AccueilAccueil  Tumblr Aesien  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce qu'il y a de nouveau

La vidéo

Les Prédefs attendus


Partagez | 
 

 Essus has come *niark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
THE BLOODY TWIN ∭ Nom d'un petit Essus Suisse, elle va te saigner !

Narcisse K. Ó'Maiolrain

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 25/03/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4773
› L'AVATAR : Charllize Theron
› LES CREDITS : Ellaenys + tumblr
› LA COULEUR RP : Lightblue

THE BLOODY TWIN ∭ Nom d'un petit Essus Suisse, elle va te saigner !

MessageSujet: Essus has come *niark   Ven 25 Mar - 16:02
Charlize Theron> Unseelies

Narcisse K. Ó'Maiolrain

« Avant la vie, par delà la Terre, il y a la Mort. Tout comme il peut y avoir l'obscurité avant la lumière. »



› Nom prénom & Surnom : Narcisse Kate Ó'Maiolrain alias Essus
› Âge : 4 millénaires (merci Cromi ♥️) et des cacahuètes
› Métier / Occupation : Médecin légiste
› Caractère : Ténébreuse - Indifférente - Pragmatique - Sensuelle - Sûre d'Elle - Fidèle - Radicale - Terre à Terre - Sanguinaire - Volage - Dangereuse - Morbide - Froide - Quasi-Imperturbable, sauf quand cela concerne Taranis (ceci est un copié/collé du PV qui sera décortiqué plus en détail dans la partie "résumé du personnage")
› Type de Fey/Vampire/Drow/Druide : Sidhe
Maison noble : Maison Ailil



Résumé du Personnage



Cela fait bien longtemps déjà que dans ce monde de surconsommation létale il n'y a plus de place pour les Ghandi et autre monstre de la sainte religion! Pas plus que pour la bonté gratuite ou encore l'altruisme et le don de soi. Ou de Soi, allez savoir. Cela fait des siècles que je prône et clame cette seule vérité. Que j'énonce à voix haute ce que tous vous refusez de voir. Vous n'avez pas voulu m'écouter. Qu'à cela ne tienne. La Déesse Mère nous a quitté et vous n'avez désormais plus qu'à assumer cet abandon justifié!

Ici-bas il n'y a que la Loi du plus fort pour faire office de guide de survie!
Le pouvoir s’acquière à travers le mensonge, la corruption et le sacrifice! Combien de grandes personnalités n'ont pas été irrévocablement attirées par la force obscure car elle au moins avait le culot de tenir ses promesses de grandeur? Combien de grands hommes n'ont pas hésité un seul instant à enfoncer famille, ami, voisin au profit de leur propre survie? Combien de grandes femmes n'ont guère hésité à tirer un trait sur leur vie de famille au profit du poids de leur portefeuille?
Je vous mets au défi de me citer le nom d'un seul dirigeant n'ayant guère mordu à l’appât du gain?! Un seul dictateur ayant offert la révolution à son peuple?! Un seul président ayant préféré la mort au déshonneur?!

A fil du temps j'ai réussi à me fondre parfaitement dans la masse. A me glisser dans l'ombre des hommes de paille. A me faufiler dans les interstices de cette humanité décadente. En tout temps et en toute circonstance je suis restée en arrière-plan. J'ai offert à ma chère sœur le vice de procédure. Elle pour attirer les regarder et cueillir les lauriers et moi pour planter les graines de la discorde. Pour faire naître l'amertume. Pour faire prospérer le mythe. Même si nul ne me (re)connaît à travers les divergences de l'histoire antique, j'impose le respect de par ma seule et unique présence dans une pièce. Je suis l'élément centrale dans cette pyramide féodale que nous appellerons communément "débauche".
Je la créé, je la cherche, je la veux!

A vos yeux de mortels pantins désarticulés, je ne suis jamais qu'une femme médecin. Une blouse blanche avec de jolies jambes interminables. Un cerveau gâchis. Comment vous en vouloir ? Je ne vous offre aucun indice. Je ne vous dévoile aucune faille. De visu je suis ce que toutes rêvent d'être et ce que tous souhaitent secrètement (ou pas) posséder. Manipulatrice, opportuniste, aguicheuse ... tant de mots pour décrire une seule et même personne. Et pourtant, de tous il n'y en a qu'une seule qui connaît mon véritable visage. Qui devine mes aspirations premières. Et que je laisse approcher de mes canines si avides de plus.

Après tout, je ne suis jamais rien de plus qu'une vipère glissée dans un corps divin. Le serpent d'Eden. La protectrice de cette pomme illicite que tous convoitent et dont moi seule connaît le parfum véritable.




Particularités & Apparence



› Particularités :

