AccueilAccueil  Tumblr Aesien  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Ce qu'il y a de nouveau

La vidéo

Les Prédefs attendus


Partagez | 
 

 What is the son but an extension of the father? [PV Nuada - TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SON OF WAR ∭ Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

Liam K. O'Halloran

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 09/10/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4175
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Tomas Ó Dochartaigh
› L'AVATAR : Dylan O'Brien
› LES CREDITS : Tumblr, essentiellement
› LA COULEUR RP : Vert Olive

SON OF WAR ∭  Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

MessageSujet: What is the son but an extension of the father? [PV Nuada - TERMINE]   Dim 3 Jan - 0:38
What is the son but an extension of the father?
ft. Nuada & Kean
Le choc.
Je me sens assommé. Complètement assommé. Comme si j'avais pris une énorme poutre de chêne, maniée par un géant, en plein sur la tête. Les grands Seigneus Sidhes ont fait leur choix et la couronne des Seelies retourne à Dagda. Je ne peux même pas prétendre que je suis étonné... Ça n'est pas comme s'il y avait eu foule de prétendants crédibles. Sauf que je n'avais pas compris ce que ça allait signifier jusqu'à ce que la nouvelle tombe. Le Sidhe qui va être à la tête des Seelies est celui qui a fait assassiner sa femme, ma mère. Je vais appartenir à la Cour d'un Sidhe qui a fait trucider une femme qui attendait des jumeaux. Mon Roi sera un Sidhe à cause duquel je suis mort avant même d'être né.
Et c'est juste impossible...
Trop c'est trop.
Danu... Quelle épreuve est-ce que tu m'imposes encore ? Est-ce que le reste de mon existence n'était pas une épreuve suffisante ? Ai-je vraiment besoin de ce test supplémentaire ? Les doigts dans les cheveux, je tire mes mèches brunes, espérant presque que la légère douleur me permettra de trouver une réponse. Bien évidemment, cela ne suffit pas et sans même avoir le temps de finir ma pensée, je pars en courant. Hors du Sithin Seelie, hors des terres de la Lumière. J'ai besoin de quitter ces lieux, de m'éloigner de cette Cour qui devient encore plus inhospitalière qu'elle ne l'était. Je cours, cours et cours encore, direction le seul endroit sur cette île où j'ai encore l'impression de trouver un semblant de paix. La forêt féérique me parait presque familière désormais, et j'ai l'impression d'en connaitre tous les recoins. Et c'est donc avec une facilité déconcertante que je rejoins le Nemeton. Je m'effondre à ses pieds et halète, les poumons en feu et le souffle court. J'ai mal dans la poitrine et je n'ai pas besoin de poser la main sur ma poitrine pour savoir que si mon coeur bat à un rythme effréné, ça n'est pas que à cause de l'effort. Je n'en peux plus... C'est trop... Trop de complications, trop de déceptions... Cette Cour que j'ai choisi presque malgré moi et à laquelle je suis restée fidèle même si elle m'a couté ma famille vient de me trahir à son tour....

- Grande Déesse, que dois-je faire ?

Interdit d'entrée chez les Unseelies, incapable de remettre un pied chez les Seelies maintenant que ce nouveau Roi a été désigné, je me retrouve sans allégeance... Le pire du pire pour un Sidhe, même moi je le sais, même moi je le sens. Je suis seul. Exilé avant même d'avoir quitté l'île. Quel autre avenir pour moi, à part un départ ?
Je gémis et pose une main sur l'écorce ancestrale du Nemeton. L'Arbre se meurt mais sa force est encore là, douce sous les écailles épaisses, elle pulse pour qui la cherche et sait la sentir et j'y puise un peu de la sérénité dont j'ai besoin pour ne pas complètement perdre les pédales. A l'instant où j'ai quitté le Sithin Seelie, je l'ai senti. Je n'appartiens plus à la Cour de la Lumière. Une porte s'est refermée à l'intérieur de moi et même si c'est certainement plus psychologique que réellement magique, le résultat est le même. Je me sens comme une pièce isolée d'un puzzle. Seul. Abandonné, une fois de plus mais cette fois, c'est de mon propre fait, même si j'y ai été poussé par un nouveau coup du destin.

- Aidez-moi... Envoyez-moi un signe, n'importe quoi... Je ne sais plus quoi faire...

J'ai conscience que l'Arbre ne pourra pas me répondre mais alors que je prends une longue inspiration, j'ouvre grand les oreilles et j'ouvre grand mon coeur, en espérant que quelque chose se passe. Que Danu me dira quoi faire. Parce que pour le moment, je n'ai d'autre choix que l'Exil et même le piètre Sidhe que je suis est terrifié à cette simple idée. Je ne veux pas quitter Ellan Vannin. Je ne veux pas quitter Naeve que je viens juste de retrouver.
Je veux retrouver ma famille...

- Qu'est-ce que j'ai fait....

Pourquoi ai-je si bêtement refermé la porte aux propositions de Morrigan... Pourquoi est-ce que j'ai été aussi têtu alors qu'elle avait manifestement raison ? Quelle Cour peut élire à sa tête un Sidhe qui a fait assassiner sa femme ?
Je regrette... Je regrette tellement...

Ma gorge se serre et alors que je m'interroge sur l'intérêt de mon existence dans ce monde, j'entends un bruissement qui me pousse à lever les yeux. Je n'ai certainement pas besoin d'un public alors que je suis dans un tel état de vulnérabilité ! Un geste vif du poignet pour essuyer des larmes potentielles et je me redresse, sans détacher mes paumes de l'arbre qui est pour l'heure, mon seul soutien contre la folie qui me guette.
C'est une blague ?
Il ne manquait plus que ça !

Devant moi, il est là. Celui à qui je ressemble tant.
Nuada.
Mon père.
Le Sidhe qui me renie sans même me connaître.
J'enrage, mais en même temps, qu'est-ce que ça fait mal !



But she might hold him. That was all that mattered now. To hold him. To hold him. Not to let him go. Make him stay.  — quote : Ernest Hemingway / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: What is the son but an extension of the father? [PV Nuada - TERMINE]   Dim 3 Jan - 19:15
Tel père, tel fils.
Nuada+Kean

« Non. » Avançant en utilisant de grandes enjambées, Nuada tentait de semer désespéramment l'ambassadeur du Seigneur de la Maison Balor. Aussi maladroit qu'il l'était, le pauvre Noble manquait à chaque fois de se faire arracher sa longue cape par les quelques branchages sur leur chemin. Nuada, bien plus grand que l'autre Sidhe blond à la peau pâle tentait vraisemblablement de le semer. Un énorme livre dans la main, le Noble tenta d’accélérer le pas tandis que sa voix se faisait plaintive. « Mais c'est bientôt ! Il faut qu'on s'en occupe.. Mon Seigneur.. » Nuada s'arrêta net, si sèchement que le Noble lui rentra dans le dos, son nez entrant en contact avec le fourreau qui tenait Terreur Mortel. Il émit un bruit étouffé et se frotta le bout du nez de sa main. D'un demi-tour franc, Nuada lui fit face et lui lança un regard plus ou moins orageux. « Je n'ai pas envie qu'on prenne mes mesures pour une tenue.. Je ne porte pas de cape, je ne porte pas de bijoux, je ne porte pas de mousseline.. Je suis un homme. » La situation virait presque au comique tandis que le Noble fronça son nez et soupira. « Mais il faut une tenue pour la cérémonie, une tenue royale, une tenue qui plaira à toutes les Maisons. Vous le savez, il va falloir faire des efforts. » Nuada leva la main, et l'autre en face prit visiblement peur : ses épaules s'affaissèrent, ses yeux se plissèrent, il attendait le coup. Mais le Sidhe n'en fit rien, son index se posa sur le front de son vis-à-vis, le poussant légèrement. « J'ai dis non. Maintenant laisse-moi. »

Se détournant de son poursuivant, Nuada reprit sa route, laissant le Noble comme un abruti au milieu du sentier. « Ca va encore être de ma faute. » marmonna l'Ambassadeur en partant dans la direction opposée. Enfin, Nuada était enfin libre de faire ce qu'il était venu faire. Porter une tenue royale, non mais n'importe quoi.. Lui mettre une cape, rien de plus pénible pour se battre. Il avait ses propres vêtements, il ne voyait pas l'utilité de se déguiser parce qu'on lui mettait une couronne sur la tête. Ah pour désobéir, il savait bien le faire mais pour jouer au Bourgeois il ne fallait pas compter sur lui. Déjà qu'on lui avait demandé de ne pas emmener son arme au couronnement, comme s'il l'avait déjà laissé loin de lui. Même en allant prendre sa douche il la laissait à portée de main. Cette histoire commençait sérieusement à lui taper sur le système, mais vraiment.. En attendant, il était venu au Nemeton pour méditer, comme il devait le faire avant le couronnement. C'était un principe archaïque mais un principe bien ancré pour certains Feys, surtout les plus vieux. Nuada avait besoin d'un tête à tête avec sa Mère, il avait besoin de se retrouver seul avec elle et ses pensées. Il avait besoin de s'éloigner de toute cette folie qui le rendait chèvre.

