avant de finalement de reprendre. « Enchantée. Je suis.. » Blanc. Elle le savait déjà. « Mh. Je doute que le fait de me présenter ne soit d'une nécessité absolue. » C'était bien vrai. « Vous pouvez m'appeler Naemesys. » Ou Morrigan ? Ah, oui, mais non. Ce nom, autrement que dans la bouche de Nuada, de ses enfants et de ses acolytes d'antan éveillait son courroux.
L'ancienne Déesse, dans le fond, n'était qu'une parmi une multitude à réagir ainsi lorsqu'on s'intéressait à l'appeler par son nom premier. Elle était une Tuatha Dé Danann, à la fois fière et brisée par son passé, par sa déification déchue.

« Non, vous ne m'importunez pas. J'en ai terminé, de toute manière. » Qu'elle avouait bien volontiers, sans désigner le monticule de terre qui s'était formé en conséquence du trou qui se trouvait juste à côté. Ses travaux manuels avaient laissé quelques traces, quelques reliquats terreux, sur sa robe, sur ses mains. Seulement, l'obscurité œuvrait à dissimuler ces traces laissées.

« David, vous dites ? Je présume qu'il était jadis bien différent de celui qui s'est présenté à nous lors du couronnement. N'est-ce pas ? » C'était une question innocente, tout en étant particulièrement ciblée. Morrigan avait besoin de savoir, elle ressentait encore ce besoin de saisir le fond du problème. Elle avait besoin de comprendre ce qui se tramait. « Je me souviens d’ailleurs vous avoir vu au couronnement, vous avez combattue vaillamment pour Cian. Je vous en remercie. » Qu’elle lâchait simplement avant de retourner durant un instant à son silence. Pensive, elle faisait quelques pas jusqu'à un banc en pierre et venait à s'y installer en observant la garde encrassée qu'elle avait conservée en main avant de finalement reporter toute son attention sur la Sidhe. « Scáthach.. Ce nom ne m'est pas étranger. » Qu'elle finissait par murmurer, inquisitrice. Dans ses prunelles tricolores brillaient l'interrogation qui avait fait couler beaucoup d'encre. Elle pensait à la confusion de leurs deux noms, sans pour autant se nommer. Elle l'abordait d'un angle étrangement serein lorsqu’on connaissait le tempérament enflammé de l’Ancienne Déesse Guerrière. Tout au long de son existence, qu’elle considérait comme bien longue, elle s’était évertuée à créer un mythe, une légende qu’elle serait la seule à porter fièrement, et il fallait avouer que toutes les confusions que l’on attribuait à son nom avait le don de l’irriter. Car dans le fond, elle avait la sensation que tentait de diluer son existence, chose qu’elle refusait promptement.




Merci de ne pas réutiliser ce code ♥



the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
SHADOW GIRL ∭ Scato, faut pas la faire chier. La sexy guerrière qui te met le feu.

Skye R. O’Sidheach

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/08/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1892
› L'AVATAR : Deborah Ann Woll
› LES CREDITS : Tumblr & Ellaenys
› LA COULEUR RP : #276b70

SHADOW GIRL ∭  Scato, faut pas la faire chier. La sexy guerrière qui te met le feu.

MessageSujet: Re: “ mémoire d'outre-tombe. ” ∞ (SCATHACH)   Dim 17 Avr - 1:12
Mémoire D'Outre-Tombe

Cela avait quelque peu été un choc, pour elle, que de découvrir de visu et d'apprendre qu'en réalité, Mórrígan était encore parmi eux. Cela faisait bien deux millénaires, et même plus, que, tout autant que les autres, Skye la pensait déjà partie rejoindre Tír na nÓg. Elle était bien trop jeune, à l'époque, pour qu'elle ait une quelconque place particulière au sein des Sidhes et de la Haute-Cour. Certes, elle avait pu quelque peu se faire remarquer par Dagda, mais étant donné qu'elle était jeune, et qu'en plus de ça, on ne la connaissait pas, on ne savait pas d'où elle venait, qui elle était, de quels Sidhes était-elle la fille, cela avait contribué à la tenir à l'écart des créatures et évènements importants. Pas que cela la froisse, la vexe ou la frustre. Si elle avait pu être fascinée par certains Sidhes, par leur grandeur, leur aura, leur charisme et leur prestige, jamais elle n'avait été attirée plus que cela par les jeux de la Cour. Par ces faux semblants, ces courbettes, ce protocole et cette étiquette qui étaient incompréhensibles, à l'époque, pour elle. Pour elle dont la destinée, jusque là, avait été assez simple : maîtresse en son domaine de Skye, avec des Feys à son service, elle n'avait jamais été tyrannique ou dictatoriale à leur égard. Elle leur avait toujours dit ce qu'elle pensait d'eux, et, en retour, ils ne s'étaient jamais privés pour faire de même. Dès lors, que l'on sourit par devant et critique par derrière, cela lui avait semblé si peu naturel ... Sans parler des réputations à tenir, des interdits à respecter, tout ça tout ça ... Elle s'y était habituée plus qu'elle ne l'avait pleinement accepté, à la longue. Comprenant qu'il fallait y sacrifier, de temps en temps, à toutes ces règles, elle s'était simplement dit que, tant qu'on ne l'obligeait pas à prendre plaisir et à s'épanouir dans l'obéissance, et bien cela passait. Cependant, évidemment, elle s'était déjà faîte réprimandée, sans parler du fait que somme des courtisans de cette Haute-Cour, qu'elle avait progressivement de plus en plus servie suite à l'avènement de David, ne l'avaient jamais réellement appréciée et parfois même à peine tolérée. Ce dont elle se fichait bien. Elle avait rendu des comptes à David, lui avait obéis, à lui, sans sacrifier entièrement celle qu'elle était. C'était après tout pour ça qu'il lui avait confié ces missions sur les champs de bataille, et qu'il lui avait toujours fait confiance sans jamais avoir à s'interroger sur sa loyauté. Il ne lui semblait pas que David lui ait déjà affirmé remettre en question son allégeance, ce qui ne signifiait en rien qu'il ne l'avait pas déjà fait.