- Essus et Taranis sont nées d'une union titanesque il y a plus de quatre siècles de cela, dixit Shakespaere. Selon cette même thèse tout porte à croire que certains tares persistent et signent dans leur ressor génétique. Essus est l'aînée des deux soeurs sur base d'un intervalle minimue de quelques minutes à peine. Leur lien gémellaire n'est connu que de peu.
- Essus est le garde-fou de Taranis. Son dernier et ultime lien avec la réalité. Quand elles restent séparées trop longtemps, les conséquences ne se laissent pas désirer.
- Contrairement à la plupart des déités, Essus déteste profondément et viscéralement le fait d'avoir à porter un nom d'emprunt. Le souvenir du déchu a beau être douloureux, il n'en reste pas moins un pilier central de son histoire. Elle aime à se rappeler la gloire d'antan car elle reste persuadée que le retour imminent de la Déesse Mère fera renaître son culte. Que ce soit là Narcisse (qui lui va comme un gant) ou encore Kate; elle garde comme une pointe d'amertume en bouche à leur évocation. Elle a été, est et restera à jamais Essus. Afin d'éviter ses sauts d'humeur (...) il est plus louable de s'adresser à elle par le biais de son titre de "docteur Ó'Maiolrain".
- Tout comme sa soeur, Essus aime le plaisir charnel. Homme ou femme, peu importe, tant que coule le sang sidhe dans leurs veines. Et encore, un égarement est à notifier dans son parcours sans faille. C'était au tout début de la seconde guerre mondiale. Elle était médecin au camp. Lui soldat de l'armée française. Il avait tué pour la première fois. Il en était fier. La vitae chaude d'un Allemand au crâne explosé lui collait encore aux mains et au corps. Dans un élan de folie et de je-m'en-foutisme total elle s'est laissée prendre. Entre deux tentes. Derrière l'hospitalerie. Tandis que des coups de feu et de canon résonnaient en fond sonore. Ce fut décevant. Très. Plus encore quand elle découvrit qu'il avait fait naître en elle ce que nul n'autre n'avait réussi auparavant. Elle tenta de s'en débarrasser. La raison la rattrapa. Elle tenta à nouveau. Le destin intervint. Elle mit au monde une petite fille, Clare. Difforme. Hybride. Trop parfaite et si peu à la fois. Trop elle et jamais véritablement au final. Elle attentat à sa vie à six reprises. A chaque fois le drame fut évité de justesse. A sa majorité Clare quitta les entraves imposées par sa mère. Elle fuya. Essus la traîta de lâche. De déserteur. Sa tête serait mise à prix. Cela fait près de cinquante ans aujourd'hui qu'elles ne se sont pas croiées. Les retrouvailles sur l'Île de Man promettent d'être ... festives.

› Apparence Féerique/Vampirique : Je suis belle et je suis bonne!
Nul besoin de jouer la carte de l'humilité quand tout un chacun vous qualifie de tel à chaque fois que votre entrée en scène s'annonce!
Je suis une femme fatale, je l'entretiens et je l'assume! Dans un monde où notre présence se résume prioritairement à la qualité de notre anatomie; croyez bien que la mienne fait tourner la tête de plus d'un.

Les cheveux lisses, bouclés, attachés, lâchés, en chignon ... peu importe tant qu’ils sont longs. Au cours des siècles j’ai eu maintes fois l’occasion de les mettre en porte-à-faux. J’ai dû les dissimuler après la futilité de la révélation. J’ai les ai teinté de carmin lors des grandes guerre. Pourtant la couleur n’est jamais venue à s’en distancer. Il s’agit là d’un blond naturel presque surnaturel avec des racines rouges sang. En effet, à la base mes cheveux naissent depuis une origine qui n’est sans rappeler ces penchants que j’assume plus que volontiers. Quelques centimètres à peine car la cascade blonde reprend rapidement le dessus. Malgré mon métier j’aime à porter ma crinière lâchée. Il serait mensonge de prétendre que je ne suis pas particulièrement fière de la longueur enfin atteinte. Droite depuis le haut de mon mètre quatre-vingt-douze (comme ma chère sœur), mes mèches atteignent avec facilité l’arrondi de ma croupe. Leur reflet légèrement argenté s'accorde d’autant plus avec le teint diaphane, presque laiteux, de ma peau souvent jugée comme étant trop pâle. Foutaises ! Je suis une sidhe moi mesdames ! Bien sûr cela est le plus marquant au niveau de mes iris qui sont exempté de ce que vous, pauvres humains, qualifier d'âme. Son noyau est d’un noir si profond, auréolé d’une pellicule de jade et d’or. Il est connu que des veines vermeilles s’y enroulent et s’entrelacent quand mon humeur s’accorde à mes folies passagères. Vous ne serez pas le premier - ni le dernier - à vous perdre dans mon regard innommable, celui-là même qui vous encourage à vous noyer dans un autre monde dont je peux vous garantir que vous ne désirerez jamais revenir.

De jour je me laisse envelopper par la classe d'un tailleur ou  de cette horrible blouse blanche qui caractérise le métier que j'occupe désormais. De nuit, j'adore glisser mes longues jambes interminables dans un ensemble que certains qualifieront de "trop court", de "trop audacieux", de "trop" tout simplement. Et pourtant ... pourtant ces gens-là me regardent, me reluquent et me dévorent du regard. Je fais des jaloux ... je fais des outrés ... mais par-dessus tout ... je fais des envieux!

Je créé la dépendance. Et je m'en abreuve comme on se délecte du nectar des dieux et qu'on s’enivre de l'ambroisie interdite.

Pouvoir



Pouvoir de la Main de Fertilité :