Pour sûr, il n'aurait pas imaginé que quelqu'un serait dans les parages : peu de Feys venait ici, et encore moins durant cette période froide de l'année même si le Nemeton gardait encore de sa splendeur.. il n'en était pas moins entrain de mourir pour une raison inconnue. Entre le retour des Vampires, l'arrivée des Druides ou encore des Drows, tout était possible pour donner une explication à ce qu'il se passait sur l'île. Avançant dans un bruit fin de cliquetis métalliques venant de ses larges bottes, il vit l'arbre, les feuilles, le tronc.. et une silhouette qui se retourna. Il n'était pas seul ce qui le fit grincer des dents. Mais rapidement, la silhouette prit une forme plus concrète : il ne connaissait pas ce Fey mais il était Sidhe, il était Sidhe et quelque chose de familier émanait de lui. Nuada ne savait pas s'il l'avait déjà rencontré mais cela était grandement probable. Non, il ne se reconnaissait pas en lui, peut-être parce qu'il s'était mis un magnifique voile devant les yeux ou alors qu'il n'était pas capable de sentir un fils quand il se trouvait à portée de voix. Ses yeux étaient rouges, ainsi que ses joues, ce n'était pas le froid.. ils étaient insensibles.. mais cela ne pouvait être que de la tristesse. Il avait pleuré. Nuada ne se souvenait plus de la dernière fois qu'il avait versé des larmes.. ou si, quand il avait tenu le corps sans vie de Morrigan dans ses bras. C'était la première et dernière fois qu'il avait versé des larmes.

Finalement, Nuada ne prononça aucun mot, pas un bonjour, pas un geste de bonne volonté dirigé vers l'inconnu. Il le laissa là où il était, se dirigeant un peu plus loin pour avoir son moment de paix et de sérénité. Son fils à quelques pas de lui et il ne le reconnaissait pas.. c'était plausible, surtout quand on avait la tête ailleurs ou encore qu'on ne l'avait jamais vu de sa vie. Il n'avait pas plongé ses yeux dans les siens, il n'avait pas fait l'effort de vraiment le regarder. Si Kean devait pleurer, il allait pouvoir le faire parce que son père n'avait pas fait attention à lui.  



Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
SON OF WAR ∭ Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

Liam K. O'Halloran

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 09/10/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4175
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Tomas Ó Dochartaigh
› L'AVATAR : Dylan O'Brien
› LES CREDITS : Tumblr, essentiellement
› LA COULEUR RP : Vert Olive

SON OF WAR ∭  Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

MessageSujet: Re: What is the son but an extension of the father? [PV Nuada - TERMINE]   Lun 4 Jan - 13:10
What is the son but an extension of the father?
ft. Nuada & Kean
Quand je suis près du Nemeton, il m'arrive souvent de perdre la notion du temps, d'oublier les heures qui passent, alors que je me gorge jusqu'à plus soif de l'énergie, certes défectueuse mais malgré tout apaisante, de l'Arbre séculaire. Cette fois pourtant, le détachement que je ressens est à mille lieux de ce que je ressens d'habitude. Cette fois, ça n'est pas comme si j'étais hors du temps, comme si je n'avais absolument rien à faire du monde autour de moi. Cette fois, alors que Nuada vient de faire son apparition dans la clairière, j'ai plutôt l'impression que le temps s'est figé. L'espace entier est comme fixé dans la glace. Une glace qui, au passage, s'est saisi de mon cœur. Pendant quelques secondes, pendant que nos regards se croisent, il arrête de battre avant de repartir de plus belle quand le Sidhe, mon père, se détourne de moi pour mener sa petite vie dans son coin, sans plus se soucier de mon existence.
Ça tambourine dans ma poitrine, tellement fort que ça me fait mal. Et une fureur glacée me traverse, des pieds à la tête, me faisant serrer les poings jusqu'à ce que mes ongles se plantent dans mes paumes, à en faire couler le sang. J'entends même mes dents grincer tant mes mâchoires se pressent l'une contre l'autre l'autre. J'ai envie de hurler, de rage, de frustration, d'injustice, et de lui lancer une pierre à la figure avant de me rappeler, à la dernière seconde, qu'il n'a aucune idée de qui je suis. On se ressemble comme deux gouttes d'eau mais je veux bien admettre que sans savoir ce qu'on cherche, on puisse passer à côté. Ça n'en est pas moins insupportable mais ça a le mérite de retenir ma main et ma colère.
Et comme si j'étais assis sur un yoyo émotionnel - ça m'arrive souvent, ces derniers temps - la fureur reflue, aussi vite qu'elle est arrivée, pour être remplacée par l'intense détresse que je ressentais avant que mon père ne débarque. Je le regarde faire le tour du Nemeton sans m'accorder la plus petite attention. Il ne semble pas particulièrement réjoui par l'idée d'être bientôt couronné Roi des Unseelies et je ne peux même pas dire que ça m'étonne ou que ça ne m'étonne pas parce que je n'en ai aucune idée. Ce Sidhe qui se tient à quelques pas de moi, je ne le connais pas. Je sais ce que tout le monde sait de lui, son histoire, son talent de guerrier, sa place dans la Garde de la Reine. Je sais aussi, ce qui est bien plus secret, que son Grand Amour est ma mère et que pour ça, ils ont subi la colère de Dagda.
Ce qui me ramène à la raison de ma présence ici, à mon désarroi, ma colère, de m'être retrouvé contre mon gré sous la coupe d'un Roi Seelie que je refuse. Je me redresse alors, forcé de faire un choix, contraint de faire un effort. Obligé d'aller vers un Sidhe qui, selon tout ce que j'en sais, risque très probablement de m'envoyer paitre. De peut-être même vouloir s'attaquer à moi. Je n'ai pas vraiment peur de ses armes. Je sais qu'il est bien plus fort que je ne le suis et que je ne le serai certainement jamais, mais je ne crains pas de mourir sous ses coups. Je n'ai plus peur de quitter cette existence, encore moins depuis une heure alors que j'ai renoncé à mon appartenance à la Cour Seelie sans avoir de solution de repli.

Alors je prends une profonde inspiration, me redresse en serrant les poings, m'assure que mon apparence n'est plus faussée par la moindre trace de Glamour et m'approche du futur Roi en l'interpellant par un nom que peu lui connaissent :

- Nuada.

Je déglutis et enchaine, presque certain d'avoir ainsi gagné toute son attention.

- Le moment est probablement mal choisi mais il n'y aura jamais de bon moment.

Ma voix n'est pas aussi assurée que j'aimerais qu'elle le soit, mais alors que je parle, j'ai encore en tête les mots durs comme l'acier prononcés par Morrigan, son ton tranchant. Et dans le cœur, la certitude que quoi que je dise, l'échange que je lance se passera mal.

- Je m'appelle Kean. Et dans le cas où Morrigan n'aurait pas eu le désir de vous avertir, je suis votre fils. Génétiquement, en tous cas...

Loin de moi l'idée de penser qu'il m'acceptera comme un fils. Mais maintenant, les choses sont dites. Ma destinée est désormais, et une fois de plus, dans les mains de Danu.



But she might hold him. That was all that mattered now. To hold him. To hold him. Not to let him go. Make him stay.  — quote : Ernest Hemingway / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: What is the son but an extension of the father? [PV Nuada - TERMINE]   Mer 6 Jan - 21:43
Tel père, tel fils.
Nuada+Kean

Nuada était loin, très loin d'avoir compris qui était ce Sidhe qu'il avait à peine regardé. Il était là pour une raison et, comme à son habitude, il ne s'écartait pas du chemin qu'il avait tracé à l'avance. Il avait besoin de temps pour lui, de temps pour remettre les choses en ordre, de temps pour prier une Mère qui avait visiblement quelques plans pour lui. Un destin qu'il n'appréciait pas. Il avait failli être Roi, il y avait bien longtemps quand les Cours avaient été créées, quand il avait été vendu par David à Lizabeth. Cela ne l'avait pas dérangé à l'époque d'être un simple Consort capable de gravir les échelons à la seule condition de mettre la Reine Unseelie enceinte. Six mois, c'était tout le temps qu'on lui avait donné pour lui faire un enfant.. et il avait appris quelques semaines avant qu'il avait réussis mais que Lizabeth n'avait eu aucune intention de partager son trône avec lui, tuant sa progéniture avant même qu'elle puisse voir le jour. On lui avait fait croire qu'il ne pouvait pas avoir d'enfants et après le drame qu'il avait subi avec Morrigan, il n'avait jamais essayé de recommencer. Bon, déjà parce qu'il n'avait plus eu le droit à quelques rapports quelconque sous le règne de Lizabeth et aussi parce qu'il pensait dur comme fer que l'infertilité l'avait touché lui aussi. Puis, le temps avait fait effet.. le refroidissant, l'enfermant dans un état de stase où il n'existait plus, où il ne pensait plus. Quand Morrigan était revenue, il avait enfin réussit à respirer.. jusqu'à ce qu'elle lui apprenne qu'il avait une fille. Ah, cette annonce avait changé sa vie : il avait eu un enfant avec son âme sœur, il avait une descendance. Mais la joie fut supplantée par la peine : une enfant qu'il ne connaissait pas et qui ne le connaissait pas, une enfant qui n'était pas la sienne.. pas vraiment. Éduquée loin de lui, il n'avait été à cet instant qu'un géniteur vivant dans les contes que sa mère lui avait raconté en deux milles ans. Il ne l'avait jamais dit à Morrigan, mais l'existence de Saoirse l'avait peiné plus que réconforté, égoïstement.. Elle n'allait jamais être sa fille, en tout cas, pas vraiment.

Puis, il y eut cette autre annonce. Un fils. Même situation que Saoirse, mêmes pensées morbides, mêmes élans de peine insoutenable qui fut décuplée quand il apprit que sa chair et son sang n'était rien d'autre qu'un Seelie. Ses enfants, les seuls qu'il n'avait jamais eu, étaient de parfaits inconnus qui avaient réussis à lui briser le cœur sans même le savoir. Ainsi, Nuada s'était refroidi, repoussant ses émotions loin dans son être pour ne pas se laisser envahir. Il ne voulait pas de cette vie, il ne voulait pas faire le moindre effort et pourtant, il l'avait promis à Morrigan. Il avait promis de réfléchir, il avait promis de prendre sur lui quitte à se mentir pour ne pas lui causer de peine. Elle voulait une famille et, si elle ne le lui avait pas dis clairement, il le savait. Alors cette rencontre hasardeuse risquait de mal finir, simplement parce que Nuada était encore perdu.. Pourtant, ce fils Seelie n'avait pas attendu quelques mois dans leur éternité pour venir à sa rencontre. Il était là, en sa présence et il s'approchait de lui tandis qu'il ne le reconnaissait toujours pas. Cependant, l'entente de son nom de Dieu lui arracha une grimace et zébra son regard tricolore de traits immaculés et dorés. L'attention de Nodens se porta sur l'impertinent. Ce nom lui était douloureux, ce nom lui rappelait trop le passé et ce nom ne pouvait être prononcé que par certaines personnes bien particulières : ses frères, ses amis proches et la femme qu'il aimait.