Elle était trop jeune quand Dagda était devenu veuf, ou plutôt lorsque Mórrígan avait été déclarée morte, et elle se souvenait à peine de ces temps là. C'était assez flou pour elle, car elle avait ressenti et découvert tant de choses, découvrant tout ou presque de ce monde auquel elle appartenait et duquel ses géniteurs l'avaient tenue à l'écart pour des raisons qu'elle refusait de publiquement accepter. En fait, à vrai dire, elle ne savait plus trop bien si Mórrígan n'était déjà plus lors de son arrivée à la Haute-Cour, ou si tout était survenu en même temps, peu ou prou. Cela n'avait de toute façon plus aucune importance, puisqu'elle était de retour. Qu'elle était là, face à elle, en pleine forme physique, et mentale, aussi, du moins, à ce qu'elle en laissait paraître. Skye ne s'aventurerait certainement pas à la penser en passe à quelques troubles psychiques au simple prétexte qu'elle la rencontrait ici, au sein du Jardin des Ténèbres, près de ce qui était une tombe. Il n'y avait rien de mal à fréquenter la Mort, passé ou présente. Et ce ne serait sûrement pas elle qui dirait le contraire, étant donné qu'on lui administrait tout de même une certaine accointance avec cette dernière, de part la nature principale de ses missions passées. Quant au concept triste et larmoyant de la Mort, il n'était que dans l'esprit des Humains, pas dans le leur, à eux autres les Feys.

En tout cas, oui, Skye avait quelque peu été surprise de découvrir que Mórrígan marchait parmi eux. Et dans le même temps, elle n'en avait pas été foncièrement choquée. Il faut s'attendre à tout avec les Feys. Des êtres que l'on pensait disparus à jamais revenaient parmi vous. D'autres que vous pensiez stupidement éternellement immortels finissaient par succomber ... Elle avait vécu l'amère expérience de ce que c'était que de se faire de faux espoirs. Elle avait bien dû rester plusieurs jours auprès du cadavre de son père, arrivée trop tard pour lui prêter main forte. Elle ignorait encore aujourd'hui qui étaient ses assassins, et pour quel motif exact on l'avait fait passé de vie à trépas, tout comme elle ignorait qui était le grand commanditaire derrière tout ça. Dans le fond, cela n'avait plus d'importance aujourd'hui. Mais elle était tout de même restée auprès de sa dépouille, comme persuadée, naïvement, qu'il feignait, qu'il se relèverait, lui adresserait un clin d’œil et repartirait dans ses périples fous jusqu'aux contrées si éloignées de leur berceau originel, sur des rives orientales. Mais il n'en avait rien été, et il n'était jamais réapparu. De la même façon, sa mère aussi avait fini par mourir ... En tout cas, elle devait se focaliser sur l'instant présent, qui filait parfois si rapidement, éternellement insaisissable ou presque. Elle ne relevait nullement cette question qui n'en était pas une, concernant l'inutilité pour son interlocutrice de se présenter comme elle, elle l'avait fait quelques instants plus tôt. Clairement, Skye savait à qui elle faisait actuellement face. De la même façon, elle ne s'attardait pas verbalement sur sa nouvelle identité, ne relevait pas, mais acquiesçait du chef en guise de compréhension muette. Et ne se faisait guère d'illusion quand au fait qu'elle était pour l'instant simplement polie envers elle, rien de plus, rien de moins. Elles ne se connaissaient pas, après tout. De la même manière, Skye n'alla pas lui demander ce qu'elle faisait là, ni même pourquoi elle, elle avait voulu venir ici. Cela ne la regardait pas, et chacun était libre de circuler à sa guise au sein du territoire Unseelie, pourvu qu'il soit Unseelie. Sans parler du fait que Naemesys étant Reine, elle avait encore moins de comptes à rendre à quiconque, si ce n'était, peut-être, au Roi lui même ! Concernant David, en revanche ...
    « En effet, il n'est plus le David auquel j'avais juré fidélité, allégeance et loyauté, et au service duquel j'ai mis ma lame et ma personne. Je ne dis pas qu'il n'avait pas son petit caractère, comme chacun d'entre nous, mais ... Sans vouloir présumer de quoi que ce soit, il ne m'a jamais paru être aussi cruel et sombre que cela ... Il a toujours voulu faire ce qui était juste. » Même si Skye avait claqué la porte, lorsque David avait décrété l'abandon d'une des deux mains de pouvoirs de chaque Fey, il n'en demeurait pas moins qu'il y avait eu une logique à sa décision. Une logique qu'elle n'approuvait pas, mais qui n'était en rien despotique. Il avait "simplement" voulu que mortels et Feys se mêlent ... Drôle d'idée, mais qui avait été la sienne. Relevant les yeux vers Naemesys, quittant un peu son air peiné et blessé, Skye arbora un petit sourire poli, avant d'incliner légèrement la tête. « Il est mon souverain. J'ai bien des défauts, mais pas celui d'être déloyale ou régicide. Et ils nous aient arrivé, par le passé, à Cian et moi, de combattre côte à côte, lorsque David m'en missionnait. Notre nouveau souverain me convient bien plus que Lizabeth, alors je ferais toujours tout mon possible pour qu'il n'ait aucun successeur avant longtemps. » Quant au fait que son identité initiale ne semble pas lui être étrangère ... Skye ne savait trop comment évoquer les choses. Elle fronça le nez, en tentant d'assembler les éléments avant de former la moindre phrase cohérente. Même si son ressenti ne pouvait jamais être tu très longtemps ! « Je ... Disons que j'ai commencé à me faire un nom peu après votre ... Enfin, vous voyez. Et je suppose que le cerveau étriqué des mortels les a rendu incapables de se souvenir de moi telle que je suis. Ils se sont sentis obligés de mêler nos personnes et nos exploits, au sein de bien de leurs légendes ... Je n'ai jamais apprécié cela. Je ne vous ressemble en rien, et je n'oserais jamais me comparer à vous. ... Mon tord est sans doute d'être rousse, guerrière, et avec un fort caractère, et que je ne me laisse pas marcher sur les pieds ... »


They'll know my name
As I walk through the flames of burning lands, my feet are torn to strands. I will not thirst. As I cross the raging sea, waves are crashing over me. They drag me down, but I will not drown. They'll know my name, after the storms are passing through. They'll know my name, when they've forgotten all about you. And I shall rise, again and again. Oh well I shall rise. Again and again.

Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: “ mémoire d'outre-tombe. ” ∞ (SCATHACH)   Ven 22 Avr - 1:52
mémoire d'outre-tombe

ft. scáthach && morrigan

Retrouver la couronne, retrouver la place de Reine était comme retourner sa propre sépulture. Cela était salissant et remuait les anciens souvenirs, les anciennes habitudes et éveillait le tempérament d'antan de la Reine Fantôme. Si avec le temps et l'exil, elle avait été contrainte à se dissimuler, à courber l'échine afin de paraitre ordinaire, voir simplement humaine, il s'avérait que la Faërie avait vite fait de sortir de sa léthargie le caractère impossible de Morrigan. Jadis, elle avait été forgée afin de devenir une Reine, une Déesse, au détriment de ses propres envies, au détriment de ses propres ambitions. D'ailleurs, lorsqu'elle y songeait aujourd'hui, elle avait la sensation que ses propres besoins avaient été bien médiocres en comparaison de ce qu'elle était devenue.

Le vouloir de sa mère était devenu le sien. Les enseignements de sa génitrice était devenu son étiquette. Elle avait fini par les modeler à sa manière afin d'en faire sa force, alors que cela aurait pu se limiter à être un fardeau. Son épée, elle la guidait avec force, comme elle l'avait toujours fait. Aujourd'hui, elle avait cette certitude selon laquelle on ne la ferait plus tomber comme jadis. On ne la terrasserait pas, non pas parce qu'elle était immortelle.. Mais simplement parce qu'elle ne laisserait plus l'occasion à quiconque de la surprendre.
Son regard était devenu naturellement suspicieux sur l'inconnu, son esprit s'était aiguisé afin de devenir plus critique. Sa mort mêlée à son exil avait eu un effet redoutable sur le tempérament déjà difficile de la Morrigan.

Parce qu'à présent, elle se méfiait de tout et de tout le monde. Et c'était surement à cause de cela qu'elle gardait autant de distance face à Skye. Elle ne la connaissait que de nom, pour ses faits reconnus et pour l'amalgame qui avait été fait avec sa propre déification. Autant dire que ce n'était pas un avantage pour la Unseelie. Cependant, la Guerrière rousse avait un plus pour elle : Le couronnement. Durant cet évènement tragique, Morrigan avait bel et bien remarqué que la Sidhe s'était battue avec ferveur pour Nuada, et cela suffisait à la Reine Fantôme pour qu'elle ne se ferme pas totalement au dialogue.

Ainsi, lorsque le sujet de David était abordé, elle l'observait longuement, elle écoutait ses propos. Ses prunelles d'or et d'émeraude jaugeaient longuement l'expression de la Rousse tandis que la Morrigan demeurait enfermée dans son mutisme. David.. Celui que connaissait Skye lui semblait bien différent. Celui qu'elle.. Connaissait. A la réflexion, la Reine Unseelie réalisait que le Haut Roi déchu l'avait reconnu, elle, alors qu'ils ne s'étaient jamais croisé. Comment avait-il pu mettre un nom sur son visage ? Elle en pinçait les lèvres en acquiesçant d'un signe du menton aux dires de son interlocutrice.

« La justice ne semble pas vraiment lui importer, à l'heure actuelle. » Qu'elle concluait d'un air absent. Reprenant finalement ses esprits, la Morrigan plissait légèrement les sourcils à la mention de Nuada. Elle semblait bien proche de son Roi.. Scáthach. Si la jalousie n'était pas un mal courant à la Faërie, il était avant tout un défaut dont souffrait la Reine. Cela la ramenait instinctivement dans ses retranchements alors qu'elle faisait claquer sa langue contre son palais. « Je ne permettrais pas qu'il y ait d'autres successeurs, si cela signifie qu'il doit y laisser sa vie. » Il paraissait évident que la Morrigan était déterminée à protéger son Grand Amour. Chacun avait eu l'occasion de le voir et de le comprendre lors du couronnement.

Lizabeth, Morrigan préférait ne pas y songer, ni même rebondir sur ce sujet qu'elle considérait épineux. Cette ancienne Reine.. Elle s'était débarrassée de tous ses biens. Parce que si l'actuelle Reine n'avait eu aucun ressentiment à son égard, il ne lui avait pas fallu longtemps pour revoir son jugement lorsqu'elle avait eu vent de ses petites habitudes. Le tout avait été celé par la visite qu'elle avait reçue en compagnie de Nuada lors de Samhain.

Inspirant profondément, la Unseelie chassait toute source de contrariété de son esprit afin de se concentrer sur la conversation. Mais il fallait avouer que cette dernière n'aidait pas vraiment.. Et pourtant ! Pourtant, Morrigan y mettait de la bonne volonté en tentant la neutralité.
« Ma mort. Appelons un chat, un chat. » Elle coupait littéralement Scáthach dans son explication lorsque cette dernière butait sur les circonstances de sa disparition. Elle la laissait, par la suite, reprendre en choisissant de garder le silence cette fois-ci.
Si la Rouquine n'aimait pas faire mention de son passé, parce que cela avait le don de rouvrir d'anciennes blessures, il n'en demeurait pas moins qu'il lui fallait éclaircir la situation. Ainsi, elle prenait sur elle-même, de manière considérable. S'avançant de deux pas en direction de Skye, elle s'arrêtait aussitôt en se décidant à sortir de son mutisme. « Quel âge avez-vous ? Quelques millénaires, tout au plus ? » Elle se rapprochait encore, plongeant son regard tricolore au fin fond du sien tandis qu'elle semblait vouloir y lire cet âge qu'elle avait si simplement demandé. « Très certainement.. Parce qu'on dit bien souvent que le regard est le miroir de l'âme. Et le vôtre me semble bien jeune. » Parce qu'elle ne trichait pas. Jamais. Morrigan faisait tomber la faible pellicule de Glamour dont elle avait l'habitude de se revêtir afin de laisser briller son derme piqué d'une multitude de lucioles, auréolant la Sidhe d'une lueur chaude tandis que sa longue chevelure cascadait dans son dos, encadrait son visage dans des nuances de feu et de sang. Son regard était bien plus brillant, l'or et l'émeraude se mêlaient dans une troisième nuance et ainsi, elle était entièrement découverte. « Je dois avoir deux ou trois fois votre âge. Par conséquent, j'ai lutté deux ou trois fois plus longtemps que vous dans cette existence. A vrai dire, je considère mon éternité comme une succession de guerres. Elles ont parfois prit la forme de champs de bataille, parfois de luttes personnelles.. Mais bien souvent, elles étaient le fruit d'un affrontement acharné pour s'imposer, parce qu'il y avait toujours une Sidhe voulant se faire remarquer, voulant jouer à faire la guerre. Mais la guerre n'est pas un jeu. » Surtout pas pour elle. « Je veux bien croire que vous n'ayez jamais souhaité me ressembler, mais ce dont je suis certaine, c'est que mon nom, celui de Morrigan, de la Reine Fantôme, vous a tout de même servit en mon absence. Et cette idée m'insupporte.. C'est instinctif. »