› Palier 1 : Alimentée par une goutte de son propre sang, Essus est capable de faire pousser un végétal par contact avec sa main de pouvoir. Le végétal en question doit être de taille maximum moyenne.
› Palier 2 : Alimentée par une quantité importante de son propre sang (Il lui faut pour cela s'entailler au moins une veine majeure et laisser écouler son sang millénaire sur la surface complète de sa main de pouvoir.), Essus est capable de faire pousser les récoltes, plusieurs végétaux de taille moyenne ou un végétal de grande taille (par exemple un arbre adulte). Il lui convient pour cela de plonger sa main de pouvoir dans les entrailles de la terre pour le rendre fertile.
› Palier 3 : Alimentée par son sang mélangé à celui d’un humain, Essus est capable d’inspirer la vie à un végétal de petite à moyenne taille. De fait la plante se gorge d’une espèce de semi-conscience protectrice. Elle s’érigera autour de son invocatrice tel un bouclier naturel. Elle peut, si pas empêcher ou moins tout de moins absorber en partie une attaque physique. Au plus de vitae est versée dans le processus, au plus efficace (lire hargneux) sera le végétal. Il cherchera en continu le contact physique d’Essus, s’enroulant autour d’elle à la manière d’un enfant capricieux et exigeant. Ne permettant que rarement le partage. Se montrant parfois agressif.
L'effet est généralement de courte durée (quelques minutes), sauf abondance sanguine (max. une vingtaine de minutes). Par la suite le végétal invoqué "meurt" et se décompose au contact de la terre.
› Palier 4 : Alimentée par son sang mélangé à celui d’une fey, Essus est capable d’assécher la terre. De lui soustraire ses nutriments. De rendre le paysage désolant et morbide. De détruire les récoltes. De transformer un oasis en désert aride. C’est un peu comme si sa main aspirait littéralement la vie d’une parcelle de terrain (là encore le rayon d'action se détermine en fonction de la quantité de sang versé, en moyenne on parle d'une circonférence de quelques dizaines de centimètres jusqu'à quatre mètres - ce qui est énorme et vide les deux calices de leur énergie pendant une période importante). Une fois que le contact est rompu, la nature reprend petit à petit son dû. Cela prend du temps et laisse forcément des cicatrices.

Par le passé, Essus a dû abandonner sa deuxième main de pouvoir. Etroitement liées l’une à l’autre, celle-ci pouvait influencer la fécondité des êtres vivants. A travers la séparation, Essus elle-même a perdu une partie de sa propre fertilité au change. De fait, elle n'a jamais réussi à infanter une seconde fois. Il s’agit d’un deuil spirituel pour ainsi dire.




Histoire



Paul Valéry a dit un jour : «LE POUVOIR SANS ABUS PERD LE CHARME. » Il l'ignorait peut-être, mais qu'est-ce que cet homme avait raison. Depuis le début je l'ai su, je l'ai cru et je l'ai voulu. Alors je l'ai pris. Car même s'il n'était pas libre de l'être, moi j'avais toute la volonté nécessaire pour le saisir. Mais ne nous avons pas trop rapidement dans l'histoire, voulez-vous. En plus de quatre siècles d'existence j'en ai vécu des choses. J'ai vu des mythes naître et des civilisations tomber. J'ai connu la gloire au moins autant que la déchéance. J'ai vu, j'ai senti, j'ai aimé, j'ai détesté et de tous, d'aucun je ne pourrais jamais regretter. Je suis devenue celle que j'aurais dû être. Celle que j'étais vouée à devenir. Je suis ce que je suis. Vous allez me haïr. Vous allez me mépriser. Mais par-dessus tout ... vous ne pourrez vous empêcher d'aimer ça.

Il y a très longtemps (- 2000) Il est important de garder à l'esprit que je partage mon histoire avec celle de ma très chère sœur Taranis. Nous avons vécu une enfance sans importance. En fait non, elle en avait. Beaucoup même. Vous ne pouvez même pas vous imaginez à quel point. C'est juste que je n'éprouve pas la moindre envie de partager cette partie de notre vie d'une manière quelconque avec vous. Ces premières décennies nous appartiennent à nous et nous seules. C'est une histoire écrite dans notre cœur, écrite à l'encre de notre sang. De toute façon vous ne pourriez pas comprendre.

Qu'à cela ne tienne, je vous zappe la jeunesse, la remise en question, l'adulte, l'adultère, le beau, le mauvais et même le truand. Il n'aura vécu que quelques maigres journées à mes côtés. Aucune importance. Nous aurions pu entretenir cette relation fusionnelle encore quelques années. Que dis-je, des siècles même. Malheureusement toute bonne chose a une fin. Pour le meilleur ou pour le pire, comprenons-nous bien. Une première guerre. Une sous-division. Une histoire de races, de sous-races, de pas-races et j'en passe des plus belles. Tandis que Taranis ne trouvait rien de mieux qu'une vocation totalement absurde à aller bastonner de plein fouet, moi j'étais depuis longtemps enroulée dans les entrailles de toutes ces délicieuses manigances. De toute part les alliés et les ennemis se battent dans un élan de fureur et de gloire à une religion aveugles. Des principes moraux que le soldat lambda avait vite fait d'oublier une fois l'arme à la main et la lame de métal transperçant les armureries de la faction adverse. Un magnifique, que dis-je GRANDIOSE, champ de bataille plongé dans les Ténèbres. Baignant dans les tripes. Suintant dans une victoire utopiste est illusoire. Oh, comprenez-moi bien, je suis une fervente admiratrice de telles aberrations. De toutes les grandes guerres auxquelles j'ai pu assister par la suite, jamais ô grand jamais je n'ai pris un tel plaisir. Une telle effervescence. Pendant des jours, des nuits et des éternités je me suis abreuvée des sacrifices futiles de nos compatriotes. J'ai creusé des fossés de mes propres mains pour y accueillir le fruit perfide d'une telle magnificence. J'ai nourri la terre. J'ai nourri la Mère.