Silencieux, il jaugea le Sidhe de la tête aux pieds. Les traits de son visage lui étaient toujours aussi familiers mais il était à présent persuadé de ne l'avoir jamais croisé. La couleur de ses cheveux et ses yeux. Ses yeux si identiques aux siens. A ce moment précis il ne savait pas ce qu'il ressentait : de la colère, de la haine ou de la peur. Une peur viscérale d'avoir raison. Une terreur sans nom qui envahissait tout son être. Nuada n'avait jamais eu peur, jamais. Sur le champ de bataille, il avait toujours été parfaitement confiant en ses capacités.. mais face à ce type à l'allure familière, les choses étaient bien différentes. Ses craintes se confirmèrent alors : c'était Lui. L'Autre Seelie. Celui qui avait réussit à causer la peine de ses deux parents sans que ces derniers n'aient jamais eu consciences de son existence. Sort cruel et malédiction infâme. La première chose que Nuada voulut faire était de lui en coller une, à cet Autre mais il n'en fit rien. Il restait stoïque à l'image d'une statue de marbre qui ne montrait aucune émotion, aucune envie particulière. Seule sa respiration lente prouvait qu'il était bien fait de chair et de sang. «  Qu'est-ce que tu veux ? » Les premiers mots qui s'échappèrent de ses lèvres semblaient contenir toute la hargne du monde. Car oui, Nuada ne savait pas s'adonner à la tristesse, il la remplaçait par de la colère.. pure et dure. Il avait promis à Morrigan de ne pas lui couper la tête, ni de lui trancher la gorge et de rester calme en toute circonstance. Il ne pouvait se défaire d'une promesse, il était Fey. « Je croyais que Morrigan avait été claire. » Oui, elle lui avait tout dit, évidemment qu'elle l'avait fait. Ils partageaient autant qu'ils le pouvaient, ensemble parce qu'ils n'avaient jamais pu le faire auparavant. Pourquoi était-il venu à sa rencontre ? Que cherchait-il donc à faire ? Avait-il été envoyé par quelqu'un ? Dagda peut-être ? Pourquoi cherchait-il à torturer ses parents ? Comme s'ils n'avaient pas déjà assez subis ainsi.   



Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
SON OF WAR ∭ Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

Liam K. O'Halloran

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 09/10/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4175
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Tomas Ó Dochartaigh
› L'AVATAR : Dylan O'Brien
› LES CREDITS : Tumblr, essentiellement
› LA COULEUR RP : Vert Olive

SON OF WAR ∭  Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

MessageSujet: Re: What is the son but an extension of the father? [PV Nuada - TERMINE]   Jeu 7 Jan - 14:24
What is the son but an extension of the father?
ft. Nuada & Kean
Par Danu, que cette famille est improbable... Si on m'avait dit, il y a encore quelques semaines de ça, que j'allais un jour me trouver face à mon père biologique en étant le seul à savoir qui j'étais, je n'y aurais pas cru... Mais la Déesse s'ennuyait manifestement quand elle m'a planté dans les entrailles de Morrigan parce que depuis ma naissance, mon existence n'est qu'un vaste n'importe quoi ! Il y a quelques semaines, je croyais encore le mensonge que me raconte Ethel depuis mon plus jeune âge. Celui qu'elle m'a raconté jusqu'à disparaitre sans laisser de traces il y a pas quelques siècles de ça, en tous cas ! Et voilà que je découvre qu'en fait, je suis le seul à savoir que j'existe ! Vous parlez d'une histoire...
Et jusqu'il y a quelques minutes, je n'avais aucune certitude concernant ce que savait Nuada. Ce que je sais, désormais, c'est que si je veux que ma tête reste collée à mes épaules, j'ai intérêt à éviter de l'appeler à nouveau par ce nom, même si je suis maintenant certain d'avoir toute son attention.
Ce que je sais aussi, c'est que Morrigan avait manifestement évoqué mon existence puisqu' à l'instant où je prononce mon nom, son air déjà grave et hostile se transforme brusquement en une rage à peine contrôlée. C'est vraiment dérangeant de voir des yeux presque identiques aux miens lancer ainsi des éclairs. Parce qu'il n'y a aucun doute sur l'hérédité, en ce qui nous concerne... C'est vraiment déstabilisant.
C'est même bien plus déstabilisant que l'évidente haine que je lui inspire. Celle là, je m'y étais attendue, grâce aux gentilles explications que m'avait données Morrigan avant de m'abandonner à nouveau en me traitant de fils indigne et de Sidhe de pacotille. C'est dur de regarder Cian me détester instantanément, sans me laisser la possibilité de me justifier, mais ça n'est pas inattendu. Ca n'est pas inattendu mais l'intensité de son hostilité me fait trembler quand, en quelques mots seulement, il me fait comprendre que ma présence n'est pas la bienvenue, que ma simple existence n'est pas la bienvenue ! Comme si on m'avait demandé mon avis ! Est-ce que j'ai demandé à naitre dans cette famille moi ? Non ! A être enlevé et effacé de tous les souvenirs de tout le monde ? Non ! Bon... Pour avoir envoyé paître Morrigan alors qu'elle me suggérait - sans subtilité certes, mais sans agressivité - de réfléchir à la possibilité de changer de Cour, ok, peut-être que là, j'ai réagi avec un peu trop d'impulsivité. Mais j'ai été pris au dépourvu et c'est pas facile d'envoyer bouler 2000 ans de fidélité, même mitigée, à une Cour. Tout ça pour dire que quand Cian me crache métaphoriquement dessus avec son ton plus que glacial, je suis en colère. Une colère digne de tous les adolescents des séries télévisuelles humaines, certes, mais une colère sincère tout de même. Ma peau se met à luire doucement, malgré moi, sans que je puisse rien contrôler.

- Morrigan a été très claire sur ce que vous penseriez de moi sans même m'avoir jamais adressé le moindre mot, en effet.

Et oui, aussi infantile que ce soit d'en être furieux, je trouve ça très injuste d'être rejeté pour un choix que j'ai fait il y a deux millénaires. J'admets que je n'aurais pas dû repousser Morrigan d'emblée mais elle ne devrait pas m'en vouloir autant pour avoir hésité. Ok, pour avoir été plus buté qu'un âne... Mais Cian n'était pas là et d'après ce que j'ai compris, il m'aurait traité de la même façon avec ou sans l'intervention de Morrigan.

- Je suis arrivé le premier et à moins d'avoir un don de double-vue, ce qui n'est pas le cas, je ne pouvais pas savoir que vous alliez débarquer. Je ne veux donc rien de vous et vu la façon dont vous me regardez, je sais que je ne pourrai jamais rien attendre non plus.

Bizarrement, ça ne change pas grand chose à ce que j'ai pensé pendant deux mille ans. J'ai toujours cru que Nuada ne voulait pas de moi. Les circonstances sont différentes mais les résultats sont identiques : il me méprise et le fera jusqu'à sa mort. Mais au moins maintenant, il peut me le dire en face et je ne culpabiliserai pas en pensant que le nourrisson que j'étais avait fait quelque chose de mal. Il me hait pour ce que je suis ? Très bien. Maintenant c'est clair.
Et puis ce n'est pas comme si j'allais devoir subir ce mépris pendant longtemps. L'exil m'attend, après tout... Je prends une longue inspiration et tente de repousser l'excès de pouvoir qui circule en moi. Une main sur la garde de mon épée je ferme les yeux, adresse une prière à Danu et recule d'un pas, avec l'intention d'aller me recueillir encore un peu auprès du Nemeton. La présence de mon père ne m'empêchera pas de trouver la paix que je venais chercher.





But she might hold him. That was all that mattered now. To hold him. To hold him. Not to let him go. Make him stay.  — quote : Ernest Hemingway / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: What is the son but an extension of the father? [PV Nuada - TERMINE]   Dim 10 Jan - 2:04
Tel père, tel fils.
Nuada+Kean

Il avait prononcé son nom, il avait voulu de l'attention et il l'avait, entièrement. Pourtant, cette interpellation n'avait eu aucune finalité, aucun but précis. Kean avait souhaité que son père sache qui il était, rien de plus, rien de moins. Le problème dans l'histoire était les réactions du Sidhe qui se trouvait face à lui : les émotions ne pouvaient se cacher et les mots sortaient avec avidité. Nuada ne comprenait pas, il ne comprenait pas pourquoi Kean cherchait tant l'approbation d'une famille à qui il a tourné le dos. Car oui, dans l'histoire, Nuada n'y était pour rien : il y a quelques mois encore il pensait que Morrigan était morte et continuait d'aller sur sa tombe. Il n'était pas un père qui rejetait ses enfants, c'était eux qui l'avaient rejeté. Dure réalité, dure vérité. Saoirse n'était jamais venue vers lui, les interdictions d'une mère avaient été écoutées et son fils n'avait pas pris la peine de se montrer non plus. Il avait vécu dans le mensonge et le silence, aucun membre de sa supposée famille ne s'était approché de lui. Alors, qui était réellement Kean pour venir se pointer sous son nez en jouant l'effarouché et celui qui avait été trahi ou blessé d'une quelconque manière ?

