AccueilAccueil  Tumblr Aesien  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce qu'il y a de nouveau

La vidéo

Les Prédefs attendus


Partagez | 
 

 I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
THE CAIT SITH ∭ Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

Boyd E. Lowry

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 11/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 3162
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Q. Silvester Cavanaugh.
› L'AVATAR : Ewan McGregor.
› LES CREDITS : avatar by writerinafoxhole & gif from tumblr.
› LA COULEUR RP : hazel green (#617c58).

THE CAIT SITH ∭  Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

MessageSujet: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   Sam 19 Mar - 8:38
I feel like staying here by the ocean
ft. Lucan & Eoghan

Le dernier client venait de passer la porte de sa librairie et le Kith se hâta de fermaiter la porte à clef une fois qu'il était certain que le client n'est pas l'impression que le propriétaire venait de le jeter dehors. Il retournait le panneau annonçant que la librairie était fermée pour le moment, un léger soupir s'échappant de ses lèvres alors qu'il s'appuyait contre la porte. Les yeux fermés, il laissait le silence autour de lui lentement l'envelopper alors qu'il se concentrait sur l'odeur des livres qui embaumaient la pièce. Un calme retrouvé, celui qu'il inspirait à retrouver depuis ces dernières 48 heures.

Le Cait Sith n'en pouvait plus, d'Ellan Vannin, des Feys et du reste. Il avait quitté Perth en sachant pertinemment qu'il se jetait dans la gueule du loup, mais à ce point s'était au-delà même de l'entendement et de tout ce qu'il avait pu imaginer. Il aurait dû aller dans le sens contraire comme il l'avait toujours fait par le passé, quand rien ne semblait l'atteindre et que tout ce qui comptait était sa liberté. Les choses avaient changées, il ne savait plus vraiment quand ni pourquoi, mais cela faisait quelques années qu'il était devenu plus sensible aux choses et aux siens, même si ça resté limité à quelques personnes, ça restait des personnes. Depuis son arrivée, il avait pourtant fait plus ou moins attention dans ses mouvements et décision, il avait fallu qu'il fasse l'effort de se déplacer au Sithin Unseelie pour voir le couronnement d'un Roi, sur lequel il ne portait pas plus d'espoir que cela d'ailleurs, pour se retrouver au milieu d'un guet-apens calculé. Ils avaient failli tous y passer, il avait failli y passer. Et non seulement parce qu'il était là au mauvais endroit, au mauvais moment, mais parce qu'il avait voulu se rendre utile et utiliser une main de pouvoir qui était rouillée, dans un corps rouillé, et même son esprit vif avait mis un moment avant de réaliser où il serait le plus utile. Lamentable, presque pathétique en vérité.

Boyd ouvrir de nouveau les yeux, son regard vert bouteille balaya la pièce avant de regarder en direction de la petite horloge installée au creux d'une de bibliothèque face à l'entrée, il était encore tôt, il faisait encore jour et si la température n'était pas idéale pour une sortie, elle importait peu pour le Fey qu'il était. Il remontait chez lui récupérer de quoi écrire avant de quitter sa librairie et se diriger vers la plage qui se trouvait à quelques centaines de mètres plus bas. C'était une petite plage où peu de personnes s'aventuraient, car pour y accéder, il ne fallait pas avoir le vertige et une bonne paire de chaussures. Boyd avait enfilé un short long et une chemise, avec un trench-coat par-dessus le tout. Quitte à rendre visite à la mer, il préférait pouvoir mettre les pieds dans l'eau et donc c'était des vêtements qui ne craignaient en rien l'iode. Il connaissait le chemin par cœur, marchant le plus prêt de la paroi alors qu'il descendait avec précaution le chemin de pierre. Le vent était tombé et les rayons du soleil apportaient un peu plus de chaleur. Ce temps radieux fini par lui arracher un sourire sur son visage dont les traits tirés par la fatigue et l'anxiété lui donnaient un air un peu plus sévère qu'à son habitude. Ce n'était pas faute de tenter de puiser dans le peu d'optimisme qu'il avait, déjà, leurs assaillants avaient raté leur coup, il y avait eu des morts certes, mais personne que le Fey ne connaissait directement, ainsi, ce genre de perte ne lui faisait ni chaud, ni froid. Quant à Cian, il avait survécu à l'attaque, le Sithin était resté allumé et apparemment, d'après les nouvelles qu'il avait eu de son petit-petit-petit neveu, la situation était similaire chez les Seelies. Ils avaient tous échappé au pire et tout cela grâce à Danu.

Danu. C'est cette présence, ce souffle qui expliquait qu'il était encore là aujourd'hui et non déjà de retour à Perth ou ailleurs en Grande-Bretagne. La manifestation de la déesse mère avait insufflé une nouvelle bouffée d'optimisme chez l'auteur, même s'il craignait le retour éminent des ténèbres. Peu importe la forme, il sentait qu'ils reviendraient, n'avaient-ils pas juré la perte des uns et des autres. Sans Seelies et Unseelies, plus de cours, plus de nobles et donc plus d'ordre, même pour quelqu'un qui retenait pas mal de tort envers leur personne, Boyd n'avaient jamais souhaité leurs morts à tous et surtout pas quand ils avaient toute leur défense au point mort et désarmé. Il n'avait pas signé pour un massacre et encore moins pour en être témoin, c'était d'ailleurs pour cela qu'il avait tenté quelque chose et qu'il avait manqué de mourir étouffer par un Sluagh. À cette pensée, il frissonna, sans l'intervention du nouveau roi puis de Danu la dernière chose qu'il aurait vue était l'obscurité et le désespoir. Cela avait éveillé de mauvais souvenirs en lui et il se demandait ce qu'il pouvait bien faire de tout cela, des souvenirs cuisants, un couronnement gâché, des menaces sur la communauté Fey et l'auteur qu'il était rouillé par tout cela.

Il retirait ses chaussures, les laissant sur le sable avec ses chaussettes et se diriger vers l'eau qui affichait une couleur plutôt verte que bleu malgré le temps, il laissa échapper un léger grognement au contact de l'eau fraîche, mais rapidement son corps s'acclimatait et il avancé un peu plus dans l'eau, une fois l'eau aux genoux, mouillant le bas de son short, il commença à longer la plage, ignorant les vagues qui venaient s'écraser contre lui, le mouillant parfois un peu plus qu'il ne s'attendait. Il grimaçait parfois, l'eau salée venant lécher les plaies encore présente sur ses jambes. La plupart étaient couvertes d'une touche de glamour, il n'avait aucune envie d'attirer des regards inquiets sur son état de la part de client. La mer pouvait venir l'engloutir, il s'en fichait pas mal, il était bien ici, une fois de plus cette sensation de calme et sérénité venait l'envelopper et dans le meilleur des cas, il ne sentirait pas la prochaine vague arriver ou qu'un courant viendrait le porter loin. L'auteur secouait la tête, ce n'était pas le moment de rêver d'escapade, il s'était promis de garder un pied dans la réalité, même si la tentation était grande de fuir, une fois de plus.

Boyd revenait sur ses pas lorsqu'il sentit une présence, décrochant son regard de l'horizon marin pour la plage, il reconnut la silhouette de Lucan et il lui adressait alors un signe de la main, s'arrêtant à mi parcours pour garder les pieds dans l'eau alors que l'élémentaire venait le rejoindre.

« Si c'est moi que tu cherchais, félicitation, tu m'as trouvé. » Le saluait-il le gratifiant d'un demi-sourire. « Comment vas-tu ? Comment vont ta fille et ton roi ? »

 


seeking the antidote for
the emptiness of existence
It's a dangerous business, going out your door. You step onto the road, and if you don't keep your feet, there's no knowing where you might be swept off to..J.R.R. TOLKIEN

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   Mer 23 Mar - 21:50
I feel like staying here by the ocean
ft. Boyd & Lucan.

Il n’y avait nul endroit autre que la plage où Man se sentait en paix dans ce monde, si ce n’était sur les flots eux-mêmes. Il y passait d’ailleurs probablement beaucoup trop de temps au regard de la situation actuelle dans le Sithin. Plutôt que de rêvasser au bord de l’eau, que ce soit chez lui ou sur n’importe quel rivage d’Ellan Vannin, il aurait mieux fait de demander une audience au roi et de se confronter à lui une bonne fois pour toutes, pour en finir d’une façon ou d’une autre avec tout ce qui les séparait encore. Que Cian refuse de le recevoir, et Man n’aurait plus qu’à se retirer de la vie politique, comme le disaient les Humains. Qu’il accepte de l’entendre, et alors ils auraient énormément de choses à se dire, et pas seulement de comptes à régler concernant le passé. À trop différer ce moment, l’Élémentaire savait que les ennuis finiraient par le rattraper, ou pire, par rattraper le roi lui-même. Mais il était des initiatives qui pouvaient s’avérer difficiles à prendre même pour un Fey de plus de cinq mille ans, et faire face à son passé autant qu’à ses propres erreurs n’était facile pour personne et certainement pas pour lui. Il passait ainsi quasiment toutes ses soirées à errer sur les plages, le regard perdu dans l’océan, en profitant également pour vérifier que tout allait bien sur les frontières de l’île, les frontières maritimes, du moins. Il avait déjà pu constater de ses yeux qu’en ce qui concernait le territoire obscur, plus rien n’empêchait les Fomoires de pénétrer dans la Faërie. Cette simple pensée ramena l’image d’Elatha à la surface de son esprit et il laissa échapper un léger soupir agacé. Fallait-il donc que même absente physiquement, elle vienne hanter ses pensées ?

La plage était déserte à cette heure. Elle n’était pas la plus facile d’accès, et même si les habitants d’Ellan Vannin étaient habitués au temps capricieux de l’île, se balader sur le sable humide avec le vent et les embruns dans la figure n’était pas forcément leur sport favori. Man profita donc de longues minutes de cette solitude qu’il aimait tant au point qu’il s’agissait d’un plaisir coupable, puisqu’il aurait dû assumer ses devoirs au lieu de rester là à ne rien faire. Puis une silhouette se détachant peu à peu dans le jour en train de tomber attira son attention. Il n’accéléra pas le pas, se laissant le temps d’approcher, et finalement, de reconnaître l’individu. Bien sûr qu’il le reconnaissait, il le connaissait depuis si longtemps, et l’avait régulièrement fréquenté… Boyd s’était avancé dans la mer pour laisser les vagues lécher ses jambes, et s’il ne l’avait pas si bien connu, Man aurait pu s’inquiéter, tant sa posture était triste et abandonnée. Il resta en retrait, laissant au Kith tout le temps dont il avait besoin, puis attendant qu’il le voie et enfin, qu’il le reconnaisse. Une fois cela fait, il se porta à sa rencontre, s’avançant à son tour légèrement dans l’eau sans aucun égard pour sa tenue.

« Je ne te cherchais pas, même si j’ai plusieurs fois pensé à venir te trouver. Cependant, la surprise n’en est que plus agréable, je suis ravi de te croiser. »

Ces petits plaisirs de l’existence n’étaient pas à dénigrer. Une rencontre inattendue en était toujours un pour Man, qui se régalait de croiser Boyd ici et maintenant alors qu’il ne l’avait pas du tout prévu. N’était-ce pas incroyable, comme circonstance ? Ou bien un coup du destin, un petit signe envoyé par Danu elle-même… Man se planta à côté de son vieil ami et enfouit ses mains dans ses poches, laissant ses cheveux d’un bleu mouvant battre ses joues et sa nuque. Il ne les avait jamais portés plus longs que cela, mais d’ordinaire, les attachait à l’arrière de son crâne avec une épingle en argent gravée.

« J’ai honte d’avouer que je ne sais pas comment se porte mon roi, même s’il est vivant et en bonne santé, de toute évidence. »

Mais la bonne santé ne faisait pas tout, particulièrement chez un roi.

« Quant à ma fille, elle va bien, et c’est grâce à toi. Je te dois une dette immense et je ne manquerai pas de te la rappeler aussi souvent que possible. »

Il sortit une main de sa poche pour la poser sur l’épaule de son ami. Boyd, contrairement à lui, faisait usage de son Glamour, Man pouvait le sentir. Il baissa les yeux. L’eau autour de ses jambes tourbillonnait doucement, comme ravie de le revoir, et il sourit.

« Et toi mon ami, comment te portes-tu ? »

Boyd n’avait même pas besoin de mentir, quand bien même l’aurait-il pu. Les quelques dons de guérison de Man, aussi peu puissants soient-ils, suffisaient à le renseigner au moins sur l’état d’épuisement physique de son ami, sans parler de la douleur diffuse qu’il ressentait en lui. Et ce n’était que la partie émergée de l’iceberg, évidemment.




 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
THE CAIT SITH ∭ Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

Boyd E. Lowry

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 11/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 3162
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Q. Silvester Cavanaugh.
› L'AVATAR : Ewan McGregor.
› LES CREDITS : avatar by writerinafoxhole & gif from tumblr.
› LA COULEUR RP : hazel green (#617c58).

THE CAIT SITH ∭  Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

MessageSujet: Re: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   Sam 26 Mar - 3:28
I feel like staying here by the ocean
ft. Lucan & Eoghan

Retrouver Lucan au bord de l'eau était devenu une habitude, si ce dernier ne venait pas directement le rendre visite dans sa librairie, s'était généralement non loin de la mer que leur chemin venait à se croiser. Boyd appréciait énormément la compagnie de l'élémentaire, depuis leur voyage en bateau ensemble, ils avaient tissé un lien assez fort que le Cait Sith avait rarement connu avec des personnes. L'élémentaire était d'ailleurs l'une de rare personne que l'auteur considéré comme un véritable ami et à qui il faisait confiance, alors bien entendu, chacune de leurs retrouvailles prévues ou inopinées étaient les bienvenues.