Au moins, elle était honnête, on ne pouvait lui enlever cela. La Morrigan ne prenait jamais de détour lorsqu'elle pouvait simplement s'en passer. « Je ne vous connais pas assez pour jouer au juge et au bourreau, Scáthach. Et je ne me limiterais pas aux murmures, parce que je ne suis pas ce genre de Sidhe, mais je veux simplement que vous sachiez que je vous ai remarqué. J'ignore encore si cela est une bonne ou une mauvaise chose.. » Blanc, elle reprenait avec une inspiration tranquillement. « Mais pour déterminer cela, je vais vous donner l'opportunité de faire vos preuves. Je recherche des gardes, des guerrières. Si vous êtes capable de me faire face, alors, je serais prompte à passer au-delà de ce stupide amalgame et je vous offrirais la possibilité d'entrer dans ma garde personnelle. Qu'en dites-vous ? » Celle-là, Scáthach ne l'attendait pas, n'est-ce pas ?


Merci de ne pas réutiliser ce code ♥



the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
SHADOW GIRL ∭ Scato, faut pas la faire chier. La sexy guerrière qui te met le feu.

Skye R. O’Sidheach

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/08/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1892
› L'AVATAR : Deborah Ann Woll
› LES CREDITS : Tumblr & Ellaenys
› LA COULEUR RP : #276b70

SHADOW GIRL ∭  Scato, faut pas la faire chier. La sexy guerrière qui te met le feu.

MessageSujet: Re: “ mémoire d'outre-tombe. ” ∞ (SCATHACH)   Dim 1 Mai - 23:57
Mémoire D'Outre-Tombe

Les choses changent, les choses évoluent, et il faut s'y faire. Certains y parviennent simplement mieux que d'autres. Et parfois, il se trouve que certaines choses sont juste plus simples à oublier, à effacer de sa mémoire, à censurer et à cacher sous le paillasson pour se focaliser sur ce qui va arriver, ou sur ce qui fait notre existence présente. Skye n'était pas sentimentaliste ou nostalgique que ça. Mais elle s'efforçait tout de même à s'accrocher à certains éléments de son passé, comme s'il s'agissait de reliques si précieuses que les abandonner et lâcher prise reviendrait à renoncer à une part d'elle-même. Ce qui était peut-être le cas. Les gens avaient toujours eu du mal à la cerner. Sans doute parce que, d'une certaine façon, elle avait toujours détesté être observée sous tous les angles, tout comme elle n'avait jamais apprécié de devoir répondre à un nombre de questions trop conséquent et exagéré à ses yeux. Parfois, elle avait juste voulu qu'on la laisse tranquille, qu'on lui accorde le droit d'être simplement elle-même sans avoir à rendre de comptes et sans avoir à se comporter selon une quelconque logique ou en suivant règlements et code éthique de quelque sorte. En des instants comme ceux-là, elle espérait juste qu'en fermant les yeux, il lui serait possible de prétendre pouvoir regagner les temps passés, lorsque sur l'Ile de Skye, tous continuaient d'ignorer son existence, et inversement, là où elle pouvait juste grandir comme elle le souhaitait, en se pensant invisible, éternellement libre, et détachée de toute considération de pouvoir, de puissance, de hiérarchie, et de plans futurs. Elle avait vécu au jour le jour, en quelque sorte, jusqu'à grandir peu à peu et à réaliser qu'il y avait une sorte de manque et de vide grandissant en elle. Son regard s'était si souvent porté vers tous ces horizons, à 360° ou presque autour de l'Ile. Elle s'était souvent demandée si on regardait dans sa direction, quelques fois, en se demandant si quelqu'un pouvait bien habiter là et à quoi pouvait bien ressembler cette personne. Et puis, elle avait fini par mettre les pieds à la Haute-Cour, et tous ses raisonnements et questionnements là avaient fini dans l'oubli et le néant. Elle avait réalisé que personne ne l'attendait, et qu'elle ne pourrait sans doute jamais entièrement se contenter d'être simplement dans le rang, énième membre de cours sans rien de particulier pour elle. Alors, elle avait fait ce qu'il fallait pour ne jamais trop rogner sur sa nature profonde, sur ses désirs et ses espoirs, mais, bien sûr, on n'obtient jamais rien sans rien, et tout a un prix. Particulièrement lorsque l'on doit jouer des coudes et des épaules, au début, puis que l'on doit assumer ce que l'on est parvenu à obtenir. Ne jamais se reposer sur ses lauriers, sans cesse savoir quand et comment montrer les crocs et sortir les griffes, cela devait plus ou moins faire preuve d'une certaine panoplie censée nous permettre de perdurer dans le temps.