Il en va de soi que j'ai toujours œuvré dans l'Ombre. Jamais je n'ai nié mon implication dans les pertes ennemies (Et parfois même alliées, mais comment résistez?!). Tout comme je n'ai jamais crié à voix déployée quel avait été mon véritable rôle dans ce massacre. Je ne suis pas une victime cher lecteur, je suis un instrument. Mon corps n'est jamais qu'une enveloppe désireuse autant que désirable. Un calice fait de chair et de sang. Porteur d'un message de total abandon de soi. J'ai beau ne pas avoir été engendrée par la Mère, j'en reste pas moins sa plus fidèle dévouée.

Alors quand Taranis a commencé à s'auréoler de ces gloires futiles et obsolètes, je lui ai bien volontiers laissé cette montagne si grotesque. L'Olympe. Haha, quelle vaste blague. Bien sûr j'aurais pu m'y installer. J'aurais pu prendre pour acquis ce trône de marbre qu'elle avait fait ériger aux côtés des siens. J'aurais pu clamer à un rôle de déesse et faire de l'ombre à cette catin de Héra. Mais cela n'aurait apporté en rien satisfaction à mes propres besoins de Grandeur. Alors je suis restée humble. Du moins l'aurais-je été en apparence. Je me suis mêlée à la foule. J'ai pris pour porte-paroles des femmes d'âge mûr et manipulables à souhait. Des pantins de chiffon prêtes au sacrifice ultime en échange d'une place d'honneur auprès de la Mère. Foutaises. Jamais elles n'atteindraient le stade suprême d'une telle reconnaissance. Elles auraient pourtant dû en être conscientes. Dès lors comment me blâmer pour une telle ignominie ? La vantardise était déjà un péché à l'époque. Pour ma part je n'ai jamais fait que retarder leur sentence. Je leur ai offert une pseudo-gloire terrestre. Qu'elles s'estiment heureuses si pas privilégiées. Combien de dieux peuvent prétendre à un titre équivalent au mien ? Bien peu ont refusé de porter leur couronne au grand jour, préférant se destituer officiellement de leur rang afin d'accorder ce dernier au petit peuple. Je fais partie de cette catégorie hors norme. Je n'ai pas à m'en cacher. De tous mes confrères, je crois bien que Crom Cruach a été le seul à pousser le vice au moins aussi loin. Prétextant à tout va préférer son anonymat à de grandes déclarations. À des idolâtries. À l'érection d'un culte et d'effigies à son image. Là encore je me ris de telles sottises. Un plan magistral. Mais uniquement sur papier. Croyait-il vraiment pouvoir me détrôner aussi facilement ?! Tout au long des siècles nous nous sommes frôlés de peu. Une confrontation était inévitable. Malheureusement cela ne s'est jamais fait. Un deus ex machina ? Allez savoir.

Il y a fort longtemps (0) Taranis et moi avons fini par nous perdre de vue. Elle sur sa montagne maudite, moi dans mes champs à perte de vue. Tandis que son Empire était sur le point de succomber à la facilité d’une évolution inévitable, moi je continuais à faire fructifier les graines de ma propre grandiloquence. Les petites gens avaient beau ne plus avoir besoin de déités foudroyantes et imbues de leur personne ; la moisson n’en restait pas moins leur source de survie principale. Un rabbin, un faux prophète ou encore un illuminé ont beau nourrir l’esprit, quand le corps ne suit pas comment atteindre le nirvana ? Là où ma sœur sombrait dans une fatalité nécessaire, moi je continuais inlassablement à migrer vers des contrées toujours plus lointaines, à m’éloigner des grandes villes pour aller pervertir l’esprit si simplet des paysans et des pauvres. Des mets de choix pour la terre et sa Déesse Mère. Une sorcière ? Une hérésie ? Et pourquoi donc ? L’univers n’est jamais qu’équilibre tanguant. Le yin et le yang. Le blanc et le noir. Le jour et la nuit. Ce que la Mère offre elle peut tout aussi bien le reprendre. J’étais la main de la fertilité. Il n’était que juste retour que j’exige des intérêts en conséquence pour combler le gouffre béant d’une nature transformée.

Croyez bien que je n'ai pas échappé à cette loi universelle. De tous, ce n'est pas Taranis qui est venue à me manquer le plus. Nous avions toujours ce lien inviolable. Cette condition sine qua none. Ce petit quelque chose en plus que les autres ne peuvent ni comprendre ni même concevoir. Malgré la distance de plus en plus prononcée, je savais dans mon for intérieur que nous finirions tôt ou tard par nous retrouver. Une fatalité autant qu'une nécessité. Dès lors je ne l'ai jamais pleuré. De toute façon j'avais suffisamment de sous-fifres prêts à me lécher les basques pour un oui pour un non. Bien sûr que je l'ai fait suivre. Bien sûr que je connaissais ses moindres actions, ses plus infimes réactions. Et tout temps et toute heure je savais où, quand, comment et pourquoi. Je n'avais nulle inquiétude à me faire son sujet. Elle avait beau dégringoler de son monticule de terre, elle finirait bien par retomber sur ses pattes et clamer à nouveau ce qu'elle estimait lui revenir de droit.

Non. Elle n'était assurément pas ma perte la plus insurmontable. Cette fissure de l'âme je l'ai vécu à travers la rupture imposée par Ernmas. Nous avions partagé tellement ensemble. Nous avions clamé des royaumes, sacrifiées des croyances, enterrées des blasphèmes. Les quatre cent coups c'est avec elle que je les ai vécus. Autant Taranis était mon lien spirituel, autant Ernmas constituait mon dernier rempart à la réalité. Elle m'a suivi dans mes délires autant que j'ai accepté moi-même de me plier à ses moindres caprices. Ensemble nous aurions pu réécrire l'histoire. Nous aurions pu transformer le monde. Il n'en est rien. Elle aussi a fini par me quitter. Un jour. Une nuit. Depuis, plus rien. Je n'ai pas dépéri pour autant. Cela était bien indigne de mon rang. Autant que de la relation privilégiée que nous avions entretenu jusqu'à présent. Elle faisait partie d'une autre génération. Elle avait vécu déjà plus de deux millénaires lorsque nous nous sommes croisées pour la première fois. Mais cela avait tellement peu d'importance que tous auraient pu s'y méprendre quant à la réelle teneur de notre affection sanguine.