«  Ce que je pense de toi ? Oh mais non, tu es très loin d'imaginer ce que je pense de toi. Tu es un lâche. Tu penses être celui qui a été le plus brutalisé par les semi-vérités ou les manipulations ? Remets-toi, certains n'ont pas eu autant de chance que toi. Laisse moi deviner, tu savais qui étais ta mère et qui j'étais. Mais as-tu eu l'ombre d'une envie de te présenter à elle ou à moi ? Non, il ne me semble pas. Tu as été volé à la naissance, volé.. tu imagines ce que Morrigan peut ressentir en ce moment ? » Les sourcils froncés, Nuada n'arrivait tout simplement pas à garder son sang froid face à ce fils qu'il considérait comme proprement indigne. Il avait fait souffrir sa mère et il essayait de faire quoi ? Souffrir son père au passage ? Finalement, Nuada se mettait à soupirer. Il était fatigué d'être en colère contre le monde entier, fatigué de se battre constamment avec ceux de son sang. Ses frères, maintenant ses enfants, c'en était trop.

« Ouvre un peu les yeux, regarde ce que les Seelies ont fait de toi. C'est une Seelie qui t'a manipulé, une Seelie qui t'a arraché à ta mère et ta sœur à peine tes premiers cris lancés, encore une Seelie qui t'a fait croire des choses qui n'étaient que des malversations. Tu t'étonnes que je ne te fasse pas confiance ? Tu as été élevé.. par elle. » Nuada détestait Ethel et il avait bien des raisons de ne pas la supporter : elle avait transformé son fils en Seelie. Soit, il aurait pu accepter la situation dans d'autres circonstances mais il allait être couronné Roi des Unseelies.. jamais les Maisons Nobles ne l'autoriseraient s'ils savaient que Nodens avait un fils chez les Seelies. Si ce dernier n'était pas capable d'avoir un sang pur Unseelie, il ne pouvait pas régner. Alors non, les choses n'étaient pas aussi simples qu'on pourrait le croire. « Je t'aurais accepté, je t'aurais montré une autre manière de voir le monde si seulement tu étais venu vers moi Kean, mais tu ne l'as pas fait. Non. Tu as attendu et tu es resté fidèle à une Cour qui ne porte aucune valeur. Comment veux-tu que je réagisse ? Hm ? Je vais être Roi des Unseelies et tu es Seelie, tu ne peux pas être autre chose que mon ennemi. »

Avait-il terminé ? Oui, bien sûr qu'il avait terminé. Lui qui n'aimait pas parler avait laissé de côté ses habitudes pour tenter de faire comprendre à Kean qu'il y avait du blanc et du noir pas la moindre once de gris. Il était ainsi, manichéen dans l'âme. Il ne savait pas ce qu'était le juste milieu, il aimait ou il détestait, il acceptait ou il rejetait. A l'heure actuelle, il ne pouvait pas accepter un fils qui mettait en danger tout un Sithin rien qu'en étant dans le camp adverse. S'il cherchait la paix, il pouvait à présent l'avoir car Nuada n'avait plus rien à lui dire. Il avait juste envie d'aller se terrer dans un coin et ne plus bouger pendant plusieurs heures. Il avait presque envie d'aller frapper sur quelques Gardes en simulant un entraînement.. malheureusement, il n'avait pas le temps pour ça. Dans toute cette histoire, le plus chanceux avait été Kean qui avait eu droit à un discours de la part de Nuada, un discours qu'il n'avait eut aucune intention de faire quand il avait posé les yeux sur lui et qu'il avait compris qui il était.. Mais les surprises arrivaient par moment, et c'en fut une. Peut-être qu'au fond de lui, il ne détestait pas autant que ça ses enfants, peut-être qu'il avait besoin de les connaître et qu'ils puissent le connaître en retour.. peut-être que non, peut-être qu'il s'en foutait. En fait, il n'en savait rien, c'était brouillon, incohérent, contradictoire et c'était foutrement pénible.  



Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
SON OF WAR ∭ Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

Liam K. O'Halloran

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 09/10/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4175
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Tomas Ó Dochartaigh
› L'AVATAR : Dylan O'Brien
› LES CREDITS : Tumblr, essentiellement
› LA COULEUR RP : Vert Olive

SON OF WAR ∭  Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

MessageSujet: Re: What is the son but an extension of the father? [PV Nuada - TERMINE]   Dim 17 Jan - 18:29
What is the son but an extension of the father?
ft. Nuada & Kean
J'aurais mieux fait de lui tourner le dos. Ça serait allé à l'encontre de tous mes instincts, surtout face à un soldat de la trempe de Nuada, mais ça m'aurait permis de ne pas être le témoin de toute cette colère dans son regard. Peut-être même qu'il aurait été furieux de ma stupidité - en plus du reste - pour avoir envie de m'éliminer et l'Exil n'aurait plus plané au dessus de ma tête comme un affreux futur. Mais mettons ces désirs pseudo-suicidaires de coté, l'intensité de ce qui se trouve dans son regard est bien plus intéressante. La colère semble se disputer la place avec la lassitude et un soupçon de mépris, ou de condescendance. Je ne connais pas Nuada assez intimement pour pouvoir interpréter parfaitement ce qui flotte dans ses yeux tricolores mais je ne suis pas assez naïf pour ne pas comprendre. Il n'y a pas que de la haine, dans ce regard. La confirmation arrive rapidement, quand il se décide à ouvrir la bouche. J'avais envie de l'entendre, avais envie d'écouter ses justifications, sa colère, peut-être mêmes ses incompréhensions, ses doutes. J'avais envie, mais maintenant qu'il parle, je préfèrerais largement qu'il se taise !
Voilà que je passe de Seelie - une tare suffisante, apparemment - à un lâche qui ne devrait pas se plaindre et qui cause qui des douleurs à sa mère ! Est-ce que j'ai prétendu ne pas comprendre que Morrigan aussi, puisse se sentir trahie par la situation ? Je me doute bien qu'elle aussi est perdue ! Notre seule et unique rencontre s'est affreusement mal terminée mais pendant quelques instants, j'ai senti ses regrets, senti qu'elle aurait aimé m'avoir eu auprès d'elle pendant toutes ses années. Qu'elle soit finalement partie comme une tornade furieuse n'empêche pas qu'elle était aussi une tornade blessée. Je lui en veux de ne pas m'avoir laissé plus de temps, de ne pas avoir compris qu'elle m'avait trop surpris pour que je puisse réfléchir correctement, de ne pas avoir souhaité pardonner ma bêtise. Je lui en veux, mais pas assez pour ne pas reconnaitre qu'elle aussi a souffert et que nous avons tous été trahis, dans cette affaire. Par Ethel.
Je peux comprendre que Nuada se soucie du bien-être de Morrigan, elle est son Grand Amour, après tout. Mais il ne réfléchit manifestement pas assez loin pour essayer de me comprendre moi. A-t-il seulement idée de la façon dont j'ai grandi ? Non. Parce que sinon, il comprendrait que je n'aie pas cherché à les rencontrer, lui et Morrigan. J'ai grandi dans un mensonge, avec la certitude qu'ils ne voulaient pas de moi. Peut-être que j'aurais du essayer de les rencontre, ne serait-ce que pour une confrontation, peut-être que j'ai effectivement été lâche, mais Ethel s'était montrée très convaincante dans ses explications ! Et je n'avais aucune raison de ne pas la croire, à ces moments là...

D'ailleurs, lui aussi semble se souvenir que tout ça, c'est la faute d'Ethel, puisque avant que j'aie pu commencer à me justifier, il soupire et embraye sur mon éducation Seelie, apparemment la pire catastrophe qui ait pu m'arriver et la pire insulte que l'Univers ait pu lui faire. J'écoute, meurtris d'entendre ces mots que je ne pense pas mériter. Jusqu'à ce que... Les mots auxquels je ne peux pas ne pas répondre.

- Je ne suis plus un Seelie...


Ma voix s'entend à peine. Il faut croire que moi aussi, j'en ai assez de toute cette colère. J'en ai assez qu'on me reproche des choses contre lesquelles je ne peux rien.

- Je n'ai pas demandé à être élevé par Ethel. Et je n'ai certainement pas demandé à ce qu'elle me mente toute ma vie sur à peu près tout !

Je crache ces mots, comme s'ils me faisaient mal aux dents et qu'ils laissaient un sale gout sur ma langue !

- C'est trop tard maintenant... J'aurais peut-être du faire les choses autrement, c'est vrai, mais ce qui est fait est fait et je n'ai aucun moyen de revenir en arrière.

Je soupire, épuisé de tout ça. J'étais venu chercher la paix du Nemeton, voilà ce que je trouve à la place !

- Je ne serai plus ton ennemi, en tous cas. Je ne peux pas appartenir à une Cour dont le Roi est celui qui a fait assassiner ma mère, même une mère qui ne veut plus de moi dans sa vie. Je viens de quitter la Cour Dorée.


Et me voilà donc sans allégeance.

- J'aurais aimé que tout ça se passe autrement.

Au diable la dignité Sidhe ! Oui, je suis triste que ma vie soit telle qu'elle est. Et non, je n'ai plus envie de le cacher ou de faire semblant. Si c'était possible de revenir en arrière... Ou simplement d'oublier ? Qui je suis, qui ils sont, et ce que je n'aurai jamais... Je soupire une fois de plus et pivote sur mes talons pour quitter la clairière. Je n'ai plus envie d'être là.