Sans doute était-elle parvenue à en faire du chemin, depuis sa naissance. Pour dire vrai, elle n'était pas du genre à faire régulièrement le point sur son avancée, ni même du genre à se lancer dans des félicitations narcissiques et pleines de moi je. Pour dire vrai, aussi, pour réussir à ne pas se louper dans une analyse de son propre parcours, encore faut-il savoir vers où l'on veut aller exactement. Et Skye ne tirait jamais à l'avance de trop grands plans sur la comète. Les choses pouvaient changer à une vitesse bien trop démesurée pour se lancer dans ce genre de paris risqués. Sans parler du facteur individuel, personnel, présent en chacun. Il ne fallait pas croire, les ambitions personnelles, les jalousies, les frustrations et les démagogies, cela pouvait très bien peuplé une cour. En général, on ne pardonne pas aux traitres, pas plus qu'à ceux qui avaient renoncés à temps à leur petit coup de poignard dans le dos. Peut-être est-ce tout particulièrement l'apanage des Sidhes que d'avoir la rancune tenace, pas forcément par envie de rester juste, droit et loyal, mais peut-être plutôt parce qu'il est si facile de porter le blâme sur autrui pour dissimuler ses propres tords et ses propres failles. Parler de David, là, tout de suite, maintenant, c'était loin d'être évident, et Skye décidait de s'y refuser, en quelque sorte. Elle savait très bien à quel point elle pouvait être dure, intransigeante et tout le reste, dès lors qu'elle se sentait trahie, ou flouée. Et elle savait aussi qu'elle avait un caractère bien trop emporté et volcanique pour réussir à rester rationnelle et à tout bien remettre en perspective si rapidement après les évènements en question. Tout comme elle savait, aussi, qu'il valait mieux pour toutes les deux qu'elle s'abstienne de répondre concernant son âge. C'était là l'une des questions qu'elle exécrait. La valeur d'un être ne passait pas à travers le nombre des années, en tout temps et en tout lieu, selon elle. Certaines Sidhes, bien plus vieux qu'elle, n'avaient jamais rien fait de leur existence si ce n'était rester campés sur leurs acquis, passés leur temps à critiquer tout le monde, et devenir de vieux aigris espérant toujours pouvoir être protégés derrière les murs de leur Sithin. Et d'autres, qui n'étaient plus forcément encore en vie, étaient morts comme ils avaient vécu, à cent à l'heure, et en se donnant à fond. Skye ignorait ce qu'on pouvait lire dans son regard, mais, présentement, elle se sentait de plus en plus sur la défensive. C'était plus fort qu'elle, et en rien spécifiquement diriger contre Mórrígan. Mais, Reine ou pas, et Mórrígan ou pas ... Et bien Skye ne pouvait s'empêcher de rester elle-même, terriblement franche et accrochée à ce qu'on ne présume trop de rien la concernant.
    « J'ignore de quoi fut constitué votre existence depuis l'instant où vous êtes revenue d'entre les morts. Tout comme j'ignore ce que vous savez exactement de moi ... Mais, avec tout le respect que je vous dois, votre nom, m'avoir servi ? Pas exactement, non, du moins, pas auprès des nôtres. » Se massant un peu l'une des mains en déplaçant du pied un caillou qui traînait là. « Peut-être aurais-je effectivement pu me montrer plus virulente pour refuser que ne s'effectue la moindre confusion. Mais la vie que m'ont créé les mortels est un tissu de mensonges et d'approximation, sans doute pour combler les zones d'ombres, ou plutôt de ténèbres, créées et nourries par les particularités qui sont les miennes ... Comme si je n'avais pas le droit d'exister en tant que moi-même, d'être une Fey, une Sidhe, à part entière. Comme si on me refusait le droit de pouvoir me faire un nom, de creuser mon propre sillon. Reléguer ma propre personne dans les Ténèbres, c'était tellement facile pour eux, compte tenu de mon identité initiale. Peu des nôtres s'y sont trompés, cependant, si cela peut vous rassurer. Il faut dire que la principale mission qui m'incombait n'avoir rien de bien reluisant pour eux, et absolument rien de commun avec ce que vous représentiez. Il se trouve que la mort, c'est sale, que le sang et les chairs à vif, cela tâche, et que mes principaux interlocuteurs étaient agonisants, quand ils n'étaient pas déjà morts, ou qu'il ne s'agissait pas la faune charognarde ... Comme si je ne me résumais qu'à ça. »

La suite ... La suite, évidemment qu'elle l'écoutait attentivement. Skye écoutait toujours, même si elle donnait parfois l'impression que ce n'était pas le cas. Elle considérait qu'écouter ceux qui vous parlaient était une marque de respect. Et qu'il était impossible de protester et d'aller à contre-sens si vous aviez refusé d'entendre et d'écouter en temps et en heure. Pour elle, écouter et accorder de l'attention, ne serait-ce qu'un instant, c'était en quelque sorte se permettre le droit, par la suite, de dire que l'on est pas d'accord, de se positionner autrement. Et heureusement pour elle qu'elle prêtait l'oreille aux paroles de son interlocutrice, d'ailleurs, ce qui lui permettait de comprendre que cette dernière n'était pas de ces colporteurs de rumeurs, et à ces bruisseurs de mauvais augures. De la même façon ... De la même façon, on en arrivait à du vraiment concret. Ce n'était pas la première fois que l'on proposait à Skye de faire ses preuves. Pas la première fois non plus qu'elle relevait le défi. Bien que les circonstances et le commanditaire soient différents, cette fois-ci, la Guerrière n'en éprouvait nul stress et nulle pression. Certes, elle n'avait pas n'importe qui, face à elle, mais l'aura, le charisme et tout le reste ne doivent jamais vous embrouiller les sens. Vous vous devez de toujours pouvoir rester vous même, de ne jamais feindre, de ne jamais prétendre être quelqu'un que vous n'étiez pas, et vous parer de capacités que vous n'aviez pas. Cependant, tout ceci était assez inattendu, surtout en se basant sur leur discussion initiale. Sans doute ne partaient-elles pas exactement sur les bases les meilleures et les plus neutres qui soient, et pourtant ...
    « Je n'ai jamais opposé la moindre fin de non recevoir à une telle opportunité. Je ne commencerais sûrement pas à changer de position aujourd'hui. D'autant plus si cela peut vous permettre de me voir d'un œil meilleur. Il faut bien qu'arrive un temps où je ne mette pas d'emblée une reine à dos. Alors j'en dis que vous pouvez compter sur moi pour ne pas vous décevoir, du moins, je l'espère ... Cependant ... J'ai appris que tout avait un prix, et qu'une pièce a deux revers. J'espère donc que vous calquez les préceptes qui régissent votre garde personnelle sur ceux de votre époux. J'ai ... J'ai une trop grande affection pour ma liberté de mouvement et de fréquentation, avec tout ce que cela implique. Une liberté qui ne peut certes que s'épanouir au sein du cadre préétabli, sans devoir pouvoir se faufiler par quelque interstice que ce soit ... Je respecte les règles. »


They'll know my name
As I walk through the flames of burning lands, my feet are torn to strands. I will not thirst. As I cross the raging sea, waves are crashing over me. They drag me down, but I will not drown. They'll know my name, after the storms are passing through. They'll know my name, when they've forgotten all about you. And I shall rise, again and again. Oh well I shall rise. Again and again.

Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: “ mémoire d'outre-tombe. ” ∞ (SCATHACH)   Mar 14 Juin - 18:23
mémoire d'outre-tombe

ft. scáthach && morrigan

L'âge.. L'âge. Scáthach n'avait-elle donc pas comprit les propos de son interlocutrice ? Les propos de la Morrigan avaient été entendu sans être compris. Au travers de l'âge, c'était bien les épreuves supportées qui étaient sources de grandeur. Combattre pour sa cour, se faire une place malgré le regard des autres, baigner dans des conflits familiaux, c'était une chose.. Une chose presque ordinaire lorsqu'on était un Sidhe. Cela ne forgeait pas vraiment un tempérament. Cependant, lorsqu'on en venait à parler de mort, d'exil, de solitude, de séparation forcée, de violence autant intérieure qu'extérieure, là.. Là, on pouvait parler d'épreuve, de douleur, et même, de châtiment divin.

Mais là n'était pas le sujet. Morrigan était déjà passée à autre chose, ou plus ou moins. Elle gardait son regard sur son vis-à-vis. Clairement fixé, brillant d'une lueur d'or et d'émeraude. Détaillant les traits de Scáthach sans ciller.
Dans son silence, elle l'écoutait en toute simplicité, elle assimilait ses propos, et aiguisait un jugement qui lui était propre. Une discussion ne suffisait pas à connaitre une personne.. Sauf lorsqu'on l'amenait sur un terrain en particulier, lorsque l'on venait à fouiller dans certains recoins. La conséquence était alors simple : Elle éveillait certains instincts, faisait sortir certaines paroles.. Et mettait donc en lumière certains aspects comportementaux d’une personne.

Les lèvres closes, la Morrigan attendait la fin des propos de Skye afin de réagir. Evidemment, sur l'instant, elle laissait plutôt planer un silence de mort tandis que son regard ne laissait échapper aucune étincelle, à l'image de ses traits figés dans une tranquillité sans commune mesure. Son immobilisme était finalement brisé par une légère inspiration tandis qu'elle se décidait à réagir oralement. « Je ne plaindrais pas l'ombre d'une Sidhe, d'autant plus lorsqu'elle se complait dans ce que l'on a fait d'elle. » Le jugement de Morrigan était sévère, mais elle ne faisait que formuler ses paroles, sa pensée, ses réflexions, avec le plus d'honnêteté possible. « La mort n'est pas sale, la mort n'est pas une abomination au sein de notre peuple. Elle est un commencement. Elle fait partie du cycle de la vie. Et non.. Evidemment que non, vous ne savez rien de moi, tout comme je ne sais rien de vous. Mais à l'issu de cette ébauche plaintive que vous venez de m'esquisser, je suis apte à considérer que je ne veux en savoir plus à votre sujet. » Blanc, elle faisait quelques pas en jaugeant les alentours avant de revenir à Scáthach. « J'ai été forgée en tant que Reine, guerrière et déesse. Et pourtant, ma volonté a été ma seule arme pour tracer ma destinée. Je n'ai pas pleuré sur mon sort et je ne le ferais jamais, car là se trouve l'apanage des faibles. »

Et la Morrigan, en tant que Déesse des batailles et des destins, détestait la faiblesse, qu'elle soit humaine ou fey. Elle la rejetait avec dureté, et c'était surement cela qui lui avait valu jadis une réputation terrible.
Mais pour elle, une réputation n'était rien, car le plus important demeurait au sein des actes réalisés et non pas des actes manqués. Elle était honnête, cruelle pour certain, et pourtant, elle connaissait la mesure de toutes choses.

La Reine Fantôme connaissait la place de chaque Sidhe au sein d'une cour et il lui semblait que bon nombre de ses congénères avaient oubliés leur rôle. Alors.. Lorsque la proposition était accueilli par Scáthach, Morrigan avait pleinement conscience que cela allait être.. Un fiasco. Et son instinct ne la trompa pas lorsqu'elle entendit les propos de son interlocutrice. Skye était bien trop présomptueuse : Leur rencontre n'était pas un vulgaire entretien d'embauche, tout comme Morrigan n'était pas simplement une reine.

Pour la première fois depuis leur rencontre, un véritable éclat de mécontentement brillait dans les prunelles tricolores de la Reine Unseelie tandis qu'elle se rapprochait d'un pas.
« Une reine ? Je ne suis pas une reine. Je suis ta Reine, la Reine Unseelie. » Le timbre serein de Morrigan gagnait en dureté : Elle sentait la colère grimper au sein de ses entrailles, dévastant sa sérénité apparente. Pendant ses paroles prononcées, elle avançait encore d'un pas.. Jusqu’à s’arrêter face à Skye. Le tutoiement volontairement employé était à sa libre appréciation, il montrait de manière claire et précise la différence existante entre elles deux, bien qu'elles fussent Sidhes. « L'absence de couronne pendant un temps semble avoir émoussé le respect dû à la royauté. » C'était une évidence selon elle. « Ma proposition n'était pas ouverte aux négociations. Je ne négocie pas, encore moins avec une Sidhe qui ne connait ni sa place, ni le respect dû à sa couronne. En conséquence, je ne m'entraverais pas d'un tel élément parmi mes rangs. Tu peux rester dans les ombres, là où le respect n'est que quantité négligeable. »

Dépassant Scáthach, elle avançait en direction de la porte qui la mènerait aux couloirs du Sithin avant de s'arrêter et jeter un dernier coup d'œil à Skye. « Ta seule chance est passée. Au prochain acte manqué, je rouvrirais chacune de tes anciennes blessures jusqu'à ce que tu baignes dans ton propre sang. Ainsi, tu comprendras la valeur du sang, des chairs et de la mort. » Et à la suite de ses propos, elle reprenait son avancée en direction des couloirs afin de s'y enfoncer d'un pas tranquille. Dans son sillage soufflait un vent printanier, fraichement débarqué. La colère qui enveloppait alors la Morrigan semblait lutter contre une tranquillité imposée.