Il y a longtemps (1875) C'est donc seule que j'ai continué à mener ma vie. Je n'avais besoin de personne. Ce que je voulais je le prenais. Ce qui refusait de s'offrir à moi, je l'obtenais non par la force, mais par la raison. Certains parleront de manipulation. Je leur demanderai d'apporter les preuves de mes plus vils méfaits. D'aucuns de mes fidèles n'a jamais refusé de s'offrir à moi. C'était une parole contre une autre. Accessoirement la mienne. Certes, mes pouvoirs et mon influence ont commencé à s'estomper. A s'effriter. Mais là où mes confrères craignaient de sombrer dans l'oubli, ma Foi en la Déesse Mère n'en fut que plus inébranlable.

Même lorsque tomba le jugement ultime du Roi David. Même lorsque je dus abandonner au Chaudron ma main de fécondité. Mon oeuvre la plus aboutie. Mon si délicieux fardeau. Ce fut une erreur bien sûr, mais comment aurions-nous pu l'éviter? Les feys se laissaient mourir à petit feu. Refusant d'unir leurs forces contre une puissance grandissante et omniprésente. Nul ne voulait croire au potentiel néfaste d'une telle abomination que l'être humain. Moi je l'avais toujours su. Je l'avais annoncé. J'avais été comme un Oracle dénué de toute crédibilité. Tout ceci n'était qu'un juste retour. Les divinités avaient pris pour acquis les dons de la Déesse Danu. Ce qui leur tombait désormais dessus n'était autre que le châtiment divin. Le résultat inévitable d'une trop grande confiance aveugle. D'un manque. D'un abandon.

Moi-même je continuais à prier la Mère. Je continuais à lui offrir de rares présages d'une admiration incontestable. Un jour Elle reviendrait. Je le savais. Je le sentais. Dans mes entrailles. Dans mon soul. Dans mon être tout entier. Et je serais là. Prête à L'accueillir. Prête à saigner mes propres veines pour inonder Son parcours céleste du plus purs des nectars.

Il y a peu (1980) En récompense de mes prières, je renoua les liens avec Taranis. Nous nous retrouvâmes après une longue période d'errance où le manque n'avait jamais été que physique. Je ne l'avais jamais vraiment quitté. Nous partîmes en guerre ensemble, faisant couler le sang plus que de raison. Il est là une période de réjouissances dans toute la grandeur que cela imposait. Je tuais non seulement par la rage, mais plus encore par amour. Un sentiment qui m'était toujours apparu comme étranger et pourtant si familier. Toutes ces décennies il avait attendu patiemment l'éclosion de mes réminiscences. Alors quand il a explosé, quel magnifique ballet artistique nous avons entamé sur le champ de bataille. Nous avons fait un carnage. Et Dieu, ou plutôt Déesse, comme c'était bon!

Hier (2001) Là encore, vous savez aussi bien que moi que toute bonne chose a une fin. Lorsque feu notre Reine fut assassinée de sang-froid, le mien n'a fait qu'un tour. Nous n'étions pas particulièrement proches. Pas plus que nous étions éloignées. Néanmoins nous vaguions ensemble dans des eaux tumultueuses et baignées d'une couleur si particulière. L'annonce de son trépas fut pour moi comme un coup de poignard chauffé à blanc plongé dans le cœur. Ce jour-là il a été arraché de sa cage thoracique pour ne plus jamais y retourner. J'ai vu rouge de rage, noir de colère et vert de jalousie. Mes convictions profondes ont éclaté en mille morceaux. Mes barrières mentales ont rapidement suivi. Je me suis transformée en véritable cavalier de l'Apocalypse. Je hachais. Je trucidais. Je lapidais. Tout ce qui me passait sous les mains. Amis, ennemis, alliés, autre. Peu importe car mes sens étaient dans une telle déroute que je ne voyais ni ne sentais rien de plus que ce besoin viscéral de blesser. De lacérer. Et de recommencer. La Mort était une punition trop douce. Ils devraient me supplier pour se l'arracher!

Je n'ai repris mes esprits que lorsque mon regard s'est posé sur le dos ensanglanté de ma sœur. J'avais transpercé son corps d'une lance de foudre. Un artefact jadis créé à l'effigie de son culte. Douce ironie d'un sort peu enviable. J'ignore comment. J'ignore pourquoi. De mes mains tremblantes j'ai lâché mon arme de fortune. Je me suis retournée et je suis partie. Sans un dernier regard vers l'arrière. Elle vivrait. Je le savais. Elle le devait!

Aujourd'hui (2015) Je suis sortie de mon exil. Pourquoi maintenant? Pourquoi ainsi? Cela ne vous regarde aucunement. Le fait est que j'ai rejoint l'île et que j'ai retrouvé mes pères. Quelle sottise. Je parie que je n'ai manqué à un. Grand bien leur fasse. Je ne suis pas revenue après tant d'années pour implorer leur clémence. Ce serait là mal me connaître.

