AccueilAccueil  Tumblr Aesien  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce qu'il y a de nouveau

La vidéo

Les Prédefs attendus


Partagez | 
 

 “ Mothers are inscrutable beings to their sons, always. ” ∞ (KEAN)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: “ Mothers are inscrutable beings to their sons, always. ” ∞ (KEAN)   Mar 19 Avr - 3:01
Mothers are inscrutable beings to their sons, always.

ft. kean && morrigan

Quelques jours auparavant dans le jardin des ténèbres.
Morrigan était en compagnie de Tomas. L'ultime demande de la Reine avait été simple et compliquée tout à la fois. Elle avait demandé au Druide de veiller sur une de ses congénères, Odalee. Face à la réaction de son interlocuteur, la Rouquine avait fini par esquisser un sourire à demi-amusé tandis qu'un signe de la tête donnait le ton d'une réponse positive en ce qui concernait les racines de la nouvelle venue sur l'île. « Merlin, comme dans les histoires, oui. » Blanc, elle reprenait après un moment de silence. « De mémoire, il me semble que Myrddin n'apprécie pas qu'on l'appelle par ce petit sobriquet. Donc, si vous venez à le croiser.. Évitez. »

C'était ce que l'on pouvait appeler un conseil d'amie. En ce qui concernait l'affiliation d'Odalee, la Morrigan prenait quelques secondes afin de réfléchir à la question avant de finalement se décider à ouvrir, à nouveau, la bouche. « Elle m'est liée, donc, elle sera naturellement alliée aux Unseelies.. Possiblement à aucune cour si elle le souhaite, mais surement pas aux Seelies. Si une telle situation venait à se produire, je serais obligée de briser notre lien et donc de faillir à ma parole, ce qui serait susceptible de me contrarier. » Et le mot était faible. Morrigan était une Sidhe de parole. Jamais elle ne se parjurait.

« Quoiqu'il en soit, je vous remercie par avance pour l'attention que vous lui apporterez. En ce qui me concerne, je me dois de vous laisser. Passez une agréable soirée Tomas. » La Reine Unseelie le saluait d'un mouvement du menton allié à un sourire avant de tourner les talons. Elle regagnait tranquillement le Sithin pour la soirée.



Douglas.
Il était rare pour la Morrigan de sortir du Sithin ou des terres Unseelies. Non pas qu'elle ne le souhaitait pas, ou qu'elle s'en privait. Simplement, la Reine Unseelie n'en avait que très peu l'occasion.. Ce qui n'était pas sans soulager Nemhain, qui s'était vue affublée de l'étiquette de Capitaine de la Garde Royale, et plus précisément de celle de Morrigan. Uniquement de celle de Morrigan. S'il y avait une chose que les deux Sidhes ne pouvaient apprécier, c’était définitivement de jouer au chat et à la souris.
Elles avaient toujours eu des tempéraments très indépendants, et c'était pour cela qu'elles se respectaient autant, l'une et l'autre.

Dans l'esprit de cette vérité inébranlable, la Sidhe avait pris le temps d'informer son Capitaine qu'elle se rendait à la Douglas afin de faire les boutiques. Quelques boutiques avaient-elles dit.. Et pour ce faire, elle avait embarqué une Sidhe volontaire pour la journée de calvaire royal.

Sortant d'un énième magasin, Morrigan était donc suivit de la Sidhe qui était assaillit de sacs. Ils n'étaient pas lourds, non, ils étaient encombrants avant tout. Parce qu’elle avait fait diverses acquisitions : des tenues de tous les horizons, pour elle, pour Nuada, et beaucoup de chaussures.. La Reine Unseelie avait une passion cachée pour les futilités vestimentaires, à tel point que son accompagnatrice était épuisée après une après-midi de périple. La Reine Fantôme, vêtue d'un pantalon noir, d'une veste courte de cuir nouée à la taille et d'escarpin rouge, semblait dans son élément. Elle s'était longtemps comportée en humaine, alors.. Pour elle, fréquenter ce genre de boutique lui était tout naturel.

S'arrêtant face à une nouvelle vitrine, elle observait l'intérieur. Cette dernière était faite pour les hommes exclusivement. Croisant les bras, elle analysait un vêtement en particulier : Une veste en cuir. Elle l'aimait bien cette veste et elle savait que Nuada l'apprécierait.. Puisqu'elle avait jeté un coup d'œil dans ses affaires, histoire de se familiariser avec ses gouts modernes. Et à sa grande surprise, il n'y avait pas grand-chose qui avait changé. Esquissant un sourire, elle adressait un regard en biais à la Sidhe qui faisait de son mieux pour faire bonne figure.

« Fatiguée, Sigrid ? »
« Je.. Il ne faut pas vous occuper de moi, ma Reine. »
« Si je te le demande.. » Qu'elle n’achevât pas, les mots restant en suspend à ses lèvres tandis qu'un reflet l'interpellait dans la vitrine, sur sa gauche.

Pivotant sur ses hauts talons, elle apercevait Kean, qu'elle aurait pu - quasiment - confondre avec Nuada. Son expression se métamorphosait progressivement tandis que son sourire perdait de sa superbe afin de nimber ses lèvres d'une moue presque neutre. Dans son regard tricolore brillait un soupçon de tristesse et d'indécision. Sur l'instant, l'attitude de Morrigan affolait Sigrid qui posait tous les sacs au sol.

« Ma Reine ? Tout va bien ? » L'affolement perçait dans son timbre alors que Morrigan se ressaisissait aussitôt en croisant le regard de son fils.

« Ça va. » Qu'elle tranchait avec le plus de neutralité possible. Sigrid, la grande brune au regard chocolaté acquiesçait dans la seule optique de ne pas contrarier la Reine Fantôme. A l'approche de Liam, elle observait ce dernier sans comprendre, se méfiant même en venant se placer progressivement plus près de Morrigan. La principale concernée reportait son regard sur la brune et lui adressait un léger sourire. « Pourrais-tu ramener au Sithin les sacs ? Et informe Cornelya que je vais bien, que je ne risque rien, enfin.. Tu connais la procédure. » Qu'elle concluait avec un geste de la main.

Après un moment d'hésitation et un nouveau regard adressé à Kean, elle finissait par ramasser ses sacs afin de s'éloigner avec un..
« Bien sûr. Passez une bonne fin d'après-midi. » Et une courbette plus tard, elle s'éloignait, laissant la mère et le fils, nez-à-nez.

Morrigan observait longuement son fils avant de finalement le saluer avec politesse, le regard d'or et d'émeraude le détaillant longuement. « Kean. » Qu'elle ajoutait à ses salutations, se limitant aux conventions, ne sachant comment entamer cette conversation.






Merci de ne pas réutiliser ce code ♥



the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
SON OF WAR ∭ Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

Liam K. O'Halloran

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 09/10/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4175
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Tomas Ó Dochartaigh
› L'AVATAR : Dylan O'Brien
› LES CREDITS : Tumblr, essentiellement
› LA COULEUR RP : Vert Olive