« Je suis content de l'entendre, content pour le roi de Lucan, mais surtout pour Morrigan qui était son épouse, quant à ta fille, elle sait prendre soin d'elle toute seule, je l'ai simplement aidée avec les blessés, tu ne me dois rien du tout. » Boyd voulait rétablir les choses dans leur contexte, le Cait Sith était venu aider la jeune femme qui s'était occupée de plusieurs blessés, couvrant même avec son corps l'un d'eux. De son côté, il avait d'abord attiré l'attention de deux Sluaghs, l'un d'eux manquant de l'étouffer. Les choses étaient telles qu'Irina avait été des plus efficace, pendant que l'auteur avait tenté plusieurs choses avant de se rendre utile. Il n'avait rien d'un héros et Lucan lui donnait bien plus de crédit qu'il ne lui devait, s'était honorable et typique d'un père soucieux de sa fille, mais un peu trop extrapolé au goût de l'auteur.

Son regard se posa sur la main sur son épaule, se relaxant à son contact, avant de lever les yeux sur son ami, un léger sourire amusé s'étirait timidement sur ses lèvres avant de regarder de nouveau l'horizon. Lucan avait oublié de répondre à sa question, lui qui avait reproché au Cait Sith que sa générosité le perdrait, voilà qu'il mettait tout le monde au-dessus de sa propre personne. Boyd n'était pas certain de son état, il se posait beaucoup de questions et tentait à sa manière de se frayer un chemin parmi les sentiments contradictoires qui l'envahissait, sans oublier qu'il subissait encore un peu le contre coup de l'utilisation de sa main de pouvoir. Il avait peut-être un peu trop forcé, mais il ne le regrettait pas, de plus, il avait découvert qu'il pouvait l'utiliser sans avoir besoin d'utiliser une plume sans arrêt, ce qui pouvait être utile en cas de force majeur. Et sa main de pouvoir avait aussi pris en force, ce soir-là, pendant l'espace d'un instant, ce qui était plutôt bon signe.

« Au-delà de mon corps mutilé, le peu de fierté qui me restait légèrement bafouée et en plus d'être animé d'un certain ras-le-bol, je dirais que je ne me porte pas trop mal. » Il n'allait pas mentir à Lucan qu'il avait senti venir le coup à mille lieux, qu'il souffrait plus ou moins de ses blessures et que toute cette situation l'énervait et l'épuisait, pourtant, il était encore là et continuait à travailler, donc il n'était pas non plus au fond du trou. Boyd pouvait même se vanter d'avoir un certain recul sur la situation puisqu'il était décidé à ne pas prendre le large. « Je me demandais ce que je pouvais bien faire pour que je sois un peu mieux préparé au prochain revers ou coup dur. » Très réaliste, sur la situation actuelle, l'écrivain voyait mal les Feys continuer à parler de renaissance et renouveau dans le chaos actuel, ils avaient tout étaient menacé par David et par un obscure étranger dont l'identité était encore floue, ils pouvaient donc s'attendre à une prochaine attaque ou évènement qui viendrait secouer la féerie. « Après tout, je n'ai pas participé à un combat ou une guerre depuis le 19e siècle et si j'ai dû me défendre parfois, je reste, sans aucun doute, un peu trop rouillé pour l'ennemi qui rôde dans l'ombre. » C'était un homme de lettres avant tout, même si comme ses congénères, il avait des bases, elle restait faible et il n'avait rien à faire sur un champ de bataille, il ne se voyait pas plus utile au corps médical, ses connaissances étant limitées aux premiers secours et ce n'était pas la peine de lui proposer un poste de conseils de guerre, s'il devait être un planqué ça ne sera pas celui qui envoie les autres à une mort certaine.

En tant que Fey neutre, il avait toujours réussi à passer à travers les mailles du filet, fermer les yeux sur le conflit et rester à l’abri dans sa librairie ou limite à jouer les observateurs, mais toujours à une certaine distance. Si les Seelies et Unseelies étaient menacés, c'était la communauté entière des Feys qui l'était et par des forces obscures, donc il était dans le même panier et maintenant qu'il était à Ellan Vannin, joué les planqués et observateurs paraissait bien trop superficiel et contre productif.

Il reposait son regard vert bouteille sur Lucan.

« Et toi alors, tu as omis de me dire comment tu allais. » Il ne voulait pas vraiment s'étendre trop sur sa personne, même si avec Lucan s'était toujours plus facile et naturel de se confier qu'avec n'importe quelles autres personnes qu'il fréquentait sur l'île. Boyd voulait savoir comme se porter son ami, être sûr que ce dernier ne tente pas une fuite ou échappée, et si s'était le cas, il espérait que l'élémentaire l'amènerait avec lui. Ce qui pouvait être un peu égoïste, certes, mais il savait que ça serait par la mer que l'Unseelie pourrait fuir et rien que pour revivre leur première escapade, le Kith serait tenté de le suivre, même s'il ne devait pas. Entre la mer et la communauté Fey, Boyd n'avait jamais caché où se situait sa préférence.



seeking the antidote for
the emptiness of existence
It's a dangerous business, going out your door. You step onto the road, and if you don't keep your feet, there's no knowing where you might be swept off to..J.R.R. TOLKIEN

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   Dim 27 Mar - 15:15
I feel like staying here by the ocean
ft. Boyd & Lucan.

Man accepta avec pragmatisme la modestie de Boyd. Pour lui, son ami s'était tenu aux côtés d'Erina quand le propre père de la sirène était occupé à tenter de repousser les Sluaghs, ce qui au fond était un choix qui en disait long sur son sens des priorités. Ou pour être exact, et alors même qu'il s'était posé la question quelques secondes avant l'attaque, Man n'avait pas su choisir entre son roi et son enfant et s'était retrouvé dans cette situation bien peu honorable, à garder Erina dans son champ de vision sans pour autant la protéger en personne et de son propre corps comme un père était probablement censé le faire. Mais tout était plus compliqué chez les Feys, et plus encore chez l’Élémentaire. Et le soulagement de voir Boyd aux côtés de sa fille avait été à la hauteur de la honte qu'il avait ressentie à ne pas l'avoir fait lui-même. Quand bien même il savait que sa fille n'était pas sans défense, quand bien même il pouvait se cacher derrière des prétextes somme toute bien réels, mais tout autant dénués de substance dans ce cas précis, comme ses devoirs enfin son roi et la Cour. Et puis, il le savait, Erina aurait-elle était réellement en danger et Boyd aurait-il pu la sauver, même en donnant sa vie, qu'il l'aurait probablement fait sans hésiter, parce qu'il était ainsi, et parce que c'était bien ce qu'il avait failli faire pour tout le monde lors de ce combat : se battre jusqu'à en mourir. Alors Man estimait que sa dette était réelle, mais il n'insista pas, parce qu'il comprit que telle n'était pas la vision des choses de son ami.

Il y avait d'autres sujets de conversation à aborder, qui plus est. La réponse de Boyd à sa question était plutôt claire quant à son état d'esprit, et Man écouta son ami en arborant un air quelque peu soucieux. Il savait déjà quel était le sentiment de Boyd par rapport aux Feys et à leur façon de vivre et de penser, c'était d'ailleurs dans des conditions plus ou moins similaires qu'ils s'étaient rencontrés. Il ne s'inquiétait pas trop pour la fierté de son compagnon, car ce genre de blessure guérissait plus vite que toutes les autres, ou du moins n'étaient jamais aussi graves que celles du corps ou même de l'âme. L'inquiétude première de l’Élémentaire était bel et bien la santé de son ami et tout en parlant, il activa doucement sa main de pouvoir, toujours posée sur l'épaule de Boyd, laissant l'eau dans laquelle ils étaient tous deux plantés faire son œuvre curative, telle qu'elle était considérée dans toutes les cultures du monde : apaiser, anesthésier, purifier. Ce n'était pas grand-chose, et de toute façon, c'était surtout de temps dont Boyd avait besoin désormais. En revanche, Man n'en était pas encore à utiliser l'aspect psychique de son pouvoir de guérison, car c'était une chose qu'il ne faisait jamais sans le consentement de la personne, sauf pour les cas vraiment urgents.

« Ne te torture pas en te demandant ce que tu aurais pu ou dû faire. Tu es en vie et ceux qui sont morts ne le sont pas par ta faute. Quant aux enseignements que nous devons tirer de cet incident... »

Eh bien, inutile de se voiler la face. Ce n'était probablement qu'un des nombreux symptômes du mal qui rongeait actuellement Ellan Vannin, leur ultime refuge, et la violence surgirait à nouveau dans leur existence, à n'en pas douter. Et pour Man, il ne s'agissait pas vraiment de savoir s'ils étaient rouillés ou pas. Tous les Feys étaient dangereux, même ceux qui paraissaient les plus inoffensifs. Ils étaient un peuple guerrier par nature. Mais tout le monde n'était pas destiné à brandir une épée pour passer l'ennemi à son fil. Il y avait des centaines de façons de se battre et Man lui-même ne se considérait pas comme un guerrier malgré sa puissance quasi unique. Pour les lui, des êtres exceptionnels telles que Skye ou Morrigan étaient ceux-là même qui devaient, de façon directe et terre à terre, se dresser physiquement face à l'ennemi. Mais il était évident que cela ne suffirait pas et que la guerre allait se faire à d'autres niveaux, et probablement se terminer également à d'autres niveaux. Man avait passé beaucoup de temps à faire de recherches dans toutes les ressources disponibles, sans pour le moment avoir véritablement trouvé grand-chose à se mettre sous la dent. Mais il ne doutait pas d'avoir son rôle à jouer dans ces événements ni que Danu lui montrerait la voie à suivre le moment venu.

« Tu dois te donner le temps de te remettre, car ce n'est certainement pas dans cet état que tu seras utile à qui que ce soit. Et je ne doute pas qu'une fois la paix de l'esprit retrouvée, tu sauras tirer les leçons dont tu as besoin de ce couronnement. Le temps seul ne suffit pas à nous changer, c'est bien même notre problème, à nous, les Feys. Ne te sous-estime pas, mais ne sois pas non plus trop dur avec toi-même. Il me semble que s'il y a bien quelque chose qui ne s'oublie pas, c'est le contact d'une arme dans la paume de ta main. »

Boyd disait ne pas s'être battu depuis le dix-neuvième siècle et Man n'aurait pas su dire s'il en était soulagé ou chagriné. Il y avait de ces guerriers qui n'aimaient pas la violence et qui pourtant étaient doués à cela, de ces guerriers qui se battaient à contrecœur parce que c'était là l'unique chose qu'ils savaient faire et bien faire, ou l'unique solution qu'ils entrevoyaient. Ces guerriers-là étaient malheureux, oui, condamnés à souffrir à cause de leur simple talent. Man lui-même n'appréciait pas plus que cela recouvrir à la violence mais savait s'y résoudre sans aucune hésitation. Man inspira doucement en entendant son ami réitérer sa question. Il n'était pas de ceux dont on s'inquiétait, dont on imaginait qu'il pouvait aller mal, et d'ailleurs, comme son éléments, Manannàn était d'une nature coulante et insaisissable.

« Je me porte bien, mon ami. Malgré les pertes que nous avons subies, je considère cette bataille comme une victoire, et j'ai désormais un nouveau roi, et le Sithin vit à nouveau, et le Nemeton également. Tout ne va pas si mal, tu sais. »

Non, tout n'allait pas si mal. Bien sûr, les augures étaient mauvais. Et il faudrait que leur situation empire avant de s'améliorer, en tout état de cause. Mais au milieu de ces percées d'ombre dans leur quotidien, de petits éclats de lumière apparaissaient et Man n'y était pas aveugle, au contraire. Il ôta enfin sa main de l'épaule de Boyd et entreprit de s'amuser comme un gamin avec l'eau qui venait lécher ses jambes, l'animant de petites trombes tout autour d'eux d'un simple regard turquoise et brillant. Dans ces moments-là, son esprit devenait très simple, très infantile, et il se disait que de toute façon, tant qu'il y avait de l'eau, tout allait bien, tout simplement, et que le monde pouvait sombrer dans le chaos qu'il serait toujours content de pouvoir s'amuser ainsi. Il s'agissait là de petites échappées de l'esprit qui, lorsqu'il n'y mettait pas un terme, le menait parfois à, par exemple, fuir la Faërie sur un bateau.

« Je suis confiant. Cette fois, je ne compte pas m'en aller. Mais tout est une affaire de choix et non pas d'obligation. Tu es libre. »

Et si c'était de s'éloigner dont il avait besoin pour se retrouver, alors Man avait toujours un bateau à lui prêter.




 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
THE CAIT SITH ∭ Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

Boyd E. Lowry

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 11/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 3162
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Q. Silvester Cavanaugh.
› L'AVATAR : Ewan McGregor.
› LES CREDITS : avatar by writerinafoxhole & gif from tumblr.
› LA COULEUR RP : hazel green (#617c58).

THE CAIT SITH ∭  Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

MessageSujet: Re: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   Jeu 31 Mar - 5:43
I feel like staying here by the ocean
ft. Lucan & Eoghan

« Ce n'est pas à propos du couronnement que je me pose des questions, répondait Boyd avec un léger rire, passant sa main dans son cou tout en lâchant un soupire, c'est pour la suite. » La soirée était passée et les faits étaient bien là, il aurait pu faire mieux, quant aux morts, il s'abstenu de faire remarquer que c'était plus pour sa propre personne et quelques personnes qu'il aurait voulu être plus efficace et utile. Il était loin de pleurer sur les morts de cette soirée, en vérité, comme il ne connaissait personne de décéder ça ne lui faisait pas grand-chose, c'était triste, mais ça aurait pu être pire, car ils auraient très bien pu tous y passer. Des enseignements, ils pourraient en tirer, mais le feraient-ils, par le passé les choses clairement n'avaient jamais eu de véritables impacts sur la majorité des Feys et encore moins chez les Sidhes. L'auteur était sceptique, lui commençait déjà à mûrir les possibilités pour qu'il ne se retrouve pas dans cette situation de faiblesse la prochaine fois qu'ils seraient attaqués.