Je n'ai eu aucune difficulté à retrouver Taranis. Toujours aussi tempétueuse. Toujours aussi volcanique. Oserais-je prétendre qu'elle m'a manqué? Qui sait ...
Nous nous retrouvons dans le secret le plus abouti. Nous passons des heures si pas des nuits entières à parler, à réciter, à remémorer. Je lui raconte mon parcours. Elle me fait vivre ses exploits. Parfois il m'arrive de tracer du bout des doigts les contours de la cicatrice qu'elle porte toujours en guise de notre dernier affrontement. Elle refuse de guérir. Elle refuse d'oublier. Je ne le lui demande pas. Comment le pourrais-je? Je porte moi-même dans la paume de ma main droite les stigmates de cette nuit maudite. Moi aussi je suis marquée. Mais peut-être bien que ceci n'est jamais rien de plus que notre seule et unique destinée.


Et vous alors ?



› Pseudo : Lau'
› Âge: J'vais répondre la même chose que le staffeux: j'ai dépassé la barre des 30  Surprised  (en fait c'est mis dans mon profil mais chut)
› Crédit des images : Bazzart  
› Comment je suis arrivé(e) sur le forum ? Elcmar a tenté de m'en dissuader, mais quand mon oeil de lynx est tombé sur ce PV ... eh bien j'ai commencé à en rêver la nuit
› J'ai lu le règlement, je l'accepte et je signe par mon pseudo : Je l'ai lu, c'était court donc j'ai relu une deuxième fois pour être certaine de n'avoir rien raté ... mais non    Je l'accepte donc et je gribouille en dessous ma patte de mouche (Narcisse Kate Ó'Maiolrain j'avoue honteusement avoir copié/collé mon pseudo, a-t-on idée d'en faire des si compliqués!!!)
› Un petit mot à ajouter ?   Mot /PAN Vous allez vous en mordre les doigts

Revenir en haut Aller en bas
THE BLOODY TWIN ∭ Nom d'un petit Essus Suisse, elle va te saigner !

Narcisse K. Ó'Maiolrain

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 25/03/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4773
› L'AVATAR : Charllize Theron
› LES CREDITS : Ellaenys + tumblr
› LA COULEUR RP : Lightblue

THE BLOODY TWIN ∭ Nom d'un petit Essus Suisse, elle va te saigner !

MessageSujet: Re: Essus has come *niark   Ven 25 Mar - 16:03
Le Test Rp

Votre arrivée à Ellan Vannin




Quatorze années. Taranis.
Cinquante-et-un années. Clare.
Mille-deux-cent-quatre-vingt-treize années. Ernmas.

C'est le temps qui passe et me sépare des êtres les plus proches de mon cœur. Certains diront que je n'en ai plus. D'autres que je n'en ai jamais eu. Qui dit vrai, qui dit faux? Allez savoir. Est-ce que je connais seulement la réponse à cette énigme? Pourquoi mentirais-je?

Nostalgie vous me dites? Si peu. Ce n'est jamais qu'un mot parmi tant d'autres. Neuf lettres négligemment rassemblés pour former un tout qui sonne bien à l'ouïe et ne colle pas trop dans la bouche. C'est ce qui se reflète dans le regard un peu ailleurs de mes co-voyageurs de fortune tandis qu'ils regardent le continent s'éloigner. Tous ont leurs pensées dans le passé. Tous n'ont d'attention que pour ce qui se trouve derrière. Tous sont restés là-bas. Tous sauf moi. Moi je me tiens droite. Moi je me tiens fière. Mon regard est porté sur l'avenir. Sur cette île prise en otage. Sur cette étendue de verdure tellement ridicule que j'en deviendrai presque claustrophobe. Moi qui ai toujours été habituée à de magnifiques champs s'étendant à perte de vue. Moi qui ai aidé à la perpétrer, à les faire fleurir, à les voir mourir. Moi qui ai parcouru la terre entière, qui me suis abreuvée de ses racines, qui ai pataugé dans la fange et la gadoue jusqu'à plus soif. Moi qui ai volontairement refusé de suivre Taranis dans la Cour Seelie car elle me priverait d'une trop grande part de liberté. Voyez comme, au final, nous ne sommes jamais que réduits à l'état d'esclave anciennement aboli.

Ah ma chère sœur, comprends-tu désormais pourquoi il m'était inconcevable de me plier à ta seule volonté? De céder à ces larmes que tu as versées, mais qui n'était jamais plus que de l'eau salée? Cela n'a jamais été toi que j'ai refusé d'embraser.

Le bateau tangue dans les eaux tumultueuses d'une Mer du Nord agitée. Elle aussi semble contraire à cette logique purement humaine. Elle aussi semble refuser cette vulgaire fatalité. Nous voilà embarqués sur des paquebots tels des animaux en route vers l'abattoir. Tels les juifs partant à l'encontre des chambres à gaz. Vous pensez peut-être que je dramatise. Il n'en est rien. Ce choix n'est pas nôtre, ne l'a jamais été et encore moins le sera. Nous avons été relégués au rang de monstres. Mercantile facile et futile. Rien de plus que des calices vides de toute substance. L'humanité juge notre temps trépassé. Notre gloire terminée. Ils nous traquent, nous chassent et nous regroupent sur un terrain clos. Qu'espèrent-ils donc atteindre de la sorte? Notre collaboration silencieuse? Notre supplice muet? Certaines feys se donneront la Mort avant de nous rejoindre. Je ne leur jette aucunement la première pierre. Il a toujours été de mise  qu'Elle valait mieux que le déshonneur. Pourtant je ne pleurerai ni leur courage ni leur lâcheté. Je ne chanterai en aucun cas leurs louanges. Et ce n'est assurément pas vers eux que vont mes prières. Moi-même je ne suis ni triste ni même en colère. Enfin si, un peu; mais chassez le naturel et il revient au galop. Alors pour s'encombrer de la première phase quand on connait d'avance ses conséquences? Je disais donc que je n'éprouve aucune tristesse vis-à-vis de ce voyage. Aucun regret. Et encore moins de scrupule.