SON OF WAR ∭  Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

MessageSujet: Re: “ Mothers are inscrutable beings to their sons, always. ” ∞ (KEAN)   Mer 20 Avr - 20:12
Mothers are inscrutable beings to their sons, always.
ft. Morrigan & Kean
Je ne peux pas dire que je suis tombé amoureux de Douglas dès que j'y ai mis les pieds. Non. Parce que Douglas ressemble à toutes les villes anglo-saxonnes du même genre, avec ses pierres grises et ses pavés lissés par la pluie. Une ville plutôt triste, en somme. Mais il faut bien admettre que le glamour et la présence des Druides à la main verte ont permis à la verdure de s'épanouir. Alors même si la pierre a triste mine, au moins les plantes et les fleurs - imbibées d'eau toute l'année - apportent un sacré paquet de couleurs et redonnent vie à tout cette triste architecture. Et maintenant que j'y ai passé un certain temps, j'avoue que je trouve à ces pierres gorgées de magie un certain charme. Et les Sithins ont une certaine gueule, il faut bien l'admettre. Surtout depuis qu'ils ont retrouvé leur Lumière.
En clair, si je ne suis pas tombé immédiatement sous le charme de la "capitale" de l'île, j'admets qu'aujourd'hui, je m'y plais vraiment. Pour preuve, dès qu'il y a un peu de soleil, je rejoins un des petits cafés du centre ville pour un thé en terrasse ou en bord de fenêtre quand il y a trop de vent, histoire de sortir un peu de chez moi et de voir du monde. Du monde qui ne soit pas la faune que je retrouve la nuit quand j'ai décidé d'aller faire la fête, je veux dire. C'est quand même sympa de rencontrer des gens à qui je peux parler sans leur brailler dans les oreilles ou qui n'ont pas envie de se coller à moi pour quelques instants plaisants pourtant rapidement oubliés.
Aujourd'hui est un de ces jours ensoleillés et pas trop venteux, je suis donc assis dans une chaise en bois moyennement confortable malgré le coussin sous mes fesses. Une théière devant moi, une tasse dans une main et un livre dans l'autre, j'observe la population de la ville vaquer à ses petites affaires en me demandant qui est quoi et qui fait quoi de ses journées. Est-ce que l'un d'entre eux s'est aussi fait botter les fesses par son paternel pendant l'entrainement ce matin ? Est-ce que le petit couple là-bas sera à l'origine de la prochaine génération de fey ? Est-ce que ce grand gars qui porte sur lui d'être Seelie, dans sa belle tenue brillante, a du sang Unseelie sur les mains ? Et est-ce que la grande femme pas très loin de moi va finir écrasée sous le poids de ses sacs ? Est-ce que c'est seulement possible de faire autant de shopping à Douglas ? Il faut croire que oui et il devient évident que je n'ai pas fait assez de lèche-vitrine si j'ignore la réponse à cette question. Sans compter que vu le look général de la Fey, il apparait que les boutiques de Douglas ne font pas de chiffons mais bien des vêtements de qualité. Elle m'intrigue, cette brune chargée comme une mule. Parce que maintenant que j'y regarde de plus près, elle n'est pas seule. En fait, elle est même accompagnée d'une rousse à l'aura dévastatrice, une femme magnifique, dont la présence me serre douloureusement le cœur, ma mère.
Sans vraiment y penser, je me lève et m'avance vers elle. Pourtant, notre dernière rencontre s'est terminée d'une façon plus que catastrophique ! Pendant des jours, après nos retrouvailles, je n'ai ressenti que de la colère et une impression d'injustice. Mais une fois la pression retombée, j'ai pris le temps de penser, de réfléchir à ce que je voulais vraiment et à ce que je devais à Ethel. Est-ce que ma fidélité à la Cour Seelie était si indispensable ? Est-ce qu'elle valait que je ferme la porte à cette nouvelle vie ? Puis ma rencontre avec Nuada qui, contre toute attente, s'est plutôt bien passée. Puis la Cour Unseelie, puis l'entrainement auprès des autres Gardes de la Cour des Ténèbres. Enfin la paix et un sentiment d'appartenance recherché pendant si longtemps. Et malgré tout ça, je n'avais pas encore revu Morrigan, la Reine, ma mère. Je la regarde, dans le reflet de la vitrine et je sais qu'elle m'a vu.
Son attitude change d'un coup, passant de Reine du Shopping à Reine de glace, comme si ma présence la figeait. Et je comprends, dans un sens, parce que pour elle aussi, notre dernière rencontre s'est mal terminée. Qu'est-ce qu'en a réellement ressenti en revanche, je n'en sais que ce que Nuada m'avait dit. Et ça n'avait pas l'air folichon. Alors oui, je comprends qu'elle ne soit pas très enthousiaste de me voir la surprendre dans sa séance de shopping. Mais quoi qu'elle pense, elle congédie sa dame de compagnie et nous voilà seuls, plantés l'un en face de l'autre comme des idiots. Moi, j'ai la trouille de faire encore une boulette impardonnable. Elle, elle me regarde, comme si elle essayait de me jauger. Mon prénom quitte ses lèvres, sans grande émotion, mais sa réserve est palpable. Du coup, le pincement dans mon cœur est moins vif, apaisé par ma raison qui tente d'expliquer à mon palpitant que cette froideur est attendue.
Et là, je ne sais plus quoi dire... Comment suis-je censé m'adresser à elle ? Si j'en crois ce qu'elle m'a reproché, je dois la saluer à mon tour, mais comment ? Avec quel mot ? Quel titre ? Je voudrais la traiter comme de ma famille mais ne m'a t-elle pas chassé de sa vie ? Depuis quand dire bonjour est-il devenu si compliqué ? Je commence à paniquer et sens mes poings se serrer contre mes cuisses avant de fermer les yeux et prendre une brusque inspiration. Non ! Je ne me laisserai pas déborder. Pas cette fois.

- Je ne sais même pas comment t'appeler.

Je décide d'opter pour la sincérité la plus pure. Si je veux recommencer quelque chose avec elle, il nous faut repartir sur des bases saines et solides. Alors oui, je vais être obligé de parler de mes sentiments et de toutes ces choses qu'un Sidhe ferait mieux de cacher mais elle est ma mère et nous sommes seuls sur cette place. Du moins hors de portée d'oreilles des plus indiscrets.

- Ma Reine ? Morrigan ? Mère... ?

Ma voix craque légèrement sur ma dernière proposition parce que clairement, c'est le genre de mot que je voudrais utiliser pour lui parler. Mais à cette heure, je ne peux oser. Les relations à peu près cordiales que j'ai avec Nuada ne sont pas transposables à la Reine des Ténèbres.
Autant dire que le malaise est palpable. Bien épais, bien lourd. Bon sang, si je suis comme ça avec ma propre mère, je suis définitivement pas fait pour la politique....



But she might hold him. That was all that mattered now. To hold him. To hold him. Not to let him go. Make him stay.  — quote : Ernest Hemingway / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: “ Mothers are inscrutable beings to their sons, always. ” ∞ (KEAN)   Ven 29 Avr - 4:14
Mothers are inscrutable beings to their sons, always.

ft. kean && morrigan

Chacun possédait ses vices et ses vertus. Morrigan avait un goût prononcé pour les garde-robes bien fournies et les paires de chaussures en quantité. Nuada, qui ne l'avait pas revu depuis une éternité, s'était souvenu de ce penchant désastreux pour la trésorerie royale et n'avait pas été étonné de la voir partir à l'assaut de Douglas afin de piller les différentes boutiques de prêt-à-porter. Pour combler le gouffre financier qu'elle comptait créer, Morrigan avait proposé, dans sa bienveillance, de racketter les Seelies ou de demander des dommages et intérêts à Dagda pour l'avoir tué, elle (et ses enfants), mais cela n'avait été qu'une bonne blague qui avait fait rire le couple royal. D’ailleurs, a bien y réfléchir, il n'y avait surement qu'eux pour rire de ce genre de chose.. Et encore une chance.

Donc, à Douglas, elle avait décidé de se changer les idées. D'oublier les tracas, le Sithin ou même la Faërie. Elle avait eu besoin de revenir à sa norme durement acquise durant deux millénaires. Une norme qui était devenue confortable à force d'investissements et d'occasions fructueuses. Sigrid, qui l'avait accompagné n'avait pipé mot devant l'attitude de sa reine, au contraire, elle avait eu droit à un paquet ou deux, afin de la récompenser de son dévouement. Il était clair que cela avait changé la Brunette de l'attitude de la précédente Reine. Elle en était d'ailleurs toujours étonnée.

On pouvait être la Reine des Ténèbres et ne pas être une peau de vache. C'était ce que clamait sereinement la Morrigan, parce qu'elle estimait que le respect pouvait passer par un autre rapport, un rapport certes - parfois - de force, mais essentiellement de confiance. Tant que l'on ne trahissait pas sa confiance, elle pouvait se montrer aimable, tout en gardant une distance de sécurité raisonnable. Elle était méfiante, depuis une éternité maintenant, mais ce n'était pas pour cela qu'elle se plaçait dans une tour d'ivoire. Elle détestait ces souverains qui se jugeaient au-dessus de tout, simplement parce qu'ils possédaient une couronne sur la tête. En ce qui la concernait, évidemment, elle était et demeurait une Sidhe qui respectait au pied de la lettre le protocole qui en découlait. En conséquence, cela se traduisait de différentes manières et au travers de beaucoup d'entraves qu'elle se fixait.

Et c'était à ce protocole et à ces entraves qu'elle avait pensé échapper durant une séance de shopping. Mais finalement, elle s'était retrouvée face à Kean, son fils. Observatrice, elle était naturellement restée sur sa réserve.. Peut-être - et c'était même certain - parce qu'elle ignorait comment débuter la conversation. Nuada lui avait raconté leur rencontre, mais dans le fond, cela n'avait dénoué qu'une partie du problème. Et la preuve en était, ce dernier était visible tandis que Liam ignorait comment la saluer.

« Une simple salutation ne nécessite aucune parole, le plus souvent. » Qu'elle lançait, en s'illustrant d'un mouvement du menton. C'était une salutation courtoise et très certainement ce que son fils n'attendait pas d'elle.
Embourbée dans une vase d'incertitude métaphorique, la Sidhe pinçait sensiblement les lèvres écoutant les différentes propositions de Kean concernant sa manière de l'appeler. Elle fermait les yeux un instant, semblant refreiner tout sentiment qui tenterait de s'échapper de ses traits lissés de sérénité forcée. Mais elle le savait, elle le savait.. Que son regard, ce regard, le sien.. A elle, la trahissait lamentablement. Elle détestait cela. Elle détestait que son propre fils lui soit étranger, qu'il soit un étranger tout simplement.