Lucan lui fit remarquer que ce n'était pas dans son état actuel qu'il serait très utile et par conséquent, il devrait d'abord se remettre physiquement puis tirer des enseignements. Le Cait Sith ne pouvait s'empêcher de sourire, une lueur de malice brillant un instant dans son regard en direction de son ami. Il avait toujours ce côté grand sage, très philosophe, néanmoins ce qui amusé Boyd s'était qu'il aurait certainement fait le même genre de remarque à quelqu'un d'autre. Il eut d'ailleurs une pensée pour Liam à qui il avait sorti un petit speech similaire quelques semaines plus tôt. Finalement, il était incapable d'appliquer ses propres perles de sagesse et de connaissance à sa personne, Lucan devait avoir raison, il était peut-être un peu trop dur avec lui-même. D'un autre côté, il était assez dur avec les uns et les autres, ce qui était inévitable, on ne pouvait qu'être exigeant avec les personnes autour de soit et encore plus envers soit même. Boyd considéré que s'il ne pouvait pas tenir ses propres conseils, il n'avait pas à la servir aux autres. C'était pour cela aussi qu'il préférait écrire, les gens ont tendance à plus excuser un auteur de ne pas être aussi valeur et droit que leur personnage. Néanmoins, il s'était promis de rester à distance des conflits auxquels il ne voyait pas de sens ou raison de se battre. S'il sentait la menace que leur adversaire du couronnement représenté, il ne voyait pas d'où venait cette menace faite aux Unseelies, aux Seelies et aux Feys en général. Si leur espèce était loin d'être la perfection à laquelle ils prétendaient tous, ils ne méritaient pas d'être rayés de la carte. Cela perturberait un équilibre déjà rendu fragile par les massacres des créatures surnaturelles à travers les siècles, dont celui des vampires ces derniers mois.

« Je ne pense pas avoir oublié de me battre, mais à trop se reposer sur ses acquis, on est beaucoup moins flexible et alerte. Et, je n'aime pas forcément l'idée de devoir ressortir les armes. » Lors de sa visite chez leur forgeron, Boyd avait pensé que s'était plus judicieux d'être armé en cas d'un éventuel conflit, mais il n'aurait jamais pensé être aussi juste au niveau de timing. Peut-être d'ailleurs que Blodwyn aurait des conseils de son côté pour lever ses doutes en tant que combattant. L'élémentaire de son côté était plutôt un diplomate et s'était donc normal qu'il est une philosophie aussi détachée sur toute la situation et les possibles évènements qui aller en découdre, une âme de stratège. Boyd avait tendance à plutôt analyser les choses d'un point de vue anthropologique, il aimait les créatures surnaturelles, comme les humains, leur faculté à interagir et réagir, c'était passionnant. Il n'arrivait pas à se détacher sentimentalement des uns et des autres, aussi objectif qu'il tentait de l'être, il restera toujours plus dur avec les siens, encore plus avec les Sidhes, il sera toujours animé d'une fascination et crainte des créatures des ténèbres et aura tendance à ne pas sous-estimer les hommes, comme s'en méfier.

« Non, tout ne va pas si mal, après je pense que tu doutes bien que j'aie plusieurs raisons et arguments en chat noir que je suis. » Blaguait-il alors qu'il se détendait un peu, certainement suite au soin que lui avait procuré son camarade, un léger rire s'échappant de ses lèves. Lucan voyait les évènements comme un victoire, Boyd pensait plutôt qu'il y avait un partout, mais la balle était dans le camp des deux rois, s'était déjà ça. Un nouveau roi, un Sithin qui brille, le Cait Sith devait avouer que depuis que les Sithins avaient repris du poil de la bête, lui-même se sentait un peu plus léger et optimiste, peut-être aussi parce qu'il avait vu la déesse Danu les sauvé et comme il avait plutôt foi en elle qu'aux souverains, c'était cela qui lui réchauffait le cœur, comme l'esprit. Il n'avait pas rendu visite au Nemeton depuis son arrivée sur l'île, plus par paresse qu'autre chose, il pouvait se faire désirer à ce niveau-là. Une visite auprès de ce dernier pourrait peut-être aussi amener quelques réponses.

Boyd baissait les yeux pour regarder l'eau tourbillonner entre leurs jambes, bougeant les doigts de pied collé au sable alors qu'il sentait l'eau lui chatouiller les mollets, parfois atteignant jusqu’aux genoux en fonction des vagues. Puis Lucan rajoutait qu'il était plutôt confiant pour leur avenir, si Boyd pensait que les Feys continueront à se battre pour leur survie, il n'irait pas à dire qu'il faisait confiance à tout le monde, sa rancune envers son espèce était difficile à lever et il fallait du temps, individu par individu pour gagner sa confiance.

« Mon choix, je l'ai fait le jour où je suis parti pour Ellan Vannin, je savais qu'en rejoignant la féerie, j'entrai dans le ventre de la bête. » Il ne s'était pas préparé à ce que les choses s'accélèrent autant, c'est tout. « Et s'il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'avis, je préfère être un idiot qu'un lâche. » Au moins s'était dit, s'il partait aujourd'hui, il aurait l'impression de fuir au premier obstacle la queue entre les jambes. Il n'était peut-être pas enchanté de prendre les armes et se retrouver au milieu d'une guerre, mais il avait envie de se battre au moins pour leur terre si ce n'était pas pour les siens. C'était peut-être un peu égoïste et certainement, le fruit d'une obstination de faire payer à tous les erreurs de certains, mais Boyd préférait les exceptions que de donner le bénéfice du doute à quiconque venait sur son chemin. Déjà, il était là pour les plus curieux et ceux prêts à faire des efforts, ce qui était bien assez. Son cœur battait que pour certaines choses et son amitié était offerte aux personnes qui le prendrait autant avec ses qualités que ses défauts.

« Par contre, si tu pars en mer quelque semaines pour te changer les idées, je compte sur toi pour me le faire savoir. » Rajoutait-il avec un sourire éclatant adressait à Lucan. Ce dernier devait bien savoir qu'à la moindre occasion de partir en mer le Cait Sith pourrait tout laisser tomber, en grand amoureux de la mer et des océans, son choix pouvait peut-être être mis à l'épreuve que lorsque cet élément était mis dans la balance. « Notre voyage reste la meilleure chose que j'ai vécue ces dernières années. » Il pouvait même rajouter depuis plus d'un siècle, car s'il était heureux avec sa librairie et ses livres, il avait rarement était aussi en paix qu'en compagnie de l'élémentaire en mer. La compagnie de Lucan, généralement, avait cet effet, un peu comme son toucher comme il venait de le faire une fois de plus sur ses blessures, un peu comme pouvait le faire l'écriture aussi. Cette liberté de s'exprimer sans hésitation et sans se prendre un lourd revers, voilà peut-être d'où venait toute cette quiétude.



seeking the antidote for
the emptiness of existence
It's a dangerous business, going out your door. You step onto the road, and if you don't keep your feet, there's no knowing where you might be swept off to..J.R.R. TOLKIEN

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   Sam 2 Avr - 14:27
I feel like staying here by the ocean
ft. Boyd & Lucan.

Indubitablement, Man ne ressentait pas les choses de la même manière que son ami. Depuis cinq mille ans qu’il était sorti de l’océan, donné au monde par il ne savait quelle entité, il n’avait jamais eu l’impression que la vie des Feys était rythmée par autre chose que les guerres et les périodes de félicité. Boyd lui donnait une impression de lassitude extrême, comme s’il s’était attendu à ce que son existence ou les Feys ou les choses en général allaient rester telles qu’elles étaient pour l’éternité, sans rien pour secouer leur monde, sans rien non plus pour le faire aller de l’avant, et qu’il venait de prendre un piqûre de rappel faisant également office de véritable gifle. Man pouvait comprendre l’analogie quand Boyd affirmait s’être rouillé. Non pas au premier sens du terme, car l’Élémentaire ne doutait pas que son ami puisse retrouver ses vieux réflexes en quelques secondes. Non, c’étaient peut-être les choix de vie qu’il avait faits jusqu’à présent, et qui l’avaient préservé de ce genre d’incident, qu’il remettait en question. Regrettait-il d’être venu ici et de s’être ainsi exposé à la violence inhérente à la nature Fey ? Ou bien regrettait-il d’avoir choisi la paix de l’esprit jusqu’à aujourd’hui, et jusqu’à en pâtir désormais pour cause de rude retour à la réalité ? Sa remarque sur le fait qu’il n’aimait pas l’idée de ressortir ses armes était plutôt révélatrice. Man aurait bien voulu lui dire que ça ne serait pas le cas, mais il aurait menti, et de toute façon Boyd n’était pas naïf au point de croire que ce jour n’arriverait jamais. Mais sauf à aller vivre dans une grotte au sommet d’une montagne, il n’y avait pas grand-chose que le Cait Sith puisse y faire, en vérité. La violence était dans leur nature de Fey, eux qui naissaient de la nature, du feu, du métal ou de l’eau. Il en allait de même pour les Humains, de même aussi pour tous les êtres vivants qui peuplaient ce monde. Un jour viendrait peut-être où plus un seul conflit n’agiterait leur existence mais Man savait que pour voir cela il lui faudrait encore survivre le double ou le triple des années qu’il avait déjà au compteur.

Sachant cela, et sachant que Boyd en avait probablement conscience, il pouvait comprendre la baisse de régime de son ami. Pour Man, Boyd n’avait aucun moyen d’échapper à ce qu’il semblait détester le plus. Vu comme ça, cela augurait d’un avenir, proche comme lointain, quelque peu pénible pour lui, et les événements du couronnement avaient dû se charger de disperser le voile d’illusions qu’il avait peut-être réussi à tendre devant ses yeux. Mais il n’y avait pas grand-chose à y faire. Man avait par rapport à cela une vision très terre à terre. Il était du genre à attendre et voir, à anticiper et agir en conséquence. Il y avait des moments où il pouvait se permettre trois ou quatre coups d’avance et d’autres où il savait qu’il était inutile de se torturer les méninges. Il n’aimait pas la violence mais la savait nécessaire. Il la dispensait de façon maîtrisée et réfléchie mais toujours sans hésitation une fois sa décision prise. D’un point de vue objectif et pragmatique, la violence résolvait bel et bien certains problèmes, de même qu’elle déboulait parfois dans votre vie sans vous laisser le choix. De même également qu’elle était hautement arbitraire et injuste. Man esquissa un sourire entendu en entendant son ami se qualifier lui-même de chat noir. Eh bien, après tout, tous deux n’étaient pas dans leur meilleure forme quand ils s’étaient rencontrés pour la première fois, et c’était bien ce qui les avait poussés à prendre la mer ensemble. Mais Man avait eu le temps d’apprendre à connaître Boyd et sa propension à la mélancolie. Et les mots de son ami ne pouvaient manquer d’amener un sourire sur ses lèvres, sans pour autant prendre à la légère l’état d’esprit de Boyd.

« Le ventre de la bête, vraiment ? Cela m’attriste que tu considères cette île ainsi. Je la vois, moi, comme notre terre. »

La bête. C’était bien en ces termes que les Humains, après tout, qualifiaient tout ce qui touchait au Diable. Mais pour Man, Ellan Vannin était une possibilité, une hypothèse, quelque chose en devenir, dont ils avaient tous la charge et la responsabilité. Ils pouvaient faire d’Ellan Vannin leur nouveau monde, ou bien ils pouvaient la regarder sombrer dans les flots et devenir définitivement des apatrides, lâchés dans le monde des hommes qui eux-mêmes ne voulaient plus d’eux parmi eux actuellement. Loin de lui l’idée de faire des Humains et des Feys deux camps antinomiques mais en ce moment, c’était bien à cela qu’ils ressemblaient tous. Il y aurait toujours des refuges pour les Feys chez les Humains, mais la situation était trop explosive en ce moment. Et puis, il n’était pas question d’intégration. Ils étaient des Feys, et ils le resteraient. L’idéal aurait été de tous vivre en harmonie, côte à côte, mais pas de perdre tout ce qui faisait d’eux des Feys pour devenir des ersatz d’Humains. Man tenait à cette île comme à la prunelle de ses yeux parce qu’elle abritait son peuple et tous les gens qu’il aimait ou respectait : son roi, sa fille, ses amis, le Nemeton, Danu elle-même. Il ne la voyait pas comme l’enfer que semblait décrire Boyd, loin de là. Il laissa échapper un léger soupir.

« Je ne pars pas, cette fois, mon ami. Je ne me détournerai pas de cette possibilité que la Déesse nous donne de nous créer un nouveau monde. Peut-être que les choses tourneront aussi mal que par le passé, mais peut-être pas. »

Il se tourna vers Boyd, enfouissant de nouveau ses mains dans ses poches.

« Mais t’en aller ne ferait pas de toi un lâche. Pourquoi toujours voir les choses de façon aussi sévère ? Personne ne t’accusera de lâcheté si tu fais ce qui est mieux pour toi. Enfin, personne à part toi, évidemment. »

Nul doute que le Cait Sith serait sans pitié avec lui-même. C’était bien pour cela, peut-être, qu’il semblait si malheureux. Les gens étaient doués pour se torturer et dresser eux-mêmes devant eux les barrières qui les empêchent ensuite d’avancer.