Je suis d'ailleurs un des rares passagers à m'être présentée de manière spontanée. Volontaire si vous préférez. Pourquoi? N'est-ce pas évident? Le monde change. Le monde évolue. Mais ce n'est jamais que pour mieux revenir à ses sources. L'homme nous oblige à nous coltiner dans des espaces exigus. A nous rassembler sur une île perdue tels des bêtes sauvages dans un parc naturel. Ils croient pouvoir nous dompter. Ils se croient grands. Ils s'estiment surpuissants. Ils se fourvoient dans une réalité qui n'a jamais été la leur. Quel triste sort que celui de vivre et survivre dans l'ignorance.

Comment ne pas voir? Comment ne pas sentir? Au plus notre embarcation se rapproche de ce faux fardeau, au mieux je respire. Au plus je souris. Ceci n'est pas la fin cher peuple fey. Ceci n'est que le début. Bientôt nous serons tous réunis. Bientôt les dernières barrières tomberont et la terre enfin se fissurera. De nos entrailles ensanglantées s'élèvera une nouvelle révolution. A travers notre rage nous nourriront ces nouvelles pousses. Sous notre hargne elle grandira et constituera notre nouvelle armée.
Et là, mes amis, sous le regard incrédule de la plèvre de ce monde, la Déesse Mère renaîtra de Ses cendres et fera à nouveau régner le chaos de nos ancêtres.

Alors, oui. Quand le pont se baisse et que je viens poser pied à terre je revis.
Et je souris.


Revenir en haut Aller en bas
ARTEMIS ∭ Fifi, la Pureté incarnée de la Faërie & Miss Câlin du flood.

Breaden T. Sithmaith

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 04/03/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 8311
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Thuthur Pendragon est mon autre moi ainsi que le Druide aux bouquins: Spencer
› L'AVATAR : Daisy Ridley
› LES CREDITS : primbird
› LA COULEUR RP : IndianRed

ARTEMIS ∭ Fifi, la Pureté incarnée de la Faërie & Miss Câlin du flood.

MessageSujet: Re: Essus has come *niark   Ven 25 Mar - 16:13
Bienvenue Smile
Quel choix intéressant
Bonne chance pour cette fiche


YOU'RE LOOKING AT THE STOLEN YOUTH
©️ okinnel
Revenir en haut Aller en bas
DRUIDE natural witchcraft.

Odalee V. Merlin

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 22/03/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1131
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Seth Monezë
› L'AVATAR : Sophia Bush
› LA COULEUR RP : Orange: #FF9933

DRUIDE ∭  natural witchcraft.

MessageSujet: Re: Essus has come *niark   Ven 25 Mar - 16:14
Bienvenue toiiii Smile

Je sens que tu vas t'exploser avec ce PV xd

Amuses toi bien




surprise ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
THE THUNDER TWIN ∭ Nom de Zeus ! Tara, Taratata elle est tarée !

Saíréann J. Mac Cárthaigh

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 17/02/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1102
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Non
› L'AVATAR : Amber Heard
› LES CREDITS : Blondie - Topito
› LA COULEUR RP : DarkSlateblue

THE THUNDER TWIN ∭ Nom de Zeus ! Tara, Taratata elle est tarée !

MessageSujet: Re: Essus has come *niark   Ven 25 Mar - 16:18
Soeur de moi !

Bienvenue ! On va bien s'amuser twé et mwé


Thunderstorm

Le tonnerre grondait, les éclaires se suivaient presque sans interruption et la pluie se mit à tomber à torrent. [...] Ceux qui sont pour la liberté sans agitation sont des gens qui veulent la pluie sans orage. — quote : Mark Twain / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
SON OF WAR ∭ Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

Liam K. O'Halloran

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 09/10/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4175
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Tomas Ó Dochartaigh
› L'AVATAR : Dylan O'Brien
› LES CREDITS : Tumblr, essentiellement
› LA COULEUR RP : Vert Olive

SON OF WAR ∭  Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

MessageSujet: Re: Essus has come *niark   Ven 25 Mar - 16:24
Bienvenue !

Bon courage pour ta fiche !!



But she might hold him. That was all that mattered now. To hold him. To hold him. Not to let him go. Make him stay.  — quote : Ernest Hemingway / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
THE LAST KING OF IRELAND ∭ Tothor, l'homme qui n'aimait pas les femmes.

Kiaran T. Mac Greine

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 29/02/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1624
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : (Victor A. Delauney)
› L'AVATAR : Luke Evans
› LES CREDITS : Swan + Tumblr + Ellaenys
› LA COULEUR RP : darkgoldenrod

THE LAST KING OF IRELAND ∭ Tothor, l'homme qui n'aimait pas les femmes.

MessageSujet: Re: Essus has come *niark   Ven 25 Mar - 16:51
Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche


last king of Ireland

Follow your heart. Let your love lead through the darkness, back to a place you once knew  — quote : il divo / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
ULTIMATE BEAR ∭ Teddy Bear, le nounours bouffeur de dames frigo.