Inspirant profondément, elle reportait son regard sur son enfant et se décidait à briser son mutisme au bout de longues secondes. « J'ai discuté avec ton père. Il semble que votre rencontre ait été fructueuse, bien plus qu'avec moi. » Toujours aussi honnête, elle ne dérogeait pas à ses propres règles et lançait finalement la conversation sur le point central de leur discussion à venir. « Tu es donc devenu un Unseelie. » La constatation était énoncée, avec simplicité, parce qu'elle ne voyait pas l'intérêt de le questionner à ce sujet.

Basculant son regard vers la vitrine, elle observait le vêtement qui l'avait fait s'arrêter devant la boutique. La Morrigan se rendait compte, qu'en cet instant, elle était bien plus distante qu'elle ne devait l'être.. Elle était bien plus distante que pouvait l'être son Grand Amour, qui - avouons-le franchement - était un champion de la froideur et de la distance. Comment expliquer cela ? Toute la question était là et la réponse prenait une forme simple : Elle ne voulait pas être déçue, pas encore. Elle refusait que son cœur se brise, encore une fois, pour son enfant. Elle refusait d'avoir mal pour des choix qui n'étaient pas les siens.

Reposant son regard tricolore sur Kean, la Reine Fantôme se rendait également compte que son refus de souffrir créait un fossé entre eux. Alors.. Elle lâchait un soupir et posait sa main sur l’épaule de Liam en le forçant à entrer dans la boutique en sa compagnie. Une fois son avancée lancée, elle le relâchait et saluait une vendeuse qui lui sortait un baratin de bienvenue. C'était une petite blonde qui observait l'un et l'autre avant de s'arrêter sur Morrigan qui désignait finalement le manteau de cuir dans la vitrine.

« J'aimerai que vous me sortiez une veste de cuir, à la taille du jeune h.. » Elle rectifiait. « A la taille de mon fils. » Elle lui jetait un coup d'œil en biais tandis que la vendeuse toute pimpante reportait son regard sur Kean.
« Et vous faites quelle taille, jeune homme ? »
Morrigan laissait Liam donner sa taille et la vendeuse disposer tandis qu'elle scrutait les vêtements de cette boutique pour prêt-à-porter masculin. Lorsqu'ils se retrouvaient à nouveau seuls, elle se retournait finalement vers son fils.
« Je vais surement l'acheter pour ton père, je veux juste voir comment elle tombe sur toi, vu que vous vous ressemblez.. Même si vous ne faites pas exactement la même taille. » Blanc. « Il aime bien les vêtements en cuir, j'aime bien faire les boutiques, donc, nous nous complétons, bien qu'il ne m'ait rien demandé. »
Elle attrapait un pull dans les étalages et l'observait en le relevant devant ses yeux. Vu sa moue, il ne lui plaisait pas. Pas assez. Elle le repliait rapidement avant de finalement pivoter sur ses hauts talons en direction de Kean. Ce regard qu'elle portait sur son fils était encore indécis, à bien des égards. Elle essayait d'être naturelle et de faire un pas vers lui, c'était compliqué. Cependant, une idée tournait en son esprit, encore et toujours. Alors, elle se décidait à la partager. « Ne me déçoit plus, Kean. » Kean.. Kean.. Elle réalisait soudain que le nom donné par sa saleté de demi-sœur à son fils, elle ne l'aimait pas tant que cela. Mais cette idée fugace, elle la gardait pour elle.


Merci de ne pas réutiliser ce code ♥



the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
SON OF WAR ∭ Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

Liam K. O'Halloran

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 09/10/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4175
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Tomas Ó Dochartaigh
› L'AVATAR : Dylan O'Brien
› LES CREDITS : Tumblr, essentiellement
› LA COULEUR RP : Vert Olive

SON OF WAR ∭  Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

MessageSujet: Re: “ Mothers are inscrutable beings to their sons, always. ” ∞ (KEAN)   Ven 29 Avr - 21:56
Mothers are inscrutable beings to their sons, always.
ft. Morrigan & Kean
Le malaise semble s'épaissir à mesure que les secondes s'écoulent. Je la regarde, elle me regarde, elle ne dit rien et je ne vois pas ce que je pourrais dire de plus sans rendre l'ambiance encore plus lourde. J'envisage très sérieusement de tourner les talons et de disparaitre de sa vie - encore - quand elle se décide à parler. Et à m'adresser un signe de menton, telle une maitresse d'école Sidhe enseignant les rudiments de la politesse à une jeunesse trop aimable et incline aux débauches émotionnelles. Un signe de tête ? D'accord, je peux faire ça. C'est froid et impersonnel et je réalise que c'est là la seule relation que je vais probablement avoir avec elle après nos désastreuses retrouvailles. Elle n'a pas l'air de celles qui pardonnent, la Morrigan... La réputation de Nuada n'était déjà pas brillante, à ce sujet, mais il faut croire que la Dame des Ténèbres a de quoi lui montrer l'exemple. Je suis affreusement mal à l'aise, planté là sous le regard tricolore et presque méprisant de la femme qui m'a donné le jour. Bon sang, j'aimerais être ailleurs... J'aimerais ne pas l'avoir croisée là, sur cette place où tous peuvent nous voir, là où il est impossible d'avoir une vraie conversation. Une rencontre spontanée, certes, mais qui manque beaucoup de cadre. Tout peut se passer, le meilleur comme le pire, or vu nos antécédents et son attitude, je ne me fais guère d'illusions. Je reste donc silencieux, incapable de savoir comment gérer cette situation. D'ordinaire, je ne suis pas si... inepte. Mais Morrigan me ramène à l'état de petit garçon indécis et désespéré. Je n'ai plus 2000 ans, je ne suis plus un combattant aguerri. Je ne suis plus qu'un ramassis de doutes, d'incertitudes et de douleurs. De plaies qui refusent de cicatrisées.

Je me tais jusqu'à ce qu'elle soupire et reprenne le contrôle de la conversation. Un bref espoir flambe avant de mourir quand elle évoque Nuada et la Cour Unseelie mais son ton glacé n'exprime pas grand chose de ses pensées, encore moins de ses sentiments quant à ces changements. Pourtant, n'est-ce pas là ce qu'elle attendait de moi ? Si. Mais j'ai conscience que ma façon de procéder n'est pas celle qu'elle aurait souhaitée. J'ai hésité. Je n'ai pas instantanément prêté allégeance. J'ai fait preuve d'émotions et de sensiblerie envers une Cour dont je n'avais pourtant rien à faire. En clair, j'ai trahi une confiance que je n'avais même pas encore gagné. J'ai déçu. Et il est clair qu'il s'agit de crimes impardonnables, inoubliables, pour la Reine Unseelie.
Je me contente donc d'acquiescer. Elle énonce un fait, inutile pour moi d'en rajouter des tonnes. Surtout qu'il est évident que Nuada lui a raconté les choses en détails, peut-être avec son filtre de père surpris, mais puisqu'elle ne m'a pas réduit en miettes là sur le trottoir, je suppose qu'il n'a pas non plus été injuste ou trop orienté.

Je ne suis pas plus avancé sur la conduite à tenir face à cette femme qui ne me donne aucun indice. Pire... qui me perd plus encore en m'entrainant sans prévenir et sans explication dans la boutique qui l'intriguait quelques minutes plus tôt. Je suis comme un toutou parce que je suis pris par surprise et parce que je me vois mal m'arracher à elle. Après tout, j'espère encore que les choses s'arrangent entre elle et moi, même si je n'ai aucune idée du comment ou du quand. Du coup je reste, une fois de plus, planté comme un idiot, devant la vendeuse qui nous observe. Avant de carrément ouvrir le bec en grand quand elle me présente comme son fils à la jeune femme. Oula ! Quoi ? Comme ça sans transition ? Je sais bien que Nuada m'a reconnu devant les Nobles Unseelies et que mes origines vont finir par faire le tour de l'ile, mais c'est quand même surprenant de voir Morrigan faire comme si c'était parfaitement normal.

- Taille 2.

Je réponds à la vendeuse, comme un automate. Avant de réaliser que j'ai répondu selon mon apparence sous Glamour et que c'est peut-être une erreur. Quoique... Le modèle choisi par Morrigan ressemble assez peu à ce qu'un Sidhe porterait sous sa forme véritable. Morrigan vient me tirer de mes réflexions sans intérêt en m'annonçant sans détour que je vais lui servir de pantin pendant la durée de son shopping. Je lâche un son qui ressemble à rire sans joie. Qui aurait imaginé que nos retrouvailles mère/fils me transformeraient en marionnette pseudo-consentante ? Pas moi... Et pourtant, je suis là, mal à l'aise, à ne pas savoir quoi lui répondre et avec une envie irrépressible de me casser de là vite fait. Jusqu'à ce qu'elle m'assène, impitoyable, un "Ne me déçoit plus, Kean." qui me fige sur place.

Je rêve ou ça ressemble à une deuxième chance ? Enfin... une seconde parce que je doute sérieusement qu'il y en ait une suivante. Et c'est plus que ce que j'avais imaginé.
J'accroche son regard et pour la première fois depuis le début de cette rencontre, je sais exactement où j'en suis.