But she might hold him. That was all that mattered now. To hold him. To hold him. Not to let him go. Make him stay.  — quote : Ernest Hemingway / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: What is the son but an extension of the father? [PV Nuada - TERMINE]   Sam 23 Jan - 19:03
Tel père, tel fils.
Nuada+Kean

 Kean ne comprenait pas, il ne comprenait rien. Il ne voyait que la colère ou le mépris là où se cachait tout autant de peine. Son fils, son unique fils, peut-être le seul qu'il n'aurait jamais avait été élevé en dehors de tous les principes que lui aimait, pour qui il s'était battu et pour lesquels il pouvait aisément donner sa vie aujourd'hui. Les Sidhes n'étaient pas des humains, ils ne réfléchissaient pas comme les autres Feys quand il s'agissait de leur progéniture. Les enfants Sidhes étaient les représentants de tout ce qu'étaient ses parents, la suite dans l'arbre généalogique, les héritiers d'une morale, de principes et de théories avant tout. Nuada ne se souvenait pas de son enfance, ou de très peu. Sa mère, Danu, n'avait jamais été présente pour lui, comme une ombre qui planait loin de ses préoccupations. Il avait été élevé auprès de ses frères.. mais avait-il été déçu pour autant de ne pas avoir d'amour maternel ? Non. Il n'avait jamais connu son père, sans doute qu'il n'en avait jamais eu au passage mais il s'en fichait éperdument parce qu'il avait gardé en lui les valeurs de sa mère, parce que les premiers mots qu'il avait prononcé avait été dans le sens morale de la Nature. Il n'avait jamais eu besoin d'affection, de sentiment d'appartenance, il savait qu'il représentait l'héritage de la Déesse et cela lui avait suffit amplement. Il avait vu ses frères avoir des enfants à leur tour : Dian avait tué les siens parce que ces derniers l'avaient aidé, des neveux qu'il avait toujours apprécié et pour qui il se serait battu. Il avait vu Dagda agir en esthète et il avait vu Aengus perdre tout le respect de son père parce qu'il avait agit à l'encontre de ses idéaux. C'était cela une famille de Sidhes : des principes.

Ces principes là, ce qu'il était, pourquoi il se battait, c'était la raison pour laquelle il aurait souhaité éduquer lui-même ses enfants. Leur donner un héritage, un nom qu'ils pouvaient porter avec fierté, une Cour identitaire qui aurait pu les sauver ou tout du moins, les faire s'épanouir. Il n'avait jamais eu cela, on ne le lui avait pas donné. En échange, les seuls enfants qu'il avait engendré n'étaient que des fantômes qu'il ne connaissait pas et qui ne le connaissaient pas. Sa fille avait été élevée dans l'art du conte d'un père absent et inconnu tandis que le fils avait été conduit sur une route que haïssait le père. Il n'avait plus rien à leur donner, ils avaient déjà leur propre manière de penser et Nuada se retrouvait sans héritage. « Le jour où je mourrai, je mourrai seul sans rien avoir laissé sur cette terre. Rien. » Ces mots s'étaient échappés avec douleur. Il avait plus de six milles ans et il n'avait rien laissé derrière lui. Rien que le néant grâce à un frère qui avait fait une crise de jalousie et à une belle sœur qui avait été cruelle.

Il n'était plus Seelie, mais cela aurait été hypocrite de lui tendre les bras à cette annonce, cela aurait été hypocrite de le rassurer ou de lui donner quelque chose qu'il ne pouvait pas lui donner. Nuada ne voulait en aucun cas forcer Kean à choisir un camp, il devait prendre ses décisions seul, il devait faire un choix qui lui semblait propre et non pas parce qu'il avait de la famille d'un côté comme de l'autre. « Cela ne change pas grand chose. » Il pouvait l'accepter en tant que Sidhe, il n'était peut-être plus son ennemi mais il n'était pas son fils et il ne le serait sans doute jamais. Cette constatation était faites dans les deux sens, parce que si Nuada n'était pas très paternel pour l'heure, Kean ne faisait pas non plus de grands efforts pour le comprendre ou pour se rapprocher de lui d'une manière ou d'une autre.

«  Qui t'a dit qu'elle ne voulait plus de toi ? Je ne serais pas entrain de m'adresser à toi si elle ne m'avait pas demandé de prendre le temps de réfléchir sans prendre de décision inconsidérée. » Morrigan avait été celle qui l'avait obligé à mettre de l'eau dans son vin, autrement il n'aurait même pas essayé de lui adresser la parole. Non pas pour des raisons de logiques mais parce que se trouver face à son propre sang lui était tout bonnement insupportable. Nuada n'allait pas le rattraper, lui courir derrière ou essayer de continuer la conversation. Si Kean s'en allait, il  le faisait consciemment. Le Sidhe n'était pas du genre à se rabaisser ainsi. Dans tous les cas, il n'avait plus rien à lui dire, il avait déjà bien assez parlé pour l'instant. Il avait fait des efforts, de durs efforts pour parler et essayer d'expliquer que la situation était confuse et particulièrement difficile pour tout le monde. Mais ces efforts étaient infructueux, comme si une barrière s'était définitivement créée dans un sens comme dans l'autre. Il n'avait qu'une seule envie, c'était de laisser tout tomber et d'aller se planquer sur un montagne : pas de femme, pas d'enfants, pas de couronne et surtout, aucune responsabilité. Dans tous les cas, Nuada utilisait sa main de pouvoir pour disparaître. Il n'avait pas besoin de quitter les lieux en utilisant ses pieds, il n'avait besoin que d'une surface réfléchissante ce qu'il trouvait aisément dans la lame qu'il avait avec lui. Une rencontre qui n'avait rien donné, absolument rien.   



Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
SON OF WAR ∭ Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

Liam K. O'Halloran

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 09/10/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4175
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Tomas Ó Dochartaigh
› L'AVATAR : Dylan O'Brien
› LES CREDITS : Tumblr, essentiellement
› LA COULEUR RP : Vert Olive

SON OF WAR ∭  Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

MessageSujet: Re: What is the son but an extension of the father? [PV Nuada - TERMINE]   Jeu 28 Jan - 11:23
What is the son but an extension of the father?
ft. Nuada & Kean
Etre immortel, ça n'est pas aussi chouette que tous ces humains en quête d'éternité semblent le croire. Disons que jusqu'à ces dernières semaines, je ne détestais pas spécialement cet état. Ça n'est pas toujours drôle - surtout quand on enchaine les guerres - parfois on s'ennuie même sacrément - pendant les siècles de paix sans avoir rien à faire - mais dans l'ensemble, l'immortalité a du bon. Sous réserve que les gens qu'on aime le soient aussi, bien évidemment, parce que ça n'est pas très amusant de voir mourir les personnes auxquelles on tient. Bref, l'immortalité me plaisaient plutôt bien. Etre Sidhe est plutôt plaisant, j'aime ma main de Pouvoir, j'aime sentir l'énergie de Danu au creux de mes veines quand je me concentre sur la Mère toute chose, j'aime avoir traversé les âges, avoir vécu quelques grands évènements de l'Histoire des Hommes, avoir rencontré certains de leurs grands penseurs et grands guerriers. J'aime l'idée de voir le monde évoluer, grandir, voir les Hommes s'éparpiller et faire les mêmes erreurs que nous, parfois.
Pourtant, en quelques semaines, cette immortalité est devenue un fardeau. Si je n'ai pas trop mal vécu la disparition d'Ethel il y a quelques siècles, retrouver Morrigan et apprendre la vérité quant à ma naissance a été le coup de grâce. Même mes retrouvailles avec Naeve semblent insuffisantes pour me donner envie de continuer sur cette Terre.
Et si j'en crois les confidences à peine murmurées de Nuada, certaines choses lui pèsent, lui aussi. Même si en ce qui me concerne, je me fiche complètement de savoir ce que je vais laisser derrière moi parce qu'il est clair depuis longtemps que ce sera rien. Ethel m'a abandonné et je n'ai certainement pas laissé un souvenir impérissable dans le coeur de mes parents biologiques. Naeve me regretterait peut-être un peu, mais les autres... Non vraiment, l'Immortalité, c'est surfait. Et là, je m'en passerait bien.
Si j'avais quelque chose à quoi m'accrocher, peut-être que je pourrais envisager un nouveau départ, recommencer à zéro. Mais aucune branche salvatrice n'apparait, aucune main tendue. Pire encore, les mots de Nuada qui me confirment que ne plus être Seelie ne change rien. Là, il y a même une main métaphorique qui me pousse la tête sous l'eau.
Aucune raison de rester.
Exil, me voilà.
Peut-être même Danu, si elle veut bien m'accueillir près d'elle, quand j'aurai trouver un moyen de me blesser avec assez de force.

Sauf que...

- Quoi ?

Je pivote si vite que j'en ai la tête qui tourne une seconde et même la main de Nuada qui s'approche dangereusement de son épée pour je ne sais quelle raison ne m'empêche de me rapprocher de lui. Je sais que mon regard tricolore exprime toute mon incrédulité et toute ma surprise. Tant à cause de ses mots qu'à cause du ton qu'il a employé. Las, triste et un tantinet exaspéré, il faut bien l'admettre.

- Attends attends, je ne comprends plus rien.

Est-ce que c'est absurde de bafouiller comme un crétin devant Nuada, futur roi des Unseelies, terreur des champs de bataille et accessoirement, le père qui me regarde comme si j'étais une sombre erreur de parcours ? Oui, certainement.
Sauf que si j'en crois ses mots, il y a une chance infime que je n'aie pas encore tout foiré. Que ma mère n'ait pas complètement renoncé à moi, contrairement à ce que je croyais quand elle a quitté ma maison. Et que je puisse faire changer les choses entre le triste Sidhe qui me fait face et moi.

- Mam... Morrigan t'a demandé de réfléchir ?

Je ne bafouille plus. J'ai carrément perdu 2000 ans d'un coup et je me sens comme un petit garçon qui n'ose pas encore espérer.

- Elle est partie comme une furie... Tellement déçue. Jamais je n'aurais cru que... Elle a dit que tu n'accepterais jamais.


Après avoir bafouillé et pleurniché, voilà que je ne suis plus capable d'aligner deux phrases cohérentes. Je grogne, lève les mains au ciel, adresse une petite prière à Danu pour qu'elle me donne la force nécessaire et me laisse finalement tomber au sol où je m'assois en tailleur, pour plonger mon visage dans mes mains.