Keagan Rafferty

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 06/09/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 2504
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Apollon
› L'AVATAR : Jason Momoa
› LES CREDITS : BLC
› LA COULEUR RP : tomato

ULTIMATE BEAR ∭  Teddy Bear, le nounours bouffeur de dames frigo.

MessageSujet: Re: Essus has come *niark   Ven 25 Mar - 17:50
Mwarf Happy j'adore que ce PV soit prit ! Bienvenue parmi nous


Pistols at dawn

This is me reaching and you wanting to run, Stand down or show down baby, let's get this done code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: Essus has come *niark   Ven 25 Mar - 19:34
Comment ça Elcmar a essayé de te dissuadé de jouer Essus ? Viiiilain garçon
Elle est merveilleuse, cette Essus !
En tout cas, j'te souhaite la bienvenue sur le forum ! Ta venue va faire plaisir (et fait déjà plaisir) a du monde

J'me suis permise de réduire le second prénom du perso à l'initial (ce qui est préférable sur le fofo, et ça enlève de la longueur aussi, c'plus pratique )

Haaaave fuuuuuuuuun



the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: Essus has come *niark   Ven 25 Mar - 20:06
SUSU ! \o/ Welcome sur AS On va faire un regroupement de vieux en tout cas, bon courage pour ta fiche !


Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
ELEMENTAIRE SEELIE spirit of nature.

Q. Silvester Cavanaugh

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 23/02/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 7063
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Boyd E. Lowry.
› L'AVATAR : Oscar Isaac.
› LES CREDITS : avatar & gifs by writerinafoxhole.
› LA COULEUR RP : Tan (#d2b48c).

ELEMENTAIRE SEELIE ∭  spirit of nature.

MessageSujet: Re: Essus has come *niark   Ven 25 Mar - 22:24
Aaaaah la sublime Charlize. heart
Super choix de pv et bienvenue parmis nous m'zelle !
Bonne rédaction de fiche.
*Laisse un cupcake de bienvenue*


Constant gardenerA poet once said the poetry of the earth is never dead. Hands in the dirt, head in the sun, heart with nature. To nurture a garden is to feed not just the body, but the soul...

Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

avatar


MessageSujet: Re: Essus has come *niark   Ven 25 Mar - 23:48
Ce personnage va faire des étincelles avec Taranis ! Very Happy
Bienvenue sur le forum !

Je te souhaite bon courage pour la rédaction de la fiche de ton personnage. A très vite ^^
Revenir en haut Aller en bas
SHADOW GIRL ∭ Scato, faut pas la faire chier. La sexy guerrière qui te met le feu.

Skye R. O’Sidheach

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/08/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1892
› L'AVATAR : Deborah Ann Woll
› LES CREDITS : Tumblr & Ellaenys
› LA COULEUR RP : #276b70

SHADOW GIRL ∭  Scato, faut pas la faire chier. La sexy guerrière qui te met le feu.

MessageSujet: Re: Essus has come *niark   Sam 26 Mar - 0:27
Mais regardez qui nous rejoint, Essus herself

Bienvenue parmi nous && bonne continuation


They'll know my name
As I walk through the flames of burning lands, my feet are torn to strands. I will not thirst. As I cross the raging sea, waves are crashing over me. They drag me down, but I will not drown. They'll know my name, after the storms are passing through. They'll know my name, when they've forgotten all about you. And I shall rise, again and again. Oh well I shall rise. Again and again.

Revenir en haut Aller en bas
RADIOACTIVE MAN ∭ Mentos, il mousse pour un verre d'e coca absinthe.

Pavel A. Medos

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 02/03/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1056
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Herc (Nuallan) et Ana
› L'AVATAR : Toby Kebbel
› LES CREDITS : © Kalgan & Tumblr & giphy & nicolassassoon.com
› LA COULEUR RP : #32CD32

RADIOACTIVE MAN ∭ Mentos, il mousse pour un verre d'e coca absinthe.

MessageSujet: Re: Essus has come *niark   Sam 26 Mar - 9:14
My God Happy Charlize Shocked
J'aime tellement cette femme !! heart
Bienvenue ici et bon courage pour ta fiche !!


I'm waking up to ash and dust

IL N'Y A QU'UNE SEULE FAÇON DE S'ÉGALER AUX DIEUX : IL SUFFIT D'ÊTRE AUSSI CRUEL QU'EUX.  — quote : Albert Camus, Caligula / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
THE BLOODY TWIN ∭ Nom d'un petit Essus Suisse, elle va te saigner !

Narcisse K. Ó'Maiolrain

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 25/03/2016
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4773
› L'AVATAR : Charllize Theron
› LES CREDITS : Ellaenys + tumblr
› LA COULEUR RP : Lightblue

THE BLOODY TWIN ∭ Nom d'un petit Essus Suisse, elle va te saigner !

MessageSujet: Re: Essus has come *niark   Sam 26 Mar - 15:23
Merci à tou(te)s pour l'accueil

(Même si je retiens Elcmar qui n'a même pas pris la peine de venir poster un p'ti mot d'amûr à l'état pur )

@Naemesys S. O'Ciardha a écrit:
J'me suis permise de réduire le second prénom du perso à l'initial

J'ai flippé comme pas possible en n'arrivant pas à me connecter

Et je tiens aussi à préciser, petite soeur si tu me lis, que même dans pokémon le sol bat la foudre
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Essus has come *niark   
Revenir en haut Aller en bas
 

Essus has come *niark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Clash of Titans [Dagda vs Essus]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AES SIDHE › fáilte a thaistealaí thuirseach. :: Spring Court
Cúirt earrach
 :: Swallowing darkness :: Fiches validées
-