- Je n'en ai pas l'intention. La dernière fois, j'étais perdu, trop plein d'émotions et encore pris dans des considérations qui n'ont plus lieu d'être à ce jour.

Je venais de retrouver ma soeur, je venais d'apprendre que ma mère ne m'avait pas abandonné et je croyais encore que la femme qui m'avait élevé était toujours Seelie - même si je n'étais plus très sûr des sentiments qu'elle m'inspirait. En clair, j'étais complètement largué et la demande de Morrigan m'avait pris par surprise.

- Aujourd'hui, je sais qui je suis. Et je sais qui je veux devenir.

Je sais aussi à qui je dois en être reconnaissant. Je ne pense pas être responsable de la façon dont les choses ont tourné entre mes parents et moi mais comme l'a dit Nuada lors de notre confrontation, j'aurais pu venir les voir plus tôt, les mettre face à ce que je croyais être leur choix. J'ai fait des erreurs, des mauvais choix. Mais je suis capable de le reconnaitre et de me remettre en question, s'il le faut. C'est ce que j'ai fait après avoir rencontré Morrigan.
Il y a des choix à faire, plus importants que des problèmes d'égaux. En tant que Sidhes, j'ai appris à être fier. Mais ma dignité ne vaut rien si elle doit m'empêcher d'être heureux. Je ne peux pas dire que je suis heureux, à ce jour, mais j'en prends le chemin. Il y aura encore des personnes à convaincre, Morrigan la première, mais aujourd'hui, je ne suis plus seul. Naeve me soutient. Nuada m'a accepté parmi les apprentis Gardes. J'avance. La tête haute et couvert de bleus, mais j'avance.

- Un jour, je ne me contenterai pas de ne pas te décevoir.

Un jour, elle sera fière de moi et elle parviendra peut-être à me considérer réellement comme son fils, au même titre que ma sœur jumelle. En attendant, je la regarde bien en face alors que j'enfile la veste en cuir enfin ramenée par la vendeuse. Elle veut que je fasse modèle pour mon père ? Qu'il en soit ainsi. Après tout, il est déjà une sorte de modèle pour moi.



But she might hold him. That was all that mattered now. To hold him. To hold him. Not to let him go. Make him stay.  — quote : Ernest Hemingway / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: “ Mothers are inscrutable beings to their sons, always. ” ∞ (KEAN)   Mar 24 Mai - 18:03
Mothers are inscrutable beings to their sons, always.

ft. kean && morrigan

La situation était complexe a bien des égards. Pour la Morrigan, ouvrir les portes de sa confiance était une chose qu'elle ne faisait pas aisément. Personne ne dérogeait à ses règles de méfiance, pas même sa famille. Le seul à qui elle était capable de confier sa vie était Nuada, simplement parce qu'il était son Grand Amour, parce qu'ils partageaient ce que personne ne pouvait comprendre. A côté de cela, la Sidhe avait bien trop vue des enfants tourner le dos à leurs parents, ou à l'inverse, des parents instrumentaliser leurs enfants afin de mener à bien leurs ambitions égoïstes. Leur monde, aussi féérique pouvait-il être, demeurait impitoyable, et elle en était elle-même le résultat pour avoir enduré l'ambition écrasante de sa mère.

Ainsi, au fil du temps, elle s'était construite une carapace qui avait dû se renforcer lors de sa mort. Depuis ce jour-là, un sentiment lancinant n'avait eu de cesse de grandir dans son cœur : Il portait le parfum de la méfiance et le goût de la paranoïa selon certain. Mais qui pouvait la blâmer d'acter de façon à ce que le passé ne se reproduise pas ? De par son vécu, la Morrigan avait appris beaucoup de leçons et elle estimait que d'autres allaient venir avec les nouvelles épreuves qui se présenteraient sur son chemin. Mais en ce qui concernait celles acquises, elles lui semblaient élémentaires, tellement élémentaires qu'elle les avait mises en application avec sa propre fille. Elle avait tout fait pour son enfant, elle l'avait élevé en tant que Sidhe sans jamais songer à faire d'elle l'instrument de son besoin d’exister. Elle lui avait offert sa liberté de fait, de geste et de conscience, tout en lui énonçant clairement que la déception n'était pas une variable acceptable. Parce qu'inévitablement, être Sidhe tronquait la liberté des nobles.

En parallèle de cette éducation, Morrigan avait appris à être fière de sa fille, grâce au temps et aux épreuves, mais cela ne voulait pas dire que la confiance, bien qu’acquise, était aveugle. Car pour ses propres ambitions, le plus pur des chevaliers pouvait retourner son arme contre son seigneur, c'était une vérité inéluctable. Et même si elle n'était seigneur qu'en étant mère, Morrigan se doutait que parfois, certains choix pouvaient amener certaines routes à se séparer.

Et dans cette histoire ? Kean ? Kean.. Il avait le droit à une seconde chance, parce que Nuada avait ouvert la voie vers ce chemin inexploré. Il avait forcé la Sidhe à sortir de sa réserve, comme elle avait pu l'obliger, en retour, à prendre en considération l'existence de leur enfant. Le statut de Liam était complexe, tant officiellement que dans le cœur des parents qui avaient souffert de son absence totale.
Dans le fond, il n'y avait aucun responsable, hormis la coupable du méfait que Morrigan n'avait pas envie de nommer.
Et c'était un peu à cause d'Elle, celle qui n'avait pas su faire de lui un Sidhe, que la Rouquine avait accepté de tendre la main à son fils.

Son geste avait été difficile, il avait été la porte ouverte a beaucoup de réflexions. Beaucoup, durant trop de jours, jusqu'à ce que le destin ne leur joue un tour, plus ou moins drôle.

Ainsi, lorsqu'elle se retrouvait face à lui, une fois la vendeuse repartie vers ses rayons, la Morrigan l'observait longuement, attendant une réaction ou une autre.
« Il va falloir que tu apprennes à te mesurer. » C'était dur comme demande, elle s'en rendait bien compte, c'était d'ailleurs pour cela qu'elle reprenait la suite de ses propos afin de les expliciter. « Je veux dire par là que lorsque nous nous sommes rencontré la première fois, j'étais une inconnue pour toi, et j'aurai pu être malveillante. J'aurai pu vouloir te briser psychologiquement, et je suis presque certaine qu'avec un peu d'acharnement, j'y serai parvenue. Et cela, ça ne doit pas se produire. Avoir du cœur est une chose noble, le porter dans ses mains à la vue de tous est suicidaire parmi les Sidhes. » Afin de conclure ses mots, elle haussait finalement les épaules. « Après, ce n'est qu'un conseil, tu en fais ce que tu veux. »

Elle avait bien compris qu'elle n'avait aucune légitimité en tant que mère avec Kean. Elle se souvenait encore lorsqu'il lui avait balancé en pleine figure qu'elle n'était pas sa mère.. Elle se souvenait de ses paroles et dans le fond, elle ne pouvait nier qu'elle était une vieille rancunière.

« Et que veux-tu devenir ? » Qu'elle rebondissait, instantanément sur ses propos. Elle avait connaissance des entrainements qu'il suivait, parce que Nuada lui en avait également fait mention. Mais elle voulait entendre les mots de la part de Liam.. Et fort heureusement en un sens, car cela permettait de briser le mur de glace dressé entre eux. Dans le fond, la Reine Unseelie faisait des efforts. Elle essayait vraiment, malgré sa distance apparente.

De prime abord, elle aurait pu lui demander également qui il était, mais cette question aurait été une manière comme une autre de chercher la petite bête, et ce n'était pas son but. Elle avait conscience que Kean était son fils, le fils de Nuada et qu'il était, à présent, Unseelie.

« Je l'espère. » La promesse avait été entendue et enregistrée dans la psyché de la Rouquine tandis qu'elle acquiesçait d'un mouvement bref du menton. Elle espérait réellement que son fils soit en mesure de faire autant sa fierté que sa fille. Dans son cas de figure, tout n'allait être qu'une question de temps, de preuves faites envers et contre tout.
Elle inspirait finalement en le voyait enfiler la veste qu'elle avait choisi pour Nuada. Son nez se plissait alors qu'elle croisait les bras. « Alors, c'est le style de ton père, mais étrangement, ça n'a pas l'air d'être le tien. Tu ne portes pas de cuir en temps normal ? » Elle accostait la vendeuse et lui désignait la veste. « Je prendrais cette veste, avec une taille au-dessus. »

La vendeuse se mettait en route pour préparer donc le paquet, laissant donc Morrigan déambuler entre les rayons tandis qu'elle s'arrêtait devant une nouvelle veste, plus simple, à la coupe plus moderne et courte. Le genre à être entre un style sportif et de ville, avec une fermeture éclair. Elle l'attrapait et la désignait à Kean. « Et celle-ci ? Elle est davantage à ton goût ? » Elle lui mettait entre les mains afin qu'il l'essai. Elle était à sa taille.