 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
THE CAIT SITH ∭ Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

Boyd E. Lowry

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 11/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 3162
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Q. Silvester Cavanaugh.
› L'AVATAR : Ewan McGregor.
› LES CREDITS : avatar by writerinafoxhole & gif from tumblr.
› LA COULEUR RP : hazel green (#617c58).

THE CAIT SITH ∭  Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

MessageSujet: Re: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   Mar 5 Avr - 10:14
I feel like staying here by the ocean
ft. Lucan & Eoghan

« C'est difficile de la voir autrement, admettait l'auteur, un triste sourire sur ses lèvres, c'est le dernier refuge du Songe, mais aussi des créatures des ténèbres et le regard du monde entier tourné vers cette île. Ce n'est pas exactement ce qu'ils avaient en tête quand ils sont venus conquérir l'île et construire un renouveau. » Boyd savait très bien ce que voulait dire Lucan, d'ailleurs, il partageait son avis sur la question, même si leur terre s'étendait plus loin, Ellan Vannin, l'Irlande, l'Écosse, l'Angleterre, le pays de Galles et il pourrait continuer à lister une série de pays. Ils avaient tous une légitimité à fouler le globe et ses territoires, le Kith avait parcouru le monde, croisant différents types de Feys et d'hommes, la guerre entre les uns et les autres n'était due qu'à une ignorance de la part de chacun, pourtant, il y avait bien des hommes pour les défendre, même encore aujourd'hui. Le Cait Sith ne serait pas le premier à les défendre, ni le dernier non plus, s'était compliqué, même si finalement, il était plus facile pour lui de pardonner les hommes que les nobles de sa propre communauté.

Tout était complexe dans l'esprit de Boyd, qui passait plus de temps à analyser les choses, s'il comprenait l'espoir que nourrissait Lucan sur l'avenir de l'île, l'auteur trouver que s'étaient une restriction, avec la taille de l'île et les peuples qui l'occupaient, s'était impossible pour lui d'imaginer que les choses ne puissent pas mal tourner. L'espace était trop restreint, trop d'ego, trop de tension et trop d'animosité regroupée dans celui-ci, il fallait le dire pour la créature nomade qu'il était, l'auteur avait du mal à ne pas devenir claustrophobe à la simple pensée d'être réduit à cette île.

« J'ai toujours eu un côté assez strict, admettait-il dans un léger éclat de rire, je suis venu ici pour défendre nos terres Lucan, si je pars au premier obstacle, dressé sur ma voie, c'est loin d'être courageux. » Le ton de Boyd avait changé, il n'avait plus ce ton défaitiste, au contraire, il avait cet « Enfin, tu ne vas pas non plus me dire que partir est une solution sans conséquences. Comment t’es-tu débrouillé après ton échappée pendant la guerre fratricide ? Pas de regret ? Pas de questions ? Il n’ y a personne que tu n'oses pas aller voir parce que tu considères qu'ils ne peuvent que t'en vouloir d'être parti à un moment aussi critique ? » Il ne fallait pas non plus se moquer de lui, Lucan pourrait user de tous les arguments possibles, Boyd avait un avis assez arrêté sur la question, et même si l'élémentaire voulait le rassurer, l'auteur n'aimait pas qu'on lui présente la fuite comme une décision noble. N'avait-il pas fait remarquer à son ami à plusieurs reprises qu'il devrait retourner parmi les siens, certes, il ne l'avait pas énoncé de manière aussi crue, mais les questions et remarques avaient toujours étaient tournées dans cette direction. Lucan avait fui pour des raisons, comme il était reparti après cette échappée. Boyd, lui avait simplement continué, dévalant une pente raide avant de la remonter en flèche. « Après notre voyage, j'ai eu mon lot d'aventures et de décisions stupides qui auraient pu me tuer, à l'époque mon attachement au Songe ou la vie en général n'était pas le même. Aujourd'hui, si je pars, je ne pourrai plus regarder des gens dans les yeux, car tout ce que j'aurais serait des excuses pour justifier une décision prise sur un coup de tête pour les mauvaises raisons. » Son regard s'illuminait légèrement, alors qu'il regardait de nouveau l'horizon, un soupir soulevant sa poitrine. « J'ai très peu de confiance envers les nobles, je n'ai pas beaucoup de foi envers mon propre peuple, je ne porte pas les humains dans mon cœur non plus, et je n'imagine pas une seule seconde les vampires être capable de bonnes intentions, même si leur survie en dépendait. » Et son entrevue avec Elatha n'avait fait que confirmer son jugement sur leur espèce, même si elle n'avait en rien changer la fascination que Boyd avait pour la Fomoire.

Un esprit plein de contradiction, mais ce n'était que des plus stimulants pour son imagination.

« Néanmoins, j'ai une confiance assez aveugle envers Danu, le couronnement n'a fait que solidifié cette foi et je suis prêt à m'en remettre au peu d'amis et proches que je possède. Même si j'ai du mal à supporter les choses et que ce genre d'évènement me contraint à me remettre en question. » L'auteur n'avait pas de difficulté à le faire, encore moins lorsqu'il subissait les conséquences d'une décision qu'il avait prise en sachant qu'il allait devoir justement faire face à cette éventualité, était-il possible de ne pas s'immiscer dans les affaires du Songe et en faire partit, était-il capable de prendre un peu sur lui pour s'ouvrir vers les siens, était-il prêt à mettre de côté sa rancune envers les Sidhes. Toutes ces questions, Boyd faisait du cas par cas, en commençant par son cercle proche, il n'était pas difficile pour lui d'être sociable et amical, mais sa confiance, elle était plus difficile à avoir, il allait falloir un peu de temps pour qu'il s'adapte, aux Feys, au Songe, à Ellan Vannin. Par contre, il y réfléchirait à deux fois avant de s'aventurer dans des évènements, qui auraient lieu dans les prochaines semaines, par précaution et le temps qu'il retrouve la santé, car comme Lucan l'avait fait remarquer, il ne servirait pas à grand-chose dans son état.

« Je te l'ai dit, même si pour le moment, je préfère ne pas trop me mêler des affaires du Songe, je souhaite être prêt si le contexte me pousse de nouveau à agir autrement, je ne veux pas être un boulet qui pourrait mettre des gens en danger. » Boyd n'avait pas décidé de ce qu'il ferait, pour le moment, il souhaitait être capable de se défendre lui, le reste pourrait attendre. Au fond, même s'il n'était pas attaché aux siens, Lucan n'avait pas tort en jugeant son ami capable de risquer sa vie pour son voisin. « Je ne te cache pas que j'aurai préféré que Ellan Vannin soit cette terre promise, mais elle ne l'est pas, ce qui n'enlève en rien qu'elle reste, avec les terres de nos ancêtres, ce qui compte le plus aujourd'hui. » L'auteur n'avait rien contre un peu d'optimisme, même s'il était loin de respirer cela, il ne pouvait pas nier qu'il tenait à ce petit coin, même si ce n'était uniquement parce qu'il ne voulait pas une partie de la carte rayée, ni sa librairie, ni ses amis ou proches.

« Merci pour les soins. » Rajoutait-il en donnant un petit coup d’épaule contre celle de Lucan.



seeking the antidote for
the emptiness of existence
It's a dangerous business, going out your door. You step onto the road, and if you don't keep your feet, there's no knowing where you might be swept off to..J.R.R. TOLKIEN

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   Jeu 7 Avr - 8:55
I feel like staying here by the ocean
ft. Boyd & Lucan.

Pour Man, c’était la vision de Boyd qui était difficile à entendre. Il aurait voulu, lui, que tout le monde ici considère Ellan Vannin non pas comme un cul-de-sac et le lieu de tous les dangers, mais comme le point de départ d’un véritable renouveau, non seulement pour tout le bien que cela ferait à son peuple, mais aussi parce que c’était uniquement à cette condition que tous ici prendraient soin de cette île et se battraient pour elle, au sens figuré du terme bien évidemment. Malgré les heures sombres qu’ils traversaient, Man ne sentait pas encore dans l’air le goût métallique et électrique de la guerre à deux doigts de se déclencher. Non, ils n’en étaient pas encore là. Il se passait certes des choses inquiétantes en-dehors de la zone d’influence fey, mais il s’en passait d’autres également, de plus intrigantes, bien plus porteuses d’espoir. Jamais il n’aurait cru par exemple entendre parler de la résurgence de certains cultes Feys chez les Humains. En soi, il ne trouvait pas cela très intéressant, parce qu’il ne s’était lui-même jamais considéré comme un dieu, de même que n’importe lequel des autres Tuathas, mais c’était cependant, de façon plus générale, un signe plutôt encourageant. Même si à ses yeux, pour la bonne entente de tout un chacun, il fallait qu’un jour, les Feys soient considérés comme la normalité aux yeux des Humains. Tant qu’ils continueraient de les voir comme des entités divines, jamais ils ne pourraient vivre dans le même monde en toute félicité. Il porta la main à son menton, pensif.

« Eh bien, tu parles en termes guerriers, mais cette île est plus un présent qu’une conquête. Comment en vouloir aux Humains de nous observer ? Il y en aura toujours pour nous craindre, c’est leur instinct de survie. Et je dois t’avouer qu’il y a peu de temps encore, j’avais la même vision des choses que toi concernant les Vampires et leur arrivée sur l’île. »

Eh bien, compte tenu de la façon dont ils avaient été traités par les Humains récemment, il n’était pas étonnant de les voir débarquer ici en nombre pour demander l’asile. Et quels que soient ses sentiments à leur égard, en général ou pour certains d’eux en particuliers, il n’était pas étonné de les voir frapper aux portes d’Ellan Vannin. Ils avaient tout intérêt à ce que l’île leur ouvre les bras, de sorte qu’ils avaient tout intérêt à bien se tenir. Mais la perfection n’existait pas dans ce monde, et les Vampires restaient les Vampires, aussi incompréhensibles et intenables à leurs yeux de Feys que les Feys devaient leur être incompréhensibles et insupportables. Ce qui les forcerait peut-être tous à se tenir le mieux possible les uns avec les autres seraient justement Ellan Vannin, et le fait que sans cette île, tous, Vampire et Feys, seraient privés de refuge. Man ne pouvait pas imaginer un monde où Vampires et Feys vivraient en bonne entente main dans la main, mais vivre côte à côte en se contentant des petits accrochages habituels, ce serait déjà pas mal, et c’était également cela qu’ils devaient chercher avec les Humains, même si l’heure était plutôt à la méfiance et même à la destruction. Il revint à la réalité en entendant les propos véhéments de son ami, qui ne firent que le faire rire tout bas. Cette révolte dans sa voix…

« Des regrets et des questions, j’en aurai toujours, pour à peu près chaque minute de mon existence. Ils vont de paire avec n’importe laquelle des décisions que j’ai pu prendre. Je sais aussi que si je n’étais pas parti de la Cour à cette époque-là, j’aurais pris de très mauvaises décisions, justement. Des décisions qui auraient probablement causé la mort de beaucoup de monde, voir la mienne. Il n’y a pas de gloire dans l’entêtement, et le don de soi n’a de sens que s’il est utile aux autres, et à l’époque, il n’aurait servi que mon envie de vengeance et de violence. »

Alors, mieux valait partir, et c’était ce qu’il avait fait. Parce que parfois, le choix qui s’offrait n’était qu’un choix entre deux maux, et que des deux, il fallait savoir choisir le moindre. Cependant, il s’amusait de la réaction de Boyd et se ravissait de le voir reprendre vie, même si c’était dans la confrontation. Il n’y avait rien que Man appréciait plus qu’une discussion enflammée sur des sujets si importants pour son interlocuteur qu’il en venait à prendre ainsi vie au fil du débat.

« Eh bien dans ce cas, ton départ de l’époque n’a pas été vain, puisque tu en as tiré quelques enseignements, te permettant aujourd’hui de savoir ce qui est bon ou pas pour toi. Même si tu te sens acculé, garde juste à l’esprit que ce n’est pas le cas. »

Cependant, Man ne pouvait qu’être d’accord avec Boyd concernant les Vampires. Pas tous, évidemment, mais, sans le savoir, une Vampire en particulier. L’auraient-ils su tous les deux que peut-être, ils auraient trouvé la force de s’en amuser. Les paroles de son ami ne purent cependant que renvoyer l’Élémentaire à Elatha, puisque c’était elle qui occupait toutes ses pensées depuis leurs retrouvailles, elle qui avait réussi à le changer, à un niveau très profond de sa conscience, un changement qu’il détestait et auquel il préférait ne pas penser. Oui, avec de tels adversaires au cœur même de l’île, son optimisme pourrait bien se trouver altéré… Mais Elatha était comme eux. Au final, elle avait besoin d’une terre, et elle défendait des intérêts plus larges que les siens, même si les premiers servaient forcément les seconds. Elle avait été assez claire dans ses propos pour qu’il le comprenne. Il avait compris également que si elle devait un jour s’entretenir au nom des siens avec quelqu’un de la Faërie, ce ne serait pas lui. Elle aurait probablement toujours le dessus sur lui, il préférait se l’avouer d’office plutôt qu’en subir d’autres conséquences plus tard. Il plongea son regard dans l’océan, à l’horizon, là où la mer et la terre se confondait, là où il avait toujours eu envie d’aller sans jamais y arriver, bien évidemment.