Merci de ne pas réutiliser ce code ♥



the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
SHADOW GIRL ∭ Scato, faut pas la faire chier. La sexy guerrière qui te met le feu.

Skye R. O’Sidheach

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/08/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1892
› L'AVATAR : Deborah Ann Woll
› LES CREDITS : Tumblr & Ellaenys
› LA COULEUR RP : #276b70

SHADOW GIRL ∭  Scato, faut pas la faire chier. La sexy guerrière qui te met le feu.

MessageSujet: Re: “ mémoire d'outre-tombe. ” ∞ (SCATHACH)   Mar 21 Juin - 22:46
Mémoire D'Outre-Tombe

Les choses n'étaient pas exactement partie d'un bon pied entre elles, et visiblement, à mesure des minutes passées ensembles, cela était loin de s'arranger. Dans un sens, cela ne la surprenait pas tant que ça. A plus forte raison lorsque l'on est immortels, on ne se rapproche pas des autres si facilement et si rapidement que ça. On prend le temps de se découvrir, de se connaître, parce que, du temps, justement, on en a, et qu'il n'y a pas de motif, dès lors, de se presser, de se jeter trop hâtivement dans tout ceci au risque de commettre des erreurs et des impairs. Rien ne devient forcément inscrit dans le marbre dès lors que l'on fait un pas vers quelqu'un, et il est aisé de se défaire de ce que l'on a pu avoir, parfois même trop aisé. Il existait en ce monde des êtres qui s'étaient débarrassés de certains de leurs proches, à l'issue d'un choix, celui de se détacher complètement d'un quelconque lien commun. La Guerrière le reconnaissait sans s'en cacher, elle était au nombre de ceux-ci, et, pire encore, elle figurait au nombre des fratricides. Mais, après tout, cela n'aurait jamais pu finir autrement, entre sa demi-sœur et elle. Peut-être qu'elles étaient entièrement responsables de tout cela, ou peut-être leur génitrice à toutes deux y était-elle peut-être pour quelque chose. Mais il n'était plus temps de s'interroger sur de telles questions, tout comme il n'avait pas plus été temps de le faire durant leur affrontement. Une seule d'entre elles aurait pu en réchapper, et Skye avait su être celle-ci. Alors, oui, que Mórrígan ne change pas radicalement d'avis à son sujet en seulement quelques minutes, cela n'avait rien de bien surprenant. D'une certaine façon, c'était même rassurant. Les années loin de la Faërie n'avaient heureusement pas entraver sa capacité de logique et de pertinence. Cependant, la Guerrière ne pouvait pas non plus exactement se sentir confortable dans tout ceci. Parce que Mórrígan était Reine, sa Reine, même, comme elle lui rappelait à sa façon. Dès lors, il y avait un rapport hiérarchique entre elles, avec tout ce que cela entendait et sous-entendait. De plus, Skye n'appréciait que peu qu'on s'adresse à elle de cette façon. Mais cela n'avait absolument aucune importance aux yeux de l'ancienne déesse, n'est-ce pas ?

Il n'en demeurait pas moins que les propos de la plus âgée des deux rousses n'avaient absolument rien d'agréables aux oreilles de la plus jeune d'entre elles. Il n'est sans doute jamais agréable de s'entendre critiquer et rabrouer, mais là, il y avait tout de même un certain contexte particulier, ainsi qu'un passif. S'il s'agissait de la première fois, des propres lèvres de Mórrígan, d'autres avant elle avaient pu avoir le même discours, ou du moins un discours suffisamment proche pour que Skye sente ce goût amer de déjà vu et de déjà entendu tout contre sa langue, envahissant son palais et faisait réagir toute sa silhouette. Elle se redressait, se tenait droite, encore plus qu'elle ne l'était jusqu'alors, et le moindre de ses muscles se contractait, se tendait. Elle n'avait absolument aucune envie de s'effondrer ou de courber l'échine. Cela serait une faiblesse, plus qu'une marque de respect. Il fallait qu'elle demeure celle qu'elle était, et celle qu'elle était, ce n'était absolument pas une femme qui s'aplatit dès que l'on ose la voix. Ces personnes là sont sans doute bien moins dignes de confiance, car, alors, on ignore si elles sauront tenir leurs rangs lorsqu'un danger extérieur s'en viendra vous menacer. Il n'était pas dans l'habitude de la Guerrière de s'épancher sur son passif, ni même sur ses ressentis. Cela ne lui ressemblait pas, mais, en toute honnêteté, elle avait voulu jouer cartes sur table avec l'ancienne déesse. Elle avait voulu ne se cacher de rien, pour que sa vis-à-vis ne l'accuse pas de lui dissimuler volontairement certaines choses, d'éluder bien trop d'éléments, de se montrer fourbe et dissimulatrice. Mais, visiblement, il aurait mieux fallu qu'elle se taise, et qu'elle continue dans sa lancée. Ne rien dire, mais ne pas moins en penser. Une leçon à retenir pour l'avenir, sans doute.