Pensive, elle observait le jeune homme avant de plisser les yeux, comme si son esprit venait s'éclairer sur un élément. Et c'était le cas. « Kean.. Savais-tu que ton prénom était une déclinaison du prénom Cian. C'est soit ironique, soit de très mauvais goût.. » Qu'elle marmonnait finalement, un poil renfrognée tandis qu'elle se remettait à parcourir les rayons.



Merci de ne pas réutiliser ce code ♥



the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
SON OF WAR ∭ Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

Liam K. O'Halloran

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 09/10/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4175
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Tomas Ó Dochartaigh
› L'AVATAR : Dylan O'Brien
› LES CREDITS : Tumblr, essentiellement
› LA COULEUR RP : Vert Olive

SON OF WAR ∭  Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

MessageSujet: Re: “ Mothers are inscrutable beings to their sons, always. ” ∞ (KEAN)   Lun 30 Mai - 16:13
Mothers are inscrutable beings to their sons, always.
ft. Morrigan & Kean
Je ne pense pas être un froussard. En fait, il y a même très peu de choses qui me font peur. Quand on a plus de 2000 ans et qu'on est immortel - presque, en tous cas - on en vient forcément par se sentir plus ou moins invulnérable. Pourquoi suis-je donc terrifié quand je me tiens face à Morrigan ? Parce que si ses mots ne peuvent pas me tuer, au sens littéral du terme, ils peuvent faire bien pire. Elle est là, devant moi, et elle me scrute, jugeant mes propos, les tournant dans sa tête, se demandant s'ils sont suffisants, se demandant si j'en vaux la peine. Et je serre les dents parce que j'ai parfaitement conscience que si elle décide que ce que je lui ai répondu ne lui convient pas, elle tournera les talons et je n'existerai plus pour elle. Nous en reviendrons à ce qui a été nos vies pendant tellement de siècles et si elle saura certainement exister de la sorte, je ne suis plus certain de le pouvoir.
Je n'ai pas peur de mourir, là tout de suite. Mais j'ai peur de finir en miettes, détruit irrémédiablement de l'intérieur parce que là est le plus puissant pouvoir de Morrigan. Un mot et c'en est fini de moi. C'est peut-être absurde d'être si défaitiste alors que j'ai Trixie, que j'ai Saoirse, que j'ai quelques très bons amis sur lesquels je sais que je peux compter, mais il y a quelque chose d’extrêmement fort entre Morrigan et moi. Deux milles ans ont creusé une plaie profonde qui ne cicatrisera jamais vraiment mais qui, si elle se rouvre, me laissera à saigner sans espoir de rémission.

J'en perds presque le souffle quand elle se décide à prendre la parole, d'une façon que je n'attendais pas vraiment. Pas tout à fait bienveillante parce qu'elle n'exprime pas assez de douceur pour ça mais... positive en tous cas. Oh, elle parait presque menaçante dans ses conseils mais... c'est pour mon bien alors voilà, bienveillante. Presque.

- Ça n'est pas une question d'avoir du cœur, mais je sais que tu as raison. Je garderai ce conseil en mémoire.

De n'importe qui d'autre, je me serais méfié. Je n'aurais pas ouvert ma porte, je n'aurais pas laissé mes émotions s'afficher avec autant de clarté. Pas autant du moins parce que je sais que ce qu'elle me reproche est vrai. Je baisse trop souvent ma garde. Mais comme il est fréquent de dire chez les Hommes amateurs de comics, elle est ma kryptonite. Morrigan - et Nuada, un peu différemment mais tout de même - est ma faiblesse. Et même si elle me repousse, qu'elle me tourne le dos, m'oublie pour toujours. Même si elle essaie de me tuer - sait-on jamais - je serai toujours un môme abandonné face à elle. Il n'y a aucun doute qu'elle aurait pu me détruire en insistant un peu. Elle n'aurait même pas eu à transpirer pour ça. Elle le peut encore et le pourra toujours. Parce qu'elle est ma mère, quoi qu'elle en dise et quoi que je puisse en penser.
Ce que je souhaite devenir est moins clair, malgré mes grands élans pleins de certitude précédents. Pourtant, je lui réponds lorsqu'elle m'interroge, curieuse et clairement intéressée parce ce que je pourrais lui dire.

- Un Garde Unseelie pour commencer.

Je pourrais lui répondre que je voudrais être un Sidhe digne de ce nom, mais je crains qu'il soit trop tard pour ce genre de changements. Certaines choses sont trop ancrées en moi et je ne pourrai plus revenir en arrière. Je pourrai seulement essayer de ne pas choquer mes parents plus encore.

- Être un fils pour vous.

Un fils dont le Roi et la Reine Unseelie n'auraient pas honte mais cela sera certainement difficile, parce que je n'ai pas été formaté pour être le fils d'un couple royal sidhe. Je peux juste m'efforcer d'éviter le pire et faire de mon mieux. Surtout quand elle me regarde avec l'air de celle qui y a envie d'y croire aussi.

Heureusement, elle change rapidement de sujet pour orienter la conversation vers un sujet beaucoup plus léger lorsque j'enfile la veste tendue par la vendeuse. Je me sens bizarrement engoncé dedans alors que d'ordinaire, je ne me sens pas mal dans ce style. Je hausse les épaules alors qu'elle fait le même constat et je me contente d'un "Si, pourtant" quand elle m'interroge sur mes habitudes sur la question. J'aime le cuir, sa souplesse, son odeur, son confort. Peut-être est-ce parce que c'est un modèle typiquement Nuadien.
Et il semble que ce soit exactement ça parce que Morrigan, après une recherche rapide dans les rayons, me tend une autre veste qui me fait immédiatement de l’œil. Je l'enfile rapidement et émets un son satisfait quand le tissu tombe parfaitement. Une satisfaction qui s'effrite aux mots de ma mère.

- Tu plaisantes ?


Vu sa tête, j'en doute, et je n'ai donc aucun regret d'avoir presque craché ma question. Sauf que ce n'est pas à elle que j'en veux, mais à la femme qui m'a élevé et que j'ai aimée tendrement pendant si longtemps. Je ferme les yeux et inspire profondément en serrant les poings, mes épaules roulant dans le cuir de la veste que j'adore déjà.

- Sa cruauté est sans limite...

Et je lâche un rire sans joie parce que c'était évident que je finirais par apprendre ce genre d'information ! Que pouvait bien attendre Ethel d'un tel choix ? Elle ne pouvait pas sérieusement croire que je prendrais la chose bien, pas alors qu'elle m'a toujours dit que ce père dont je tiens mon nom, m'avait abandonné !

- Elle n'avait pourtant jamais cherché à me blesser, pas volontairement... Même ici, sur Ellan Vannin. Je ne la comprends vraiment pas.

Il y a trop de mystères autour de ma tante.
Je retire la veste en cuir et la replie sur mon bras parce que j'ai bien l'intention de partir avec maintenant que je l'ai essayée.

- Je sais qu'il y avait de sacrées rancunes entre vous et je ne prétendrai pas essayer de comprendre parce que le peu qu'elle m'en a dit semblait beaucoup trop personnel. Sans compter que j'étais tellement furieux de la trouver chez les Drows, de savoir qu'elle avait volontairement choisi de le devenir, que je n'ai pas écouté la moitié de ce qu'elle essayait de m'expliquer. Je ne sais pas si j'arriverai un jour à lui pardonner tout ça.

Comme quoi, je peux parfois ne pas avoir de cœur moi aussi. Mais comment pardonner à celle qui m'a menti, m'a appris à haïr ceux qui ne le méritaient pour finalement m'abandonner au profit des Ténèbres... Ce n'est pas une affaire de cœur mais de bon sens, en réalité...





But she might hold him. That was all that mattered now. To hold him. To hold him. Not to let him go. Make him stay.  — quote : Ernest Hemingway / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: “ Mothers are inscrutable beings to their sons, always. ” ∞ (KEAN)   Mer 15 Juin - 16:08
Mothers are inscrutable beings to their sons, always.

ft. kean && morrigan

Les habitudes avaient la vie dure, comme on pouvait aisément le dire, le penser et le vivre. Cependant, l'avantage des immortels était qu'ils avaient la possibilité de se remettre en question, d'évoluer. Morrigan avait accepté ce postulat en évoluant, elle-même, au fil des millénaires. Si jadis, en tant que Haute-Reine et Déesse elle avait été dure, implacable, brutale, il n'en demeurait pas moins qu'aujourd'hui, elle tentait avant tout de trouver la juste mesure des choses. Elle tentait de dépasser le feu de sa fureur ou l'acidité de sa rancœur. Elle tentait de se mesurer.. Peut-être également parce que la Déesse Mère, elle-même, tentait de lui apprendre la justesse des sentiments depuis deux millénaires.