- Pourquoi est-ce que rien n'est simple ?!!

Oui, c'est peut-être un peu mélodramatique mais j'ai le droit. Le jour où ma vie arrêtera à ressembler à un roman que Boyd aurait pu écrire, j'arrêterai de me comporter comme un personnage de roman à deux doigts de s'arracher tous les cheveux de la tête. Ou les yeux. Ou tout ça en même temps, parce que ce qui m'arrive mérite bien un peu de débordement !




But she might hold him. That was all that mattered now. To hold him. To hold him. Not to let him go. Make him stay.  — quote : Ernest Hemingway / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: What is the son but an extension of the father? [PV Nuada - TERMINE]   Mer 3 Fév - 21:02
Tel père, tel fils.
Nuada+Kean

Partir, mettre fin à cette conversation, s'éloigner de ce Sidhe qu'il ne connaissait pas et pourtant, qui arrivait à le mettre en colère, l'attrister et le décevoir tout à la fois. Soit, il aurait pu avoir de nombreux sentiments positifs par le statut que devait avoir Kean mais la situation ne s'y prêtait pas. Mais à peine la main approchée de son arme pour lancer son pouvoir que le jeune homme revenait à la charge avec une interrogation qui semblait le déchirer de l'intérieur. Interloqué, Nuada haussa un sourcil en refermant sa main pour étouffer l'amas de Glamour qui était entrain de se former. Non, cela n'arrivait jamais qu'on l'empêchait ainsi de prendre la poudre d'escampette. Il avait l'art et la manière de fuir certaines conversations quand ces dernières échappaient à tout contrôle. Il avait réussis à fuir sa famille durant des millénaires de cette manière bien qu'il ne savait pas que cette fuite avait été orchestrée par quelques manipulations politiques. Il ne voyait pas où était le problème comme il ne pensait pas que la réaction de Morrigan avait été si surprenante. Elle était sa mère et elle avait un lien tout particulier avec ses enfants. Nuada se doutait que cela venait du fait d'avoir élevé Naeve car ce lien lui était complètement inconnu. Il n'avait jamais été père, on ne lui avait jamais donné cette occasion et par extension, l'instinct paternel n'avait jamais été très développé.

Il n'y avait rien à comprendre, il n'y avait rien de logique dans tout cela. Il se souvenait de la conversation qu'il avait eu avec elle après avoir littéralement explosé quelques meubles et une vitrine au passage. Sa rage intérieure avait explosé, chose qui arrivait très rarement. Il s'en servait plutôt sur les champs de bataille ou au moment d'un assassinat. Mais quand elle lui avait annoncé qu'ils avaient eu un fils Seelie, Nuada n'avait pas su se contrôler. Il avait menacé cet être qu'il ne connaissait pas et elle avait cherché à jouer la balance moralisatrice pour éviter une catastrophe. Sa main retombait alors, loin de cette arme qui ne le quittait jamais. Il plongea son regard tricolore dans celui de Kean, si semblable et si différent à la fois. Il y voyait un mélange de sentiments qui lui étaient inconnus. Il y voyait de l'espoir, une lueur bien mince mais pourtant présente. Il y voyait un gosse complètement perdu. Un gamin qui n'avait pas connu une véritable éducation Sidhe ou un amour maternel immuable. Eire n'avait même pas fait son boulot correctement, comment l'on pouvait ainsi briser un enfant par vengeance ? Il ne comprenait pas, il ne comprendrait jamais.. et le jour où il se retrouverait face à elle, il lui ferait subir des tortures au-delà de toute imagination, la gardant enfermée pour l'éternité. C'était tout ce qu'elle méritait pour avoir volé deux millénaires de vie à Kean et à Morrigan.  Il n'avait jamais cherché à se venger de Dagda.. parce que ce dernier était son frère, mais Eire avait fait souffrir Morrigan, cela méritait amplement de flancher sous ses coups.

Finalement, une expression de surprise apparu sur le visage de l'ancien Tuatha. C'était lui ou Kean avait failli appeler Morrigan « maman » ? C'était étrange de s'en rendre compte, c'était étrange de voir que les choses devenaient de plus en plus réelles à mesure que le temps passait. Et, face à ces questions, ces gargouillis, Nuada ne savait que dire, ne savait comment réagir. Tel un gamin, voilà Kean qui se laissait asseoir au sol, se punissant de sa propre incompréhension dans une posture de prostration. Pour l'heure, Nuada avait envie de le secouer comme un prunier et de lui dire qu'il ne devait pas se montrer aussi faible, qu'il se devait de garder la tête haute.. tout en lui foutant un coup bien placé dans le crâne pour le lui faire rentrer. Il se rendit compte que cette envie était un besoin éducatif qu'il devait remplir.. et pourtant il n'en fit rien. Là n'était pas sa place : Kean était un homme, malgré toute apparence et Nuada n'avait rien à lui apprendre. Il y avait bien sûr la possibilité de lui remonter le moral mais il ne savait pas comment s'y prendre. Si Kean pensait que les choses étaient compliquées pour lui, il aurait pu essayer de se mettre à la place de ce Sidhe Unseelie qui semblait encore plus perdu sur l'instant.

Finalement, la voix de Morrigan lui revint. Ces mots qu'elle avait prononcé : « J'ai besoin que tu saches que notre fils m'a été arraché à la naissance. Qu'il a grandi dans le mensonge, pensant qu'on l'avait abandonné – Toi comme Moi -, qu'on ne voulait pas de lui. Que s'il a été auprès des Seelies, ce n'était que parce qu'il y avait Eire. Ma Chienne de Sœur l'a élevé sans lui donner la moindre notion des cours, elle ne l'a pas élevé en Sidhe.. Et pour cela, j'ai fait le choix de l'éloigner de nous, à moins qu'il choisisse de devenir Unseelie, puisqu'il ne se sent pas réellement Seelie. J'ai agi avec raison, je le sais. Tout comme je sais que je n'avais pas le choix. »  Il n'y était pour rien. Il n'avait pas demandé à se retrouver au milieu d'un drama familial à deux balles. Il n'avait pas demandé à se faire enlever à la naissance, à servir de justification aux fins extrêmes d'Eire. Il n'avait été que l'instrument, manipulé, utilisé. Les épaules de Nuada s'affaissèrent comme s'il lâchait prise durant une seconde à peine. Il fit quelques pas en direction de Kean et, à défaut de lui donner une tape sur l'épaule pour lui redonner de l'espoir, il se plaça accroupi devant lui. C'était un grand pas car jamais Nuada ne se mettait à hauteur de quelqu'un, jamais il ne prenait la peine de rester pour effacer une quelconque peine. Pourtant, il prenait la décision de le faire et ce pour de multiples raisons : il avait promis de faire des efforts, il avait promis de réfléchir, il avait promis de ne pas rejeter ce qui s'offrait à lui. « Je vais t'apprendre quelque chose que tu n'as peut-être pas encore compris au fil des années. Les Cours ne sont pas juste des endroits où les Feys peuvent trouver réconfort ou repos. Les Cours sont des familles, des convictions, une histoire qui s'entrecroise. Je donnerai ma vie pour un Unseelie et l'histoire a voulu que la haine n'a fait que grimper au fil des années. J'ai vu.. des Seelies tuer mes frères et sœurs, j'ai vu un Roi emprunt de folie manquer de respect à ma Reine. J'ai vu des larmes, de la souffrance, de l'incompréhension. » Plaçant ses avants-bras sur ses cuisses, il secoua la tête. « Tout mon être tremble de rage à l'idée de me trouver face à un Seelie parce que j'ai vu ce dont ils étaient capables, et ça, je ne peux pas le pardonner. Je n'accepterai jamais un Seelie, même s'il me prouve que je peux lui faire confiance. Voilà pourquoi elle t'a fait part de ma décision. Je ne peux pas, et encore moins aujourd'hui alors que je m'apprête à monter sur le trône. » Il aurait pu enterrer la hache de guerre, montrer une quelconque sagesse, mais il ne le faisait pas. « Je serai celui qui portera le flambeau de la Guerre et du Changement, pas celui qui montrera le moindre compromis. Et je ne veux pas en faire. » Au fond, Nuada lui donnait une petite leçon sur les querelles entre les Cours. Une fois cette information assimilée, il reprenait toujours calmement. « Ta.. mère. » La lenteur de ces deux mots montrait l'effort incommensurable qu'il faisait pour ne pas rejeter Kean. «  Ta vraie mère.. » reprenait-il. « ..se retrouve entre toi et moi. Moi qui refuse le moindre compromis et toi qui lui a claqué la porte au nez quand elle t'a proposé une solution. Si elle t'a demandé de venir rejoindre les Unseelies, c'est bien parce que tu es le fils d'un Dieu et d'une Déesse Unseelie. » Cela lui arrachait la langue de parler de son statut de déité, mais il le fallait bien à cet instant. « Tu es né Unseelie, tu es né dans le Changement, dans la Guerre, dans l'Evolution. Tu n'as rien à faire dans les bras de la Traditions et de l'Honneur. Et.. Elle l'a fait aussi pour te protéger. Que crois-tu qu'il t'arrivera si certains Seelies apprennent que tu es notre fils ? Ne crois-tu pas avoir déjà assez souffert toutes ces années pour refuser même l'idée que ceux avec qui tu as été éduqué pourront se servir de cette information pour te détruire ? Morrigan est juste, posée et raisonnée, mais tu es son fils, elle est capable de beaucoup pour ton bien, comme par exemple me faire promettre de faire des efforts et de ne pas te rejeter entièrement. »