« Eh bien, pour moi, c’est en quelque sorte une terre promise. Une terre de promesses, du moins. Nous avons connu des âges trop sombres pour ne pas apprécier ce petit bout de clarté. Je veux croire que c’est un début, un début chaotique et aussi fragile que la flemme d’une bougie, mais un début malgré tout. »

Sa voix n’était plus qu’un murmure. Peut-être était-ce une sorte de désespoir qui le faisait parler, mais il n’en était pas certain. Il avait eu une longue conversation avec Isleen à ce sujet et les propos de la Demi-Fey avait été un baume sur son cœur tant ils allaient dans le sens où penchait déjà son cœur. Bien sûr, son instinct politique, son expérience et sa connaissance de son propre peuple nuançaient grandement cette envolée d’espoir, mais elle était là malgré tout. Et il ne put que souffler, un sourire en coin :

« Pour l’heure, Boyd, je ne peux que me réjouir de nos petites victoires. Nous voilà sous la protection d’un roi, et d’une personne exceptionnelle qui plus est. Aurions-nous eu cette conversation ce jour-là sur mon bateau que jamais je n’aurais eu la force de croire en une telle chose. »

Non, après Lizabeth, Man n’aurait certainement pas imaginer voir un jour une nouvelle tête couronnée s’asseoir sur le trône du Sithin, et pourtant… Et mieux encore, Cian avait enfin accepté son destin, et Man n’aurait pu rêver mieux comme régent que cet homme qu’il avait tant apprécié par le passé, même s’il s’agissait de temps différents.




 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
THE CAIT SITH ∭ Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

Boyd E. Lowry

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 11/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 3162
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Q. Silvester Cavanaugh.
› L'AVATAR : Ewan McGregor.
› LES CREDITS : avatar by writerinafoxhole & gif from tumblr.
› LA COULEUR RP : hazel green (#617c58).

THE CAIT SITH ∭  Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

MessageSujet: Re: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   Ven 8 Avr - 10:43
I feel like staying here by the ocean
ft. Lucan & Eoghan

« Au moins, je te fais rire. » Avait lâché le Cait Sith dans sa barbe alors qu'il remuait ses orteils dans le courant d'eau qui jouait entre ses jambes.

C'était tout de même encourageant, Lucan et Boyd avait autant d'avis similaires que sources de discussions un peu plus enflammées qui permettait à ces derniers de débattre et dire à l'autre un peu ce qu'ils avaient sur le cœur. L'auteur ne pouvait pas effacer des siècles entiers où il évitait de retourner au Songe et près des Sithins, cherchant dans les contrés lointaines les groupuscules de Feys réunis dans un microcosme féerique afin de ressourcer ses batteries. Un Fey ne pouvait pas longtemps restait éloignés des siens, vivre en solitaire et loin de cet univers n'était pas possible, mais Boyd avait toujours poussé les limites, car il avait du mal avec les cours et les anciens, ceux qui avaient connu un temps prospère.

Lucan l'oubliait peut-être, mais presque trois millénaires les séparaient, Boyd n'avait pas connu l'époque des grandeurs, il avait eu un bref aperçu, cette époque révolue de la Haute Cours, mais il était alors encore très jeune, rapidement s'en suivi la déchéance des Feys, de la division des Feys jusqu'à la guerre fratricide encore bien fraîche dans la mémoire de tous. Ce n'était pas de la mauvaise volonté, simplement un constat qu'il ne pouvait plus vivre sur des promesses de revivre ce qu'ils avaient pu connaitre avant, même s'il préférait, lui aussi de parler d'avant, avant la Révélation, car peut-être que les Feys auraient dû considérait régler leurs différents avant de se montrer aux hommes. Le Cait Sith avait encore du mal à supporter le manque d'une partie de ce qu'il était, alors l'envelopper dans de belles paroles ce n'était pas exactement le brosser dans le sens du poil. Il préférait attendre et voir, il voulait que la réalité de la situation soit autant considérée que le pire et le mauvais. Boyd ne demandait que cela, un souffle d'optimisme, mais c'était en l'illustrant de faits avéré qu'il pourrait être convaincu de croire un peu plus, comme l'avait fait la présence de Danu lors du couronnement. Rien que pour elle, il voulait bien croire que Ellan Vannin pourrait être un présent, mais son côté pragmatique lui rappellera que les Feys sont venus la prendre, virant les humains de l'île, en tuant certains et réduire en esclavage ceux qui acceptaient de rester en échange de l'immortalité.

C'était bien difficile de pouvoir partagé le souffle de son ami et sa philosophie, mais pas inintéressant d'en discuter et de permettre à l'auteur de relativiser. Ce n'était donc pas une discussion sans intérêt et lui plaisait bien de voir l'élémentaire rebondir et réagir à ses propos, pour une fois, on l'écoutait et sans forcément apporter un jugement sur sa position qui était certainement décalée avec l'avis général, mais finalement, s'était bien pour cela que Boyd appréciait Lucan, il avait toujours cette délicatesse et sagesse d'essayer de respecter et considérer l'autre, même s'il ne comprenait pas toujours d'où cela venait. D'un autre côté, il ne tenait qu'à l'élémentaire d'interroger le Kith si des questions lui brûlaient les lèvres.

« Et c'est dans ce genre de réflexion que l'on voit ta sagesse. » Le taquinait gentiment Boyd, alors que son regard se reposait sur l'eau qui continuer de lui lécher les jambes, apportant toujours un peu plus de réconfort et de souffle. Il leva un sourcil à la dernière remarque de son ami, ouvrant la bouche pour protester, car justement, c'était le sentiment qui l'animait.

Une fois encore, comment ne pas se sentir claustrophobe quand pendant plus de deux millénaires Boyd avait pu parcourir la terre et les océans, chérissant d'une liberté à laquelle il tenait autant qu'il tenait à ses terres. Cette liberté, il s'était fait violence de la défendre, malgré la peur qui l'avait animé pendant le moyen-âge, avant de se rebeller et simplement se faire à l'ignorance des hommes, s'en méfiant tout en les admirant. Cette liberté dont on lui avait arraché une partie ensuite avec le chaudron et cette maudite révélation qui si les débuts avaient été calmes n'avaient que lentement mené à deux guerres, certainement les plus meurtrières pour leur espèce. Cette liberté qu'il a voulu défendre jusqu'à ce que la révélation des druides ne rajoute de l'huile sur feu, entraînant une folie destructrice. S'il se battait pour ses terres, s'était pour cette liberté, le peu qui lui restait et ce n'était certainement pas sur une île aussi petite que le Cait Sith pouvait se sentir libre. Des menaces sur la tête, un territoire des ténèbres à éviter, deux cours qui pouvaient à tous moment se tirer dans les pattes. Il se sentait acculer et il savait très bien qu'il pouvait rapidement devenir invivable. Il aurait bien voulu que Lucan lui raconte un peu comment il pouvait se sentir libre, au-delà de l'écriture, de la lecture et ses ballades spontanées où il fixé l'horizon en rêvant de pouvoir répondre à cet appel du large. Pour aller où, justement, c'était pour cela qu'il était là, parce qu'il n'avait plus où aller, vivre cacher n'était pas une liberté alors, au moins, il pouvait admettre qu'un petit bout d'Ellan Vannin lui permettait cela, de ne pas vivre complètement caché.

En parlant de petites victoires et de consolation, Lucan confiait sa vision de l'île et des choses, un espoir qui sonnait presque éphémère. Boyd se demanda pendant un instant s'ils n'avaient pas déteint l'un sur l'autre. Ils partageaient donc bien cet avis sur des débuts chaotique, mais comme le disait l'élémentaire, c'était un début et s'était mieux que rien.

« Tu t'adresses au chat noir. » Lui rappelait une fois de plus le Cait Sith avec un léger rire. « Je suis heureux que tu sois aussi confiant envers votre nouvelle tête couronnée, mon Roi à moi, il est mort il y a bien longtemps et je ne m'en porte pas trop mal. De plus, la logique de mon espèce voudrait que ce soit l'autre tête couronnée à laquelle je devrais donner un peu de ma confiance, mais je ne connais personnellement ni Dagda, ni Cian. » Peut-être élaboré un peu plus les raisons qui l'avaient conduit au Sithin, car c'était tout de même assez troublant d'admettre qu'il ne considérait ni l'un, ni l'autre comme ses Rois. « Je suis venu au couronnement Unseelie par curiosité et parce que vous êtes, selon moi, les moins pires. » L'art du compliment chez Boyd, en bon paria de sa communauté et Nocker, certainement jusqu'au bout des ongles, il n'avait aucune intention de se mêler des histoires de cours, s'il avait pu échapper à cette soirée, il l'aurait fait, mais un couronnement, était un évènement rare et il aurait loupé la fête.

« J'apprécie le souffle d'espoir que leur couronnement respectif insuffle envers les Feys, je respecte tout autant ce qu'ils sont et reprèsente, après, je demande à voir. » Son jugement se fera avec le temps certainement, même s'il ne doutait pas de l'être exception que Cian semblait être pour son ami et par extension pour Morrigan. « Néanmoins, par principe, tu ne verras pas prêter allégeance à une cours, ce n'est vraiment pas fait pour moi » Ra joutait-il dans un éclat de rire. Que ce soit clair, avant que son ami se mette dans la tête cette possibilité. S'il venait à rejoindre les Seelies, s'était des amis chers qu'il perdrait. Et s'il choisissait les Unseelies, s’était non seulement quelques amis, mais sa famille qu'il perdrait. Il tentait déjà plus ou moins bien, de recoller lentement les morceaux pour son petit-petit-petit neveu, ce n'était pas le moment de revenir sur une décision sur laquelle il n'avait jamais eu de doute. De toute façon, rejoindre une cours, voulait dire fréquenter des Sidhes, même s'il en fréquentait quelques-uns, il ne pouvait pas s'imaginer vivre dans le Sithin, encore moins devoir choisir ses fréquentations en fonction de leur cours.

Rebelle dans l’âme et libre-penseur, Boyd au moins tenait bon sur cette position, si les cours étaient essentielles pour l’Ordre des choses, elles ne l’étaient pas pour lui.



seeking the antidote for
the emptiness of existence
It's a dangerous business, going out your door. You step onto the road, and if you don't keep your feet, there's no knowing where you might be swept off to..J.R.R. TOLKIEN

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   Sam 9 Avr - 17:54
I feel like staying here by the ocean
ft. Boyd & Lucan.

Ce qui était fait était fait. C’était ainsi que Man appréhendait la vie. Leur Histoire tout entière, celle qui les inspirait, qu’ils choisissaient d’ignorer ou au contraire dont ils tiraient des leçons, qu’ils répétaient parfois à l’infini, était derrière eux. Et pour Man, il n’y avait nul intérêt à ressasser des temps qui n’étaient plus, ou pire encore, des temps qui auraient pu être. Il vivait avec cette certitude, assumant le poids de ses propres erreurs, vivant avec au jour le jour, et oui, parfois, il avait été submergé par la nature aiguë de ses mauvaises décisions, qu’il avait pu ressentir comme autant de lames enfoncées dans son cœur et dans sa tête. Dans ces moments-là, il avait pris de la distance. Serait-il resté à la Cour après l’assassinat de Lizabeth qu’il aurait fait quelque chose d’autrement plus mauvais et grave que simplement partir en bateau se vider l’esprit. Il aurait fait un choix qui lui aurait non seulement coûté sa liberté, mais probablement aussi celle de sa fille, qui aurait maudit son existence pour des siècles et qui aurait même probablement plongé la Cour dans le chaos, même si le chaos était déjà déclenché en vérité. Il avait laissé Cian prendre cette décision à sa place. Il le regrettait aujourd’hui, non pas de l’avoir aidé dans son projet mais ne pas avoir été là pour l’en empêcher. Et malgré tout, il acceptait ses erreurs et celles de Cian et celles de son peuple en général. Il vivait avec et ne choisissait de se torturer avec que dans des moments de relâchement, un mélange de regrets et de mélancolie… S’il y avait bien une chose qu’il n’avait pu accepter, dans tout cela, c’était le choix de la reine elle-même. Cela serait un poids éternel sur son arme. Ce n’était donc pas la paix qu’il avait trouvée, mais un compromis avec lui-même, et surtout, la certitude qu’il perdait beaucoup plus de temps à se souvenir du passé ou à avoir peur de l’avenir qu’à tenter de le rendre meilleur, tout bêtement. Par le passé déjà il était intervenu, et jusqu’à présent, eh bien, le résultat n’avait pas toujours été à la hauteur de ce qu’il imaginait. Mais il avait décidé de refuser la crainte. Même si tout se passait aussi mal actuellement que semblait le croire Boyd, il l’accepterait, et trouverait une autre voie, jusqu’à ce qu’un jour, ce soit la bonne, si la bonne existait.

Cependant, il y avait autant d’opinions et de ressentis sur cette terre que de personnes. En lui présentant les siens, Man voyait bien que Boyd, comme un écueil au beau milieu de l’eau, se laisser effleurer mais certainement pas émouvoir. Eh bien, il y avait des moments où il fallait s’accorder ces humeurs sombres. Et Man l’acceptait uniquement parce qu’il avait l’espoir que son ami n’en resterait pas là, à cet état d’immobilité qui lui faisait bien plus de mal, à son avis, que les circonstances actuelles elles-mêmes. Il se permit un sourire pensif en réponse aux taquineries de Boyd. La sagesse était un concept particulièrement éculé chez les Feys et l’Élémentaire était bien certain de ne pas en posséder plus que la moyenne. Tout le monde possédait sa propre sagesse, même l’enfant qui vient de naître. Et la sagesse n’a jamais été plus inutile qu’en des moments sombres ou salutaires. Personne ne s’écoute parler, dans ces moments-là, personne ne veut entendre la voix de l’autre, tout le monde est dans l’action. Il haussa les épaules.