C'était un travail de longue haleine, une tâche incommensurable à laquelle chaque jour suffisait sa peine.
Ainsi, toute la différence était là : Même le cœur brisé, autrefois, la Morrigan n'aurait jamais donné de seconde chance à Kean, elle lui aurait tourné le dos, elle aurait tout fait pour le faire sombrer dans l'oubli. Alors qu'aujourd'hui, elle tentait un pas en avant sur le chemin du compromis, s'essayant à être une mère compréhensive, bien plus qu'une Sidhe implacable.
Tout ne se faisait pas simplement, rapidement et efficacement. Les instincts premiers de Morrigan étaient toujours là, veillant à la placer sur sa réserve, malgré la lutte intestine qui se jouait au creux de son esprit. Il était alors évident qu'elle faisait de son mieux.. Vraiment.

Lorsque Kean acceptait d'ailleurs son conseil, un peu brutal en termes de formulation, la Sidhe esquissait l'ombre d'un sourire tandis qu'elle semblait soulagée de voir qu'elle avait au moins, au minimum, son mot à dire en ce qui concernait son propre fils. Et puis, ce soulagement en venait à lui faire prendre conscience que les circonstances avaient été de véritables garces avec leur famille et cela l'irritait à nouveau. Elle inspirait ainsi longuement jusqu'à laisser briller un éclat amusé au sein de ses prunelles tricolores. « Ça ne doit pas être une tâche simple avec ton père. Il n'est pas tendre. » Allait-elle le plaindre ? « Mais c'est ainsi qu'on apprend. Je déplore moi-même de ne trouver des jeunes femmes Sidhes capables d'intégrer ma garde. Leurs os sont trop fragiles et leurs esprits trop faiblards pour devenir des guerrières. Et lorsqu'un potentiel se révèle parmi la foule, il s'avère que l'irrespect est au rendez-vous. S’il y a bien une chose qui m'insupporte, ce sont les effrontées qui pensent que tout leur est acquis, soit par leur naissance, soit par quelques petits faits d'armes réussit. » La guerrière avait parlé, avec simplicité. Elle était véritablement exaspérée à ce sujet. Elle n'y pouvait rien.

Le visage signant à la négative, elle finissait par s'arrêter dans son élan tandis qu'elle écoutait la seconde ambition de Kean. Interdite pendant un temps donné, elle se ressaisissait aussitôt. « J'ai conscience que ta place est ingrate et j'en suis désolée. Malgré notre exil, ta sœur part avec le bonus d'avoir eu mon éducation, mes préceptes, sa place sera ainsi plus aisée à trouver au sein de notre famille clairement dysfonctionnelle. Je pense qu'au lieu de l'envier - ce que tu ne feras jamais, je l'espère -, elle pourrait t'être d'une aide précieuse, d'un soutien hors pair. Elle a ses défauts, comme chacun de nous, mais elle saura te montrer une voie sereine afin de gagner en toute légitimité ta place parmi nous. » Elle se rapprochait d'un pas, une fois la veste donnée afin d'observer son fils et venait glisser sa main droite à sa joue. « Dans le fond, tu es déjà notre fils, par le sang et par le verbe. Tes prochaines conquêtes seront celles de la confiance et du cœur. Ce sont des terrains qui ne se maitrisent pas, qui ne se forcent pas. » Dans le cas contraire, tout aurait été trop simple. Un éclat presque triste illuminait les iris d'or et d'émeraude de Morrigan alors qu'elle reprenait. « Je ne suis pas Sidhe à octroyer une seconde chance, mais si je le fais aujourd'hui, ce n'est que pour toi. Parce que tu as joué de malchance en tombant entre les griffes d'Eire, parce que tu es mon fils et que j'estime que tu aurais dû avoir la même chance que ta jumelle. »

Un coup d'œil était jeté à la veste qu'il venait d'enfiler et la tristesse s'évanouissait de ses traits au profit d'un sourire satisfait. Il était maigre, mais il était appelé à grandir. « Alors, c'était une question de coupe. Votre carrure est différente avec Nuada. Mais quoiqu'il en soit, cette veste tombe très bien. » Elle venait replacer et examiner la veste sur les épaules du Sidhe avant de finalement lui refaire face.  « Je te l'offre. » Lorsqu'il la quittait, elle désignait à la vendeuse la fameuse veste. « Un paquet à part, s'il vous plait. C'est un cadeau. »

Aussitôt, Morrigan se remettait à flâner dans les rayons, plus légère. Le shopping avait un effet thérapeutique sur elle.. C'était presque trop étrange. « J'adore trouver la perle vestimentaire. » D'ailleurs, elle s'arrêtait face à une nouvelle veste de cuir, plus clair, d'un jaune cassé. « Oh qu'il serait beau Nuada là-dedans. Ça irait bien avec son teint.. » C'était presque indécent de voir à quel point elle était rêveuse.. Mais cela, c'était bien avant qu'elle réalise que.. « Mais il ne la portera jamais, c'est trop clair pour lui. » Elle la reposait sur le cintre et finalement ouvrait la bouche pour la refermer quand le sujet sur Eire était lancé ou relancé.

La mine presque légère de la Reine Unseelie s'évaporait au profit d'une expression plus austère, froide, laissant planer une ombre furieuse. Eire était un sujet délicat, encore plus lorsqu'elle apprenait qu'elle avait été en contact avec Liam. « Qu'elle bouge le petit doigt, et je la tuerais de mes propres mains. » Le timbre était froid et tranchant. C'était sans appel. Morrigan était décidé à se débarrasser de sa demi-sœur au moindre écart de sa part. « Que t-a-elle dit ? » Pivotant sur ses appuis, elle revenait vers Kean afin de s'arrêter devant lui. « Il n'y a rien à pardonner. Elle est corrompue et ne recherche que la vengeance depuis toujours.. Simplement parce qu'elle n'est pas née sous une bonne étoile. Elle n'est qu'une enfant capricieuse qui a joué à un jeu mortel. Elle va devoir payer le prix de ses offenses. Elle a été prévenu.. Car si je ne l'achève pas, Nuada le fera. » C'était radical, certes.. Mais absolument nécessaire selon Morrigan.




Merci de ne pas réutiliser ce code ♥



the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
SON OF WAR ∭ Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

Liam K. O'Halloran

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 09/10/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4175
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Tomas Ó Dochartaigh
› L'AVATAR : Dylan O'Brien
› LES CREDITS : Tumblr, essentiellement
› LA COULEUR RP : Vert Olive

SON OF WAR ∭  Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

MessageSujet: Re: “ Mothers are inscrutable beings to their sons, always. ” ∞ (KEAN)   Lun 20 Juin - 11:46
Mothers are inscrutable beings to their sons, always.
ft. Morrigan & Kean
Elle écoute, alors que je lui ouvre mon coeur, et c'est presque plus que ce que j'aurais pu espérer. Mais contre toute attente, elle ne se contente pas d'écouter. Non, à chacune de mes réponse, elle avance un conseil, un mot de réconfort. Ou ce qui s'en approche le plus, en tous cas. Je hausse un sourcil en apprenant que nulle Fey n'a trouvé grâce aux yeux de ma mère en ce qui concerne sa Garde, me sentant presque flatté de pouvoir bénéficier de l'entrainement - certes musclé - de Nuada. Ai-je une réelle chance d'enfin appartenir à ce groupe que j'admire et respecte ? Trouverai-je enfin une place dont je saurai être fier ?
Puis je souris tandis qu'elle évoque Saoirse.

- J'ai bien l'intention de m'appuyer sur elle. L'avoir retrouvée est une des plus grandes joies de mon existence et je resterai près d'elle, que ses conseils soient utiles ou non ! Mais je garde espoir, que le temps et l'obstination nous soient bénéfiques à tous. Mon entêtement aura peut-être enfin des conséquences positives...

Contrairement à notre première rencontre où je suis resté buté sur mes habitudes et que j'ai repoussé sa main tendue, sa proposition de rejoindre la Cour Unseelie.
Sa main caresse alors ma joue et le geste affectueux me surprend un peu. Même s'il s'accorde parfaitement à ses propos. Qu'elle soit obligée de faire un effort monstrueux pour m'accepter est blessant, mais j'ai conscience que pour moi, elle lutte contre des millénaires d'un comportement bien ancré.

Les quelques instants de shopping qui suivent sont presque légers. jusqu'à ce que nous évoquions Ethel et là, tout se gâte à nouveau. Là où j'exprime des émotions contradictoires, tout est très clair du côté de Morrigan. Limpide ! J'en sourirais presque si je n'éprouvais pas des sentiments encore mitigés pour ma tante. Oh, je la déteste pour ce qu'elle m'a fait, pour les mensonges, pour la tromperie, pour la trahison. Je ne lui pardonnerai certainement jamais ces faits là. Mais elle a été ma mère pendant plus de 1500 ans...

- Elle a tenté de justifier ses actes avec vos conflits.

Des arguments qui ne m'avaient pas convaincu, d'ailleurs.