Peut-être y avait-il une part de fierté et de mauvaise foi de part et d'autre, mais, sérieusement, non, ce n'était sûrement pas la première fois que Skye se voyait renvoyer à ses pénates, à sa situation initiale, celle de se tenir loin des grands de ce monde, loin de tous, aussi, de préférence, de retourner à sa situation originelle, dans les ombres, ou plutôt dans l'ombre, où elle devrait dès lors se satisfaire de la tenue et du fonctionnement des choses. Sa génitrice l'avait renvoyée très tôt dos au mur les quelques fois où, au tout début, elle avait voulu rechercher en elle quelques marques d'affection. Elle lui avait ris au nez, lui avait rappelé qu'elle n'était officiellement pas sa fille, et qu'elle ne le serait jamais, parce que sa naissance tout comme sa conception était une erreur, et qu'on ne s'encombre jamais de ses erreurs. Pas quand on tient à sa réputation, à sa fierté et à son orgueil. Lizabeth aussi avait pu avoir des termes très durs et très crus envers elle, alors qu'elle n'avait jamais pu, au final, que serrer les dents et la vouer à tous les maux, sans jamais que cela ne franchisse réellement le seuil de ses lèvres. Lizabeth aussi s'était moquée d'elle, l'avait considérée comme si peu méritante d'une quelconque attention, tout en se parant de ses atours royaux et en la renvoyant, elle, à sa situation de subalterne, de sujette, là où elle pouvait très bien périr d'un simple ordre, sans doute après maintes et maintes souffrances, en adéquation avec la cruauté de la monarque. Cependant ... Cependant, si Skye pouvait sentir son honneur être terriblement piqué au vif, elle savait qu'elle se devait de garder le contrôle, de ne pas laisser s'abattre sa furie, de rationaliser tout ça et de replacer les choses en contexte. Oui, effectivement, Mórrígan ne la connaissait pas. Son jugement ne pouvait donc être complet dans une quelconque globalité et entièreté. N'est-ce pas ? Skye pouvait tout à fait se dire qu'elle avait le champ libre pour lui montrer à quel point elle pouvait surprendre sa monarque. Tout comme elle pouvait sans doute tout à fait la faire changer d'avis, dusse-cela prendre plusieurs siècles. Elles avaient tout le temps devant elle, n'est-ce pas, tant qu'il ne prenait pas idée à la Reine Consort des Unseelies d'ordonner sa mise à mort, n'est-ce pas ? Alors, lorsque Mórrígan lui accorda un dernier regard, au cours de cette menace que la Guerrière refusait d'entendre sonner comme une prière, Skye ne baissa pas les yeux, bien au contraire. Un instant, son regard se planta dans celui de sa Reine, avant qu'elle ne s'incline face à sa vis-à-vis, en adéquation avec le rapport hiérarchique existant entre elle.
    « Je n'en doute pas un seul instant, ma Reine ... »
Et puis, elle se redressait, sans une once de moquerie ou d'ironie sur ses traits, sans un sourire provocateur ou visant à lui montrer qu'elle n'accordait absolument aucun crédit aux paroles de son aînée. Bien au contraire. Elle ne se montrait pas plus boudeuse ou furieuse que cela, sachant suffisamment bien se contenir, lorsqu'elle le voulait, afin que son miroir vers l'extérieur soit plus apaisé et neutre que la fureur et la confusion des sentiments qu'elle pouvait bien éprouver et ressentir en interne. Cependant, sans doute son fasciés indiquait-il cependant sa détermination, sa franchise et son honnêteté, également. De quoi prouver à sa monarque, et elle l'espérait, qu'elle valait la peine d'être prise en considération, malgré tout. Et alors que la principale concernée s'en retournait, d'un pas tranquille et assuré, Skye, elle, restait désormais seule en ces Jardins des Ténèbres. Seule, mais armée d'une détermination à prouver à la consort de Nuada à quel point elle pourrait se trouver étonnée, et agréablement, en plus, par la suite des évènements. A quel point elle pourrait sans doute un jour être amenée à changer d'avis, pas forcément concernant son choix final, mais plutôt concernant son appréhension, et son avis sur sa benjamine. Oh, que oui, Skye ne lésinerait absolument sur aucun moyen pour prouver à quel point elle pouvait se révéler une recrue importante et redoutable pour la cause Unseelie. Sans que ses futures actions et décisions soient cependant motivées par cet unique dessein. Skye estimait qu'en restant elle-même, qu'en agissant comme elle l'avait toujours fais, qu'en prenant les armes, en défendant les siens, qu'en combattant et en agissant pour l'intérêt des Unseelies, elle parviendrait à prouver à Mórrígan sa détermination, sa volonté, sa force combattante, son intérêt pour la communauté et pour autrui, ça, et tout le reste. Sans doute cela pouvait-il se révéler être un défi, mais elle estimait être déjà embarquée sur la bonne voie. Son passé parlait de lui-même, ainsi que ses antécédents, et elle possédait déjà nombre d'alliés au sein des Unseelies. Elle parviendrait, un jour, à obtenir ne serait qu'un sourire de la part de sa monarque, ou ne serait-ce qu'un regard appréciateur et avenant. Elle se satisferait de peu, tant qu'elle gardait la tête sur les épaules et qu'elle, comment déjà ? Ah, oui, qu'elle ne se baignerait pas dans son propre sang ... Elle y parviendrait, oui, elle en était sûre, encore une fois, dusse-cela prendre des siècles, voire même des millénaires. En attendant ... En attendant, la menace venait aussi d'ailleurs, et elle ne serait jamais suffisamment naïve ou stupide pour l'oublier. Alors, autant ne pas donner de raisons à Mórrígan de se méfier éternellement de quelconque menace venant de l'intérieur ... Tout comme les autres Unseelies, elles avaient déjà fort à faire comme ça !


They'll know my name
As I walk through the flames of burning lands, my feet are torn to strands. I will not thirst. As I cross the raging sea, waves are crashing over me. They drag me down, but I will not drown. They'll know my name, after the storms are passing through. They'll know my name, when they've forgotten all about you. And I shall rise, again and again. Oh well I shall rise. Again and again.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: “ mémoire d'outre-tombe. ” ∞ (SCATHACH)   
Revenir en haut Aller en bas
 

“ mémoire d'outre-tombe. ” ∞ (SCATHACH)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mémoire d'Outre Tombe
» [Quête/Solo] Mémoire d'outre tombe
» Le début d'une grande amitié... ou presque. (PV Outre-Tombe)
» Il revient d'outre-tombe !
» Créature : Outre tombe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AES SIDHE › fáilte a thaistealaí thuirseach. :: Winter Court : Faërie
Cúirt an gheimhridh
 :: 
Sheading Rushen
 :: Le Jardin des Ténèbres
-