« Et je suis, je suppose, un incorrigible optimiste incapable d'apprendre de mes erreurs passées et me laissant heurter par des vérités que j'aurais dû intégrer il y a bien longtemps. Et pourtant, j’aime tellement ces moments de remise en question, j’en apprends plus sur moi-même que jamais, aussi douloureux que ce soit. »

À condition, une fois cela fait, d’aller de l’avant de nouveau, donc. Man était comme l’eau : mouvant, changeant, incapable de rester planté sur place à ne rien faire. C’était probablement sa nature même, quelque chose contre quoi il n’aurait pas pu lutter, même s’il l’avait voulu, ce qui n’était pas le cas. Né des eaux elles-mêmes, il était l’eau. Cependant, le rappel à l’ordre de Boyd fit se secouer Man, qui se tourna vers son ami avec un grand sourire aux lèvres.

« Faut-il que je sois idiot... Comme quoi, l'âge n'est absolument rien. Ne m'en veux pas, mais quand je te parle, et parce que nous nous comprenons si bien malgré nos visions différentes, j'oublie parfois que tu n'as prêté allégeance à personne. »

Man avait tant l’impression de connaître Boyd depuis toujours qu’il se prenait parfois à croire qu’ils faisaient tous deux partie de la Cour Unseelie, ce qui prouvait au passage à quel point ces histoires d’allégeance étaient vides de sens. Man lui-même était resté pendant des siècles sans faire de choix, sans aucune allégeance, et il n’avait fait son choix que très tard, au moment où ne pas choisir lui avait paru être un choix pire que choisir. Les moins pires, disait Boyd, et ces mots résonnèrent en lui avec force, lui arrachant cette fois un vrai rire. C’était, à l’époque, exactement sur cette base que Man avait prêté allégeance à Lizabeth. Enfin, cela, et le fait qu’il savait Orel impossible à sauver, alors que Lizabeth, dont il avait accepté la proposition de devenir son conseiller, avait encore le moyen de se sauver elle-même et tout son Sithin avec elle. L’avenir n’avait pas donné entièrement tort à Man. Elle avait effectivement, à la fin, sauvé son peuple, mais son peuple n’en saurait probablement jamais rien et se souviendrait d’elle comme une femme cruelle et tordue. Il se permit une pensée en son honneur, crut entendre l’écho de son rire féminin et sensuel à son oreille. Oui, il y avait tant à faire.

« Eh bien, je pourrais te donner tout un tas d’assurances concernant Cian, mais rien ne te forcerait à me croire. Et je ne ferais probablement qu’alimenter tes doutes en te donnant mon opinion de Dagda. »

Sa voix s’était durcie, s’était faite coupante comme du verre, comme rarement on pouvait l’entendre chez lui. Il inspira doucement. Il ferait, une fois encore, confiance à la Déesse. Peut-être échoueraient-ils tous à nouveau à reconstruire leur monde, peut-être pas. Man préférait l’expectative à l’inaction. On ne pouvait pas craindre l’avenir et refuser le présent. Être malheureux sur place et refuser de bouger tout à la fois.

« Cependant, tels que je les connais l’un et l’autre, et de ce que je connais de toi, je ne tenterai jamais de te convaincre de prêter allégeance à l’un ou à l’autre. Je pense que tu es définitivement fait pour être ton propre roi. J’espère que tu retrouveras bientôt cet état d’esprit qui un jour, en des temps bien plus sombres qu’aujourd’hui, t’ont poussé à partir sur un bateau avec un parfait inconnu ! »

Non pas pour repartir, mais tout simplement pour ressentir cette liberté dont Boyd s’était senti investi à l’époque, qui lui avait permis faire le choix de partir, comme il aurait pu faire le choix de rester. Le choix, justement, qui comptait moins en termes de décision mais pour lui-même, puisqu’avoir le choix était la définition même de la liberté, même si c’était pour le pire.




 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
THE CAIT SITH ∭ Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

Boyd E. Lowry

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 11/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 3162
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Q. Silvester Cavanaugh.
› L'AVATAR : Ewan McGregor.
› LES CREDITS : avatar by writerinafoxhole & gif from tumblr.
› LA COULEUR RP : hazel green (#617c58).

THE CAIT SITH ∭  Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

MessageSujet: Re: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   Dim 10 Avr - 10:53
I feel like staying here by the ocean
ft. Lucan & Eoghan

Boyd éclatait de rire lorsque Lucan admettait qu'il était un incorrigible optimiste, au moins tout deux faisait la paire. L'auteur connaissait sa nature à broyer du noir, autant que son jugement assez tranchant sur les choses et s'il aimait croiser des personnes qui partageaient sa vision des choses, il préférait tout de même s'entourer de personne capable de s'ancrer autant dans la réalité que de regarder de l'avant. Le Cait Sith avait l'impression d'avancer lorsqu'il se heurtait à ces esprits qui gardaient un avis rafraichissant sur le monde qui les entouraient. Dès qu'il était seul devant une page blanche, c'est son intérêt pour les maux et les blessures de l'âme qui l'animait, comme s'il cherchait à vider son sac tout en cherchant le remède, la solution pour ne pas sombrer complètement dans l'obscurité qui pouvait tant de fois lui tendre les bras. C'était donc tout naturel pour lui de puiser cette force auprès de personnes qui voyaient les choses autrement, que ce soit l'analyse détachée presque scientifique et sans appel d'Elatha ou les observations à la fois pleines d'espoir ayant mûri grâce à certaines sagesses de la part de Lucan.

Il fallait sans dire que Boyd préférait s'accrocher à la vision de son ami, parce qu'il la partageait et il aimait en rêvait, même s'il ne l'admettait pas de vives voix, au fond de lui aussi, il suivait cette petite flamme qui semblait le guider dans l'obscurité. L'auteur restait fidèle à sa nature, que ce soit celle de Fey ou de Cait Sith, être attiré par la lumière, la beauté et tout ce que leur espèce tenté de défendre, chacun a leur manière et parfois en prêtant allégeance à une cours, Boyd lui n'était pas intéressé, même si celle qui lui avait sauvé la vie en était à présent la reine, même si lui aussi avait l'impression d'avoir connu Lucan depuis toujours.

Il riait une fois de plus lorsque l'élémentaire admettait qu'il oubliait que Boyd était sans allégeance par leur entente si naturelle, leur compréhension et l'auteur chérissaient ce lien si particulier, celui qu'il avait fait avec un étranger sans se soucier de sa nature ou son camp. Il soupçonnait que la nature de son ami, son élément qu’étaient l'eau et l'attachement que le Kith avait pour l'océan devait y être pour quelque chose. S'il ne prétendait pas être le plus grand marin et connaisseur de la mère, l'auteur pouvait facilement lier le caractère de Lucan à celui de l'océan, il était certainement la personne la plus proche qu'il avait rencontrée personnifiant cette étendue bleue, avec ces moments de calme, de force tranquille, toujours en mouvement et parfois avec ses colères, ses tempêtes. S'il n'avait jamais vu son ami en colère, il pouvait imaginer que celle-ci devait être terrible lorsqu'elle se verser sur la personne qui méritait cette dernière.

Le ton d'ailleurs tranchant de Lucan au sujet de Dagda ne tombait pas l'oreille d'un sourd, s'il y avait bien quelque chose qui n'échappait pas au Cait Sith s’étaient les changements de ton et d'intonation, même le moindre souffle, il pouvait le percevoir. Après, tout était une question d'interprétation, mais il sentait bien qu'il y avait une certaine dureté à l'encontre du nouveau roi Seelie, ce qui faisait sourire Boyd habitué d'entendre plutôt des éloges à propos de sa personne, en dehors de son passé et sa folie. Justement, il se demandait bien ce que Dagda et Cian auraient fait à la place de David, d'Orel et de Lizbeth s'ils avaient dû faire face au massacre des siens. Il ne voulait pas que l'histoire se répéte, ce genre de choses Boyd ne le souhaitait à personne même s'il savait que ça lui faisait ni chaud, ni froid. Après tout, les Vampires avaient subi exactement la même chose que son espèce, il ne pleurait guère sur son sors, par contre, il attendait la réaction des nobles et sans surprise ils avaient refusés la demande d'asile, ce n'était pas compliqué, pour le moment, Boyd savait à quoi se tenir. Cétait à ces deux rois de prendre les décisions et il espérait que leur choix serait les bons, tournés vers leur peuple plutôt que leur propre intérêt et rancœur, si une rancœur les habitaient.

Les Feys avaient en plus de tout cela, un ennemi inconnu à leur porte, promettant leur perte, peut-être que rien que pour faire barrière contre celui-ci, les deux cours pourraient enfin cesser leur guerre qui n'était que le fruit d'ego et de désaccords. Si elle n'avait pas tant d'influence sur le reste des Feys resté sans allégeance, l'auteur n'en aurait rien à faire qu'ils se tirent dans les pattes, mais le résultat était là, il y avait une guerre de dix ans et il n'avait tout simplement plus confiance envers les nobles. Il espérait que pour une fois, ils prendraient des décisions communes, contre cet ennemi invisible, car Boyd comptait bien ne pas laisser ce genre de menace avoir un impact sur ses projets de se battre pour ses terres. Il s'en fichait contre qui il devait se battre, les hommes, les Fomoires, cet inconnu, mais il ne laisserait pas les ténèbres se débarrasser aussi facilement des Feys et il était certain de ne pas être le seul dans cet état d'esprit, toute allégeance confondue.

« Mon propre roi, c'est exactement ça ! » Répétait-il en éclatant de rire, passant une main sur son visage et se grattant distraitement la barbe. Il ne pouvait qu'être que cela de toute façon, on ne pouvait pas chasser la liberté tout en attendant que d'autres sacrifient la leur. À la limite, il était le roi de sa librairie et encore, cette pensée le faisait rire, car il était plutôt du genre à être un hôte serviable plutôt qu'un tyran. Le pouvoir ne l'intéressait vraiment qu'à travers ses fictions, mais souvent ce genre de responsabilité conduisait à une perte et des sacrifices. Boyd en avait fait beaucoup par le passé, non pas pour le pouvoir, mais cette liberté et la seule chose pour laquelle il était bien prêt à la sacrifier, c'était bien leur terre, cette île.

« Je pense que ma décision, je l'ai déjà prise, mais ça n'enlève en rien que ça m'emmerde. » Il fallait le dire, le répéter, mais c'était bien vrai. « Tout choix est un renoncement, même si au final, si on assume celui que l'on fait, on reste toujours gagnant. C'est déjà une petite victoire. » Il se moquait un peu de Lucan, plus dans un esprit de le taquiner. « Plus sérieusement, pour moi, il n'y avait pas de grands enjeux dans la balance de partir avec toi ce jour-là, seulement le risque de finir au fond de l'eau ou mort au coin d'une rue, encore aurait-il fallu que tu soit capable de le faire. » Un poil provocateur, mais seulement parce qu'il était de bonne humeur. « Aujourd'hui, c'est ma terre qui est menacée et ça change énormément la donne, surtout depuis que je sais que l'ennemi n'est pas celui que l'on pensait. Je sais bien que je parle comme si on était déjà en guerre, ce qui m'emmerde aussi, je n'ai pas du mal à rêver Lucan et croire que les choses vont changer pour le meilleur, mais par expérience, je me préserve d'une éventuelle chute, je n'ai pas encore digéré la précédente. » Il souriait toujours malgré ses paroles, regardant toujours l'élémentaire, son regard pétillait toujours autant. « Je veux que les choses changent et bougent. C’est peut-être aussi pour cette raison que j’étais si curieux d’aller au couronnement, pour prendre la température au sein d’une cours. »



seeking the antidote for
the emptiness of existence
It's a dangerous business, going out your door. You step onto the road, and if you don't keep your feet, there's no knowing where you might be swept off to..J.R.R. TOLKIEN

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   Dim 10 Avr - 17:16
I feel like staying here by the ocean
ft. Boyd & Lucan.

La personnalité d’un roi compte évidemment, quand on décide de prêter allégeance à l’un ou à l’autre. Sa force, ses idées, ses promesses. Tout le monde ne peut pas les connaître personnellement. Man avait eu cet honneur avec Lizabeth, et à nouveau avec Cian, c’était donc forcément plus simple pour lui d’avoir confiance ou pas. Il avait également l’honneur beaucoup plus discutable de connaître Dagda, et la colère qu’il éprouvait à l’égard du nouveau roi n’avait probablement plus d’équivalent chez Dagda lui-même, qui pourtant avait longtemps détesté l’Élémentaire au point d’en devenir paranoïaque et de l’accuser d’un tort qu’il n’avait pas commis. On disait que le nouveau roi Seelie était un homme nouveau, et Man avait décidé de ne pas prêter attention à ce qui se disait, il attendait simplement de voir. Dagda avait été un bon Haut-Roi, et pourtant cela ne l’avait pas empêché de faire assassiner sa femme. Alors peut-être bien qu’il était désormais un bon roi Seelie, cela ne voulait pas dire que ses vieux travers n’allaient pas resurgir. Dagda était une des rares personnes qui alimentaient cet aspect de lui-même que Man redoutait tant, cette part de ténèbres dont seule Elatha avait été le témoin jusqu’à présent. Il n’avait pas trouvé en lui la force de pardonner à Dagda, ce qui en disait long sur ce qu’il pensait du nouveau roi Seelie. Toujours est-il que, que ce soit à Cian ou à son frère, les Feys choisissaient d’accorder leur confiance. Mais la personnalité, la force, les idées et les promesses n’étaient pas toujours suffisantes. Il y en avait pour qui tout ça ne comptait pas du tout, pour qui le simple fait d’avoir un roi, d’en répondre à des lois, était insupportable. Ce n’était plus le contenu de cette vassalité qui était en jeu mais le concept lui-même, et pour l’heure, c’était un concept qui n’avait pas été du goût de Boyd. On pouvait imaginer qu’une part de sa solitude venait de là ou du moins, qu’il se serait peut-être senti moins seul s’il avait appartenu à une Cour. On avait connu des Sidhes qui avaient sombré dans la folie à cause de cette seule privation. Les Feys en général s’en sortaient mieux, de ce côté-là, mais il n’y avait pas de hasard. Il n’y avait que des choix à faire, la communauté avec l’allégeance, la liberté avec la solitude.