- Et elle m'a dit qu'elle m'aimait comme un fils. Et je la crois, même si ça n'excuse absolument rien. Elle s'est servi de moi comme d'un pion dans sa vengeance sans penser une seconde à ce que ça détruirait... Sans penser à ce que je ressentirai quand j'apprendrai la vérité... Et même si je la hais pour ça...

Je ne peux la détester entièrement...

- Il y aura toujours une part de moi qui ressentira une certaine affection pour elle. Mais... Je comprendrai si Nuada ou toi en veniez à des... mesures extrêmes. J'ai beau être, comment dire, défectueux comme Sidhe, je sais que ses actes étaient impardonnables. Même mon "grand cœur" comme tu l'appelles, ne peut excuser ce qu'elle a fait.

Je prends une profonde inspiration et tente de faire bonne figure malgré la profondeur de cette conversation. Discuter de mes rancœurs contre la mère qui m'a élevé et trahi avec la mère qui ne m'a pas élevé puis rejeté, c'est épuisant ! Mais la seconde est prête à m'accorder une seconde chance, contrairement à ce que lui souffle sa nature, alors oui, je vais faire un effort moi aussi !
Je me saisis d'une veste en cuir qui attire mon regard et la fais pendre entre Morrigan et moi, le regard interrogateur : une version un peu plus sombre de celle qui lui plaisait, plus tôt. Peut-être un peu plus susceptible de plaire au père enténébré qui est le mien, du coup.

Et je me prends soudain à espérer que ce genre de moments pourrait se reproduire à l'avenir. Mère et fils ensemble, pour un shopping, à moquer les gouts vestimentaires de mon sombre papa. Peut-être suis-je un grand naïf mais oui, à cette heure de ce jour, j'ai envie d'y croire.



But she might hold him. That was all that mattered now. To hold him. To hold him. Not to let him go. Make him stay.  — quote : Ernest Hemingway / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: “ Mothers are inscrutable beings to their sons, always. ” ∞ (KEAN)   Lun 18 Juil - 18:14
Mothers are inscrutable beings to their sons, always.

ft. kean && morrigan

Lutter contre sa nature était une chose qui coûtait à Morrigan, mais elle avait savamment pesé le pour et le contre, et elle avait pleinement conscience qu'en refusant de donner une seconde chance à son enfant, elle risquait de ne pas pouvoir s'en remettre. Ce qu'Eire avait fait était gravé dans le marbre, à tel point que ce marbre était celui de sa pierre tombale selon la Reine Unseelie. La famille n'excusait pas tout, les liens du sang ne permettaient pas un accès immédiat au pardon. La Morrigan était la première à le savoir, parce qu'elle détestait une bonne partie de sa famille, pour ne pas dire la totalité de sa famille nucléaire.

Et rien que pour ces sentiments noirs qui l'habitaient lorsqu'elle songeait à sa famille, à son sang et à sa chair, elle ne voulait pas reproduire un schéma qu'elle pensait destructeur. Alors.. Alors, elle faisait des efforts, aussi simplement que difficilement. Elle faisait des efforts parce qu'une seconde chance ne coûtait rien hormis une déception, peut-être.. Mais elle comptait sur Liam pour leur éviter une telle situation. Ainsi, tout reposait sur ses épaules.

A l'écouter, elle ne pouvait s'empêcher d'esquisser un brin de sourire. Son entêtement, son obstination. C'était un trait de caractère qu'ils avaient en commun, Nuada et elle. Ils étaient mauvais, si simplement mauvais lorsqu'ils étaient plongés dans leur détermination. Et peut-être était-ce en partie ce qui faisait d'eux de bons guerriers. « L'entêtement peut avoir du bon lorsqu'on lui donne des fins autrement plus utiles qu'un instinct de contradiction prononcé. J'en sais quelque chose. » Morrigan n'était pas fey à nier ses travers, au contraire. Elle les assumait. « Tu peux l'utiliser pour nourrir une ambition qui te guidera vers des sommets. Le principal reste que cette ambition te soit propre et non inspiré des désirs d'autrui. » Blanc, son visage signait à la négative tandis qu'elle laissait échapper un vague soupir afin de se recentrer. « Enfin, je m'égare. »

Si peu. La Rouquine se rendait compte combien elle se refusait à être comme sa marâtre de mère. Elle haïssait l'image que lui avait laissé sa génitrice, et surtout, elle détestait le parallèle qu'elle ne pouvait s'empêcher de faire entre elles. Plissant le nez, elle laissait ce sujet s'éloigner au profit d'un autre qui titillait tout autant son irritabilité.

Eire.
Cette diablesse.
Elle n'attendait qu'une chose : Sa mort.

Le regard tricolore de Morrigan s'illuminait tout en gagnant en dureté à l'évocation de sa demi-sœur. Le pardon ne faisait soudainement plus partie du vocabulaire de la Rouquine qui restait silencieuse pendant un bon moment. Le calme abritait une véritable tempête intérieure qui faisait rage au sein des prunelles plus qu'expressives de la Reine Unseelie. Sa chevelure se mettait à luire tandis que son glamour vacillait sous le joug des émotions.

Elle avait besoin de se ressaisir. Elle allait le faire. Inspirant profondément, elle croisait les bras tranquillement. « Il n'y a rien a justifié. Elle est née aussi bâtarde que moi, à cause de l'incapacité cuisante de notre mère à garder les cuisses fermées. Seulement, Eire, elle n'est pas née noble et n'a donc pas subit l'affection .. » Ce mot sonnait presque comme une insulte dans sa bouche. L'affection d'Ernmas. « ..De notre mère. A partir de là, son cœur s'est gangréné, bouffé par une jalousie que mes faits et gestes ont alimentés. Je l'ai toujours ignoré, et elle a toujours voulu attirer mon attention.. Etait-ce une raison pour t'enlever à moi alors que j'étais à terre, seule, abandonnée parmi les humains ? Elle a profité de ma faiblesse pour m'arracher une partie de moi. Si je m'écoutais, je lui arracherais la tête des épaules et donnerait son corps à manger à mes corbeaux. » Au fur et à mesure de ses paroles, elle s'avançait vers Liam, menaçante, inspirée par une fureur qui avait fait d'elle ce qu'elle était aujourd'hui.

Une véritable aura de violence tentait de s'extirper de sa chair afin de prendre de l'ampleur et pourtant, au bout de quelques secondes, tout retombait tel un soufflet. Un souffle léger, printanier venait court-circuiter cette ambiance macabre afin de ne laisser qu'une Morrigan en proie à un soupir blasé. « Je suis calme.. » Qu'elle murmurât entre ses lèvres légèrement rougit. Ce n'était pas la première fois qu'elle se faisait calmer, et c'était bien souvent au sujet de la même personne qu'elle avait tendance à s'emporter.

Reportant son regard sur la veste finalement désignée par Liam, elle penchait le visage sur le côté. « Ah oui, elle va lui plaire, celle-là. » Et comme si de rien était, elle prenait la veste entre ses mains et l'observait sous toutes les coutures. Elle était visiblement satisfaite de la trouvaille de son fils. « Tu as un bon œil. »




Merci de ne pas réutiliser ce code ♥



the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas
SON OF WAR ∭ Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

Liam K. O'Halloran

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 09/10/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4175
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Tomas Ó Dochartaigh
› L'AVATAR : Dylan O'Brien
› LES CREDITS : Tumblr, essentiellement
› LA COULEUR RP : Vert Olive

SON OF WAR ∭  Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

MessageSujet: Re: “ Mothers are inscrutable beings to their sons, always. ” ∞ (KEAN)   Lun 25 Juil - 17:06
Mothers are inscrutable beings to their sons, always.
ft. Morrigan & Kean
Et bien... Si j'avais encore le moindre doute quant au caractère irrémédiable des tensions entre Morrigan et Ethel, je n'en ai plus ! A peine ai-je terminé ma diatribe rancunière que voilà ma génitrice en train de briller comme une luciole. Ça lui va plutôt bien, toute cette lueur qui fait flamber sa chevelure rousse et qui rend encore plus vif son regard cerclé. Sauf qu'elle n'est pas que belle, ainsi éclairée de l'intérieur. La Reine est proprement terrifiante. Et c'est moi qu'elle regarde, alors qu'elle crache sa haine envers une sœur qui n'est pas là. C'est assez étrange d'entendre parler de la sorte d'une femme que j'ai tendrement aimé, même si cette affection est ternie par ses mensonges. J'ai l'impression de ne pas du tout connaitre celle qui m'a élevé. Et peut-être est-ce le cas. Il n'y a pas si longtemps, je n'aurais jamais cru qu'elle aurait pu être capable d'un tel crime, et pourtant...
Mais je n'ai pas vraiment le temps de me concentrer sur ce qui diffère entre celle que je croyais connaitre et celle qui était réellement, parce que ma chère Maman encolérée s'approche de moi et j'ai soudain peur qu'elle se trompe d'ennemi. Après tout, ne suis-je pas la preuve directe du dernier coup bas de la sœur maudite ? Le messager est souvent celui qui en prend plein les dents ! Je recule d'un pas sans pouvoir m'en empêcher parce que je sais ce dont est capable sa colère. Je sais ce dont elle est capable au combat, même si elle n'est armée ici que d'un pauvre cintre en plastique. Si elle décide de m'arracher la tête comme elle semble en avoir envie - ma tête, celle de quelqu'un d'autre, du pareil au même - je ne donne pas cher de ma peau.
Alors je recule juste un peu, sans la lâcher des yeux, parce que baisser le regard, c'est ce que font les proies face à un prédateur. Je ne suis pas sa proie. Je suis son fils et sa rage n'est pas - totalement - dirigée contre moi. Comment puis-je lui rappeler ce fait autrement qu'en la regardant bien en face, sans rien cacher de ce que je ressens. Je suis moi, Liam, entier et honnête, face à elle, et non la tante qui nous a catapultés dans cette situation rocambolesque.