Soupirant, Nuada ne savait plus quoi dire d'autres. La situation était compliquée mais aussi simple à la fois. « Cependant, et malgré tout ce que je viens de te dire, le choix te revient. Nous ne cherchons pas à te déchirer face à tes convictions, mais toute action possède des conséquences. C'est en prenant conscience de ces conséquences que l'on peut prendre des décisions que l'on ne regrette pas. Alors, à présent, relève la tête. Ne te plains pas. » Il se redressait et baissa les yeux en direction de Kean. « Tu es le fils de deux Dieux, tu n'as pas à te comporter comme un enfant. Ai foi en tes convictions, il n'y a jamais de mauvaises réponses. Écoute moi, insulte moi, ignore moi si tu le souhaites, mais ne te laisse pas abattre ainsi. Ce n'est pas digne de toi, ce n'est pas digne de ta mère et ce n'est surtout pas digne de moi. »  



Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
SON OF WAR ∭ Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

Liam K. O'Halloran

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 09/10/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4175
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Tomas Ó Dochartaigh
› L'AVATAR : Dylan O'Brien
› LES CREDITS : Tumblr, essentiellement
› LA COULEUR RP : Vert Olive

SON OF WAR ∭  Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

MessageSujet: Re: What is the son but an extension of the father? [PV Nuada - TERMINE]   Sam 6 Fév - 21:09
What is the son but an extension of the father?
ft. Nuada & Kean
Je ne peux pas dire que je me sens fier de mon attitude. Je ne peux pas dire que je me sens digne de mes 2000 ans. Je sais que je me comporte exactement de la façon que Morrigan m'a reprochée, à savoir à l'opposé de ce qui est attendu d'un Sidhe. Aucun Sidhe ne laisserait ainsi s'exprimer ses émotions en public, encore moins devant un Sidhe potentiellement ennemi. Certes, il s'agit de mon père biologique mais pour le moment, il n'est certainement pas de mon côté. Et accessoirement, je ne suis pas certain de me montrer à Nuada sous mon meilleur jour. Jusqu'à il y a quelques minutes, je n'en aurais eu rien à faire, qu'il me voie aussi faible, ridicule et incertain. Mais des minutes se sont écoulées, et pas des moindres. Pendant ces quelques centaines de secondes, j'ai vu des émotions inattendues dans ses iris tricolores. J'ai distingué un éclat que je ne pensais jamais y voir. Un éclat dont je n'aurais jamais osé rêver. Quelque chose que je ne peux pas encore considérer comme une acceptation, mais comme des hésitations, oui. Comme un éclair d'espoir que peut-être, tout n'est pas définitivement perdu. Oh, je sais que rien n'est joué et que absolument rien n'est gagné ! Mais il y a quelque chose que je n'attendais pas et qui n'était pas là au démarrage de cette conversation. Parce qu'il s'agit bien, désormais, d'une conversation et c'est plus que ce que j'avais espéré de mon père.

Mes pensées sont un vrai désastre. Elles partent dans tous les sens. Mes émotions et ma raison se contredisent, s'opposent, m'empêchant de m'accrocher à un espoir fou mais quelque part, m'empêche aussi de complètement lâcher prise. Et puis soudain, contre toute attente, il est là, accroupi devant moi. Son regard n'est pas amical, n'est pas compatissant. Mais est-ce que c'est ce que j'attendais de lui ? Non. Pas alors que quelques minutes plus tôt, j'imaginais presque qu'il allait me trancher la tête. Mais dans son regard, il y a une détermination qui me force à ravaler l'excès d'émotions qui se coincent dans ma gorge et à redresser le menton. Devant moi, un fier guerrier manifestement pas du tout satisfait de ce qu'il voit et le soldat, le combattant que je suis, frémit de honte. Cette larve larmoyante en laquelle je me suis transformé ces dernières semaines, ce n'est pas moi. Il a simplement fallu un seul regard de Nuada pour me le rappeler, comme un énorme coup de pied en plein subconscient. Je sers les dents, blessé dans mon égo, soudain complètement furieux contre moi même d'avoir présenté cette facette de mon être que j'ignorais avoir.
Puis il reprend la parole et parle longtemps. Si longtemps que je me dis que même si ses propos ne sont pas forcément ce que j'aimerais entendre - même si je n'ai aucune idée de ce que j'aimerais entendre - je considère comme un énorme progrès qu'il prenne le temps de prononcer autant de mots pour moi. Il y a clairement un progrès parce que non seulement il parle, mais en plus son discours est du genre "leçon". Le genre que Morrigan avait eu juste avant de me tourner le dos telle la Reine Outragée qu'elle était. Et si, sur le moment, ça m'avait mis en rage, je comprends aujourd'hui le message qu'elle essayait de me faire passer. Elle s'adressait à moi en tant que Mère, furieuse certes, mais en tant que Mère. Je ne prétendrai pas que Nuada s'adresse à moi en tant que Père, ça serait précoce et prétentieux. Mais il n'adresse plus à moi comme à une quantité négligeable ou à un cloporte. Peut-être parce que je suis le fils de deux Dieux ? Ou le futur Prince Unseelie ?
Oh bon sang... Que de titres qui me tombent dessus et auxquels je n'avais JAMAIS pensé ! J'en resterais presque comme deux ronds de flan si je n'en avais pas, en réalité, rien à faire... En cet instant, je jetterais tous ces titres si ça me permettait de réparer mes erreurs. Mais si je ne peux jeter mes titres, je peux commencer par me comporter comme un Sidhe et non plus comme un ersatz de Sidhe. Ou en tous cas, m'en approcher un peu puisque j'en suis manifestement loin. Je prends donc une profonde inspiration, me relève et plante un regard plus assuré dans celui de Nuada.

- Très bien.

Et contrairement à ce que je craignais, ma voix sort assurée et stable.

- Je sais que ça ne servira pas ma cause parce que ça prouve, une fois de plus, que je ne comprends pas encore parfaitement ce que les Cours représentent, mais je n'ai pas participé à la guerre qui a opposé Seelies et Unseelies. Je n'ai jamais tué d'Unseelies, pas dans ce contexte.


Ça n'efface pas mes choix, mais celui là en était un. J'ai refusé de tuer les miens, les Feys. Et j'aurais fait de même si j'avais été Unseelie à cette époque.

- Je ne veux plus être un Seelie. Je ne suis plus un Seelie. Je refuse une Cour dont le Roi a fait tuer sa femme, ma mère, même s'ils n'étaient pas faits pour être ensemble. Je refuse une Cour dont Ethel fait partie. Je sais que j'ai repoussé Morrigan quand elle m'a demandé de réfléchir mais j'ai réfléchi, désormais. Je ne suis pas un Seelie.

Je recule ensuite d'un pas, parce que même si je me sens plus sûr de moi, je ne peux pas dire que je me sente très serein.

- Je sais que je demande beaucoup et il y a encore une heure, je ne pensais même pas qu'oser y penser faisait partie des possibilités, mais j'aimerais rejoindre les Unseelies. J'ai conscience de mes lacunes, de toutes les choses que j'ignore et de toute la honte que je pourrais vous infliger. Mais... mon choix est fait. Je comprendrais que tu le refuses et je suis préparé à l'idée de l'Exil.


Une idée qui me terrifie et me donne la nausée mais la probabilité d'une telle idée est encore très importante. Nuada est peut-être plus ouvert quant à ma présence dans son existence, mais delà à renoncer à toutes ses convictions pour accepter un Sidhe qui était un Seelie la veille ?

- Je suis prêt à apprendre, si tu m'offres la chance de rejoindre ma famille.

Les dieux, les couronnes, je m'en fiche. Je veux retrouver les miens. Mes parents, ma sœur. Ceux qui m'ont manqué pendant tous ces siècles sans que je sache réellement identifier le trou béant dans mon cœur. Il a fallu que je les perde une seconde fois, par ma faute, pour comprendre réellement la place qu'ils prenaient dans mon existence.





But she might hold him. That was all that mattered now. To hold him. To hold him. Not to let him go. Make him stay.  — quote : Ernest Hemingway / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas
ADMINISTRATEUR Swallowing darkness.

Cian N. Quinn

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 27/04/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 1991
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Nayden B. Wiesław.
› L'AVATAR : Seb Stan.
› LES CREDITS : Ellaenys, tumblr ( je sais pas qui :/ )
› LA COULEUR RP : Blanc !

ADMINISTRATEUR ∮ Swallowing darkness.

MessageSujet: Re: What is the son but an extension of the father? [PV Nuada - TERMINE]   Sam 13 Fév - 17:17
Tel père, tel fils.
Nuada+Kean

Nuada avait essayé de ne pas lui tourner le dos, de ne pas lui reprocher des choix qu'il n'avait pas fait en connaissance de cause. Et, surtout, il avait essayé de s'adresser à lui avec autant de calme que de sagesse. Soit, il avait été un grand guerrier et il l'était toujours, mais cela ne signifiait pas qu'il était un abruti incapable d'avoir des paroles sages quand le moment le demandait. Il avait été un conseiller, un ami pour plus d'une personne comme il avait été l'assassin ou le destructeur quand des temps sombres s'étaient abattus sur les Unseelies. Il avait compris que Kean était perdu, autant dans l'incompréhension des événements que dans son identité profonde. Il ne pouvait pas s'y identifier mais il pouvait aisément imaginer à quel point la situation pouvait être complexe pour tout ceux qui y faisaient face. La chose la plus sûre aurait été de couper net la tête du serpent et de reprendre là où sa vie s'était arrêtée mais Morrigan ne le lui aurait jamais pardonné. Jamais. Et, au fond, après quelques réflexions, il n'était pas certain qu'il aurait pu se pardonner à lui-même.