Imaginer Boyd sur un trône fait de livres anciens empilés sous lui, une couronne de papier sur la tête, les pieds négligemment posés sur un escabeau de bibliothèque, amena un sourire sur les lèvres de Man. Son propre roi, oui, son propre maître. Nul possibilité de se dissimuler derrière la figure d’autorité, de trouver des réponses aveugles à ses questionnements auprès d’un autre. Man, en politique avisé et malin, en vieux de la vieille, n’avait jamais considéré le fait d’avoir un roi de cette façon, et il fallait, pour lui, de façon permanente, se poser la question de ce qui allait ou pas à l’encontre de ses convictions. Mais il savait que d’autres ne fonctionnaient pas ainsi, que la plupart avaient simplement besoin d’un leader, de recevoir des ordres pour ne pas à subir le poids des décisions à prendre. Allez à la guerre, oui, mais parce que son roi l’a ordonné, et ainsi le soir, on peut se regarder dans le miroir en se disant que ce sont les ordres qui ont guidé sa main ; une façon de s’absoudre. C’était cela aussi, être roi, endosser la responsabilité collective des biens et des torts et rester dans les livres d’histoire pour cette exacte raison. Man baissa les yeux sur sa main, grande et pâle, pas tout à fait telle qu’elle était réellement à cause de la légère couche de Glamour dont il entourait ses doigts de façon si habituelle que c’en était devenu naturel chez lui. Il cachait ainsi un aspect de son physique pour des raisons que lui-même avait oubliées.

« J’en aurais été capable, mais tu n’as pas tort, je n’aurais pas pu. »

Il sourit de ses propres paroles, aussi cryptiques qu’elles soient. Il avait beau avoir la réputation d’être un des Feys les plus puissants qui soient, il avait aussi celle d’être un des Feys les plus doux qui soient. Jamais l’idée de causer du tort à Boyd ne lui avait traversé l’esprit, à cette époque, et la vérité, c’est qu’il ne s’était pas non plus dit une seule seconde que Boyd voulait lui faire du mal. Il n’y avait pas pensé, pas même un peu, et aurait été pris complètement par surprise si Boyd s’était avéré être agressif. Encore la preuve de son optimisme quelque peu naïf, probablement. Ils n’étaient pas mieux l’un que l’autre, finalement, ou bien au contraire étaient-ils justement tous deux bien meilleurs que la plupart des gens.

« Ton esprit quelque peu guerrier me plaît, de ce point de vue-là je ne te contredirai pas. C’est bien un combat que nous menons. Que tu imagines déjà que les choses finiront mal, cependant… Eh bien, je ne peux pas y faire grand-chose, mais quel dommage ! »

Se battait-on pour une cause, défendait-on sa terre avec autant d’ardeur si on était déjà persuadé que tout finirait mal ? Il s’agissait de se préparer au pire, oui, Man pouvait le comprendre, et au vu de leur histoire à tous, il était évident que le pire pouvait advenir, ça ne serait pas la première fois. Mais Man préférait garder de vue le but le plus optimiste, cela le motivait bien plus.

« Ah, je regrette, pour ma part, que tu ais dû assister à ce cirque. Cependant, avant que tout ne dérape, as-tu senti le Sithin s’éveiller ? As-tu sentir la Déesse chuchoter à l’oreille de notre roi ? »

Rien que d’en parler, Man se sentait empli d’une joie simple et lumineuse. Quel grand moment cela avait été, pour leur roi, pour eux, pour leur Sithin… Et au travers du Sithin, pour les Feys en général, quand bien même ils n’avaient pas d’allégeance. Les images du couronnement lui revinrent à l’esprit.

« Tu as donné de ta personne ce jour-là. Si par malheur nous étions à nouveau appelés à nous défendre côte à côte, je saurai à quoi m’attendre avec toi et ton pouvoir, désormais. »

Nul reproche dans la voix de Man. Mais il songeait que si le combat avait duré quelques minutes de plus, Boyd aurait pu donner bien plus qu’un peu de sa santé et beaucoup de son sang.




 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
THE CAIT SITH ∭ Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

Boyd E. Lowry

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 11/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 3162
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Q. Silvester Cavanaugh.
› L'AVATAR : Ewan McGregor.
› LES CREDITS : avatar by writerinafoxhole & gif from tumblr.
› LA COULEUR RP : hazel green (#617c58).

THE CAIT SITH ∭  Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

MessageSujet: Re: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   Mar 12 Avr - 3:32
I feel like staying here by the ocean
ft. Lucan & Eoghan

La solitude avait été un choix que l'auteur avait fait depuis son plus jeune âge, son espèce ne prônait pas réellement l'esprit de communauté, ni celui d'être solitaire, simplement indépendant, pouvoir se débrouiller seul et être assez libre dans leur choix. Il était un produit pur de la féerie, en tout cas des Cait Sith, plus qu'il ne voulait l'admettre et s'était certainement pour cela que peu importait le temps passé à l'écart du Songe, il y revenait de son plein grès et non parce qu'il souffrait d'être loin des siens comme pouvaient l'être les Feys lors d'un exil, mais parce qu'il y avait toujours cet instinct de retourner d'où il venait parce qu'on lui avait autoriser cette indépendance.

Les Cait Sith d'ailleurs n'avaient initialement pas prêté allégeance à l'une des cours après leur création, parce qu'à l'époque, ils avaient encore leur propre Roi et qu'ils tenaient à leur indépendance. Lorsque ce Roi est mort, la communauté à dû faire un choix, le Roi n'avait pas d'héritier, peu se sentait vouloir en élire un, ainsi, ils se retrouvèrent sans souverain et une minorité préféra alors être sous la protection de la cours Seelie et le reste s'étaient éparpillé. Pour ce qui était de la suite, Boyd pensait tout simplement que les Nockers n'étaient pas toujours considérés par ceux des deux autres cours, leur désintérêt pour le malheur des Cait Sith n'était que l'illustration de ce dédain que les nobles avaient envers le reste des Feys. Alors, quoi de plus naturel pour l'âme indépendante du Kith de tourner le dos aux cours, aux nobles et d'aller voir le monde. Cette solitude, il l'embrassait et ne le vivait pas aussi mal qu'il semblait à ce moment précis, si c'était le prix pour sa liberté, il s'en contentait, malgré sa vie de nomade, il avait des proches, quelques amis et c'est tout ce qui comptait finalement, au moins, il avait eu cet avantage de faire un tri naturel dans son cercle de relation. Il connaissait des personnes qui se sentaient bien seules au milieu de la foule et ce sentiment, il le trouvait pire que d'être un solitaire pas choix, surtout que sous ses meilleurs jours, Boyd pouvait être sociable.

Il ne s'en faisait pas trop, allégeance ou non, il était bien où il se trouvait, tout ce dont il avait besoin à présent s'était de trouver un moyen d'être utile.

Un cirque, s'était le mot, mais Boyd au-delà d'être légèrement dégoûté par tout évènement festif qui pourraient se présenter dans les prochains jours ou semaines, le Cait Sith devait l'admettre, il avait été spectateur de la puissance et la menace qui planait sur les Feys, si le nom était encore inconnu, l'influence qu'il avait eu sur l'assemblée avait bel et bien eu un effet. Le but, n'était justement pas de laisser ce sentiment envenimer on jugement ou ses actions, c'était aussi pour cela que l'auteur lutté contre cette envie de fuir, alors que son instinct crié haut et fort de fuir avant que les choses n'empirent. Le même instinct qu'il avait su taire au contact de l'océan, c'est donc qu'il avait un esprit assez fort pour tenir bon et s'il voulait quelque chose, même son instinct ne pourrait pas l'empêcher d'agir à sa guise. Un nouveau sourire s'étirait sur ses lèvres aux paroles de son ami et l'enthousiasme qui devenait presque contagieux, certainement parce que s'était bien le souffle du Sithin qu'il avait senti, autant que la présence de la Déesse mère sans qui il n'aurait pas pu avoir cette conversation avec Lucan, ni plus aucune.

« Bien sûr que je l'ai senti, mais la Déesse, je ne l'ai pas entendu à ce moment-là... » C'était encore flou dans l'esprit de Boyd, mais il se rappelait d'être sur le point de se faire dévorer ou étouffé par le Sluagh, élevé dans les airs, lorsqu'il avait entendu la déesse, un murmure avant que la lumière inonde la salle, manquant de le rendre aveugle d'ailleurs. La chute avait été rude, mais l'énergie qu'il avait ressentit ensuite l'avait dépassé, tout autant qu'il avait découvert une autre capacité dans sa main de pouvoir qu'il ignorait depuis toujours. « Je sais que sans Cian, sans Danu, je serais déjà dans la Grande Plaine. J'ai rarement était frappé d'un sentiment d'optimisme aussi fort que celui que j'ai ressentit après leur intervention. » Dommage que l'étrange complice de David était venu nourrir leur peur une nouvelle fois, peut-être qu'il serait plus facile de le convaincre que tout n'est pas mauvais, parce qu'il était loin de penser que tout était perdu, mais il préférait rester prudent, comme sur ses gardes. Il devait l'admettre, s'il avait était ébloui et empli d'une chaleur lorsque le Sithin s'était éveillé au contact de Cian, il n'avait pas pu s'empêcher de considérer la douleur de ce dernier. Étrangement, les trônes qui se nourrissaient du Glamour lui rappelaient son propre pouvoir et il était le dernier à se réjouir de la souffrance des autres, surtout lorsqu'elle semblait si similaire de la sienne.

Le compliment, car il supposait que s'en était un de la part de Lucan, le fit sourire un peu plus alors qu'il lever une de ses mains pour la regarder, un soupir s'échappant de ses lèvres, étouffant un rire amusé.

« Alors tu as plutôt intérêt à espérer que je retrouve mes vieux réflexes et me dérouille. Ce pouvoir, je ne l'utilise que dans l'urgence. » Il y avait un ton légèrement amer dans ses propos, glissant de nouveau sa main dans la poche de son pantalon alors qu'il regardait l'horizon devant eux. « Je n'ai jamais aimé ce pouvoir... » Boyd avait du mal avec cette main depuis toujours.

Plus jeune, alors que son entourage utilisait leur pouvoir à toutes les sauces, lui, il gardait le siens dans l'ombre. S'il pouvait être pratique et puissant, il restait douloureux et l'horrifiait, c'était donc naturellement  qu'il s'est tourné vers sa seconde main, celle qui lui permettait de se fondre dans la masse et se transformer en chat. Il s'était détaché de cette main qu'il disait maudite, alors qu'elle dictait pas mal son caractère et sa vision des choses. Ce sentiment d'horreur ne l'avait pas quitté, même s'il avait appris à l'apprivoiser et à supporter la douleur et connaitre ses limites, un paradoxe, qu'il tentait encore de démêler. « L'ironie est que je serais toujours prêt à me faire saigner pour les autres... » Sa réflexion se perdit au fond de sa gorge, même s'il était imprégné d'un doute qu'il pourrait en dire autant des Feys, il trouvait que c'était une remarque égoïste et loin d'être vraie. Il avait croisé des gens qui avaient pris des risques pour lui et il était loin d'oublier ce genre de gestes, néanmoins ces épisodes, il les comptait sur les doigts de sa main. Quant à sa générosité, il ne fallait pas en abuser et il préférait que ce genre d'information ne cours pas trop dans les rangs. Il avait ses limites, c'est lui qui choisissait pour qui et quand il activait son pouvoir.

« Je serais des plus honoré de me battre à tes côtés, même si je préférais que ce jour arrive le plus tard possible. » Même s'il sentait bien que ce jour viendrait trop vite à son goût, il avait l'audace d'espérer qu'ils pourraient y échapper pendant quelques mois.



seeking the antidote for
the emptiness of existence
It's a dangerous business, going out your door. You step onto the road, and if you don't keep your feet, there's no knowing where you might be swept off to..J.R.R. TOLKIEN

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
THE MAN OF SEA ∭ Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

Lucan M. O'Daibhead

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 01/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1850
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : blodwyn + clare
› L'AVATAR : aaaron taylor-johnson
› LES CREDITS : shiya + tumblr
› LA COULEUR RP : white

THE MAN OF SEA ∭  Man, l'Homme, le vrai. La force tranquille.

MessageSujet: Re: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   Ven 15 Avr - 22:01
I feel like staying here by the ocean
ft. Boyd & Lucan.