Et puis aussi soudainement qu'elle s'est emballée, la fureur semble s'effondrer. Là, comme ça, comme si de rien n'était et je ne peux m'empêcher de lever un sourcil. Si ça c'est pas un truc de psychotique ! Y en a des trucs pas nets qui trainent dans cette lignée, on dirait ! Mais quelle que soit la petite voix intérieure qui a botté les fesses à la colère de Morrigan, je l'en remercie parce que je ne me sentais pas particulièrement d'attaque pour une confrontation frontale. Je me sens plutôt vide ces derniers temps... Qui aurait cru que j'aurais pu me sentir aussi tendu à cause de parents sans qui j'avais vécu pendant 2000 ans !

Sans transition, elle regarde la veste que je tends entre nous comme un bouclier de cuir et sourit, semblant satisfaite de mon choix. Et juste comme ça, l'ambiance électrique semble se calmer. Oh, je reste sur mes gardes. En présence d'une Sidhe aussi ancienne et dangereuse que Morrigan, le contraire serait stupide ! Et j'apprends de mes erreurs, merci bien. Donc tant que je marcherais sur des œufs en sa présence, je me méfierai. La confiance se gagne dans les deux sens, n'est-ce pas ?

- Bof, je ne me suis jamais trop inquiété de mon apparence. Je ne me penche sur la question que lorsqu'il s'agit d'une pièce d'armure, mais ça n'est pas vraiment pareil.

Je hausse les épaules.

- Non, en fait, j'y fais aussi attention quand je sors. J'aime plaire. Et quand j'ai envie, je sais choisir ce qui me sied.

Bon sang... Comment en est-on venu à parler chiffon !! Un sujet cependant moins à risque que celui de mes sorties en célibataire, que je regrette déjà d'avoir abordé !

- Si tu as un peu de temps... Peut-être pourrions-nous prendre un thé ? Ou ce que tu veux d'ailleurs. Pour discuter. Un peu plus tranquillement qu'ici.

J'étais sincère quand je disais que j'étais prêt à faire des efforts. Mais pour ça, je pense qu'il faut qu'on reparte de zéro. Et les rayons d'un magasin de vêtements ne s'y prête pas vraiment, à mon sens...



But she might hold him. That was all that mattered now. To hold him. To hold him. Not to let him go. Make him stay.  — quote : Ernest Hemingway / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATRICEobsidian butterfly.

Naemesys S. O'Ciardha

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 16/06/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4049
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : S. Eliz'yan Forsyth.
› L'AVATAR : Jessica Chastain.
› LES CREDITS : Ellaenys.
› LA COULEUR RP : Crimson.

ADMINISTRATRICE ∞ obsidian butterfly.

MessageSujet: Re: “ Mothers are inscrutable beings to their sons, always. ” ∞ (KEAN)   Jeu 25 Aoû - 17:35
Mothers are inscrutable beings to their sons, always.

ft. kean && morrigan

Faire peur à son propre fils. Qui l'aurait cru ? Pas Morrigan, elle n'aurait jamais pensé que cette colère qui couvait en elle au sujet d'Eire puisse s'arracher de son esprit aussi brutalement. En jaugeant le regard de Liam, Morrigan comprenait rapidement qu'elle avait fait naitre une crainte qu'elle n'aurait pas soupçonné en lui. Plus elle passait du temps au sein de la Faërie, plus elle avait la sensation que la furie des batailles retrouvait sa place. Son feu renaissait de ses cendres, pour le meilleur comme pour le pire.
Dans le cas présent, la situation n'était clairement pas idyllique, au contraire. Surement était-ce pour cela que la Déesse était intervenue afin de calmer les instincts brulants de la Reine Fantôme. C'était un rituel devenu habituel qui avait tendance à exaspérer la principale concernée.

Ainsi, elle en avait soupiré, elle avait laissé transparaitre sa blase. Mais dans le fond, elle Lui était reconnaissante de l'avoir arrêté. Parce que sa colère contre Eire ne trouvait plus aucune fin. Elle lui en voulait comme on pouvait en vouloir à l'Ennemi d'une vie. Elle lui en voulait pour l'avoir blessé avec une violence sournoise. Inspirant profondément, elle finissait par esquisser un sourire au changement de sujet. Elle aurait pu s'expliquer.. Mais cela ne s'expliquait pas, non. On ne lançait pas entre les rayons d'une boutique qu'on cohabitait avec la Déesse Mère depuis deux millénaires. On ne le lançait pas entre le plat et le dessert non plus. Cela se vivait, se comprenait sans se dire avec des mots.

Alors, elle préférait laisser le temps à Liam d'assimiler les choses, de la comprendre.. Elle. Ou simplement de la connaitre. Comme elle avait besoin d'apprendre à le connaitre. Le temps était nécessaire pour construire un temple de confiance entre eux.

« Je suis aussi calée sur le sujet. » Sans déconner ? Le contraire aurait été étonnant en tant qu'ancienne Déesse de la Guerre. « Mais tu pourrais aussi en parler avec ton père. » Contrairement à Morrigan à qui on avait arraché la guerre, Nuada demeurait le Guerrier d'antan.
A la mention du côté séducteur de Liam, Morrigan semblait amusée. « Notre fils est un tombeur. J'en prends note. » Blanc, elle reprenait en l'observait longuement. « De toute manière, tu as pris les bonnes gênes pour toutes les faires tomber. Y compris les plus inaccessibles. » En même temps, ne ressemblait-il pas énormément à Nuada ? Bien sûr. Dans ce cas, Morrigan ne pouvait être que fière du physique de son fils.

Lorsque l'invitation de Liam tombait, Morrigan ouvrait la bouche et la refermait avec une moue. « Je vais devoir retourner au Sithin, dans le cas contraire, j'aurai accepté avec plaisir. » La vendeuse revenait avec les paquets et Morrigan la remerciait d'un mouvement du menton. Revenant ensuite à son fils, elle lui tendait son paquet avec un sourire. « N’hésite pas à venir me voir au Sithin lorsque l’envie t’en prend. » Elle se rapprochait pour poser sa main sur sa joue et déposer un baiser sur la seconde. « On se reverra très bientôt, de toute manière. Entraine-toi bien, surtout, en attendant. C'est très important.. Et prend soin de toi. » Elle lui adressait un dernier sourire avant de finalement se tourner vers la sortie et de quitter la boutique.

Le retour à la Faërie était de rigueur. Etrangement, Morrigan ne parvenait pas à s’éloigner durablement du Sithin Unseelie, notamment parce qu’elle n’aimait pas s’éloigner de Nuada trop longtemps. En parallèle, il y avait également ce parfum de guerre qui planait dans les airs, elle le sentait depuis quelques temps. Surement était-ce pour cela qu’elle s’était permise d’encourager son fils au sujet de son entrainement.. Elle savait que Nuada était le seul guerrier capable de former comme il se doit leur fils. Même si cela engendrait de la dureté et des blessures. Après tout, c’était dans le sang que naissait les plus grands guerriers.




Merci de ne pas réutiliser ce code ♥



the phantom queen
i won't just survive, you will see me thrive. can't write my story, i'm beyond the archetype. i won't just conform, no matter how you shake my core, 'cause my roots run deep. don't doubt it, victory is in my veins, i know it and i will not negotiate. i'll fight it.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: “ Mothers are inscrutable beings to their sons, always. ” ∞ (KEAN)   
Revenir en haut Aller en bas
 

“ Mothers are inscrutable beings to their sons, always. ” ∞ (KEAN)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» “ Mothers are inscrutable beings to their sons, always. ” ∞ (KEAN)
» Thousand Sons
» [Rapport 1500pts] Chaos de Dan VS Crimson Fists de Tarkand
» Un autre son de cloche tibétaine
» Bois son Milk-Shake(libreeeuh XD)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AES SIDHE › fáilte a thaistealaí thuirseach. :: Autumn Court : Douglas
Cúirt fhómhair
 :: 
Place Centrale
 :: Autres
-