Ainsi, debout et campé sur ses positions, le Sidhe n'attendait pas de miracles. Non. Il ne s'attendait pas à ce que Kean rejoigne les Unseelies ou qu'il puisse partir en exil. Il n'attendait rien de lui. Il lui avait simplement donné les cartes qu'il lui fallait pour prendre ses décisions comme un adulte mature, comme le Sidhe qu'il était. Chez les Unseelies, les Feys étaient durs, très peu enclins à quelques émotions latentes. Bien au contraire, l'avancée vers le futur et le refus du traditionnalisme faisaient d'eux des êtres plus efficaces que réfléchis. Ils allaient de l'avant, ne se plaignaient pas, et mouraient au combat pour leur cause sans jamais émettre le moindre regret. Nuada aurait cru que ses enfants auraient pu suivre cette ligne directive s'il avait pu les élever, mais force était de constater que cela n'était pas le cas. Ils avaient suivis la vision de celles qui les avaient élevé, d'un côté Morrigan et de l'autre Ethel.

S'il ne voulait pas se l'avouer, Nuada était réellement triste de ne pas avoir pu donner quelque chose à ses enfants biologiques et ce n'était pas après deux milles ans et des poussières qu'il allait pouvoir le faire. C'était terminé. Le passé s'était déroulé sans lui et il devait subir le présent autant que Kean et Saoirse. Il regardait alors le Sidhe se redresser, reprendre quelque peu du poil de la bête : plus de larmes, plus de visage rabaissé, un comportement de noble.. ce qu'il était et ce qu'il allait apprendre à rester. Ce fut en silence qu'il écouta ce que Kean avait à lui dire. Il lui parlait de la guerre et de ses choix, comme s'il avait ressenti le besoin de se confesser ou de ne pas nourrir une possible colère furieuse de l'ancien Dieu. Pour être honnête, Nuada n'y avait pas pensé.. à cette guerre où, à la différence de Kean, il avait fait couler beaucoup de sang dans la rage et la haine. Mais dans le cas de Liam, c'était une bonne chose : Nuada ne ressentait pas l'envie de lui en coller une et personne chez les Unseelies ne le ressentirait non plus.

Puis, les mots coulèrent avec facilité, avec force de conviction. Nuada savait très bien où tout cela les mènerait. Oui. Il savait ce que voulait à présent Kean : rejoindre sa famille. Au final, Nodens avait réussit à faire l'inverse de ce qu'il avait dit à Morrigan. Elle allait sans doute se demander comment il avait fait, ou ce qu'il avait pu dire pour faire changer d'avis un fils qui avait claqué la porte au nez de sa génitrice quelques jours avant. Ainsi, le Sidhe resta dans la réflexion, observant le Nemeton par dessus l'épaule de Kean sans poser une seule fois son regard tricolore sur sa silhouette. C'était un choix compliqué que de l'accepter. Déjà parce qu'il avait été un Seelie longtemps et qu'il ne faisait confiance à aucun Seelie. Mais, rapidement, les yeux aux nuances de bleus revinrent embrasser le visage de ce « fils ». Les Unseelies gardaient une politique d'ouverture quant aux parias qui ne trouvaient pas leur chemin face à la lumière des Seelies. Beaucoup de Feys fidèles venaient des ennemis, et il savait aujourd'hui qu'il pouvait leur faire confiance.

Finalement, il tendit la main en direction de Kean. Une main gantée de cuir, une main pâle et lunaire, une main qui représentait le symbole d'un lâché prise. « Ta mère sera ravie de te compter parmi les siens. » Non, il ne parlait pas de lui, peut-être parce qu'il n'arrivait toujours pas à séparer ses sentiments ou son implication de père de ses obligations d'Unseelie. Il n'avait jamais appris à se tenir face à quelqu'un dans le besoin, il n'avait jamais connu de famille un tant soit peu fonctionnelle. « Tu apprendras, tu réfléchiras par tes propres moyens.. et j'apprendrai à mon tour à agir comme je le devrais. » Ce n'était pas une promesse de devenir son père, parce qu'aux yeux de Nuada, il ne l'était pas. Mais il se disait qu'avec le temps, il arriverait peut-être à accepter ce statut. Au final, il arrivait presque à se dérider quand un pseudo-sourire étira ses lèvres. « Elle sera plus maternelle que je ne serais paternel. Mais je pourrais accepter un fils dans ces conditions. » Soupirant légèrement et rabaissant sa main, il pointa du doigt une direction. « Le Domaine des Balor se trouve dans cette direction. Je t'y accompagne.. histoire qu'ils ne t'embrochent pas quand tu y poseras les pieds. Je te présenterai au Seigneur Noble des Balor et ton appartenance sera officialisée quand tu seras prêt. » Il ne le poussait pas, il lui laissait son espace.

Mais si tout semblait s'arranger, Nuada eut une étincelle d'inquiétude qui transparaissait aisément. « Et.. évite les Seelies pour le moment, certains ne seront pas très amicaux après ton changement d'alliance. » Puis, il se détourna pour commencer à prendre la direction qu'il avait indiqué juste avant. « Ta mère.. elle sera contente. Vraiment. Elle voulait réunir sa famille. »



Nuada/Nodens
Briseann an dúchais tri shúile an chat
ξ
C’est dans ses yeux qu’on lit la vraie nature d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
SON OF WAR ∭ Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

Liam K. O'Halloran

avatar

› L'ARRIVEE A ELLAN VANNIN : 09/10/2015
› LES MISSIVES ENVOYEES : 4175
› LE(S) MULTI-COMPTE(S) : Tomas Ó Dochartaigh
› L'AVATAR : Dylan O'Brien
› LES CREDITS : Tumblr, essentiellement
› LA COULEUR RP : Vert Olive

SON OF WAR ∭  Liamichou, Floodeur a croquer en chef.

MessageSujet: Re: What is the son but an extension of the father? [PV Nuada - TERMINE]   Dim 14 Fév - 10:55
What is the son but an extension of the father?
ft. Nuada & Kean
Il m'écoute. Je parle, beaucoup, mais il m'écoute, avec attention et une expression sur son visage que je peine à déchiffrer. Mais je m'exprime et à mesure que les mots sortent de ma bouche, je me sens plus libre. A ce point, j'en viens presque à ne plus m'inquiéter de la réponse qu'il me donnera parce que le simple fait de pouvoir lui parler est libérateur. Je me défais d'un poids que je ne n'avais pas conscience de porter et juste pour ça, je suis reconnaissant.
Non, je suis aussi reconnaissant qu'il me laisse en placer une et qu'il me laisse aller jusqu'au bout de ce que j'ai à dire. Mieux, il semble même réfléchir à ce que je viens de lui demander et contre toute attente, une pointe d'espoir vient montrer le bout de son nez. Serait-ce possible ? Y a t-il réellement une chance pour moi de reprendre à zéro ? De recommencer une vie sur des bases complètement différentes ? Avec une autre famille ? Ma famille. Dans une Cour qui m'avait toujours attiré sans que je comprenne réellement pourquoi ?
Mon cœur se remet à battre comme un fou mais cette fois, le sang qui pulse dans mes veines semble brulant et non plus glacé. L'espoir... Une émotion que je pensais ne plus jamais ressentir, ne plus jamais connaitre. Et voilà que Nuada me tend une main, une main bardée de cuir guerrier mais une main de paix. J'aimerais m'en saisir, mais je ne suis pas certain de ce qu'il attend de moi, alors je la regarde, cette main, le souffle court et l'esprit embrouillé, jusqu'à ce qu'il se mette à parler et que je l'oublie complètement.
Il parle de Morrigan.
Il parle de futur.
Il parle de moi comme d'un fils. Pour elle plus que pour lui, mais c'est tellement plus que je n'avais osé imaginer.
J'ai de plus en plus de mal à penser et à respirer.
Des Balor, de leur domaine.
Il parle des Seelies, que je devrais éviter.
De mon changement d'allégeance.
Et enfin, il parle de famille.
Mes pieds bougent de leur propre chef pour le suivre quand il se tourne. Je ne suis plus en mesure de penser droit. Je le suis, pourtant et un petit rire s'échappe de ma gorge, un rire qui véhicule toutes les émotions qui se bousculent dans ma tête. Le soulagement, la joie, l'espoir, la peur un peu aussi et pas mal d'incompréhension.

- Merci.


Je ne vois pas quoi lui dire d'autre. Que je rêvais moi aussi de voir ma famille réunie, que je ne pensais pas qu'il accepterait ma requête mais que je lui en suis infiniment reconnaissant, que je ferai les efforts qu'il faut pour m'adapter à cette Cour qui m'appelait sans que je réponde jamais à l'appel, que je me plierai à ses exigences de Roi et de père et que je serai patient.
Je pourrais lui dire tout ça, mais aucune de ces pensées n'est assez claire dans ma tête pour que je puisse mettre des mots dessus. J'ai seulement envie de le remercier de ne pas s'être montré aussi buté que le pensait Morrigan, de me laisser une chance alors que j'ai réellement blessé l'Amour de sa vie en me montrant plus têtu qu'une chèvre. Et de me permettre de retrouver une famille que je pensais perdue à jamais.
Ça ne va pas être simple. Tant de codes à réapprendre, tant de choses nouvelles, tant de nouveaux défis. Mais je n'ai pas peur. Je ne m'étais pas senti aussi vivant depuis des siècles !
J'ai souvent douté des intentions de Danu ces derniers jours mais je lève les yeux au ciel alors que Nuada me conduit vers mon nouveau chez-moi et la remercie de toute les forces de mon âme pour cette nouvelle Vie qui s'offre à moi.



But she might hold him. That was all that mattered now. To hold him. To hold him. Not to let him go. Make him stay.  — quote : Ernest Hemingway / code : Ellaenys.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: What is the son but an extension of the father? [PV Nuada - TERMINE]   
Revenir en haut Aller en bas
 

What is the son but an extension of the father? [PV Nuada - TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [L5R JCC] Path of the Destroyer (prochaine extension)
» extension pour lotro
» Une nouvelle extension en vue !
» Nouvelle extension de Dawn of war 2
» [Sugg d'extension] Skardheim

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AES SIDHE › fáilte a thaistealaí thuirseach. :: Winter Court : Faërie
Cúirt an gheimhridh
 :: 
Sheading Dana
 :: Le Nemeton
-