Eh bien, de l’espoir, il en fallait bien un peu, malgré tout. Et il fallait bien également que Danu se manifeste de temps en temps à eux. La Déesse ne faisait pas grand cas de leurs petites histoires. Seelies ou Unseelies, Nockers ou même autre chose, cela lui importait peu, de même que cela lui importait peu de savoir qui était Sidhe, qui était Sinistre, qui était Kith ou qui était Élémentaire. En cela, tous étaient logés à la même enseigne, à savoir que leur relation à la Déesse était unique, parce que personnelle à chacun. Man ne vivait pas sa connexion avec elle comme les autres, de même que les autres ne la vivaient pas comme lui. Elle n’était pas toujours là, ou du moins non, c’était faux de penser en ces termes. Elle était toujours parmi eux, mais eux n’étaient pas toujours en état de s’en rendre compte, n’étaient pas toujours à l’écoute, ou bien simplement, le lien qui les unissait à elle et elle à eux était trop faible. Ces dernières décennies, c’était exactement ce qui était arrivé, il y avait eu comme une coupure de courant entre les Feys et la Déesse, au point que le Nemeton lui-même avait commencé à en souffrir, lui qui était le symbole de Danu et le signe de la bonne santé de la Faërie. Man s’y était rendu il y a peu, à l’occasion de Samhain. Il y avait retrouvé la Déesse, oui, mais dans quel état ? Les branches affaissées, les feuilles sèches, et la terre à ses racines si sèches, si crevassées… Il se promit en cette seconde d’y retourner dès le lendemain. Il voulait voir de ses yeux les quelques menus bienfaits que ce couronnement avait eu. Et cette fois, il ne risquait pas de se faire hanter par le fantôme de sa reine bien aimée.

Quant à Boyd, son ressenti quant à ce moment incroyable lors du couronnement était assez flou pour Man, mais il l’était de base probablement flou pour lui-même. Peut-être que le Cait Sith ne savait pas vraiment lui-même ce qu’il avait ressenti ou pourquoi. L’Élémentaire ne savait donc pas s’il devait se réjouir pour son ami ou pas, mais après tout, la façon dont chacun avait été touché par la Déesse était intime et n’appelait pas au débat. C’étaient à eux d’en tirer ce qu’ils voulaient ou ce dont ils avaient besoin. L’évocation de son combat dans la salle du trône ramena à l’esprit de Man quelques images qui commençaient déjà à pâlir dans sa mémoire. Étonnant comme cet incident le laissait plutôt de marbre, finalement. Il s’inquiétait, bien sûr, mais pour beaucoup d’autres raisons. Ce qui s’était passé lors du couronnement, il ne l’avait pas du tout anticipé et n’en comprenait pas encore toute la portée. Il restait donc sur la défensive, et plutôt perplexe sur la signification d’une telle intrusion, et de l’identité de l’intrus en question.

« Un roi protège son peuple, du moins il fera de son mieux. Bien sûr, ne pas faire partie de ses sujets te permettait de ne pas assister à ce couronnement, et t’aurait évité des ennuis. »

Son ton était légèrement malicieux, mais le fond du propos était on ne peut plus sérieux. Oui, choisir une Cour, c’était aussi choisir la protection, d’un groupe et d’un roi. Mais pour commencer, ceux qui n’avaient pas choisi étaient en relative sécurité, par rapport à ce genre d’attaque. Même si en vérité, la chute des deux Cours ne serait que la porte ouverte à la chute de tous les autres Feys. Il glissa un regard en coin à Boyd quand le ton de ce dernier redevint amer. Il était comme le ressac de la mer, son humeur allant et venant telle la vague sur le sable. Man jugea bon de ne pas répondre à cela et reporta son regard sur l’horizon. En matière de Main de pouvoir, il ne pouvait pas se plaindre. Mais après tout, ils possédaient tous un don inhérent à leur nature, et parfois à leur personnalité. Le pouvoir de Boyd avait un aspect assez auto-destructeur mais qui saurait dire s’il s’était adapté à elle ou s’il avait gagné cette main parce que telle était sa nature ? Il fallait bien reconnaître en tout cas qu’à lui tout seul, il avait rendu le champ de bataille plutôt sanglant. Man sourit doucement cependant à la conclusion qui suivit.

« J’espère que tu choisis bien tes combats, dans ce cas. On en reviendra toujours à la liberté et au choix, finalement. Mais la seule vérité qui compte, c’est que le jour où on donne sa vie pour quelqu’un, on devient l’être le plus inutile qui soit. »

Ah, le sacrifice… Difficile de croire en la mort quand on était immortel face au temps et aussi résistant qu’eux face aux blessures. Les guerres étaient les meilleures piqures de rappel que les Feys ne résistaient pas toujours à un coup d’épée, tant il en mourait à chaque fois. Néanmoins, Man était un peu chatouilleux quand on abordait le thème du sacrifice de soi, après ce qui s’était passé avec Lizabeth. Son sourire se transforma en une moue fatiguée. Pourquoi les gens s’acharnaient-ils à toujours commettre les mêmes erreurs ?

« Notre prochaine bataille côte à côte, je t’assommerai avant qu’on en arrive là, tu peux compter sur moi. Les conséquences d’un sacrifice ne traversent jamais l’esprit de ceux qui les commettent. »

Commettre, oui, comme si c’était un crime, et c’en était un peut-être pour Man. Bien sûr, la question était délicate. Ne donnerait-il pas sa vie pour sa fille ? Pour Isleen ? Pour Morrigan ? Oui, bien sûr. Mais pas pour « les autres ». Et certainement pas, comme sa reine l’avait fait, pour tout le monde. Une vie contre toutes les autres, mais en vérité, la guerre, et la haine puis des années et des années. Aurait-elle vu l’avenir qu’elle se serait probablement abstenu d’un tel acte irréfléchi. Il inspira doucement, retrouvant son calme petit à petit.

« Et puis la mort, aussi tentante soit-elle pour nous, tant la Déesse s’occupe de nous, ne ferait que réjouir nos ennemis. »

Avait-il besoin de les nommer ? Oh, ils avaient tous une Némésis, probablement. Dans son cas, il pouvait presque entendre le ricanement d’Elatha dans son esprit. Lui faire ce plaisir ? Non, certainement pas.




 
out of the misty sea
But listen ! The sibilance of the sea weaves silences to tapestries of fear, the voices of the gulls grow urgent to the ear, eerie and eternal. At last, the THUNDER ! Such a sound, as though hell were opened and all the mountains fell.
©️ code : ellaenys. // quote : s.l. ingham pettit.  
Revenir en haut Aller en bas
THE CAIT SITH ∭ Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

Boyd E. Lowry

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 11/11/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 3162
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Q. Silvester Cavanaugh.
› L'AVATAR : Ewan McGregor.
› LES CREDITS : avatar by writerinafoxhole & gif from tumblr.
› LA COULEUR RP : hazel green (#617c58).

THE CAIT SITH ∭  Chaton, distributeur officiel de cookies, cupcakes et d'amour.

MessageSujet: Re: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   Sam 23 Avr - 7:30
I feel like staying here by the ocean
ft. Lucan & Eoghan

« Les ennuis, j'aurai pu les trouver ailleurs. Si sur le coup j'ai regretté d'être venu, ce n'est plus le cas maintenant. Il fallait au moins ça pour me faire réfléchir un peu et prendre conscience du choix que j'ai fait le jour où j'ai quitté Perth pour installer ma librairie ici. » Le libraire pouvait tout dire à Lucan, il n'avait pas peur de sonner comme une girouette ou un fou, car parfois, il se le demandait, c'était peut-être lié à son côté auteur, l'impression d'être toujours un peu tout et rien en même temps. Boyd savait qu'il ne perdait pas non plus complètement la tête, puisqu'il savait pertinemment se détacher de ses personnages et son écriture, d'ailleurs, il s'accordait des pauses entre chaque roman afin de reprendre un peu le pied sur la réalité, même s'il écrivait justement pour y échapper et pourtant tout en tentant de l'analyser. Esprit de contradiction ou peut-être simplement cet esprit libre qu'il se permettait de changer, d'évoluer dans ses choix et ses intérêts au grès de ses envies et ses humeurs. Dans tous les cas, s'il avait conscience de son état, il avait toujours un peu peur que ça ne sorte pas exactement comme il le souhaiter aux yeux des autres. Il avait un don pour être assez flou dans ses déclarations, encore ce côté de l'auteur et pourtant, il préféré délivré une vérité crue, sans trop la parer d'effet qui viendrait adoucir son opinion. Sauf, bien entendu lorsqu'il s'agissait de sa propre personne, comme l'avait si bien fait remarquer Lucan, Boyd avait tendance à se montrer des plus durs envers lui-même. Une fois n'est pas coutume, lorsqu'on exigeait autant des autres, ce n'était que naturel de l'être envers soit.

« J'ai vu ton Roi en action et je peux déjà te dire qu'il ne m'en faut pas plus pour me convaincre sur ce qui le préoccupera lors de son règne. » Les mots pour l'auteur, avaient une portée que beaucoup considéraient comme minime face aux actions, ce qui était justifié, mais pas totalement juste, parfois, les mots pouvaient être aussi violent qu'un coup de poignard et les Feys étaient bien placé pour connaitre le poids des mots. Néanmoins, ce soir-là, Cian affaiblit était retourné sur le trône, prêt à donner toute sa force et sa vie pour que le Sithin retrouve un éclat et fasse fuir les Sluaghs. Boyd ne connaissait pas Cian, mais il connaissait Morrigane, comme il connaissait Lucan, deux raisons pour faire confiance à sa première impression, que s'était bien pour les Feys, en tout cas, au moins pour les Unseelies qu'il était prêt à tout, qu'ils le veuillent ou non.

Justement, Lucan rebondissait sur la confession de son ami au sujet de son pouvoir, un léger rire s'échappant de sa gorge alors qu'il lançait un petit regard vers l'élémentaire.

« Donc, tu penses que ton Roi n'aurait pas dû retourner sur le trône et risquer sa vie pour nous sortir du pétrin ? Je ne pense pas que son geste fut inutile, certains sacrifices valent les risques qu'ils apportent. » Il était réellement reconnaissant envers Cian, même si au fond de lui, il savait où voulait en venir Lucan et bien entendu, il fallait éviter les sacrifices inutiles. « Si tu comptes m'assommer, ne te loupe pas et prépare toi au revers, je n'aime pas trop qu'on me coupe dans mon élan. » Prévenait-il avec un léger sourire amusé, son regard verre bouteille se plantant dans celui de l'élémentaire. S'il était sérieux, il ne pouvait pas s'empêcher d'avoir une lueur de reconnaissance briller dans son regard aux paroles de son ami, car s'était bien la première fois que quelqu'un menacé de lui mettre un coup s'il allait trop loin. Cela voulait dire au moins que Lucan tenait à lui et ce n'était pas une déclaration qu'il prenait à la légère. Peut-être si l'élémentaire lui avait fait ce genre de remarque plus tôt, il ne serait pas risqué de se vider de son sang ce soir-là au couronnement. En y pensant, il imaginait bien la réaction paniquée de son neveu s'il voyait dans quel état il était, heureusement, avec sa position, le Cait Sith Seelie ne viendrait pas lui rendre visite avant de s'être occupé des victimes du couronnement Seelie et dans quelques jours, tout signe de son excès d'utilisation de sa main serait effacé. Réalité qui lui permettait parfois de relativiser son pouvoir et décrocha un nouveau sourire sur ses lèvres alors qu'il détournait son regard un instant sur l'horizon avant de regarder l'élémentaire une fois de plus.

« Je n'ai pas vraiment envie de mourir, mais ce n'est pas quelque chose qui te viens à l'esprit dans ce genre de situation. On ne se sacrifie pas parce que la mort est une solution, mais parce que c'est un risque que l'on considère valable à prendre pour sauver ceux à qui on tient. » C’était admettre que les Unseelies, y compris les Sidhes, blessés du Sithin voulait dire quelque chose pour Boyd, malgré toute la colère qu'il avait dans son coeur. Ces mots n'étaient pas lui, mais d'une connaissance qu'il avait eu par le passé et il sentit un soupir d'émotion soulever sa poitrine. « Nos ennemis seraient aussi trop heureux qu'on se laisse abattre par cette situation, comme tu l'as dit si bien, toute victoire est bonne à prendre. » Il ne pouvait pas cacher son scepticisme dans cette affirmation, mais s'était plus fort que lui, mais il partageait sensiblement le même avis que Lucan sur la question, ne pas laisser leurs ennemis se satisfaire de les voir plier devant l'adversité. Boyd ne pouvait pas vraiment dire s'il avait un ennemi qui serait satisfait à l'idée de le voir céder sous la pression, la seule qui l'avait vu dans un état similaire s'était Elatha et connaissant le détachement de cette dernière à son égard, elle en aurait rien à faire, si ce n'est peut-être la frustration de n'avoir rien gagner en l'ayant connu. Sinon, personne d'autre, il avait vécu trop longtemps à l'écart du Songe pour avoir des ennemis, comme il avait peu d'amis,  il avait Lucan et Lòegaire, qui était aussi de sa famille.

En parlant de famille et dans l'esprit de tourner leur esprit vers des sujets un peu plus joyeux, Boyd cru que s'était le moment un peu de revenir sur cette fameuse progéniture dont le père avait omis de lui faire part l'existence.

« Dis-moi, Erina, elle ne date pas de ces dernières années, je soupçonne un oubli de ta part, mais tu ne m'en avais pas parlé. Tu es donc papa ! » Il riait doucement en donnant une tape amicale dans l'épaule de son ami. « Petit cachotier, va ! Raconte-moi un peu, vous vous êtes retrouvés ici ? »



seeking the antidote for
the emptiness of existence
It's a dangerous business, going out your door. You step onto the road, and if you don't keep your feet, there's no knowing where you might be swept off to..J.R.R. TOLKIEN

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan   
Revenir en haut Aller en bas
 

I feel like staying here by the ocean ✒︎ Lucan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» A drop in the ocean ; Sutton
» Rosemary > Can you make it feel like home ?
» Sahara ▬ I feel so close to you right now, it's a force feel [DONE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AES SIDHE › fáilte a thaistealaí thuirseach. :: Autumn Court : Douglas
Cúirt fhómhair
 :: La Périphérie :: Autres
-